Ceux qui aiment la pluie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ceux qui aiment la pluie

Message  Shaanlo le Lun 9 Fév 2015 - 11:55

S'il y a bien une région que Shaanlo avait particulièrement appréciée durant ses voyages, ce sont bien les régions humides du Nord-Ouest. Shaanlo ne s'était jamais aventuré dans les Marais des Hommes-lézards, car il les savait trop dangereux, pourtant l'envie le taraudait. Heureusement, même aux alentours de ces étendues marécageuses sauvages, le climat était humide, même dans les Plaines d'Azgal où les pluies étaient fréquentes.

Voilà où se trouvait Shaanlo en cette journée de printemps. Il ignorait que des pluies importantes se déversaient sur le Royaume d'Estandre. Né dans le Royaume de Telbara, Shaanlo avait voyagé dans les trois royaumes depuis un an qu'Anguïr avait quitté ce monde. Le Royaume d'Estandre était celui dont il avait gardé le moins bon souvenir. Et encore, pour le Royaume de Tacomnal, c'est bien parce-que justement le climat tout au nord du Royaume était des plus favorables à un homme au corps de limace.

Des nuages couvraient le ciel mais la pluie ne tombait pas pour le moment. Néanmoins, le jeune homme-limace avait le plaisir de ressentir une terre humide sous sa sole. Les herbes encore perlées de rosée caressaient sa peau lisse, et son mucus le faisait glisser au sol avec fluidité. Parfois, en soulevant une branche ou un gros caillou, Shaanlo découvrait de vraies limaces plus ou moins petites qui s'abritaient ici pour la journée, ou d'autres parfois profitaient de l'humidité du sol pour sortir en dépit du soleil. Il souriait, se sentant proche de ces animaux inoffensifs mais détestés des jardiniers.

Loin des villages, Shaanlo aperçut soudain une silhouette au loin. Une silhouette humanoïde qui était sans doute celle d'un voyageur. Shaanlo se tapit dans l'herbe, ne voulant pas prendre le risque d'être aperçu. Mais alors qu'il fut à plus courte distance de la silhouette, il se rendit compte qu'il ne s'agissait pas d'un voyageur classique. Loin de là. Le soleil se reflétait sur sa peau comme si la personne était mouillée. Shaanlo trouva tout de suite étrange que la personne – apparemment une femme – soit entièrement nue, même au niveau des parties qui sont les plus intimes chez une Humaine normale – Shaanlo était lui aussi tout nu mais il n'était pas un Humain normal et n'avait donc aucune région intime visible. Et ses cheveux, quels cheveux ! Sous les rayons du soleil, ils avaient une couleur extraordinaire, tirant sur le bleu. Aucun Humain n'a de cheveux aux reflets bleus. Ils étaient longs, et Shaanlo plissa les yeux en leur trouvant une texture bizarre. Ils ressemblaient plus à des algues qu'à des cheveux.

Shaanlo comprit sans vouloir y croire. La silhouette était celle d'une Dryade. Le jeune homme-limace redressa le torse et rampa vers elle, curieux de faire sa connaissance alors qu'un certain émerveillement pouvait être lu sur son visage.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Shaanlo
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ceux qui aiment la pluie

Message  Ys' le Mer 11 Fév 2015 - 18:02

Je soupire, oubliant un instant le plaisir de sentir sous mes pieds nus la mousse spongieuse s’enfoncer, oubliant la beauté de ses nuages gorgés de pluie qui s’amoncellent dans les cieux désireux éteindre les rayons du soleil. Mes pensées, elles, sont toutes accaparées par la futilité de cette escapade. S’il fut un temps, où je me serais pongée dans l’herbe humide pour admirer la venue d’un orage et sentir sur ma peau la fraicheur d’une averse de printemps, aujourd’hui je ne fais que compter chaque pas qui m’éloigne de lui avec le fol espoir que notre lien s’en réduira. Je n’ose imaginer sa colère lorsqu’il s’apercevra de mon départ. Combien de lieux puis-je glisser entre nous avant qu’il ne découvre ma défection et tire sur mes chaines invisibles ? Combien de temps avant que le feu de sa marque coule en moi, déversant la lente agonie de mon asservissement.

Trop peu de temps… quelques instants volés d’une liberté très relative pour des représailles qui me font frémir rien qu’à les imaginer. Je sais pertinemment que sa marque, gravée dans ma chair et mes os, ne s’effacera sous l’effet de la distance. C’est une utopie, un joli rêve qu’il me plait parfois de croire. Mais ici et maintenant, c’est le désespoir qui m’assaille subitement. La lassitude d’un combat que je ne peux que perdre. L’envie de me laisser aller, de rendre à cette Terre qui m’a bercée, l’eau vive de ma vie, de me fondre en elle comme aux premiers instants. Un sourire se dessine sur mes lèvres mutines, désabusé et moqueur. Non… un jour, elle m’appellera à elle, et son chant m’envahira lors de mon dernier souffle, mais il n’est pas de ma destinée d’accélérer sa Volonté. En attendant, il est hors de question que les actes de ce Maléficien défroqué demeurent impunis. Il s’imagine dompter la Nature mais à trop vouloir jouer avec les flammes on se brûle.. Qu’importe le temps que cela prendra, le tout c’est qu’il apprenne qu’il n’a pas ce pouvoir tout puissant qu’il se prête, qu’il n’est qu’un humain stupide et faible, incapable de discernement et que son erreur lui coutera bien davantage que les bénéfices qu’il s’imagine aujourd’hui recevoir.

Mon sourire se fâne. La marque en mon sein, vibre légèrement. De la désapprobation ? De la stupéfaction ? Un bref avertissement pour que le poisson retourne à son bocal ? Qu’importe je choisis de l’ignorer, surtout que je me surprends à ne plus être seule. Ma main qui s’est dressé dans un élan vers mon cœur, retombe doucement. L’étrangeté de cet inconnu qui se porte à moi se présente comme une énigme. Un demi-corps mais pas de jambes. Nagga sans attribut de serpent ou humain sans bipédie. Je reste immobile, sur le qui-vive. Rien ne transpire l’agressivité dans ses gestes, au contraire même, son visage se fait avenant avec le sourire accroché à ses lèvres, ses yeux pétillants d’une jeunesse qui me rappelle ses petits d’homme dont la curiosité n’a d’égale que leur goinfrerie pour les tartes aux pommes.

Pourtant, j’ai appris à me méfier des rictus bienveillants, du charme que certains déploient pour parvenir à leurs fins. L’écaille ne fait pas le poisson, il est aisé de se dissimuler sous des illusions ô combien chaleureuses et accueillantes. Moi-même , j’use de temps à autre de ces subterfuges. Mes doigts s’agitent un peu, nerveusement, ils tapotent ma cuisse, seule marque d’appréhension que je laisse deviner. Mon visage, lui, n’offre aucune prise, figé dans le marbre ou la glace si bien que je suis certaine de ressembler davantage à mes sœurs de pierre qu’à l’onde dont je suis née.

«  N’avance pas davantage. » tranche ma voix charriant des glaçons lorsque je le juge bien trop près déjà.

Qu’il se précipite à ma rencontre, malgré toute cette innocence qui sculpte mièvreusement ses traits juvéniles, ne m’inspire qu’une méfiance d’autant plus vive aux regards des derniers épisodes similaires de ma formidable vie d’Esprit de Foire. Avec Jasper, autant d’enthousiasme ne rime jamais avec agréablement.. Loin s’en faut.

« Que me veux-tu ? »
avatar
Ys'
Novice
Novice

Race : Dryade
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ceux qui aiment la pluie

Message  Shaanlo le Ven 13 Fév 2015 - 19:36

La personne laissa retomber son bras dont le poing avait été porté au niveau du cœur. Elle venait de remarquer Shaanlo. Son regard braqué sur lui, elle le regarda ramper vers elle. Bientôt ses doigts tapotèrent sa cuisse en signe de nervosité, tandis que Shaanlo gardait le sourire en ayant confirmation, à mesure qu'il s'approchait d'elle, qu'il s'agissait d'une Dryade. Plus précisément, d'une Dryade d'Eau, d'apparence féminine.

Effectivement, comme il avait cru le remarquer de loin, elle ne portait aucun vêtement sur elle. Rien, elle était nue comme un Centaure. Ou nue comme Shaanlo lui-même ! Cela n'avait rien de choquant, puisque le corps des Dryades était dépourvu de toute intimité. Cette Dryade d'Eau était bien bipède, mais ses mains et ses pieds étaient palmés d'une fine membrane. Par endroits, sa peau, sinon d'une teinte bleu cendre, était faite d'écailles de poisson nacrées. Ses cheveux n'étaient qu'algues, longs fils marins descendant jusqu'aux courbures de sa poitrine sur laquelle des boutons de nénuphars remplaçaient des tétons humains. Ses jambes étaient fines, son allure presque fragile. Ses yeux de perle étaient bordés par descils noirs, lui conférant un regard mystique et envoûtant. Elle était belle, cette Dryade.

YS' – N'avance pas davantage.

Elle était farouche aussi. Shaanlo obéit, sans perdre son sourire un peu niais.

YS' – Que me veux-tu ?

Tout sauf du mal. Il allait falloir l'en convaincre. Shaanlo n'était pas aussi niais que son sourire à cet instant, il sentait la méfiance et la crainte de la Dryade. Il supposa, par habitude, que c'était dû à son corps anormal. La Dryade devait être perdue en le voyant, ne sachant comment le classer, quel nom donner à sa nature si ce ne pouvait être “Humain”.

SHAANLO – Aucun mal. Ne partez pas, s'il vous plaît, il m'est si rare de rencontrer une Dryade !

Shaanlo regarda son propre corps d'un air désolé :

SHAANLO – Je sais pourquoi vous avez peur de moi. Je suis né ainsi et seule Kaluni sait pourquoi. Je vis avec ce corps que les dieux m'ont donné, et la seule chose dont j'aie à me plaindre est le regard des autres sur moi. Peut-être une Dryade saura-t-elle me voir différemment ?

Il conclut en se présentant, n'ayant pas l'habitude d'être si verbeux alors qu'il entamait une rencontre :

SHAANLO – Je m'appelle Shaanlo, et je suis... enchanté, vraiment.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Shaanlo
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ceux qui aiment la pluie

Message  Ys' le Jeu 19 Fév 2015 - 20:02

« Peur … » répète ma voix, écho de glace à ses paroles.

Mon regard lentement remonte vers le sien, l’accrochant irrémédiablement dans ses reflets d’obsidienne. Il est peu de chose en ce monde capable de m’inspirer une irrépressible terreur, peu de personnes aptes à m’arracher des frissonnements d’effroi, mais cet être assurément n’appartient pas au cercle restreint de mes frayeurs. C’est presque amusant qu’il s’en excuse, presque navrant qu’il s’abaisse à défendre ce qu’il est, à se justifier au lieu de s’accepter. Lentement, hypnotiquement, je comble les pas qui nous séparent l’un de l’autre, mes pieds glissant sur l’herbe humide comme sur un lac gelé. Avec l’assurance et la nonchalance de ceux qui n’éprouvent nulles craintes, mon visage se penche près du sien, s’arrêtant si près qu’il peut sentir sur sa peau, mon souffle hivernal. Une mèche d’ébène azuré coule, froide et mouillée, entre nous deux, rempart à un contact plus intime.

«  Je n’ai pas peur… de quoi devrais-je avoir peur ? »

Mes lèvres se fendent d’un sourire glacial.

« Qu’est ce qui te fais croire que les dryades sont différentes… d’ailleurs es-tu certain que j’en sois une ? »

Je m’écarte doucement, reculant ou plutôt fuyant cette proximité soudaine dont je suis l’auteur. La curiosité qu’il allumait dans mon esprit, s’étouffe sous ma réponse. Dryades… je ne suis plus une des leurs depuis que ma chair se brûle en mon sein, de cette rune humaine. Je ne suis plus qu’un animal bien dressé que l’on présente le soir à ses amis après diner. Une curiosité… un soi-disant esprit de l’eau affublé d’un nom trop humain. La dryade se cache là, en mon cœur, bien protégée mais inaccessible. Ai-je encore le droit de prétendre l’être ?
Mon soupir se perd dans le grondement du ciel, soudainement striés d’un éclair furtif.


« Quoi qu’il en soit et qui que tu sois Shanloo, je n’ai jamais aimé être le centre de curiosité, et je n’ai pas de temps à perdre pour combler tes lacunes anthropologiq … »

Le tonnerre noie sous son vacarme funeste, mon hurlement de douleur. La souffrance, fulgurante, fuse sous ma peau, arrachant mes nerfs à vif, broyant la moindre de mes pensées sous une torture insupportable. Mes jambes flanchent et je m’écroule à genou, front couché sur son lit de mousse, main crispée sur ma poitrine fumante. Des perles de givres coulent de mes yeux, mon corps se contracte sous le supplice invisible.

Je suis sûre qu’il se repait de mon martyr, qu’il goute avec joie aux affres de la souffrance qu’il me procure au travers du lien qui nous unit à mon corps défendant. Une punition, les prémices de sévices plus sévères si je ne m’avise de ne pas rentrer au plus vite. Son étreinte s’estompe jusqu’à disparaitre complètement, pourtant je reste là, affaissée sur le sol comme une poupée cassée. Oublié Shanloo, oublié la pluie qui tombe à grosses gouttes, il ne me reste que le gout amer de la servitude, et une rune brulante sur le sein .
avatar
Ys'
Novice
Novice

Race : Dryade
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ceux qui aiment la pluie

Message  Shaanlo le Ven 20 Fév 2015 - 10:47

YS' – Peur...

Shaanlo eut l'impression d'avoir dit quelque chose qu'il ne fallait pas, d'avoir froissé la Dryade en supposant qu'elle avait peur de lui. C'était pourtant tout ce que l'attitude de la Dryade avait laissé paraître ; et Shaanlo avait l'habitude que l'on ait peur de lui. Se tromperait-il à cet instant ? Comme pour le prouver, l'être aquatique s'avança vers lui d'un pas fluide, comme si ses pieds palmés glissaient sur le sol aussi facilement que la sole de reptation de l'homme-limace. Shaanlo se dressa légèrement, ne sachant pas à quoi s'attendre. La Dryade approcha son visage tout près du sien. Le pauvre homme-limace était maintenant celui qui ressentait un peu de peur, car le comportement étrange de la Dryade ne le mettait pas à l'aise, mais son corps de gastéropode ne lui permettait pas de maintenir la distance entre elle et lui.

YS' – Je n'ai pas peur... de quoi devrais-je avoir peur ? Qu'est-ce qui te fais croire que les Dryades sont différentes... d'ailleurs es-tu certain que j'en sois une ?

Shaanlo lui trouva un sourire malveillant à cet instant. Il eut un mouvement de recul, pourtant la Dryade elle-même se détacha de lui, relaissant entre eux un bon mètre de distance. Shaanlo se sentit un peu tendu, et sursauta quand un éclair stria le ciel soudain. Les nuages s'étaient épaissis et le tonnerre grondait sourdement au loin. Un orage approchait. Dans combien de temps serait-il au-dessus de leur tête ? Le tonnerre prit rapidement du volume. Shaanlo n'avait pas peur des orages. Au contraire, il les aimait. Il n'y voyait pas l'image du courroux des dieux que d'aucuns leur attribuaient.

YS' – Quoi qu'il en soit et qui que tu sois Shanloo, je n'ai jamais aimé être le centre de curiosité, et je n'ai pas de temps à perdre pour combler tes lacunes anthropologiq...

La Dryade se plia soudain de douleur dans un hurlement que le tonnerre couvrit. L'orage était-il responsable ? Cette Dryade d'Eau serait-elle liée négativement aux orages ? Cela semblait insensé. Cependant, l'existence des Dryades n'avait déjà en soi pas toujours un sens évident. C'étaient des êtres énigmatiques par essence, et Shaanlo n'avait pas la prétention de dire si une Dryade d'Eau pouvait être affectée douloureusement par l'éclat d'un orage.

Elle tomba à genoux, ce qui alarma Shaanlo. Il oublia le ton grinçant qu'elle venait de prendre avec lui, et combla le mètre qu'elle avait établi entre eux.

SHAANLO – Que vous arrive-t-il ?

Il lui prit délicatement les épaules. Une averse les doucha. Le ciel s'obscurcissait alors que l'orage faisait son passage qui ne devrait pas durer plus de dix minutes. Le vent déplaçait les nuages à bonne allure. Shaanlo répéta :

SHAANLO – Que vous arrive-t-il ? Etes-vous blessée ?

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Shaanlo
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ceux qui aiment la pluie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum