Du sang et du métal II

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Baldrisson le Dim 20 Aoû 2017 - 16:33

L'attaquant n'eut guère de chance : l'effet de surprise n'était pas avec lui, et il s'était rapidement retrouvé à croiser le fer. Et l'Orc fit alors preuve de ses talents dans la manipulation de la terre, créant une fissure dans le sol qui projeta leur adversaire à terre. Bremig, comme il le fit pour Baldrisson, le maintint ainsi en écrasant son plastron de son pied. Les autres Barbares s'approchèrent... Et virent le poing ganté de l'assaillant agripper fermement le mollet de la jambe qui l'écrasait, serrant jusqu'à percer les chairs. L'Orc se baissa et attrapa la main, la forçant à se retirer. Les doigts métalliques tracèrent un sillon écarlate sur la peau. L'étranger se dégagea et serra le poing, avant de porter un violent coup au genou de Bremig. Le pied se décala et, prestement, l'homme se releva. Ses yeux, visibles par les fentes de son casques, brillaient d'une fureur difficilement contenue. Il ramassa son arme et la soupesa. Rugort, sans trop se démonter, lui envoya son poing dans le visage. L'homme ne frémit pas, ne fit aucun pas en arrière. Il serra juste son propre poing et rendit la politesse au Barbare, envoyant ce dernier bouler au sol, dans une série de jurons.
Les congénères de Rugort lancèrent un assaut.

Baldrisson, armé de sa hache, attira l'attention de cet étrange bandit, pendant que ses amis tournaient autour, cherchant une ouverture. Les deux haches s'entrecroisèrent dans un fracas métallique, projetant de petites étincelles de par la friction.
Le Barbare se dégagea et esquiva un coup qui aurait pu l'étêter, avant de prendre une certaine distance. Rapidement, il analysa la situation : leur adversaire était à peu près de sa taille, mais son armure le rendait plus imposant, et légèrement plus lent. Pourtant, il ne semblait pas essoufflé, et le coup de Rugort ne semblait même pas l'avoir affecté. Le shaman était auprès de ce dernier et l'aidait à se remettre. Baldrisson inspira... Et expira dans un râle animal. Ses sens devinrent aussi aiguisés que ceux d'un loup, son souffle rauque, et une rage sourde et froide monta en lui.

Poussant un feulement, il se jeta sur son adversaire, qui riposta avec force. Les deux haches se croisaient, se défaisaient, s'entrecroisaient avec un rythme marqué, tandis que les deux adversaires ne semblaient plus combattre, mais danser. Finalement, Baldrisson parvint à crocheter l'arme de son adversaire et à le désarmer. Dans un même mouvement, il lui flanqua un coup de pommeau sur le visage, assez puissant pour le faire tituber et lui faire tomber son casque.
Il avait un visage ancien, aux rustres traits de paysan, et non pas noble. Une barbe noir lui dévorait le visage et ses cheveux cascadaient sur ses épaules. La fureur qui brûlait dans ses yeux ne masquait le rougeoiement de ses iris. Un des Barbares, profitant de la surprise de l'instant, abattit violemment sa masse sur son bras, produisant un craquement sinistre. Le bras pendant à présent misérablement, de façon désarticulée, à son côté.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Aëleen le Jeu 7 Sep 2017 - 13:41

L'armure de notre assaillant semblait très bien pensée. Pourtant, il me fallait y trouver une faille, si je voulais aider mes compagnons. Bougeant avec le combat, avec d'observer tout cela en détail, je fus surprise lorsqu'une forte poussée m'envoya vers le chariot, et que Bremig s'interposa entre le combat et moi, tout en m'ordonnant :

– Reste à l'écart.

Rester à l'écart ? Il voulait que je reste à l'écart ? Mais... j'étais tout aussi capable de me battre qu'un autre de nos compagnons !

Je n'eus pas le temps de lui dire le fond de ma pensée, qu'il s'était à son tour lancé dans la bataille... à sa manière. Il frappa puissamment le sol de son pied et, immédiatement, une faille y apparut, s'étendit jusqu'à la créature qui nous attaquait... et celle-ci fut projetée dans les airs, avant de retomber sur le sol.

Je demeurai bouche bée. Je n'avais jamais vu une chose pareille. Pour être impressionnant, c'était impressionnant ! Toute à mon admiration, je regardai l'orc profiter de son avantage pour enfoncer puissamment son pied dans la poitrine de son adversaire. Je grimaçai. Ça devait faire mal, même avec une armure.

Toutefois, si l'attaquant avait eu mal, il transforma sa douleur en énergie de combat car il se saisit de la jambe de Bremig et enfonça ses doigts dans sa chair. Je grimaçai derechef, de réelle compassion cette fois, puisque Bremig était dans notre camp. Celui-ci repoussa la main qui le menaçait, mais l'autre attaqua de nouveau, forçant Bremig à retirer sa jambe, ce qui lui permit de se relever. Je frémis. Notre adversaire semblait un bon combattant, et la flamme de pure fureur qui brillait désormais dans ses yeux ne me disait rien qui vaille...

Rugort, qui avait été un peu écarté pendant l'assaut de Bremig, repartit à l'attaque de plus belle, envoyant un violant coup de poing à son adversaire. Celui-ci n'en sembla pas ébranlé, et riposta, envoyant, lui, le barbare au sol. Je grimaçai. Notre adversaire était fort. Et je n'arrivais pas à savoir comment parvenir jusqu'à lui, puisque les barbares se jetaient tous à l'assaut, ne me laissant aucune place. J'étais obligée de demeurer à regarder, une inquiétude de plus en plus importante oppressant ma poitrine.

Rapidement, ce fut Baldrisson qui se trouva à croiser le fer avec l'être aux yeux rouges. L'observant attentivement, je notai, à un moment précis, un changement dans sa façon de se battre, qui devint plus brutale, plus... animale. Je jetai un coup d'oeil au shaman. Baldrisson faisait-il appel à la rage des loups ? Et, si oui, n'était-ce pas un problème ? Je ne pus toutefois croiser le regard que je cherchais, puisque le shaman était affairé autour de Rugort. Avec un petit geignement, je reportai mon attention sur le combat.

Celui-ci semblait tourner à l'avantage du barbare. Baldrisson était parvenu à arracher l'arme de son adversaire, et il en profita pour le frapper au visage avec une telle force que le casque de notre assaillant tomba au sol. Je ne pris pas la temps d'observer le visage qu'il dévoila. C'était l'occasion que j'attendais. J'armai mon poignard, prête à lancer, quand un barbare se mit dans ma trajectoire. Je bondis sur le côté, de sorte à retrouver un champ dégagé, et lançai mon arme d'un geste fluide, en direction de la tête désormais vulnérable, enregistrant dans le même temps que le barbare qui m'avait empêché de lancer mon arme la première fois avait rendu un des bras de l'ennemi inutilisable.

Aëleen
Elite
Elite


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Bremig le Ven 8 Sep 2017 - 9:36

Le gros pied nu de l'Orc enfonça quelque peu le plastron de l'armure sous le poids et la puissance concentrés dessus. Pourtant, aucun son de douleur ne s'échappa du porteur de l'armure qui réagit même vite en saisissant, de sa main gantelée, le mollet de celui qui le plaquait au sol. Les doigts de métal percèrent la chair de Bremig qui serra les dents, se pinçant douloureusement la lèvre supérieure derrière ses canines saillantes. Non seulement l'étranger en armure était agile compte tenu du poids de son équipement, non seulement il ne manifestait aucun signe de douleur, mais en plus de tout ça, il avait également une force surprenante, et Bremig sentit que s'il ne faisait rien, les doigts harponnés à son mollet pourraient bien lui déchirer chair et muscles.

L'Orc ne manquait pas lui-même de force – sauf qu'au moins, chez lui, c'était évident à première vue. Des deux mains, il agrippa les doigts gantelés et les força à s'ouvrir. Dans son élan, l'Orc essaya même de retourner les phalanges pour les briser. Des gouttes de sang dégoulinaient sur son mollet mais pas autant que la bave sur son menton. L'étranger en armure sentit qu'il allait perdre la lutte, et au lieu d'essayer de tenir bon, exécuta un geste vif pour dégager sa main. Cependant, il riposta aussitôt en frappant d'un coup sec le genou de l'Orc, décalant le pied qui appuyait sur sa poitrine. L'étranger en armure saisit l'opportunité de rouler sur le côté et de se relever.

Comment pouvait-il faire de tels mouvements en portant pareille armure ? Déjà, ce genre d'armures complètes de métal étaient très rarement portées en Orcande. Celle-ci avait en plus quelques particularités physiques, comme cette couleur rouge sang et toutes ces stries plus esthétiques qu'autre chose. Surtout, il n'y avait pas besoin d'avoir essayé ce type d'équipements pour deviner que les mouvements étaient partiellement entravés et ralentis. On ne se remettait pas debout avec agilité en portant pareille armure. Cet étranger, pourtant, accomplit cet exploit.

Bremig se mit à l'écart en boitant un petit peu, voyant les quatre Barbares se lancer à l'assaut de l'être en armure, Rugort en tête. Ce dernier fut vite repoussé après un bre féchange de coups de poing. Baldr s'accapara ensuite l'attention de l'ennemi, pendant que Rugort se relevait à deux mètres d'eux et que le shaman et le dernier Barbare tournaient autour du duel. Aëleen et le granl restaient à l'écart.

Bremig se massa le genou qui lui faisait finalement plus mal que le mollet. L'articulation n'était pas défaite, ou Bremig aurait hurlé, mais probablement que la puissance du coup de poing avait dévissé la rotule. Ca faisait très mal, mais Bremig serra les dents. Il savait qu'il pouvait compter sur un étrange don de régénération rapide qu'il attribuait à une trace des sorts de soins lancés par cette Naga du nom d'Euryssa. Attendant de retrouver au moins de la mobilité dans le genou, il observa le combat. Baldr se débrouillait bien : il fit sauter le casque de l'homme en armure qui dévoila de longs cheveux noirs qui, couplés à une barbe épaisse, lui dévoraient le visage. Bremig ne le voyait que de profil et ne remarqua pas la lueur rouge qui brillait dans ses yeux.

Le “quatrième Barbare” – pas le shaman ni Rugort, mais l'autre – broya le bras droit de l'homme avec sa masse d'arme. Là encore, aucun cri de douleur. Ca devenait surnaturel. L'homme aurait dû crier. Ca faisait même plusieurs fois qu'il aurait dû crier. Il fallait croire qu'il ne ressentait aucune douleur.
Bremig, si, il avait mal, mais son don ferait passer tout cela. Seulement, il fut insoutenable pour lui de rester simple spectateur. Il poussa un râle de douleur alors qu'il força sur son genou blessé pour se tenir debout, et tendit le bras gauche : un bouclier de roche terreuse se matérialisa alors attaché à celui-ci.

Bremig ne pouvait pas prendre le risque de créer une autre fissure avec trois Barbares qui tournaient autour de l'homme sans douleur. Il devait se remettre au corps-à-corps maintenant. C'est alors qu'il vit un poignard fuser droit vers le visage de l'ennemi ; à défaut de s'y planter, il y traça une profonde entaille. L'auteur de cette attaque : Aëleen. Joli, petite ! Mais pas le temps encore pour les félicitations.

Bremig tourna avec les Barbares jusqu'à se trouver dans le dos de l'homme. Il leva son bras et poussa un hurlement orc alors qu'il vint fracasser le crâne de l'homme en armure avec le rebord de son bouclier. Bremig y mit tellement de force qu'il se trouva un peu emporté dans l'élan de son geste, et il dut pour se contrôler faire un peu trop d'effort sur son genou blessé. Dans un râle de douleur il s'effondra sur les fesses et fit disparaître son bouclier prématurément. Assis, les jambes étendues devant lui, il se massa le genou.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Bremig
Elite
Elite

Race : Demi-Orc
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Baldrisson le Ven 15 Sep 2017 - 14:18

Le bandit, ou quoi que soit l'assaillant, n'eut guère le temps de se remettre de ses émotions : une lame, lancée par Aëleen, lui lacéra la joue, et l'Orc, armé d'un bouclier en terre, lui fracassa le crâne à l'aide de son bouclier. Bremig s'assit et commença à masser son genou, tandis que sa victime s'effondrait au sol. Vermeer tâta le corps, le poussant doucement à l'aide de sa masse.

"Il était un peu dingue, non ? Je veux dire, seul, s'attaquer à un groupe de Barbares... Bon, nous, nous le ferions, mais c'est parce que nous savons qu'on aurais une chance d'en abattre au moins un dans le lot, héhéhé..."

Le shaman se baissa et examina les plaies de l'étranger, fronçant les sourcils en ne voyant pratiquement aucun épanchement de sang sortir des plaies. Il tâta lesdites plaies du bout du doigt, avant de se relever, l'air dégouté et inquiet. Il se détourna et s'écarta, plongé dans ses pensées. Rugort, jurant et pestant, se rapprocha.

"Beaucoup de force dans les poings, mais le reste, zéro... J'ai rencontré des ours qui étaient capable de lutter plus longtemps que ça."

Il cracha sur le corps inconscient, qui était à présent retourné sur le dos : ses congénères étaient en train d'étudier son armure, de conception et de facture inconnue. Écarlate, striée, pour eux, qui avaient voyagé à travers les Plaines et rencontré nombre de forgerons, cette armure était d'un genre nouveau. Ou bien fort ancienne, au vu de la hache parcourue de symboles ésotériques qui, d'une façon ou d'une autre, faisaient penser à d'antiques peintures découvertes dans certaines cavernes oubliées des Monts, supposées être le berceau de l'Humanité. Mis à part le shaman, qui restait pensif dans son coin, les trois autres Barbares étaient autour du corps. Rugort tenta d'enlever l'armure. Alors qu'il tentait de défaire les attaches, l'étranger s'éveilla et, de sa main gauche, le crocheta à la gorge, avant de se relever.
Son bras cassé se remit en place, dans une série de craquements douloureux à entendre. Toujours tenant Rugort, le soulevant de sol, il ramassa sa hache et l'enfonça profondément dans l'épaule du Barbare, faisant jaillir une fontaine de sang.
avatar
Baldrisson
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Berserk

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Aëleen le Ven 29 Sep 2017 - 14:23

Mon poignard traça une ligne de sang sur la joue de l'ennemi. Il s'en était fallu de peu que je parvienne à le tuer ! Je me préparai à un second lancer... me figeai. Bremig venait d'abattre son bouclier sur le crâne de l'adversaire avec une violence telle que l'orc se retrouve au sol. L'ennemi, quant à lui, s'effondra. Bremig, comme si rien ne venait de se passer, se mit à se masser le genou, tandis qu'un des barbares s'approchait de la créature effondrée.

" Il était un peu dingue, non ? Je veux dire, seul, s'attaquer à un groupe de Barbares... Bon, nous, nous le ferions, mais c'est parce que nous savons qu'on aurais une chance d'en abattre au moins un dans le lot, héhéhé... "

Je regardai le cadavre, étendu sur le sol. Cette attaque me semblait tellement étrange. Je ne comprenais pas pourquoi il nous avait attaqué. Seul, il n'aurait pas eu grande chance de l'emporter, contre n'importe quel groupe aussi lourdement armé que le nôtre...

Je vis le shaman s'approcher du corps, et m'intéressai à ce qu'il faisait, me rapprochant à mon tour. Il effectua quelques palpations, avant de s'éloigner, visiblement pensif. Après avoir ramassé mon poignard, j'allai le rejoindre, dans l'intention de l'interroger. J'avais l'impression, à son attitude, que quelque-chose le tracassait. Etaient-ce les yeux rouges, inhumain, de notre étrange assaillant ? Se demandait-il ce qu'il était ?

Alors que je m'apprêtais à interroger le shaman, un bruit me parvint, et je me retournai en sursaut pour découvrir le supposé cadavre debout, soulevant d'une seule main le poids de Rugort, en le tenant par le cou. Je poussai un cri d'alarme - plutôt inutile, puisque tout le monde semblait tourné vers l'affrontement - et dégainai un poignard en urgence, le lançant de nouveau vers l'ennemi qui, pendant ce laps de temps, s'était saisi de sa propre arme et l'avait enfoncée d'un coup fort et précis dans l'épaule de Rugort.

L'odeur du sang du barbare me parvint, forte, entêtante, et je poussai un mélange de grondement et de gémissement, tout en me précipitant vers le combat, mon sabre tout juste dégainé à la main. Je me demanderais plus tard comment un soi-disant mort avait pu se relever, pour le moment, il fallait se débarrasser de la menace.


•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Bremig le Mar 3 Oct 2017 - 10:44

Vermeer, le quatrième Barbare après Baldr, Rugort et le shaman, vint narguer le cadavre en s'exclamant qu'il le trouvait dingue d'être venu s'attaquer seul à un groupe de Barbares sans avoir une chance d'en abattre un ou deux. Si vraiment cet homme était venu attaquer sans être sûr d'avoir une chance de tuer quelques cibles, alors oui, c'était un dingue, mais justement, Bremig en doutait. Il avait vu les lueurs rouges derrière le casque, et sans doute qu'il aurait vu les yeux briller de cette même lueur après que l'homme avait perdu son casque. Il avait noté cette absence étrange de réaction à la douleur malgré toutes les blessures reçues avant de s'effondrer ; pas un cri, pas un râle. Et cette armure... Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce genre d'armures n'était pas courant du tout en Orcande. Les armures de plaques complètes étaient rares, et réservées en général aux champs de bataille entre Estandre et Tacomnal. Pourquoi un voyageur solitaire s'encombrerait-il d'une telle armure ? Et surtout, sa manufacture ne rappelait rien. Cette couleur rouge sang, ces stries... Ca faisait démoniaque.

Il fallait donc être vraiment bête pour penser que cet homme était un simple dingue, un bandit solitaire comme d'autres qui aurait eu la folie de croire qu'il pouvait s'en prendre à quatre Barbares et un Orc.

BREMIG – Peut-être justement qu'il se savait capable de faire le ménage parmi nous...

Pourtant, il avait été vaincu sans tuer personne. Il avait meurtri le genou de Bremig, sans savoir que l'Orc avait le pouvoir de régénérer très rapidement de ses blessures. Il avait aussi fait saigner Baldr et Rugort mais ces deux-là en avaient vu d'autres. Bremig s'inquiétait donc sûrement pour rien, mais il n'avait pas envie de considérer cet assaillant comme un simple dingue. Il y avait autre chose.

Et à en juger par l'attitude perplexe du shaman alors que ce dernier venait d'examiner le corps inerte de l'homme de plus près, Bremig se dit qu'il y avait un Barbare qui partageait son point de vue.

RUGORT – Beaucoup de force dans les poings, mais le reste, zéro... J'ai rencontré des ours qui étaient capable de lutter plus longtemps que ça.

Sachant le danger que représentait un ours qui attaque, Bremig ne vit pas où se trouvait l'insulte. Autant dire : « J'ai connu des dragons plus dangereux que ça ! ». Ca n'avait pas de sens. Sortant de la bouche de Rugort, ça n'avait rien d'étonnant, de toute façon. Bremig avait déjà pu se faire une très mauvaise image de cet imbécile heureux.

Personne ne chercha à prêter assistance à Bremig, et en réalité, ce fut une bonne chose aux yeux de l'Orc : il ne voulait surtout pas passer pour le faible du groupe, le seul à avoir besoin qu'on vienne examiner ses blessures. Baldr avait saigné et tout le monde s'en fichait. Bremig sentit que son genou commença déjà à lui faire moins mal, et il eut hâte de pouvoir se remettre debout pour faire comme s'il n'avait subi aucun coup pendant le combat.

Rugort essaya de retirer l'armure à l'homme inconnu, et c'est alors que tout le monde sursauta en voyant ce dernier le crocheter à la gorge en se relevant. Malgré le bouclier de terre lui ayant fracassé le crâne, il n'était pas mort. Malgré la masse d'arme lui ayant fracassé le bras, il n'avait pas mal. Bremig avait raison de se méfier.
Ce bras, justement, se remit en place sous les yeux incrédules des Barbares, d'Aëleen et probablement aussi du granl. Voilà quelqu'un qui se régénérait aussi de ses blessures, comme Bremig. Non : mieux que Bremig. L'Orc ne se serait pas relevé après avoir eu le crâne fracassé. L'Orc aurait hurlé de douleur en ayant le bras en charpie.

L'homme en armure rouge sang souleva Rugort du sol. Armé de nouveau de sa hache, il planta cette dernière dans l'épaule de Rugort, engendrant une effusion de sang.
Bremig put se remettre debout lui aussi, son genou avait presque fini de se remettre en place et la douleur avait tout autant disparu. Il fit apparaître un nouveau bouclier de roche à son avant-bras gauche. Dans le dos de l'attaquant, Bremig changea de tactique. Frapper la tête ne servait à rien. La première priorité était donc de rendre l'homme le moins dangereux possible, de temps de découvrir son point faible. Profitant que son attention soit focalisée sur Rugort, Bremig saisit le poignet directeur de l'homme avec la main droite, et lui frappa l'avant-bras avec le rebord du bouclier, à trois reprises jusqu'à réussir à lui arracher sa hache des mains.

Bremig fit un pas un arrière, désormais armé de la hache de l'attaquant et d'un bouclier de roche terreuse. Il se permit de faire un moulinet avec la hache pour bien montrer à tous qu'il savait s'en servir. Qu'il ait l'attention de l'homme ou pas, Bremig tapa le sol du pied, créant une fissure comme plus tôt dans le combat, et l'homme fut comme la première fois projeté en l'air sur place et retomba lourdement dans un fracas audible de son armure.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Bremig
Elite
Elite

Race : Demi-Orc
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Baldrisson le Ven 6 Oct 2017 - 12:42

L'ennemi retomba, dans un fracas métallique et, vivement, se redressa, en position de lutteur. Rugort était au sol, le sang écarlate contrastant sur sa peau livide. Tandis que le shaman était agenouillé près de lui et lui donnait les premiers soins, le Barbare marmonnait des jurons entre ses dents. Baldrisson et Vermeer avaient leurs armes de levées, prêts à se défendre. Le crâne de leur adversaire avait été en partie enfoncé par le coup de masse, mais se remit en place sous leurs yeux. D'après l'expression de ce dernier, ce n'était pas un processus des plus agréable.

Baldrisson assura sa prise au mieux sur sa hache, malgré sa main mutilée.
Quel que soit le secret caché derrière cette résilience, cela n'allait pas l'empêcher de régler le problème à la façon des Montagnes Dominantes : en frappant fort, jusqu'à ce qu'il ne reste rien. Certes, le processus risquait de prendre du temps, mais avec de la bonne volonté et un bon rythme de frappe, il était probable qu'il parvienne à ses fins.
Vermeer, quant à lui, se sentait frustré : son coup de masse était généralement susceptible de briser maintes côtes et de faire voler en éclat les armures des bandits de petits et grands chemin. Celui-ci, non seulement, semblait être capable d'y résister, mais en plus ne montrait aucun réel signe de dérangement. Son plan allait être simple : agir comme Baldr.

Leur assaillant laissa s'échapper un feulement d'entre ses lèvres, avant de se jeter sur eux. Il écarta Vermeer d'une violente bourrade, avant de flanquer un coup de poing à Baldrisson. Il le ceintura rapidement et le plaqua contre lui, dans une prise digne d'un ours. Il commença à serrer, et des craquements commencèrent à se faire entendre, tandis que Baldr se faisait lentement broyer.
Arlax, voyant cela, lui lança un conseil :

"Baldrisson ! Utilises ta tête !"

L'interpellé parvint à prendre une certaine distance, puis commença à asséner de violents coups de boule directement au front de son tortionnaire.
Le granl se tourna vers Aëleen, un grand sourire aux lèvres :

"J'ai toujours dit que ce garçon irait loin s'il usait plus souvent de sa tête."
avatar
Baldrisson
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Berserk

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Aëleen le Jeu 12 Oct 2017 - 13:06

Je n'eus pas le temps de parvenir jusqu'à notre ennemi que Bremig, s'étant relevé, était déjà entré au contact. A l'aide de ses poings, il parvint à faire lâcher son arme à son adversaire, puis rompit de quelques pas, faisant tournoyer l'arme qu'il venait de prendre à son assaillant.

Mon regard quitta Bremig, attiré par la créature qui, à présent désarmée mais visiblement pas découragée pour autant, s'était jetée sur Baldrisson, qui se tenait face à elle, et après un coup de poing, l'avait enserré de ses bras. Et il s'était mis à serrer. Je poussai un hoquet de frayeur en entendant les os du barbare craquer. Catastrophée, je repris ma course que j'avais interrompue, au moment où Arlax criait à Baldrisson :

"Baldrisson ! Utilises ta tête !"

Alors que j'arrivais à proximité du barbare et de son adversaire, je vis le premier projeter sa tête dans le visage de son adversaire, à plusieurs reprises. De nouveau, je me figeai, afin d'analyser la situation. Mes yeux tombèrent sur Arlax qui, pas inquiet le moins du monde pour notre ami, me fit avec un sourire :

"J'ai toujours dit que ce garçon irait loin s'il usait plus souvent de sa tête."

J'acquiesçai, lui rendant son sourire, puis reportai mon attention sur le combat... et avisai la fissure qui courait sur le sol, fendant la terre, et se dirigeai droit vers Baldrisson et la créature. Celle-ci, grâce aux violents coups de tête du barbare, l'avait libéré de sa monstrueuse étreinte, et fut seule frappée par l'étrange faille. Elle fut projetée dans les airs, et retomba au sol dans un fracas métallique.

Je jetai un œil à Bremig, duquel était parti la fissure, avant de reporter mon attention sur notre assaillant. Quelque-chose ne tournait pas rond chez lui. Outre le fait qu'il s'était relevé alors qu'il aurait dû être mort, que les blessures qu'il avait reçues avaient guéri, je pouvais le sentir. Tout, dans mon être, me le hurlait. Il fallait nous en débarrasser. Je me mis en garde, sabre levé devant moi, dans le prolongement de mes bras, et m'apprêtai à l'assaut.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Bremig Hier à 22:10

Bremig n'avait jamais connu ennemi plus tenace. Déjà, sous ses yeux et sous les yeux des Barbares, le bras de l'homme en armure s'était réparé dans un craquement sinistre et son armure également, tant et si bien qu'il n'y avait plus eu aucune trace du coup de masse porté par Vermeer. Là que Bremig venait de faire tomber l'homme pour la deuxième fois en l'ayant projeté sur place grâce à sa magie de la terre, l'ennemi se remit agilement sur ses jambes et Bremig sentit l'inutilité de son action.

Cependant, une chose avait changé : l'homme en armure n'avait plus sa hache, cette dernière se trouvait désormais dans la main de l'Orc. Pourtant, l'homme en armure ne chercha pas à la récupérer, il ignora même totalement l'Orc en lui tournant le dos pour s'occuper des cas de Vermeer et de Baldr. Ce monstre était si confiant en ses capacités surnaturelles que savoir un Orc mage armé d'une hache dans son dos ne lui hérissait aucun poil, là où n'importe qui d'autre aurait cherché à garder les trois ennemis armés dans leur champ de vision.

Le shaman s'occupait de Rugort qui restait allongé à terre. Bremig vit l'homme en armure dégager Vermeer d'une puissante bourrade et saisir Baldr dans l'étau de ses bras métalliques. Aëleen se tenait heureusement à l'écart, mais voyait son ami se faire étreindre avec la puissance mortelle des anneaux d'un Naga. Bremig devait agir, en profitant du fait d'être ignoré par l'ennemi.

Il frappa encore le sol du pied pour projeter l'homme en armure en l'air et le faire retomber sur le dos sur place ; mais cette fois-ci, il enchaîna l'action sans le laisser se remettre sur ses jambes. Il lui plaqua la poitrine au sol avec son énorme pied nu à trois orteils, et dans un cri postillonnant, planta la hache en plein visage de l'homme. Puis il retira la hache, et la planta une seconde fois. Puis il la retira, se décala, et la planta cette fois-ci dans la gorge de l'homme. Puis il s'acharna, faisant gicler le sang qui se mêlait à la bave qui lui dégoulinait du menton en épaisses gouttes, jusqu'à décapiter l'homme.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Bremig
Elite
Elite

Race : Demi-Orc
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang et du métal II

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum