La bave de la discorde

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Jeu 8 Déc 2016 - 9:41

Nous restions donc éloigner de la ville, cherchant à prendre contact avec un propriétaire d’une ferme. Nous y trouvions des champs et des zones d’élevages. Mais peu d’être humain à qui parler. On était loin de la saison de la récolte, alors nous ne trouvions pas encore beaucoup de monde. Finalement, près d’une laiterie, nous trouvions un berger qui promenait son troupeau. Cet homme avait un fort accent et ne faisait que dévisager Salix. Lui non plus il n’avait dû voir de dryade de sa vie, mais son regard était plus celui du mépris que de la curiosité ou de la peur. J’ai dû le rappeler à l’ordre.

Karosgon – Il est là sous protection de l’Ordre. Respecte le si tu ne veux en courir la colère du Temple et des dieux.


L’homme râla un peu, mais dut se résoudre à m’obéir. Bien que la xénophobie soit répandue par ici, les gens restaient très craintifs sur tout ce qui concernait la religion et surtout, les malédictions. Déjà que les paysans se plaignaient de leur condition, risqué de l’aggraver par une punition divine ou voir débarquer des guerriers pour vous déranger ne les enchantaient guère. Et puis, plus vite il nous aura aidés, plus vite, il ne verra plus Salix. Plantant son bâton dans le sol, il nous montra une direction :

Paysan – Y’a un gars, plus au nord. Il se plaint d’un nuisible qui dévore ses récoltes depuis un moment. C’est p’t’être votre gars. Il s’appelle Gurk.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Jeu 8 Déc 2016 - 13:48

Voilà donc ce que c’est, une « ferme ». C’est… perturbant. D’un côté, nous ne pouvons nier son aspect pratique : il n’y a ici que des plantes comestibles, et s’il y en a suffisamment pour nourrir une famille – peut-être un peu plus – cela n’est pas excessif. Nous souhaitons un respect de la Nature, mais la Nature elle-même commande que chacun puisse se nourrir. Or, chez les animaux, comme chez les bipèdes, cette nourriture passe soit par les plantes, soit par d’autres animaux. Bien sûr, nous préférerions qu’ils agissent de manière moins… agressive, comme des plantes, en se nourrissant de nutriments. Mais chacun est constitué différemment, c’est là toute la beauté de la Nature.
Mais, d’un autre côté, l’idée de plantes cultivées uniquement dans le but d’être utilisées, en éliminant toutes celles impures – quel concept ridicule – nous parait assez triste. Des plantes qui ne connaitrons jamais le plaisir de pouvoir étendre leurs racines jusqu’où bon leur semble, qui ne pourront jamais grandir en toute quiétude… Condamnées à vivre serrées comme des bancs de poissons. Quelle tristesse. Mais comparé à ce que sont capable de faire les Humains à côté, je suppose que c’est un moindre mal…

L’Humain qui s’occupe de cette ferme ne nous aime pas, cela se voit dans son regard. Peut-être est-ce de la peur. Peu importe au fond. Il nous semble préférable que Karosgon communique avec lui. Cela évitera des accidents. Néanmoins, nous écoutons leur conversation. Après tout, nous sommes ici à notre demande, il est normal que nous nous inquiétons de ce qu’il se trame. Il me défend, c’est fort courtois de sa part. Mais il n’est qu’à demi-humain, cela doit expliquer son comportement.

– Y’a un gars, plus au nord. Il se plaint d’un nuisible qui dévore ses récoltes depuis un moment. C’est p’t’être votre gars. Il s’appelle Gurk.


Nous nous approchons de Karosgon, ce qui a pour effet d’intimider le « fermier », qui a un mouvement de recul. L’espace d’un instant, nos regards se croisent. Nous connaissons ce regard, cette haine. Si nous avions été seuls, il nous aurait certainement poursuivi avec une fourche ou du feu. Et avant qu’il ne s’en rende compte, il aurait fini blessé et sourd, peut-être même mort. Probablement mort. Mais nous devons nous tenir. Nous appuyons notre regard, pour lui faire comprendre que s’il cherche à nous faire baisser les yeux, il risque d’être déçu. Jugeant qu’il est préférable que nous ne parlions pas, nous nous penchons vers l’oreille de Karosgon – enfin, nous essayons, c’est-à-dire qu’il est plus grand que nous – pour lui parler.

- Nous sommes presque sûrs que ce n’est pas l’homme que nous recherchons. Il avait un nom différent. Comment était-ce déjà… Halbion, Halnion… Quelque chose comme ça, un nom d’Humain.

Salix
Bon
Bon


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Mer 14 Déc 2016 - 14:01

Le paysan fit un mouvement de recul à l’approche de la dryade. Il ne s’attendait pas à en voir une. Son regard fut rempli de mépris et de crainte. Je restais entre eux deux pour éviter toutes futures altercations. Pour l’instant, il ne tenta rien. Il devait comprendre que Salix était sous ma protection et donc sous celle du Temple et que ce serait dommage pour lui de s’attaquer à la dryade. Je gardais donc un œil sur le paysan, me préparant à le remettre à sa place au moindre poing levé ou parole mal placée de sa part. Salix se pencha vers moi et me chuchota à l’oreille :

Salix - Nous sommes presque sûrs que ce n’est pas l’homme que nous recherchons. Il avait un nom différent. Comment était-ce déjà… Halbion, Halnion… Quelque chose comme ça, un nom d’Humain.

Je me mis à me gratter le menton, réfléchissant à ce que je venais d’apprendre. Les « nuisibles » qui s’attaquaient aux récoltes devaient être nombreuses. Celui s’attaquant à la production de ce Gurk n’était pas forcément un Gupile. Alors, parler d’un paysan qui aurait des soucis de rongeur ou d’autres créatures venant dévorer sa récolte, ce serait comme dire « J’ai vu un poisson dans la mer ». Mais j’étais content de Salix puisse me donner le nom de la personne concernée. J’aurais aimé un peu avant, mais nous pouvions essayer d’en savoir plus avec cet élément en plus. Ce paysan devait le connaître sans doute.

Karosgon – Et un confrère qui porterait le nom d’Halbion te dit quelque chose ?

Le paysan faillit perdre ses yeux. Il les eut grand ouverts et manqués de tomber comme s’il venait de voir la chose la plus étrange et choquante de sa vie. Soit cela ne lui disait rien, soit il y avait toute une histoire derrière ce personnage. J’attendais sa réponse, curieux de ce qu’il allait nous raconter. Le paysan se secoua la tête comme pour chasser une mauvaise idée et se mit à cracher par terre. J’avais déjà vue ça plusieurs fois. Cracher pouvait être pour se dégager la gorge, mais aussi, beaucoup dans les sociétés paysannes, à chasser le mauvais sort ou l’appeler sur quelqu’un.

Paysan – Le vieux Halmion ? Un sal gars qui vit isolé par là-bas. Grincheux avec des gosses attardés. S’approchait de chez lui c’est risqué d’avoir une fourche dans l’arrière train.

Un rustre peu aimé dans un peuple peu aimable. J’étais curieux de voir ça. Et si cette personne pouvait être aussi mauvaise, j’avais un peu peur du sort qu’il désirait pour le gupile. Le temps nous pressait alors nous devions reprendre la route. Le paysan nous montra la direction à prendre, tout en essayant de nous convaincre de renoncer, car cet Halmion avait un gros sale caractère et qui n’apportait que son lot d’ennuis. Je voulais bien le croire en voyant ceux que j’avais déjà croisés. Il ne devait pas être plus exécrable que les autres. Mais leur haine et le sentiment de supériorité devaient renforcer les hostilités et la jalousie entre familles paysanne. Je partis donc avec Salix pour retrouver ce gupile et, visiblement, le sauver.

Karosgon – Bon, ça c’est bien passer jusque-là.

•————————————•
Les gardiens du Temple:


Karosgon
Bon
Bon

Race : Demi- Elfe
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Mer 14 Déc 2016 - 14:33

L’Humain nous a donné la direction. Il n’avait pas l’air très aimable, mais néanmoins, il nous a répondu. Nous sommes donc en partance pour la ferme de cet Halmion. J’espère que nous n’arriverons pas trop tard… Il a dit « Grincheux avec des gosses attardés ». Mais comment sommes-nous sensé le trouver avec cette indication ? Tous les humains ne sont-ils pas comme ça ? Je ne comprends décidément rien à leur langage.

Nous ne savons toujours pas quoi penser de cette chose qu’est la « ferme ». Est-ce contraire à l’ordre naturel ? Oui et non… Tous détestables qu’ils soient les humains ont besoin de se nourrir, comme beaucoup d’autres créatures. Qu’ils concentrent leur énergie sur des plantes qu’ils jugent comestibles est somme toute assez logique.

Cet Humain avait une apparence étrange. Quand nous sommes passés près de Tacomnal, certaines personnes avaient la peau claire. Lui, ce « paysan » avait la peau beaucoup plus sombre, et toute parcourue de stries. On aurait dit un très vieil arbre. Je me demande ce qui a pu causer un tel changement. Nous savons que tous les Humains ne se ressemblent pas, comme toutes les Dryades ne se ressemblent pas, mais quand même.  Il faudra que nous posions la question à Karosgon. Mais nous ne voulons pas trop l’importuner. Le monde des Humains reste pour nous une énigme, et si nous devions passer en revue toutes les questions qui nous passent par la tête, nous en aurions pour très longtemps. Or, c’est bien quelque chose qui nous manque, le temps.

Néanmoins, un point me taraude, et nous devons poser la question, afin d’en avoir le cœur net.

- Cet homme a employé un mot qui nous est inconnu… Que veut dire « arrière train » ?

Pendant qu'il nous répond, nous croyons apercevoir au loin une autre "ferme". Est-ce notre destination ?

•————————————•
Salix - Dans les bois, personne ne vous entend crier

RP en cours
None :(

RP terminé
La bave de la discorde, avec Karosgon

Salix
Bon
Bon

Race : Dryade des bois
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Dim 18 Déc 2016 - 15:22

Nous avancions en direction de la bonne ferme. Il me tardait de rencontrer ce propriétaire un peu particulier et voire de mes propres yeux ce gupile. Ces créatures pouvaient comprendre le langage des humains, ce qui les rendait très intelligents. Une communication entre les deux races était donc possible et aussi une étroite collaboration. Mais je fus étonnée que rien de semblable ne fut tenter par le passé, pas de ce que j’ai entendu en tout cas. Les gupiles étaient parfois étudier, mais jamais il ne fut mention de réel échange entre eux et nous. Soit c’était en réalité impossible, ou bien, on les voyait encore comme des animaux. Mais je n’étais pas un savant. Je ne travaillais pas dans un laboratoire, ni fait d’étude à la Tour de l’Aurore. Je restais très novice sur le sujet et des notions devaient sans doute me manquer.

Salix - Cet homme a employé un mot qui nous est inconnu… Que veut dire « arrière train » ?

La question de Salix me fit sortir de mes réflexions et me surprit beaucoup. Je fus sur le coup gêné et manquai d’en rire un peu. Voilà une demande qu’on n'avait pas l’habitude de poser, mais venant d’une dryade dont le corps était différent de celui d’un humain ou demi-humain, il était naturel de l’entendre. Je pris tout de même un peu de temps pour y répondre, cherchant les bons mots pour être sûr de me faire comprendre. Il devait connaître la chose, mais sous d’autres termes.

Karosgon – Comment dire… Il s’agit des fesses en fait. Le postérieur.


Je restais simple, évitant de trop en parler, car c’était chose assez gênante, surtout pour les membres de l’Ordre. En discuter avec légèreté, ce serait être considéré comme une personne de mauvaise vie, logeant dans la rue et n’ayant ni foie. Toute une affaire. Finalement, je n’eus pas le temps de dire plus, grâce au ciel. Nous arrivions rapidement à la ferme. Un bâtiment rustique ayant un étage et une grange plus loin ainsi que des plantations tout autour. Il s’agissait surtout de salades et de radis. De quoi attirer un gupile affamé. Son repère ne devait pas être bien loin. De toute façon, la pluie ne tarderait pas à retomber, de quoi donner envie à notre ami de sortir manger un peu.

Pour l’instant, il n’y avait pas âme qui vive. On ne voyait pas le moindre signe du fermier, ni de l’un de ses fils. Halmion devait être soit à l’arrière de son terrain, ou restant à l’abri dans sa maison. En y approchant, je pouvais apercevoir un peu plus loin des pieds de tomates saccagés et des légumes à côté dans un triste état. Pas de doute, nous étions arrivés au bon endroit. Je m’arrêtais devant la porte, me préparant à frapper. Mais avant, il fallait préparer ce que j’allais dire et aussi, se mettre d’accord avec Salix sur la meilleure façon de faire. Je me retournais donc vers lui.

Karosgon – Il serait bon que je parle à ces gens. Tu désires rester avec moi ou tu veux déjà partir à la recherche du Gupile ?


C’était une bonne question. Avec mes oreilles cachées, les propriétaires pouvaient avoir d’avantage confiance à parler, n’exprimant que peu d’animosité, alors que face à Salix, ils pourraient se montrer froid, voir menaçant. Ce serait mieux alors que je dialogue avec les humains et que la dryade essaye avec le gupile. Et au cas où, il faudra que je fasse comprendre qu’il est sous la protection du Temple. Jouer les diplomates était un des plus durs travaux au monde, croyez-moi.

•————————————•
Les gardiens du Temple:


Karosgon
Bon
Bon

Race : Demi- Elfe
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Dim 18 Déc 2016 - 23:14

– Comment dire… Il s’agit des fesses en fait. Le postérieur.

- Oh oui, je connais ça ! Mais il nous semble que vos congénères ont pour habitude de se frapper le postérieur. Est-ce là un signe de bienvenue ?

Nous sentons comme une gêne étrange chez Karosgon. C'est étrange. C'est une partie du corps qui semble relativement commune chez les Humains. Les Hommes et leurs étranges inhibitions...
Toujours est-il que nous arrivons à vue de notre destination. Heureusement que la destination nous a été indiquée. Nous ne savons pas comment les Hommes arrivent à se repérer. Nous avons l'impression que rien ne ressemble plus à une ferme qu'une autre ferme, et un Humain avec un autre que ces semblables.

Cette ferme n'est pas très loin d'une forêt. Nous commençons presque à comprendre pourquoi certaines Dryades se mêlent si facilement à des Humains. Trêve de rêveries, nous ne sommes pas fâchés d'arriver. Cette espèce de marche forcée, à défaut d'être fatiguante - nous Dryades ne ressentons pas la fatigue - elle devenait lassante. Non que ce soit la faute de Karosgon, qui est d'une compagnie somme toute sympathique, mais ce genre d'aventure ne nous sied pas.

– Il serait bon que je parle à ces gens. Tu désires rester avec moi ou tu veux déjà partir à la recherche du Gupile ?

- Nous souhaiterions assister à la discussion, si cela n'est pas une gêne. Nous sommes curieux de voir votre diplomatie à l'oeuvre. Rassurez-vous, nous ne dirons rien pour éviter de gêner en quoi que ce soit. Dans le pire des cas, dites que je vous accompagne pour communiquer avec le Gupile. Il ne devrait pas se méfier.

•————————————•
Salix - Dans les bois, personne ne vous entend crier

RP en cours
None :(

RP terminé
La bave de la discorde, avec Karosgon

Salix
Bon
Bon

Race : Dryade des bois
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Mer 21 Déc 2016 - 15:37

Salix - Nous souhaiterions assister à la discussion, si cela n'est pas une gêne. Nous sommes curieux de voir votre diplomatie à l'oeuvre. Rassurez-vous, nous ne dirons rien pour éviter de gêner en quoi que ce soit. Dans le pire des cas, dites que je vous accompagne pour communiquer avec le Gupile. Il ne devrait pas se méfier.

J’acceptais son choix. Bien j’appréhendais la rencontre, je dirais le plus tôt possible que la dryade était sous protection du temple. Cela devrait oui, rassurer l’occupant de la ferme et de se montrer des plus coopérative. Nous nous arrêtions au seuil de la porte et avec mon gant en fer, je me mis à frapper trois coups sur la porte. Nous n’attendions que quelques secondes avant d’entendre un verrou se débloquer de l’autre côté et de voir la partie supérieure de la porte se tourner vers l’intérieur pour laisser voir un vieux bonhomme. Il avait les yeux clairs, des cheveux gris un peu en pagaille, un début de calvitie d’ailleurs et une barbe d’une semaine. Il nous dévisagea un instant et reposa ses yeux sur Salix. Son expression parue plus proche de la surprise que du dégout. Il se mit à grogner :

Halmion – C’est pourquoi ?

Me tenant droit, je fis les présentations de façon presque solennelle.

Karosgon – Bien le bonjour à vous. Je suis Karosgon, Gardien du Temple. Et voici Salix, sous protection de l’Ordre. Tu dois être Halmion. Nous sommes là pour t’aider.


Le vielle homme fit ce qu’il s’approchait d’une prosternation en baissant la tête, les mains jointes avant de se redresser. Visiblement, il semblait moins tendu ou désagréable que ses voisins.

Karosgon – Nous sommes venu pour ton problème de Gupile l’ami.
Halmion – Pardonnez-moi, mais la demande fut faite pour la guilde des guerriers. En quoi cette affaire intéresse t’elle le Temple ?
Karosgon – Le Temple se souci de la justice et de l’ordre. Ce gupile te dérange et nous voudrions tenter une approche plus pacifique. A moins que tu préfères que nous repartions et que tu attendes encore l’arrivée d’un guerrier de la guilde.

La petite menacée qui marchait si souvent. Halmion s’agita comme prit de peur et nous supplia de bien vouloir l’aider. Le pauvre, il a dû attendre si longtemps que quelqu’un lui vienne en aide qu’il en fut presque désespéré. Il ouvrit grandement la porte et vint s’agenouiller devant moi, me suppliant de rester. Un peu gêner, je l’attrapais par les épaules et l’aidai à se relever pour qu’il soit à ma hauteur.

Karosgon – Je t’en prie l’ami. Nous t’aiderons. Inutile d’agir ainsi.

Halmion – Je vous paierez de toutes mes pièces si vous arrivez à m’aider.
Karosgon – Les services de l’Ordre ne demande jamais de compensation. Seul ta foi envers les divins suffit.
Halmion – Mille mercis mon seigneur. Vous trouverez le gupile derrière, près de mon potager. Il sort des bois et vont dévorer mes productions.

•————————————•
Les gardiens du Temple:


Karosgon
Bon
Bon

Race : Demi- Elfe
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Jeu 22 Déc 2016 - 0:20

– Mille mercis mon seigneur. Vous trouverez le gupile derrière, près de mon potager. Il sort des bois et vont dévorer mes productions.

Sans attendre, nous nous dirigeons donc vers l'arrière de l'habitation, laissant Karosgon avec le fermier. C'est là quelque chose de bien étrange. Les autres Humains nous ont pourtant bien prévenu que cet Homme serait difficile. Mais nous l'avons trouvé presque plus sympathique que les autres. Est-ce un piège ? Nous en doutons. C'est lui qui a demandé de l'aide, pourquoi nous piéger ? Cela n'aurait aucun sens. Il n'avait pas l'air d'être effrayé par notre présence. Cela n'est, heureusement, pas rare. Un certain nombre d'entre eux, notamment leurs petits, nous considèrent avec étonnement, car ils n'ont jamais vu de Dryades. cela est infiniment plus plaisant que le rejet, nous devons bien le reconnaître.

Alors que nous tournons au coin de la maison, nous voyons un Gupile, le fameux Gupile, qui essaie de se rassasier en toute discrétion. Il est tout d'abord surpris de voir quelqu'un, d'être pris sur le fait, en faisant quelque chose qu'il sait ne pas devoir faire. Mais quand il voit que ça n'est que nous, il se détend, et reprend où il en était. Les créatures de la forêt n'ont pas peur de nous autres, les Dryades des bois. Ils ne nous connaissent pas toutes personnellement, c'est une évidence, mais il y a entre eux et nous comme un lien invisible. Nous sommes la Nature, ils n'ont rien à craindre de nous.

Nous nous approchons de lui. C'est un magnifique Gupile, grand, et qui, à ce que nous pouvons constater, sécrète du mucus un peu partout. Un signe extérieur de bonne santé. Il a la peau brillante. Cela nous rassure : ce fermier ne l'a pas blessé, il a simplement dû le faire fuir, sans grand succès. Il est vrai que ces créatures peuvent être têtues. Nous nous approchons, et commençons à lui parler, tout doucement, par la voie de l'esprit. Surpris, il s'arrête et me dévisage. Nous imaginons que cela doit te surprendre petit Gupile, d'entendre une voix dans ta tête. Rassure-toi, nous ne te voulons pas de mal. Nous savons que tu as faim, l'hiver approche à grand pas. Mais tu ne peux pas rester ici, c'est dangereux. Si tu continues de venir ici, lui expliquions-nous, tu risques te blesser. Nous terminons pas un conseil, qui pour nous ressemble à une évidence : reste loin des Humains.

•————————————•
Salix - Dans les bois, personne ne vous entend crier

RP en cours
None :(

RP terminé
La bave de la discorde, avec Karosgon

Salix
Bon
Bon

Race : Dryade des bois
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Sam 24 Déc 2016 - 14:15


Salix partit de suite pour retrouver le gupile, me laissant seul encore avec le fermier. On sentait qu’il avait du caractère, mais il était vraiment différent du portrait que nous a fait le premier paysan. Pour cela, il devait y avoir mille et une explication. Une rivalité quelconque, un esprit fermer remplit de préjuger, ou le désespoir qui peut aussi rendre mauvais qu’adoucir une personne. Mais je n’étais pas là pour m’occuper de la mentalité des gens, je devais avant tout aider cette famille et le gupile. Salix devrait mieux arriver que moi à résonner avec cette mystérieuse créature. Je lui laissais un peu d’avance, avant de m’approcher discrètement.

La créature était là, déjà en train de dévorer ce qui restait de plantation. Mais heureusement, la dryade était présente pour discuter avec lui. Je le laissais faire, car je ne savais comment dialoguer avec quelqu’un ne pouvant répondre et étant si loin de la vie des hommes. Le propriétaire était parti s’occuper de ses affaires à l’intérieur, presser sans doute que tout cela soit finit. En attendant, je ne pouvais pas me contenter de me tourner les pouces.

Je décidais donc de m’y approcher doucement pour ne surprendre personne. Une fois assez près, je me présentais pour rassurer le gupile de mes intentions :

Karosgon – Salutation à toi. Je suis Karosgon. Salix et moi, somme là pour t’aider.


•————————————•
Les gardiens du Temple:


Karosgon
Bon
Bon

Race : Demi- Elfe
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Dim 25 Déc 2016 - 0:38

Le Gupile fut quelque peu surpris de l'arrivée de Karosgon, mais il ne montra pas de signe de peur. Il semble plutôt calme, c'est une bonne chose. Il nous regarde, avant de s'avancer timidement vers notre compagnon. Nous aimons bien les Gupiles. Ils sont très intelligents. Il est vraiment dommage que ces créatures ne soient pas douées de la parole. Cela pourrait permettre à un certain nombre de Dryades d'avoir un peu de compagnie. La créature s'approche donc du demi-elfe, et commence à l'observer. Cela nous amuse, il le regarde avec la curiosité d'un enfant qui découvre un animal qu'il n'a jamais vu. Assez rapidement, il semble vouloir s'amuser... en appliquant consciencieusement de la bave sur le visage de Karosgon.

J'avoue ne pas pouvoir m'empêcher de rire. Nous attrapons le bras du Gupile pour lui intimer l'ordre d'arrêter. C'est amusant, mais ça reste extrêmement salissant. Nous essayons de reprendre la conversation que nous avions avec lui un peu plus tôt. Nous tentons d'attirer l'attention de la créature, mais elle semble déterminée à s'amuser. C'est maintenant notre visage qui est couvert de bave. Nous ne le voyons pas, mais nous entendons Karosgon rire. Ce n'est que justice semble-t-il... Nous lui attrapons les deux mains cette fois-ci, afin de lui faire comprendre que l'heure n'est pas au jeu.

Nous essayons de lui faire comprendre qu'il est nécessaire de partir. Afin de nous assurer qu'il ne reviennent pas, nous lui expliquons comment se nourrir, malgré l'hiver approchant : dans les forêts alentours il existe un type de mousse, qui présente plusieurs avantages. Le premier est qu'elle ne pousse que sur la partie des troncs qui exposée vers le sud. Cela en fait un excellent moyen de s'orienter. L'autre avantage, c'est qu'une fois mise en boule et mâchée, elle peut procurer une source de nourriture acceptable. Nous espérons qu'avec ce petit truc, il aura de quoi se sustenter, et ainsi, qu'il évite d'importuner les Humains. Et qu'il se mette en danger.

Le Gupile finit donc par s'en aller, à son propre rythme. Nous nous félicitons intérieurement du fait que, si nous sommes lents à nous déplacer, nous sommes quand même plus rapides qu'un Gupile. Maintenant qu'il est parti, nous devons nous occuper de notre apparence. Avec cette bave, Karosgon perd un peu de sa superbe, il faut le reconnaître. Là aussi, heureusement, nous connaissons un petit truc. Nous nous saisissons d'une feuille d'une salade. Nous avons remarqué que le fermier en faisait pousser. Cela est assez amusant quand on y pense, de voir aussi loin des plantes qui poussaient dans notre marais. Les feuilles de la salade en question sont très grandes, très utiles pour nettoyer - que ce soit la bave, ou d'autres choses aussi peu ragoûtantes. Nous en tendons une à Karosgon, et lui montrons comment procéder.

•————————————•
Salix - Dans les bois, personne ne vous entend crier

RP en cours
None :(

RP terminé
La bave de la discorde, avec Karosgon

Salix
Bon
Bon

Race : Dryade des bois
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Mer 28 Déc 2016 - 11:05

La rencontre fut des plus amusante. Le gupile fut impressionner en me voyant approcher et manifesta de la crainte. Je le fus également en voyant cette énorme limace faisant la taille d’un homme, mais je savais qu'au fond de moi que je n’avais rien à craindre. J’essayais de m’approchais de lui d’un pas tranquille pour ne pas l’inquiétait davantage. Salix semblait avoir réussi à établir une sorte de contact, car ils semblaient réagir l’un à l’autre, je ne savais comment. Le gupile changea peu à peu son comportement et tenta de s’approcher de moi comme une bête curieuse. Je serais ravi d’éviter de le toucher, car son mucus serait fort désagréable, je ne voulais pas me retrouver coller à lui pour l’éternité.

Mais ce fut peine perdu, car je ressue de sa bave sur le visage et je ne pus m’empêcher de grimacer de dégoût. C’était froid et visqueux, pire que si c’était un chien affectueux venant vous réveiller à coups de langue alors que vous dormiez tranquillement. En plus, cela semblait faire rire la dryade, ce qui n’était pas mon cas.

Karosgon – Tant mieux si cela te fait rire.

J’essayais de repousser le gupile doucement, sans chercher à lui faire de mal, mais il insista pour rester en ma compagnie. Salix vint à mon aide en attrapant le bras de la créature pour la faire reculer et lui faire comprendre qu’il fallait se calmer. Salix tenta à nouveau de communiquer avec le gupile, mais ce fut son tour de se retrouver couvert de bave et à mon tour d’en rire autant. Finalement, ces créatures sylvestres étaient comme nous, bonnes à la bave. Haha !

J’attendais que la dryade accomplisse son travail. Il était difficile de savoir s’il communiquait vraiment avec le gupile, ou s’il tentait de le faire sans résultat. Je patientais donc jusqu’à ce que quelque chose se manifeste, une réaction particulière, autre que du léchage baveux. J’essuyais déjà la grosse couche que j’avais sur le visage, mais cela collait bien et fallait insister pour retirer le plus gros. Finalement, le gupile se retourna en s’en alla rejoindre la forêt. Salix a dû réussir. D’ailleurs, la dryade alla récupérer des feuilles de salade et m’en passa une, me montrant l’efficacité de retirer la bave.

Sans attendre une seconde de plus, je me débarbouillais de toute cette bave le plus vite possible. J’avais l’impression d’avoir quelque chose d’aussi lourd sur le visage comme mon armure, une horrible sensation de gêne. Et quelle tête j’aurais si en arrivant au Temple, je sois recouvert de bave. J’étais parti me débarrasser d’un hérétique et je revenais couvert de bave. Toutes les questions que les prêtres et les autres gardiens me poseraient et n’oseraient me poser. Bien que nous ayons une conduite à tenir, certains ne s’empêcheraient pas de lâcher quelques moqueries, non vraiment méchantes.

Karsgon – Alors ? Je suppose que tu as parlé au gupile. Que lui as-tu raconté mon ami ?

J’écoutais bien la réponse de mon compagnon avant d’aller retrouver le propriétaire et lui annoncer la bonne nouvelle. Ce dernier fut si fou de joie qu’il nous offrit un sac rempli de fruit et de légumes frais, pour notre voyage et n’ayant pas grand-chose d’autre à offrir. Je le remerciais à mon tour et me mis à le bénir avant de partir. Il se montrait vraiment plus sympathique que les voisins paysans, sans doute pour cela qu’il n’était pas aussi apprécié. En parlant d’apprécier, je me demandais si Salix mangeait des légumes ou des fruits, vu qu’il était lui-même végétal.

•————————————•
Les gardiens du Temple:


Karosgon
Bon
Bon

Race : Demi- Elfe
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Mer 28 Déc 2016 - 20:22

– Alors ? Je suppose que tu as parlé au gupile. Que lui as-tu raconté mon ami ?

- Nous lui avons expliqué la situation, et lui avons dit qu'il ne devait pas rester ici. Nous lui avons aussi indiqué comment se nourrir durant l'hiver. Cela devrait suffire à ce qu'il reste dans la forêt.

Satisfait de la réponse, Karosgon rebroussa chemin pour annoncer au fermier la bonne nouvelle. Nous devons reconnaître notre propre satisfaction : l'humain pourra se nourrir cet hiver, et aucun mal ne sera fait au Gupile. Pour une fois, cette histoire finit bien. Nous remercions le demi-elfe à son retour. Sans lui, nous n'aurions probablement pas pu résoudre ce conflit, en tous cas d'une manière aussi pacifique. Il revint avec un panier de fruits et légumes, visiblement un cadeau de remerciement du fermier.

- Souhaites-tu que nous faisions une halte à un ruisseau proche ? Cela sera sûrement plus pratique pour te débarrasser de cette bave. La feuille permet d'enlever la majeure partie, mais nous nous doutons que cela reste une expérience... particulière.

Karosgon accepta. Par chance, un petit ruisseau coulait non loin. Nous nous y rendons, et mon compagnon commence sa toilette.

- Tu as tenu ta parole, nous tiendrons la notre. Par où est parti celui que tu recherches ?

•————————————•
Salix - Dans les bois, personne ne vous entend crier

RP en cours
None :(

RP terminé
La bave de la discorde, avec Karosgon

Salix
Bon
Bon

Race : Dryade des bois
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Dim 1 Jan 2017 - 17:13

Après nous être débarbouiller au fleuve, retirant tout ce mucus de Gupile qui nous collait bien à la peau, nous nous mirent en route pour ma mission officielle. La dryade était quelqu’un de parole et voulu toujours m’accompagner à me plus grande joie pour retrouver l’hérétique. Nous ne mettions que deux ou trois jours avant de retrouver sa trace. Il n’avait pas beaucoup quitté la région dans laquelle il s’était réfugier. D’après les témoignages de certains habitant du coin, un homme, correspondant à la description de l’hérétique, sèmerait le chaos ici. Il rentrerait dans les chapelles et temples où il renverserait les autels en criant haut et fort « Silux ! Le vrai Silux est la vraie Kaluni ! Suivez-le ou mourrez ! »

Ces paroles me firent froid dans le dos. Heureusement, l’hérétique n’aurait fait de mal à personne, mais il criait et agitait ses bras comme un dément. Leur expliquant que nous étions là pour nous occuper de cet homme, on nous guida jusqu’à l’entrée d’un petit village en ruine. Apparemment, il y a une dizaine d’années, un feu se serait déclarer ici, faisant quelques victimes. Les raisons de cet incendie restèrent mystérieuses, mais les villageois survivants, ne voulurent courir le risque de reconstruire le village ici et sont partit s’installer un peu plus loin.

Je regardais les restes du village. Tous les toits ont disparue, des poutres en bois furent laisser là, s’écroulant contre les murs ou obstruant les portes. Les murs d’ailleurs semblaient sur le point de tomber, et il n’y avait plus de volet ou de porte justement. En pleine nuit, ce lieu aurait tout d’un décor macabre, pouvant intéresser des pratiquants des arts noirs. Cela ne m’étonnait pas qu’un serviteur de Silux se soit abriter ici. L’incendie fut fini il y a dix ans, mais j’avais l’impression que cela était plus récent. À tout moment, j’imaginais voir des gens sortir des décombres ou pousser un cri de douleurs0 S’il y avait des fantômes, ce serait fort possible que l’on puisse voir cela. Me tournant vers Salix, je lui demandais :

Karosgon – Prêt pour y aller ?

•————————————•
Les gardiens du Temple:


Karosgon
Bon
Bon

Race : Demi- Elfe
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Dim 1 Jan 2017 - 21:45

Après toute cette histoire de Gupile, nous partons régler le problème de Karosgon, une histoire d'homme à chasser. Par chance, retrouver l'homme en question ne nous a pas pris beaucoup de temps. Nous devons reconnaître que notre compagnon est plutôt doué pour trouver des gens. Nous finissons par atterrir devant un village humain en ruines. Nous étions étonnés de voir une ville humaine dans cette état, probablement à cause d'autres humains. Décidément, il n'y a aucune bassesse que ces créatures ne se refusent, s'en est affligeant.

Nous rentrons donc dans le village en question. Il n'est pas très grand, beaucoup moins grand que Tacomnal par exemple, mais il y a plusieurs habitations. Et il est probable que la personne qu'il recherche se cache dans l'une d'elle. A moins qu'il n'arrive plus tard. Karosgon trouve cet endroit sinistre. A nous, il ne nous fait pas ressentir grand chose. C'est vide, très silencieux. Nous sentons que la Nature a souffert ici. Mais c'est toujours le cas quand le feu entre en action. Je me demande si nous pouvons faire repousser quelques plantes dans les alentours...

- Bien, par quoi commençons nous ?

•————————————•
Salix - Dans les bois, personne ne vous entend crier

RP en cours
None :(

RP terminé
La bave de la discorde, avec Karosgon

Salix
Bon
Bon

Race : Dryade des bois
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Jeu 5 Jan 2017 - 15:11

Yaliss - Bien, par quoi commençons nous ?
Karosgon - Faisons le tour mais restons groupé. D'après nos informations, cet humain ne possède aucun pouvoir. Ni d'éléments primaires, ni de magie noire. Mais il est fou et dangereux alors restes sur tes gardes. Pas pitié par contre, s'il te menace, n'hésites pas à défendre ta vie. Il est aussi dangereux pour les humains que pour les autres races.

Je venais de faire un rapide topo de notre affaire pour que Salix saches à quoi s’attendre. J’évitais aussi de trop rentrer dans les détails, car nous ne devions pas perdre de temps et j’étais sûr que parler de religion et de croyance devait être étranger pour une dryade. Par contre, étant donné que la nature venait des dieux, les dryades devaient aussi y croire. À moins qu’elles aient une conception différente de rendre un culte aux divins. Nous, nous avions nos temples et nos autels par exemple, mais les dryades, cela devait être autre chose. Quoi que Salix parlât plus de la nature comme d’un père et la mît au-dessus de lui comme quelque chose à vénérer. Je me posais donc la question.

Laissons cela de côté, nous avions plus urgent sur le feu. L’arrestation de l’hérétique était plus importante. Nous nous enfoncions dans les ruines à pas prudent. Je tenais fermement mon épée, me tenant prêt à frapper en cas d’attaque. L’endroit était vraiment malsain. Les maisons furent à moitié détruire, ce qui restait des toits se trouvait à présent au sol, pourrissant dans la boue. Difficile d’imaginer qu’un simple incendie est pu faire de tels dégâts. On aurait dit une attaque de barbare, mais aucun corps ne fut laissé au sol. Les seules carcasses étaient ceux des bâtiments dont il fut difficile de savoir de quoi il s’agissait tellement ils furent réduits en un tas de pierres, et des restes de chariots ou de d’autres objets en bois qui furent recouverts de mousse. La nature reprenait ses droits petit à petit déjà, Salix devrait en être content.

Il me serait difficile de vous faire une description assez juste de ce qu’il restait du village. En réalité, tout était détruit et c’était un vrai bazar. Un lieu chaotique qui me fit imaginer que l’on trouverait des cadavres ensanglantés accroché sur les murs à l’intérieur des maisons ou qu’un zombie nous tomberait dessus, caché derrière un muret. Arrivant jusqu’au bout du village, nous trouvions un petit temple. Très rustique, respectant l’architecture classique des lieux de cultes dans les petites bourgades. Le temple se trouvait entre deux gros chênes, et à ma grande surprise, il fut en meilleur état que le reste du village. Seul son sommet, où devait se trouver un cochet, fut détruit. On voyait un tas de pierres au-dessus du toit du temple et un peu par terre au tour. Pour le reste, le bâtiment était relativement en bon état. À l’exception de certains carreaux brisés et des portes en bois à moitié arraché de ses gonds. Sur le moment, je me disais que c’était dût à un miracle, mais j’entendais d’étranges voix venant de l’intérieur. Je fis signe à Salix de me suivre jusqu’à l’entrée du temple.

Nous restâmes cacher derrière les chambranles en pierre. En y glissant un coup d’œil à travers la porte à moitié arraché, je pus voir tout ce qui se passait à l’intérieur. Visiblement, ce village n’était pas si désert que ça. À l’intérieur, la plupart des bancs en bois furent retournés, des meubles renversés et des débris cachaient les vieux tapis au sol. L’autel fut renversé aussi et devant, se tenait l’hérétique qui s’exclamait haut et fort à cinq personnes assissent sur un banc devant, écoutant les dires du monstre en acclamant chacune de ses paroles. Je n’ose rapportais ce que disait cet homme, celui qui se fait appeler le vrai prêtre. Ce fut si blasphématoire. Mais en gros, il acclamait Silux comme la vraie Lumière de Kaluni, et que Mephiti était une genre de mère. Je jetais un regard vers Salix pour notre plan.

Karosgon – Il est temps de coupé court à cette réunion, ainsi qu’à la langue de ce menteur ! Tu veux venir à côté de moi ou rester en arrière ? Ce ne sont que de simples villageois, armé sans doute d’un simple couteau. Mais ils peuvent soient prendre la fuite ou vouloir défendre leur prêtre. Tu peux me suivre pour me prêter mains forte dedans, ou rester là et t’occuper des fuyards.

•————————————•
Les gardiens du Temple:


Karosgon
Bon
Bon

Race : Demi- Elfe
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Jeu 5 Jan 2017 - 18:04

- Faisons le tour mais restons groupé. D'après nos informations, cet humain ne possède aucun pouvoir. Ni d'éléments primaires, ni de magie noire. Mais il est fou et dangereux alors restes sur tes gardes. Pas pitié par contre, s'il te menace, n'hésites pas à défendre ta vie. Il est aussi dangereux pour les humains que pour les autres races.

Nous apprécions sa sollicitude, mais il semble nous sous-estimer. Si nous pouvons débarrasser la surface du monde d'un Humain, non seulement nous le ferons, mais en plus avec un plaisir non dissimulé.

C’est donc à cela que ressemble un village en ruines. Nous ne saurions dire s’il est mieux ainsi ou dans sa forme originelle. Dans tous les cas, l’ensemble est triste. Il nous rappelle de mauvais souvenirs. Toutes ces maisons, réduites en cendres… Le feu est décidemment sans pitié. Nous nous étonnons qu’il n’y ait aucun cadavre. C’est dommage. Malgré notre aversion pour les Humains, leurs corps – comme tous ceux des créatures vivantes d’ailleurs – sont excellents pour la croissance des plantes et des insectes. La Nature reprend toujours sa place, d’une manière ou d’une autre.

Mais le village est vide. Tristement et anormalement vide. Même nous, qui n’avons qu’une maigre connaissance des villes humaines, savons que cela n’est pas normal. Et même d’une manière générale : la Nature est faite de bruits. Un sanglier qui mange, des lapins qui détalent, des oiseaux en tous genres qui crient. Leur silence n’est jamais un signe de bon augure. Finalement, nous arrivons devant un bâtiment différent, qui semble en meilleur état. Karosgon m’explique qu’il s’agit d’un lieu de culte. Nous devons avouer que le bâtiment ne nous intéresse guère. Contrairement aux arbres qui l’entourent. Deux magnifiques chênes. A vue d’œil, ils sont au moins centenaires. Des arbres de cette trempe peuvent atteindre des âges bien plus respectables, mais compte tenu du fait qu’ils se situent en pleine ville humaine, ville qui a été complètement détruite par les flammes, ils sont finalement dans une position assez avantageuse. Néanmoins, ils ont mauvaise mine. Leurs racines doivent avoir du mal à trouver de quoi se sustenter. Il faudra que nous réglions ça, à l’occasion.

Karosgon nous fait signe de nous avancer en silence. Un curieux manège est en cours dans les ruines du bâtiment. Notre compagnon nous explique qu’il s’agit d’une cérémonie religieuse, mais de personnes mal intentionnées. Les humains et leurs croyances… Bref, là n’est pas la question.

– Il est temps de coupé court à cette réunion, ainsi qu’à la langue de ce menteur ! Tu veux venir à côté de moi ou rester en arrière ? Ce ne sont que de simples villageois, armé sans doute d’un simple couteau. Mais ils peuvent soient prendre la fuite ou vouloir défendre leur prêtre. Tu peux me suivre pour me prêter mains forte dedans, ou rester là et t’occuper des fuyards.

Là, nous commençons à nous vexer. Qu’est-ce qu’il croit, qu’une Dryade ne peut pas se défendre ? Que nous sommes bonnes à parler aux animaux sauvages ? Nous les prenons tous ensemble si nous le voulons ! Du calme. Concentrons la colère sur les bonnes personnes. Nous courons – façon de parler – vers l’un des deux chênes. Au creux de ses racines se cache un peu de mousse. Il y en a peu, mais cela devrait faire l’affaire. Nous en faisons deux petits tas, que nous donnons à Karosgon

- Laisse-moi te montrer ce dont nous sommes capables. Nous allons attaquer les premiers. Ensuite tu pourras à loisir les découper en rondelles. Protège tes oreilles avec ça.

Sans plus d’explications, nous nous concentrons. C’est un exercice qui n’est pas très agréable, mais qui a le mérite de fonctionner. Nous repensons à la haine qui nous anime, celle qui nous a, quelque part, menée jusqu’ici. Nous repensons aux horreurs, aux crimes, à la mort qu’ils ont propagé, et à celle qu’ils s’apprêtent à récolter. Nous changeons, cette colère rejaillit sur notre apparence. Notre peau s’obscurcit, notre bois prend une apparence décrépie, nos feuilles ternissent. Nous repensons à tout ce qui nous fait haïr les humains, et nous nous apprêtons à leur envoyer en pleine face. Une fois que nous nous sentons prêts, nous ouvrons la porte d’un coup. La pièce est petite, les murs serrés. Ce sera une parfaite caisse de résonnance.

- Humains…

Surpris, ils se retournent tous vers nous. L’espace d’un instant, nous pouvons voir le visage de l’un d’entre eux se tétaniser, comme s’il avait vu la mort en face. S’il savait… Nous prenons une grande inspiration, et nous lançons un hurlement qui fait exploser les quelques morceaux de vitraux encore debout, et qui fait trembler le temple sur ses fondations.

•————————————•
Salix - Dans les bois, personne ne vous entend crier

RP en cours
None :(

RP terminé
La bave de la discorde, avec Karosgon

Salix
Bon
Bon

Race : Dryade des bois
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Lun 9 Jan 2017 - 11:31

Salix - Humains…

La dryade a couru, du mieux qu’elle le pouvait vers l’un des deux gros chênes qui gardaient le temple. Elle y récupérer quelque chose et je sus ce que c’était, une fois Salix de retour, me montrant sa cueillette. De la mousse d’arbre. Que comptait-il faire avec ? Je pensais à un tour de la magie sylvestre, une potion ou une magie redoutable. Ces êtres pouvaient vous réserver de sacrer surprise. Je pris la mousse de ses mains, ne sachant trop quoi en faire, j’étais un peu incrédule. Je pensais au début devoir la manger, mais je préférais attendre la suite de l’idée de la dryade.
 
Salix - Laisse-moi te montrer ce dont nous sommes capables. Nous allons attaquer les premiers. Ensuite tu pourras à loisir les découper en rondelles. Protège tes oreilles avec ça.
 
Je commençais à avoir une petite idée de son plan, même si de nombreux détails me manquais. J’enfonçais bien la mousse dans les orbites de mes oreilles, m’attendait à un hurlement à faire trembler la terre. Je vis Salix se mettre en face des portes du temple, se tenant prêt à quelque chose. Son aspect physique changea. Il devint un être sombre et effrayant. Sa peau s’obscurcit, le bois qui le composait semblait prendre un millier d’années d’un coup, et ses feuilles semblaient perdre la vie. Il ouvrit les portes et entra dans le bâtiment. Je le suivais, gardant une certaine distance de sécurité pour éviter d’être touché par ce qu’il comptait faire et aussi, qu’il me faisait peur.
 
Il se mit à leur dire quelque chose et ils se retournèrent tous vers lui. Je ne savais trop de quoi ils parlaient, je n’entendais qu’un faible murmure, étouffer par la mousse. Je tenais en main ma lame, prêt à me battre. Salix libéra ce qui ressemblait à un puissant cri. Je pouvais l’entendre. Un son aigu qui résonna dans mon corps même. C’était comme entendre un bruit strident qui vous gênait, mais là, ce fut atténué par la mousse, mais me resta désagréable tout de même. Je pouvais sentir sa puissance non seulement quand elle vibra à travers moi, mais aussi en sentant le sol en pierre sous nos pieds vibré et les carreaux ayant survécu partir en éclat.

Le groupe en face de nous, cacha ses oreilles en hurlant de douleur et s’écroulant au sol, écraser par le puissant cri de la dryade. Même leur leader ne sut supporter cette attaque et s’écroula contre l’autel. Pour moi, ce cri ne dura que quelques secondes, mais pour eux, cela devait durer une éternité, priant sans doute Silux d’arrêter cette torture. Finalement, Salix s’arrêta, peut-être à bout de souffle. Je le tapotais sur l’épaule pour le féliciter et vint m’approcher de l’hérétique.

Ils étaient tous au sol, gémissant de douleur et se tordant comme si la torture se poursuivait. J’enjamber cette petite assemblée et pointa le bout de ma lame sur la gorge de l’hérétique. Je lui hurlais bien :

Karosgon – Sous l’autorité du Temple, vous êtes arrêté pour hérésie et devait être ramener captif et juger pour vos crimes contre les divins !

L’hérétique continua de cria de douleur, se plaignant de ses oreilles qui lui faisaient atrocement mal. Il n’avait sans doute pas compris de quoi je parlais, ou du moins en avait une idée, mais sa situation ne le permettait pas de riposter. Je le pris par le col de sa chemise et l’assenai d’un coup sur la tête pour le tirer hors du temple. Mais il restait ses fidèles. Ils avaient tous commis le crime de rejoindre ce fou. Mais j’étais seul, je ne pouvais pas tous les arrêter et les emmener. Il va falloir trouver une solution et vite. Je lâchais l’hérétique sur l’un des bancs renverser et me mis à réfléchir. Ce n’était que des adultes, aucun enfant, une solution radicale était envisageable. Mais étaient-ils tous coupables ? Je voulais dire, étaient-ils vraiment sous la coupe de cet homme ? On aurait dit que oui. Je me mis à prier les dieux pour qu’ils m’apportent une réponse, qu’ils guident mes pas et mon cœur.

Je regardais ce petit groupe, se remettant peu à peu de leur tourmente et me mis à leur crier à leur intention, profitant du moment où leur ouïe semblait aller un peu mieux :

Karosgon – Cet homme est accusé d’hérésie ! L’Ordre du Temple l’arrête donc. Vous, soit vous vous repentez d’avoir suivis cet homme, soit vous le suivez en prison.

•————————————•
Les gardiens du Temple:


Karosgon
Bon
Bon

Race : Demi- Elfe
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Lun 9 Jan 2017 - 21:08

Bien. Un bon cri, ça aide à se décrasser les poumons. L'effet fonctionna à la perfection. Nous laissons la gloire à Karosgon, et le laissons procéder à l'arrestation. Après tout, c'est son travail. Pendant qu'il intime ses ordres, nous nous avançons. Nous n'avons jamais compris cet intérêt des humains pour tous ces temples, ces cultes... Les dieux existent, et n'attendent aucun de nous. Nos batailles sont, au mieux, des distractions pour eux. Alors savoir que tel groupe a construit tel temple dans un coin perdu d'Orcande... Au mieux ça fait une sorte de concours divin pour savoir qui en a le plus. Mais les Dieux sont à des années lumières de telles préoccupations. Enfin, cela ne nous regarde pas...

Karosgon demande à l'un des Humains d'abjurer sa foi, et de subir le fil de sa lame. Nous devons reconnaître que nous ne savons pas trop quoi faire. Le fait qu'ils les tuent ne nous dérange bien évidemment pas. Le fait qu'il change d'opinion non plus. Après tout, c'est bien comme ça que nous imaginons les Humains : prêt à tout pour sauver leur peau, quitte à renier tout ce en quoi ils croient.

Nous nous penchons vers l'un des hommes. Nous n'avons aucun objectif particulier, sinon leur faire peur. Après tout, nous pouvons nous amuser nous aussi. Notre apparence est redevenue normale, mais l'homme a quand même un sursaut de peur.

•————————————•
Salix - Dans les bois, personne ne vous entend crier

RP en cours
None :(

RP terminé
La bave de la discorde, avec Karosgon

Salix
Bon
Bon

Race : Dryade des bois
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Karosgon le Mar 10 Jan 2017 - 14:31

Le petit groupe sembla comprendre et firent tous un signe d’affirmation de la tête. Je les laissais donc ainsi. De toute manière, s’ils poursuivaient encore leurs mauvaises œuvres et rependaient leur mal comme une maladie, le Temple en serait rapidement averti et enverraient de nouveaux Gardiens et des prêtres pour les ramener dans le droit chemin. Ma mission, quant à elle, était presque fini. Je devais ramener cet hérétique à Telbara pour qu’il subisse sa juste sentence. Je tirais par le col le corps inerte de leader de cette nouvelle secte et le traina dehors, juste devant les portes. Je serais si heureux de pouvoir, rentrer et donner une si bonne nouvelle aux prêtres. J’espérais que l’homme ne me posera aucun souci durant le voyage, sinon, il devra faire face à l’épée divine de la justice. Respirant le grand air, je me retournais vers la dryade qui s’était amusé à effrayer les autres humains avec son apparence.

D’ordinaire, je voyais beaucoup de gens être gêné de par leur différence physique et faisait tout pour le cacher, comme moi. Mais Salix semblait en profiter. Il en riait et en profitait pour s’amuser. C’était sans doute une leçon pour moi et pour beaucoup d’autres. S’accepter soit même et que les autres devaient aussi l’accepter. J’étais déjà très reconnaissant envers la dryade pour toute son aide. Il m’a évité bien des efforts pour capturer ce mécréant. Je n’avais eu besoin de me battre contre lui ou ses disciples. Une bien grande aide. Mais à présent, je devais partir.

Karosgon – Je te suis reconnaissant pour ton aide Salix. Grâce à toi, la justice à put être rendu deux fois. Mais tu n’as pas seulement la reconnaissance d’un Gardien, tu as celle de l’Ordre du Temple également. Sois sûr que je ne manquerais pas de louer tes exploits une fois rentrer. Et aussi, que ej défendrais plus hardiment la nature. A présent mon ami, je dois rentrer à Telbara, une bien longue route m’attends. Comptes tu t’en aller aussi ou serais-tu pour m’accompagner, du moins un bout de chemin ensemble ?


•————————————•
Les gardiens du Temple:


Karosgon
Bon
Bon

Race : Demi- Elfe
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Salix le Mar 10 Jan 2017 - 18:55

– Je te suis reconnaissant pour ton aide Salix. Grâce à toi, la justice à put être rendu deux fois. Mais tu n’as pas seulement la reconnaissance d’un Gardien, tu as celle de l’Ordre du Temple également. Sois sûr que je ne manquerais pas de louer tes exploits une fois rentrer. Et aussi, que ej défendrais plus hardiment la nature. A présent mon ami, je dois rentrer à Telbara, une bien longue route m’attends. Comptes tu t’en aller aussi ou serais-tu pour m’accompagner, du moins un bout de chemin ensemble ?

- Nous te remercions, mais nous allons rester ici. Nous pensons nous occuper un peu de cet endroit, aider la Nature à s'y refaire une place. Le feu ne l'a pas épargné, mais avec mon aide, elle renaîtra. Sache que le plaisir fut également partagé. Nous te souhaitons une bonne route. Que la Nature te protège et te guide.

Nous saluons une dernière fois Karosgon, et le regardons s'éloigner. Nous sommes obligés de reconnaître que cette petite escapade fut très bénéfique pour nous. Mais ne nous complaisons pas dans la nostalgie, nous avons du travail !
Nous faisons demi-tour, et approchons l'un des deux arbres entourant le temple. Nous posons notre main. Son écorce est très abîmée, mais nous sentons qu'il recèle encore de la vie. Ne t'inquiète pas, majestueux chêne. Tu as encore de longues saisons à traverser. Nous nous concentrons sur l'étincelle de vie. Nous la réchauffons, la rassurons. Tout va bien, tu es en sécurité. Libère toi, reprends ta place...

Comme par magie - s'en est, évidemment -, l'arbre reverdit. Son écorce repousse et se renforce, ses branches se tournent vers le ciel et se couvrent de feuilles. Nous sentons ses racines se réveiller, et s'enfoncer dans le sol pour retrouver de quoi se nourrir. En quelques secondes, le chêne autrefois à l'article de la mort a retrouvé sa splendeur. La vision peut paraître étrange, d'un arbre si beau et si vert en plein milieu de l'hiver. C'est malheureusement l'effet de la magie, mais d'ici la prochaine saison, il reprendra son cycle naturel. Après avoir procédé de la même manière avec le deuxième chêne, nous constatons que leurs branches combinées camouflent presque entièrement les ruines du temple, ne laissant guère apparaître que l'entrée. Nous l'avions dit, la Nature reprend toujours ses droits.

Mais il est trop tôt pour crier victoire. En nous retournant sur l'étendue calcinée du village, nous constatons que nous avons encore beaucoup de travail.

•————————————•
Salix - Dans les bois, personne ne vous entend crier

RP en cours
None :(

RP terminé
La bave de la discorde, avec Karosgon

Salix
Bon
Bon

Race : Dryade des bois
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bave de la discorde

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum