Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Ven 9 Juin 2017 - 18:30

Il courait aussi vite que possible. Postant un gros plat sur les bras, l’humain dut monter de longs escaliers en colimaçon et courir à travers tous ces couloirs pour me rejoindre. Encore, il n’était pas trop gêné dans sa course. Il portait une armure des plus rudimentaire. Seuls ses avant-bras et ses jambes furent protégés par des plaques en cuivre, le reste, il s’agissait d’une armure en peau d’animal. Se déplacer ne devait trop lui poser de problème alors je n’avais aucune raison d’entendre ses excuses. De plus qu’il venait mal raser, des cheveux en pagaille et manquant de trébucher avec son gourdin mal fixé à sa ceinture. Il finit sa course en titubant et se pencha vers moi pour me tendre le plateau où des morceaux de viande cuite étaient posés. Il fit une révérence des plus maladroite.

Serviteur – V’la pour vous maître.

Exaspérant. Le vocabulaire de mes nouveaux sujets était à désirer. Je pris le morceau qui semblait le plus appétissant et fit signe de la main au serviteur pour qu’il s’en aille. Sans se faire prier, l’humain partit en courant, faisant renverser un peu de nourriture. Je me retrouvais donc seul, dans la grande salle assis sur mon trône provisoire avec juste ceci à manger. Je me consolais en me disant que c’était bien mieux que depuis mon arrivé. Pendant plusieurs jours, je cherchais un endroit où faire renaître mon ancien empire. Étant perdu dans le temps et l’espace, j’avais cruellement besoin d’un chez-moi et de retrouver certains repères. C’est alors que je vis ce vieux château abandonné qui servait de repère à tout un groupe de bandit. En passant sur les détails, je dirais juste que je trouvais l’endroit fort intéressant. Après une bataille contre eux dont j’en suis sorti vainqueur, j’ai pu imposer ma volonté à ces larves. Évidemment, ils n’étaient pas très futés et pour se faire obéir, ce n’était pas facile. Surtout avec les plus charismatiques qui fomentaient sans cesse des révoltes tous les deux jours. Mais après un peu de « diplomatie », ils ne constituaient plus une menace pour moi… Ni pour personne.

Ceci était le rapide résumé de ces derniers mois. Du moins, pour mon arrivé. Car après il fallait persuader mes nouveaux sujets du bien de m’avoir comme maître. C’est pour cela que je les aider à organiser des pillages. Mais pas ceux contre des caravanes ou des villages non, je visais mieux. Déjà, des attaques contre d’autres bandits et ensuite à la récupération de divers trésors pouvant m’aider dans ma mission. Je laissais volontiers mes hommes se servirent dans l’or, ainsi ils se laissaient plus facilement amadouer. Pour ma part, je ne récupérais que les objets en rapport avec la magie ou vers des artefacts bien particuliers.

Je restais donc assis sur ce siège en bois décoré en attendant de trouver un trône digne de mon rang. Il faisait presque nuit, la pièce était éclairée par les lampes et un brasero. C’était silencieux et triste, la présence d’un musicien manquait, peut-être pourrais-je louer les services d’un barde bientôt. En attendant, je mangeais mon morceau de viande lorsqu’un des responsables de ma milice vint à ma rencontre. Il poussa la grande porte en bois et s’approcha de moi à grandes enjambées pour me rejoindre. Il était le plus présentable, avec une armure en fer, une belle épée et un bouclier, un vocabulaire plus correct et suivait bien les ordres. J’avais de l’espoir en lui, tout en gardant une certaine méfiance, car il restait un bandit. Mon bras droit s’inclina mieux que le serviteur avant de me faire son rapport.

Toralf – Seigneur. Je viens vous signaler que nous avons trouvé tous ceux que vous avez mentionné chez le sorcier.
Sekmatep – Parfait. Il ne vous a pas poser trop de problème je suppose.
Toralf – Non, il était à notre merci. On a trouvé la carte et ses babioles magique. Que voulez-vous qu’on fasse ?
Sekmatep – Mettez-les dans la salle du trésor. Les biens personnels du sorcier, vous me les laisser, garder comme convenu son or.
Toralf – Bien maître.  Vous faudra t’il autre chose ?
Sekmatep – Pour l’instant non, vous pouvez disposer après.

Je fis signe à Toralf qui s’inclina et partit rejoindre la cour, me laissant seul à nouveau. Si mes intentions étaient justes, les biens du sorcier m’aideraient à rassembler les vestiges de mon ancien empire. Cela me prendra des années et sans doute, plusieurs Sekmatep risquaient de me succéder, mais si mes projets aboutissaient, alors je n’aurais pas à m’en inquiéter. Je restais songeur sur mon trône, regardant par une fenêtre si tout cela était possible. D’autres Sekmatep avaient déjà essayé sans jamais y arriver, mais comme j’étais une exception dans cette « dynastie », alors la chance me sourira sans doute. Mais pour cela, il fallait que je maximise mes chances en reconstituant un début de royaume.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Sam 10 Juin 2017 - 15:02

Je ne pense pas à tout ce qu’il s’est passé. Je ne pense pas à Kormak. Toute cette histoire appartient à une autre. Pas à moi. Pas à Ancolie, la fleur de la folie !

Je m’approche de Chogan. La tribu est là, devant moi. Une dizaine de mâles et de femelles de toutes races. Ils piétinent les corps, humains pour la plupart, de ceux que nous venons de tuer. Ils n’étaient pas bien nombreux. Quatorze exactement. Ils devaient s’attendre à attaquer quelques brigands faibles. Pas une tribu comme la notre. Car même si nous ne sommes pas nombreux, notre soif de sang et nos pouvoirs sont puissants. Nous les avons écrasés jusqu’au dernier. Ou presque. Il n’en reste qu’un seul. Il dit s’appeler Toralf.

Chogan l’a gardé en vie pour qu’il raconte son histoire à son maître. L’humain s’enfuit la queue entre les pattes. Bientôt son maître saura qu'un groupe de bandit tient tête à son armée.


* * *

Comment en suis-je arrivée là ? Voilà une bonne question.

Je suis restée au royaume de Telbara. Seule. J’ai marché pour retourner vers la capitale, de routes en routes. Et puis je suis tombée sur une scène de carnage.

Le sol n’était plus qu’une boue de sang. Des morceaux de corps étaient éparpillés partout. Il n’était plus possible d’identifier leur race ou leur sexe. Ils n’étaient plus que bouillie. Je suis restée là un long moment, respirant l’odeur de la mort et de la folie sanguinaire à l’origine de ce tableau. Plus cette odeur entrait dans mes poumons, plus je me sentais changer. Sans que je ne le maîtrise vraiment, mon corps se transformait en même temps que mon esprit, s’inspirant de ces morceaux de corps dépareillés. Je regardais une tête à mes pieds, les yeux crevés, et je me mis à chanter. En levant les bras vers le ciel, je fis apparaitre des yeux rouges qui sortirent des orbites de la tête décapitée pour voler dans les airs. Ils finirent par s’arrêter autour d’eux apparut un monstre en décopatch, formé de divers morceaux de corps, comme ceux qui se trouvaient au sol. A la place de la tête, il y avait un bras sur lequel était posé un pied. Les jambes étaient remplacées par deux corps plus petits, si bien qu’il était manchot avec quatre membres inférieurs.

Quand je pu enfin détourner les yeux de cette scène, je l’aperçu et ma marionnette disparu dans un nuage de fumée. Devant moi se trouvait un centaure à la robe noir. Il était beau. Impressionnant. Une aura effrayante se dégageait de lui. Je n’ai pas bougé d’un pouce. Cela m’a paru des heures. Tout semblait figé autour de nous. Il a finit par briser le long silence pour prononcer quelques mots que je n’ai pas compris. Comme je ne réagissais pas, il a repris, mais cette fois-ci en langue commune.

Chogan– Qu’es-tu ?

Je ne sais pourquoi, mais j’étais certaine que si je répondais « une humaine », il m’aurait tuée sur le champ. Mais il avait vu mon corps se transformer et il ne pouvait deviner la race à laquelle j’appartenais vraiment. D’ailleurs, mon corps continuait de changer, mes oreilles s’allongeaient et ma peau prenait une teinte qui virait entre le vert, le brun et le gris. La pointe de mes cheveux devenait verte et de fines feuilles y poussaient. Dryade ? Elfe ? Humain ? Il ne pouvait deviner. J’éclatais de rire et répondis :

Ancolie – Je suis Ancolie, l’éclosion de la folie.

Il paru hésiter un instant puis m’en demanda plus sur mes pouvoirs. Je lançais alors un poignard vers lui et, par ma simple volonté, le déviais de sa trajectoire juste avant qu’il n’atteigne sa poitrine. Cependant, mes illusions l’empêchèrent de s’en rendre compte et il vit son cœur se faire transpercer par mon arme. J’admirais la panique qui se dessinait sur son visage et applaudissait avec joie. Il faut croire que cela lui plu puisqu’aujourd’hui, je suis à ses côtés.

Il ne m’a pas beaucoup parlé de lui. Ce sont les autres qui m’en ont dit plus. Notamment qu’il s’appelle Chogan, ce qui signifie « oiseau noir » dans la langue centaure.

Il parait que par la passé, Chogan a gagné une reico et est devenu le roi d’une tribu. Il haït les humains au plus haut point, et c’est cette haine qui lui a fait tout perdre. Dans sa colère, il a blessé la centauresse qu’il aimait. Il ne l’a pas fait exprès, mais il a été banni après l’incident. Sa tribu s’en est allée avec un nouveau chef. Deux centaures sont restés à ses côtés malgré tout. Reïn et Khikta, qui haïssaient tellement les humains qu’ils lui avaient pardonné l’incident. Ce sont eux qui m’ont dit que celle qu’il a blessée s’appelait Vagabonde. Reïn ignore ce qu’il est advenu d’elle puisqu’ils ont dû s’enfuir le plus loin possible après le bannissement.

Chogan est quelqu’un de charismatique. Il n’a pas eu de difficulté à composer une nouvelle tribu. Il a recruté toute sorte de personnes. Il suffisait qu’ils veuillent tuer des humains pour que ces gens deviennent des membres de son clan.

Je devrais avoir peur et m’enfuir, mais au contraire, leur cacher ma vraie nature est le jeu le plus amusant du monde !

Chaque personne ici présente est… étrange. Reïn dit que c’est parce qu’ils ont tous vécu la « cérémonie de passage ». J’ai hâte d’en faire une. Il y a une histoire de démon, de nuit, et de… manger un humain. Il ne m’en a pas dit plus, mais cela me laisse béate.

Je patauge dans le sang. Je ramasse une tête et fais un dessin sur ses joues avec le sang qui en coule. Quand Chogan me rejoint, je plonge mes mains ensanglantées dans sa crinière. Il me frappe et je recule en riant.

Chogan – Tu te souviens du carnage devant lequel nous nous sommes rencontrés ?

Je ne peux pas oublier cet assemblage de corps disharmonieux et son odeur ! Je souris en dévoilant des dents pointues. Mes grands yeux dorés brillent d’une lueur de folie. Je hoche la tête de haut en bas comme un pantin désarticulé.

Chogan – Ce sont eux qui en sont à l’origine. Leurs frères d’armes ne devraient pas tarder à riposter maintenant. Dans la cas contraire, on ira à leur rencontre.

Tuer ! Nous allons encore en tuer ! Je pousse un long cri aigu, gorge déployé vers le ciel. Chogan lève alors la voix pour s’adresser à tout le monde.

Chogan – Ils tuent des bandits, disent-ils. Mais ce sont les mages qu’ils recherchent ! La plupart sont des humains et tuent tous ceux qu’ils qualifient de sorciers pour leurs voler leurs pouvoirs. Un nouveau combat ne devrait pas tarder. En attendant, reposez-vous. Vous vous êtes bien battus.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Lun 12 Juin 2017 - 16:24

La soirée se passait bien pour l’heure et j’entendais mes hommes s’amusaient à l’extérieur. Tout semblait bien se passer et c’était une bonne journée de travail. Avec un peu de chance, mes projets avanceront à bon train et dans peu de temps, je retrouverais un chez-moi qui sera un lieu à la fois admiré et craint. Arriverais-je à retrouver la gloire d’antan ? Il a fallu plus d’une réincarnation pour y arriver. Et bien que ma conscience se rapportera aux futures générations, le fait de savoir que je peux perdre ce corps me terrifie un peu, autant que de ne pas réussir à me trouver un héritier… Ou une héritière, car il s’agit d’une règle qui peut changer selon mon désir.

Quittant mon trône, je me dirigeais vers une salle particulière. Montant un étage par un escalier en colimaçon, j’entrais dans ce qui devait être, une de mes salles préférer. Poussant deux grandes portantes battantes, je me retrouvais dans la Salle aux rituels. Une grande pièce en chantier, la décoration était en cours d’être refaite et les murs réparer. Mais le plus important était-ce qu’il se trouvait au centre, une des reliques les plus importantes de Kemetra. Et juste à côté, les fragments de mon sarcophage antique reposaient. Jadis, ces pierres décorées renfermaient une incroyable magie. L’autel permettait d’accomplir d’incroyables miracles et pouvait déclencher de terribles cataclysmes. Mais aujourd’hui, sa magie était comme morte et les fragments de mon cercueil n’avaient plus aucun effet. Moi-même, je ne pouvais rien y faire actuellement.

C’était pour cela que je rassemblais autant que possible les vestiges de mon ancien empire. Combiné aux savoirs magique d’Orcande, j’arriverais sans doute à refaire battre le cœur de Kemetra. En attendant, je ne pouvais vraiment pas faire grand-chose. Posant mes mains sur la surface fracturée de l’autel, le sable qui était en moi se mit à réagir et vint glisser sur le bloc de pierre. Cela ne faisait rien d’autre. C’était comme vouloir remplir une cruche brisée, l’eau y rentre, mais sort immédiatement. Mais j’étais si pressé d’arriver au jour où il sera à nouveau en état. Alors que je gaspillais mon temps sur cette pierre, je retirais violemment mes mains dessus. J’avais comme un mauvais pressentiment.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Mar 13 Juin 2017 - 22:05

Je profite du temps de repos donné par Chogan pour m’en aller à la poursuite dudit Toralf. Je cours, le retrouve, le suit, cachée dans les arbres. Il fuit de toutes ses forces. Je me mets à chanter une comptine pour enfants aux paroles quelques peu détournées. Chacun de mes mots lui parvient d’un endroit différent, si bien qu’il ne peut en localiser la source.

Ne te retourne pas, mon petit
Ne te retourne pas, le centaure te suit
Cours donc, polisson !
Car à la fin de sa chanson...


Tout en chantant, je fais apparaître un centaure-zombie qui galope non-loin de lui en pointant la flèches de son arc droit sur lui. Il s'approche de plus en plus, s'excite, s'apprête à le frapper, pendant que je continue ma chanson :

Les jambes il va t’arracher !
Les mains il va te manger !
La tête il va te…


Toralf tombe au sol.

Le centaure disparait.

Je m’approche de lui, avec la forme d’une vieillarde. Il lève la tête. Sa sueur se mêle à ses larmes. Le bas de mon visage n’a plus de peau. Les os de ma mâchoire s’ouvrent en grand dans un angle peu naturel. Ma langue est un serpent qui s’approche de lui en sifflant. L’humain n’a pas le temps d’en voir plus qu’il a déjà disparu en prenant les jambes à son coup et en hurlant.

Je continue à le suivre, tandis que les illusions s’envolent progressivement. Il me faut toujours du temps pour me repérer quand je change de forme. Redevenue celle qui réapparait toujours en pointillé, la folie s’en va progressivement. Je finis sur une petite colline, derrière laquelle se trouve un château. C’est là que Toralf s’est enfuit. Je le vois passer le pont-levis, ou du moins ce qu’il en reste. On dirait une ruine.

Mon corps est redevenu totalement humain.

J’aimerais ne jamais être celle que je suis à présent. Je ne veux pas penser à tout ce que j’ai vécu jusque là, à celle que je suis vraiment. Je préfère être un autre. N’importe quel autre. Mais mes sortilèges ne durent pas assez longtemps pour cela…

Je contemple longuement le château, me demandant quel genre de personnes il abrite. Chogan dit qu’ils tuent des bandits. Et surtout des mages. Pourquoi en ont-ils après ceux qui pratiquent la magie ? La question ne se pose pas. Rares sont les personnes en Orcande qui apprécient les sorciers. Chogan, lui, n’est pas comme ça. Il compte sur ma différence. Je sais bien qu’il ne fait que s’en servir. Je ne représente rien pour lui. Mais Ancolie n'en a cure. Être aux côtés d'un autre fou ne peut que la rendre guillerette.

Quand le temps a suffisamment passé pour que je puisse redevenir Ancolie, je me détourne du spectacle qui se trouve face à moi pour rejoindre le centaure et son clan. J’apprends alors que, si d’ici deux jours les habitants du château ne nous ont pas attaqués, alors c’est nous qui le feront.

Chogan a le sang chaud. Et c'est ça qui me plaît chez lui. Car cela finira par lui coûter la vie. Je souris de toutes mes dents pointues. Je n'en peux plus de tant de suspens !

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Mer 14 Juin 2017 - 11:48

Je ne savais pas pourquoi, mais j’avais comme un mauvais pressentiment. La voix de mes hommes dehors raisonnait à l’extérieur en chant joyeux, ce qui me rassurait un peu. Peut-être me faisais-je trop d’idée. Il valait mieux se changer les idées justement. Une fois mes reliques reconstituées, je pourrais envisager la création d’une nouvelle communauté, coupée du reste d’Orcande. Un village près du château, qui s’agrandirait petit à petit, bénéficient de ma protection. Ils cultiveront la terre pour tous nous nourrir. Ici, c’était plus fertile que près de mon ancienne oasis. Une société n’’aurait aucun mal à se développer par ici et nous resterions cacher des autres peuples, jusqu’à ce que nous prenions suffisamment d’importance pour imposer le respect. Pas nécessairement par la voie de la guerre, mais si nous arrivons à gagner en importance, les autres peuples ne voudront sans doute pas nous attaquer et accepteront le commerce, ce qui nous renforcera.

Je me mis à dessiner sur un parchemin les plans de ce futur village. Je mis voyer déjà, une société vivant en paix et prospérant au fil des âges. Et je ne comptais pas répéter les erreurs du passés.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Sam 17 Juin 2017 - 17:53

Un jour s’écoule, lentement. Je passe le plus clair de mon temps à marcher entre les arbres, seule. Je prends une forme, puis une autre, laissant mes pensées dévier en fonction de mes personnalités et apparences. Je reviens parfois au château, voir s’il n’y a pas quelque agitation de ce côté. Mais je ne remarque rien. C’est comme si le serviteur en panique n’avait rien fait, rien dit. Ou alors ils ont choisis d’attendre. De Nous attendre. Ils sont bien plus en sécurité derrière leurs murs de pierre. Faibles et lâches humains.

Un deuxième jour nait. Je reste tapie dans les hautes herbes, à regarder le soleil qui se reflète sur les pierres de leur abris. J’entends un hennissement. C'est mon centaure fou. Je deviens Ancolie et m’élance dans la direction du cri. Chogan est en train de rassembler ses camarades. Nous nous regroupons autour de lui.

Reïn a rassemblé des vêtements, des morceaux de cuir plus ou moins travaillé. Il y a également des plumes, de la terre rouge, mélangé à du sang, des os, des pierres, des branches, des feuilles, des animaux en morceaux ensanglantés… Certains prennent de ces objets, non pas pour en faire une armure protectrice, mais ils s'en parent et deviennent la Peur.

Une tigraine se met au centre du cercle que nous formons. Elle nous fait boire un breuvage fumant. Ensuite, elle se met à chanter. Nous reprenons en cœur la rengaine, martelons des mots sans sens. Nos cri se mêlent, s'entremêlent, apparaissent à nos yeux, fluides, liquides. Ils coulent sur nous, en nous, et bientôt nous ne sommes plus un, mais tous. Je suis lui quand elle est moi et nous sommes eux. Plus rien n'a de sujet. Plus rien n'a de sens. Nous voyons l'invisible, entendons l'inaudible. Certains se frappent la tête contre le sol, d'autres dansent et hurlent. La folie se réveille en chacun de nous. Hallucination, rêves. Lui, là bas, celui à la forme humaine, prend un crâne et l’enfonce sur sa tête. Ses yeux deviennent jaunes et ses poils poussent, ses dents et ses oreilles s'allongent. Folie. L'autre se déshabille et une fois nu, se met à gonfler. Ses jambes, ses bras, son visage, tout devient géant, tout devient terre ! Folie. Un arachnéen se peinture le corps de sang. Il se coiffe d’os, de plumes et de morceaux d'animaux morts. Il est chaire. Il est sang. Il tend son visage vers le ciel et fait tomber la foudre. Folie. Les centaures ont disparu derrière leurs masques de morts. Ils sont la mort. Folie. Le drow est devenu feu. Folie. La dryade d'eau est devenue torrent de glace. Folie. Deux arbres se mettent à bouger, torturés, âmes en peine, ils s'approchent de nous. Leurs yeux est colère. Leurs grincements est vengeance. Folie.

De longues branches poussent dans ma chevelure et forment des cornes de-ci de-là sur ma tête. Ma chevelure verte retombe sur mes hanches. Je prends des peaux et les attache à mes poignets, une mâchoire humaine me sert de collier et à ma ceinture dégoulinent des restent d’oiseaux en grande partie mangés. Mon grand sourire révèle des dents pointues et mes yeux d’or brillent d’excitation. Je badigeonne mes bras de dessins de terre et de sang. Un bohoron apparait à mes côtés. Mon bohoron. Mon sortilège. Dans leur état second, aucun de mes compagnons n'y prête attention.

Un hurlement de folie collective résonne alors dans les bois : nous partons manger de l’humain !

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Dim 18 Juin 2017 - 13:54

Plusieurs plans furent dessinés sur les parchemins. Différents types de villages étaient proposés pour l’avenir de notre peuple. Même, certains présentaient des constructions pharaoniques comme des tombeaux et des palais. Mais pour en arriver là, il faudra attendre encore un peu. Pour le moment, je cherchais surtout quel serait le meilleur début pour une nouvelle société. Non loin du château, on pourrait déjà faire construire un premier petit village. Là-bas, on pourra faire de l’agriculture, pousser du blé et de l’orge, ainsi que des légumes. L’élevage sera aussi possible, sans oublier tout le métier artisanal qui pourra en découler. Nous deviendrons en peu de temps autonome. Mes hommes n’auront plus besoin de piller pour manger. Pour les armes et les armures, il faudra un forgeron et arriver à commercer grâce aux caravanes. J’étais pressé d’être déjà à ce niveau de développement.

Alors que j’étais plongé dans mes projets, quelqu’un entra dans cette salle. Levant légèrement mon casque, je pus constater qu’il s’agissait de Toralf. Il n’était pas resté à festoyer avec les autres ? Étrange. S’il est venu jusqu’ici sans être convoqué, cela devait annoncer quelque chose d’important. Coudes sur la table, les mains jointes pour soutenir ma tête, je l’interrogeais du regard. Il affichait une mine grave, son esprit n’était pas tranquille et connaissant le gaillard, il fallait y aller fort pour le pousser à exprimer un air aussi mal. Pourtant, il semblait aller bien quand il m’a fait son rapport.

Toralf – N’avez-vous besoin de rien mon seigneur ?

Sekmatep – Non de rien j’ai dit.
Toralf – Très bien, je vais redescendre et reprendre mon boulot. Prévenez-moi s’il y a quoi que ce soit.
Sekmatep – Toralf !

Mon bras droit se retourna violemment et exprimait cette fois-ci la peur. Je ne mettais jamais vue comme un tyran envers eux. Même quand je devais les corriger pour leur manque de respect. A part ça, je me suis toujours montré juste et bon envers eux. Pourtant, le regard de Toralf trahissait un profond malaise, une crainte vis-à-vis de moi et je tenais à savoir de quoi il s’agissait. J’avais vraiment l’impression qu’il s’était transformée en un rien de temps.

Sekmatep – J’imagine que tu n’es pas monté pour juste ça. Dis-moi donc ce que tu as derrière la tête. C’est un ordre.


Bien qu’il eût du mal à lâcher le morceau, son envie d’avouer fut plus forte et me raconta tout. La mission ne s’était pas passée comme il l’avait laissé entendre. En réalité, il était tombé, lui et ses hommes, sur un groupe de centaure barbare qui les ont mis en pièces non loin d’ici. Et qu’à leur tête, se trouvait une brute, mais aussi une « Sorcière ! » Un démon selon ses termes qui pouvait devenir hideuse à souhait. Son récit terminé, il se mit un peu en retrait, rentrant la tête. Il avait peur depuis de début de tout m’avouer, de dire qu’il avait échoué et qu’ensuite, sa cachoterie n’avait rien arrangé. Il craignait la sanction que je pouvais lui affliger. Bien entendu, je n’étais pas très content de son comportement. Mais au lieu d’exploser de colère, je restais calme un moment avant de me mettre à rire.

Une femme ayant de tels pouvoirs était intéressante. Je serais curieux de connaître son secret et savoir qui elle pouvait être. Et si elle possédait une telle puissance, il fallait que je lui parle et que je l’étudie, de loin pour commencer. Loin de jeter un sort de sable mortel sur Toralf, ou le frapper ou je ne sais quoi d’autre, je lui donnais des instructions, pendant que je retournais à ma tâche avec mes plans.

Sekmatep – Nous allons donc avoir de la visite. J’ai horreur d’être prévenu au dernier moment, mais soit. On va préparer le château pour leur arriver. Fais fermer toutes les issues, le pont levis relever et prépare les hommes pour se poster sur les murs et dans la cour. Nous devons faire honneur à nos hôtes.

Toralf tapa sur sa poitrine pour me saluer, bien heureux de s’en être sortis si bien. Mais en fonçant vers la sortie, il manqua de sursauter que je me mis à le rappeler. Il devait sans doute croire que je lui réserver un funeste sort une fois cette histoire régler.

Sekmatep – Toralf. Ne t’avise plus jamais de recommencer. Compris ?

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Jeu 22 Juin 2017 - 20:31

La femme d’eau et la tigraine foncent devant nous. Ils avancent droit sur un pont levis relevé. J’ai l’impression que l’eau est ciel et la terre ne nous porte plus, car nous volons. Je vois des couleurs autour de nous. J’entends de la musique. Je hurle à plein poumon, comme chacun d’entre nous. Nous sommes tous hallucinés.

Des flèches fondent sur nous. Mais aucune ne nous atteint. Nous sommes invincibles et immortels, inconscient de ce qu’il se passe autour de nous. Les flèches s'enfoncent doucement dans l'eau et nous épargnent toutes. Car nous sommes protégés par un mur d'eau. Il vient de la magie de la dryade. Elle hurle sa haine des hommes qui vivaient jadis dans cette forteresse. Ils avaient asséché sa rivière en déviant l'eau vers leurs champs.

Le géant de terre, quand à lui, s’éloigne. Des flèches le traversent de toute part. Mais il n’en a cure. Il avance droit devant lui, loin de nous et loin de la dryade d’eau.

Cette dernière, loin devant, s’écrase en cascade contre le mur. Les gouttelettes s’éparpillent partout puis se reforment en une majestueuse créature faite d'eau. La tigraine a disparu. Elle a traversé le mur. Nous avançons encore et encore. Je ne peux pas deviner ce qu’il se passe de l’autre côté des remparts de pierre. Je sais juste que, là bas, la tigraine s’active. Et tout à coup, le pont levis descend. Plus rien ne retient la lourde porte de bois qui s’écrase au sol.

Nous nous élançons à l’assaut du château.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Dim 25 Juin 2017 - 13:46

Alors que j’étais encore plongé sur mes projets, le son du cor résonnait dans tout l’édifice. L’alarme fut lancée, les murs et le sol vibraient sous les pas lourd et rapide des gardes. Nos invités venaient juste d’arriver, on dirait. Parfait, nous pouvions commencer les festivités. Lâchant le crayon et les parchemins, je me, dirigeais d’un pas tranquille vers une grande fenêtre qui donnait sur la cour et ce qu’il se passait devant le château. Mes hommes se tenaient sur les murs du fort et firent tomber une pluie de flèches sur les envahisseurs. Il s’agissait d’un des groupes les plus curieux, très hétéroclite. Je reconnaissais des centaures, des tréants et des tigrains. Les autres semblaient humains.

Je regardais le combat se déroulait sous mes yeux. Les gardes se battaient vaillamment contre l’envahisseur. Comme j’étais fière d’eux, ils avaient fait beaucoup de progrès depuis la fois où je les ai soumis. À l’origine, ils vivaient comme des bêtes et n’avaient aucune dextérité au combat, il a fallu que je les reprenne en mains. Et j’étais fière du résultat, bientôt, ils formeront la garde royale la plus redoutable au monde. Mais, quelque chose attira mes yeux, un tigrain était parvenu à s’infiltrer dans la cour, passant à travers un mur et refit descendre le pont-levis. Voilà qui était fâcheux, une petite magicienne de foire venait de renverser le court de la bataille. Mais heureusement, un de mes gardes la prit par surprise et l’asséna de coup d’épée.

Le reste du groupe fonça pour prendre d’assaut le château. Hors de question de les laisser entrer comme ça. Il fallait respecter le protocole et que ce soit l’hôte de la maison qui vienne se présenter pour les accueillir. Dans une boule de sable, je me changeais comme j’aimais le faire en faucon et me lançai à travers la fenêtre. Je survolais majestueusement le champ de bataille et fis du surplace entre le pont-levis et les envahisseurs. Je n’avais qu’une courte fenêtre pour agir, un timing rigoureux était imposé. Sans attendre, je me mis à foncer, bec pointé vers le sol, en direction de la terre. Alors que les attaquants n’étaient plus qu’à quelques mètres, ils ne semblèrent remarquer l’animal magique qui piquait du bec et qu’à quelques centimètres du sol, explosa en un torrent de sable si violent, qui repoussa tout autour de lui.

Cela fut si fort, que tout le groupe fut projeté en arrière, recevant une bourrasque presque mortelle. Même le pont-levis, déjà en piteux état, s’écroula, ne laissant plus que pour moyen d’accès, deux vielles poutres tordu. En même temps que l’explosion, j’avais repris mon apparence d’origine dans son armure royale, et me redressais de toute ma splendeur. J’entendais les cris de joie de mes hommes, heureux de voir leur maître arriver et s’attendant sûrement le voir régler leurs comptes à ces fous. Debout, je contemplais mon œuvre, bras croisé dans le dos. Certains, on dut survivre à cela, peut-être juste sonné. Je ne pouvais m’empêcher de remarquer qu’ils n’étaient pas déjà au meilleur de leur forme, ayant des yeux sortant de leurs orbites.

Sekmatep – Alors… C’est vous qui osez perturber mon travail et ennuyer mes hommes ?


Me souvenant du récit de Toralf, je cherchais la « Sorcière » dont il avait parlé. Parmi ceux d’apparence humaine, ce n’était pas évident de savoir qui ils étaient. Honnêtement, ils avaient tous l’air d’une bande de fous, vivant en autarcie de toutes civilisations pour se donner à des rites liés à la consommation d’aliment peur recommandé. Ou bien à une bande de pilleurs, plus pouilleux que ceux du château avant mon arrivée. Mais ils devaient être déments pour s’imaginer, pouvoir attaquer et prendre un château bien gardé, même avec deux tréants avec eux. Quoi que… L’un d’eux semblait avoir pris la foudre et ne se relevait pas. J’ignorais s’il était déjà mal au point avant, ou si s’était moi qui l’avais tué. Tendant une main vers le côté comme pour le montrer quelque chose, j’enchaînais :

Sekmatep – Soyez les bienvenus sur mes terres. En quoi puis-je vous servir ?

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Mar 27 Juin 2017 - 22:13

Le vent souffle dans mes cheveux. Je ferme les yeux, guidée par les cris de mes alliés. Je cours, droit devant. Quand je rouvre les yeux, je vois du sang. La tigraine est traversée par une épée. Ses yeux roulent dans leurs orbites. De la mort, elle regarde le ciel quand son âme le rejoint. Nous courons. Nos pieds, nos sabots, nos pattes et nos racines martèlent le sol, font voler la poussière, si bien que nous avançons dans un nuage blanc.

Le nuage de poussière se transforme alors en bruit. Le blanc se mélange à la douleur et je me sens partir en arrière. Le sol s’écroule sur moi et mon souffle se coupe. Les hurlements de mes amis laissent place à des cris de joie. Les humains acclament un mage qui apparait devant nos yeux, un faucon qui devient un tigrain, sans réussir à se transformer totalement puisqu’il garde les griffes et le bec du rapace.

Il prononce des mots que je ne comprends pas, car sa voix est couverte par les Hourras !!! de ses hommes. Un des tréants reste couché, carbonisé. Ce tigrain est un shaman puissant. Mais notre folie pourrait l’abattre. La dryade qui était loin devant nous est en train de passer le pont levis qui a volé en éclat. Elle se met à se battre contre les humains en hurlant une suite de mots sans sens.

Sekmatep – Soyez les bienvenus sur mes terres. En quoi puis-je vous servir ?
Chogan – Nous tuerons les humains jusqu’au dernier ! Ecarte toi de notre chemin, tigrain !

Personnellement, je l’aurais plutôt qualifié d’oiseau.

Je vois le centaure noir se redresser. Le géant de terre n’a aucune blessure et s’approche du groupe, poings levés. L’homme-loup s’est aussi relevé. Il saigne par endroit, mais grogne en observant notre adversaire, près à en découdre. Quand à moi, les yeux dorés, les dents pointues, de longues cornes pointant de sous ma chevelure verte, en partie faite de feuille, j’observe la scène en souriant, me léchant une blessure au coude. Le goût du sang empli ma bouche. J’ai mal au flanc, là où je suis tombée, mais pour le moment, je n’y prête garde. Chogan lève sa lance et la pointe droit sur le shaman-tigrain-oiseau. Il n’a pas l’air blessé, contrairement aux deux autres centaures qui ont plus de mal à se lever.

Chogan – Écarte-toi, sinon tu mourras toi aussi !

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Mer 28 Juin 2017 - 15:57

Chogan – Nous tuerons les humains jusqu’au dernier ! Ecarte toi de notre chemin, tigrain !

Je manquais de bayer. Quel ennui, c’était toujours la même histoire. Les non-humains veulent exterminer la race humaine, et les humains veulent les exterminer. Au final, tout le monde meurt et on n’avance pas. Sérieusement, ils ne pouvaient pas changer de chanson, au lieu de toujours rabattre le même refrain, au risque de fatiguer ma royale personne ? Et en plus, ils pensaient m’intimider avec leurs gros poings et leurs grognements. Pathétique. Une vulgaire bande de sauvage qui croyait que leur instinct bestial était justifié. Avec un peu de chance, il serait possible de raisonner des sauvages. Par contre, j’aimerais bien savoir comment a-t-il deviné mon ancienne race, malgré mon armure et mon casque. Possédait-il un pouvoir permettant de voir à travers la matière ?

Le chef centaure, enfin, je supposais être le chef vu qu’il parlait le plus fort et sentait plus mauvais que le reste de son groupe, me menaça de sa lance, haussant encore sa voix :

Chogan – Écarte-toi, sinon tu mourras toi aussi !

Il n’avait pas froid aux yeux celui-là. La bourrasque de sable reçu dans le visage ne semble l’avoir calmé. C’était soit du courage, ou de l’idiotie. Personnellement, je pencherais pour la crétinerie. J’avais justement cru comprendre que les centaures n’aimaient pas être considérés comme leurs cousins chevaux, mais celui-ci avait besoin d’une bonne correction. Et comment voulez-vous vous concentrer avec ces cris derrière-vous ? En me retournant, je vis mes hommes luttés contre une dryade des eaux. La tigraine était morte, mais son amie aquatique était en forme et s’en prenait aux gardes. Décidément. Tendant la main vers elle, je me mis à crier :

Sekmatep - On ne sentant plus discuter ici !

Le sol sous les pieds de la dryade se mirent à ramollir et la pauvre créature s’enfonça. Ayant sans doute un lien avec l’eau, elle devrait se faire avaler rapidement. Elle dépassa de la terre au niveau de la taille. Prise par surprise, elle ne sut quoi faire et hurla en se faisant engloutir par la terre et essayant de se débattre. Coincée ici, elle devrait dépérir rapidement, à moins que mes hommes ont la bonté de cœur de l’achever avant. Me retournant vers le chef de ces sauvages, je poursuivis :

Sekmatep - Voilà qui est mieux. Maintenant, nous pouvons sans doute trouver un terrain d'entente entre gens civilisés ?

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Jeu 29 Juin 2017 - 21:54

Le shaman ne répond pas au centaure noir. Il se tourne vers le château en criant.

Sekmatep – On ne s’entend plus discuter ici !

Discuter, discuter ! Oh oui ! Qu’il continue à parler ainsi, cela rend Chogan encore plus fou ! Les yeux du centaure roulent dans leurs orbites. Il hurle en regardant la dryade se faire dévorer par la terre. Les humains profitent de cette faiblesse pour se jeter sur elle et la décapiter. Un torrent d’eau jaillit de la dryade qui s’écoule sur le sol, dégoulinant à terre et sur les hommes. J’observe l’œuvre avec de grands yeux pour n’en rater aucune miette. Grandiose !

Le centaure ne peut pas entendre ce que dit le magicien. Il est déjà en train de lui lancer sa lance droit vers son cœur. J’ignore si elle atteint sa cible ou non. Il est protégé par une armure. Mais, si le métal le protège de la lance de bois, il ne le protège pas de mes illusions.

Je cligne des yeux. Il me suffit d’une seconde pour faire apparaître la lance fichée dans le magicien, le traversant de part en part, du sang giclant de cette blessure virtuelle. Il va hurler de peur et je me sens prête à éclater de rire.

L’homme-loup et le golem sont plus sages. Ils observent la scène, évaluant la conduite à tenir. Ils voient un centaure se jeter sur un magicien transpercé d'une lance. Cela devrait leur donner envie d’attaquer à leur tour. A moins que le mage ne fasse preuve de nouveaux pouvoirs, encore plus impressionnant que ce qui nous a été donné à voir.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Ven 30 Juin 2017 - 17:21

Le centaure ne semblait pas civilisé visiblement. Sans attendre, il lança avec puissance et rage sa lance dans la direction. Un groupe devant se croire supérieurs aux humains, mais ils se comportaient pire que des animaux. Pas étonnant que leur groupe va mourir très bientôt. Avec agilité, j’esquivais la lance qui me frôla. Mais, à mon grand étonnement, alors que j’étais persuadé de voir l’arme passer à côté pour atterrir plus loin, je revis le long pieux de bois dans ma poitrine, me traversant de part en part. Comment ? Mon armure était unique et elle pouvait résister à la plupart des armes connues. Du sang coulait de la plaie, me laissant sang voix. Ce centaure était-il si puissant ? Et par quel prodige à t’il put faire ça. Inquiet, je touchais du bout de mes doigts le sang chaud et me mis à le regarder, interloquer.

Ce sang… Ce sang que je touchais et qui coulait sur mon armure était… Mortel. Le sang rouge de tigrain… Qui n’était pas le mien. L’expression de peur s’effaça, vaincu par un rire amusé. Personne ne serait assez puissant pour me priver de mes pouvoirs et me rendre mon ancien moi, sans que je le sache. Voilà qui promettait d’être amusant, je vous le dis. Continuant de contempler ce faux sang, comme si je tenais une ridicule petite pierre précieuse, ou que je m’amusais avec des grains de sable, j’interrogeais le groupe barbare.

Sekmatep - Qui d'entre vous est cappable d'un tel prodige ?

A part le centaure qui voulait me transpercer, je ne vis personne susceptible d’avoir de la magie en lui. Je pouvais ressentir son énergie, mais je ne pourrais dire qui en est le détenteur. Un chamane ? Un vielle ermite ne sortant pas de sa cabane moisie dans un arbre ? Je le serais d’une manière ou d’une autre. Les regardant tour à tour, je me mis à m’incliner devant eux, bras ouvert, malgré la fausse lance toujours planter en moi, mais ne me faisant nullement souffrir.

Sekmatep - Bien, dans ce cas, nous allons jouer ensemble. Voyons ce que vous êtes capable.

Me redressant en levant la main, je fis sortir du sol un de mes golems prétoriens. Un parfait gardien de roche et de sables, aussi solide qu’un mur d’enceinte. Mon fidèle serviteur déchira la terre en grognant pour sortir et se dresser entre les attaquants et son maître, faisant front. Il n’était pas très grand, ni très rapide, mais incroyablement efficace, pouvant encaisser de nombreux coups et infligeant de terribles blessures. Oui, nous allions nous amuser tous ensemble, j’en étais sûr. D’un regard mauvais, je donnais mes premiers ordres à mon protecteur.

Sekmatep - Voie ! On à oser s'attaquer à ton maître. Débarrasse-moi donc de ces impudents.

Le gardien de pierre s’avança donc vers eux, d’un pas lourd, faisant vibrer le sol sous ses énormes pieds. Dans l’anciens temps, ils inspiraient la crainte et le respect. Personnes n’osaient se mesurer à eux, de peur de finir aplatit comme un simple insecte. Car pour lui, c’est ce que sont mes ennemis, de vulgaires insectes bons à se faire écraser sans efforts. L’espèce d’homme-loup semblait hésité à attaquer ou non. Mon garde de terre était impressionnant et il pourrait broyer sans grand mal le crâne de l’hybride. Le golem tenta l’attaque en premier. Je restais en retrait, les regardant au loin pour les étudier et voir toutes leurs capacités. Les deux géants s’affrontèrent dans un combat de choc, argile contre grès et sable. Mais, l’adversaire ne semblait n’avoir que la force, alors que mon golem lui, avait bien plus, des griffes tranchantes. Et il ne se priva pas pour le montrer.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Lun 3 Juil 2017 - 22:52

Pendant un instant, le magicien se tait, subjugué par sa blessure. Je ne peux détourner mes yeux de la scène, attendant la suite avec impatience. Délicieuse attente que celle de l’effroi. Le mélange de surprise et de peur pousse les gens dans leurs retranchements et, pour quelques secondes, leur fait perdre la raison, les rend fous. J’aime contempler leurs yeux s’agrandir, leurs bouches s’ouvrir dans une grimace ridicule et surtout entendre le cri grotesque qu’ils ne peuvent s’empêcher de pousser.

Mais qu’elle n’est pas ma déception ! Il ne fait rien de tout cela. Il se contente de nous regarder l’un après l’autre pour demander :

Sekmatep – Qui d'entre vous est capable d'un tel prodige ?

Les fous se reconnaissent entre eux. Et lui est en train de chercher sa semblable. Me reconnaîtra-t-il ? Je lui souris à pleines dents (pointues).

Sekmatep – Bien, dans ce cas, nous allons jouer ensemble. Voyons ce que vous êtes capable.

Non, il ne m’a pas reconnu. Mais il veut s’amuser ! Il lève ses mains devant lui et fait apparaître un golem de roche. Il est tout petit. Le magicien s’adresse à lui, lui parlant comme un maître à son serviteur. Il lui demande de le débarrasser de nous. Je n’hésite pas une seconde. Quand son golem de roche s’attaque à notre golem d’argile, je fais à mon tour apparaître deux personnages. Et pas des moindre ! Deux gigantesques bohorons qui se postent à mes côtés, crachant du feu par leurs naseaux. Ces monstres de légendes feraient fuir n’importe quelle armée, surtout cette toute petite qui se terre dans un château miteux. D’ailleurs, mes créatures s’approchent d’eux, et je vois certains hommes s’enfuir. J’éclate de rire face à leurs mines déconfites.

J’en rajoute une couche : au regard de tous, l’homme-loup et Chogan, le centaure, prennent également l’apparence du golem de roche avec ses griffes tranchantes. Ils ressemblent traits pour traits à celui qui se bat contre notre golem d’argile. Sauf qu’ils sont trois fois plus grands.

Je ne touche pas à nos autres alliés. Ils sont trop mal en point, hors de combat.

Quand à moi, je choisis de prendre les traits d’un immense dragon qui crache un feu de joie vers les cieux. Je chante une comptine d’enfant revue et corrigée. Déformée par mes pouvoirs, elle vient de tous les sens à la fois. Nasillarde et sadique, elle entre insidieusement dans les oreilles de mon interlocuteur, presque douloureusement.

Fleur - Petit mage, petit mage,
Si tu n’es pas sage,
Je croquerais ton visage,
Brulerais ton pelage
Dévorerais ton…


On ne peut se battre contre les illusions.

J’observe le magicien. Que fera-t-il en voyant ses hommes fuir ? Ils ne peuvent deviner qu’ils ne risquent rien. La terreur a pris possession de leur esprit et il serait bien compliqué de les ramener à la raison.

Peut-on vaincre sans combattre ?

Ou les illusions seront-elles révélées ?

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Mer 5 Juil 2017 - 9:50

Les deux grandes forces de nos camps s’affrontèrent entre eux dans un combat de Titan. Mais cela n’était rien comparé à ce qui allait suivre. Sans rien comprendre, je voyais plusieurs de nos assaillants changer de forme et en prendre une semblable à celle de mon garde pour se mesurer à ce dernier. Comment une telle chose était possible ? Seule une maîtrise de la terre comme la mienne permettait la création de ces golems. Mais ils ont juste copié son apparence. Je pensais qu’il serait judicieux en invoquer un deuxième, mais un doute se fit quand je voyais comment se battait le premier. Face au colosse d’argile, il se battait normalement, mais face à ses doubles, il eut comme un décalage entre ses attaques et ce que je voyais. Quelque chose clochait.

Soudain, deux Bohorts surgirent de nulle part et nous firent face. Mais hommes hurlèrent de peur derrière et tentèrent de se replier dans le château. Je ne savais pas si la forteresse résisterait à l’assaut de tels monstres, mais comme ils avaient tué tous les assaillants dans l’enceinte, ils ne risquaient presque plus rien. J’étais comme tétanisé devant ces deux bêtes immenses qui se dressaient devant moi. Et, comme si cela ne suffisait pas, la grosse bête à cornes difformes se transforma-t-elle aussi, en un monstrueux dragon. Deux types de créatures les plus destructrices.

Avais-je peur ? La réponse était évidente. Je n’avais pas la puissance nécessaire pour lutter contre de telles créatures, pas encore. Mais en réalité, j’étais partagé entre la peur et… La fascination. Quelque chose cochait vraiment dans tout cela et le doute persistait. Déjà, je savais par expérience qu’un Bohort ne pouvait être invoqué ainsi et aussi, que la transformation en dragon était impossible. En plus, je n’avais jamais vu cette bête cornue avant, elle était inconnue. Mais quand j’entendis le cracheur de feu chanter :

Fleur - Petit mage, petit mage, si tu n’es pas sage, je croquerais ton visage, brulerais ton pelage, dévorerais ton…

Alors tout devint plus clair. J’eus alors une idée. J’invoquais un second golem et je me mis à lui crier :

Sekmatep - Attaque les Bohorts !

Mais le gardien des sables se contenta de regarder autour de lui, sans bouger, comme s’il ne comprenait pas l’ordre. Vraiment intéressant. La peur en moi diminuait peu à peu à présent que je commençais à comprendre. Je changeais donc l’instruction, lui ordonnant d’aider le premier, ce qu’il fit en se jetant sur l’une de leur copie et en le mettant en pièces facilement. Un grand sourire se dessina sur mon visage et je tournais la tête en riant vers le dragon.

Sekmatep - Félicitation. Je suis très impressionné mon brave. Mais vous pouvez arrêter votre cirque à présent.

Comment avais-je deviné et reconnu quel genre de magie est-ce donc ? Grâce aux longues expériences et vécu de plusieurs millénaires dans ma tête. La vie de mes nombreux… On va dire avatars si vous voulez, qui fut rempli d’expériences en tous genre, notamment dans les diverses magies rencontrer et étudier et qui a transmis se savoir jusqu’à moi. J’avais accès à cette immense bibliothèque du passé qui me servait grandement à mes dessins et c’est grâce à cela, que je reconnais la magie de l’Illusion. Et cela expliquerait aussi le comportement étrange de mes gardiens. Il m’était donc plus facile de savoir à quoi j’avais à faire face à moi, mais pas à qui. J’en étais victime par contre, ça, je ne pouvais pas m’en préserver, mais j’étais bien plus prudent à présent.

Sekmatep - Magnifique en tout cas. Pour projeter de tels choses, vous devez être très puissant. Mais faites attention quand vous lancer vos sort sur un sorcier aussi vieux que le monde. Je vous propose une trève, et si vous êtes d'accord, discutons, ce serait avec plaisir de parler avec quelqu'un d'aussi fabuleux.
Les deux Bohorts et le dragon qui me crachait un souffle de flammes en plein visage, me paraissaient à présent aussi inoffensive que des hamsters.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Mer 12 Juil 2017 - 17:30

La terre enfante un second golem. Le mage lui ordonne d’attaquer les bohorons, mais l’enfant d'argile et de métal ne peut les voir.

Sekmatep - Félicitation. Je suis très impressionné mon brave. Mais vous pouvez arrêter votre cirque à présent.

Comment a-t-il su ? Mes illusions sont pourtant parfaites. Il doit avoir de grands pouvoirs, une perception hors du commun, ou alors peut-être sait-il lire dans les pensées…

Sekmatep - Magnifique en tout cas. Pour projeter de tels choses, vous devez être très puissant. Mais faites attention quand vous lancer vos sort sur un sorcier aussi vieux que le monde. Je vous propose une trève, et si vous êtes d'accord, discutons, ce serait avec plaisir de parler avec quelqu'un d'aussi fabuleux.
Ancolie – Fabuleux ! Fabuleux !

Je ris en applaudissant le mage "vieux comme le monde", puis commence à faire disparaître les illusions. Un bohoron disparait, puis le second, ensuite Chogan reprend sa forme originelle et…

Chogan – Non, ne fais pas ça !

Je vois la peur se dessiner sur le visage du centaure fou. Elle s’ajoute à sa haine. La situation se renverse. Sans les bohorons et le dragon à ses côtés, les hommes du château ne s’enfuiront pas et reviendrons nous combattre. Et Chogan perdra cette bataille. Je lui souris et me transforme à mon tour. Je reprends les traits d’Ancolie, mais en ajoutant ce qu’il faut d’humanité pour qu’il en soit sûr : c’est toujours moi. Et je suis bien humaine.

Ma peau écailleuse de dragon s’éclaircit et prend une teinte brune, hâlée, mon corps devient humanoïde. Mes cheveux prennent une teinte châtain tout en gardant des reflets verts. Mes cornes rapetissent, pour finir par disparaitre totalement. Mes dents ne sont plus pointues et mes yeux dorés tirent désormais sur le vert. Je garde donc certains traits de l’ "Ancolie d’avant", tout en ayant l'apparence d'une femme.

Et oui, mon petit Chogan, tu t’es allié à ton pire ennemie : un humain. J’éclate de rire et lui fais un signe de main. Il s’élance alors dans ma direction. Le fou ! Je penche la tête sur le côté, prête à l’accueillir. Ses alliés ne le suivent pas. Vu la tournure que prend les choses, ils choisissent de fuir. Sauf les deux autres centaures, prêts à suivre leur chef dans la mort. Ils sont blessés, mais se jettent tous deux vers le mage pour l’attaquer.

Je me penche au raz du sol et sort un poignard. Chogan s’approche au triple galop. Je sens le poids de l’arme dans ma main. Le manche est fait d’or et rappelle le motif des ailes d’une fée. Il fait remonter en moi les souvenirs d’une autre vie. Je pose mes lèvres sur le manche en fermant les yeux. Je devais me rappeler de quelque chose d’important à propos de ce poignard. Je me rappelle de quelqu’un… mais ces souvenirs appartiennent à une autre ! Moi, Ancolie, fleur de la folie, j’ouvre les yeux et me jette sur le côté quand Chogan me fonce dessus. Cela réveille en moi les douleurs que le mage a provoqué en me blessant avec son explosion. La lame de la lance de Chogan me frôle. Il est blessé et gêné dans ses mouvements. D’un geste net, je jette le poignard droit sur lui. Il se déplace, mais je me concentre pour dévier légèrement la trajectoire de mon arme de jet. Elle lui transperce le flanc. Ce n’est pas assez… Je le vois qui récupère son arme et s’apprête à la jeter sur moi. Je fais alors apparaître un mur à ses yeux, tout autour de lui.

Il ouvre de grands yeux et se met à tourner autour de lui-même sans savoir quoi faire. Je sautille sur place, trop heureuse de voir ce si grand centaure, si fier et si beau… tellement perdu ! Il sait qu’il a perdu. Il sait qu’il est déjà mort. Mais il continue à hurler avec rage. J’exulte !

Je saisis mon second poignard. Des fleurs ornent son manche. Si belles… La nostalgie me prend pendant un instant. Mais les cris de Chogan me font revenir à moi. A nouveau, je jette l’arme droit sur lui, et cette fois-ci, elle se fiche dans son cœur. Il n’a rien pu voir venir. Il s’écroule au sol. Je cours vers lui et saute sur son corps mort. J’attrape son menton et dirige son visage vers le mien. Ses yeux sont grands ouverts, mais ne regardent rien. Je la laisse tomber mollement au sol et récuppère mes poignards. Je les nettoie religieusement. Ils sont mon bien le plus précieux. Bien plus que les quarante-deux pièces d’or qui me viennent de je-ne-sais-où. L’histoire de l’autre. Encore et toujours elle.

Je redresse la tête pour observer où en est le mage qui a dû affronter les deux centaures (déjà bien amochés) qui sont restés se battre.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Jeu 13 Juil 2017 - 16:35

L’immense bête cornue se mit à applaudir devant moi et les deux énormes Bohorons disparurent en un instant. Même le déguisement des assaillants s’estompa, leur rendant leur apparence réelle. Le chef centaure en fut dépité et ordonna à ce que son sorcier maintienne l’illusion. Mais ce dernier ne changea pas d’avis. À son tour, il changea d’apparence, passant de l’imposant dragon, à une créature plus humanoïde, et féminine. J’ignorais s’il s’agissait oui ou non de sa véritable apparence, mais en tout cas, cela la désignait comme source de cette magie.

L’illusionniste semblait beaucoup s’amuser de la situation, car elle riait souvent et fit signe à son chef, qui lui, fou de rage, se jeta sur elle. Je m’écartais rien qu’un peu pour leur laisser régler leur différend. De toute manière, j’avais deux autres centaures sur moi, le reste du groupe avait prit la fuite, sage décision. Les deux sauvages se jetèrent au galop, me fonçant dessus comme leur dément chef. Un pas sur le côté, j’envoyais de ma main, je projetais de ma main, un puissant jet de sable qui frappa au niveau des pattes un des centaures. Ce dernier s’écroula au sol et roula plusieurs fois, jusqu’à ce que j’entende un crac.

Le second centaure évita de rentrer dans le corps de son compagnon, faisant le tour, et regarda avec horreur, le corps de ce dernier, restant inanimé par terre. Soufflant fort comme un taureau, il fonça droit sur moi, hurlant à la vengeance. Mes hommes, une fois les monstres titanesques disparus, voulurent intervenir, retrouvant un minimum de leur courage, mais je leur fis signe de ne pas bouger. Le centaure fit un bond vers moi, mais j’esquivais en me baissant, le laissant atterrir et glisser sur l’herbe, jusqu’au bord des douves.

Centaure - Sale sorcier ! Tu vas crever comme un chien !
Sekmatep - Des mots, rien que des mots, ceux de la même chanson chanter par un barde n'ayant pas un grand repertoir. Centaure, regarde donc qui sont mort. Tes amis sont presque tous à mes pieds, inerte. Et ton chef, ne vaut plus rien regarde.

En effet, la magicienne avait piégé le chef centaure entre quatre murs de pierre, le rendant complétement fou. Les yeux du centaure manquèrent de sortir de son crâne. Voilà qui était intéressant, j’avais reconnu la magie par mon expérience, mais eux, ils ne semblaient connaître réellement la mage qui les accompagnaient. Je serais curieux de savoir pourquoi, et surtout, comme c'est-elle retrouvée parmi eux. Elle s’amusait avec ses victimes en leur envoyant des visions d’horreur, il était possible que les membres de ce groupe de bandit ne soient toutes ses marionnettes, manipulées et comme pour un jouet destiner à un enfant, quand ce dernier se lasse, il le jette.

Centaure – Mourrez tous !

Cria le centaure, me fonçant à nouveau dessus. Je lui envoyai alors de suite en plein visage, ou nouveau souffle de sable qui lui écorcha la peau et le fit reculer de quelques centimètres, suffisant pour le faire tomber dans les douves. Se débâtant, il râla et tenta de s’en sortir, mais je donnais la permission à mes hommes de le finir avec leurs flèches et leurs lances. Ce qu’ils firent. Laissant ces derniers se défouler sur cet imbécile, je retournais voir la magicienne, constater si oui ou non, elle avait fini de jouer avec son petit animal sauvage.

Sekmatep - Je voie que vous avez fini aussi, il me semble. Vraiment remarquable.


Je contemplais le corps sans vie du chef centaure qui désirait la mort de tous les occupants du château. Quelle belle ironie, lui qui voulait le sang des humains, ce fut lui qui le donna à ces deniers. Et ne croyez pas que je pleurerais sa mort.


Sekmatep – Je ne sais pas si je parle réellement à vous, ou bien si vous vous déguisez sous une autre forme, et encore si ce n’est qu’une illusion que j’ai sous les yeux, mais je m’adresse à vous en tant qu’avatar pour dialoguer. Vraiment, vos pouvoirs son incroyables, qui êtes-vous donc magicienne ?


•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Jeu 13 Juil 2017 - 19:02

Le mage a tué les deux autres centaures, aidé, pour le dernier, par ses hommes. Ils gisent au sol dans des postures peu naturelles, désarticulés.

Sekmatep - Je vois que vous avez fini aussi, il me semble. Vraiment remarquable.

Il sait parler aux autres. La flatterie me monte à la tête et me grise. Je lui offre un large sourire. Je suis heureuse. De plus près, je remarque qu’il est très étrange. Je le dévisage un long moment. Je ne vois pas grand-chose de lui puisqu’il a une armure et un casque. Je devine juste qu’il est fort maigre.

Sekmatep – Je ne sais pas si je parle réellement à vous, ou bien si vous vous déguisez sous une autre forme, et encore si ce n’est qu’une illusion que j’ai sous les yeux, mais je m’adresse à vous en tant qu’avatar pour dialoguer. Vraiment, vos pouvoirs sont incroyables, qui êtes-vous donc magicienne ?
Ancolie – Un avatar ?

Je pose un doigt sur mes lèvres en levant les yeux au ciel. Qui suis-je ? Vaste question.

Ancolie – Je suis Ancolie, un lambeau d’une autre.

Mais cela ne suffit pas. Je réfléchis avant de reprendre :

Ancolie – Je ne suis rien car je deviens sans cesse. Je suis Peur, Nostalgie, Amour, Mort… Tout.

Je continue de l’observer, lui, ainsi que ses hommes. Aucun d’entre eux ne semble agressif à mon égard. Comme si le grand mage était leur maître absolu. Cela me fait frissonner. Tous ces hommes suivent leur roi avant leur propre raison. J’aime voir les gens laisser leur raison de côté. Le mage qui se trouve devant moi pourrait tous les envoyer à la mort. Ils l’accepteraient. Le magicien pourrait leur faire faire ce qu’il veut, même les choses les plus folles !

Ancolie – Et toi, qui es-tu ?

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Sam 15 Juil 2017 - 14:49

Ancolie – Un avatar ?

Elle semblait vouloir prendre un instant pour répondre, ayant le comportement d’une enfant qui s’amusait comme si le monde entier était son terrain de jeux. Parfois, je pouvais voir certains mages se comportaient comme des sortes de lutins farceurs. Possédant un grand pouvoir dans leur sang, ils éprouvaient souvent un détachement de leur monde et usaient de leur magie pour influencer leur environnement, comme de l’argile sur un mortier, sen sentant si puissant et intouchable.

Ancolie – Je suis Ancolie, un lambeau d’une autre. Je ne suis rien car je deviens sans cesse. Je suis Peur, Nostalgie, Amour, Mort… Tout.

Voici une réponse des plus étranges. Beaucoup la prendraient pour une folle après de telles déclarations. Je me demandais si c’était le fait d’avoir vécu pendant un moment en forêt qui la rendait ainsi, ou bien que sa magie lui ait consumait l’esprit. Ancolie semblait s’être amusé à se débarrasser de ses anciens compagnons, sans regret, comme une jeune fille jetant une poupée de chiffon. Je serais heureux de l’étudier pour en apprendre plus sur son compte.

Ancolie – Et toi, qui es-tu ?
Sekmatep - Je me nomme Sekmatep. Maître de ces lieux.

Je continuais d’observer Ancolie, cherchant à savoir de quelle race elle appartenait. Ses traits étaient humains, mais elle semblait être une hybride avec quelque chose d’autre. À moins que tout cela ne soit qu’une illusion, se cachant derrière cette image fort plaisante, pour dissimuler une créature vielle et repoussante. Comme moi qui restais sous mon armure dorée pour cacher mon visage difforme à la vue du monde entier. Tel était l’inconvénient avec des maîtres illusionniste, on ne savait s’ils disaient oui ou non la vérité, manipulant l’esprit de leurs victimes à tel point qu’on ne saurait distinguer le vrai du faux. Il était probable, qu’eux même en deviennent victimes. Tendant la main vers l’entrée du château, j’invitais la magicienne à entrer, devenant mon hôte.

Sekmatep - Je vous en pris, acceptez mon invitation. Vous pourrez vous restaurez en mon humble demeure, et nous pourrions parler entre mage. Et peut-être même, entre érudit.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Sam 15 Juil 2017 - 23:21

Sekmatep - Je me nomme Sekmatep. Maître de ces lieux. Je vous en prie, acceptez mon invitation. Vous pourrez vous restaurez en mon humble demeure, et nous pourrions parler entre mage. Et peut-être même, entre érudit.

Erudit ? S’il savait à qui il s’adresse vraiment… Je me contente de l’observer en souriant et en hochant vivement la tête. Je m’avance vers le château qu’il désigne d’un geste. Il s’est déjà écoulé un certain temps depuis le début de l’attaque. Je sens qu’il me faudra bientôt un temps où je pourrais être seule afin de me reposer et laisser mes illusions s’estomper. Je ne peux les maintenir éternellement. Cependant j’ai très envie d’une petite discussion avant de disparaitre et de céder la place à une autre que moi, l’Ancolie.

Le pont levis est détruit, nous le contournons. J’entre dans la demeure de pierre. Elle n’est pas en bien meilleur état que le pont…

Ancolie – Ce n’est très joli chez vous. Mais j’aime bien.

Les ruines m’ont toujours inspirées. Elles sont à l’image de mon esprit.

Les hommes s’éloignent sur notre passage. Je me demande s’ils ont peur de nous ou s’il s’agit d’une marque de respect pour leur chef. Je les ignore et me concentre sur le personnage principal de ce décor. Décor qui dut être divinement royal à une époque lointaine.

Ancolie – Je ne t’attaquerais plus pour aujourd’hui. Tu peux retirer ton casque.

Je lui offre à nouveau un large et inquiétant sourire afin de le mettre à l’aise pour entamer notre discussion.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Lun 17 Juil 2017 - 10:45

Ainsi, elle me suivit dans l’enceinte de mon château, sans manifester la moindre appréhension vis-à-vis de mes hommes qui venaient d’exterminer ses anciens compagnons d’infortune. Elle devait penser être assez forte et maline pour tous les maintenir en respect, ce que je ne doutais pas.

Ancolie – Ce n’est très joli chez vous. Mais j’aime bien.
Sekmatep - Me voici rassurer car c'est en pleine renovation. Soyez patiente, dans peu de temps, ce château rendra jaloux n'importe quel monarque.

Les gardes s’écartèrent avec respect en ma présence, mais ils manifestèrent également de la méfiance, s’attendant à voir Ancolie exploser et tous les massacrer. Il fallait juste qu’ils me fassent confiance et tout le monde s’en sortira en vie. Alors que nous nous approchions de la grande porte, Ancolie s’arrêta pour faire remarquer un point.

Ancolie – Je ne t’attaquerais plus pour aujourd’hui. Tu peux retirer ton casque.

C’est amusant, je me mis à rire. On aurait vraiment cru une enfant. « Je ne t’attaquerais plus pour aujourd’hui », comme « Je ne jouerais plus avec pour aujourd’hui. » Et ce regard, remplit de force et de malice, cela me plaisait, j’avais hâte de découvrir qui elle était réellement. Tendant ma main vers l’entrée, je l’invitais à découvrir l’intérieur de ma demeure.

Sekmatep - Vous me verrez sans casque bientôt. Je vous le promets. Mais avant, restaurons-nous.

Une fois à l’intérieur, nous nous installions dans le grand salon des banquets, où une table en cèdre fut dressée. Nous nous faisions face à cette table, confortablement installer sur des chaises en cèdre également, rembourré de cousin soyeux. Je regardais Ancolie, me tenant d’une façon assez décontractée, une main poser sur un accoudoir, le coude de l’autre bras faisant autant et dont ma main caressait mon menton en or. J’étudiais cette étrange créature, pendant que de mes serviteurs, nous apportait nos plats. Il s’inclina en rentrant et déposa la nourriture, retirant les cloches en fer, nous dévoilant du lapin cuit avec des légumes. Puis, un autre apporta des carafes remplies de diverses boissons.

Sekmatep - Je vous en prie. Mangez et buvez. Dites ce que vous désirez, et on vous servira. Nous avons un peu de vin, délicieux. De l'hydromèle, et de l'eau.

Pendant que chacun était servi pour restaurer, j’en profiter de ce moment de « convivialité » pour discuter avec notre nouvelle « amie ». Ce n’était pas tous les jours que je rencontrais des mages aussi puissants, et cela me changeait des rustres ne sachant que tenir une épée ou un gourdin et ne sachant ni lire et écrire. La prestation de mes hommes comme guerrier e serveur, c’était moi qui leur ait appris, et encore, il y avait du travail. Alors, cela me faisait du bien de rencontrer quelqu’un usant de la magie, j’espérais qu’elle était aussi érudite.

Sekmatep – Alors Ancolie. Dites-moi, qui êtes-vous, d’où venez-vous ? Et est-ce vraiment votre véritable forme que j’ai devant les yeux ? J’aimerais tant vous connaître et apprendre auprès de vous.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Mer 19 Juil 2017 - 23:18

Le seigneur des lieux m’affirme que dans peu de temps son château sera bien plus impressionnant. Ce doit être un rénovateur d’anciennes bâtisses. Il rit à ma remarque. Je partage sa joie. Ses rires immotivés sont forcément des symptômes de folie, ce que je ne peux qu’apprécier.

Sekmatep - Vous me verrez sans casque bientôt. Je vous le promets. Mais avant, restaurons-nous.
Ancolie – Tu dois être bien laid pour te cacher derrière ça. Mais ne t’inquiète pas, si je le voulais, je te battrais à plat de couture dans un concours de laideur.

Je peux devenir bien plus effrayante qu’un zombie d’orc en décomposition.

Je le suis dans les couloirs jusqu’à arriver à une grande salle. Nous nous asseyons à une table, face à face. Il n’est nullement effrayé. Il a plutôt l’air décontracté. Un homme nous sert à manger. Je regarde les plats avec appétit. Il y a des morceaux d’animaux morts et découpés. Il y a des plantes en morceaux. Et en boisson, nous buvons de l’hydromel. C'est un mélange d’eau et de crachat d’abeille. Un véritable festin. J’ai rarement eu l’occasion de me trouver à une table aussi garnie. Ça m’est arrivé parfois dans mon travail, mais je n’avais pas le droit de toucher aux mets, réservés aux clients. Par conséquent, je hume les odeurs délicieuses et dévore des yeux chaque plat. Je m’attelle ensuite à goûter chacune des préparations avec grand soin. Je n’en oublie aucune.

Un délice.

Sekmatep – Alors Ancolie. Dites-moi, qui êtes-vous, d’où venez-vous ? Et est-ce vraiment votre véritable forme que j’ai devant les yeux ? J’aimerais tant vous connaître et apprendre auprès de vous.
Ancolie – Je t’ai déjà dit que je n’étais rien. Par contre je peux faire beaucoup. Je peux danser, chanter, conter des histoires et les faire apparaître devant tes yeux. Je peux t’emmener dans d’autres univers. J’en connais des tas.

Je réponds ensuite à ses autres questions :

Ancolie – Je suis apparue pour la première fois à Tacomnal. Quand à savoir ma véritable forme… il me semble que je suis toute aussi véritable qu’une autre illusion. J’existe de façon discontinue, si telle était ta question.

Le serviteur apporte ensuite des morceaux solides de lait coagulé, fermenté et affiné. Leur odeur est très forte mais agréable. Je goûte soigneusement à chaque morceau.

Ancolie – Jamais je n’ai mangé de fromage aussi bon ! Là où je suis apparue, nous avions souvent faim et tout ce que nous mangions était rassis. Sauf quand nous piquions dans les restes de nos clients.

Avant qu’on ne nous apporte les desserts, je sens que je commençais à fatiguer. Je ne pourrais bientôt plus être Ancolie.

Ancolie – Je vais devoir disparaître. Il me faut être seule un instant. Qui est-ce que tu voudrais voir après que je me sois reposée ? Je peux être tout ce que tu veux.

Je précise juste qu'il est inutile de me demander à apparaître sous ma "véritable" forme, comme il l'appelle. Je lui explique avec ma folle ferveur que je ne suis pas moins véritable qu'une autre. Je lui demande aussi où il me serait possible d’aller dormir, en précisant que j’ai besoin d’être seule.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Ven 21 Juil 2017 - 17:21

Ancolie – Je t’ai déjà dit que je n’étais rien. Par contre je peux faire beaucoup. Je peux danser, chanter, conter des histoires et les faire apparaître devant tes yeux. Je peux t’emmener dans d’autres univers. J’en connais des tas.

Voilà une question des bien plus étrange. Cela semblait confirmer l’idée même de la folie. La pauvre semblait être prise au piège par ses propres tours qu’elle était victime d’une crise d’identité. Elle semblait perdue dans son esprit et il fallait encore réussir à comprendre ce qu’elle voulait dire. Ma foi, je devinais qu’elle me proposait de vivre dans un univers illusoire où tout ne serait que tromperie. On pourrait mal voir la chose, mais cela semblait être une bonne chose pour elle. Prisonnière de ses illusions, elle n’avait sans doute pas grand-chose à offrir. D’un côté, elle me faisait de la peine. C’était comme rencontrer une enfant perdue dans les bois, qui, content d’avoir trouvé quelqu’un, se lançait à raconter ses fables pour s’amuser et éventuellement, se faire un ami.

Ancolie – Je suis apparue pour la première fois à Tacomnal. Quand à savoir ma véritable forme… il me semble que je suis toute aussi véritable qu’une autre illusion. J’existe de façon discontinue, si telle était ta question.

Voici une nouvelle phrase remplit de mystère. Je ne comprenais pas son idée d’exister en discontinu, mais quant au fait qu’elle se considère aussi vraie qu’une illusion, cela montrait sa perte d’identification. Une forme d’amnésie qui fait douter de tout ce que l’on sait ou que l’on croit. On se retrouve privé de repère et enclin à sombrer dans cette douce folie. Par contre, avec la tournure de ses phrases, Ancolie m’apparaissait plus comme une représentation vivante d’un concept qu’un être vivant. Une image représentant une idée de pensée, comme un esprit de la colère, de la joie, etc. Qui marcherait sous forme humaine sur terre.

Sekmatep - J'imagine que sous ces illusions, il y en a une que vous préférez vous vêtir pour vous présenter aux autres.

Elle se mit à gouter à chaque plat avec délice, profitant du repas comme si jamais elle n’avait vu une table aussi bien servit. Cela devait changer des baies sauvages et des écureuils sans doute.

Ancolie – Jamais je n’ai mangé de fromage aussi bon ! Là où je suis apparue, nous avions souvent faim et tout ce que nous mangions était rassis. Sauf quand nous piquions dans les restes de nos clients.
Sekmatep - Profitez donc bien de votre repas. Il y en a assez pour tenir des mois. Je serais curieux de savoir de quels clients vous parlez. Aviez-vous eus un passé de marchande ?

Je n’eus pas de suite droit à des réponses, car notre hôtesse présentez déjà des signes de fatigue. La journée fut éprouvante pour tout le monde, surtout après un tel combat et du repos ferait du bien à tous.

Ancolie – Je vais devoir disparaître. Il me faut être seule un instant. Qui est-ce que tu voudrais voir après que je me sois reposée ? Je peux être tout ce que tu veux.
Sekmatep - Bien entendu, nous allons vous confier une chambre. Et prenez l'apparence qui vous plaira. Nous reprendrons cette discussion plus tard.

Je me mis à claquer des doigts, et un serviteur sortit de l’ombre pour guider vers une des chambres. Il la regardait de travers, comme les autres il l’avait vue à l’œuvre, et donc il se méfiait d’elle. Mais il préféra se taire et obéir, ne voulant avoir deux sorciers sur le dos.

Sekmatep – Ne vous attendez pas à une chambre de princesse. Tout est en rénovation.

Une fois partie, je restais un instant seul, assis à la table avant de donner l’ordre de débarrasser. C’est alors qu’à son tour, Toralf se montra et contrairement au serviteur, manifesta son mal être à voix haute.

Toralf – Je pense que c'est une mauvaise idée de l'avoir laisser entrer maître. Elle est dangereuse, on devrait la tuer dès qu'elle dormira.

Bien que parfois, je pouvais apprécier les compétences sa « loyauté », Toralf pouvait se montrait si fatiguant avec son caractère. Je me mis à soupirer avant de prendre une coupe qui était rester sur la table. Je ne pouvais pas boire à travers de mon casque, mais cela m’aidait à me détendre à tenir un récipient de la sorte entre les doigts.

Sekmatep - N'ais-je pas donner des ordres ?
Toralf – Si, mais je me permets de douter de notre sécurité. Une personne comme elle ne nous attirera que des ennuis.

Je pouvais comprendre aussi que Toralf éprouvait de la rancune à l’encontre d’Ancolie. Elle l’avait fait capturer, terrifier, torturer etc. Et je n’aimais pas trop qu’on malmène mes hommes. Toutefois je devais calmer les ardeurs de l’ancien bandit car sinon, ce sera lui qui mettrait en péril notre sécurité. Je concluais donc cette discussion ainsi :

Sekmatep – Je veux en savoir plus sur elle avant. Si je ne me fais pas de fausses idées, alors elle pourra servir mes dessins. En attendant, soit patient et aimable. Si cela peut te rassurer, surveille là, mais ne tente rien. Dis juste que tu veille sur la sécurité de tous. Mais saches que si mes projets touchent à leur but, alors non seulement, mon rêve se réalisera, mais tu obtiendras toi aussi, ce que tu désires le plus.

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Fleur le Dim 23 Juil 2017 - 22:17

Une fois certaine d’être seule, Ancolie disparait pour laisser la place à la simple Fleur. Je pousse un soupire, lasse. Ancolie est complètement folle. Il est rare que je devienne cette… personne. Madame me demandait parfois de devenir ainsi quand nous avions des clients quelque peu bizarres. Ils souhaitaient se confronter à des plaisirs hors-normes. Et la folie d'Ancolie plaisait à certains.

Je repense à la question de Sekmatep : « Aviez-vous eu un passé de marchande ? » Ancolie n’a pas répondu, trop occupée à manger. On pourrait dire que la réponse est oui. Une marchande d’illusion. Je marchandais mon corps et l’apparence que je pouvais lui donner.

Je m’allonge sur le lit. Je repense à toute cette histoire dans laquelle Ancolie m’a embarquée. Elle aurait pu y laisser notre vie une bonne centaine de fois. Et quelle idée, d’abandonner ses alliés pour se retrouver dans ce château en ruine, protégé par un seigneur mystérieux, refusant de dévoiler son visage. Je ferme les yeux. Il n’a pas l’air mauvais. Il a tué tout le monde. Parce que nous l’attaquions. Et il m’a laissé la vie sauve, m’a nourrie, me laisse choisir l’apparence que je souhaite avoir et il me permet d’être seule quand mes illusions ne peuvent plus tenir. Ses hommes par contre… aux regards qu’ils lançaient à Ancolie, j’ai bien compris qu’ils ne se gêneraient pas pour nous tuer. Cependant, ils semblent obéir à leur maître sans broncher. J’espère que cela suffira à me maintenir sauve.

Sekmatep… Que me veut-il ? Pourquoi m’avoir laissé la vie ?

Je sens la fatigue me gagner et me redresse avant de sombrer dans le sommeil. Je pousse un meuble devant la porte, pour être certaine de me réveiller si quelqu’un tente d’entrer pour me tuer. J’entends des murmures de l’autre côté du mur. Je devine que quelqu’un surveille l’endroit. Ils doivent avoir peur d’Ancolie et de mes pouvoirs… Peu importe, je m’allonge et me laisse aller au pays des rêves.

Quand je m’éveille, je vois le jour poindre. J’ai dormi toute la nuit ? Possible. Je m’étire et baille à m’en décrocher la mâchoire. Rien n’a bougé : personne n’a tenté entrer ici cette nuit.

Je me lève et observe le monde à travers la petite fenêtre. Que dois-je faire ? Le mieux serait de m’enfuir d’ici au plus vite. Mais par où ? J’entends quelqu’un tousser. Le garde a dû rester là toute la nuit. Je fronce les sourcils. Cette attitude est normale et pourtant je ne me sens pas rassurée. Je devine le désir de chacun de ces hommes de me trancher la gorge. Je n’ai cependant pas le choix. Il me faudra bien sortir de cette chambre. Mais sous quelle forme ?

***

Le garde baille. La nuit a été longue, passée devant la porte de cette maudite sorcière. Il se retourne quand il entend un bruit. Il se redresse d’un bond et pose sa main sur la garde de son arme. La porte s’ouvre sur son…

Garde – Seigneur ? Comment se fait-il que vous soyez…
Illusion de Sekmatep – Crois-tu que les pouvoirs de ton Maître aient une limite ?

Le garde balbutie en secouant la tête. C’est bel et bien son seigneur. Son armure et sa démarche serait reconnaissable entre toute. Il désigne l’épée du garde, en partie tirée de son fourreau. Gêné, celui-ci range immédiatement l’arme en bafouillant une excuse.

Son seigneur se contente de pointer la porte du pouce en lui demandant de continuer à surveiller la prisonnière. Puis il s’en va.

Quelques secondes plus tard, le faux-Sekmatep se transforme en Toralf.

***

Je m’avance dans ce labyrinthe, sous les traits de l’homme que j’avais effrayé, quelques jours plus tôt. Comment se fait-il que le garde, qui a bien dû voir mes pouvoirs, se soit laissé berner ? Il doit avoir un respect pour son maître qui est si grand qu’il en devient déraisonnable. Franchement, savoir qu’il garde une illusionniste derrière sa porte et ne rien oser dire à la personne qui en sort, même si elle a les traits de son puissant seigneur, ce n’est pas très malin. Je remercie sa bêtise et interroge un homme sur l’endroit où se trouve Sekmatep. J’avance jusqu’à la porte qu’il m’a désignée et entre sans prévenir.

Illusion de Toralf – Mon Maître.

Je lui fais un clin d’œil, ferme la porte derrière moi, mais sans avancer.

Illusion de Toralf – Vous m’aviez promis de retirer votre casque tantôt.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Sekmatep le Mar 25 Juil 2017 - 17:08

Je passais la plus grande partie de la nuit à méditer. Enfermé dans mon « Sanctuaire », je réfléchissais si je ne m’étais pas trompé au sujet d’Ancolie. Pour m’y aider, je consultais la mémoire ancestrale des Sekmatep. Dans mon esprit, chacun d’eux se matérialisa sous un double de moi, vêtu de l’armure sacrée. Cela m’aidait à réfléchir à mes projets. Les interrogeant tour à tour, je n’eus pas beaucoup de réponses. Souvent, on me disait « Qu’il fallait que la dynastie perdure, que l’empire devait vivre ». Nous étions donc tous d’accord en gros, mais Ancolie pouvait-elle être celle qu’il me fallait ? Je sentais qu’elle avait tout pour devenir une reine, l’esprit, la force, le tempérament… Mais je pouvais me tromper, car elle faisait folle.

Je me remémorais chacune des reines de Kemetra. Contrairement aux Sekmatep, elles étaient toutes différentes, ayant une mentalité différente, de races différentes… Une personne comme Ancolie ne ferait qu’embellir le tableau des épouses royales non ? Par contre, ce qui me perturbait le plus, c’était son don dans l’illusionnisme. Les magies étaient imprévisibles quand on en confrontait une avec l’autre, et il fallait savoir si nos pouvoirs étaient compatibles.

Toralf – Mon Maître.

Toralf me surprit. Je me retournais violement et le vit entrer dans ménagement dans la pièce, fermant la porte derrière lui, bien trop sûr de lui. Mais quand j’aperçu son clin d’œil, je commençais à comprendre et me mis à sourire, m’amusant tout juste de la situation.

Toralf – Vous m’aviez promis de retirer votre casque tantôt.

Comme elle n’avançait pas, ce fut moi qui m’approchais. Je la contemplais en riant, amusé par son petit tour. J’étais persuadé qu’elle avait un peu joué avec les gardes en se déguisant. Pauvre Toralf, il me faisait de la peine, car cette magicienne semblait trouver goût à le prendre comme victime et à lui jouer de ces mauvais tours.

Sekmatep - Vous semblez vous êtres attacher à ce malheureux Toralf. C'est mignon. Qui sait, vous finirez par devenir de grands amis à la longue.

Repensant à sa requête, mon sourire s’effaça et je repartais vers le centre de la pièce. Oui, je lui avais dit qu’elle pourrait voir mon visage, mais avant cela, je devais être sûr de mon choix, qu’elle était celle que je croyais. Car la vision de mon visage est plus une récompense, ou une épreuve à surmonter, et dont peu, peuvent s’y soumettre. La regardant, je me mis à la questionner, savoir si, malgré la folie qui l’habitait, elle avait des rêves, de l’ambitions. Si elle était prête à vivre une vie totalement différente, radicalement opposé.

Sekmatep – Dites-moi avant, si vous avez la possibilité de changer de vie, d’effacer celle d’avant pour en connaître une plus grandiose, loin de la vie en forêt, le feriez-vous ?

•————————————•
Le Secret des Sables:
avatar
Sekmatep
Expert
Expert

Race : Tigrain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plus grand des Trèsors... Mais pas celui qu'on croit

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum