Un nouveau chemin douloureux

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Dim 11 Sep 2016 - 19:03

Nienor et Maïlinya parvinrent jusqu'à la forêt de la Vanille, où la louve avait passé son enfance, jusqu'à l'attaque des bandits, bien des années auparavant. Le duo avait voyagé loin des routes, pour éviter d'avoir le même genre d'ennuis qu'en Tacomnal. Quand elles n'avaient guère le choix, la louve présentait Maïlinya comme son esclave, s'étant rendu compte que cela permettait bien des ennuis. Une fois entrées dans la Forêt, la jeune femme, instinctivement, avait guidé la Dryade dans la bonne direction. Elle ne saurait dire quelle en était la raison, elle savait juste où se diriger. Enfin, elles parvinrent au village. Car en effet, village il y avait. Un peu plus grand que dans les souvenirs de Nienor, toutefois. Mais en même temps, il avait été reconstruit... Pourtant, elle ne reconnaissait personne. Il y avait bien des survivants, certains avaient dû fuir dans la forêt durant l'attaque ? Elle se porta à la rencontre d'un villageois, afin de l'interroger.

"Excusez-moi... Je vivais ici autrefois, et ai dû partir il y a plus de dix ans... Mais je ne reconnais plus rien. Que s'est-il passé en ces lieux ?"

"Il y eut une attaque de bandits, et aucun survivants, d'après ce qu'on en sait. Je viens de Canaèles. J'avais de la famille ici. Le bourgmestre nous a autorisé à nous installer là. On a rebâti, rouvert le comptoir, la taverne... Et enterré les morts. De plus, on a à présent un poste de garde, pour éviter à nouveau ce genre de problèmes."

Nienor blanchit sous le coup. Elle s'écarta de l'homme, en titubant et, instinctivement, se dirigea vers l'endroit où se dressait autrefois sa maison. Il ne restait rien. A l'instar de quelques autres maisons de l'ancien village, seul subsistait une partie de la charpente. En larmes, Nienor s'effondra à genoux devant son ancienne demeure.

.....................................................

Oscar de Sulvindil chevauchait en direction de Fort-Hybride, depuis Canaèles. Si l'on cherchait à le définir, on pourrait dire qu'il incarnait, en partie, l'idéal du chevalier parfait : courageux, honorable, fier, fort, bon combattant, etc... Mais, en grattant de près, on pouvait se rendre compte qu'il n'était pas aussi parfait que cela : il n'avait guère confiance en lui-même, agissait souvent sous le coup de l'émotion et surtout, avait une tendance à la timidité qu'il ne masquait qu'avec son armure.

Il parvint à un petit village, faisant office d'étape pour les voyageurs, et permettant aux trappeurs d'écouler leurs marchandises. Un villageois regardait deux femmes au loin. L'une d'entre elles était à genoux, et semblait en proie à une grande affliction.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Lun 12 Sep 2016 - 11:31

Nous cheminâmes de longs jours durant, évitant à la fois les routes et les ennuis qu'elles pouvaient apporter. Nous croisâmes toutefois à quelques reprises d'autres voyageurs, et Nienor me fit passer pour son esclave auprès d'eux, ce qui nous évitait d'être regardées de travers, pour une raison que j'ignorais. En l'absence de mauvaises rencontres, l'autre se fit discrète, ne s'agitant légèrement que lorsque nous étions dans l'impossibilité d'éviter d'être vues. L'idée de me faire passer pour une esclave ne lui plût guère, mais elle dut se rendre à l'évidence devant le succès de cette stratégie, et me laissa donc voyager en paix.

Nienor nous guida jusqu'à la forêt de le Vanille. Plonger au coeur des arbres me procura un profond sentiment de tranquillité. Je me sentais de nouveau entière et, même si ce n'était pas là la forêt où j'avais précédemment vécu, je m'y sentais chez moi. Ma compagne de route semblait connaître les lieux par coeur, car elle nous guida à travers les arbres avec assurance. Nous arrivâmes bientôt à un village, et Nienor tomba en arrêt. Son regard balayait les environs, comme à la recherche d'images connues, et je compris que nous étions arrivées à destination. Etait-ce ici que ma compagne de route était née ? Allait-elle y retrouver quelqu'un qu'elle connaissait ? Je la fixai, attentive, n'osant pas interrompre cet instant qui devait être fort important pour elle.

Finalement, Nienor se dirigea vers un homme du village, et s'enquit auprès de lui:

"Excusez-moi... Je vivais ici autrefois, et ai dû partir il y a plus de dix ans... Mais je ne reconnais plus rien. Que s'est-il passé en ces lieux ?"
"Il y eut une attaque de bandits, et aucun survivants, d'après ce qu'on en sait. Je viens de Canaèles. J'avais de la famille ici. Le bourgmestre nous a autorisé à nous installer là. On a rebâti, rouvert le comptoir, la taverne... Et enterré les morts. De plus, on a à présent un poste de garde, pour éviter à nouveau ce genre de problèmes."

Le visage de Nienor sembla se vider de tout son sang, son teint adoptant soudain une pâleur fantomatique. Elle s'éloigna de son informateur en tanguant, ses jambes visiblement incapables de la soutenir efficacement. Les yeux dans le vague, elle se mit à marcher dans le village et, après quelques instants d'hésitation, je m'élançai à sa suite. La rattrapant, je la vis s'arrêter soudainement devant les restes d'une maison qui avait dû être emporter par les flammes. Ma compagne de route tomba à genoux, et je fus envahie de tristesse. Elle avait sans doute habité ici. Ca avait dû être sa maison. Ainsi, il ne subsistait rien de son passé : pas de survivant, et la maison de son enfance n'était plus que ruines.

Je m'agenouillai aux côtés de Nienor, et refermai mes bras autour d'elle, en silence. Je remarquai alors les larmes, qui débordaient de ses yeux, puis couraient le long de ses joues avant de s'écraser au sol, dans la poussière. Mon coeur se serra devant la douleur de la louve-garou. Je continuai de la tenir dans mes bras, silencieusement. Il n'y avait rien à dire qui puisse diminuer son chagrin. Tout ce que je pouvais faire, c'était lui faire sentir que j'étais là. Elle parlerait si elle le souhaitait.

•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Mar 13 Sep 2016 - 19:22

Elle sentit la dryade l'étreindre doucement, tandis que les larmes coulaient sur ses joues. La jeune femme, durant sa captivité, avait caressé l'espoir qu'il restait des survivants à l'attaque, qu'elle pourrait revenir vivre dans son village natal et oublier son douloureux passé. Mais ce n'était que de la pure naïveté de sa part, un reliquat de son enfance dérobée, rien de plus. Nienor, affligée, regardait sans la voir la charpente de son ancienne maison.

Oscar de Sulvindil observait ces deux femmes de loin, et s'interrogeait sur leur présence en ces lieux. L'une d'entre elle semblait être dans une profonde détresse, un état d'esprit que tout bon chevalier se devait d'écarter de ses pensées, ou de celles d'autrui. Un paysan, vêtu fort confortablement de peaux de bêtes traitées, les observait lui aussi. Le chevalier s'approcha de lui. Ce dernier sursauta, avant d'adopter l'humble posture généralement requise quand on se trouve en présence d'un homme de rang social de loin supérieur au notre. Il ôta son bonnet de cuir, avant de saluer Oscar en bégayant :

"Mon-monseigneur je... Je suis honoré d'être en votre présence, messire... Que... Que puis-je pour vous ?"

"Dis-moi, qui est cette femme affligée agenouillée là-bas ?"

"Je ne sais pas, messire. Elle m'a dit qu'elle vivait là autrefois, et a voulu savoir ce qu'il s'est passé ici. Mais c'est fort étrange, voyez-vous, car il y eut une attaque de bandits, messire, et pas de survivants, ça oui-da, et donc..."

Oscar lui coupa la parole d'un geste vif, avant que le villageois ne se mette à divaguer sur la pluie, le beau temps et les dernières récoltes ravagées par les grenouilles. Il réajusta rapidement son équipement, avant de faire signe à son interlocuteur de s'écarter :

"Retourne vaquer à tes occupations, je m'occupe de cela."

"Je vaque, je vaque, messire."

Le chevalier fit avancer sa monture jusqu'aux deux femmes enlacées. La servante, ou l'esclave, qui sait, de l'Humaine, avait un fort étrange corps, en vérité : entièrement verdâtre, et de ses cheveux couleur de mousse dépassaient de fines branchettes. Quant à l'Humaine, à présent qu'Oscar était assez proche d'elle, il pouvait voir que sa longue chevelure de jais était striée par une singulière mèche blanche. C'était un détail assez surprenant pour que son regard se fixe dessus, à vrai dire. Pourtant, il parvint à passer outre, et s'adressa, avec une certaine appréhension, à cette étrangère en sanglot :

"Gente Damoiselle, mon nom est Oscar de Sulvindil. Souffrez que je m'enquérisse des raisons de votre chagrin. Si cela est en mon pouvoir, je m'efforcerais de soulager votre grief."

Il se redressa et soupira discrètement, sous son armure : au moins, il n'avait pas bafouillé, comme ce fut le cas la semaine précédente quand on le présenta à la quatrième fille du conseiller de Canaèles. Un bien mauvais souvenir, qu'il tentait d'oublier depuis.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Mar 20 Sep 2016 - 18:13

Alors que j'étreignais doucement Nienor, un bruit de sabots me fit redresser la tête. Un peu inquiète, je vis qu'un cheval et son cavalier s'approchaient de nous. J'espérais que nous n'allions pas avoir d'ennuis. Mais nous n'avions rien de mal, à ma connaissance... Mais je me rendais compte de plus en plus que les lois des humains étaient si compliquées, et si variables en fonction des lieux qu'il était possible de les franchir sans s'en apercevoir... et d'en subir ensuite les conséquences.

Comme l'homme et l'animal s'approchaient, je remarquai que le cavalier était à peine visible sous l'épaisseur de son armure. Comment pouvait-il porter tout cela sur lui ? La majeur partie était en métal, à part deux pans de tissus, qui ne devaient être que décoratifs, mais même celui-ci devait être plus lourd que ma robe. Une pièce de métal recouvrait aussi entièrement sa tête, de sorte qu'il m'était impossible de distinguer son visage. Je grimaçai en songeant que le cheval sous lui devait porter tout cela sur son dos, plus le poids de l'homme en lui-même, et adressai à l'animal une moue de compassion.

Le duo s'arrêta près de nous, et je me tendis. C'était Nienor qui parlait, d'habitude, puisqu'elle connaissait mieux que moi les usages des humains, et qu'il semblait qu'il soit mal vu en ces lieux qu'un être tel que moi parlât avec la même autorité qu'un humain. Or, je doutais que mon amie soit capable de remplir son rôle cette fois, étant donnée son affliction. J'espérais que l'homme sur le cheval n'allait pas la brusquer, car elle semblait déjà assez souffrir comme cela. A mon grand soulagement, les paroles qui sortirent de l'homme de métal ne furent pas violentes le moins du monde:

"Gente Damoiselle, mon nom est Oscar de Sulvindil. Souffrez que je m'enquérisse des raisons de votre chagrin. Si cela est en mon pouvoir, je m'efforcerais de soulager votre grief."

Cet homme, malgré son aspect froid - sans doute dû à sa carapace métallique - était très respectueux, et parlait bien. Je m'autorisai à lui adresser un petit sourire, espérant que cela n'allait pas contre ses codes. Puis je jetai un regard à Nienor, espérant que la question n'allait pas redoubler le chagrin en question.

•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Dim 25 Sep 2016 - 19:26

Nienor sursauta en entendant la voix de l'homme, et elle se retourna doucement. Derrière elles, un chevalier, confortablement assit sur sa monture, s'était penché pour les interpeller. Vêtu d'une armure lourde, son casque masquait ses traits. Mais il en imposait, ne serait-ce que par sa carrure. Tremblante, morveuse, reniflante, des larmes roulant sur ses joues, elle leva le visage en sa direction afin de lui répondre :

"Me-messire ?"

Le chevalier mit pied à terre et s'approcha d'elles. Même à pied, il restait encore d'une carrure impressionnante. Mais sans doute était-ce grâce à son armure... L'homme ne semblait guère faire grand cas de la Dryade. Sans doute était-ce là un des effets de l'éducation estanole : seuls les Humains étaient importants, les autres races ne comptaient pas, ou faisaient partie du décor. La Dryade accompagnait une Humaine, elle devait donc être son esclave, ou sa servante, et donc n'était guère importante.

"Et bien... Je vivais ici. Autrefois. Etant enfant. Et... Après l'attaque, tout a changé. C'est... Je ne reconnais plus rien..."

L'humain, sous son casque, haussa un sourcil. Il s'étonna de l'étrange diction de la jeune femme, avant de se raviser. Si ce qu'il avait comprit de son décousu discours était correct, elle était sous le choc. Cela avait un rapport avec cette attaque de bandit, à priori, et les quelques vieilles ruines qui parsemaient le village. Oscar supposa qu'elle avait fui le village lors de l'attaque et que, pour une raison ou une autre, elle s'était retrouvée éloignée de celui-ci de longues années durant... Peut-être en Telbara, étant donné la facture de sa robe.

"Je vois. J'imagine qu'en ces conditions, il m'est difficile de vous venir en aide... Autrement qu'en vous proposant de vous loger quelque part. Je me rends à Fort Hybride, si votre dame de compagnie et vous souhaitez m'accompagner..."

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Ven 30 Sep 2016 - 11:55

Nienor avait sursauté lorsque l'armure vivante avait parlé. Elle se retourna vers son interlocuteur, et je me tins près d'elle, sans ouvrir la bouche, jouant le rôle que nous avions défini pour moi. Le visage inondé de larmes, elle lui répondit d'une voix faible:

"Me-messire ?"

L'homme descendit de son cheval, et je me sentis soulagée pour lui. Puis il s'approcha de Nienor, ne semblant pas me prêter attention. Comme les humains étaient décidément étranges ! Ils avaient des coutumes qui variaient fortement en fonction des lieux, et, bien que je ne sois pas toujours capable de les comprendre - ou peut-être pour cela - elles me fascinaient. En fonction de leur origine, ils accordaient aux réalités des valeurs et des significations différentes, et chacun semblait penser que sa façon de les voir était la seule qui vaille.

Ma compagne de route prit la parole pour lui répondre :

"Et bien... Je vivais ici. Autrefois. Etant enfant. Et... Après l'attaque, tout a changé. C'est... Je ne reconnais plus rien..."

Son ton, sa voix et sa posture criaient son trouble. Elle devait se sentir dépossédée de son passé, vide sans doute, dévastée, à l'image de sa maison, de ses souvenirs... Je me retins de faire un geste vers elle, ignorant si cela était convenable pour cet humain en armure. Tout cela était si compliqué... la meilleure solution était de demeurer neutre, et de l'observer, même si cela était difficile puisque je ne voyais rien de lui sous son armure.

Après quelques instants de silence, l'homme en armure répondit:

"Je vois. J'imagine qu'en ces conditions, il m'est difficile de vous venir en aide... Autrement qu'en vous proposant de vous loger quelque part. Je me rends à Fort Hybride, si votre dame de compagnie et vous souhaitez m'accompagner..."

Oh ! C'était gentil, ça. Il avait dû être touché par la tristesse de Nienor, ou alors c'était une personne qui aimait beaucoup aider. Je ne pus me retenir de lui adresser un grand sourire. J'espérais que sa proposition ferait plaisir à Nienor. Peut-être qu'une bonne nuit pourrait l'aider à se remettre de sa triste découverte ? Et peut-être que la société d'un autre humain lui ferait du bien. Quant à moi, j'étais toujours ravie de découvrir de nouveaux lieux et de nouvelles personnes. Je me tournai vers elle, guettant sa réaction.

•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Mar 4 Oct 2016 - 13:09

Nienor se releva, aidée par le chevalier, qui lui avait tendu sa main. Elle sentait encore une boule dans sa gorge, et son visage sale était sillonné de larmes. Elle épousseta au mieux sa robe, avant de s'incliner devant lui, faisant tomber ses longs cheveux devant elle.

"Je vous en remercie, messire. Et... Et je vais accepter votre offre. Nous n'avons nulle part où nous rendre, enfin, nous n'avions nulle part, jusqu'à votre arrivée. Nous vous suivrons."

Le chevalier la remercia d'un mouvement de tête, faisant légèrement grincer sa cotte de maille et son attirail métallique. Puis, il aida Nienor à monter en amazone sur la selle de sa monture, avant de faire de même pour la Dryade. Il prit ensuite la tête du groupe, menant son cheval par la bride. Une fois sortis du village, il suivit la route menant vers le Nord-Ouest de la Forêt, en direction de Fort-Hybride. Profitant du voyage, il continua à se présenter :

"Mon nom est donc Oscar de Sulvindil. Mes parents sont des marchands de bonne renommée, et je pouvais prétendre à l'adoubement par ma mère, une nobliaute, une troisième fille. Mon frère aîné aide mes parents à la boutique, quant à moi, je fus adoubé et envoyé à Fort-Hybride, afin de faire partie des troupes humaines encadrant les Centaures. Je reviens actuellement de Canaeles, où je venais vérifier l'état de nos troupes placées là-bas."

Le soleil perçait à travers les frondaisons, baignant les sous-bois d'une couleur dorée. L'armure d'Oscar reflétait les rayons du soleil et se teintait elle aussi d'une couleur chaude. Si la chaleur ou la fatigue l'affectait d'une quelconque façon, il prenait grand soin de ne pas le montrer ouvertement. Le cheval avançait tranquillement, mené par son maître, son cerveau occupé par ses pensées de cheval qui oscillaient entre l'envie de courir, l'envie de manger et le fait qu'il y ai deux prédateurs sur son dos. Son maître sentait qu'il renâclait de temps à autres, sans comprendre réellement pourquoi. De temps à autres, il le calmait en lui caressant le front, tout en l'incitant à continuer sa route.

Ils s'arrêtèrent en bordure de chemin, une fois la nuit tombée. Oscar alluma un feu et sortit des provisions, que Nienor s'empressa de faire cuire au mieux, pendant que l'Humain retirait son armure, pour se retrouver en gambison. Une fois qu'il était tête nue, on pouvait voir ses cheveux coupés et une fine barbe, pour ne pas être gêné par la maille. Il semblait mal à l'aise, sans pour autant que l'on puisse en discerner la raison.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Ven 7 Oct 2016 - 15:16

L'homme tendit sa main à Nienor, et, celle-ci l'acceptant, l'aida à se relever. Ma compagne de route s'inclina alors devant lui, et je la regardai faire, essayant de comprendre ce que sa conduite pouvait signifier, par rapport à l'homme, par rapport à l'attitude à avoir avec un étranger, et par rapport à son propre statut, à elle. Se redressant, elle accepta la proposition de l'homme en armure. Ce dernier eut un signe de la tête, puis il nous aida toutes deux à monter sur son cheval, qu'il se mit à diriger en le tenant par le harnachement que l'animal portait autour de sa tête. Par empathie pour le cheval, j'aurais bien voulu protester et demander à marcher, mais je préférai ne pas le faire, pour ne pas faire un faux pas. Je remarquai toutefois rapidement que sa monture était tendue. Je tâchai de l'apaiser en la caressant, mais en étant sur son dos, sans pouvoir établir un contact visuel, cela était fort difficile... Je finis par renoncer à contre-coeur, et fixai mon attention sur ce que l'homme était en train de dire:

"Mon nom est donc Oscar de Sulvindil. Mes parents sont des marchands de bonne renommée, et je pouvais prétendre à l'adoubement par ma mère, une nobliaute, une troisième fille. Mon frère aîné aide mes parents à la boutique, quant à moi, je fus adoubé et envoyé à Fort-Hybride, afin de faire partie des troupes humaines encadrant les Centaures. Je reviens actuellement de Canaeles, où je venais vérifier l'état de nos troupes placées là-bas."

Je butai sur ses dernières phrases. Des troupes humaines encadrant des centaures ? Vérifier l'état de leurs troupeaux ? Que voulait-il dire par là ? Ma respiration se fit soudain plus saccadée, et la peur m'envahit tandis qu'en moi montait une autre émotion. Ma raison tenta de reprendre le dessus... mais que pouvais-je songer de ces mots ? Comment lutter contre moi, quand je ne pouvais qu'avoir conscience de l'horreur de ce qu'il énonçait, en parlant pourtant d'une voix égale, comme si cela allait de soi. Mais cela n'allait pas de soi. Les centaures n'étaient pas moins des êtres vivants que lui. Pourquoi les humains s'accordaient-ils ainsi des droits sur les autres vivants ? Pourquoi se pensaient-ils au dessus de tout ? Cela me peinait. Pire, cela me brûlait. Et cette brûlure s'incarnait en moi dans la rage de l'autre. Rage qui, lorsqu'elle croissait en moi, me terrifiait.

Il me fallut un long moment de lutte et de méditation pour calmer la montée de la rage en moi. L'autre haïssait. Elle voulait venger les centaures, faire payer aux humains leur insolence, leur démesure. Et elle me faisait croire que, moi-même, je le voulais. Lorsque, une fois la nuit tombée, nous nous arrêtâmes au bord du chemin, j'étais à peu près parvenue à l'apaiser, à m'apaiser.

L'homme alluma un feu, et sortit à manger, puis il s’attacha à enlever son armure. Je le regardai faire avec intérêt, tandis que Nienor faisait cuire la nourriture. Lorsque notre guide eut ôté son armure, nous pûmes voir son visage, dont tous les poils étaient coupés courts. Contrairement à ce à quoi je m'étais attendue, il n'était pas effrayant. Il semblait plutôt... mal à l'aise, bien que je ne sus pas pourquoi.


•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Mer 12 Oct 2016 - 18:12

Oscar regardait Nienor cuisiner, du coin de l'oeil. Cette dernière était maintenant fort calme, comparé à son état, quand il l'avait rencontré dans le village. La jeune femme effectuait machinalement ses gestes, et se laissait même aller à un petit sourire en coin. De l'autre côté, la Dryade le fixait du regard. Non pas que cela le gênait, mais il ne comprenait pas l'intérêt de cette dernière à son encontre. Elle n'avait jamais rencontré de chevaliers ? A bien y réfléchir, peut-être pas... La plupart des chevaliers vivaient auprès d'un suzerain ou, comme lui, étaient dans des forts et encadraient les troupes qui y étaient postées. Il passa sa main sur ses yeux et fronça les sourcils en sentant l'odeur métallique qui se dégageait de ses doigts. Une fois arrivé à Fort-Hybride, il ferait nettoyer son armure par un écuyer, tandis qu'il prendrait un bain fort mérité.

Pendant ce temps, Nienor avait réussi, avec les provisions d'Oscar, à concocter un repas qui, s'il n'était pas au niveau d'une auberge, restait somme toute assez décent. Il y avait de la viande, cuite au feu, un peu de pain servant de tranchoir, et des fruits. La jeune femme tendit un tranchoir à Oscar, des fruits à Maïlinya et se servit un tranchoir, mordant à pleine dents la mie du pain imbibée du jus de la viande. Elle émit un son de gorge, indiquant son contentement, tout en mâchant son repas.

"Dites-moi, que voulez-vous dire par "encadrer les Centaures", sire Oscar ?"

L'Humain sursauta, surprit par la question de Nienor. Cette dernière avait fusé entre deux énergiques mastications, et l’avait totalement prit au dépourvu. Il avala, péniblement, le morceau de viande qui se trouvait dans sa bouche à cet instant, avant de chercher une réponse.

"Eh bien… Si j'ai bien compris, les Centaures ont un statut particulier en Estandre. On préfère les engager dans l'armée, et les encadrer avec des soldats Humains, afin de gérer les troupes au mieux. Ensuite, tout dépend de la personne qui encadre. Certains sont rudes avec les Centaures, d'autres, non. Quant à moi... J'espère faire de mon mieux."

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Mer 19 Oct 2016 - 9:09

Bientôt, mes deux compagnons de route se mirent à manger. Nienor m'offrit des fruits, et je croquais dedans avec plaisir. Ils avaient vraiment bon gout, et bien que ne fus pas capable de souffrir de la faim, leur douceur suffisait à me donner envie de les manger. Le silence s'était fait pendant que nous mangions, mais il fut soudain rompu par Nienor :

"Dites-moi, que voulez-vous dire par "encadrer les Centaures", sire Oscar ?"

Instantanément, je sentis l'autre s'agiter, et je ne pus l'en blâmer. Les mots de l'homme, bien que j'eusse tout fait pour les oublier, étaient demeurés à la limite de ma conscience, laissant une partie de mon être dans un certain malaise. L'homme mit quelques temps à répondre, visiblement surpris par la question, puis il expliqua à Nienor :

"Eh bien… Si j'ai bien compris, les Centaures ont un statut particulier en Estandre. On préfère les engager dans l'armée, et les encadrer avec des soldats Humains, afin de gérer les troupes au mieux. Ensuite, tout dépend de la personne qui encadre. Certains sont rudes avec les Centaures, d'autres, non. Quant à moi... J'espère faire de mon mieux."

Un frisson involontaire me parcourut, tandis que l'autre grondait en moi, et que mes yeux s'embuaient. Il espérait... faire de son mieux ? Mais comment pouvait-il espérer pareille chose ? Ne voyait-il pas que le fait même d'engager des centaures et de les encadrer pour se battre et mourir pour eux ne pouvait être un mieux ? Comment ces humains pouvaient-ils s'arroger le droit de disposer ainsi des vies des autres ? Que diraient-ils, eux, si c'était l'inverse ? Si les centaures les encadraient pour combattre à leur place et les traitaient plus ou moins bien ? Trouveraient-ils aussi toujours cela normal ? Les hommes étaient-ils si aveugles qu'ils se pensaient seuls à ressentir des choses, meilleurs, et dignes de régner sur les autres ? J'étais prise d'une soudaine envie de me jeter sur lui pour lui faire ravaler son humaine démesure, de plonger mes crocs...

Non. Pas mes crocs. Ses crocs. Pas moi, mais elle.

Je me mis à trembler en me rendant compte que ce n'étaient plus mes pensées qui tourbillonnaient dans mon esprit, ou plus seulement. A ma tristesse infinie face au sort de ces centaures se trouvait mêlée à une haine brûlante qui était celle de l'autre. Et j'étais incapable de la juguler. Incapable de me contrôler. D'une part, parce-qu'elle était trop forte. D'autre part, parce-que je ne parvenais pas à me convaincre qu'elle avait tort. Ses pensées s'insinuaient en moi telles un poison agréable. Sa haine semblait tellement simple à accueillir, car tellement justifiée... Pourquoi avoir pitié de ces humains, qui eux n'en avaient aucune pour les êtres qu'ils maltraitaient et réduisaient à les servir ?

Je me secouai. Ce n'était pas moi. Pas moi qui pensait cela. La haine n'était pas une solution. Mais qu'est-ce qui, alors, était une solution ? Ce n'était pas mon bon coeur qui allait aider ces centaures, ce n'était pas ma tristesse, ma compassion. Ce n'était surement pas ma bienveillance à l'égard des humains qui les utilisaient.

Je sentis que je perdais pied. Je n'arrivais plus à réfléchir clairement, plus à formuler des raisons de ne pas haïr. L'autre était trop forte, trop tentante... Je me tournai vers Nienor, cherchant son aide, et croisai au passage le visage du chevalier. Il ne semblait pas mauvais. Il était si prêt à aider ! A aider les humains, me souffla l'autre... Mais je ne l'écoutai pas. Il ne savait pas. Il ne se rendait juste pas compte. Le haïr état inutile. Ce qu'il fallait, c'était lui ouvrir les yeux, et non les fermer à jamais.

Maïlinya : Ne pensez-vous pas que le mieux, finalement, serait de laisser ces centaures en paix ? De les traiter comme vos semblables ? Vous savez, ces centaures pensent aussi bien que vous, ils souffrent aussi bien que vous, ils craignent, haïssent, aiment aussi bien que vous. Qu'est-ce qui vous donne le droit de les utiliser ? Aimeriez-vous que l'on vous sépare de ceux que vous aimez, que l'on vous engage dans une guerre dans laquelle vous n'avez aucune part, que l'on vous maltraite et vous demande de mourir pour une cause qui n'est pas la vôtre ? De quel droit faîtes-vous subir ce sort à d'autres ?

Je me tus, continuant de le fixer. Je ne savais pas si je m'étais bien exprimée. J'ignorais tout de la façon de penser de cet homme. Comment, dès lors, parvenir à le toucher ?




•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Dim 23 Oct 2016 - 2:21

Nienor écouta avec un certain intérêt l'Humain expliquer ce que signifiait, en Estandre "Encadrer des Centaures". Si elle avait bien comprit, les estanols avaient préféré éviter de soumettre à l'esclavages ces hybrides d'hommes et de cheval, et les avaient donc engagé dans l'armée, tout en les faisant diriger par des Humains. D'une certaine façon, elle trouva cela somme toute assez logique. Mais peut-être était-ce parce qu'elle était estanole, quoi que l'on en dise. C'était sans doute la force du Royaume d'Estandre : s'assurer que tout soit régenté au mieux, que l'ordre règne afin d'éviter que l'anarchie ne s'installe et ne jette à bas les institutions du Royaume...
Toutefois, ce n'était pas l'avis de la Dryade. En effet, Maïlinya croisa le regard de la louve, et cette dernière vit dans les yeux de la créature forestière une lueur qu'elle ne lui connaissait guère, à vrai dire. Cette lueur s'éteignit rapidement, tandis que la Dryade demandait à Oscar s'il ne valait pas mieux de laisser les Centaures en paix, au lieu de les engager dans des guerres lointaines les arrachant à leurs familles, les envoyant dans des conflits auxquels ils n'avaient techniquement pas part de base. Étonnamment, la réaction de l'Humain fut de rire aux éclats, avant de s'expliquer :

"Hahahahaha ! Assez ironique, mais cela s'applique aussi aux Humains de Fort-Hybride. Tous n'ont pas choisi de se retrouver là-bas, vous savez. Moi, j'y suis pour échapper à mon mariage, par exemple. Mais, ce serait réducteur que de penser que les Centaures sont réduits à l'état de simples "bêtes de combat". Loin de là. Nous leur fournissons armes et armures, commerçons avec eux, à deux conditions. Qu'ils n'attaquent pas les villages et les villes, et qu'une partie des Centaures prenne part à la défense du Royaume. Pour autant que l'on sache, personne ne trouve rien à y redire."

Il arracha un morceau de viande à l'aide de ses dents, avant de l'aider à descendre jusque dans son estomac à grande gorgée d'eau, directement depuis son outre. Il passa cette dernière à Nienor, qui en prit quelques gorgées, avant de la tendre à Maïlinya. Puis, la louve posa une nouvelle question :

"A quoi ressemble Fort-Hybride ?"

"Et bien... Il y a la ville, d'une part, et le Fort en lui-même d'autre part. Les tavernes, et quelques autres bâtiments, sont de hautes tailles, afin de permettre aux Centaures de s'y rendre à souhait, et il y a plusieurs échoppes tenues par des Centaures. Quant au Fort, il comporte deux grands baraquements, un pour les Humains et l'autre pour les Centaures, ainsi qu'un autre, pour les officiers des deux races. C'est un lieu assez plaisant, quand on s'y fait, bien entendu."

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Lun 24 Oct 2016 - 9:44

A ma surprise, l'homme éclata de rire. J'en sursautai presque. Je ne savais pas ce qu'il y avait de drôle dans mes propos, et sa réaction me destabilisa. Quant à l'autre, je sentis sa rage augmenter d'un cran. Elle n'aimait pas que l'on se moque d'elle. Mais je tenais à entendre ce que mon interlocuteur avait à dire.

"Hahahahaha ! Assez ironique, mais cela s'applique aussi aux Humains de Fort-Hybride. Tous n'ont pas choisi de se retrouver là-bas, vous savez. Moi, j'y suis pour échapper à mon mariage, par exemple. Mais, ce serait réducteur que de penser que les Centaures sont réduits à l'état de simples "bêtes de combat". Loin de là. Nous leur fournissons armes et armures, commerçons avec eux, à deux conditions. Qu'ils n'attaquent pas les villages et les villes, et qu'une partie des Centaures prenne part à la défense du Royaume. Pour autant que l'on sache, personne ne trouve rien à y redire."

Je fixai le chevalier. Il avait l'air de penser ce qu'il disait... mais, pour autant, la douleur que je ressentais en imaginant les centaures forcés de se battre ne me quittait pas. Peut-être que certains des humains ne choisissaient pas... mais était-ce une raison pour faire partager leur sort aux centaures ? Et, s'il défendait la condition des centaures, il avait tout de même avoué, précédemment, que certains des humains les maltraitaient. Ils n'étaient peut-être pas réduits à l'état de bêtes de combat, mais ils étaient tout de même arraché à leur habitat, pour servir sous les ordres d'humain. Il prétendait que personne n'y trouvait rien à redire... mais leur avait-on vraiment demandé leur avis, aux centaures ? Lui-même venait d'avouer qu'il ne combattait pas par choix... Alors qu'en était-il des tous ces êtres, déracinés, qui combattaient pour des chefs humains ?

Malgré les phrases qui fusaient dans ma tête, je demeurai silencieuse. Les mots se bloquaient dans ma gorge, ne parvenaient pas à en sortir. La présence de l'autre, de sa rage en moi, n'y étaient pas étrangères. Les larmes aux yeux - d'impuissance, de tristesse - je baissai la tête, des branches de ma chevelure tombant devant mon visage. Après tout, peut-être les centaures gagnaient-ils vraiment la compensation de ce qu'ils perdaient à faire cette guerre... mais cette pensée, même formulée uniquement dans mon esprit, sonnait faux.

Alors que j'étais aux prises avec moi-même, Nienor s'était enquis :

"A quoi ressemble Fort-Hybride ?"

"Et bien... Il y a la ville, d'une part, et le Fort en lui-même d'autre part. Les tavernes, et quelques autres bâtiments, sont de hautes tailles, afin de permettre aux Centaures de s'y rendre à souhait, et il y a plusieurs échoppes tenues par des Centaures. Quant au Fort, il comporte deux grands baraquements, un pour les Humains et l'autre pour les Centaures, ainsi qu'un autre, pour les officiers des deux races. C'est un lieu assez plaisant, quand on s'y fait, bien entendu."

Malgré mon malaise toujours présent, la description du chevalier m'avait un peu tirée de ma lutte intérieure, ma grande curiosité tâchant de se représenter ce lieu que je ne connaissais pas. J'imaginais la ville et le fort, avec les bâtiments que le chevalier avait dépeints. L'idée que les auberges et autres soient adaptées aux centaures me rassérénait un peu, même si l'autre ne semblait pas d'accord, me soufflant qu'il s'agissait d'une manipulation de la part des humains, d'un investissement, par rapport à ce que les centaures leur permettait en tant que soldats. Dans un dernier effort, je repoussai la parasite, me concentrant sur les paroles de mes deux compagnons de voyage. Si je les accompagnais, je verrais bien ce qu'il en était des conditions de vie des centaures. Et alors seulement, je pourrais me faire mon idée.

L'autre reflua. Je sentis qu'elle abandonnait la lutte. Du moins, jusqu'à notre arrivée à Fort Hybride...

•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Mar 1 Nov 2016 - 13:37

Le bois craquait sous la morsure des flammes. Ces dernières illuminaient les visages du trio. Inconsciemment, Nienor avait commencé à jouer avec sa mèche blanche, l'enroulant et l'entortillant autour de ses doigts, avant la mâchonner, perdue dans ses pensées. Oscar, quant à lui, avait tiré sa lame et l'aiguisait à l'aide d'une pierre, avant de l'essuyer avec un morceau de soie. La jeune femme inspira profondément et fronça des sourcils : elle sentait plusieurs odeurs non-loin, et ce n'étaient pas des odeurs animales, loin de là. Il s'agissait d'odeurs humaines, cachées sous de la boue et des selles animales. Et c'était cette combinaison qui avait agressé ses sens, et sans aucun doute ceux de la Dryade, qui sait ? La jeune femme se leva, sous couvert de s'étirer, mais en réalité afin de voir ce qui se trouvait alentour. Et son tour d'horizon paya : son regard accrocha le scintillement des flammes se reflétant sur le métal. Elle se rassit et parla à voix basse :

"Prenez garde, nous sommes observés, et ils ne semblent guère amicaux."

Par de légers mouvements de tête, elle indiqua dans quelle direction se trouvaient les importuns. Oscar haussa des épaules et continua à prendre soin de son arme, mais son attitude indiquait qu'il était prêt à se défendre, et à protéger les deux femmes qui l'accompagnaient. Ils n'eurent guère à attendre l'assaut : moins d'une dizaine de minutes plus tard, surgirent cinq Humains couverts, comme l'avait senti Nienor, de boue et de selles animales afin de couvrir leur odeur, armés de gourdins, de bâtons et de coutelas tranchants.
La louve se leva prestement et en accueillit un qui agitait un bâton en tout sens, avant de lui voler son arme.
Oscar, quant à lui, envoya un formidable coup d'épée sur un autre brigand, forçant ce dernier à reculer, une profonde plaie au bras gauche.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Dim 6 Nov 2016 - 15:38

Tandis que je combattais l'autre, le chevalier s'était mis à aiguiser son arme. Je l'observai pendant un moment, puis me tournai vers le cheval, attaché non loin. Celui-ci paissait paisiblement l'herbe et j'allai me détourner lorsque je le vis soudain redresser les oreilles, arrêter de brouter, tandis que ses naseaux se dilataient. Presque dans le même temps, je captai des odeurs qui n'avaient rien de naturel : des odeurs humaines que tentaient de camoufler celles de selles animales, sans toutefois être totalement dissimulées.

Alors que je jetai des coups d'oeil en tous sens, Nienor s'étira en se levant, avant de se rasseoir, et chuchota :

"Prenez garde, nous sommes observés, et ils ne semblent guère amicaux."

L'homme nommait Oscar continua sa tâche, apparemment imperturbable, mais quelque-chose en lui laissait indiquer qu'il était prêt à réagir si quelque-chose survenait. Quand à moi, j'hésitai. Par mes propres moyens, j'étais à peu près incapable de me battre. Je pouvais bien invoquer le harate qui était lié à moi, appeler une plante ou un arbre à l'aide, ou soigner mes compagnons de route s'ils étaient blessés... mais l'autre demeurait bien plus efficace, puisqu'en plus de tout cela, elle était capable de se battre. Mais, dès lors que je lui cédais le contrôle, il m'était impossible de surveiller ce qu'elle faisait, et je craignais de reprendre conscience au milieu d'un carnage.

Je baissai la tête, laissant mes cheveux mêlés de lianes recouvrir mon visage. Au fond, mon choix était déjà fait. Et l'autre en était également consciente, car je sentais émaner d'elle des ondes d'impatience. J'allais lui laisser la place, et elle le savait.

Les fourrés autour de nous explosèrent, laissant le passage à des hommes armés de bois et d'acier, et il ne fut plus temps de réfléchir. J'abandonnai le contrôle, ma conscience aspirée vers le néant.

Un sourire carnassier s'étala sur ses lèvres. Enfin, elle pouvait sortir, et ce, pour se battre. Un peu d'action. Elle n'en demandait pas davantage. Alors que Nienor se jetait sur l'un des assaillants et que l'homme qui les accompagnait engageait le combat avec l'un des autres, elle se tourna vers un troisième, qui se précipitait vers elle, et esquiva souplement un coup de couteau destiné à l'éventrer. L'homme ne s'était sans doute pas attendu à ce qu'elle soit capable de se battre. Il s'était lancé dans son assaut sans prendre la peine de tenir une garde.

Dommage pour lui.

Se glissant sur le côté de l'arme, elle se saisit du poignet de son adversaire, qu'elle tordit, ce qui lui fit lâcher son arme. L'homme grogna, et, accentuant la torsion de son poignet, elle l'entraîna vers le bas avant de lui asséner sur la tête un coup de coude qui l'envoya mordre la poussière. Elle l'accompagna dans sa chute, et se transforma tandis qu'il touchait le sol. La louve qu'elle était devenue laissa seulement à sa victime le temps de se retourner, avant de planter ses crocs dans la gorge qui lui était offerte. L'homme poussa un hurlement qui se transforma en gargouillis. Il mourut rapidement, sous les crocs qui fouaillaient inlassablement sa chair. La louve releva le museau, ses yeux ne pouvant se détacher du cou ouvert de sa victime et du sang dont les bouillons se tarissaient désormais que l'homme était mort, et que son coeur ne pulsait plus. Fascinée par ce spectacle, incapable de le quitter des yeux, elle oublia un instant le combat qui faisait rage autour d'elle.

•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Mer 9 Nov 2016 - 23:27

Nienor fit tournoyer son bâton et l’abattit sur son ancien propriétaire, lui cassant la mâchoire sur le coup et le plongeant durablement dans l’inconscience. Elle se retourna pour voir qu’Oscar avait abattu son premier adversaire sans efforts, avant de se tourner vers un autre. Leurs armes cliquetèrent, tandis que le chevalier, usant de son allonge et de son expérience, martelait son adversaire, le forçant à reculer pas à pas, jusqu’à ce que ce dernier finisse par faire un mauvais mouvement. Le chevalier lui arracha son arme des mains d’une vive torsion du poignet, avant de lui envoyer son poing au visage pour le faire tomber au sol. La jeune femme se prit un coup de gourdin au visage, qui la fit tomber au sol. Du sang coula abondamment d'une plaie au front. L'homme s'approcha d'elle, prêt à la frapper de nouveau, quand elle fit un geste de la main.
Peut-être était-ce le vent, ou bien l'usure, mais une branche d'arbre se plia et faucha littéralement le bandit, l'envoyant valdinguer contre un tronc d'arbre, où il s'effondra au sol, brisé, tel un pantin désarticulé. La jeune femme se releva et s'approcha de lui. Il était mort. Difficile de respirer, quand son cou pendouille selon un angle pratiquement improbable.

Elle s'intéressa à Maïlinya, en espérant que cette dernière n'ai guère de problèmes. En effet, elle n'avait pas eu de mal à abattre son adversaire, sauf qu'elle était transformée en louve. Cela ne plairait sans doute pas à Oscar qui était occupé avec le dernier bandit, et la jeune femme se précipita vers la louve, avant de l’enlacer, assez impulsivement :

"Maïlinya, je sais que tu es là. Reprends ta forme originale, avant qu'Oscar ne te voit ainsi. Je crains qu'il ne te prenne pour une bête sauvage..."

Oscar, quant à lui, avait achevé le dernier bandit et, armé d'une torche et de sa lame, était allé s'assurer que les environs étaient saufs. Elle le suivait, à la lueur de sa torche, illuminant les ténèbres à travers les arbres. La lame ensanglantée du chevalier accrochait parfois les flammes, dans des éclats d'acier et de vermillon.
Nienor plongea ses doigts dans la fourrure de Maïlinya, l'implorant de reprendre rapidement sa forme usuelle, avant que l'Humain ne revienne et ne se pose des questions.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Mar 15 Nov 2016 - 13:46

Elle était toujours plongée dans la contemplation de la gorge ouverte de sa victime lorsque des bras se refermèrent soudain sur elle, la faisant sursauter. D'un soubresaut, elle tenta de se dégager... avant de percevoir l'odeur de celle qui l'enlaçait. Nienor, ce n'était que Nienor. Elle cessa de se débattre, et le voix de la femme louve lui intima :

"Maïlinya, je sais que tu es là. Reprends ta forme originale, avant qu'Oscar ne te voit ainsi. Je crains qu'il ne te prenne pour une bête sauvage..."

Elle dressa les oreilles, tournant son museau vers le visage de celle qui lui parlait. La voix résonnait en elle, et les bras autour d'elle créait dans son être une émotion, un mouvement réel qui menaçait de l'emporter... qui l'emportait. Elle perdait pied. Elle tenta de se raccrocher au contrôle qu'elle avait et qui lui échappait, qui glissait entre les doigts de sa volonté. Mais les yeux, la voix et les bras délitaient ses efforts.

Il y avait Nienor, sa voix dans ma tête, ses yeux autour de moi. J'étais sous ma forme lupine, et autour de nous, des hommes étaient morts. Perdue, je fermai les yeux et, lorsque je les rouvris, je n'étais plus louve. Mon regard balaya le champ de bataille. Cinq hommes étaient étendus, morts, et l'homme, Oscar, était absent, mais je sentais son odeur non loin, et la lueur d'une torche nous indiquait sa position.

Je passai les mains sur mon visage, avant de fixer à nouveau les yeux sur Nienor. Je ne savais pas ce que l'autre avait fait. Ce que j'avais fait, sans en avoir conscience. J'avais dans ma bouche un goût de sang qui me donnait envie de vomir, et j'étais incapable de soutenir la vue des corps autour de nous. J'étais certaine d'être responsable de la mort de l'un d'entre eux. Et je ne pouvais supporter l'idée de cette responsabilité.

D'une voix basse, je murmurai :

Maïlinya : Qu'est-ce que j'ai fait ?

•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Ven 18 Nov 2016 - 20:22

Nienor sentit que la louve changeait progressivement de forme, pour reprendre finalement son apparence usuelle. Elle semblait dégoutée par la vue des corps environnants, ce qui était compréhensible. La jeune femme garda la Dryade contre elle, la réconfortant au mieux et la berçant, tandis qu'elle observait l'Humain s'enfonçant dans les sous-bois.

Ce dernier observait les environs, cherchant le campement des malandrins. Ces derniers devaient vivre non-loin d'ici et surveiller attentivement la route afin de préparer au mieux leurs embuscades. Sa torche éloignait les ténèbres, éclairant les arbres, les buissons. Les seuls sons qu'il entendait étaient ses bruits de pas et le crépitement de sa torche. Sa lame était maculée de sang et, de temps à autre, une goutte vermillon s'en détachait pour s'écraser au sol. Enfin, il parvint à trouver des tentes, installées depuis longtemps dans les lieux, mais qui avaient fait l'objet d'une certaine activité récemment, comme il put le déduire en voyant les traces au sol. En fouillant de façon plus intensive, il parvint à mettre la main sur la cache des bandits : un petit coffre, fermé par une serrure. Il fracassa cette dernière à l'aide du pommeau de son épée et ouvrit le couvercle pour en dévoiler le contenu. Il s'y trouvait une robe déchirée et souillée par la boue et le sang, qui avait appartenu à une enfant, deux dagues ouvragées et des bourses de cuir, contenant des herbes odoriférantes. Il les prit, ainsi que les dagues. La robe était en bien trop mauvais état pour qu'il puisse lui trouver une quelconque utilité. Il espérait juste que son ancienne propriétaire n'avait pas trop souffert. En reposant la robe dans le coffre, il murmura une prière à Kaluni, pour l'âme de l'enfant qui l'avait porté.
Puis, il revint au camp.

"Nous ne serons plus attaqués cette nuit... Mais nous devrions changer d'emplacement, afin de ne pas attirer de prédateurs. Comment va-t-elle ?"

"Bien... Elle fut choquée par cette attaque. Tout comme moi."

"J'imagine bien. Quoique vous êtes assez douée, avec un bâton entre les mains. Toutefois... Tant que vous ne serez pas arrivés à Fort-Hybride, je vous serais gré de porter ces dagues avec vous. Les bâtons sont bien plus fragile, et je préfère savoir que vous avez une... Solution de secours, en cas de problèmes."

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Mar 22 Nov 2016 - 14:03

Nienor me tenait contre elle, me berçant doucement, tandis que je luttais pour ne pas regarder les corps, pour ne pas chercher la victime de l'autre. Ma victime. Je savais que cela avait été nécessaire. Je savais que je n'avais fait que me défendre. Mais je savais aussi qu'elle y avait pris du plaisir. Qu'elle aimait tuer, faire souffrir. Et qu'elle était une partie de moi.

Au bout d'un moment, Oscar reparu. Une odeur de sang l'accompagnait et j'avisai son arme, teintée d'un liquide sombre aisément identifiable. Il s'adressa à Nienor :

"Nous ne serons plus attaqués cette nuit... Mais nous devrions changer d'emplacement, afin de ne pas attirer de prédateurs. Comment va-t-elle ?"

Il parlait de moi, mais il s'adressait à mon amie, ce qui m'arrangeait, car je ne me sentais pas capable de lui répondre.

"Bien... Elle fut choquée par cette attaque. Tout comme moi."

"J'imagine bien. Quoique vous êtes assez douée, avec un bâton entre les mains. Toutefois... Tant que vous ne serez pas arrivés à Fort-Hybride, je vous serais gré de porter ces dagues avec vous. Les bâtons sont bien plus fragile, et je préfère savoir que vous avez une... Solution de secours, en cas de problèmes."

Il tendit des dagues à Nienor. Je me demandais si c'étaient les siennes. Elles me semblaient chargées d'une autre odeur. Peut-être les avait-il trouvées non loin. Sans doute avait-il découvert les biens des hommes que nous avions tués. Je frémis à la pensée de notre oeuvre, mais moins violemment que précédemment. Je commençais à intégrer cette réalité et si le dégoût demeurait, j'essayais de me dépêtrer de la culpabilité qui l'accompagnait. Je savais ce en quoi je croyais au fond de moi. C'était à la vie, à sa protection que je m'étais vouée. Tuer allait à l'encontre de mes convictions. Toutefois, ne pas tuer pouvait amener à l'incapacité de protéger des innocents. Mais cela me donnait-il pour autant le droit de prendre des vies ?

Je commençais à comprendre, même si cela était difficile à accepter, que c'était peut-être pour échapper à cet insoluble dilemme et à la culpabilité qu'entraînait un choix, quel qu'il fut, que l'autre s'était créée. Que je l'avais créée. L'autre tuait, et m'évitait d'avoir à moi-même me salir les mains. En voulant fuir la responsabilité qu'engendre un choix, j'avais sans doute créé ce monstre, cet autre moi meurtrier.



•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Dim 4 Déc 2016 - 16:01

Nienor regarda les deux dagues qui étaient posées sur le sol. Il ne s'agissait pas d'arme forgées avec soin par un forgeron au service de son seigneur, loin de là. Une lame aiguisée, enchâssée dans un morceau de bois, qui était lui-même enserré par des bandes de cuir. La garde était faite d'un disque de bois fin, lui aussi rattaché au pommeau par des bandes de cuir. Voilà ce à quoi ressemblaient les lames posées au sol devant les deux femmes. Pourtant, malgré l'impression de sécurité qui se dégageait de ces dagues, elle ne pouvait se résoudre à penser qu'elle serait capable d'en utiliser une. Pour une raison ou pour une autre, elle n'aimait guère le contact du métal, et répugnait à l'idée de s'en servir pour se battre. La jeune femme, à une époque, avait tenté d'utiliser une hache pour se battre dans les arènes qu'improvisaient ses ravisseurs de bandits. Une répulsion des plus forte l'avait saisi, et elle avait rejeté l'arme loin d'elle.

Quant à Maïlinya... Elle ne savait si cette dernière risquait d'avoir le même dégoût, mais avait une petite idée à ce sujet.
La jeune femme repoussa sa mèche blanche, qui lui tombait sur le front, et attrapa une des dagues, qu'elle rangea dans sa ceinture. Maïlinya semblait... Choquée, pour autant que la jeune femme puisse s'en rendre compte. Elle l'aida à se déplacer un peu plus loin, afin de s'éloigner des lieux du carnage. Une fois cela fait, elle partagea sa couverture avec la Dryade, avant de s'endormir. Oscar, quant à lui, s'assura que le foyer rudimentaire qu'il avait dressé sur ce nouveau campement ne s'éteindrait pas rapidement, avant de s'endormir... Que d'un oeil, s'entend.
Au lendemain, l'Humain s'éveilla au plus tôt, avant de remettre une partie de son armure. Il harnacha sa monture, avant d'éveiller Nienor :

"Nous allons tenter d'avancer au plus vite. Normalement, nous devrions parvenir à Fort-Hybride dans deux jours, au plus tard. J'espère que nous parviendrons à une auberge de voyage ce soir. Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous et votre suivante, mais je trouve le sol de la forêt ma foi... Fort inconfortable..."

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Lun 26 Déc 2016 - 23:34

Nienor fixait les lames que lui avaient laissé l'homme, l'air hésitant. Elle finit par en glisser une à sa ceinture, avant de s'approcher de moi. Elle m'entraîna un peu à l'écart, avant de partager avec moi sa couverture, sous laquelle elle s'endormit. J'appréciai le geste. Non pas que j'avais froid, mais la proximité de la jeune femme avait quelque-chose d'apaisant. Je songeais aux loups, aux meutes dans lesquelles ils vivaient. Ils trouvaient de la force dans la compagnie des leurs. Et cette nuit là, je trouvai de la force dans la compagnie de Nienor. Je ne la connaissais pas bien, elle était discrète sur sa vie et renfermait des blessures dont elle ne pouvait parler sans les rouvrir en partie. Mais malgré cela, ou peut-être à cause de cela, je me sentais proche d'elle. Au delà du fait que nous nous transformions toutes deux en louves, nous partagions un passé trouble, et un présent hanté, bien qu'il le soit de façon différente.

Toute la nuit, je la passai à penser. Le souffle de mes compagnons de route répandaient une ambiance calme, apaisante après les événements survenus plus tôt. L'autre était calme aussi. Presque... attentive. Avait-elle saisi les réflexions que j'avais eues plus tôt ? Cela était possible. Peut-être savait-elle que j'avais compris. Ou commencé à comprendre. Ce qu'elle était, et pourquoi elle l'était. Bien plus proche de moi que je l'avais jamais pensé. Cette idée me faisait mal. Très mal. Mais je devais l'accepter. Me battre, rejeter la facilité, qui était de nier. Nier ma faute, mes responsabilités. Enfin les assumer. J'avais mal. Mais je commençait à comprendre que cette douleur était le prix à payer pour avancer.

Le lendemain matin, je vis notre compagnon de route s'éveiller tôt. Je l'observai discrètement tandis qu'il revêtait son armure. C'était d'une complexité que je trouvais fascinante. Il harnacha ensuite son cheval, avant de réveiller Nienor et de lui annoncer :

"Nous allons tenter d'avancer au plus vite. Normalement, nous devrions parvenir à Fort-Hybride dans deux jours, au plus tard. J'espère que nous parviendrons à une auberge de voyage ce soir. Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous et votre suivante, mais je trouve le sol de la forêt ma foi... Fort inconfortable..."

Un sourire amusé flotta sur mes lèvres. Je ne me permis aucune remarque, consciente que ma situation de "suivante" ne me le permettait pas, mais je trouvai cela amusant que l'homme trouve la forêt si inconfortable. Moi, c'était leurs lits, dans leurs auberges, que je trouvais bien étranges pour se reposer. Ils ne me gênaient pas, je trouvais même ces couchages amusants, mais, pour moi, rien de mieux que des feuillages pour m'allonger et songer. Notre différence de perception m'amusait.

Nous reprîmes donc la route, avançant à un rythme soutenu. Je préférais flâner si je le pouvais, mais un peu de vitesse ne me dérangea pas particulièrement. Il était intéressant de modifier mes habitudes. J'étais curieuse de voir où aller nous emmener le chevalier. Cela faisait un moment que je n'avais pas fréquenté d'autres humains, hormis ceux qui nous avaient capturées, Nienor et moi ! Je ne doutais pas que, cette fois, l'expérience serait bien plus positive, et j'avais hâte de voir des nouveautés.


•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Sam 31 Déc 2016 - 16:47

Oscar menait sa monture d'un bon pas, pensif. Certains évènements de la veille avaient été des plus étranges. Pour un peu, durant le feu de l'action, il aurait juré sur tous les dieux, Silux excepté, que la Dryade s'était changée en bête sauvage. Mais, cela devait être une illusion, ou quelque chose du même acabit. Et si c'était vrai... Et bien, le chevalier ne connaissait pas assez les Dryades pour savoir si cela était un attribut naturel chez ces créatures ou non.
Sur le dos du cheval, Nienor détaillait le "paysage", ce qui allait vite étant donné que le trio se trouvait dans une forêt et que, partant de ce postulat, la monotonie du trajet n'était brisée que par les quelques clairières qu'ils traversaient. Ils cessèrent leur trajet, le temps de se restaurer de fruits et de pain commençant à rassir. Durant l'après-midi, ils rejoignirent une route plus large que le (relatif) sentier forestier sur lequel ils voyageaient, et Oscar leur désigna la vague direction de l'Est :

"Il s'agit d'une des routes royales sillonnant le Royaume. La différence avec les autres routes, c'est que des soldats estanols y patrouillent et que l'on peut y trouver des auberges de voyages. Si mes souvenirs sont exacts, il s'en situe une non-loin d'ici. Nous devrions y parvenir dans la soirée, c'est bien plus calme et sécurisé que de dormir à la belle étoile."

Nienor acquiesça. Elle n'aimait pas, en réalité, être sur le dos d'un cheval. C'était fort inconfortable, et elle ressentait une certaine douleur au niveau de ses reins, et avait hâte de se retrouver dans ladite auberge, ne serait-ce que pour se reposer sur un lit confortable. Enfin, après plusieurs heures de route, et une fois la nuit tombée, ils parvinrent auprès d'un édifice lourdement fortifié. De ses fenêtres de cornes, une vague lumière transparaissait. Des soldats alertes, bien armés, se trouvaient au portail. Ils laissèrent Oscar et les deux femmes entrer. De petites lanternes produisaient une certaine clarté dans la pénombre, éclairant une écurie, une maison de serviteurs d'où sortirent des pages qui vinrent à la rencontre du trio.
Ils les guidèrent jusque dans la salle commune de l'auberge, chauffé par l'âtre dans lequel ronflait joyeusement le feu. Un homme au visage fatigué et au nez rougit par le vin accueillit les voyageurs.

"Monseigneur, bien le bonjour ! Que puis-je pour vous et pour votre dame ?"

"Mmmmh... Une grande chambre, je vous prie. Et vous porterez nos repas là-haut."

"Bien. Quant à l'esclave, elle peut dormir dans le quartier des serviteurs, juste au-dehors."

"Non. Elle reste avec nous."

L'homme fit la moue, mais accepta, tout en tendant la main. Oscar fouilla son escarcelle et en prit quelques pièces d'argent, qu'il déposa dans la main de son interlocuteur. Un claquement de doigt de l'aubergiste fit venir un jeune palefrenier, qui guida le trio dans une chambre assez spacieuse, scindée en deux par un mur de bois. Le lit, de grande taille, se trouvait dans la seconde partie de la pièce. Oscar le désigna à Nienor et Maïlinya :

"Dormez dedans. Je dormirais dans cette pièce, en travers de la porte. C'est même préférable, vu le regard que vous ont lancé certains soûlards dans la salle commune."

Nienor acquiesça du regard, avant de prendre la Dryade à part :

"Dis-moi, que penses-tu d'Oscar ? De la façon dont il se comporte avec nous ?"

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Sam 31 Déc 2016 - 18:32

Nous cheminâmes un moment à travers la forêt, avant de rejoindre un chemin bien plus large. En avisant sa taille, je me fis la réflexion qu'elle devait être beaucoup empruntée et que donc nous devions nous rapprocher des lieux habités, ce que confirma le chevalier :

"Il s'agit d'une des routes royales sillonnant le Royaume. La différence avec les autres routes, c'est que des soldats estanols y patrouillent et que l'on peut y trouver des auberges de voyages. Si mes souvenirs sont exacts, il s'en situe une non-loin d'ici. Nous devrions y parvenir dans la soirée, c'est bien plus calme et sécurisé que de dormir à la belle étoile."

Devant moi, Nienor acquiesça. Quant à moi, je songeai aux arbres, que j'allais devoir quitter pour un moment... mais pas trop longtemps, ma santé en dépendait.

La nuit était tombée lorsque nous arrivâmes auprès d'une habitation. Celle-ci était aussi bien protégée que le chevalier lui-même, des fortifications tenant le rôle de l'armure qu'il portait et des gardes celui de la lame de leur compagnon de route. Je retins mon souffle lorsque nous approchâmes ceux-ci, mais ils nous laissèrent passer sans problème. Qu'est-ce qu'ils pouvaient être étranges, ces gardes ! A la fois présents et absents, immobiles et impressionnants. Et quelle patience, pour demeurer ainsi à ces portes...

Nous nous séparâmes, et suivîmes des hommes qui nous menèrent à l'intérieur d'une salle de l'auberge, dans laquelle la température grimpa soudain. Un feu - heureusement trop éloigné pour me blesser - baignait en effet les lieux de sa chaleur, tout en projetant sa lumière mouvante dans la salle où étaient attablées plusieurs personnes. Un homme vint à notre rencontre, et s'adressa à Oscar, lui demandant ce qu'il souhaitait, ce à quoi celui-ci répondit qu'il souhaitait une grande chambre et que l'on apporte dans celle-ci de la nourriture. L'homme proposa alors que je dorme avec les autres serviteurs. Je n'eus pas le temps de m'inquiéter que le chevalier refusait, disant que j'allais dormir avec eux.

Visiblement, cela ne plut pas à l'homme qui nous avait reçus, mais il accepta tout de même, et attendit qu'Oscar le paie. Puis nous fûmes conduits à notre chambre par un autre homme, qui nous laissa là.

La chambre était grande, comme le chevalier l'avait demandé, séparée en deux par un mur. L'une des deux partie comportait un grand lit, que le chevalier nous désigna :

"Dormez dedans. Je dormirais dans cette pièce, en travers de la porte. C'est même préférable, vu le regard que vous ont lancé certains soûlards dans la salle commune."

Un éclair de compassion me traversa. Le chevalier avait tant souhaité le confort d'une auberge et finalement il nous cédait le lit. Cela était généreux. Nienor et moi nous dirigeâmes dans notre partie de la chambre, et ma compagne me demanda discrètement :

"Dis-moi, que penses-tu d'Oscar ? De la façon dont il se comporte avec nous ?"

Je levai les yeux vers elle. Je ne savais trop que répondre. Je n'avais pas l'habitude des usages humains. Mais le chevalier m'avait l'air gentil... à part lorsqu'il nous avait parlé de l'exploitation des centaures, qui me restait toujours en travers de la gorge.

Maïlinya : Eh bien... il me semble amical, poli. Il veut visiblement notre bien. Je ne sais que penser de ce qu'il va réaliser auprès des centaures. Mais pour le reste, il me semble fiable et agréable. Il te parle avec beaucoup de respect.

J'adressai un sourire à mon amie. Je ne savais pas vraiment ce qu'elle avait voulu savoir par sa question. Se méfiait-elle du chevalier ? Si c'était le cas, je ne comprenais pas vraiment pourquoi. Il était très prévenant envers elle.


•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Lun 2 Jan 2017 - 15:44

La Dryade leva les yeux vers Nienor. Cette dernière observait l'Humain qui prenait à présent soin de son équipement, en passant un chiffon sur ses épaulières, puis son casque. Même à cette distance, elle pouvait sentir l'odeur métallique qui se dégageait de lui. Elle fronça le nez, tandis qu'un mélange de sueur et de métal lui agressait les narines. Maïlinya répondit à sa question en expliquant qu'elle le trouvait amical et poli, et sentait qu'il souhaitait le bien des deux femmes. De plus, il semblait porter un certain respect à Nienor... Mais la Dryade avait un peu de mal à composer avec le fait qu'il aurait à diriger des Centaures. Nienor avait un peu de mal à voir où était le problème là-dedans, mais étant estanole d'origine... Certes, on pouvait arguer qu'elle avait vécu sous la férule de brigands durant une grande partie de sa vie, mais peut-être était-ce aussi ce qui expliquait son... Détachement vis-à-vis de ce genre de chose. Elle soupira, avant de déposer un baiser sur la joue de la Dryade.

"Merci. J'avoue que j'ai... J'ai à réfléchir."

Elle sortit de la chambre et alla demander à ce que l'on monte des seaux d'eau dans leur chambre, ainsi qu'une grande bassine de bois étanche. L'aubergiste fut étonné par cette demande, mais obtempéra. Nienor fit porter le tout dans la seconde partie de la pièce, avant d'indiquer le tout aux autres membres du trio :

"Voilà de quoi nous laver. Le sang du combat d'hier, la crasse de la route et l'épuisement dû au voyage disparaîtront avec cela. Nous avons un seau d'eau chacun, usez-en à votre convenance."

Oscar acheva de nettoyer son matériel et remercia la jeune femme d'un mouvement de tête. Il se leva et indiqua qu'il allait prendre son bain en dernier, laissant les deux femmes commencer, avant de sortir de la chambre. Nienor haussa des épaules et ôta sa robe, avant de se mettre debout dans la bassine. Elle versa sur elle le contenu du seau, avant de s'accroupir, afin de se nettoyer. La louve ne s'attarda guère sur sa chevelure, préférant frotter ses membres et sa poitrine tâchés de crasse et de terre. Elle se releva et renfila sa robe, après s'être sommairement séchée, avant de jeter le contenu de la bassine par la fenêtre.

"Je... Je pense que nous irons dans la salle commune, quand Oscar prendra son bain. Qu'en dis-tu ?"

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Maïlinya le Mer 11 Jan 2017 - 15:40

Nienor soupira, et me déposa un baiser sur la joue, qui éveilla en moi un élan de tendresse à son égard. La jeune femme était vraiment adorable ! Je ne sympathisais d'ordinaire qu'avec des animaux, et les humains qui passaient du temps avec moi avaient été rares... et jamais aussi gentils que Nienor. Je me rendis compte que je me sentais aussi bien avec elle qu'avec les loups... ce qui n'était pas peu dire, car ceux-ci étaient les animaux avec qui j'avais la plus grande proximité. Ils venaient certes derrière les plantes, mais la relation que je pouvais avoir avec eux était fort différente, et les animaux avaient des choses à donner que n'avaient pas les végétaux...

Nienor reprit la parole :

"Merci. J'avoue que j'ai... J'ai à réfléchir."

Je ne compris pas tout à fait sa remarque. Je me demandai en quoi elle avait à réfléchir. Mais il m'était parfois tellement difficile de comprendre les humains que je ne relevai pas. J'étais encore loin de comprendre tous leurs us et coutumes. Peut-être Nienor hésitait-elle à demeurer avec le prénommé Oscar.

Mon amie sortit de la chambre, et revint avec des hommes qui portaient trois seaux d'eau et une bassine de bois. Elle nous désigna ceux-ci tandis que les hommes nous laissaient, et nous expliqua :

"Voilà de quoi nous laver. Le sang du combat d'hier, la crasse de la route et l'épuisement dû au voyage disparaîtront avec cela. Nous avons un seau d'eau chacun, usez-en à votre convenance."

Oscar remercia Nienor, et termina ce qu'il faisait, avant de nous annoncer qu'il prendrait son bain en dernier et de quitter la chambre, nous laissant toutes deux. Mon amie s'approcha de la bassine, s'emparant d'un seaux, et j'examinai la pièce pendant qu'elle se lavait, tâtant notamment le lit. Je souris d'amusement devant sa texture. C'était vraiment... étrange. Les humains inventaient de drôles de choses !

Nienor sortit du bain, remit son vêtement, et vida l'eau du bain avant de me laisser la place, tout en me demandant :

"Je... Je pense que nous irons dans la salle commune, quand Oscar prendra son bain. Qu'en dis-tu ?"

Je me glissai dans la bassine, me versai l'eau dessus, et commençai à me frotter, tout en m'appliquant à lui répondre :

Maïlinya : J'en serais ravie ! J'aime beaucoup rencontrer des personnes... du moins, quand elles n'essaient pas de nous attaquer.

Je me demandais quel genre de convives il y aurait ici. Je n'étais jamais venue par ici, du moins je ne m'en souvenais pas... Je ne connaissais donc pas les êtres de cette région.

Je terminai de me nettoyer, et remis ma petite robe. Elle était en piteux état, ne me couvrant pas beaucoup, mais c'était mon seul habit, et je la portais davantage par coquetterie et pour correspondre aux mœurs humaines que par réel nécessité. Je me retournai vers Nienor, prête à la suivre dans la salle commune.


•————————————•
Maïlinya et son autre

Maïlinya
Champion
Champion

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Nienor le Dim 15 Jan 2017 - 2:52

Oscar patientait dans la salle commune, un pichet d'eau devant lui. Il était assit à une table, près du feu, seul. Son rang social, bien plus élevé que celui de la plupart des clients de l'auberge, lui avait assuré une certaine solitude mâtinée de respect. Il contemplait les flammes qui dansaient sur les bûches empilées dans la cheminée en craquant, plongé dans ses pensées. L'aubergiste lui avait servi à boire et, devant son mutisme, l'avait laissé. Ce dernier était au comptoir, essuyant les chopes, lançant des ordres aux serviteurs qui s'affairaient dans la salle. De la cuisine, une odeur de nourriture venait chatouiller les narines des personnes présentes dans la salle commune.

Les deux femmes vinrent le rejoindre et s'assirent à sa table. Il les salua d'un hochement de tête, avant de se lever pour se rendre à son tour dans la chambre. L'Humain, durant son trajet, avait ostensiblement posé sa main sur la poignée de sa dague, afin de lancer un message à l'assemblée : si quoi que ce soit arrivait aux deux femmes, ce ne seraient pas les gardes postés à l'entrée qui l'empêcheront de prendre des mesures... Expéditives.
L'aubergiste revint à la table, cette fois pour servir les deux femmes. Il apporta rapidement leurs commandes et, alors que Nienor serrait entre ses mains un gobelet d'hydromel, l'Humain ne put s'empêcher de prendre la parole :

"Votre mari, quand même, est bien étrange, ma bonne dame. D'ordinaire, les chevaliers de passage se mêlent aux convives, mais lui... Rien, il reste dans son coin et il attend. Bien bizarre, si vous voulez mon avis."

Nienor fut surprise, au premier abord. L'aubergiste l'avait prit pour l'épouse d'Oscar ? Bien étrange. Surtout qu'elle n'avait pas l'apparence d'une femme de chevalier : sa robe de paysanne était des plus simples et des plus fatiguées et n'était absolument pas celle qu'une épouse de chevalier portait d'ordinaire, même pour le voyage. Pourtant, elle prit le parti de confirmer l'aubergiste dans ses illusions, tout en jouant l'épouse modeste.

"Sans doute. Mais je sais où est ma place, et ne vais guère troubler sa concentration. C'est un bon guerrier, et je vous prierais d'en faire de même."

Son interlocuteur fit une grimace, avant de s'en retourner vers son comptoir. Nienor haussa les épaules à l'intention de Maïlinya, avant de boire une gorgée d'hydromel... En grimaçant tout autant : l'aubergiste avait sans nul doute l'habitude de corser ses boissons, et cela les rendait pratiquement imbuvable, à son sens. La portion de miel, dans son gobelet, était des plus minimes, au profit d'un alcool fort.

"Enfin... Au moins, nous pourrons passer une bonne nuit, dans des draps chauds. Qu'en penses-tu ?"

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.

Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un nouveau chemin douloureux

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum