Sous bonne escorte

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sous bonne escorte

Message  Fleur le Mar 2 Mai 2017 - 18:29

Changer de vie. Quoi de mieux pour cela que de partir le plus loin possible ? Après ma mésaventure dans la grotte remplie de nocteras, je m’étais retrouvée seule en territoire inconnu. J’avais marché, un peu au hasard, pour finir par rencontrer des gens du voyage. Me présentant comme un jeune adolescent, j’avais vite gagné leur sympathie. Cette capacité à être admirée et aimée m’avait sauvée la vie à de nombreuses reprises. Certains qualifiaient cela de sortilège, mais il me suffisait de les ensorceler pour qu’ils ferment leur clapet. J’avais donc rejoins une caravane et fait un long voyage jusqu'à Telbara.

Là bas, la première chose qui m’étonna fut de croiser des tigrains, des hommes-lézards et des centaures à chaque coin de rue. Tous étaient libres et insouciant. J’avais encore du mal à me faire à l’idée qu’ici, les choses étaient différentes de là où j’avais grandi. Un minotaure sans chaînes m’effrayait, de même qu’un demi-orc qu’aucun maître ne maîtrisait. Mais au fil des jours, je me rendis compte qu’ils n’allaient pas m’attaquer pour la seule raison que j’étais une humaine. Je commençais à me sentir plus à l’aise au milieu de tant de différences.

Mon acclimatation se fit doucement. Je n’étais douée que pour une seule chose : vendre mes charmes. Cela me permis de trouver l’argent pour dormir en toute sérénité dans une auberge. Je me vendais à un prix d’or, puisque je pouvais être la duchesse qu’un tel avait toujours désirée, ou la femme d’un baron qu’un tel aimait en secret… Après mon passage, les ragots allaient bon train. Je noircissait la réputation des plus fidèles épouses et faisais pousser des cornes sur le crâne de leurs époux.

Je ne vivais pas dans le besoin, mais j’étais insatisfaite. Je ne désirais pas de cette existence dont on m’avait dépossédée dès mon plus jeune âge. Être juste bonne à vendre ce corps qui n’était plus vraiment le mien… c’était ce que j’avais fuis à Tacomnal et que je ne voulais plus vivre.

Je m’étais donc mise à chercher un autre travail. Je ne savais pas faire grand-chose mais je persévérais, certaine de pouvoir un jour mener une vie qui ait enfin un sens. Cependant, je n’étais pas douée pour les travaux qu’on me proposait. Je réussi à jouer le rôle de Bouton-d’Or, une serveuse, durant trois jours seulement. Je ne devins Tulipe, une vendeuse, que pour quatre jours. Quand à Dahlias, une cuisinière que j'incarnais à la perfection, elle ne tint même pas un jour puisque, ayant brulé tout le ragoût, elle ne put rien servir aux clients.

En désespoir de cause, je cherchais un travail de servante chez de riches bourgeois. Je me présentais sous l’apparence de Mimosa, la trentaine, veuve et sans enfant. J’eus la chance d’être prise pour servir une baronne nommée Clématite, une magnifique jeune fille en âge de se marier. Je fus la seule de ses femmes de chambres à ne pas m’enfuir en courant après le premier jour de travail, ce fut pour cela qu’on me garda, même si j’étais incapable de faire son lit ou de laver sa chambre correctement. La jeune noble se montrait odieuse avec toute personne qui lui était inférieure. Au contraire, elle ressemblait à un ange de Kaluni quand elle partageait ses journées avec les gens de la haute. Sa suivante, qui la coiffait, l’habillait, préparait son bain et toutes ces choses que les baronnettes désirent, subissaient toutes les colères immatures de la jeune fille. A sa décharge, la petite n’était pas aidée puisque, depuis sa naissance, elle portait le prénom d’une fleur représentant l’artifice et la tromperie.

Le jour qui changea toute ma destinée de servante, j’accompagnais Clématite en ville. Sa suivante était malade et ce fut moi qui dû la suivre en courant quand elle chercha à me semer pour s’adonner à dieux-savent quelle bêtise. Quand je la retrouvais enfin, elle était déjà montée tout en haut d’un temple d’Elasgol. Elle ne respectait même pas les dieux, cette chenapan. Après avoir monté toutes les marches qui me séparaient d'elle, je fus spectatrice d’une vision de catastrophe. La jeune fille avait glissé de la charpente où elle avait dû grimper tel un singe en furie. Elle gisait au sol, une jambe brisée et la tête tournée sur le côté dans un angle improbable. Ses yeux étaient grands ouverts et un sourire guilleret était dessiné sur ses lèvres. En panique, je cachais son corps. Les quelques heures que je passais au-dessus de la tombe improvisée me permirent de mettre mes idées au clair. J’avais enfin ce que je cherchais. Je pouvais avoir une vie différente : une vie de baronne.

Je revins au domaine sous les traits de Clématite. J’étais désormais une jeune fille de 16 ans, turbulente et immature avec ses serviteurs, douce et docile face aux personnes de son rang. J’avais une crinière blonde qui descendait jusqu’à la taille que ma suivante tressait à la mode Telbarane. Elle les ornait d'un diadème scintillant et de perles aux reflets bleu. A mes oreilles pendaient des boucles faites de plume et d'or, assortis à mes innombrables bijoux. Mes yeux étaient marrons et rieurs. Quelques taches de rousseur parsemaient mon nez en trompette.

En arrivant dans Ma demeure, je fis un mensonge inintéressant sur la disparition de ma servante, puis m’étalait avec satisfaction dans Mon lit de plume. J’étais devenue une princesse !

Je ne savais pas encore, ce jour-là, que mon père avait décidé de me marier à un noble Estanol, un vieil homme de quarante-six ans qui voyait d’un bon œil l’alliance qu’il pouvait former avec ma famille. Quand à mon père, il serait tout aussi gagnant puisqu’il me vendait pour un bon prix (même s’il n’utilisait pas ces termes) et qu’il étendait ainsi son influence vers d’autres contrées.

Je ne savais pas non plus qu’il était déjà en train de recruter des personnes pour m’escorter jusque là-bas.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Mar 2 Mai 2017 - 21:58

Kormak avait vécu quelques temps dehors. Malheureusement, sa crise de colère qui l'avait conduit au chômage tombait mal, en plein hiver. Il avait tenté de vivre dehors, comme il aimait. Il avait tenu une semaine. Mais alors que la température continuait à descendre, il avait dû se résoudre à retourner en ville, sous peine de perdre un orteil.

Il avait donc fait demi-tour, bouffi par la fierté, vers les routes de Telbara. Après son incartade, il devait se faire discret. Mais quand on présente des mensurations telles que celle du Demi-Orc, la discrétion est un concept tout à fait relatif. Néanmoins, Kormak savait qu'il y avait un endroit dans la ville où il pourrait rester à l'abri. Mais cet endroit avait un prix... Kormak avait retourné la question dans sa tête, et il était arrivé à la conclusion la plus logique : payer le prix de l'abri était au final dérisoire comparé au sort réservé à ceux qui restaient dehors sans pouvoir s'abriter.

Kormak s'était donc dirigé vers les Plaisirs de Telbara. Il y retrouva la tenancière, dame Edwina. Elle insistait pour qu'on lui accole le titre de dame, mais elle n'avait strictement aucune goutte de sang noble dans ses veines. Mais être la maîtresse des lieux donnait droit à quelques privilèges. C'était avec plaisir que la femme d'affaires avait accepté de loger son ancien employé, contre le retour de celui-ci au travail. Kormak connaissait le prix, et l'avait d'ores et déjà accepté. Il l'avait déjà fait, et il se savait prêt à le refaire si nécessaire.

Kormak était resté jusqu'à la fin de l'hiver, évitant de sortir la journée, et même parfois la nuit, pour éviter de se faire repérer par les gardes. Puis l'hiver laissa place aux beaux jours, et il fut temps pour le Demi-Orc de repartir. Comme à chaque fois, Edwina tenta de le retenir sans grande conviction, plus pour la forme qu'autre chose. Elle n'était pas idiote, elle savait que les chances de le revoir étaient grandes. Après tout, il n'y avait pas mille endroits en Orcande où un Demi-Orc pouvait se balader librement. Au pire, elle se dit qu'il reviendrait lors de l'hiver prochain.

Edwina avait un code d'éthique, ce qui est assez rare dans le milieu de la prostitution. Ses petites perles du bonheur, comme elle les appelait, avait le droit de partir quand ils le désiraient. Elle parait du principe qu'un travailleur non motivé ne donnerait pas de bons résultats, si ce n'est un client mécontent. Et comme elle avait coutume de leur rappeler, les seuls qui ne sont pas remplaçables ici, ce sont les clients. Elle préférait laisser ses ouailles partir, tout en s'assurant qu'ils ne partaient pas pour rien. Son poste l'avait amené à fréquenter beaucoup de gens, tous très différents, mais qui avaient comme point commun de représenter un vivier d'occasion pour qui voulait changer de voie.

C'est ainsi qu'Edwina trouva un petit travail à son Demi-Orc favori. Un noble de Telbara voulait marier sa fille à un Estanol, et la petiote avait besoin d'une escorte jusque là bas. Par conscience professionnelle, elle avait demandé quel genre d'escorte il s'agissait. Mais à son grand regret, il s'agissait d'une escorte tout ce qu'il y avait de plus classique. Dans tous les cas, Kormak ferait l'affaire. Elle lui en parla, et celui-ci accepta. Néanmoins, elle lui demanda de revenir immédiatement après avoir rempli sa mission. Estandre n'était pas connu pour sa clémence envers les hybrides, et seuls les dieux savaient ce qu'ils pourraient lui faire.

C'est ainsi que Kormak se retrouva à quelques mètres des portes de la ville, attendant sous un arbre, que la noble le rejoigne. Parce qu'évidemment, il était hors de question qu'un monstre comme lui ne rencontre en ville une jolie fleur de haut lignage.
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Mar 2 Mai 2017 - 22:43

Je regarde la porte de Telbara que nous franchissons en silence. J’en veux à Père de m’abandonner de la sorte pour étendre son pouvoir et s’enrichir. J’en veux à Mère de ne rien dire et de laisser faire. Les femmes n’auront donc jamais droit qu’à ce rôle ingrat ? Celui d’appartenir à qui possède de l’argent et un ver de terre entre les jambes ? Je bougonne en avançant. Mère attribue mon « étrange changement » au choc de la nouvelle qu’elle vient de m’apprendre : je vais quitter les terres qui m’ont vues grandir pour devenir une femme. Si elle savait…

Un demi-orc nous attend au pied d’un arbre. Père ne s’est pas donné la peine de trouver mieux qu’un vulgaire orc pour m’accompagner à Estandre. D’ailleurs, le paternel n’a même pas pris la peine de se déplacer pour me faire ses adieux. Il n’a aucune estime pour sa fille, seul compte l'argent qu'elle lui rapporte, le reste de ses pensées est concentrée sur ses descendants mâles. Toujours ces fichus vers de terre qui font leur loi. Je regrette un instant de ne pas avoir tué le frère de celle que j’incarne à présent. Si j’avais été un garçon noble, alors tout aurait été fort différent.

Enfin, peu importe. Être duchesse ou je ne sais quoi, même si cela signifie épouser un inconnu, ça vaut le coup. Mes pensées s’égarent. Je sais bien, au fond de moi, que ce n’est pas ce que je désire. Mais ai-je déjà osé rêver devenir une noble dame ? C’est un luxe que je n’ai pas le droit de refuser. Même si le prix à payer est grand… Tellement grand…

Ma suivante me suit, comme à son habitude. Elle ne dit pas un mot. A côté, un cheval tire un minuscule carrosse dans lequel je vais devoir passer ce maudit voyage. Manquerait plus que je ne fasse la route à pied… Le cocher est un halfelin employé par Père pour le voyage, de même que le demi-orc qui se trouve devant nous. Il est tellement radin que je n’aurais que ces trois employés pour convoyer jusque chez mon futur-époux.

Je lance un regard de travers au demi-orc avant d’user de mes pouvoirs pour le surprendre. Si elle le trouve mentalement dérangé, Mère s’en voudra encore plus de me laisser avec eux, même si je sais pertinemment qu’elle ne peut rien faire pour moi. Elle a beau être noble, elle reste une simple épouse.

Je me concentre un instant en faisant une grimace. Puis je me lance. Sur sa droite, le demi-orc va maintenant entendre ma voix qui l’insulte de tous les noms. Puis sur sa gauche, ma voix lui demande ce qu’il regarde. Et en même temps, je parle avec ma propre bouche.

Clématite – Hé, l’Orc, comment tu t’appelles ?

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Mer 3 Mai 2017 - 0:09

Émergeant des portes, comme des restes de nourriture qui postillonnent de la bouche de la grande ville, un petit convoi, dont Kormak devine rapidement qu'il s'agit de son client. Un de ces petits carrosses qu'affectionnent les riches, avec trois personnes. Kormak ricana, dévoilant un peu plus ses canines. C'était bien un truc d'humain... Ces pauvres petites créatures fragiles, obligés de se faire tracter pour faire quelques mètres. Alors pensez-vous, pour un trajet de plusieurs jours. Il s'étonna d'ailleurs qu'il n'y ait pas l'armée habituelle de domestiques pour répondre au moindre caprice de son client durant le voyage.

Edwina lui avait expliqué qu'il devait escorter une jeune fille jusqu'en Estandre. L'idée d'aller là-bas ne l'enchantait guère. Dès que possible, il les larguerait. Néanmoins, histoire de ne pas se les mettre à dos dès le départ, il rangea dans son dos son arme. Il s'était fait un fourreau de fortune, retenu par une corde usée qui lui entourait le torse en passant par dessus son épaule. Parait-il qu'il n'était pas correct de recevoir quelqu'un l'arme à la main. Quelles conneries...

Le petit groupe s'arrêta à sa hauteur. Vu leur mine déconfite, ils ne s'attendaient pas à voir un Demi-Orc. Super... Cela promettait une ambiance délicieuse. Kormak les dévisagea l'un après l'autre. Il y avait tout d'abord un halfelin, qu'il identifia facilement comme étant le cocher grâce à sa tenue. Il le toisa de haut - plus par nécessité physique que par volonté d'intimidation. La différence était telle que ça en devenait ridicule. Le pauvre lui arrivait à peine au genou. Kormak se souvenait que même enfant, il était plus grand que ça. Il se retint de rire.

Il est accompagné de deux femmes, une vieille et une jeune. Kormak supposa qu'il s'agissait de la mère et de la fille, étant donnée leurs traits communs. En vérité, Kormak n'était pas très physionomiste, et pour lui la plupart des humains se ressemblaient. Mais là, voir les deux femmes côte à côte faisaient ressortir leurs ressemblances. La plus jeune s'avança vers lui. Elle eut une grimace bizarre, quand Kormak entendit une voix qui l'insulta. Par réflexe, sa main se dirigea vers son épée, avant de se figer. Il n'y avait personne à part eux. Avant qu'il put faire quoique ce soit, la même voix retentit, de l'autre côté. Mais il avait beau chercher du regard, il n'y avait personne, et le terrain était trop à découvert pour que quelqu'un puisse se cacher.

– Hé, l’Orc, comment tu t’appelles ?

Il n'avait pas rêvé, cette fois-ci. C'était bien la petite blonde qui avait parlé, la jeune. Et il en était certain, les deux voix qu'il avait entendu étaient la même. Mais sa bouche n'avait pas bougé, alors comment ? Kormak se souvint d'un spectacle qu'il avait vu. Un homme qui faisait parler une marionnette sans bouger les lèvres. Peut-être savait-elle faire ça aussi ? Quoiqu'il en soit, il se rassura en disant qu'il n'était pas fou.

Il se pencha sur la gamine, afin de mettre son visage au niveau du sien.

- Pas Orc, Demi-Orc. La différence est pourtant évidente. Je suis Kormak.

C'était fou, il venait littéralement de rencontrer cette fille depuis quelques secondes, ils venaient à peine d'échanger quelques mots, et elle l'énervait déjà. Le voyage promettait d'être long...
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Mer 3 Mai 2017 - 2:41

La réaction de l’orc me fait sourire, sans pour autant être à la hauteur de mes espérances. Il se contente de porter la main à son arme et tourner la tête d’un côté, puis de l’autre. Rien qui puisse faire réagir Mère. De toute façon, la noble dame semble déjà bien assez ravagée comme ça, ce n'est peut-être pas la peine d’en rajouter.

Le demi-orc se penche devant moi pour mettre son visage à hauteur du mien. J’ouvre de grands yeux, presque effrayée. Il n’a pas le droit de me faire du mal, n’est-ce pas ? Il est payé pour escorter la baronnette. Mais en même temps, avec un demi-orc, on ne peut pas trop savoir à quoi s’attendre. Non que j’en connaisse personnellement, mais leur réputation les suit.

Je me mords la lèvre inférieure en regrettant ma dernière remarque. Est-ce que le dernier visage que je verrais sera celui-ci. Petits yeux et peau verdâtre, quel meilleur spectacle pour mourir ? Enfin, ça aurait pu être pire, il n’est pas aussi laid qu’on aurait pu s’y attendre, pour quelqu’un de cette race. Heureusement, ce n’est pas un hurlement précédent une attaque qui sort de sa bouche aux dents trop longues, mais des phrases intelligibles :

Kormak - Pas Orc, Demi-Orc. La différence est pourtant évidente. Je suis Kormak.
Clématite – En effet, tu sens moins mauvais que ton ascendant. Voici ma suivante, Aliéna et mon nouveau cocher, Sammy. Moi c’est Clématite De Beaux Près. Un nom idiot, je sais, mais on ne m’a pas demandé mon avis.

C’était la dernière pique destinée à Mère. La femme ne relève pas et me sert dans ses bras, les larmes aux yeux. Je lui rends son étreinte, la toute dernière qu’elle aura de celle qu’elle imagine être sa fille. Elle s’en va sans dire un mot, je crois qu’elle a la gorge nouée. Pauvre femme. Elle rejoint le reste de son escorte qui l’attend aux portes de la ville pour la ramener vers son maître et époux.

Je me tourne alors vers l’halfelin. Il ouvre la porte du carrosse et se plie en deux en une révérence pompeuse. Inutile de continuer ces simagrées. Il ne reste que nous quatre, alors à quoi bon se conforter aux rôles qu’on nous a assignés ? L’halfelin guide, la suivante suit, l’orc protège, la baronnette joue la grande dame. Fort peu pour moi.

Clématite – Mon cher Sammy, j’ai besoin de m’aérer l’esprit. Laisse-moi une place à côté de toi.

Ma suivante secoue la tête, désespérée par mon comportement immature. Je ne me laisse pas impressionner et lui fait signe de monter dans le carrosse si elle le désire. Ne voulant modifier son destin, la femme refuse et choisit de marcher. Elle ne peut accepter de monter dans la boîte bringuebalante sans sa maîtresse.

Clématite – Alors, Sammy, raconte-nous un peu ce qui t’a amené à devenir cocher.

L’halfelin n’ose pas m’adresser la parole. Je suspecte Père d’être la raison de ce silence. Avant que je devienne Clématite, quand j’étais la servante de la petiote, il m’avait embauchée en m’ordonnant de ne pas adresser la parole à sa fille. De quoi avait-il peur ? Que je l’éclaire sur la vie hors de son cocon et lui donne des rêves de révolte ? La baronnette n’avait pas besoin de ça pour se comporter comme une peste. Pour ce qui est de Sammy, je suppose que la demande a été accentuée par le fait qu’il soit un mâle. Halfelin, certes, mais mâle tout de même. Les filles de bonne famille doivent rester protégées dans leur carrosse avec des femmes pour seule compagnie. Aliéna quant à elle, rien à espérer de ce côté, elle a toujours été silencieuse. Ne reste plus que Kormak pour me faire la conversation. Père ne s’était pas imaginé que je me trouverais en sa présence, puisque j’étais sensée rester dans la boîte à roulette. Et vu sa réaction précédente, il n’a pas eu les mêmes directives que Sammy.

Clématite – Bon, et toi Kormak, d’où est-ce que tu viens ?

En même temps que je pose la question, je fais apparaître quelques fées qui s’approchent en voletant. Les orcs doivent détester ce qui est mignon et petit, surtout quand ça tourne autour de leur tête en leur faisant des gestes obscènes. Personne d’autre que lui et moi ne peut les voir. Je le fixe intensément, à la recherche de quelques réactions de sa part. Pourquoi est-ce que j’essaie de tester ses limites ? Peut-être parce que je suis devenue une clématite immature. Peut-être aussi parce que je souhaite, au fond, qu’il m’éclate la tête et repeigne le carrosse avec ma cervelle. Ce serait moins désagréable que de finir mariée à un inconnu, traitée comme toutes les épouses le sont et privée de toute liberté.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Mer 3 Mai 2017 - 12:42

Clématite – En effet, tu sens moins mauvais que ton ascendant. Voici ma suivante, Aliéna et mon nouveau cocher, Sammy. Moi c’est Clématite De Beaux Près. Un nom idiot, je sais, mais on ne m’a pas demandé mon avis.

Kormak ignora la première remarque. La plupart des gens assimilent les Demi-Orcs à leurs homologues pur race, mais à ses yeux, un gouffre les sépare. Il se sent aussi proche des Orcs que des Humains, c'est dire. Pour lui, il fait partie d'une race à part entière, qui n'a rien de commun avec les Orcs, si ce n'est quelques traits physiques. En entendant son nom, Kormak sourit pour s'empêcher de rire... "Clématite De Beaux Près", quel nom merdique. Y a bien que les Humains et les Elfes pour s'appeler comme ça. Au moins, ils étaient d'accord sur une chose.

La gamine, pardon, Lady-Clématite-prout-prout-des-beaux-près-fleuris-à-la-violette-avec-des-petits-angelots-tous-nus, commençait déjà à faire des caprices, en demandant à s'asseoir avec le cocher. Le trajet promettait d'être long... Mais le cocher resta silencieux. Surement un moyen d'avoir la paix. Edwina avait briefé le Demi-Orc avant de partir. La cliente était une sale gosse insupportable. Elle lui rendrait probablement la vie impossible pendant tout le trajet, mais elle comptait sur lui pour se contrôler. Elle en avait de bonnes, "se contrôler". Elle parlait à celui qui, pour un insulte, avait condamné un homme à boire de la soupe pour le restant de ses jours. Le contrôle et la patience n'était pas ses qualités premières, et encore moins la fibre paternelle.

De son côté, la servante, qui elle aussi ne pipait mot, décida qu'elle serait mieux à voyager à pied. Après tout, ça la regardait. Mais vu sa silhouette, Kormak ne lui donnait pas trois heures avant qu'elle demande à faire une pause. Mais comme elle semblait être du genre docile, elle ne dirait rien, et s'effondrerait simplement, les pieds en sang. Pauvres créatures fragiles.

Visiblement, l'halfelin tenait à son calme, et n'ouvrit pas la bouche. C'est pourquoi, tout naturellement, Clématite se tourna vers Kormak.

– Bon, et toi Kormak, d’où est-ce que tu viens ?

Il soupira, se disant qu'il n'était pas suffisamment payé pour ces conneries. Il allait répondre, quand un truc lui passa rapidement devant les yeux. Il chercha la chose du regard, avant de se fixer sur une petite créature à la peau bleutée, volant à sa hauteur. C'était une fée. Kormak n'en avait jamais vu. Il la trouva plutôt jolie. Il fut surtout impressionné par les motifs de ses ailes. Il se dit que cela ferait une jolie décoration pour une garde sur une arme de femme. Il ne fut tiré de ses pensées que lorsque le petit être fut rejoint par deux de ses semblables, et qu'ils lui firent un concert de doigts d'honneur. Kormak serra les poings d'énervement, et commença à faire de grands gestes pour essayer d'en attraper une. Il allait leur arracher les ailes. Ca serait plus facile pour les reproduire que de le faire de mémoire.
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Mer 3 Mai 2017 - 14:18

Sammy est crispé sur son siège. Il n’a pas l’air à l’aise aux côtés de cette créature dix fois plus grande et musclée que lui. Aliéna, quant à elle, ne jette même pas un regard à l’orc quand celui-ci se met à agiter les bras en tous sens. Elle se contente de décélérer le pas pour passer de l’autre côté du carrosse, mettant ainsi une distance entre eux. Son visage reste impassible. Je me demande ce qu’elle pense. Elle doit me détester. Mais je représente son gagne-pain. Est-elle triste de quitter Telbara ? Est-ce que ça changerait quelque chose pour elle si Clématite disparaissait et que je devenais quelqu’un de sage et puissant, comme mon futur-époux ? Cette dangereuse idée s’insinue progressivement dans mon esprit. J’essaie de ne pas y penser et me concentre sur l’orc.

J’éclate de rire quand je le vois tenter d’attraper mes illusions que je fais disparaître tout à coup. J’ai surpris un instant son regard posé sur la première fée. Il avait l’air d’apprécier. Du moins, avant qu’elle ne se mette à lui faire des doigts d’honneur. Finalement, peut-être que les orcs n’aiment pas que la boue.

Je continue à le fixer intensément avec les yeux marron et rieurs de Clématite. J’attends qu’il réponde, ballotée par les cahots du carrosse.

Clématite – Alors ? Raconte-nous tout. On a le temps. Parce que, crois-moi, ça va être un très… trèèèès long voyage…

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Mer 3 Mai 2017 - 14:37

Evidemment, la gamine se moqua de lui alors qu'il lançait ses grosses mains dans les airs. Il ne comprit pas trop comment, mais les faits s'évanouir sans laisser de trace. Kormak regarda autour de lui, mais il ne vit rien. Elles étaient bel et bien parties. Kormak laissa un échapper un grognement de mécontentement.

– Alors ? Raconte-nous tout. On a le temps. Parce que, crois-moi, ça va être un très… trèèèès long voyage…

Oh crois moi ma mignonne si tu continues à me parler comme ça, il sera beaucoup plus long que prévu, pensa-t-il. Il était évident qu'elle le prenait au mieux pour un abruti, au pire pour une bête sauvage assoiffée de sang. Il ne savait pas s'il devait essayer de lui montrer qu'elle avait tort ou s'il devait réaliser ses désirs et lui exploser les dents sur la roue du carrosse. Il soupira, en pensant à la promesse qu'il avait fait à Edwina de se tenir tranquille, et pointa un doigt vers l'ouest.

- Je viens de là-bas, des terres Orcs.

Elle devrait s'en contenter. Il n'avait aucune envie de taper la causette avec une gamine, de surcroît une bourgeoise, et encore moins d'étaler sa vie devant une inconnue. Il aurait voulu poser une question à la servante, mais il remarqua qu'elle s'était éloignée, et placée de l'autre côté du carrosse. Entre la servante fuyante, l'halfelin loquace comme une tombe et la petite peste, Kormak se sentait verni. Il devait reconnaître qu'elle avait raison, le voyage allait être très, très long...
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Mer 3 Mai 2017 - 14:49

Kromak - Je viens de là-bas, des terres Orcs.

Je pousse un sifflement admiratif entre mes dents. Les terres orcs sont réputées pour être terribles. Kormak a réussi à y survivre et, même mieux, à en sortir et être accepté à Telbara. Je n’y connais pas grand-chose. J’attends que Kormak continue et me raconte son épopée. Cependant, les secondes passent et aucun mot ne sort de sa bouche. Je fais la moue. A-t-il déjà oublié la question au point qu’il est passé à autre chose ? A moins qu’il n’ait juste pas envie de parler. Je me tourne vers Sammy, mais son regard fuyant est fixé sur l’horizon. Aliéna aussi, refuse de croiser mon regard. Je regarde donc le ciel, attendant que le temps passe. Au bout de quelques interminables minutes d’ennui, je me tourne à nouveau vers Kormak. J'observe son corps inhabituellement musclé, ses cheveux noirs qu'il accroche dans son dos et son arme, aux détails forts minutieux pour être celle d'un demi-orc.

Clématite – C’est comment, là-bas ?

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Mer 3 Mai 2017 - 17:48

– C’est comment, là-bas ?

Il faut croire qu’elle était longue à la comprenette. Il était pourtant évident que Kormak n’avait aucune envie de discuter avec elle. Du moins, c’est ce que l’hybride avait pensé au début, avant de se raviser. Le trajet, comme ils l’avaient si bien rappelé tous deux, allait être long. Si personne n’ouvrait la bouche pour entamer même un semblant de discussion, il allait devenir interminable. Bon gré mal gré, Kormak se décida à lui donner une réponse correcte.

- C’est sale, violent, impitoyable. C’est une lutte constante pour survivre, manger sans se faire manger. Les forts survivent, les faibles meurent. Le plus vieil Orc que j’ai connu avait 45 ans. Et il était considéré comme un vieillard, c’est dire.

En disant ça, Kormak se remémora sa jeunesse avec son mentor, celui qui lui avait, le premier tout appris des mystères de la forge. Une véritable ordure, qui l’avait traité tour à tour comme son esclave et comme son homme à tout faire. Kormak s’était toujours demandé pour quelle raison il s’était mis en tête de lui apprendre son art. Et ce n’était pas aujourd’hui, avec son crâne fendu en deux enterré dans la boue qu’il pourrait lui répondre.

- Il n’y a pas grand-chose à faire là-bas. On se bat, on se nourrit, on se tue. Parfois, pour tromper l’ennui, on organise un raid dans un village voisin. Pillages, meurtres, viols… La routine quoi.

Kormak avait dit ça histoire de laisser planer le doute sur son rôle ici. Il voulait rappeler à cette petite impudente que si elle le faisait sortir de ses gonds, ce n’était pas une vieille servante, un halfelin et une jeune fille qui allaient l’arrêter.

- Et vous, pourquoi vous allez à Estandre ?
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Mer 3 Mai 2017 - 19:46

Kormak finit par répondre. Sa description de la terre des Orcs correspond en tout point à ce qu’on m’en a raconté : sale, violent, impitoyable où règne la loi du plus fort. Je ne peux m’empêcher de pousser un autre sifflement admiratif.

Kormak - Il n’y a pas grand-chose à faire là-bas. On se bat, on se nourrit, on se tue.

Non, il n’a pas hurlé ce dernier mot, mais c’est l’impression que doit avoir Aliéna, car en l’entendant, la femme sursaute et sa mine se déconfit. Elle sert la mâchoire. Ses yeux papillonnent, cherchant quelque chose sur lequel se poser.

Kormak - Parfois, pour tromper l’ennui, on organise un raid dans un village voisin. Pillages, meurtres, viols… La routine quoi.

Encore une fois, Aliéna ne semble entendre que deux mots. Quand il les prononce, elle se laisse glisser au sol. Son visage est blême. Elle tremble comme un phasme. Je demande à Sammy d'arrêter la calèche un instant.

Clématite – Aliéna ?
Aliéna – Ma Dame, je ne me sens pas très bien…
Clématite – Monte dans le carrosse, repose-toi.

Trop heureuse de pouvoir se soustraire à la vue de l’orc, la femme se précipite à l’intérieur de la carriole. Je n'ai que le temps de voir ses souliers disparaître derrière la porte qu'elle claque brutalement. On ne pourrait lui en vouloir, Kormak est en effet impressionnant.

Kormak - Et vous, pourquoi vous allez à Estandre ?

Sa question me surprend. Ne sait-il donc pas ? Après tout, Père n’a pas dû se rabaisser à expliquer tout cela à un simple employé, qui plus est un demi-orc.

Clématite – Père m’a vendu à un riche et vieux noble d’Estandre. Ce parfait inconnu va me marier une fois que vous m’aurez menée à bon port. Ça signifie… Ça veut dire que je vais être liée à lui pour toute ma vie et que je devrais lui obéir, lui être fidèle et… enfin… j’ai pas trop envie d’y penser. J’imagine que les demi-orcs ne connaissent pas tout ça.

Soupir…

Clématite – Qu’est-ce qui est pire entre être libre mais devoir se battre pour survivre en Terre des Orcs, ou passer sa vie à chercher à satisfaire un homme qu’on n’aime pas ?

Je me reprends immédiatement. C'est vraiment puéril de ma part de comparer la vie d’opulence qui m’attend, à celle de quelqu’un qui a toujours lutté pour sa survie. J'imagine bien que n'importe qui de sensé choisirait une vie oisive, plutôt que d'être constamment dans le manque et la peur.

Clématite – Pardonne-moi, ce que je dis est injuste. Je sais bien qu’il n’y a pas de comparaison possible. Je… ne devrais pas parler comme ça. C'est que… je suis dégoûtée de voir où tout ça finit par me mener. J’en deviens insultante. Mais je sais, ça n'excuse rien.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Mer 3 Mai 2017 - 21:00

Alors que Kormak décrivait la vie dans les terres hostiles de l'ouest, la suivante se sentit mal, et s'effondra. Il eut un haussement de sourcils dédaigneux. S'évanouir pour quelques mots... Les humains sont décidément une race faible. S'il avait encore des doutes, Kormak en avait désormais la certitude : s'il y avait un problème, il ne pourrait compter sur personne d'autre. Mais n'avait-il pas été engagé pour ça ? Il s'amusa à imaginer la réaction de la femme s'il s'amusait à passer son visage à travers la petite fenêtre du carrosse. Un arrêt cardiaque, probablement...

– Père m’a vendu à un riche et vieux noble d’Estandre. Ce parfait inconnu va me marier une fois que vous m’aurez menée à bon port. Ça signifie… Ça veut dire que je vais être liée à lui pour toute ma vie et que je devrais lui obéir, lui être fidèle et… enfin… j’ai pas trop envie d’y penser. J’imagine que les demi-orcs ne connaissent pas tout ça.

Kormak abhorrait la faiblesse, et il avait l'impression qu'il en était entouré. Il n'aurait plus manqué que l'halfelin ne pleure après avoir roulé sur une fourmi. Il se garda bien de faire la moindre remarque, de dire à Clématite qu'elle n'avait qu'à retirer ses jolis doigts manucurés de son noble séant, et faire sa vie. Si ce destin lui déplaisait à ce point, pourquoi était-elle là ?

- Non effectivement, on ne connait pas ça. On ne laisse pas les autres décider à notre place. On se bat pour contrôler notre destin, ou on meurt en essayant.

Ca lui avait échappé. Boarf, tant pis, se dit-il. Pour une fois que cette petite gosse de riche entendait la vérité, ça ne pourrait pas lui faire de mal. Les dieux seuls savaient combien de fois quelqu'un avait osé tenir tête à cette peste.

– Qu’est-ce qui est pire entre être libre mais devoir se battre pour survivre en Terre des Orcs, ou passer sa vie à chercher à satisfaire un homme qu’on n’aime pas ?

Supris, Kormak se figea un instant. Elle était sérieuse là ? Comparer l’âpreté de la vie chez les Orcs, chez qui la moindre inattention, la moindre faiblesse signifiait la mort, à son incapacité à simplement faire entendre sa voix et à dire non ?! Kormak se gratta les paupières pour éviter de faire autre chose de plus dommageable.

– Pardonne-moi, ce que je dis est injuste. Je sais bien qu’il n’y a pas de comparaison possible. Je… ne devrais pas parler comme ça. C'est que… je suis dégoûtée de voir où tout ça finit par me mener. J’en deviens insultante. Mais je sais, ça n'excuse rien.

- Et bien prenez votre destin en main, et faites ce que vous voulez.
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Jeu 4 Mai 2017 - 0:01

Je l’écoute me dire que ceux de sa race ne laissent pas les autres décider à leur place. Ils se battent, dit-il, pour contrôler leur destin, quitte à en mourir. Il ne s’énerve même pas en entendant mes remarques mal à propos. Je me demande comment un demi-orc peut rester aussi calme. Il descend d’une espèce qui aurait déjà conquis le monde si elle avait cessé de s’entre-tuer avec tant d’acharnement. Cependant, Kormak se contente de donner la réplique :

Kromak - Et bien prenez votre destin en main, et faites ce que vous voulez.

Je ricane. Rien de mieux à répondre.

Clématite – Et toi, Sammy, qu’est-ce que tu en penses ?

Comme on pouvait s’y attendre, l’halfelin se contente de fixer l’horizon sans rien dire. Peut-être est-il sourd.

Je descends la tête vers la fenêtre du carrosse et pose la même question à Aliéna, mais aucune réponse ne sort de la boîte roulante. Elle doit s’être endormie. Ronchonnant face au silence, je décide de descendre dans le carrosse. Ma suivante s’est en effet endormie, trop d’émotion l’a fatiguée. J’en profite pour dissiper les illusions et prendre une nouvelle apparence. Je n’arrive pas à garder les traits de Clématite toute la journée, il me faut faire des pauses.

Maintenant que je ne suis plus une jeune noble, je peux réfléchir différemment. Le demi-orc s’adressait à une adolescente ayant vécu toute sa vie surprotégée dans son château d’argent. Ses paroles n’avaient aucun effet sur elle qui restait persuadée que personne ne pouvait la comprendre.

A présent, ma personnalité change en même temps que mon corps. Que vais-je faire ? Jouer les bonnes épouses ne m’enchante guère. Et à vrai dire, tuer mon mari pour le remplacer ne me plaît pas non-plus. Mes capacités d’illusionniste restent limitées, et on finirait par me démasquer. Je n’aurais pas l’énergie de dissimuler ma supercherie fort longtemps.

Au final, plus je pense à ce que dit Kormak, plus je me dis que ce à quoi j’aspirerais vraiment, ce serait d’être… Je ferme les yeux. Être qui ? Je me perds en cherchant qui je suis, puis m’endors aux côtés d’Aliéna.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Jeu 4 Mai 2017 - 13:56

Clématite s'est engouffrée dans le carrosse. Tant mieux, et qu'elle y reste. Ne restait dehors plus que Kormak et l'Halfelin désormais. Il se demanda pourquoi il n'avait pas ouvert la bouche depuis le départ. Était-ce un ordre de la part du père de la gosse ? Si c'était ça, il pouvait se détendre, personne n'irait le lui répéter. Kormak se demanda s'il n'était pas tout simplement muet. Cette question lui trotta dans la tête un petit moment, avant qu'il ne se décide à lui coller une pichenette sur l'épaule. Étant donné la différence de gabarit et de force, il aurait pu lui briser un os, mais ce n'était pas vraiment le genre de choses auquel il avait pensé.

- Aïe ! Non mais ça va pas bien ?!

- Donc t'es pas muet. C'est bon à savoir.

Kormak n'entendait aucun bruit venant de l'intérieur du carrosse. Les deux femmes devait dormir. Ca ne le dérangeait pas, bien au contraire. Kormak regretta que le carrosse ne fut pas prévu pour des personnes de grande taille. Il se serait bien allongé pour faire une sieste lui aussi. Il bâilla à s'en décrocher la mâchoire, dévoilant l'entièreté de ses canines proéminentes. Kormak jura avoir entendu Sammy déglutir avec difficulté. T'inquiètes pas petite chose, je mange des proies bien plus grosses que toi pour le p'tit déjeuner, pensa-t-il.

Le petit convoi, malgré les apparences, avait bien avancé, longeant la Forêt du Calme. Au loin, l'horizon clair permettait d'apercevoir les pointes des Monts Bouchés qui s'élevaient vers les nuages. Kormak était perdu dans ses pensées. La longueur du voyage nécessitait une certaine logistique : toute force de la nature qu'il était, il ne pourrait pas marcher pendant des mois sans se reposer, et il doutait pouvoir tenir, même seul, dans le carrosse. Il fallait également prévoir la nourriture pour quatre personnes. Kormak mangeait probablement deux à trois fois la ration de Clématite et de sa servante, mais il espérait que l'appétit de Sammy était proportionnelle à sa taille. Il comptait ainsi lui prendre une demie part. Il faudrait bien qu'il s'en contente.

Il fut tiré de ses pensées par un bruit lointain, derrière eux. Kormak tourna la tête. Au loin, un petit nuage de poussière semblait se diriger vers eux. Kormak plissa les yeux pour en distinguer la cause. C'était un groupe de plusieurs personnes, au moins cinq, sur des chevaux. Et vu la vitesse à laquelle ils se rapprochaient, ils étaient lancés au triple galop. Kormak regarda les alentours, il n'y avait absolument rien, ils étaient seuls. La probabilité que le groupe leur fonce dessus était très élevée. Sentant les problèmes, Kormak retourna vers Sammy.

- On est poursuivi.

- Quoi ?! Oh par tous les dieux... Qu'est-ce qu'on va faire ?

- Je vais à l'arrière les retenir. Toi, tu fonces.

- Mais... Et dame Clématite ?

- Je te garantis qu'elle préfère être secouée mais vivante que morte.

Kormak partit rapidement à l'arrière du véhicule, et s'agrippa à l'arrière, en montant sur le châssis. Contrairement à ce qu'il essayait d'afficher face au cocher, il n'était pas serein. Non sur le fait de se battre, ça c'était presque sa raison de vivre, mais sur le stratagème qu'il voulait employer. Il se doutait que le carrosse ne distancerait pas les poursuivants - ils n'étaient pas conçus pour ça. Kormak espérait gagner un peu de temps, en les empêchant de se rapprocher trop facilement. Il utiliserait ses pouvoirs pour les embrocher avant même qu'ils n'aient pu mettre un pied à terre.

La difficulté venait de sa position : il était accroché à l'arrière, les pieds reposant sur le châssis, se retenant de la main droite à l'une des fenêtres sur le côté. Son poids ne jouait pas en sa faveur pour une fois : le châssis pouvait se briser sous ses 150 kilos, il pouvait arracher un pan de la fenêtre... Tant de sombres hypothèses que Kormak ne préféra pas étudier plus avant. Alors que le cocher lança l'attelage au galop, il se concentra, attendant ses adversaires de pied ferme.
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Jeu 4 Mai 2017 - 16:11

Mille visages défilent devant mes yeux. Celui de Rose, sauvage et épineuse, s’arrête un instant pour me dévisager :
Je partirais avec l’orc, vivre ma vie à me battre et m’amuser !
Les traits de Fleur de pêcher remplacent les lignes pulpeuses :
J’épouserais le noble, il me protégera et prendra soin de moi
Violette apparait ensuite, murmurant doucement :
J’ai envie de voyager seule pour découvrir le monde
Sauge prend sa place et dit fermement :
Je changerais le monde ! Je veux lutter pour la cause des femmes et contre l’esclavagisme, je veux un monde d’égalité !

Je n’ai pas le temps d’entendre la totalité des paroles de Narcisse, le tigrain musculeux qui voudrait appartenir à la Guilde des Guerriers de Telbara, car son image bouge en tous sens. Et moi aussi. Que se passe-t-il ? J’émerge difficilement de mon sommeil. Le carrosse me secoue. J’ai l’impression qu’il accélère. Et tout à coup il se renverse ! Je pousse un cri avant de me rendre compte qu’il reste simplement penché en une position anormale.

Sous les traits de Clématite, je sors la tête par la fenêtre pour chercher la cause de cet inquiétant changement d’angle. Ebahie, j’aperçois Kormak, une main accrochée sur le côté et les pieds sur le châssis. Mais que fabrique ce bouffon ? Il va briser la carriole qui est déjà en train de faire du deux roues ! En plus nous roulons beaucoup trop vite. Quelque chose ne tourne pas rond et le visage paniqué de Sammy me le confirme. Je regarde ce qu’il cherche à fuir et je comprends alors. Cinq cavaliers… Non, six. Ils galopent dans notre direction.

Aliéna – On appelle cela un retour de flamme, ma Dame. Les dieux ne laisseront pas vos offenses impunies.

Le ton de ma dame de compagnie est calme malgré la situation. Qu’est-ce qu’elle veut dire ? Pourquoi n’est-elle pas déjà en train de tomber dans les pommes ?

Clématite – C’est t-toi qui-i leu-eur a dit d'atta-aquer ? Tu nou-ous as piégés ?

Je hoquète, ballottée par le carrosse. Son visage apaisé me lance un sourire rempli de revanche.

Aliéna – Nous avons tous nos aspirations. Les miennes ne sont pas de servir une adolescente ingrate et méchante toute ma vie.

Je lui enfonce mon poing dans le visage. Elle tombe sur le siège en se frottant la joue.

Clématite – Tu t’es dévoilée trop tôt, tu le paieras quand on aura éliminé tous tes amis.

Le carrosse est une magnifique cible pour qui veut devenir riche, sauf que, de l’extérieur, un brigand ne pourrait le deviner. Même s’ils partageaient à sept la recette, ces bandits et Aliéna s’en sortiraient riches. Les robes, les bijoux et l’argent pour le voyage représentent une petite fortune. Ils sont cachés dans le coffre sous les sièges. Ma suivante a dû prévoir son coup depuis longtemps. Voilà pourquoi la présence de l’orc la mettait si mal à l’aise. Nous savions tous qu’une personne m’escorterait, mais nous ignorions qu’il serait si… orc.

Cependant, j’espère n’avoir pas, moi non-plus, parlé trop tôt. A six contre trois (dont un halfelin terrorisé), même avec un demi-orc à nos côtés, l’issue n’est pas évidente. Je sors par la fenêtre, marchant sur la main de Kormak sans le faire exprès. Je rejoins Sammy sur son perchoir. Le poids du demi-orc a relevé nos sièges presque à la verticale. Nous avançons à vive allure. Trop vive allure. Le carrosse ne va pas le supporter bien longtemps. Et nos poursuivants gagnent du terrain. Il est inutile de continuer ainsi, même dangereux.

Clématite – Ça va péter Sammy ! Ralentis le carrosse ou on va se fracasser avant même d’avoir combattu !

Sammy bredouille des mots sans suite. Il ne semble pas vouloir freiner, comme s’il espérait encore semer nos poursuivants. Je me bats avec lui en essayant de lui prendre les rênes des mains. En même temps, je m'adresse au combattant cramponné à l'arrière du véhicule.

Clématite – Hé Kormak ! Je peux les occuper en les faisant attaquer des trucs sur leur droite ! Ça te ferait une diversion. Si je peux en chopper deux, voir trois aux poignards de jet, faudrait que ce soit lesquels ?

Je prie pour que ses muscles ne soient pas des décorations et qu’il ne fuit pas en courant.
Je prie pour qu’il comprenne ce que je lui dis ou, mieux, qu'il me propose une stratégie plus échafaudée que ce semblant de tactique que je tente de mettre en place.
Je prie pour que les cavaliers mordent à l’appât.
Je prie pour que les dieux ne veuillent pas me punir de tous mes méfaits (ça fonctionne comme prière, ça ?)
Je prie pour que, ce soir, on soit encore en vie.

Ô, Kaluni, veillez sur nous.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Jeu 4 Mai 2017 - 17:49

Le carrosse avait pris de la vitesse, mais ce n'était pas assez. Et même si c'était le cas, il n'avait pas été conçu pour faire la course. Inexorablement, les cavaliers se rapprochaient. Kormak put remarquer qu'il y avait au final six poursuivants. Six ennemis, et lui n'avait "que" cinq lames à lancer. Il faudra finir le dernier à l'ancienne pensa-t-il. Mais il savait que ce ne serait probablement pas nécessaire. S'il arrivait à en éliminer suffisamment en pleine course, peut-être que les autres abandonneraient ? Après tout, ils n'était que six, pas quarante. Rien, de son poste d'observation, ne lui permettait de dire lequel des six était le chef. Il aurait essayé de l'éliminer en premier, mais bon... Il allait faire un carnage, dans tous les cas.

Alors qu'il commence à se concentrer, il sent une pression sur la main qui le retient au véhicule. Une pression qui n'est pas fondamentalement douloureuse, mais une pression importante malgré tout. En se retournant, il aperçoit Clématite qui sort du carrosse par la fenêtre, dans une mouvement de contorsion assez étrange pour un Demi-Orc. Mais qu'est-ce qu'elle fout cette idiote ? Pensa-t-il. Si elle veut mettre fin à ses jours, qu'elle le fasse à un autre moment !

Finalement, elle parvint à gagner l'avant du véhicule, probablement pour s'installer à côté de l'Halfelin. Remarque, on doit être mieux là-bas que bringuebalé à l'arrière. Kormak reprit donc sa concentration, quand il entendit une voix féminine l'appeler. Bordel, on peut pas se concentrer deux minutes dans ce foutu carrosse ?! Kormak essaya d'écouter, mais il n'y parvint pas. Le bruit des roues sur le sol, les craquements du bois du châssis qui se faisait de plus en plus insistant, le hennissement nerveux des chevaux, le brouhaha des assaillants, entre martèlement des sabots et cris de sauvages, tout cela ne rendait pas la situation propice à la discussion. Il ne put capter que des bribes de phrase :

– ... Kormak ! ... attaquer ... droite ! ... diversion. ... poignards ... jet ...

Qu'est-ce qu'elle baragouinait ? C'était pas le moment de faire mumuse poupée, c'est sérieux ce qui se passe ! Peut-être que Sammy sait faire autre chose que diriger des chevaux ? L'expérience de Kormak dans les arènes lui avait appris que plus c'est petit, plus c'est vicieux et sournois. Quoiqu'il en soit, il ne pouvait gérer les choses sur tous les fronts.

- Tirez dans le tas, on fera les comptes après !

Enfin tranquille - autant qu'on peut l'être en pleine course poursuite - Kormak se replongea dans son esprit pour se concentrer. Il visualisa cinq épées. Cinq lames longues et tranchantes. Puis, il concentra sa puissance magique pour les matérialiser à ses côtés. Quand il rouvrit les yeux, elles étaient là, flottant autour de lui, avec une couleur verdâtre. Pendant ce petit intermède magique, qui n'avait pourtant duré que quelques instants, les cavaliers s'étaient encore rapprochés. Ce qu'ils ne savaient pas, c'est qu'ils étaient maintenant à portée de ses armes magiques.

Kormak réaffirma sa prise sur la fenêtre du carrosse, et de sa main libre, fit un geste en direction de ses assaillants. L'une des lames, suivant le geste de son bras, bascula à l'horizontale, et partit à toute vitesse vers eux. Surpris, et ne comprenant surement pas ce qui venait de lui arriver dessus, le cavalier le plus avancé ne put l'éviter, et la lame vient se ficher en plein milieu du poitrail de sa monture. Elle s'effondra dans un hennissement furieux, entraînant avec lui son cavalier. Kormak espérait créer une réaction en chaîne, faire tomber le cavalier le plus avant, qui dans sa chute entraînerait ceux derrière lui. Mais ses assaillants étaient entraînés, ou en tous cas au fait de ce genre de tactiques, puisqu'ils étaient suffisamment espacés pour ne pas causer de préjudice.

Kormak jura. Encore cinq.
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Jeu 4 Mai 2017 - 19:39

Kormak - Tirez dans le tas, on fera les comptes après !

La réponse du demi-orc n’aurait pas dû m’étonner, mais je ne peux m’empêcher d’en vouloir à Père de m’avoir refourgué un abruti comme garde du corps.

Sammy ne se laisse pas faire, mais je fini par réussir à lui voler les rênes des mains. Je tire dessus de toutes mes forces et le cheval diminue son allure. Le carrosse cesse de cahoter en tous sens. Maintenant, je vais pouvoir lancer des poignards sans être déstabilisée. Sammy tremble, mais je ne prête pas attention à lui, me voilà déjà sur le toit de la calèche.

Kormak est toujours accroché derrière. Il fait un geste en direction des cavaliers et une lame suit son bras pour s’élancer vers l’un d’eux. Je ne cherche pas à comprendre. Pas le temps.

Le cheval du cavalier le plus proche se prend la lame en plein poitrail et chute en emportant celui qui le montait.

Cinq. Ils sont cinq et je peux… une flèche siffle et se fiche à quelques millimètres de ma main gauche, pas loin de l’oreille de Kormak. Concentre-toi, me dis-je en fixant les cavaliers. Une seconde flèche passe à côté de moi, sans m’atteindre. J’entends Sammy pousser un hurlement. Oh non ! Pourvu que ça ne soit qu’un cri de peur.

Concentre-toi !

Deux wyvernes apparaissent aux yeux (et aux nasaux) d’un des cinq chevaux restant. La première plonge juste devant lui et le destrier bifurque brutalement sur le côté pour éviter de foncer dans l’illusion. La seconde wyvernes se pose face à lui et l'attaque à la tête. Le cheval s’arrête et se cabre. Il se met ensuite à galoper dans la mauvaise direction. Le cavalier ne comprend pas le comportement de son destrier et cherche à reprendre la maîtrise de la situation. Il est loin derrière, distancé. Pas très utile, mais ça nous permettra d’affronter moins d’assaillants en même temps.

Je passe ma main sous ma jupe et lance un poignard. Il vole et se fiche dans l’épaule gauche d’un archer. Ce dernier est déstabilisé mais ne tombe pas. Il se rattrape à la crinière de son cheval et lâche son arc désormais inutile pour dégainer un sabre de son bras valide.

Mouise !

Les quatre premiers cavaliers, dont un blessé, nous foncent dessus. Loin derrière eux, le cinquième n’arrive toujours pas à calmer son cheval, en proie à deux wyvernes, invisibles aux yeux de tous. Même si on en tue un chacun aux armes de jet, nous allons forcément finir par devoir nous battre au corps-à-corps.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Jeu 4 Mai 2017 - 23:09

Kormak était fier de son coup, surtout vu les conditions. Mais son enthousiasme fut de courte durée, quand il se rendit compte que le carrosse ralentissait.

- Who Sammy, qu'est-ce que tu fous ?!

Pas de réponse. Qu'est-ce qui avait bien pu passer par sa tête microscopique... Kormak n'eut pas le temps d'investiguer davantage la question, une flèche lui rentra dans l'épaule gauche.

- Aaaargh... Putain !

Voilà ce qu'il en coûtait de ne pas être concentré pendant un combat. Tout ça pour un gnome et une gamine mal élevée ! Il devrait s'estimer heureux de ne se l'être prise que dans l'épaule, et pas entre les deux yeux. La colère monta en lui, et ses yeux se remplirent de rage. Il allait les massacrer, tous autant qu'ils étaient.

Alors qu'il s'apprêtait à viser le plus proche, son cheval fit une embardée sans explication. Qu'est-ce que c'était que ça ? Il était certain d'avoir à faire à des cavaliers expérimentés, savoir contrôler leur monture ne devrait pas être difficile. Le cavalier en question bifurqua, abandonnant son groupe pour s'enfuir. Et visiblement, l'homme ne comprenait pas plus que lui ce qui était passé par la tête de son canasson.

Tant pis, Kormak réserverait sa colère pour un autre. Il chercha du regard parmi les assaillants lequel pouvait lui avoir tiré dessus. Quand il eut repéré un porteur d'arc, ce fut pour constater un projectile qui fonça sur lui. Il en fallut plus pour se faire désarçonner, mais il lâcha son arc pour un sabre, preuve qu'il était toujours en état d'en découdre. Parfait songea Kormak. Toi, je te garde pour le dessert. Le Demi-Orc irait au contact, et le broierait le crâne de ses mains.

Il leva son bras gauche, serra les dents pour supporter la douleur, et envoya une seconde épée foncer dans le tas.
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Ven 5 Mai 2017 - 2:07

Kormak envoie une nouvelle épée en direction d’un cavalier. La lame l’atteint au niveau de la cuisse. C'est une grosse blessure, mais cela ne suffit pas à l’arrêter. Nos adversaires font montre d'une férocité sans limite. Je lance un poignard sur la même cible que Kormak. L’arme siffle et traverse son armure de cuir pour se ficher dans sa poitrine. Atteint à la cuisse et au torse, il s’arrête, se penche en avant et tombe de sa monture. Un de moins. Il en reste encore trois qui ne sont plus qu’à quelques mètres de nous.

Je m’occupe du plus proche des cavaliers en créant à ses yeux une espèce de grotte dans lequel il est complétement immergé. Il ne voit donc plus rien du tout. Déstabilisé, il s’arrête à son tour dans sa course. Cela ne va pas tenir longtemps, mais pour le moment, ils ne sont donc que deux à arriver à notre hauteur.

Je dégaine un poignard, prête à en découdre, quand je sens une main m'agripper la jambe et me tirer en arrière. Je me rattrape au carrosse, me retrouvant à quatre pattes. C'est Aliéna ! Ce n’est vraiment pas le moment. Je roule sur moi-même et fait un grand mouvement circulaire vers son visage. Elle le retire juste à temps pour le pas perdre son nez. Je me redresse et l’attaque. Elle se protège de ses bras et ma lame traverse sa chair. La blessure qui en découle est profonde.

Et tout à coup, il se produit un phénomène étrange… Une énorme vague apparait, semblant venir du ciel.

Mais qu’est-ce que… ?

Je suis emportée vers l’arrière du carrosse. Je sens mon corps partir vers le demi-orc, ma tête tombe en arrière tandis que mes jambes montent vers le ciel. Je me retrouve à l'envers, à la verticale. J'étends le cou juste au moment où je passe au-dessus de Kormak. Je continue à tourner, emportée par la vague. Je me retrouve maintenant à l’horizontal, face au demi-orc. Ça ne dure qu’une fraction de seconde, mais l’adrénaline me donne l’impression que tout se passe au ralenti. Le visage de mon allié se trouve à quelques pouces du mien. Tellement près que je distingue chacun de ses traits. Finalement, il n’est pas si moche, pour un demi-orc. Oui, son nez aplati et ses petits yeux n’ont rien de très attrayants, mais son regard totalement concentré sur le combat est saisissant, presque attirant. C’est à en tomber par terre ! Fichtre ! J'en dégringole.

Je tombe dans le vide et tends les bras à la recherche de n’importe quoi pour me rattraper.

Je ne sais pour quelles raisons stupides, en plein milieu d’un combat où nos vies se jouent, j'étais en train d’apprécier le physique de cet arriéré plutôt que d'anticiper ma chute.

En tombant, je me dis que si j’avais su qu’en plus d’avoir de nombreux ennemis à nos trousses, l’un d’eux maîtrisait la magie de l’eau, j’aurais simplement cherché à m’enfuir en me faisant passer pour un lapin à leurs yeux.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Ven 5 Mai 2017 - 11:35

Kormak se trouvait handicapé par la flèche fichée dans son épaule, mais il devait faire avec. Il ne pouvait pas la retirer manuellement, sa main opposée lui servant de point d'attache. La retirer par magie, en se concentrant sur la pointe en métal de la flèche, lui demandait trop de concentration dans un moment où il devait resté fixé sur les évènements en cours.

Alors qu'il se concentrait à nouveau, un autre cavalier s'arrêta brusquement, sans explication. Mais qui a engagé ces pignoufs ? Quand on veut poursuivre des gens à cheval, la moindre des choses, c'est de prendre des gens dont on est sûr qu'ils sauront se déplacer à cheval. Pas des gens comme Kormak donc. Quoique malgré son aversion pour les chevaux, il se pensait capable de faire largement mieux. Néanmoins, tant d'impréparation l'intriguait.

Il n'eut pas le temps de pousser ses réflexions plus avant, un nouveau poignard lui glissa au-dessus de la tête et vint se ficher dans la poitrine de l'archer, qui tomba raide mort. Kormak grogna, le nez renfrogné de déception. Il aurait bien voulu se le garder celui là. Tant pis, il se vengerait sur un autre... Kormak s'apprêtait à lancer une troisième épée, tout en se disant qu'il comprenait de moins en moins le déroulement de cette bataille. Et le fait de voir passer, juste devant sa tête, celle de Clématite, tête bêche, ne l'aida pas à rationnaliser. Comme dans un rêve, il vit le corps de la jeune fille s'envoler au-dessus de lui.

Kormak ne réfléchit pas deux fois. Il prit appui sur ses jambes, et bondit, brisant l'essieu sous son poids. Il attrapa la jeune fille au vol du mieux qu'il put, dans une position fort peu orthodoxe. Kormak pouvait tomber d'un véhicule en marche, rouler par terre, se faire marcher dessus par quelques canassons, ça ne lui faisait pas peur. Dans les arènes, il avait connu bien pire. Et il était presque sûr que ce n'était pas le cas de Clématite. Si elle survivait à sa chute, elle serait piétinée par les sabots des chevaux lancés au galop. Elle mourrait des suites de ses blessures, et avec elle les chances pour Kormak de toucher son argent. Inconcevable donc.

Le duo toucha lourdement le sol et roula à terre, le Demi-Orc tentant comme il le pouvait de protéger la jeune fille. Les cavaliers arrivaient à une vitesse fulgurante, il n'avait qu'une poignée de secondes devant eux.
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Ven 5 Mai 2017 - 13:38

Mes mains bougent en tous sens. Non, je n’essaie pas de m’envoler, juste de me rattraper à quelque ch… Clang ! Tout devient noir, un truc me serre. Ça sent trop mauvais, au propre comme au figuré. Et puis un choc, suivi d’une violente douleur. Je m’étale au sol. Kormak est au-dessus de moi, qu’est-ce qu’il fiche là ? Un cheval lui fonce dedans. Finalement, heureusement qu’il était là, sinon, j’aurais perdu quelques os. Un cavalier virevolte dans le ciel, je n’y comprends plus rien. Mes idées ne sont pas très claires, le choc et la douleur m’embrument l’esprit. J’ai mal à l’épaule gauche. J’ai dû me la luxer, peut-être pire. Un homme au sol lève la tête avec un air ahuris. Il a dû tomber de cheval en rentrant dans un demi-orc qui est apparu en plein milieu de son chemin. Il se jette sur moi, sabre en avant. J’esquive avec la grâce d’un éléphant cul-de-jatte… et avec tout autant d’efficacité. La lame m’entaille le flanc. Pas le temps de voir si la blessure est grave. Un autre cavalier fonce vers nous. Je profite de ma proximité avec l’homme pour le transformer en demi-orc.

Le cavalier nous rattrape, mais ne sait plus quoi faire. Il regarde le faux-demi-orc pendant quelques secondes et fini par l’attaquer.

Celui qui était à la traine a dû débarrasser son cheval des wivernes car le voilà qui rapplique. Il ne cherche pas à s’en prendre aux Kormaks, ni au vrai ni au faux. Il laisse ses alliés se battre pour se jeter sur moi.

A côté de moi, le sol se transforme en marécage dans lequel tout s’enfonce. Un nouveau tour du mage d’eau ? Je n’ai pas le temps d’y réfléchir, je dois me défendre.

Ainsi, il y a Kormak, non loin de deux hommes qui se battent, dont l’un a les traits d’un demi-orc. Tous trois sont dans un marécage formé par le mage qui se lance déjà dans un troisième sortilège puisqu’il formule des incantations bizarres. De l’autre côté, il y a moi, en prise avec le dernier cavalier.


Dernière édition par Fleur le Ven 5 Mai 2017 - 16:07, édité 1 fois

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Ven 5 Mai 2017 - 13:58

Quand il se relève, Kormak remarque que Clématite est blessée. Il ne sait pas si c'est dû à la chute ou bien à son poids. A vrai dire, il s'en fiche un peu. C'était ça ou bien pire. Le Demi-Orc se relève, prêt à en découdre, et dégaine son épée.

Deux cavaliers sont morts, mais les deux autres dont les chevaux s'étaient emballés sont revenus à la charge. Du quatre contre un, pas évident. Pas évident, mais pas insurmontable, surtout s'ils se battent aussi bien qu'ils montent. Kormak se retrouve face à deux hommes. Ils le toisent d'un air mauvais, avant que l'un des deux lance un regard paniqué à son comparse. Kormak l'imite, et ne peut s'empêcher de laisser tomber sa mâchoire sous la surprise. Là, en face de lui, ne se tient plus un humain, mais un Demi-Orc massif, les cheveux noirs noués et une épée à la main. C'est... lui ?! Visiblement, l'humain est aussi perturbé que lui. Il était avec un allié, et se retrouve à devoir affronter le même Demi-Orc en double exemplaire. En proie à l'hésitation, il finit par se ruer sur l'autre Kormak.

- C... Crève, sale monstre !

Kormak ne comprend vraiment plus rien mais il n'a ni l'envie ni le temps de se poser des questions, il sent ses pieds glisser, et s'enfoncer dans le sol, comme dans du sable mou. Il baisse les yeux, et constate que le sol se meut et s'humidifie. De la magie... Il cherche du regard d'où le sortilège peut provenir. Clématite est en difficulté face à un des cavaliers, et il en a deux en face de lui. Si on compte les deux morts...

Bingo ! Un peu à l'écart, le dernier homme se tient immobile, et prononce des incantations. Kormak concentre sa pensée pour faire réapparaitre deux épées, qui s'étaient évaporées à cause de la perte de concentration due à sa chute. Sans chercher à faire dans la dentelle, il envoie les deux lames sur le mage. La première le manque, et va se planter dans le sol plusieurs mètres plus loin. La deuxième en revanche, lui découpe littéralement la cage thoracique.

Alors que le mage de l'eau rend son dernier souffle, le sol reprend sa consistance normale. Kormak utilise la force brute de ses cuisses pour retirer ses pieds ancrés au sol. Il laisse les deux impétrants en face de lui se battre entre eux, et fonce sur celui qui s'apprête à attaquer Clématite. Le sol tremble sous le poids de sa course, il fait autant de bruit qu'un Xolon en pleine charge. En plein élan, il resserre sa poigne sur la garde de son épée, laquelle prend la forme d'un monstrueux marteau de guerre. Arrivé à quelques mètres de sa cible, Kormak bondit aussi haut et loin que ça carrure le lui permet, et abat son arme sur le crâne de l'ennemi. Personne ne touche à sa prime.


Dernière édition par Kormak le Ven 5 Mai 2017 - 16:39, édité 1 fois
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Ven 5 Mai 2017 - 16:15

J’essaie d’attraper un poignard, mais mon bras ne répond pas comme il le devrait. Mon épaule gauche est luxée. J’utilise l’autre main, mais je ne suis pas droitière et l’homme me désarme sans difficulté. Il sourit et m’attrape le bras, m’attire vers lui et s’apprête à me trancher la gorge. Je ferme les yeux en tentant de me débattre, malheureusement le combat à mains nues n’est pas mon fort. Le sol se met à trembler. Je ne voulais pas mourir, je n’étais pas prête.

Un bruit atroce se fait entendre, mélange de brisement d’os et de cris d’agonie. J’ouvre les yeux et me retourne. Kormak se trouve face à moi, au-dessus d’un corps en morceaux. Des bouts d’humains salissent ses jambes verdâtres. C’est immonde.

Je cherche les autres assaillants du regard. Je n’en vois plus que deux, j’ai beau regarder partout, je ne trouve pas le troisième. Pour le moment, les deux humains se battent. Celui qui a l’apparence du demi-orc ne veut pas blesser son allié, ce qui n’est pas le cas de ce dernier. Il lui assène de violentes attaques et fini par lui planter sa lame dans le torse. Toutes mes illusions partent alors en fumées et l’homme se retrouve face à son partenaire qu’il vient de tuer. Ébahi, il se retourne vers nous. Il ne perd pas son temps à demander des explications, il s’avance vers Kormak, prêt à en découdre.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Kormak le Ven 5 Mai 2017 - 16:58

Kormak soulève son marteau alors qu'il reprend sa forme d'épée originelle. C'est non sans une certaine fierté qu'il voit ce qu'il reste de son ennemi, donc le crâne en morceau est littéralement rentré à l'intérieur de la cage thoracique. Crevette, pensa-t-il.

Derrière lui, il entend un râle d'agonie. Il se retourne et aperçoit le dernier survivant du groupe qui a enfoncé son épée dans le torse de l'autre Kormak. Il déglutit de gêne. Ce n'est pas une expérience évidente que de se voir mourir. Alors que la vie quitte le corps de la victime, celle-ci perd ses traits de demi-sang pour redevenir l'humain qu'il avait toujours été.

De la magie de l'illusion ? Mais qui ? Clématite ? La réponse à ces questions devrait attendre, car le dernier des assaillants se précipite vers lui, arme au poing. Il hurle de rage. Cela devait être une mission tranquille et facile : rattraper un carrosse, dépouiller une femme, s'amuser un peu et la tuer. La vieille folle n'avait jamais parlé d'un monstre Orc fou dangereux.

D'un geste du bras, Kormak fit passer la jeune fille derrière lui, et posa un genou à terre. Il positionna sa épée devant lui, alors qu'il ordonnait à celle-ci de prendre la forme d'un bouclier. Les transformations de ce genre étaient brèves, et ne nécessitaient pas beaucoup de temps ni d'énergie à incanter. Néanmoins, le bouclier avait à peine fini de se former quand l'assaillant abattit son épée dessus, avec toute la force et toute la rage qui l'animait.

Le bras de Kormak vibra, et il serra les dents de douleur. La manœuvre l'avait contraint à bloquer avec son bras blessé, et il fallut toute la force de son corps pour se retenir quand le soldat lui tomba dessus. Néanmoins, ce qu'il ne savait pas, c'est qu'il avait fait une grossière erreur. La rage l'avait aveuglé et il avait commis une faute qui allait devenir irréparable : il avait été prévisible.

De la façon dont il s'était précipité sur lui, la rage au ventre, Kormak savait qu'il allait tenter une attaque frontale. Par conséquent, même la vue cachée derrière son bouclier, il savait précisément où se trouvait son adversaire, et même dans quelle position. Il était alors très facile pour le Demi-Orc de guider la dernière lame magique qu'il lui restait pour atteindre sa cible. Quand il retira son bouclier, l'épée était plantée dans le sol, et avait embroché l'ennemi de la base du coup jusqu'au ventre.
avatar
Kormak
Bon
Bon

Race : Demi-Orc
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Fleur le Ven 5 Mai 2017 - 17:26

Clématite – Beurk !

C’est tout ce que je trouve à dire face au spectacle qui m’est donné à voir. Kormak m’avait fait faire un tour sur moi-même pour que je me retrouve dans son dos quand l’homme l’attaquait. Je n’avais rien vu de la scène, sinon son résultat peu ragoûtant. Un humain embroché de tout son long sur une lame de métal. Le calme semble revenir. Tout en maintenant mon bras gauche contre mon corps pour limiter la douleur, je fais quelques pas à la recherche de celui qui a disparu.

Clématite – Où est passé le… Ah, mince, il est ici…

Je soulève le pied. J’ai marché sur des trucs visqueux qui s’avèrent être les entrailles du mage. Il est tranché en deux. L’image n’est pas belle mais rassurante. Il ne reste que Aliéna parmi ceux qui pourraient nous vouloir du mal. Je me permets donc de me laisser tomber au sol. J’observe ma blessure. Mon flanc saigne abondamment. Ce n’est pas joli. Il faudrait stopper l’hémorragie. Je souris en voyant ma robe découpée et ensanglantée. Elle valait une fortune. Je sors le dernier poignard qu'il me reste pour en arracher un long pan dans l'idée d'en faire un bandage.

Je lève la tête vers l’orc.

Clématite – Tu es blessé ?

Mon souffle est faible. Je crains de m’évanouir. Si jamais cela advenait, Clématite disparaitrait pour laisser place à l’imposteur que je suis. Je dois tenir bon.

•————————————•

avatar
Fleur
(personnage abandonné)

Race : Humaine
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous bonne escorte

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum