Morathi [Demi-Drow / Chevalière noire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Morathi [Demi-Drow / Chevalière noire]

Message  Athyl le Mar 17 Fév 2015 - 17:47

Nom de votre personnage : Morathi "La Batarde"

Age de votre personnage : 25 ans

Race : Demi-Drow

Classe : Chevalière Noire

Arme : Une rapière ornementée et pyrogravée, sertie de joyaux et une arbalète de poing. Elle cache aussi un coutelas dans une de ses bottes.

Armure : Une cotte de maille. Elle porte aussi un masque sur le visage, fait de cuir et ornementé.

Physique : Morathi est une Demi-Drow, à la peau sombre et bronzée par le soleil. Ses yeux sont rouges bordeaux et ses longs cheveux blancs, doux comme la soie, cascadent sur ses épaules. Elle a de belles formes et sait en jouer, mais gare à l’imprudent qui tenterait de porter la main sur elle sans son accord, la belle sait jouer du couteau. Elle porte un masque de cuir sur le visage pour cacher son ascendance, la faisant passer pour une albinos.
Elle fait environ 1m70, pèse près d’une cinquantaine de kilos.
Une cicatrice balafre son visage, qui fut proche de lui faire perdre l’œil gauche. Un tatouage représentant une rose est dessiné sur sa hanche droite.

Caractère : Morathi est arrogante, voire même méprisante. Si on tente de se moquer de son ascendance, elle n’hésitera pas à user de la violence face à son détracteur pour le faire taire. Si elle le porte comme un titre, elle seule a le droit de s’envoyer des piques à ce sujet.
Elle est aussi moqueuse, charmeuse et peut être de bonne compagnie si on ne la prend pas à rebrousse-poil.
Elle est en quête de vérité et de justice. Selon sa conception de la justice et de la vérité, qui n’est généralement pas celle communément admise par les Humains.

Capacité spéciale :
- Nyctalopie.
- Morathi possède une vision plus accrue que la plupart de ses semblables, ce qui l'aide notamment à viser.

Compétence raciale : Combat à main nue

Sorts ou compétences de votre personnage :

- Maniement de la rapière
- Maniement de l’arbalète de poing
- Grande Endurance
- Grande Agilité
- Grande Agilité ×2
- Magie de l'Ombre
- Magie de l'Ombre : Serpentins noirs : Des sortes de serpents de fumée noire apparaissent devant Morathi et attaquent ses adversaires. Ils peuvent aussi simplement les mordre pour les immobiliser durant une courte durée. (4 serpents maxi par combat, chaque serpent dure 4 posts)
- Magie de l'Ombre : Bouclier sombre : Une brume sombre apparaît devant Morathi, la protégeant des attaques. (4 fois maxi par combat, dure 4 posts)
- Magie de l'Ombre : Voile : Morathi se drape dans les ombres et devient partiellement invisible. Ne marche pas à la lumière, s'arrête si elle entre dans une source de lumière. (4 fois maxi par combat, dure 4 posts)
- Magie de l'Ombre : Clone d'Ombre : Créé un clone d'elle-même, capable de se battre à l'aide d'une rapière, inefficace quand il y a de la lumière. (4 fois maxi par combat, dure 4 posts)

Compétences secondaires de votre personnage :

- Maîtrise de l’équitation
- Maîtrise de l’étiquette
- Danse


Histoire de votre personnage :

"Batarde". C’est ainsi que l’on m’a surnommé, dès le départ. Ma mère est une catin, j’ai grandi parmi elles, dans un bordel, en Feanor. Bel endroit pour élever une petite fille. Mon innocence ? Quelle innocence ? Je savais parfaitement où je me trouvais. Mais, grâce à ma mère et mes « tantines », je n’ai jamais eu à faire de passes. De temps à autres, mon père revenait. C’était un Drow, qui était nommé par ses congénères « Sombrelame ». Apparemment, il était imparfait car il était boiteux.
Il n’a sans doute jamais su qu’il était mon père. Il y avait peu d’enfants batards dans ce bordel, puisque les filles prenaient leurs précautions. Le peu qui y vivaient devenaient de petits pages, de petites servantes et les moins chanceuses reprenaient le travail de leurs mères.

J’y aie échappé. A mon adolescence, je commençais à danser devant les clients, à fin d’attiser leur désir pour permettre à mes « tantines » de prendre soin d’eux par la suite.
Un jour, mon père est venu. Une violente guerre avait eu lieu, la capitale humaine était ravagée. Il avait soigné des blessés des deux camps, il était épuisé, dégoûté par cette guerre. Il resta trois mois dans le bordel, payant sa chambre, et les femmes avec lesquelles il passait ses nuits, en soignant les clients, et les filles. C’est lui qui m’a appris à me battre à l’épée. Une femme qui maniait l’épée, vous imaginez cela ?

J’appris vite, mais tant que je faisais des erreurs, tant que je restais inoffensive et amusante, les autres clients trouvaient cela amusant.
Et puis, un jour, j’ai dû fuir le bordel. Un client, un peu trop entreprenant, tenta de m’agresser un matin, alors que je procédais à mes ablutions. Après lui avoir fait un nouveau sourire, je fuis. Je parvins à un port, dirigé par les pires personnes. Je passais quelques années, allant de bandes en bandes, avant que la fortune ne me tombe dessus.

Un homme à abattre, qui avait une course à faire pour une des éminences grises du port.
Mes alliés étaient prêts. Je tenais l’arbalète. Quand je le vis dans les ombres de la nuit, je le mit en joue. Un de mes compagnons périt sous sa rapière, avant qu’il ne reçoive un, puis deux de mes carreaux en plein torse. Il prit la fuite, après avoir abattu un autre agresseur. Je le suivit, jusque sur les quais. Il jeta sa rapière à l’eau, avant de briser un cristal d’où s’échappa une fée. Puis, il périt en maudissant le monde entier. Après son trépas, un enfant des rues lui vola ses bottes.
Je le fouillais, lui prit son or, le dépouilla, avant de plonger dans l’eau. Je mis une demi-heure pour trouver sa rapière s’enfonçant dans la vase. Je fuis la bande dans laquelle je me trouvais et me mit à compte.
Je devins… Oui, une personnalité. Je m’achetais une demeure, prit mon surnom en guise de titre. « La Batarde ». Ils s’en étaient moqués. Maintenant, ils le craindraient. Je devins une dame, héhéhé… Quelle belle époque…

Mais c’était trop beau pour continuer. Un jour, j’eu à tuer un soupirant éconduit qui se montrait trop pressant. Pas de chance, il s’agissait d’un fils de nobles, qui mirent ma tête à prix. Je fuis alors en Orcande, par le premier navire, qui était supposé accoster à Tacomnal. Apprenant qu’en ce royaume, mon ascendance me desservirait. Je me confectionnais alors un masque de cuir, que je placerais sur mon visage. De plus, le bandeau du masque cacherait mes oreilles.
Enfin, après un mois de traversée, je parvins au port. J’achetais un cheval et m’enfonçais à l’intérieur des terres.
avatar
Athyl
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum