Sicaä [Dryade d'Eau / Sorcière]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sicaä [Dryade d'Eau / Sorcière]

Message  Athyl le Lun 18 Sep 2017 - 17:42

Nom : Sicaä

Age : 342 ans

Race : Dryade d’Eau

Classe : Sorcière

Arme : Aucune

Armure : Aucune

Capacité spéciale : Transformation. Sicaä a une queue de Süent. Exposée à l’air libre, celle-ci se transforme en jambes. Une fois immergée dans l’eau, elle reprend son apparence initiale.

Compétence raciale : Magie de l’Eau

Sorts et compétences :

- Grande Endurance
- Grande Endurance x2

Sicaä a dû vivre de longues périodes hors de l’eau. Ce douloureux et pénible exercice lui a conféré une endurance supérieure à la moyenne. Elle est donc capable de rester longtemps hors de son élément, même si elle en ressent le manque.
- Magie de la transformation
- Transformation : Süent, Kul’tak

Dans le milieu aquatique, elle peut se transformer en un Suënt joueur et rapide. Elle peut également prendre l’aspect d’un Kul’tak, ce qui lui confère la possibilité de se mouvoir sur la terre ferme plus rapidement que sous son apparence dryadique.
- Transformation : Eau
Son corps peut devenir liquide et se transformer en eau. (4 fois maxi par combat, dure 4 tours)
- Magie du soin
- Soin : Blessures (4 fois maxi par combat)
- Soin : Maladies

Tournée vers son prochain, elle a rapidement appris à utiliser ses pouvoirs pour soigner toute personne dans le besoin.
- Eau : Geyser
Elle fait jaillir du sol une source d'eau chaude et de vapeur projetée à haute température et à haute pression. Si une personne se trouve au niveau de ce geyser, la chaleur pourra la brûler et la pression la projeter plus loin. (5 fois maxi par combat)
- Eau : Vapeur
Elle peut faire s’évaporer l’eau. Ce sort concerne toutes les sources d’eau, y compris celle contenue dans le corps des êtres vivants. Nécessite un semi-contact (très courte portée d'une quinzaine de centimètres). (3 fois maxi par combat)
- Eau : Vase
Elle humidifie la terre, ce qui forme de la vase, de la boue ou des sables mouvants selon le type de sol. (2 fois maxi par combat, dure 2 tours)
- Eau : Bulles
Elle peut créer de gigantesques bulles remplies d’eau. Si cette eau se forme autour d’une personne, alors cette dernière sera ralentie jusqu’à ce qu’elle en sorte (sauf qui la créature est aussi à l'aise dans l'eau qu'en-dehors). La personne prise dans la bulle doit se mettre en apnée si elle n'a pas la capacité de respirer sous l'eau. Le liquide crée également une protection naturelle puisqu'il ralentit les coups. (3 fois maxi par combat, dure 3 tours)

Compétences secondaires :

- Orientation naturelle
- Connaissance de la faune
- Connaissance de la flore
- Chant

Caractéristiques physiques :

Plongée dans l’eau, Sicaä possède une longue queue de süent. Hors de l’eau, cette queue de poisson se transforme en jambes humanoïdes, avec des écailles. Au dessus de sa taille, son corps a une apparence humaine.

Sa peau est très claire, presque translucide. Ses mains sont palmées et des écailles recouvrent ses poignets et sa poitrine.

Son visage à une forme humaine. Ses lèvres brillent d’un reflet bleuté. Ses yeux sont gris-argentés et ses iris sont plus grand que ceux des humains, rappelant ceux des animaux marins. Défiant les lois de l’apesanteur, ses cheveux font penser aux filaments des méduses flottant dans l’eau. En eau douce, des algues et des fleurs aquatiques poussent dans sa chevelure. Dans la Mer, le corail et les anémones remplacent les fleurs.

Caractéristiques psychologiques :

Sicaä est craintive mais il est possible que vous l’aperceviez quand même car, comme la majorité des Dryades d'Eau, elle est très curieuse. Si elle n’est pas particulièrement intelligente, elle n'en reste pas moins douce et sensible. S’il fallait un mot pour la qualifier, ce serait la gentillesse. Les deux seules choses qui peuvent la rendre farouche sont la défense de la nature et des personnes vulnérables qu’elle voudra protéger envers et contre tout.

Histoire de votre personnage :

La déesse des Mwöng
La tribu des Mwöng habitait les îles Maléniennes. Ils vénéraient les esprits de la Nature. Un jour, une petite fille du nom de Naüsh tomba dans une rivière et le courant l’emporta. Ses parents tentèrent de la secourir, mais il arrivèrent trop tard car la fillette avait disparu dans les flots impétueux. Désespérée, la mère se jeta dans la rivière en hurlant. C’est alors qu’apparu une créature ni humaine ni animale mais faite d’eau et de magie. Dans ses bras se trouvait la petite humaine endormie. L’esprit tendit ses bras écailleux vers la mère pour lui rendre sa fille. Après cet évènement, l'esprit fut placé au rang de divinité et vénéré par les Mwöng. Ils lui donnèrent le nom de Sicaä, ce qui signifiait dans leur langue l’onde qui se propage dans l’eau.

L’attaque des Orcs
Un jour funeste, des Orcs attaquèrent le village. Dans les profondeur de la rivière, Sicaä sentit les eaux se troubler. Elle sorti des flots et entendit des hurlements. La dryade se rendit pour la première fois au village Mwöng. Elle n'y trouva que cendre et cadavres. Cachée derrière un buisson, elle chercha les survivants du regard. Il ne restait qu’une humaine encore en vie : Naüsh. La petite fille que Sicaä avait un jour sauvée était devenue une belle jeune femme. Allongée dans la boue, elle se débattait tant bien que mal contre les assauts de deux Orcs furieux. Ne comprenant pas ce qu’ils lui faisaient subir, la dryade posa ses mains sur le sol pour sauver la jeune femme. La boue se liquéfia progressivement et Naüsh se fit ensevelir par la boue. Les Orcs s’enfonçaient également et ils relâchèrent la jeune femme pour ne pas finir comme elle. Se transformant en Eau, Sicaä pénétra la boue qui renfermait Naüsh pour l’emporter plus loin. Une fois hors de danger, elles s’enfuirent toutes les deux, quittant la forêt qui les avait vues naître.

La naissance de Kmuurk, le demi-Orc
Naüsh et Sicaä suivirent le cours de la rivière pendant de longs mois. La dryade aidait l’humaine à trouver de quoi survivre. Le ventre de Naüsh s’arrondissait et le jour où elles atteignirent la mer, l’humaine perdit les eaux. Un demi-Orc sorti de son ventre, mais la jeune mère ne survécu pas à l’accouchement. Avant de rendre son dernier souffle, elle fit promettre à Sicaä se s’occuper de son enfant qu'elle nomma Kmuurk, ce qui signifiait le Fils de la Mer en Mwöng.

La traversée de l'Océan de Platunaise
Sicaä trouva un village de pêcheur. Ne pouvant subvenir aux besoins d'un nouveau-né, elle y déposa Kmuurk. Discrètement, elle veillait à ce que les villageois prennent soin de lui. Il grandit et devint pêcheur. Malheureusement, sa nature de demi-Orc n’était guère appréciée et quand un majestueux bateau quitta le port pour se rendre en Orcande, Kmuurk s’y engagea pour quitter les îles Maléniennes. Il traversa l'Océan de Platunaise à bord du navire tandis que Sicaä le suivait par les profondeurs marines.

La légende de la Sirène Bienfaitrice
De nombreuses années après l’arrivée de Kmuurk et de Sicaä à Voragil, une rumeur vit le jour. On parlait d’une créature marine porte-bonheur. Les jeunes ne craignaient pas la mer et affirmaient que ce n’était que des racontars. Mais de vieux loups de mer disaient qu’ils avaient un jour aperçu la Créature. Selon eux, elle apparaissait lors des tempêtes pour sauver ceux qui tombaient à la Mer. Certains tentèrent de la capturer, persuadés qu'elle leur porterait chance. Mais aucun ne parvint à mettre la main sur elle.

La mort de Kmuurk
Plus ce trois-cent ans plus tard, Kmuurk était devenu vieux et aveugle. Ses forces le quittaient et il sentait sa mort venir. Sa réputation lui survivrait encore quelques années puisqu’il avait été le plus grand pêcheur de tout le village. On disait que la Sirène Bienfaitrice était lié à lui. Mais il emporterait son secret dans la tombe car jamais il n'avait parlé d'elle à quiconque. Allongé sur son lit de mort, quelques pêcheurs lui posèrent une dernière fois les habituelles questions sur la Sirène. Mais Kmuurk se contenta de leur offrir un sourire énigmatique avant de rendre son dernier souffle.

Le voyage de Sicaä
Attristée par la demande du demi-Orc, Sicaä remontait le courant d’une rivière. Elle avait quitté l’Océan, comme le souhaitait Kmuurk. Elle entendait encore sa voix résonner dans sa tête. "Sicaä, doux esprit de l’eau, je vais mourir. Mais toi, ne devient pas écume. Quitte la Grande Eau Salée et trouve quelqu’un d’autre sur qui veiller comme tu l’as si longtemps fait pour moi." Elle nageait à contre-courant et toutes ses pensées accompagnaient le départ de Kmuurk. Elle répondrait à sa demande et en protégerait un autre.
avatar
Athyl
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum