Calypso Kal'en Vaal [Humaine/Guerrier-mage] en cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Calypso Kal'en Vaal [Humaine/Guerrier-mage] en cours

Message  Calypso Kal'en Vaal le Mar 20 Déc 2016 - 20:26

Prénom : Calypso

Nom : Kal’en Vaal

Age : 26 ans

Race : Humaine

Classe : Guerrier-mage

Arme :

La colichemarde est une arme atypique, que l’on ne retrouve qu’au sein de maisonnées nobles et distinguées ayant un goût prononcé pour les arts de guerre. Alors que l’écrasante majorité des guerriers fait le choix d’une arme d’estoc ou d’une arme de taille, la colichemarde a la particularité de pouvoir remplir les deux fonctions, grâce à sa lame épaisse à la base jusqu’à s’amincir pour se calquer sur le modèle d’un fleuret. Au bout de la lame, une petite forme en losange vient rendre possible les coups d’estoc.

Calypso est la détentrice d’Eclipse, une colichemarde qui se transmet depuis des générations dans sa famille, et dont les gravures sur le manche luxueux trahissent le prestigieux passé de son nom. Forgé à partir d’un métal composite et de minéraux volcaniques pauvres en carbone, la lame est solide et souple, diminuant significativement le risque de cassure et l’émoussement.


Armure :

Originaire de contrées arides, la tribu de Calypso développa un type d’armure encore peu répandu mais qui aura tôt fait de rencontrer du succès, la jaque. Cuir rembourré de coton, celle-ci permet d’amortir voir d’arrêter certains chocs, peut-être de manière plus efficace qu’une armure lourde dans certaines situation.

La jaque étant souple, elle absorbe les chocs, en particulier les flèches, tout en offrant un confort certain et une légèreté qui n’entrave pas le mouvement. Néanmoins face à des coûts tranchants, son efficacité est moindre que le métal d’une armure lourde, et face à des coûts percutants, seule l’épaisseur de la jaque détermine son niveau de protection.

Fille du chef des daranes, Calypso est propriétaire d’une jaque de chef, de couleur pourpre avec des motifs dorée, les sigles représentent sa classe sociale. La bourre étant une manière composite de laine, de coton et de crin de chevaux, elle est encadrée par des compartiments en cuir liés par du lin, pour éviter qu’une coupure ne vide la jaque de la totalité de son rembourrage.


Capacité spéciale : Projection spirituelle

Compétence raciale : Maîtrise de la colichemarde

Sorts ou compétences de votre personnage :

- Magie de la Terre
- Sort 1 : Stalagmite : Capacité permettant d’élever un courant d’énergie qui va modifier la structure physique du sol ou de la roche, de telle sorte d’en faire un stalagmite de moins d’un mètre à un peu plus de deux mètres. Les stalagmites les plus petits peuvent être élevées hors du sol pour être projetées.

- Sort 2 : Perfusion tellurique : Création d’une petite secousse au sol dans un rayon de 10 mètres. Cela déstabilise les personnes à proximité du lanceur. La secousse peut néanmoins être dirigée. Le lanceur peut poser sa main sur une structure quelconque, même un corps, et déclencher la secousse, ce qui peut venir à bout de murs fissurés ou déclencher nausées voir même des troubles internes un peu plus grave (hémorragie voir fracture dans les cas les plus extrêmes) chez les cibles.

- Ambidextrie
- Grande vitesse (x2)
- Grande agilité (x2)

Compétences secondaires de votre personnage :

- Lecture/écriture
- Lecture des textes anciens
- Maîtrise de la langue orque
- Maîtrise de l’équitation

Description physique :

La coupe d’hydromel à moitié vide, elle toise dédaigneusement l’arabesque maladroite qui lui fait face. Encrée profondément dans son bain en porcelaine, l’eau tiède cache timidement les formes généreuses et le corps svelte de la belle, qui se sait gâtée par la nature. Laissant son pied droit caresser lentement sa jambe gauche, elle remonte délicatement sa main libre vers sa nuque, faisant remonter l’eau purificatrice jusqu’aux plus hautes sphères de cette silhouette gracieuse.

Laissant échapper un soupir enfantin, elle guide l’alcool à sa bouche… Engloutissant la liqueur, une infime partie s’échappe en empruntant le sillon dessiné par ses lèvres pulpeuses. Quelques gouttes entament une course frénétique à la quête d’une destination qu’elles ignorent. Certaines contournent l’opulente poitrine juvénile de la flamboyante jeune femme, tandis que deux autres, plus chanceuses, finissent leur course entre ses deux seins.

Son regard de givre, dirigés par les deux cristaux azurés qui lui servent d’yeux, se pose sur l’arme de prédilection de leur maîtresse, le cimeterre. La lame réclame la présence de sa protégée à ses côtés. Elle s’exécute, déposant ses délicates mains sur le rebord du récipient de son bain, élevant sa hanche fine au-dessus de son appétissant bassin. Elle sort, la démarche souple et l’allure agile, laissant sa parfaite plastique se déhancher au rythme de sa démarche féline, pour saisir un long tissu en coton. Elle enroule ce dernier autour de son corps, déposant un voile blanc sur cette vision enchanteresse de la féminité à son paroxysme.

Elle balance frénétiquement son épaisse chevelure aux reflets rougeâtres, laissant ainsi sa crinière frapper en saccade ses épaules trompeusement frêles. Elle est confiante. Elle se saisit de son arme, faisant glisser sa main directrice le long de la lame courbée, comme pour rassurer le métal. Elle prend alors le temps de s’observer sur le reflet de l’arme. Ses yeux brillant d’une étincelle qui ne trouve abri que chez les aventureux et les téméraires, elle pose un temps d’arrêt.

Est-ce du narcissisme ? S’admire-t-elle ? Peut-être un peu de temps, mais en réalité, elle ne fait que prendre le temps de photographier un instant trop rare ces derniers temps, une lame qui l’espace d’un instant semble pure de toute immaculations de sangs.

Description mentale :

Calypso,


Si tu reçois cette lettre, c’est que j’ai péri dans ma quête de la …

Je tenais donc à te dire tout le bien que je pense de toi tout en te mettant en garde contre tes propres démons. Qui mieux qu’un père peut connaître sa fille ?

Ce nom que tu portes représente parfaitement qui tu es. Tu tenais à peine sur tes deux jambes que je te contais l’histoire de Calypso La Cent-âmes pour bercer tes nuits. Comme elle, tu es farouche et indomptable, libre comme les vents d’ouest de nos plaines, et impétueuse comme nos Xaharts. Tu es une flamme solitaire qui éclaire dans l’ombre, mais qui brûle ceux qui se jouent d’elle.

Ma fille, tu as toujours été plus intelligente que la moyenne. Nos coutumes et nos traditions patriarcales ont été chamboulées avec ta venue au monde. Tu n’étais pas la plus forte à l’épée, mais tu étais sans conteste l’une des plus habiles. Tu n’étais pas la plus douée avec la magie, mais tu maîtrisais à la perfection tes bases. Tu n’étais pas la plus diplomate, et pourtant tu demeures la plus empathique.

Même si les autres filles de la tribu te jalousaient, en réalité elle t’admirait en secret pour ta persévérance et ton intelligence. Les garçons étaient charmés par ta beauté mais te réduisait à ton physique, avant que le temps ne te permette de t’approprier leur respect véritable. J’ai toujours respecté ta force de caractère, tu ne transiges pas, tu ne courbes pas l’échine. Non au contraire, tu t’imposes et sait te rendre indispensable. Tu as toujours été un fin stratège, méthodique. Tu menais déjà des chasses à ton seizième printemps, juste après avoir dompté ton Xahart. Tu étais l’enfant prodigue qui était naturellement destinée à diriger notre clan, et ce malgré le fait que tu sois une femme.

En dépit de la déchirure qui survint, ne laisse pas la rancœur ronger ton esprit, ne laisse pas le venin de la vengeance se répandre dans ton esprit. Tu es aussi téméraire que ta défunte mère, et ton impatience maladive risque de se retourner contre toi. Ne laisse pas ta volonté de fer devenir une faiblesse qui obscurcirait ton jugement, ne laisse pas ta confiance en toi devenir de l’arrogance. Manipuler te sera utile, mais c’est un art qui requiert de la modération et la subtilité. Je sais que tu connais tes forces, mais garde toi de tout sentiment de supériorité, je sais que tout y est propice chez toi.

Soit humble ma fille. Ton destin est à la tête de notre tribu, et bien que les événements t’aient contrainte à l’exil, ce temps dont tu disposes doit te servir à devenir la chef que nous attendions. Soit la guerrière qui fait don de sa sagesse, ne soit pas la meilleure chef, mais soit la chef qui rend meilleur notre peuple. Soit comme Calypso, la guide qui fait barrage aux feux du mal qui ronge les hommes.


Ton père qui t’aime

Histoire

Prolégomène : Les Kal’en Vaal et les Daranes




Une aube dorée vient recouvrir d’un nimbe écarlate le paysage rocheux offert par les Montagnes Dominantes. Au nord, la plaine des princes souffle une brise fraîche qui fait tanguer les violettes qui parsèment le sol chaud. On peut déjà entendre la musique composée par les forgerons itinérants du camp, réputés, et respectés par les nains eux-mêmes. Les chevaux attendent dans un disciplinaire militaire l’arrivée de leurs maîtres, les femmes préparent le bétail et partent cueillir les baies sauvages cachés derrière les affrètements rocheux. Une odeur légèrement âcre mais subtilement sucrée envahi l’atmosphère.

Les enfants sortent des tentes pour jouer au Bajjo, un jeu typique d’ici. Oui, ici. Ce cadre idyllique n’est autre que celui des Daranes, une ancienne tribu de nomades qui commercent entre Tacomnal, territoires gnomes et nains. Un peuple fier, aventurier, des marchands itinérants, ayant installé ce qui se rapproche d’un campement de fortune à la croisée des montagnes et des plaines, comme déchiré entre deux mondes. Amateur d’exotisme, les Daranes ne vous décevront pas. Leurs traditions singulières, leur mythologie unique, et leur héritage culturel sont riches de nombreux siècles d’histoire. L’orfèvre et la maroquinerie y sont réputés bien au-delà du royaume de Tacomnal. Cette tribu de chasseurs et d’artisans a poussé leur art de la confection d’objets précieux à un niveau que beaucoup admirent.

Chaque famille de la tribu élit un chef qui siégera au Conseil. Ce même Conseil nomme un Premier Chef à vie, qui tranchera en cas de partage des voix pour les décisions importantes. Mais depuis plusieurs siècles, les Kal’en Vaal ont toujours été à la tête des daranes, si bien que leur nom est naturellement associé à cette fonction suprême. Partant de la Plaine des princes pour rejoindre les Grandes plaines du sud, les nomades bénéficient de relations singulières à la fois avec les nains et les gnomes, mais également avec les drows.

Le respect affiché pour les autres races explique que les cités naines et drows ouvrent facilement leur porte à ces humains qui ne souffrent pas de la frénésie xénophobe des grandes villes. D’ailleurs, les daranes sont déjà entrés en conflit avec les tacomans, qui rêvaient d’asservir ce peuple et de mettre la main sur ses richesses. Mais habitués aux dangers, que ce soit les orcs, les gobelins ou autres brigands, ils ont appris à se défendre et à protéger leur liberté avec une hargne qui a fondé leur réputation.

Cette connexion avec différents peuples a enrichis les daranes, apprenant de leurs interlocuteurs, et gravant dans leur mémoire les connaissances importées. Le mode de vie en apparence rudimentaire adopté par ce peuple est trompeur, car derrière les traditions et les coutumes qui bercent les journées de chacun des membres du clan se cache un peuple savant et curieux. Il arrive régulièrement que des intellectuels du royaume voire du continent se laisse éprendre par le désir de savoir, et passent ainsi plusieurs jours à échanger avec les sages du village.

Au compte des daranes, l’astrolabe qui permet de se repérer aisément la nuit grâce aux étoiles, la jaque, une armure de cuir compartimentée et rembourrée en laine et tissu, légère et résistante. La palite, un instrument à vent produisant un son très aigu fut également créé par un darane, avant de devenir un objet de convoitises pour nombre de bardes de part et d’autres du continent. À la fois réprimandé par les religieux en raison de leur culte païen et admiré par les cercle savant pour leurs apports indiscutables en matière culturelle et scientifique, ces nomades forment un peuple à part que les plus aventuriers des nobles tacomans aiment à citer pour étaler avec insistance leur culture.


Dernière édition par Calypso Kal'en Vaal le Lun 9 Jan 2017 - 18:38, édité 3 fois

Calypso Kal'en Vaal
Novice
Novice

Race : Humaine
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calypso Kal'en Vaal [Humaine/Guerrier-mage] en cours

Message  Athyl le Ven 23 Déc 2016 - 9:41

Bonjour et bienvenue sur le forum !

Tu as une plume remarquable et cela promet des RP d'excellente qualité.
Je te laisse poursuivre ta fiche, n'oublie juste pas de me prévenir quand elle sera finie (en laissant simplement un message sur ce topic plutôt que d'envoyer un MP).
N'oublie pas aussi que j'ai besoin que tu me fasses une description de tes sorts, pour que je puisse les valider. ;-)

A bientôt !

Athyl
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calypso Kal'en Vaal [Humaine/Guerrier-mage] en cours

Message  Astorok Cornes de Fer le Ven 23 Déc 2016 - 10:52

Rebienvenu belle Calypso^^
Superbe fiche *.*

•————————————•
L'honneur du guerrier:

Astorok Cornes de Fer
Expert
Expert

Race : Minotaure
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calypso Kal'en Vaal [Humaine/Guerrier-mage] en cours

Message  Woulfound Kadova le Jeu 5 Jan 2017 - 11:08

Salut à toi et bienvenue! Tu as l'air d'être une très bonne roliste. Ton perso est cool!

•————————————•

Ne dégaine pas ta lame sans raison, ne la range pas sans honneur...


LE LOUP GRIS:

Woulfound Kadova
Bon
Bon

Race : Humain
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Calypso Kal'en Vaal [Humaine/Guerrier-mage] en cours

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum