Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Ven 9 Juin 2017 - 18:30

Il courait aussi vite que possible. Postant un gros plat sur les bras, l’humain dut monter de longs escaliers en colimaçon et courir à travers tous ces couloirs pour me rejoindre. Encore, il n’était pas trop gêné dans sa course. Il portait une armure des plus rudimentaire. Seuls ses avant-bras et ses jambes furent protégés par des plaques en cuivre, le reste, il s’agissait d’une armure en peau d’animal. Se déplacer ne devait trop lui poser de problème alors je n’avais aucune raison d’entendre ses excuses. De plus qu’il venait mal raser, des cheveux en pagaille et manquant de trébucher avec son gourdin mal fixé à sa ceinture. Il finit sa course en titubant et se pencha vers moi pour me tendre le plateau où des morceaux de viande cuite étaient posés. Il fit une révérence des plus maladroite.

Serviteur – V’la pour vous maître.

Exaspérant. Le vocabulaire de mes nouveaux sujets était à désirer. Je pris le morceau qui semblait le plus appétissant et fit signe de la main au serviteur pour qu’il s’en aille. Sans se faire prier, l’humain partit en courant, faisant renverser un peu de nourriture. Je me retrouvais donc seul, dans la grande salle assis sur mon trône provisoire avec juste ceci à manger. Je me consolais en me disant que c’était bien mieux que depuis mon arrivé. Pendant plusieurs jours, je cherchais un endroit où faire renaître mon ancien empire. Étant perdu dans le temps et l’espace, j’avais cruellement besoin d’un chez-moi et de retrouver certains repères. C’est alors que je vis ce vieux château abandonné qui servait de repère à tout un groupe de bandit. En passant sur les détails, je dirais juste que je trouvais l’endroit fort intéressant. Après une bataille contre eux dont j’en suis sorti vainqueur, j’ai pu imposer ma volonté à ces larves. Évidemment, ils n’étaient pas très futés et pour se faire obéir, ce n’était pas facile. Surtout avec les plus charismatiques qui fomentaient sans cesse des révoltes tous les deux jours. Mais après un peu de « diplomatie », ils ne constituaient plus une menace pour moi… Ni pour personne.

Ceci était le rapide résumé de ces derniers mois. Du moins, pour mon arrivé. Car après il fallait persuader mes nouveaux sujets du bien de m’avoir comme maître. C’est pour cela que je les aider à organiser des pillages. Mais pas ceux contre des caravanes ou des villages non, je visais mieux. Déjà, des attaques contre d’autres bandits et ensuite à la récupération de divers trésors pouvant m’aider dans ma mission. Je laissais volontiers mes hommes se servirent dans l’or, ainsi ils se laissaient plus facilement amadouer. Pour ma part, je ne récupérais que les objets en rapport avec la magie ou vers des artefacts bien particuliers.

Je restais donc assis sur ce siège en bois décoré en attendant de trouver un trône digne de mon rang. Il faisait presque nuit, la pièce était éclairée par les lampes et un brasero. C’était silencieux et triste, la présence d’un musicien manquait, peut-être pourrais-je louer les services d’un barde bientôt. En attendant, je mangeais mon morceau de viande lorsqu’un des responsables de ma milice vint à ma rencontre. Il poussa la grande porte en bois et s’approcha de moi à grandes enjambées pour me rejoindre. Il était le plus présentable, avec une armure en fer, une belle épée et un bouclier, un vocabulaire plus correct et suivait bien les ordres. J’avais de l’espoir en lui, tout en gardant une certaine méfiance, car il restait un bandit. Mon bras droit s’inclina mieux que le serviteur avant de me faire son rapport.

Toralf – Seigneur. Je viens vous signaler que nous avons trouvé tous ceux que vous avez mentionné chez le sorcier.
Sekmatep – Parfait. Il ne vous a pas poser trop de problème je suppose.
Toralf – Non, il était à notre merci. On a trouvé la carte et ses babioles magique. Que voulez-vous qu’on fasse ?
Sekmatep – Mettez-les dans la salle du trésor. Les biens personnels du sorcier, vous me les laisser, garder comme convenu son or.
Toralf – Bien maître.  Vous faudra t’il autre chose ?
Sekmatep – Pour l’instant non, vous pouvez disposer après.

Je fis signe à Toralf qui s’inclina et partit rejoindre la cour, me laissant seul à nouveau. Si mes intentions étaient justes, les biens du sorcier m’aideraient à rassembler les vestiges de mon ancien empire. Cela me prendra des années et sans doute, plusieurs Sekmatep risquaient de me succéder, mais si mes projets aboutissaient, alors je n’aurais pas à m’en inquiéter. Je restais songeur sur mon trône, regardant par une fenêtre si tout cela était possible. D’autres Sekmatep avaient déjà essayé sans jamais y arriver, mais comme j’étais une exception dans cette « dynastie », alors la chance me sourira sans doute. Mais pour cela, il fallait que je maximise mes chances en reconstituant un début de royaume.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Sam 10 Juin 2017 - 15:02

Je ne pense pas à tout ce qu’il s’est passé. Je ne pense pas à Kormak. Toute cette histoire appartient à une autre. Pas à moi. Pas à Ancolie, la fleur de la folie !

Je m’approche de Chogan. La tribu est là, devant moi. Une dizaine de mâles et de femelles de toutes races. Ils piétinent les corps, humains pour la plupart, de ceux que nous venons de tuer. Ils n’étaient pas bien nombreux. Quatorze exactement. Ils devaient s’attendre à attaquer quelques brigands faibles. Pas une tribu comme la notre. Car même si nous ne sommes pas nombreux, notre soif de sang et nos pouvoirs sont puissants. Nous les avons écrasés jusqu’au dernier. Ou presque. Il n’en reste qu’un seul. Il dit s’appeler Toralf.

Chogan l’a gardé en vie pour qu’il raconte son histoire à son maître. L’humain s’enfuit la queue entre les pattes. Bientôt son maître saura qu'un groupe de bandit tient tête à son armée.


* * *

Comment en suis-je arrivée là ? Voilà une bonne question.

Je suis restée au royaume de Telbara. Seule. J’ai marché pour retourner vers la capitale, de routes en routes. Et puis je suis tombée sur une scène de carnage.

Le sol n’était plus qu’une boue de sang. Des morceaux de corps étaient éparpillés partout. Il n’était plus possible d’identifier leur race ou leur sexe. Ils n’étaient plus que bouillie. Je suis restée là un long moment, respirant l’odeur de la mort et de la folie sanguinaire à l’origine de ce tableau. Plus cette odeur entrait dans mes poumons, plus je me sentais changer. Sans que je ne le maîtrise vraiment, mon corps se transformait en même temps que mon esprit, s’inspirant de ces morceaux de corps dépareillés. Je regardais une tête à mes pieds, les yeux crevés, et je me mis à chanter. En levant les bras vers le ciel, je fis apparaitre des yeux rouges qui sortirent des orbites de la tête décapitée pour voler dans les airs. Ils finirent par s’arrêter autour d’eux apparut un monstre en décopatch, formé de divers morceaux de corps, comme ceux qui se trouvaient au sol. A la place de la tête, il y avait un bras sur lequel était posé un pied. Les jambes étaient remplacées par deux corps plus petits, si bien qu’il était manchot avec quatre membres inférieurs.

Quand je pu enfin détourner les yeux de cette scène, je l’aperçu et ma marionnette disparu dans un nuage de fumée. Devant moi se trouvait un centaure à la robe noir. Il était beau. Impressionnant. Une aura effrayante se dégageait de lui. Je n’ai pas bougé d’un pouce. Cela m’a paru des heures. Tout semblait figé autour de nous. Il a finit par briser le long silence pour prononcer quelques mots que je n’ai pas compris. Comme je ne réagissais pas, il a repris, mais cette fois-ci en langue commune.

Chogan– Qu’es-tu ?

Je ne sais pourquoi, mais j’étais certaine que si je répondais « une humaine », il m’aurait tuée sur le champ. Mais il avait vu mon corps se transformer et il ne pouvait deviner la race à laquelle j’appartenais vraiment. D’ailleurs, mon corps continuait de changer, mes oreilles s’allongeaient et ma peau prenait une teinte qui virait entre le vert, le brun et le gris. La pointe de mes cheveux devenait verte et de fines feuilles y poussaient. Dryade ? Elfe ? Humain ? Il ne pouvait deviner. J’éclatais de rire et répondis :

Ancolie – Je suis Ancolie, l’éclosion de la folie.

Il paru hésiter un instant puis m’en demanda plus sur mes pouvoirs. Je lançais alors un poignard vers lui et, par ma simple volonté, le déviais de sa trajectoire juste avant qu’il n’atteigne sa poitrine. Cependant, mes illusions l’empêchèrent de s’en rendre compte et il vit son cœur se faire transpercer par mon arme. J’admirais la panique qui se dessinait sur son visage et applaudissait avec joie. Il faut croire que cela lui plu puisqu’aujourd’hui, je suis à ses côtés.

Il ne m’a pas beaucoup parlé de lui. Ce sont les autres qui m’en ont dit plus. Notamment qu’il s’appelle Chogan, ce qui signifie « oiseau noir » dans la langue centaure.

Il parait que par la passé, Chogan a gagné une reico et est devenu le roi d’une tribu. Il haït les humains au plus haut point, et c’est cette haine qui lui a fait tout perdre. Dans sa colère, il a blessé la centauresse qu’il aimait. Il ne l’a pas fait exprès, mais il a été banni après l’incident. Sa tribu s’en est allée avec un nouveau chef. Deux centaures sont restés à ses côtés malgré tout. Reïn et Khikta, qui haïssaient tellement les humains qu’ils lui avaient pardonné l’incident. Ce sont eux qui m’ont dit que celle qu’il a blessée s’appelait Vagabonde. Reïn ignore ce qu’il est advenu d’elle puisqu’ils ont dû s’enfuir le plus loin possible après le bannissement.

Chogan est quelqu’un de charismatique. Il n’a pas eu de difficulté à composer une nouvelle tribu. Il a recruté toute sorte de personnes. Il suffisait qu’ils veuillent tuer des humains pour que ces gens deviennent des membres de son clan.

Je devrais avoir peur et m’enfuir, mais au contraire, leur cacher ma vraie nature est le jeu le plus amusant du monde !

Chaque personne ici présente est… étrange. Reïn dit que c’est parce qu’ils ont tous vécu la « cérémonie de passage ». J’ai hâte d’en faire une. Il y a une histoire de démon, de nuit, et de… manger un humain. Il ne m’en a pas dit plus, mais cela me laisse béate.

Je patauge dans le sang. Je ramasse une tête et fais un dessin sur ses joues avec le sang qui en coule. Quand Chogan me rejoint, je plonge mes mains ensanglantées dans sa crinière. Il me frappe et je recule en riant.

Chogan – Tu te souviens du carnage devant lequel nous nous sommes rencontrés ?

Je ne peux pas oublier cet assemblage de corps disharmonieux et son odeur ! Je souris en dévoilant des dents pointues. Mes grands yeux dorés brillent d’une lueur de folie. Je hoche la tête de haut en bas comme un pantin désarticulé.

Chogan – Ce sont eux qui en sont à l’origine. Leurs frères d’armes ne devraient pas tarder à riposter maintenant. Dans la cas contraire, on ira à leur rencontre.

Tuer ! Nous allons encore en tuer ! Je pousse un long cri aigu, gorge déployé vers le ciel. Chogan lève alors la voix pour s’adresser à tout le monde.

Chogan – Ils tuent des bandits, disent-ils. Mais ce sont les mages qu’ils recherchent ! La plupart sont des humains et tuent tous ceux qu’ils qualifient de sorciers pour leurs voler leurs pouvoirs. Un nouveau combat ne devrait pas tarder. En attendant, reposez-vous. Vous vous êtes bien battus.

•————————————•
Fleur de Tacomnal
avatar
Fleur
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Lun 12 Juin 2017 - 16:24

La soirée se passait bien pour l’heure et j’entendais mes hommes s’amusaient à l’extérieur. Tout semblait bien se passer et c’était une bonne journée de travail. Avec un peu de chance, mes projets avanceront à bon train et dans peu de temps, je retrouverais un chez-moi qui sera un lieu à la fois admiré et craint. Arriverais-je à retrouver la gloire d’antan ? Il a fallu plus d’une réincarnation pour y arriver. Et bien que ma conscience se rapportera aux futures générations, le fait de savoir que je peux perdre ce corps me terrifie un peu, autant que de ne pas réussir à me trouver un héritier… Ou une héritière, car il s’agit d’une règle qui peut changer selon mon désir.

Quittant mon trône, je me dirigeais vers une salle particulière. Montant un étage par un escalier en colimaçon, j’entrais dans ce qui devait être, une de mes salles préférer. Poussant deux grandes portantes battantes, je me retrouvais dans la Salle aux rituels. Une grande pièce en chantier, la décoration était en cours d’être refaite et les murs réparer. Mais le plus important était-ce qu’il se trouvait au centre, une des reliques les plus importantes de Kemetra. Et juste à côté, les fragments de mon sarcophage antique reposaient. Jadis, ces pierres décorées renfermaient une incroyable magie. L’autel permettait d’accomplir d’incroyables miracles et pouvait déclencher de terribles cataclysmes. Mais aujourd’hui, sa magie était comme morte et les fragments de mon cercueil n’avaient plus aucun effet. Moi-même, je ne pouvais rien y faire actuellement.

C’était pour cela que je rassemblais autant que possible les vestiges de mon ancien empire. Combiné aux savoirs magique d’Orcande, j’arriverais sans doute à refaire battre le cœur de Kemetra. En attendant, je ne pouvais vraiment pas faire grand-chose. Posant mes mains sur la surface fracturée de l’autel, le sable qui était en moi se mit à réagir et vint glisser sur le bloc de pierre. Cela ne faisait rien d’autre. C’était comme vouloir remplir une cruche brisée, l’eau y rentre, mais sort immédiatement. Mais j’étais si pressé d’arriver au jour où il sera à nouveau en état. Alors que je gaspillais mon temps sur cette pierre, je retirais violemment mes mains dessus. J’avais comme un mauvais pressentiment.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Mar 13 Juin 2017 - 22:05

Je profite du temps de repos donné par Chogan pour m’en aller à la poursuite dudit Toralf. Je cours, le retrouve, le suit, cachée dans les arbres. Il fuit de toutes ses forces. Je me mets à chanter une comptine pour enfants aux paroles quelques peu détournées. Chacun de mes mots lui parvient d’un endroit différent, si bien qu’il ne peut en localiser la source.

Ne te retourne pas, mon petit
Ne te retourne pas, le centaure te suit
Cours donc, polisson !
Car à la fin de sa chanson...


Tout en chantant, je fais apparaître un centaure-zombie qui galope non-loin de lui en pointant la flèches de son arc droit sur lui. Il s'approche de plus en plus, s'excite, s'apprête à le frapper, pendant que je continue ma chanson :

Les jambes il va t’arracher !
Les mains il va te manger !
La tête il va te…


Toralf tombe au sol.

Le centaure disparait.

Je m’approche de lui, avec la forme d’une vieillarde. Il lève la tête. Sa sueur se mêle à ses larmes. Le bas de mon visage n’a plus de peau. Les os de ma mâchoire s’ouvrent en grand dans un angle peu naturel. Ma langue est un serpent qui s’approche de lui en sifflant. L’humain n’a pas le temps d’en voir plus qu’il a déjà disparu en prenant les jambes à son coup et en hurlant.

Je continue à le suivre, tandis que les illusions s’envolent progressivement. Il me faut toujours du temps pour me repérer quand je change de forme. Redevenue celle qui réapparait toujours en pointillé, la folie s’en va progressivement. Je finis sur une petite colline, derrière laquelle se trouve un château. C’est là que Toralf s’est enfuit. Je le vois passer le pont-levis, ou du moins ce qu’il en reste. On dirait une ruine.

Mon corps est redevenu totalement humain.

J’aimerais ne jamais être celle que je suis à présent. Je ne veux pas penser à tout ce que j’ai vécu jusque là, à celle que je suis vraiment. Je préfère être un autre. N’importe quel autre. Mais mes sortilèges ne durent pas assez longtemps pour cela…

Je contemple longuement le château, me demandant quel genre de personnes il abrite. Chogan dit qu’ils tuent des bandits. Et surtout des mages. Pourquoi en ont-ils après ceux qui pratiquent la magie ? La question ne se pose pas. Rares sont les personnes en Orcande qui apprécient les sorciers. Chogan, lui, n’est pas comme ça. Il compte sur ma différence. Je sais bien qu’il ne fait que s’en servir. Je ne représente rien pour lui. Mais Ancolie n'en a cure. Être aux côtés d'un autre fou ne peut que la rendre guillerette.

Quand le temps a suffisamment passé pour que je puisse redevenir Ancolie, je me détourne du spectacle qui se trouve face à moi pour rejoindre le centaure et son clan. J’apprends alors que, si d’ici deux jours les habitants du château ne nous ont pas attaqués, alors c’est nous qui le feront.

Chogan a le sang chaud. Et c'est ça qui me plaît chez lui. Car cela finira par lui coûter la vie. Je souris de toutes mes dents pointues. Je n'en peux plus de tant de suspens !

•————————————•
Fleur de Tacomnal
avatar
Fleur
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Mer 14 Juin 2017 - 11:48

Je ne savais pas pourquoi, mais j’avais comme un mauvais pressentiment. La voix de mes hommes dehors raisonnait à l’extérieur en chant joyeux, ce qui me rassurait un peu. Peut-être me faisais-je trop d’idée. Il valait mieux se changer les idées justement. Une fois mes reliques reconstituées, je pourrais envisager la création d’une nouvelle communauté, coupée du reste d’Orcande. Un village près du château, qui s’agrandirait petit à petit, bénéficient de ma protection. Ils cultiveront la terre pour tous nous nourrir. Ici, c’était plus fertile que près de mon ancienne oasis. Une société n’’aurait aucun mal à se développer par ici et nous resterions cacher des autres peuples, jusqu’à ce que nous prenions suffisamment d’importance pour imposer le respect. Pas nécessairement par la voie de la guerre, mais si nous arrivons à gagner en importance, les autres peuples ne voudront sans doute pas nous attaquer et accepteront le commerce, ce qui nous renforcera.

Je me mis à dessiner sur un parchemin les plans de ce futur village. Je mis voyer déjà, une société vivant en paix et prospérant au fil des âges. Et je ne comptais pas répéter les erreurs du passés.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Sam 17 Juin 2017 - 17:53

Un jour s’écoule, lentement. Je passe le plus clair de mon temps à marcher entre les arbres, seule. Je prends une forme, puis une autre, laissant mes pensées dévier en fonction de mes personnalités et apparences. Je reviens parfois au château, voir s’il n’y a pas quelque agitation de ce côté. Mais je ne remarque rien. C’est comme si le serviteur en panique n’avait rien fait, rien dit. Ou alors ils ont choisis d’attendre. De Nous attendre. Ils sont bien plus en sécurité derrière leurs murs de pierre. Faibles et lâches humains.

Un deuxième jour nait. Je reste tapie dans les hautes herbes, à regarder le soleil qui se reflète sur les pierres de leur abris. J’entends un hennissement. C'est mon centaure fou. Je deviens Ancolie et m’élance dans la direction du cri. Chogan est en train de rassembler ses camarades. Nous nous regroupons autour de lui.

Reïn a rassemblé des vêtements, des morceaux de cuir plus ou moins travaillé. Il y a également des plumes, de la terre rouge, mélangé à du sang, des os, des pierres, des branches, des feuilles, des animaux en morceaux ensanglantés… Certains prennent de ces objets, non pas pour en faire une armure protectrice, mais ils s'en parent et deviennent la Peur.

Une tigraine se met au centre du cercle que nous formons. Elle nous fait boire un breuvage fumant. Ensuite, elle se met à chanter. Nous reprenons en cœur la rengaine, martelons des mots sans sens. Nos cri se mêlent, s'entremêlent, apparaissent à nos yeux, fluides, liquides. Ils coulent sur nous, en nous, et bientôt nous ne sommes plus un, mais tous. Je suis lui quand elle est moi et nous sommes eux. Plus rien n'a de sujet. Plus rien n'a de sens. Nous voyons l'invisible, entendons l'inaudible. Certains se frappent la tête contre le sol, d'autres dansent et hurlent. La folie se réveille en chacun de nous. Hallucination, rêves. Lui, là bas, celui à la forme humaine, prend un crâne et l’enfonce sur sa tête. Ses yeux deviennent jaunes et ses poils poussent, ses dents et ses oreilles s'allongent. Folie. L'autre se déshabille et une fois nu, se met à gonfler. Ses jambes, ses bras, son visage, tout devient géant, tout devient terre ! Folie. Un arachnéen se peinture le corps de sang. Il se coiffe d’os, de plumes et de morceaux d'animaux morts. Il est chaire. Il est sang. Il tend son visage vers le ciel et fait tomber la foudre. Folie. Les centaures ont disparu derrière leurs masques de morts. Ils sont la mort. Folie. Le drow est devenu feu. Folie. La dryade d'eau est devenue torrent de glace. Folie. Deux arbres se mettent à bouger, torturés, âmes en peine, ils s'approchent de nous. Leurs yeux est colère. Leurs grincements est vengeance. Folie.

De longues branches poussent dans ma chevelure et forment des cornes de-ci de-là sur ma tête. Ma chevelure verte retombe sur mes hanches. Je prends des peaux et les attache à mes poignets, une mâchoire humaine me sert de collier et à ma ceinture dégoulinent des restent d’oiseaux en grande partie mangés. Mon grand sourire révèle des dents pointues et mes yeux d’or brillent d’excitation. Je badigeonne mes bras de dessins de terre et de sang. Un bohoron apparait à mes côtés. Mon bohoron. Mon sortilège. Dans leur état second, aucun de mes compagnons n'y prête attention.

Un hurlement de folie collective résonne alors dans les bois : nous partons manger de l’humain !

•————————————•
Fleur de Tacomnal
avatar
Fleur
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Dim 18 Juin 2017 - 13:54

Plusieurs plans furent dessinés sur les parchemins. Différents types de villages étaient proposés pour l’avenir de notre peuple. Même, certains présentaient des constructions pharaoniques comme des tombeaux et des palais. Mais pour en arriver là, il faudra attendre encore un peu. Pour le moment, je cherchais surtout quel serait le meilleur début pour une nouvelle société. Non loin du château, on pourrait déjà faire construire un premier petit village. Là-bas, on pourra faire de l’agriculture, pousser du blé et de l’orge, ainsi que des légumes. L’élevage sera aussi possible, sans oublier tout le métier artisanal qui pourra en découler. Nous deviendrons en peu de temps autonome. Mes hommes n’auront plus besoin de piller pour manger. Pour les armes et les armures, il faudra un forgeron et arriver à commercer grâce aux caravanes. J’étais pressé d’être déjà à ce niveau de développement.

Alors que j’étais plongé dans mes projets, quelqu’un entra dans cette salle. Levant légèrement mon casque, je pus constater qu’il s’agissait de Toralf. Il n’était pas resté à festoyer avec les autres ? Étrange. S’il est venu jusqu’ici sans être convoqué, cela devait annoncer quelque chose d’important. Coudes sur la table, les mains jointes pour soutenir ma tête, je l’interrogeais du regard. Il affichait une mine grave, son esprit n’était pas tranquille et connaissant le gaillard, il fallait y aller fort pour le pousser à exprimer un air aussi mal. Pourtant, il semblait aller bien quand il m’a fait son rapport.

Toralf – N’avez-vous besoin de rien mon seigneur ?

Sekmatep – Non de rien j’ai dit.
Toralf – Très bien, je vais redescendre et reprendre mon boulot. Prévenez-moi s’il y a quoi que ce soit.
Sekmatep – Toralf !

Mon bras droit se retourna violemment et exprimait cette fois-ci la peur. Je ne mettais jamais vue comme un tyran envers eux. Même quand je devais les corriger pour leur manque de respect. A part ça, je me suis toujours montré juste et bon envers eux. Pourtant, le regard de Toralf trahissait un profond malaise, une crainte vis-à-vis de moi et je tenais à savoir de quoi il s’agissait. J’avais vraiment l’impression qu’il s’était transformée en un rien de temps.

Sekmatep – J’imagine que tu n’es pas monté pour juste ça. Dis-moi donc ce que tu as derrière la tête. C’est un ordre.


Bien qu’il eût du mal à lâcher le morceau, son envie d’avouer fut plus forte et me raconta tout. La mission ne s’était pas passée comme il l’avait laissé entendre. En réalité, il était tombé, lui et ses hommes, sur un groupe de centaure barbare qui les ont mis en pièces non loin d’ici. Et qu’à leur tête, se trouvait une brute, mais aussi une « Sorcière ! » Un démon selon ses termes qui pouvait devenir hideuse à souhait. Son récit terminé, il se mit un peu en retrait, rentrant la tête. Il avait peur depuis de début de tout m’avouer, de dire qu’il avait échoué et qu’ensuite, sa cachoterie n’avait rien arrangé. Il craignait la sanction que je pouvais lui affliger. Bien entendu, je n’étais pas très content de son comportement. Mais au lieu d’exploser de colère, je restais calme un moment avant de me mettre à rire.

Une femme ayant de tels pouvoirs était intéressante. Je serais curieux de connaître son secret et savoir qui elle pouvait être. Et si elle possédait une telle puissance, il fallait que je lui parle et que je l’étudie, de loin pour commencer. Loin de jeter un sort de sable mortel sur Toralf, ou le frapper ou je ne sais quoi d’autre, je lui donnais des instructions, pendant que je retournais à ma tâche avec mes plans.

Sekmatep – Nous allons donc avoir de la visite. J’ai horreur d’être prévenu au dernier moment, mais soit. On va préparer le château pour leur arriver. Fais fermer toutes les issues, le pont levis relever et prépare les hommes pour se poster sur les murs et dans la cour. Nous devons faire honneur à nos hôtes.

Toralf tapa sur sa poitrine pour me saluer, bien heureux de s’en être sortis si bien. Mais en fonçant vers la sortie, il manqua de sursauter que je me mis à le rappeler. Il devait sans doute croire que je lui réserver un funeste sort une fois cette histoire régler.

Sekmatep – Toralf. Ne t’avise plus jamais de recommencer. Compris ?

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Jeu 22 Juin 2017 - 20:31

La femme d’eau et la tigraine foncent devant nous. Ils avancent droit sur un pont levis relevé. J’ai l’impression que l’eau est ciel et la terre ne nous porte plus, car nous volons. Je vois des couleurs autour de nous. J’entends de la musique. Je hurle à plein poumon, comme chacun d’entre nous. Nous sommes tous hallucinés.

Des flèches fondent sur nous. Mais aucune ne nous atteint. Nous sommes invincibles et immortels, inconscient de ce qu’il se passe autour de nous. Les flèches s'enfoncent doucement dans l'eau et nous épargnent toutes. Car nous sommes protégés par un mur d'eau. Il vient de la magie de la dryade. Elle hurle sa haine des hommes qui vivaient jadis dans cette forteresse. Ils avaient asséché sa rivière en déviant l'eau vers leurs champs.

Le géant de terre, quand à lui, s’éloigne. Des flèches le traversent de toute part. Mais il n’en a cure. Il avance droit devant lui, loin de nous et loin de la dryade d’eau.

Cette dernière, loin devant, s’écrase en cascade contre le mur. Les gouttelettes s’éparpillent partout puis se reforment en une majestueuse créature faite d'eau. La tigraine a disparu. Elle a traversé le mur. Nous avançons encore et encore. Je ne peux pas deviner ce qu’il se passe de l’autre côté des remparts de pierre. Je sais juste que, là bas, la tigraine s’active. Et tout à coup, le pont levis descend. Plus rien ne retient la lourde porte de bois qui s’écrase au sol.

Nous nous élançons à l’assaut du château.

•————————————•
Fleur de Tacomnal
avatar
Fleur
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Dim 25 Juin 2017 - 13:46

Alors que j’étais encore plongé sur mes projets, le son du cor résonnait dans tout l’édifice. L’alarme fut lancée, les murs et le sol vibraient sous les pas lourd et rapide des gardes. Nos invités venaient juste d’arriver, on dirait. Parfait, nous pouvions commencer les festivités. Lâchant le crayon et les parchemins, je me, dirigeais d’un pas tranquille vers une grande fenêtre qui donnait sur la cour et ce qu’il se passait devant le château. Mes hommes se tenaient sur les murs du fort et firent tomber une pluie de flèches sur les envahisseurs. Il s’agissait d’un des groupes les plus curieux, très hétéroclite. Je reconnaissais des centaures, des tréants et des tigrains. Les autres semblaient humains.

Je regardais le combat se déroulait sous mes yeux. Les gardes se battaient vaillamment contre l’envahisseur. Comme j’étais fière d’eux, ils avaient fait beaucoup de progrès depuis la fois où je les ai soumis. À l’origine, ils vivaient comme des bêtes et n’avaient aucune dextérité au combat, il a fallu que je les reprenne en mains. Et j’étais fière du résultat, bientôt, ils formeront la garde royale la plus redoutable au monde. Mais, quelque chose attira mes yeux, un tigrain était parvenu à s’infiltrer dans la cour, passant à travers un mur et refit descendre le pont-levis. Voilà qui était fâcheux, une petite magicienne de foire venait de renverser le court de la bataille. Mais heureusement, un de mes gardes la prit par surprise et l’asséna de coup d’épée.

Le reste du groupe fonça pour prendre d’assaut le château. Hors de question de les laisser entrer comme ça. Il fallait respecter le protocole et que ce soit l’hôte de la maison qui vienne se présenter pour les accueillir. Dans une boule de sable, je me changeais comme j’aimais le faire en faucon et me lançai à travers la fenêtre. Je survolais majestueusement le champ de bataille et fis du surplace entre le pont-levis et les envahisseurs. Je n’avais qu’une courte fenêtre pour agir, un timing rigoureux était imposé. Sans attendre, je me mis à foncer, bec pointé vers le sol, en direction de la terre. Alors que les attaquants n’étaient plus qu’à quelques mètres, ils ne semblèrent remarquer l’animal magique qui piquait du bec et qu’à quelques centimètres du sol, explosa en un torrent de sable si violent, qui repoussa tout autour de lui.

Cela fut si fort, que tout le groupe fut projeté en arrière, recevant une bourrasque presque mortelle. Même le pont-levis, déjà en piteux état, s’écroula, ne laissant plus que pour moyen d’accès, deux vielles poutres tordu. En même temps que l’explosion, j’avais repris mon apparence d’origine dans son armure royale, et me redressais de toute ma splendeur. J’entendais les cris de joie de mes hommes, heureux de voir leur maître arriver et s’attendant sûrement le voir régler leurs comptes à ces fous. Debout, je contemplais mon œuvre, bras croisé dans le dos. Certains, on dut survivre à cela, peut-être juste sonné. Je ne pouvais m’empêcher de remarquer qu’ils n’étaient pas déjà au meilleur de leur forme, ayant des yeux sortant de leurs orbites.

Sekmatep – Alors… C’est vous qui osez perturber mon travail et ennuyer mes hommes ?


Me souvenant du récit de Toralf, je cherchais la « Sorcière » dont il avait parlé. Parmi ceux d’apparence humaine, ce n’était pas évident de savoir qui ils étaient. Honnêtement, ils avaient tous l’air d’une bande de fous, vivant en autarcie de toutes civilisations pour se donner à des rites liés à la consommation d’aliment peur recommandé. Ou bien à une bande de pilleurs, plus pouilleux que ceux du château avant mon arrivée. Mais ils devaient être déments pour s’imaginer, pouvoir attaquer et prendre un château bien gardé, même avec deux tréants avec eux. Quoi que… L’un d’eux semblait avoir pris la foudre et ne se relevait pas. J’ignorais s’il était déjà mal au point avant, ou si s’était moi qui l’avais tué. Tendant une main vers le côté comme pour le montrer quelque chose, j’enchaînais :

Sekmatep – Soyez les bienvenus sur mes terres. En quoi puis-je vous servir ?

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur Hier à 22:13

Le vent souffle dans mes cheveux. Je ferme les yeux, guidée par les cris de mes alliés. Je cours, droit devant. Quand je rouvre les yeux, je vois du sang. La tigraine est traversée par une épée. Ses yeux roulent dans leurs orbites. De la mort, elle regarde le ciel quand son âme le rejoint. Nous courons. Nos pieds, nos sabots, nos pattes et nos racines martèlent le sol, font voler la poussière, si bien que nous avançons dans un nuage blanc.

Le nuage de poussière se transforme alors en bruit. Le blanc se mélange à la douleur et je me sens partir en arrière. Le sol s’écroule sur moi et mon souffle se coupe. Les hurlements de mes amis laissent place à des cris de joie. Les humains acclament un mage qui apparait devant nos yeux, un faucon qui devient un tigrain, sans réussir à se transformer totalement puisqu’il garde les griffes et le bec du rapace.

Il prononce des mots que je ne comprends pas, car sa voix est couverte par les Hourras !!! de ses hommes. Un des tréants reste couché, carbonisé. Ce tigrain est un shaman puissant. Mais notre folie pourrait l’abattre. La dryade qui était loin devant nous est en train de passer le pont levis qui a volé en éclat. Elle se met à se battre contre les humains en hurlant une suite de mots sans sens.

Sekmatep – Soyez les bienvenus sur mes terres. En quoi puis-je vous servir ?
Chogan – Nous tuerons les humains jusqu’au dernier ! Ecarte toi de notre chemin, tigrain !

Personnellement, je l’aurais plutôt qualifié d’oiseau.

Je vois le centaure noir se redresser. Le géant de terre n’a aucune blessure et s’approche du groupe, poings levés. L’homme-loup s’est aussi relevé. Il saigne par endroit, mais grogne en observant notre adversaire, près à en découdre. Quand à moi, les yeux dorés, les dents pointues, de longues cornes pointant de sous ma chevelure verte, en partie faite de feuille, j’observe la scène en souriant, me léchant une blessure au coude. Le goût du sang empli ma bouche. J’ai mal au flanc, là où je suis tombée, mais pour le moment, je n’y prête garde. Chogan lève sa lance et la pointe droit sur le shaman-tigrain-oiseau. Il n’a pas l’air blessé, contrairement aux deux autres centaures qui ont plus de mal à se lever.

Chogan – Écarte-toi, sinon tu mourras toi aussi !

•————————————•
Fleur de Tacomnal
avatar
Fleur
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep Aujourd'hui à 15:57

Chogan – Nous tuerons les humains jusqu’au dernier ! Ecarte toi de notre chemin, tigrain !

Je manquais de bayer. Quel ennui, c’était toujours la même histoire. Les non-humains veulent exterminer la race humaine, et les humains veulent les exterminer. Au final, tout le monde meurt et on n’avance pas. Sérieusement, ils ne pouvaient pas changer de chanson, au lieu de toujours rabattre le même refrain, au risque de fatiguer ma royale personne ? Et en plus, ils pensaient m’intimider avec leurs gros poings et leurs grognements. Pathétique. Une vulgaire bande de sauvage qui croyait que leur instinct bestial était justifié. Avec un peu de chance, il serait possible de raisonner des sauvages. Par contre, j’aimerais bien savoir comment a-t-il deviné mon ancienne race, malgré mon armure et mon casque. Possédait-il un pouvoir permettant de voir à travers la matière ?

Le chef centaure, enfin, je supposais être le chef vu qu’il parlait le plus fort et sentait plus mauvais que le reste de son groupe, me menaça de sa lance, haussant encore sa voix :

Chogan – Écarte-toi, sinon tu mourras toi aussi !

Il n’avait pas froid aux yeux celui-là. La bourrasque de sable reçu dans le visage ne semble l’avoir calmé. C’était soit du courage, ou de l’idiotie. Personnellement, je pencherais pour la crétinerie. J’avais justement cru comprendre que les centaures n’aimaient pas être considérés comme leurs cousins chevaux, mais celui-ci avait besoin d’une bonne correction. Et comment voulez-vous vous concentrer avec ces cris derrière-vous ? En me retournant, je vis mes hommes luttés contre une dryade des eaux. La tigraine était morte, mais son amie aquatique était en forme et s’en prenait aux gardes. Décidément. Tendant la main vers elle, je me mis à crier :

Sekmatep - On ne sentant plus discuter ici !

Le sol sous les pieds de la dryade se mirent à ramollir et la pauvre créature s’enfonça. Ayant sans doute un lien avec l’eau, elle devrait se faire avaler rapidement. Elle dépassa de la terre au niveau de la taille. Prise par surprise, elle ne sut quoi faire et hurla en se faisant engloutir par la terre et essayant de se débattre. Coincée ici, elle devrait dépérir rapidement, à moins que mes hommes ont la bonté de cœur de l’achever avant. Me retournant vers le chef de ces sauvages, je poursuivis :

Sekmatep - Voilà qui est mieux. Maintenant, nous pouvons sans doute trouver un terrain d'entente entre gens civilisés ?

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum