Tractations et petits arrangements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tractations et petits arrangements

Message  Ys' le Jeu 19 Fév 2015 - 19:59

« Métamorphoses- toi ! »

« Pourquoi faire ? »

« Obéis, c’est tout. Sinon je vais me faire un plaisir de t’y aider. Crois-moi, ça ne te plaira pas… » continue-t-il en lançant un regard équivoque vers la marque incrustée dans ma chair.

Aucun doute ne subsiste quant aux représailles qui m’attendent si je m’obstine à lui tenir tête. Ce n’est pas la première fois qu’il use de ces menaces,  ni même qui les met à exécution. Je frisonne aux souvenirs douloureux de cette punition. L’intrusion… le dessèchement… la souffrance… Il ne faut attendre de cet humain, ni compassion, ni bienveillance. Sous ses atours de bonhommie, il n’y a qu’une soif avide de pouvoir, une quête stupide de reconnaissance et la perversion que ces volontés supérieures peuvent apporter à une âme trop faible pour résister aux tentations de la corruption.

« Et n’oublies pas d’enfiler ça, j’ai pas envie que t’attires plus que ça l’attention. D’ailleurs je veux pas que tu l’ouvres. A aucun moment. Me suis-je bien fait comprendre ? »

J’hausse les épaules, tout en jetant un œil critique sur les vêtements qu’il vient de me lancer. Mes doigts s’engouffrent dans le tissu soyeux et doux d’un joli bleu soutenu. Une robe d’une coupe modeste mais d’excellente faction. J’ignore où nous nous rendons, ni même le but de cette visite mais ce qui est certain c’est qu’il compte faire véritablement bonne impression. D’ailleurs lui-même s’apprête avec plus de soin qu’usuellement, attachant ses cheveux rebelles sur sa nuque, brossant sa tunique de daim dont il n’use que pour les occasions prestigieuses. Sa chemise est propre, dénuée de ses habituelles taches de graisse et de nourriture.

Mon attention se reporte sur la robe, m’arrachant un long soupir désabusé. Doucement, j’effleure les fils de ma magie, modulant mon corps et mon visage aux désidératas de mon geolier. Il n’y a rien d’agréable à devenir une autre, délaissé celle que l’on est pour une illusion sans saveur. Mes mains perdent leurs membranes translucides, ma peau abandonne ses écailles nacrées, ses reflets d’eau et de pluie, mon regard s’humanise. Dans mes cheveux, les perles d’eau et les cristaux de glace s’évaporent pour ne laisser qu’une cascade de soie aussi sombre qu’une nuit sans lune. Si un miroir se dressait devant moi, je ne pourrais reconnaitre celle qu’il veut que j’incarne. Fragile et rosée, des yeux noirs bordés de cils tout aussi sombres, une chevelure rappelant le plumage des corneilles. La robe glisse contre moi, habillant cette nudité qui jamais ne me gêne mais qui semble obséder de son impudeur la majorité des humains. Cette fois-ci la métamorphose est complète. De la nymphe, il ne reste rien d’autre qu’une jeune femme banale et ordinaire, un peu échevelée.


« Satisfait ? »

« Mmmmm mouai… Bon je suis prêt aussi. Par contre tu montes avec moi sur le cheval. »

Ma bouche s’ouvre à la façon d’une carpe privée d’eau. Que je monte sur son cheval ? Pas question… Je préfère amplement sentir sous mes pieds, la rudesse du sentier sur lequel nous sommes engagés depuis trois jours, plutôt que de me retrouver perchée sur cet animal.

« Exécution ! »

« Je … »

Ma main se presse contre mon sein comme pour extirper la douleur résiduelle de ma correction. Sous mes doigts, sous les volants de dentelle sage bordant délicatement mon corsage, la marque palpite à l’unisson de mon cœur. Les yeux clôts sur ma faiblesse et ma piteuse résistance, je n’observe rien de la fin de notre voyage. Ni la demeure qui s’élève sur une butte, toute de pierre et de bois, ni les regards qui s’accrochent sur le drôle de couple que nous formons, Jasper et moi. Les sabots de notre monture frappent le pavé inégal d’une cour lorsque mes paupières s’ouvrent enfin. Maladroitement, mon geôlier met pied à terre, avant de me soulever en me prenant par la taille.  Son toucher me dégoute d’autant plus qu’il joue la carte de la tendresse bienveillante. Ses ongles se referment sur mon poignet, et il m’attire dans son sillage, alors que j’avise de l’endroit où nous nous trouvons. Une palissade de bois aux fondations de pierres marque les délimitations de la bâtisse mais je n’ai pas le temps de détailler les écuries, les greniers, le puits et les potagers qu’une gigantesque porte s’ouvre et nous avale. L’intérieur est sombre, terne, et si peu accueillant qu’une boule se forme au creux de ma gorge.

«  Nous  sommes attendu par Maitre Archibald de Bran, auriez vous l’obligeance de nous annoncer, ma sœur et moi-même. Je suis Jasper de Valtel. »

L’étonnement arrondit mes lèvres d’une juste surprise. Sa sœur ? J’ignore quels jeux se donnent ici, et quel est mon rôle dans les manigances vénéneuses de ce maléficien, pourtant je n’aime pas l’idée de ce qui se trame dans les noirceurs de son esprit trop ambitieux. Ma bouche demeure scellée, mais alors que nous pénétrons dans la salle que j’imagine être la plus importante du manoir. Sur les murs, les faces empaillées et les gueules béantes de chasses passées nous accueille morbidement. Sur une estrade, un trône… vide pour l’instant.

« Le Maitre va vous recevoir. »

Ys'
Novice
Novice

Race : Dryade
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum