Manybeol, la force tranquille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Manybeol, la force tranquille

Message  Manybeol le Lun 17 Oct 2016 - 18:56

[Note : Ce personnage remplace Nabal, un perso auquel je n'ai pas réussi à accrocher. Ca devrait aller beaucoup mieux avec celui-ci.]


Nom de votre personnage : Manybeol

Age de votre personnage : 29 ans

Race : Minotaure

Classe : Berserk

Arme : masse d'arme

Armure : aucune

Capacité spéciale : Vision du passé : en voyant un objet, un être vivant, un décor, ou même suite à un son, une parole, une odeur, Manybeol peut avoir un “flash”, pouvant durer de seulement quelques secondes à deux minutes, qui lui dévoile quelque chose s'étant déroulé dans le passé ; Manybeol n'a aucun contrôle sur ces flashs, il les subit, ils peuvent venir quand il ne s'y attend pas et ne pas venir quand il espère en avoir un. Peu importe leur durée dans son esprit, ils ne durent effectivement qu'une fraction de seconde, et quelqu'un qui observe Manybeol à ce moment-là pourra tout au mieux lire un léger trouble sur son visage.

Compétence raciale (Minotaure) : Combat à mains nues

Sorts ou compétences de votre personnage :

- Rage berserk
- Maniement de la masse
- Grande force
- Grande endurance
- Odorat sensible

Compétences secondaires de votre personnage :

- Métier : forgeron
- Connaissance de la géographie

Caractère de votre personnage :

La personnalité de Manybeol est d'une importante dualité. Au quotidien, le Minotaure est quelqu'un de posé, courtois, réfléchi. Il apprécie particulièrement les moments de méditation et de détente, sentir le parfum des fleurs et de la Nature et observer les étoiles. Il sait souvent faire montre de sagesse. C'est un bon confident et un ami fiable, généreux quand il le faut mais pas naïf ni manipulable. Ce n'est pas quelqu'un dont on peut abuser facilement. Il peut donner l'impression d'être taciturne, mais lorsque vous engagez la conversation avec lui, vous découvrirez que c'est un agréable interlocuteur et un bon débatteur, qui sait se forger une opinion sur beaucoup de sujets tout en respectant l'opinion des autres sans leur couper la parole pour se donner l'impression d'avoir raison. Il est ouvert d'esprit, un brin rancunier, respectueux et humble.

C'est quand il s'agit de se battre, que l'on découvre sa seconde nature. Il devient alors une furie. Non pas une bête de sang, car il n'aime pas les carnages barbares, mais un guerrier féroce et tenace.

Le combat est plus qu'un art chez lui. Un bon combattant aura toujours son estime, soit-il la pire des crapules – son “estime” ne signifiant pas sa “sympathie”. Il aura toujours goût de se mesurer à quelqu'un en situation de combat amical.

Manybeol ne désire nullement rejoindre la Guilde des Guerriers ni quelconque ordre du genre, pour la simple raison qu'il préfère aménager lui-même ses recherches de missions et ses périodes de vacation. Il ne se sent pas l'âme d'un meneur et peut suivre loyalement les ordres d'un chef de groupe sans avoir de problème avec l'autorité, mais il préfère que ce genre de situations ne soit que temporaires. Il ne veut plus vivre dans la contrainte d'une autorité proche permanente.

Avec Zelni, son ami, il mène donc une vie de mercenaire. Il a à cœur que sa loyauté ne soit jamais mise en doute, voilà pourquoi, lorsqu'il accepte une mission, il met un point d'honneur à la mener à bout sans se retourner en dépit de toute idéologie, de toute opinion personnelle, et de toute notion de bien ou de mal. Si sa mission lui dicte de tuer quelqu'un, qu'il apprend entre temps que cette personne est un bon samaritain, il ne renoncera pas à la tuer, mais lui offrira une mort digne. Zelni partage cet état d'esprit, et bien mal avisé est celui qui chercherait à convaincre l'un ou l'autre de renoncer à aller au bout d'une mission qu'ils ont acceptée.

Histoire de votre personnage :

Né de parents esclaves, Manybeol ne connaît que sa mère alors qu'il est élevé à Ellire, bourg de deux mille cinq cents habitants, à quelques jours de marche au nord de Ventraque, dans le Royaume d'Estandre. Quand il est en âge de parler et de poser des questions, il apprend que son père travaillait pour un autre maître que sa mère quand il est né, mais que depuis, il a été acheté par un châtelain plus au nord encore dans les Vinèles. Quant à sa mère, elle appartient à un forgeron dont une part considérable des clients vient de la haute société du royaume. Ce forgeron, un dénommé Baltrin, est le seul véritable forgeron d'Ellire. “Baltrin d'Ellire” est devenu son patronyme complet quand sa réputation lui en a donné le mérite. Il s'assure que Maopha, son esclave femelle Minotaure, donne une éducation convenable au petit Manybeol. Il n'a pas appris à la mère à lire, et le fils ne bénéficie pas non plus de cette éducation.

Manybeol est baigné dans les métiers de la forge. Il travaille jeune, sous la contrainte et sans salaire. Baltrin prend soin de ses esclaves, car ses deux Minotaures lui apportent un peu plus de prestige. Un jour, cependant, il reçoit une offre qu'il ne peut refuser et vend Maopha ; Manybeol a treize ans quand il est séparé de son seul parent. Sa mère entre de toute façon dans la force de l'âge, ayant eu son unique enfant assez tard ; Baltrin se dit qu'il n'a plus besoin d'elle puisque Manybeol travaille très bien malgré son âge d'adolescent, et qu'il vaut mieux accepter une offre d'achat pour la mère maintenant plutôt que d'attendre de l'épuiser à la forge et qu'elle ne vaille plus rien sur le marché.

Pendant la “transaction”, Manybeol entend pour la première fois, de la bouche du nouveau maître de sa mère, le nom de son père : Romso. Il entend aussi qu'il a été chargé, il y a deux semaines, de servir dans l'escorte de son maître pour un voyage jusque chez les Nains du Royaume de Sileth avec qui le maître doit faire affaire. Manybeol retient ses informations car peut-être qu'un jour, sait-on jamais, il aura l'occasion de suivre les traces de son père pour aller à sa rencontre.

Baltrin confie à Manybeol la forge d'armes standards, en général pour des commandes en série, par exemple pour alimenter les armurerie de la garde d'une ville ; tandis que lui, s'occupe personnellement des commandes de clients plus particuliers et pour lesquels la qualité des armes et des armures se doit d'être bien au-dessus de la moyenne.
Seulement, Manybeol prend tellement goût au métier de forgeron, qu'il passe trop de temps à s'appliquer sur son travail pour lequel on ne lui demande qu'une qualité standard. Résultat : ses ouvrages sont de qualité aussi raffinée que les commandes réalisées par Baltrin, et l'on ne fait plus la différence entre ce qui est censé n'être qu'un ouvrage standard par l'esclave à peine adulte et un ouvrage spécial par le maître forgeron. Non seulement cela attaque l'orgueil de Baltrin, mais cela pose à ce dernier un autre problème : Manybeol est trop long à réaliser des commandes qu'il devrait produire à la chaîne. Il ne semble pas capable de se contenter de confectionner une arme ou une armure simplement moyenne.

Baltrin pourrait admirer cette implication et ce perfectionnisme chez son esclave si cela ne lui faisait pas de l'ombre et ne nuisait pas au respect de ses délais. Quand il reçoit une commande de trente épées et de trente boucliers pour la garde d'un quelconque bourg, il ne peut pas se permettre que son esclave y passe dix fois plus de temps que les délais requis parce que celui-ci tient à réaliser des produits de qualité particulièrement haute.

Manybeol a presque seize ans quand son maître décède avant d'avoir pu léguer l'atelier à son fils aîné. Quelque chose d'assez insolite se produit alors, puisque c'est Manybeol, l'esclave, qui apprend au jeune Humain de son âge comment reprendre l'affaire de son défunt et renommé père. Impressionné par l'esclave Minotaure, le fils aîné de Baltrin, Justin de son nom, décide d'affranchir l'esclave deux ans plus tard.

Manybeol a donc dix-huit ans quand, pour la première fois de sa vie, il goûte à un semblant de liberté. Et cette liberté, il va y prendre goût très vite. Apprenant la mort de sa mère, Maopha, il quitte les terres du Royaume d'Estandre par le sud pour gagner le Royaume de Telbara dont il a tant pu entendre parler. Le temps de se trouver un emploi, il lui arrive souvent de mendier. Dès qu'il le peut, il frappe à la porte d'un forgeron pour devenir son apprenti. C'est finalement un Humain du nom de Glame qui lui ouvre les portes de son atelier après sept mois de galère, dans une petite ville du nom d'Outrebure.

A son tour, Glame sait apprécier à sa juste valeur l'implication, le perfectionnisme et le talent du Minotaure. L'apprenti fait ses preuves, et travaille avec Glame jusqu'à ce jour où il reçoit une commande venant de Sileth. Manybeol a alors vingt-et-un ans.

Il pense immédiatement que c'est l'occasion ou jamais d'essayer de retrouver son père. La dernière fois qu'il a entendu parler de lui, c'était pour apprendre qu'il devait escorter son maître jusque là-bas. Mais c'était il y a huit ans... Quelle chance a-t-il de retrouver son père ? Il n'est peut-être même plus vivant. Qu'importe.
Glame connaît l'histoire de Manybeol et se doute très bien qu'en laissant le jeune Minotaure livrer la commande là-bas, il ne le reverra peut-être jamais, pour peu que ce soit pour lui le début d'une longue quête. Cependant, il est trop bon pour priver Manybeol de cette occasion. Les au revoir sonnent comme des adieux, et Manybeol s'en va, le cœur à la fois excité et serré par la tristesse.

Après un long voyage bousculé par quelques dangers, il se présente à Sileth comme le fils de Romso, autant de fois qu'il le faut, jusqu'à ce que ce nom fasse réagir un Nain, fils d'un chef de clan. Celui-ci se courrouce et intime à Manybeol de quitter la grande cité de Sileth et les montagnes sur-le-champ, car le nom de Romso est frappé d'anathème. Manybeol apprend que son père aurait échappé à son maître pour vivre chez les Nains pendant quatre ans jusqu'à ce qu'un chef de clan apprenne son histoire et décide de le tuer. Ce chef de clan avait un grief générationnel avec l'ancien maître de Romso.

Le père de Manybeol a donc été tué par les Nains il y a huit ans pour une histoire de rancœur entre deux camps qui ne le concernait pas. Il a perdu la vie en étant pris pour l'ami d'un Humain dont il n'a été que l'esclave et pour lequel il n'avait sans doute aucun respect – sinon il ne se serait pas échappé pour vivre parmi les Nains.

C'est donc avec cette tragique nouvelle que Manybeol se fait sa première idée du peuple des Nains. C'est à son tour maintenant d'avoir un grief avec eux. Son père est mort pour rien dans une histoire qui ne le concernait pas. Manybeol aurait pu faire la rencontre de son père à Sileth si les Nains n'étaient pas si... si...
Il ne trouve pas de mot. Il ressent juste un étrange sentiment. De la haine. Doit-il en vouloir à tous les Nains ? Non. Mais l'image qu'il a de cette race est et sera pour toujours écorchée.

Cependant, sur le coup, sa haine et sa rage sont telles qu'il décide de se venger. Il ne commet aucun massacre, non, car il trouve un autre moyen. Le clan au sein duquel Romso a été tué a emprisonné un Arachnéen qui leur aurait causé du tort en plus de refuser à ce jour de leur dévoiler l'emplacement d'un artefact précieux dérobé par des Gobelins avec lesquels il est accusé de s'être allié.

Manybeol s'enfuie donc de Sileth en compagnie de ce prisonnier Arachnéen. Un moment où ils sont à l'abri dans des galeries non fréquentées, ils font plus ample connaissance. L'Arachnéen, un jeune mâle aux longs cheveux blancs, à la peau légèrement teintée comme le ciel nocturne, et au visage fin et charmant, s'appelle Zelni. Tous deux se découvrent plusieurs points communs. Par exemple, ils ont exactement le même âge. Ils ont tous deux été esclaves. Zelni était encore dans l'œuf quand des Gobelins ont tué ses parents. Il a été élevé par les Nains, a appris le maniement des armes auprès d'eux et a combattu les Gobelins à leur côté, jusqu'au jour où un escadron avec lequel il traversait des galeries a été éliminé et où il a été capturé. Réduit en esclavage, en quelque sorte, par les Gobelins, il a été forcé de travailler pour eux. Puis, trois ans plus tard, la situation inverse se produit : des Nains tombent sur le groupe de Gobelins parmi lesquels il se trouve à creuser la terre, et les attaquent. Zelni pense que c'est le moment où jamais de revenir vivre chez les Nains et retrouver sa liberté. Il récupère des armes sur un Gobelins qui se fait tuer, et se livre dans le combat. Les Nains sont malheureusement trop peu nombreux et perdent cette bataille. Les Gobelins sont furieux contre Zelni, mais une groupe de renforts de Nains arrive et achève les Gobelins restants.

Se produit alors un terrible malentendu, car Zelni est retrouvé vivant, portant des armes gobelines, sur le lieu d'un combat où une quinzaine de Nains sont tombés. Il est capturé et reconduit à Sileth, où le clan dans lequel il avait combattu avant d'être capturé par les Gobelins, le reconnaît et l'accuse de traîtrise. Il est emprisonné et apprend que les Gobelins ont dérobé un artefact runique cher au clan nain. Il n'a aucune idée de quoi il s'agit et d'où il se trouve, mais se dit que les Nains ne le laissent en vie que dans l'espoit d'obtenir cette information, et qu'il sera tué s'il finit par les convaincre qu'il ne sait rien, puisqu'il sera devenu un poids inutile. Zelni a donc fait semblant de posséder des informations et de refuser de les avouer. Manybeol l'a libéré après huit mois d'emprisonnement.

Zelni a donc lui aussi un grief contre les Nains, encore un point commun avec Manybeol. Le jeune Arachnéen souhaite pouvoir retrouver des armes afin de survivre. Manybeol lui propose de l'emmener jusqu'à Outrebure et de lui forger lui-même une arme, ce qui sera aussi l'occasion de retrouver Glame. Zelni accepte, et en voyage, le Minotaure et l'Arachnéen tissent très vite les liens d'une solide amitié. Leurs personnalités concordent, leurs différents points communs les rapproche.

Manybeol a ce sentiment d'avoir connu Zelni depuis longtemps alors que cela ne fait que quelques semaines. Il découvre par ailleurs que le jeune Arachnéen a le don de pressentir un danger proche. Cela lui sauve la vie en cours de voyage alors qu'un pyxon était sur le point de les attaquer.

Arrivé à Outrebure, alors que Zelni attend à l'extérieur pour n'effrayer personne, Manybeol apprend que Glame n'a pas survécu au dernier hiver. Il se recueille avec deuil. En son nom, il forge sa plus belle épée et l'offre en cadeau à Zelni. Cette épée est à la fois un hommage à Glame et le sceau d'une amitié certaine entre le Minotaure et l'Arachnéen.

Zelni est bon épéiste, mais meilleur archer encore. Manybeol utilise donc ses économies pour lui acheter un arc. Ils commencent d'abord par se rembourser cela en s'engageant dans des arènes comme combattants. L'ironie du sort fait qu'ils se retrouvent même, lors d'un tournoi sans mise à mort, à devoir s'affronter l'un l'autre. Contre toute attente, Zelni réussit à battre Manybeol, obtenant à jamais l'estime du Minotaure pour qui le talent martial est le plus grand de tous les talents. Zelni est redoutable à l'arc, ce qui rend ses compétences complémentaires avec celles de Manybeol qui préfère le contact au corps-à-corps.

Finalement, Zelni ne retourne jamais dans les Montagnes Dominantes. Il reste avec son ami, et tous deux finissent par mener une vie de mercenaires, jusqu'à aujourd'hui encore. Leur amitié est à jamais inébranlable. Leur duo est capable de surmonter toutes les épreuves. Ils avaient une combativité et une force mentale élevées chacun de leur côté : ensemble, ils sont capables de tout.
avatar
Manybeol
Novice
Novice

Race : Minotaure
Classe : Berserk

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manybeol, la force tranquille

Message  Astorok Cornes de Fer le Lun 17 Oct 2016 - 19:35

Bienvenu à toi, frère de cornes^^

•————————————•
L'honneur du guerrier:
avatar
Astorok Cornes de Fer
Champion
Champion

Race : Minotaure
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manybeol, la force tranquille

Message  Athyl le Lun 17 Oct 2016 - 19:38

Bon et re-bienvenue sur le forum !

Pas de souci pour le remplacement.
Ta fiche est validée, tu peux commencer le RP.
Tu es un grand habitué de la maison mais je le répète par automatisme : n'oublie pas de te créer une signature avec un lien vers ta fiche, à afficher à chaque RP. Pense aussi à recenser ton compagnon.
Code:
[url=http://orcande.fantasyboard.net/t535-manybeol-minotaure-berserk#5538]Fiche de personnage[/url]
avatar
Athyl
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manybeol, la force tranquille

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum