Rencontre en arène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontre en arène

Message  Rrokir le Sam 24 Sep 2016 - 16:15

Un nouveau jour, un nouveau combat. C’était là la phrase préférée de son maître, pour qui un jour sans combat signifiait un jour sans rentrée d’argent. Bien sûr, il rapportait de l’argent direct en participant et en gagnant ou en parvenant en finale tout du moins, mais également de la réputation. Quand il rentrait dans l’arène, certains le reconnaissaient, c’était certains, car il recevait quelques projectiles à ses pieds, par des personnes semblant vouloir le voir mort. C’était devenu courant pour lui, ainsi à chaque fois qu’il pénétrait dans l’arène, il faisait toujours attention à ne pas prendre d’objet lancé en pleine tête. Il ne voulait pas leur donner ce plaisir.

Aujourd’hui, comme beaucoup de jours, le soleil était présent, le temps était plutôt lourd, et la terre sous ses pieds avait déjà commencé à atteindre une chaleur peu confortable pour lui. Un faible vent semblait souffler de temps en temps, comme pour laisser un bébé lécher une fois sa sucette avant de la lui retirer pour le faire pleurer de nouveau. L’odeur, comme à son habitude, était un mélange de sang séché, de nourriture pourrie envoyée, et de toutes les choses qu’on pouvait imaginer lorsque les combattants voyaient la mort leur sauter dessus, et lorsque certains étaient éviscérés. C’était plutôt rare, et peu pratiquaient cet acte, mais cela arrivait.

La plupart des gladiateurs ne se tuaient pas, car ils se savaient tous dans la même galère, et préféraient blesser l’ennemi pour l’incapaciter, ce qui leur donnait la victoire, et pas trop de huées. Il y avait d’un côté les anciens, ceux qui se battaient ici tous les jours, d’un autre côté les nouveaux, ce qui voulaient percer, et enfin ceux qui s’inscrivaient une fois, pour ne plus jamais revenir en général. Ces derniers sont surtout en quête d’argent rapide, et n’ont pas peur de se salir les mains, même s’ils ne connaissent généralement rien de l’enfer qu’on pouvait vivre une fois que le combat commençait. Cela donnait parfois des scènes assez inédites, quand l’un demandait qu’on lui porte main forte, semblant être un ancien gradé de l’armée, ou quand certains voulaient abandonner, laissant leurs armes à terre. Ici, on n’abandonne pas, on gagne, ou on attend que le gagnant décide avoir assez détruit l’autre.

Rrokir n’avait jamais connu le nom du « maître de cérémonie », qui faisait toujours un discours qui ne parvenait pas aux oreilles du Tigrain. Dans tous les cas, il était interdit de se battre avant d’en avoir eu l’autorisation, sinon tous les autres devaient se jeter sur celui qui avait commis cette erreur, et se faisait tuer. Ensuite, chacun retournait à sa place, et attendait le signal pour démarrer. En général, le fautif se faisait clouer en quelques coups, ainsi une poignée de gladiateurs suffisait à tuer le pauvre insouciant, et Rrokir n’y participait quasiment jamais.

C’était devenu une routine : le maître de l’arène parlait, le public réagissait en hurlant, en acclamant, puis le silence retentissait à un signe du maître. Enfin, un drapeau, qui était dressé depuis le début, était retiré, et là l’action débutait. Aujourd’hui, le discours durait plus longtemps. Comme il l’avait compris par son maître, aujourd’hui se déroulait un tournoi, qui était un combat qui dure plusieurs jours, et où les deux meilleurs de chaque groupe étaient pris, et à la fin seuls les meilleurs se battaient. Ce qui voulait dire que rien que pour pouvoir continuer, il devait faire partie des deux meilleurs. Malchance pour lui, aucun de ceux présents dans l’arène ce jour-là n’aurait voulu s’allier avec lui. Il devrait faire avec.

Ah, le public venait de s’agiter, le discours devait avoir fini. Rrokir scruta toute l’arène, histoire de prévoir un lieu pour se replier au cas où. Puis le drapeau s’abaissa, et, serrant ses armes, Rrokir se jeta au combat, comme tous les autres.

Le but était d’attirer quelques ennemis, plus faibles que soit, afin de les affronter dans un coin, sans que d’autres ne puissent s’approcher, et ensuite les battre pour montrer sa force aux autres gladiateurs et au public. Les gladiateurs habituels se connaissaient, et même si certains avaient des rancoeurs et cherchaient toujours à s’affronter, la plupart préférait combattre les nouveaux, ceux qui n’avaient que peu de chances de gagner.

Rrokir attira deux humains, plutôt musclés et grands, sans être des armoires à glace, afin de s’en occuper en premier. Une fois qu’il les ramena avec lui dans un coin tranquille, il rugit afin de faire comprendre que personne n’était le bienvenu pour participer. Les humains semblaient se connaître car ils se battaient ensemble, ou semblaient en tout cas avoir fait une trêve temporaire. Ils s’approchèrent de lui, et Rrokir se mit en position défensive, le petit bouclier attaché à son poignet en avant. Mais au lieu d’attendre qu’ils frappent et de tenter de parer avec ledit bouclier, il s’en servit afin de frapper le plus proche, le faisant valser à quelques mètres. L’humain avait eu le temps de lui planter son épée dans le bras, mais de quelques centimètres seulement, aussi elle tomba au sol d’elle-même quelques secondes ensuite. Le deuxième semblait avoir perdu sa confiance, et reculait à petit pas serrés, pour ne pas laisser d’ouverture au Tigrain. Mais il était trop tard, Rrokir se jeta sur lui, épée en avant, et s’en servit pour lui porter un coup qui l’étourdirait, avant de le frapper également au bouclier, cette fois-ci au visage. Il fut éjecté, laissant une gerbe de sang sur son bouclier déjà taché.

Les combats s’activaient de partout, et Rrokir profita de son avantage pour observer l’action et décider d’où agir. Un centaure était acculé par trois humains, et semblait avoir du mal à les contenir. D’ailleurs, en s’approchant, le Tigrain reconnu le centaure, c’était un des gladiateurs qu’il rencontrait souvent au cours des arènes. Il se précipita pour attaquer les humains de dos, qui semblaient prendre trop de plaisir à acculer le centaure pour se rendre compte que quelqu’un était passé derrière eux. D’une attaque de lame, il trancha dans la chaire le dos des trois humains, qui s’étendirent au sol, hurlant de douleur. Il voulut en profiter pour attaquer le centaure en lui fonçant dessus, mais celui-ci avait vite compris, et avait également pris son élan pour foncer sur le tigre. Même si à l’impact, les deux stoppèrent, le centaure avait l’avantage avec ses quatre pattes, et Rrokir dû rouler sur le côté pour ne pas se faire écraser. Le quadripède continua sa ruée pour mettre KO plusieurs gladiateurs qui n’étaient pas assez vifs. Rrokir le regarda partir pendant quelques secondes, avant de tomber sur un autre humain, assez chétif, mais dont l’audace n’avait d’égal. Rrokir reçut plusieurs lacérations au niveau des bras et des jambes, avant d’arriver à saisir cet être mouvant, et de l’écraser au sol. Inerte, il fit gagner une poignée d’applaudissements pour le Tigrain.

La fin des combats s’acheva, et après quelques autres altercations, le Tigrain fut qualifié, aux côtés d’un Naga, pour la suite des combats. Pour le moment, il allait observer les futurs combats depuis un petit coin que lui avait déniché son maître pour l’occasion. Ce n’était en rien un cadeau ; Rrokir devait connaître ses futurs adversaires, et pour cela il devait ne rater rien des autres rounds. Un endroit semblant aménagé pour l’occasion, il était assis par terre, ayant une vue de l’arène dans l’ensemble, le seul problème était qu’il était en plein soleil et qu’l avait terminé sa ration d’eau en quelques secondes à peine. Vu son enchaînement, il n’avait d’autre choix que d’admirer la valeur des autres combattants, assis sur le sol dur et brûlant, ne désirant qu’une chose : retourner dans sa cellule un peu plus fraîche, et se reposer.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Rrokir
Novice
Novice

Race : Tigrain
Classe : Berserk

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre en arène

Message  Esthéol le Ven 30 Sep 2016 - 7:23

-Tu es vraiment certain que c’est la seul solution? C’est quand-même très risqué, plus que tes lubies habituels…

Ça devait être la septième fois, en moins de dix minutes, je comprends qu’Hel’Nah puisse s'inquiéter pour moi, mais il est trop tard pour faire demi-tour. Je vais pas souvent en ville, et encore moins souvent dans des arènes. Mais pour une fois ma condition d’aventurier ( si on peux qualifier ça d’aventurier ) m’attirait vers celles-ci, presque contre mon grès. Malheureusement j’ai été trop aveugle, et j’ai dépenser sans penser au lendemain. Ah, si j’avais connu l'espérance de vie d'un cheval, j’aurai pu prévoir le décès d’Abel, et m'éviter toute cette mésaventures.

-Euh, Nah ?  J’ai une question, tu penses qu’Abel peut m'entendre quand je dis que j’aurais aimer savoir quand il allait mourir ? D’ailleurs, j’y pense seulement maintenant, mais évite de parler dans ta langue, et surtout reste bien sous la cape que je t’ai acheté.

On ne sait jamais, il vaut mieux prévenir que guérir. Je n'y avait jamais pensé, mais qu’est-ce qu’il y a après la mort ? Abel est-il en train de brouter une herbe meilleur ? Ou est-ce qu’il a simplement disparu à jamais ? Cette idée me fait froid dans le dos. Mais au moins elle m’a fait oublier le trajet jusqu'à l’arène. Maintenant que j’y pense cette ville est très grande, et aussi peuplé. Il y a tellement de gens dans les rues, que j’en aurai presque le vertige.
Il y a peu, et sans l’accord de ma commande en chef favorite, j’avais pris la décision que pour rattraper rapidement le prix d’un cheval de qualité j'allais participer à un tournoi. Malgré le peu d’argent à disposition, c’était le moyen le plus rapide de gagner facilement de l'argent, grâce notamment aux paris organisés, le mieux c’est qu’en m’inscrivant en parfait inconnu, peu serait assez fous pour pariez sur moi.  

…Et cela doit faire la quarante-dix-septième fois qu’Abel se retourne dans sa tombe, je suis certaines que s'il savait ce que tu allais faire, il serait déjà revenu pour mettre au bon coup de sabot.

Abel était un bon cheval et un compagnon depuis longtemps, mais il était quand-même un simple cheval, je doute qu’il ait pu penser de telle chose. Maintenant que j'y pense, j'étais tellement pris dans mes pensées que j’ai ignoré la réponse de Nah à propos de la vie, la mort et tout le reste. J’avais même machinalement dépassé la personne qui surveillait l’endroit où les combattants se préparait. Je m'étais déjà inscrit plus tôt dans la journée, sous le nom de « Esthéol, chevalier vert ». Il ne me restait plus qu’à attendre que la direction de l'arène me contact pour mon combat, je pouvais en attendant observer mes potentiels futurs adversaire.  
Ceux-ci étais deux, selon les règles du tournoi. Un tigrain et un Naga. Je n’ai pas réellement pu jauger les vainqueurs, on m'avait déjà demandé de me préparer. L’armure verte, l'épée, le bouclier et l’arbalète déjà en place. J’entrais au plus vite.
L’arène était grande. Immense même, le soleil tapait dur, j’ai même l'impression qu’il tape plus fort que les concurrents ne le feront.  Les concurrents d’ailleurs, j’arrivai à en distinguer deux catégorie. Les vétérans et ceux qui tout comme moi venait participer pour la première fois.
Les premiers ennemis que j’ai dû affronter furent des vétérans, ils s'étaient rapidement approché de moi, m'expliquant rapidement que dans l’arène, il fallait faire le spectacle, et que spectacle rime avec sang et entrailles. En réponse, je leur jetais un regard défiant, c’était du trois contre un, et je partais avec ce nouveau désavantage. Je ne connaissais pas ces gens, et nos buts n'était pas si différent. Je devais alors changer les règles. Je ne suis pas fou, je sais bien que je ne pouvais rien faire en ce qui concerne les dirigeants. Mais peut être que je pouvais toucher quelque chose et installer une idée.

J'étais décidé, je dégainais rapidement pour épée et je prenais position, bouclier levé. Un des vétérans s'était approché plus que les autres. Il était à porté, ainsi mon bouclier vola rapidement vers ça mâchoire. Le vétéran, sans casque et surtout ne pouvant prévoir la manœuvre, tomba à la renverse. L’effet de surprise est toujours une bonne chose. Ainsi, je fonçais vite sur un deuxième gladiateur, toujours surpris que son ami soit mis hors combat si vite. Avec le plat de mon épée, je frappai dans son flan, peut être lui avais-je brisé une ou deux côtes, peut-être même trois avec le violent coup de pied qui suivi.
Le dernier assaillant restait un peu à l’écart. Il préparait sûrement quelque chose de spécial. Il m’insulte, me traite de mauviette. Est-ce que c'était un mage, ou avait-il une arme légendaire ? Je ne sais pas, et je ne le saurais jamais. Je lui avais déjà tiré un carreau d’arbalète. Le plus vite possible, je ramassais mon bouclier près du premier homme à terre. Et je m’approchais du combattant que je venais de blesser à l’épaule pour arracher, en essayant de ne pas blesser plus que ça mon adversaire, le carreau.
Je regardais rapidement le reste de l'arène il ne restait déjà que deux grosse zone de combat. D'un côté un Minotaure massacrait les combattants humains par dizaine, à l'aide de sa hache il venait de trancher le bras d’un pauvre bougre. De l'autre un groupe de nain avait vaincu le reste des gladiateurs, mais une dispute avait éclaté, et les nains s’offraient une baston à mains nues, chose qui il me semble est en fait naturel pour eux, ou alors c'était juste un préjugé.  Quoi qu’il en soit, j'entendais maintenant le minotaure se rapprocher de la position. C'est sur moi qu’il avait jeté son dévolu.
Est-ce que je pouvais vaincre un tel monstre ? Sûrement pas. Mais il existe bien une histoire où le minotaure est vaincu par le frêle humain. Alors pourquoi pas moi ?

Je n'avais aucune chance. À peine son arme avait-elle heurté mes défenses que je ne touchais plus le sol. Je volais sur 3, 4 mètres. Les minotaures avaient vraiment une force aussi incroyable? Je n'eu pas le temps d'y réfléchir, le temps que j'atterisse et que je me relève, le groupe de nain survivant avait lancé une attaque contre le monstre de puissance. Cette stratégie était viable mais désespéré, le minotaure n'en fit qu'une bouché.

Peut-être Nah avait-elle raison et ce tournoi était trop dangereux. Certes, j'avais réussi à me qualifier, mais c'était seulement par chance. Si j'avais du affronter seul le minotaure, je serai déjà mort, et pareil pour les nains.

Mais il faudrait affonter le minotaure au prochain combat, lui et d'autre ennemis sûrement tout aussi puissant.
avatar
Esthéol
Bon
Bon

Race : Humain
Classe : Paladin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum