La relique des Centaures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La relique des Centaures

Message  Shaïla DesRoses le Ven 5 Aoû 2016 - 19:22

La jeune demi-elfe s’approche lentement de l’auberge. Depuis plusieurs jours, elle arpente les rues d’Astune et de Vulgarde pour informer les marchands et les aubergistes de sa quête. Quelle quête ? Elle sourit de plus belle en repensant à sa dernière trouvaille. Selon ses sources, très sûres, une tribu de centaures dans le coin d’Onor se serait emparée d’un artefact ancien. En tant que chasseuse de reliques, la jeune demi-elfe n’a tout simplement pas pu se retenir de foncer le plus vite possible vers Estandre, puis vers Astune. Les objets anciens sont toujours chargés d’histoire, et parfois même de magie. Ils se vendent généralement à bon prix, ce qui finance sa quête, même si elle garde la plupart de ces reliques en souvenir. En jetant un coup d’œil derrière elle, elle se remémore les instructions qu’elle a données aux commerçants du coin. Si l’un d’eux croise un aventurier, il lui dira où la trouver. Enfin, c’est ce qu’elle espère, après tout l’argent dépensé en pots-de-vin. Avec un soupir, elle lève ses bras au-dessus de sa tête pour s’étirer. Le soleil de fin d’après-midi frappe contre son dos et elle grogne de plaisir. L’été n’est pas sa saison favorite, mais les rayons ont l’avantage de réchauffer son corps endormi. Avec un sourire, elle jette un regard vers les arbres qui bordent le petit village. Ils ont depuis un moment abandonné leur parure rosée qu’elle aime tant. Une vague de nostalgie la parcoure. Depuis combien de temps n’a-t-elle pas revu Ewinter ? Avec un petit soupir, elle chasse l’image de la dryade à la tignasse de prunier de sa tête pour se concentrer sur sa quête. La raison pour laquelle elle a fixé le point de rendez-vous avec les aventuriers dans ce village est simple. Premièrement, il est près d’Astune, et deuxièmement, il est seulement à quelques heures de la tribu de centaures qui s’est approprié l’artefact qu’elle convoite. Remise d’aplomb par ses propres pensées, elle pousse la porte de l’auberge et s’installe confortablement à la table la plus proche de la porte. Sa rapière frôle le sol, ce qui force la jeune femme à la remettre en place. Habituée à la présence de son arme contre sa hanche, elle a appris auprès de son maître à considérer sa lame comme une expansion de son propre corps. Mais quoi de plus normal pour une Maître des Lames ? Avec un sourire détendu, elle pose son menton contre ses bras croisés sur la table. Selon les dires de ses alliées, l’artefact qu’elle recherche aujourd’hui aurait appartenu à une très ancienne et importante tribu centaure. Malheureusement pour elle, son nom s’est perdu au fil du temps, mais elle est sûre que les historiens s’arracheront cette relique pour reconstituer toutes les trames de la vie en Orcande. Seulement, la curiosité fait naître pleins d’images dans sa tête. Si elle réussit à mettre la main sur cet objet, elle en sera à sa quatrième relique. Aucune de ses dernières trouvailles n’était magique, mais elle garde espoir de trouver un jour quelque chose d’intéressant. Et puis même à cela, elle adore les aventures dans lesquelles la plonge sa quête. Dans l’attente de voir un possible coéquipier passer la porte, elle s’imagine à quoi peut bien ressembler l’artefact qu’elle recherche. Serait-ce une arme ? Un bijou ? Un simple vêtement ? Des armoiries ? Elle soupire puis lève la tête en entendant la porte de l’auberge s’ouvrir. Devant elle, à quelques pas seulement, une naga vient d’entrer et balaie la pièce du regard. Une future coéquipière ? Un sourire naît sur les lèvres de la demi-elfe et elle fait un signe de main à l’être au corps de reptile. Une demi-sang et une naga… Intéressant !

•————————————•
avatar
Shaïla DesRoses
Novice
Novice

Race : Demi-sang
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Euryssa le Sam 6 Aoû 2016 - 14:13

Après une longue absence, me revoici enfin sur les terres d’Orcande. J’étais rappelé à nouveau pour une mission sacrée, donnait par le temple. Accomplir un tel devoir était à chaque fois pour moi un immense honneur, mais sachant la destination, je regrettais de suite la maison. Ah oui, depuis mon départ de Telbara, j’étais retourné à ma cité, Antalkor. Là-bas, j’ai pu me reposer de tous mes services rendus depuis mon séjour sur terre. De plus, c’était pendant le début de l’été et à cette date chaque année, il y avait la grande fête de la cité. Elle avait un fond historique, car elle commémorait la naissance de la ville, mais aussi une forme religieuse, car on y célébrait les divinités pour leur bienveillance à nous avoir créés. Chaque année, cette fête était magnifique. Tout le monde venait habiller avec un costume très coloré, paré d’ornement fantaisiste. Après, on y pratiquer les danses et chants traditionnels, au rythme de nos instruments, des spectacles sur les places étaient donner aussi, comme du théâtre ou des marionnettes par exemple. Le plus amusant fut ceux qui s’amusaient à jeter en l’air des poudres colorées, ce qui donnait une apparence d’arc-en-ciel à notre belle cité. Et n’oublions pas le fameux de l’histoire, la grande cérémonie, officiait par les prêtres et notre Supraquadote. Ils accomplissaient divers rituels et faisaient danser des adeptes devant tout le monde, suivit en suite par une procession et enfin une grande et forte prière chanter. Malheureusement, à cause de mes dernières missions, je n’ai pu participer avec les autres prêtres. Mais ils me l’ont proposé pour l’année prochaine, j’en fus bien heureuse. J’ai profité des festivités avec ma famille et mes amis que je n’avais pas vus depuis ce qui me semblait être une éternité. Tout se passait merveilleusement bien.

Tout cela me manquait, surtout depuis que l’on m’a dit que ma prochaine destination se trouvait sur les terres d’Estandre. Une des plus célèbres terres peuplées d’humains xénophobe. J’en étais presque remise. Mais comme je n’étais pas du genre à contredire les ordres du temple, j’acceptais la mission. Mais comme pour la dernière fois, j’aurais droit à un garde du corps. Un garde humain. Je priais sans cesse la déesse pour qu’elle me protège durant notre voyage, et même à Estandre. Toute personne comme moi aurait des raisons de craindre ces terres hostiles. Mais je devais accomplir mon devoir, aidé de pauvres âmes dans le besoin. Cependant, notre route ne fut pas des plus paisible, du moins, pas dans une partie. Au début, ce ne fut que des bêtes sauvages bien grosse qui nous menacèrent, mais rien de grave. Les gens que nous croisions nous évitèrent et certains, sans trop craindre les représailles me traitèrent de « Serpent » ou « Sale rampant », cela me rappelait fortement quelqu’un. Nous avions réussi à traverser le royaume sans trop d’encombres. Mais un jour, mon protecteur m’expliqua que nous devions prendre un bateau pour descendre le fleuve Kidre. Nous étions obligés de faire un détour, car une créature enterait le fleuve voisin. Ce fut à ce moment si que les choses s’aggravèrent.

Alors que je dormais sur le bateau, un violent bruit me réveilla violemment. Sortant de ma petite cabine, je vis le navire brûlait et s’échouer sur le rivage. Je descendis du navire et me mis à appeler les autres passagers. Aucun signe d’eux. Le feu n’avait pas pris tout le navire, il s’était éteint avant de le consumer. Dans sa carcasse, je ne trouvais aucun corps. Mais je mis la main sur la carte, elle m’indiquait la présence d’une ville non loin à Onor. Peut-être y trouverais-je de l’aide. Sur la route justement, à travers la forêt, je tombais sur mon garde du corps, blessé et désorienter. Après l’avoir soigné, il m’expliqua qu’il s’était disputé avec le capitaine du bateau et que tout le monde s’était battu entre eux. J’en fus fort surprise. Je le fus tout autant quand le mercenaire avoua que l’un des marins était un horrible monstre. Il présenta sa démission et prit la fuite. J’en fus sidéré. Après un moment de réflexion, je partis rejoindre la ville, qui même si elle était Estanole, je pourrais y trouver de l’aide. J’arrivais dans un village pas plus différent des autres. J’aurais sans doute plus de chance à l’auberge. Je gardais bien en main mon sceptre pour montrer mon statut de prêtresse. Cela pourrait m’aider.

Une fois sur le seuil, je fus accueilli par des regards noirs des gens présents. Ils ne devaient s’attendre à voir une nagi parmi eux, encore moins une sous le signe de la déesse. Je fus non seulement mal à l’aise par leur accueil glacial, mais aussi par la mauvaise odeur d’alcool, de nourriture et d’urine. Comment ne pas y tomber dans les pommes. Ne voulant trop imposer ma présence, j’allais partir lorsque quelqu’un me fit signe. Y prêtant attention, je remarquais qu’il s’agissait d’une belle femme me faisant signe de la rejoindre. J’étais inquiète du pourquoi de cette invitation et curieuse. J’avançais doucement vers elle, évitant de trop toucher les autres clients. Quand je fus devant elle, les estanoles reprirent leur activité. Ils devaient se dire que j’étais l’esclave de la jeune femme sans doute. Mais j’avais toujours droit à des regards gênants. Je regardais celle qui m’avait appelé. Grande, belle, cheveux un peu roux, je dirais, vu sa tenue, elle devait être une sorte d’aventurière. Je me mis à lui sourire et à lui demander :

Euryssa – Bien le bonjour mademoissseille…. Que puis-je pour vous ma chère enfant ? Ssssss

•————————————•

Fiche de personnage


Danse sacrée Naga :
avatar
Euryssa
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Shaïla DesRoses le Sam 6 Aoû 2016 - 21:37

La demi-elfe regarde s’approcher la naga, souriante, et en profite pour la détailler subtilement. La première chose qui la frappe est l’ensemble d’écailles dorées parcourus de reflets orangés qu’arbore la nouvelle venue. Depuis qu'elle est toute jeune, la jeune épéiste adore croiser les représentants d'autres races. Les particularités des autres peuples d'Orcande ont toujours été un sujet de curiosité pour elle. Son regard continue de se balader sur l'inconnue, et s'arrête sur l’autre détail intéressant, qui n’est autre que le sceptre qu’elle porte à la main. N’étant pas très calée en mythologie, la demi-elfe ne saurait dire de quelle divinité provient le symbole qui orne le bâton. Elle se promet mentalement de poser la question.

Euryssa - Bien le bonjour mademoissseille…. Que puis-je pour vous ma chère enfant ? Sssss

Avec un air qu’elle veut engageant, la jeune femme invite la nouvelle venue à s’asseoir. Dans les yeux de la femme-serpent se lit un mélange de méfiance et d’intérêt qui amuse Shaïla. Rares sont les gens qui la regardent de cette manière. D'habitude, elle croise plus le dédain qu'autres choses.

Shaïla – Bonjour à vous ! Il est rare de croiser des nagas dans le coin. Vous avez entendu parler de mon annonce ?

La naga s’installe en face d’elle et lui lance un regard interrogateur.

Euryssa – Une annonssse ?

La demi-elfe sourit avec une certaine indulgence mêlée de déception et fait signe à l’aubergiste de lui emmener deux pintes d’alcool. L’homme leur lance un regard méfiant mais obtempère. Depuis des lustres, la jeune femme s’est habituée à sa différence. Étrangement, cela ne semble pas être totalement le cas de la naga, bien qu’elle ne le laisse que peu paraître.

Shaïla – Je suis une chasseuse de relique et j’ai entendu parler d’un artefact détenu par une tribu de centaure du coin. Le renfort de quelques personnes dévouées ne peut faire de mal. J’ai payé la plupart des commerçants du coin pour qu’ils acceptent d’informer leurs clients de ma requête, mais… Je crains de m’être faite arnaquer.

La jeune femme fait une pause avant de pointer le sceptre que tient encore la naga.

Shaïla – Vous êtes prêtresse ? Je ne m’y connais pas beaucoup en divinité. Au fait, je suis Shaïla Desroses, Maître des lames. Ravie de faire votre connaissance... Heum... Vous ne m'avez pas encore donné votre nom, je crois. Je suis bavarde aujourd'hui, veuillez m'excuser.

La demi-elfe soupire de son propre ridicule et se remet à sourire. En temps normal, elle est plutôt avare de paroles. Pourtant, la présence d'une personne comme elle, rejetée de la société, semble la mettre de bonne humeur.

•————————————•
avatar
Shaïla DesRoses
Novice
Novice

Race : Demi-sang
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Euryssa le Lun 8 Aoû 2016 - 21:06

Une annonce ? Je n’avais entendu parler d’annonce de quoi que ce soit dans le coin. Encore aurait-il fallu qu’un humain ici, veuille me parler. Visiblement, elle me prenait pour quelqu’un d’autre. J’étais assez gêné et avais peur que cela ne créer un terrible malentendu. Déjà que j’étais un peu perdu dans ce village, me le voici davantage en arrivant à cette table. Il ne me resterait plus qu’à présenter mes excuses à cette dame et partir doucement, mais sûrement de cet endroit puant et crasseux. On nous servit à chacune un verre d’alcool. Je remerciais le serveur, qui lui me lança un regard rempli de mépris. Voilà de quoi attirer de la clientèle.

Shaïla – Je suis une chasseuse de relique et j’ai entendu parler d’un artefact détenu par une tribu de centaure du coin. Le renfort de quelques personnes dévouées ne peut faire de mal. J’ai payé la plupart des commerçants du coin pour qu’ils acceptent d’informer leurs clients de ma requête, mais… Je crains de m’être faite arnaquer.

Je fus surprise par ses dires. M’attendant plus à un « Vous n’êtes pas intel, vous devez partir… Très bien au revoir… » Elle m’expliqua qui elle était avec une certaine joie. Elle semblait s’adapter à la situation et quelle que soit la mission qu’elle désirait remplir, elle comptait sur ma collaboration. Je pouvais en déduire qu’elle recrutait pour l’aider. Pourquoi déjà ? Un artefact en possession centaure. Jamais de ma vie, je n’en avais vu. Cela éveilla un peu ma curiosité. Et pour obtenir de l’aide, elle aurait payé des marchands pour faire passer l’information, mais sans grand succès. Son regard se tourna vers mon sceptre et, pointant du doigt, me demanda :

Shaïla – Vous êtes prêtresse ? Je ne m’y connais pas beaucoup en divinité. Au fait, je suis Shaïla Desroses, Maître des lames. Ravie de faire votre connaissance... Heum... Vous ne m'avez pas encore donné votre nom, je crois. Je suis bavarde aujourd'hui, veuillez m'excuser.


On partait un peu plus dans « mon domaine » si je puis-je dire en parlant de religion. Elle menait plus une vie d’aventure que de piété, ce que je ne reprochais pas. Se présentant sous le nom de Shaïla Desroses, elle affirma être maître des lames. Je ne savais pas trop de quoi il s’agissait, il me semblait que ce sont des gens liant magie et armes blanches comme les guerriers-mages. Elle s’attendait à présent que j’en face tout autant. Son énergie et sa bonne humeur furent plaisantes, mais j’étais un peu mal à l’aise. Avant de lui répondre, je voulais savoir un peu plus sur elle, grâce à mon odorat. Effectivement, elle sentait bien les longs voyages, mais pas plus mauvais que cet endroit. Par contre, j’ai cru apercevoir que ses oreilles étaient un peu pointues. Une elfe ? Non-impossible, pas ici, ils n’aimaient pas se mêler aux autres espèces. Une demi-elfe alors ? Elle courait un grand risque ici, ils ne sont vus que des sous-espèces en Estandre, un peu comme moi. Ne voulant risquer quoi que ce soit de fâcheux, je lui répondis :

Euryssa – Oui, je suis prêtressssse effectivement mon enfant.  Je sssers tous les dieux, mais je voue surtout ma vie à Kaluni ? Déesse mère, sssi vous connaissez.

M’accordant un instant avant d’enchainer après avoir essayé de me sentir un peu plus à l’aise :

Euryssa – Je me nomme pour ma part, Euryssssa. Originaire de la cité d’Antalkor…. Alors, vous cherchez de l’aide pour voler un artefact jeune aventurière ?

Si tel était son but, je ne pourrais pas m’y opposer, sauf si elle poursuivait un objectif bien sombre, menaçant des vies innocente. Sinon elle suivrait son envi comme cela lui chantait. J’espérais qu’elle ne s’imaginerait pas que je me porterais présente à sa quête, qu’il n’y est de mal entendu sur ce sujet non plus. Bien que je sache me défendre, ne n’étais pas une grande guerrière, encore moins une voleuse, que les dieux m’en gardent.

•————————————•

Fiche de personnage


Danse sacrée Naga :
avatar
Euryssa
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Shaïla DesRoses le Lun 15 Aoû 2016 - 23:36

Face à la demi-elfe, la naga semble la détailler avec une attention toute particulière. Sans en être vraiment mal-à-l'aise, après tout, n'est-elle pas l'un des peuples les plus rejeté d'Estandre, la jeune femme se sent tout de même un peu gênée. A-t-elle au moins remarqué qu'elle est une demi-elfe ? Elle doit croire ces lieux dangereux pour elle, même s'il n'en est rien puisque quelques racistes n'ont jamais posés de problèmes à sa lame. Avec un sourire, l'aventurière écoute la réponse de l'inconnue.

Euryssa – Oui, je suis prêtressssse effectivement mon enfant.  Je sssers tous les dieux, mais je voue surtout ma vie à Kaluni ? Déesse mère, sssi vous connaissez.

Kaluni... La demi-elfe a beau se creuser les méninges, elle ne se rappelle que de vagues allusions très peu pertinentes. Bon sang, les Maîtres des Lames qui l'ont pris sous leur ailes n'en avaient tant que ça rien à faire des Dieux !? Avec un regard vers son interlocutrice, elle espère un instant que les Prêtresses n'ont rien contre les incultes, les non-croyants ou les agnostiques. La femme-serpent reprend bien vite ses présentations, pour ne pas laisser la demi-elfe dans le vague pendant trop longtemps.

Euryssa – Je me nomme pour ma part, Euryssssa. Originaire de la cité d’Antalkor…. Alors, vous cherchez de l’aide pour voler un artefact jeune aventurière ?

La jeune femme sourit à la mention d'Euryssa, qui est, somme toute, un assez joli nom, puis se rembrunit sous l'accusation lancée sur elle. Son regard, auparavant jovial et amical, se transforme pour devenir aussi glacial que l'hiver. Pourtant, un sourire continue d'étirer ses lèvres.

Shaïla - Pardonnez-moi. Je crains que nous nous soyons mal compris. Je suis une aventurière, pas une voleuse.

Avec un petit soupir, elle ramène dans son dos une mèche de cheveux rebelle. Cette Prêtresse a du culot de l'accuser ainsi alors qu'elle n'a même pas encore exposé son plan. Pourtant, après qu'un froid se soit imposé entre les deux femme, la demi-elfe retrouve sa jovialité et continue sur sa lancée. Peut-elle réellement en vouloir à cette Prêtresse ? Ses activités sont plus que louches après tout. Qui donc dans tout Orcande a pensé à entreprendre la même quête qu'elle ? Peu de gens, elle le craint.

Shaïla - Les artefacts n'appartiennent à personne avant d'avoir été déposé près d'un historien d'une des capitales. Il en va de même depuis... Que les historiens existent, je suppose. De ce fait, même si, dans une réalité ou une autre, je m'emparais d'un artefact dans le dos d'un centaure, ce ne serait pas réellement du vol. Mais je comprends votre point de vue. Sachez que la première méthode que j'emploie se doit toujours d'être la diplomatie. C'est un détail qui me tient à coeur, peu importe combien il peut s'avérer stupide. Bien sûr, je suis guerrière, et de ce fait, je ne rechigne pas à me battre pour m'emparer de ce que je convoite... Pourtant, j'essaie de toujours respecter les traditions guerrières des gens que j'approche, pour obtenir légalement les reliques que je recherche. J'espère m'être bien fait comprendre, et que vous me pardonnerez ma réaction au mot "voler".

Avec un nouveau sourire, la demi-elfe plante son regard dans celui de la naga. Elle sait bien que si l'impression qu'elle a donné n'était pas bonne, ou si elle n'a pas réussit à expliquer correctement ses méthodes, la Prêtresse lui refusera son aide. Pourtant, la compagnie d'une personne comme elle lui paraît si agréable... En fixant son interlocutrice, la demi-elfe repense, pendant un instant fugace, à la chevelure rosée de son amie. Rahh ! Quand se décidera-t-elle enfin à chasser Ewinter de ses pensées !? La nostalgie s'empare doucement d'elle. Peut-être trouvera-t-elle un jour une autre personne qui l'acceptera. Peut-être.

•————————————•
avatar
Shaïla DesRoses
Novice
Novice

Race : Demi-sang
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Euryssa le Jeu 18 Aoû 2016 - 15:34

Shaïal eut une curieuse réaction. D’abord, elle afficha un des sourires les plus chaleureux, de suite après son visage s’effondrait. Son regard passa de l’été à l’hiver, me faisant bien sentir le souffle glacé. J’avais peut-être touché une corde sensible, ou bien cette demi-elfe n’était pas de nature aimable, se forçant par politesse, mais dévoilant vite son attitude froide. Je restais impassible à ce changement d’humeur subite. Il ne fallait pas se montrer déstabiliser face à cela, sinon nous nous faisons manger rapidement. Un sourire fut tracé sur son visage, mais gardant ses yeux froids. Cela donnait quelque chose d’un peu malsain. Mais sur qui j’étais tombé ?

Shaïla - Pardonnez-moi. Je crains que nous nous soyons mal compris. Je suis une aventurière, pas une voleuse.

C’était donc à cause de cela. Elle était vexée de s’être fait nommer voleuse. Les voleurs eux-mêmes se défendaient en se disant ne pas l’être, d’être justes des commerçants honnêtes, du moins pour beaucoup d’entre eux. Mais sa petite histoire m’avait fait penser directement à ça. Elle chassait les reliques et elle voulait en dérober une qui était en position de centaures. Pour moi, c’était du vol si la relique appartenait déjà à quelqu’un, je l’avais compris comme ça. Après, les aventuriers eux-mêmes prenaient les butins trouvés dans les donjons ou sur les corps des ennemis, disons donc que la frontière entre eux et les voleurs restait mince. Mais je n’allais pas la juger, je pouvais très bien me tromper et il serait intelligent de la laisser s’expliquer. J’avais peut-être mal compris et donc, besoin d’éclaircissement.

Shaïla - Les artefacts n'appartiennent à personne avant d'avoir été déposé près d'un historien d'une des capitales. Il en va de même depuis... Que les historiens existent, je suppose. De ce fait, même si, dans une réalité ou une autre, je m'emparais d'un artefact dans le dos d'un centaure, ce ne serait pas réellement du vol. Mais je comprends votre point de vue. Sachez que la première méthode que j'emploie se doit toujours d'être la diplomatie. C'est un détail qui me tient à coeur, peu importe combien il peut s'avérer stupide. Bien sûr, je suis guerrière, et de ce fait, je ne rechigne pas à me battre pour m'emparer de ce que je convoite... Pourtant, j'essaie de toujours respecter les traditions guerrières des gens que j'approche, pour obtenir légalement les reliques que je recherche. J'espère m'être bien fait comprendre, et que vous me pardonnerez ma réaction au mot "voler".

Reprenant ce qu’elle venait de me dire, un historien n’avait pas plus de droit sur un artefact, appartenant à son peuple. Un objet important, appartenant à des halfelins par exemple, reviendrait de droit à ce peuple ? Ou à la famille du propriétaire, plutôt qu’à un historien faisant partie d’une autre race ? Mais cela devait dépendre du contexte, je présume. L’histoire de l’objet devait aider à déterminer à qui il revenait et à comment sauver ce patrimoine de contrebandier ou de finir en morceaux. Il ne faut pas se fier aux mots, mais à l’expérience, aux informations et à ce que l’on découvre pour avoir un jugement plus juste. Après, sa méthode pour l’obtenir de façon pacifique, passant par la discussion était plaisante. Elle ne jouait vraiment pas à la voleuse en se faufilant de suite dans leur repère et dérober l’artefact dans l’ombre. Et même, elle respectait les traditions des autres peuples pour avoir le droit de récupérer l’artefact. De bien belles paroles qui l’honoraient, mais il fallait le voir pour le croire. N’importe qui peut se prétendre saint, mais ce sont les actions et nos mobiles qui déterminent ce que nous sommes vraiment. Autant suivre tout ce que je viens de dire :

Euryssa – Je comprend votre réaction. Tout dépend du contexssste. Dites-moi sss’en plusss sur cet artefact. Qu’est-cce que c’est et qu’elle est ssson histoire ?


Si j’en savais un peu plus sur ce qu’elle cherchait, je pourrais m’en faire une meilleure opinion. Mains poser sur le haut de ma queue, ce qui reviendrait à dire sur les jambes pour les bipèdes, je l’écoutais avec une très grande attention. Elle ne perdit pas un instant son sourire, souriante du début jusqu’à la fin j’avais remarqué. Elle devait être quelqu’un de très optimiste, ou de folle, fonçant dans la danger. Optimiste je préférerais.

•————————————•

Fiche de personnage


Danse sacrée Naga :
avatar
Euryssa
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Shaïla DesRoses le Mar 23 Aoû 2016 - 18:01

Malgré les explications de la jeune femme, la naga semble rester sceptique. Lentement, elle pose ses mains sur le haut de sa queue, puis déclare.

Euryssa – Je comprend votre réaction. Tout dépend du contexssste. Dites-moi sss’en plusss sur cet artefact. Qu’est-cce que c’est et qu’elle est ssson histoire ?

Avec un sourire rassuré, Shaïla sort de sa sacoche un parchemin roulé maladroitement et froissé. Le montrant à la naga, elle commence à lui expliquer posément d'où viennent les informations qu'elle possède et de quoi il en retourne exactement. Premièrement, le parchemin qu'elle tient provient d'une ancienne connaissance du temps où elle était encore apprentie. Baelor, un maître des lames, tout comme elle, arpente le monde depuis bientôt quatre décennies, ce qui fait de lui un vieil aventurier. Plutôt tête en l'air et impulsif, les informations qu'il lui délivre sont rarement de bonne qualité, mais il y a toujours un fond de vérité. C'est pourquoi, bien sûr, elle est allée faire valider certains de ces renseignements par les historiens d'Estandre avant de se rendre ici. La possibilité qu'une relique soit effectivement entrée en possession d'une tribu de centaure n'est pas négligeable et le plus important, si cette relique se trouve dans les parages, c'est qu'elle devait appartenir à une très ancienne tribu. Les historiens veulent donc absolument mettre la main dessus et sont prêt à la payer assez cher pour qu'elle leur rapporte l'artefact. En théorie, il devrait s'agir d'une arme ou d'un bijou, mais elle n'en sait pas plus. La relique a-t-elle été bénie ou est-elle chargée de magie ? Encore une fois, elle n'en a pas la moindre idée.

Shaïla - Mais, vous savez, il en va souvent de même avec ce genre de quête. Je ne sais pas trop à quoi m'attendre avant de trouver ce que je cherche. Les reliques sont assez faciles à reconnaître, soit parce qu'elles sont conservées en lieux sûrs, soit parce qu'elles ont l'air si ancienne que j'ai peur qu'elles s'effritent entre mes doigts. Même si parfois, comme aujourd'hui, j'ai une idée plus concrète de ce que je recherche, il arrive que je n'en sache absolument rien. C'est pour ça que certaines reliques mettent toute une vie à être trouvées.

Avec un sourire un peu plus nostalgique, la demi-elfe se rappelle de sa toute première relique, lorsqu'elle a passé des mois à arpenter les mêmes lieux sans rien trouver, avant de tomber -enfin!- sur l'endroit qu'elle recherchait. Sa joie, ce jour-là, avait été telle qu'elle avait fêté toute la nuit, et qu'au matin, elle avait eu une gueule de bois pas possible. Même aujourd'hui, sa quête lui semble toujours aussi palpitante qu'au premier jour. La seule différence est qu'elle sait faire preuve d'un peu plus de retenu lorsqu'elle trouve des artefacts. Revenant au présent, elle enchaîne en expliquant à Euryssa que la tribu de centaures en question, celle qui possède supposément la relique, se trouve juste au nord du petit village, à quelques heures de marche seulement. Selon les paysans, qui les auraient aperçus, et les gardes, la tribu compterait environ vingt individus. En parlant, la demi-elfe lance un regard vers l'une des fenêtre de l'auberge et remarque que la nuit commence à tomber. Après ces jours de marche consécutif, la fatigue commence à peser de plus en plus sur ses épaules, ce qui lui arrache un long bâillement.

Shaïla - Pardonnez-moi, je n'ai que très peu dormi ces derniers temps. Je disais donc : Si vous acceptez, nous partirons demain, à l'aube, pour rejoindre la tribu dans les environs de midi. Je suis désolée de ne pas pouvoir vous donner d'informations concrètes sur ce que je recherche. Tout ce que je sais ne se base que sur des rumeurs, et n'est donc pas très fiable. Pourtant, j'ai entendu dire que cet artefact proviendrait d'une des premières tribus centaures, et de la plus nombreuse qu'il n'ait jamais existé. Selon mon vieil ami, la relique aurait appartenu à l'ancien chef. Mais encore là, ce n'est qu'une rumeur, et je ne peux dire si elle est crédible. Bien sûr, ce serait génial de trouver quelque chose d'aussi précieux, seulement je pense que nous allons plutôt tomber sur une arme qui n'est plus utilisée aujourd'hui et qui aidera les historiens à reconstituer le mode de vie des centaures avant leurs contacts avec les hommes. Enfin... Puis-je compter sur votre aide ? Si vous acceptez, je vais aller dormir, sinon, je vous dirais au revoir, et bonne chance pour la suite de votre voyage, peu importe sa nature.  

Sur ces mots, la demi-elfe se lève et tend sa main à la naga, en attendant de sceller avec elle une entente cordiale d'aide mutuelle, ou de simplement lui adresser des adieux polis.

•————————————•
avatar
Shaïla DesRoses
Novice
Novice

Race : Demi-sang
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Euryssa le Dim 28 Aoû 2016 - 18:07

La demi-elfe déroula devant nous un parchemin. Les choses allaient devenir plus intéressantes que je le pensais. Elle commença par le début, la provenance de ses informations. Elles viendraient d’un collègue, un homme pratiquant la même activité qu’elle. Ce serait cet ami qui lui en aurait parlé et expliquer comment obtenir cette relique. Je trouvais étranges que pour un chasseur de relique, il n’en ai profité pour la trouver avant, ce serait une fortune de perdus, à moins que cela ne cachât quelque chose d’autre. En tout cas, Shaïla avait joué la carte de la prudence en vérifiant ces informations avant. Je ne connaissais pas tous les détails sur ça, mais elle devait savoir ce qu’elle faisait, elle devait être une grande experte.

La relique pouvait appartenir à une très ancienne tribu centaure, un témoignage de l’ancien temps pouvant révéler de grand secret sur le passé au combien mystérieux de cette espèce. N’importe qu’elle savant rêverait de posséder un tel objet. Pas que des historiens, mais des mages, des chercheurs ou des centaures mêmes. Beaucoup de ces gens aimeraient obtenir des informations aussi anciennes et aussi peu connus, ce serait comme trouvé un trésor égal à de l’or ou une pierre magique. Voir un objet sacré. Par contre, pour la nature de l’artefact, cela restait un mystère. Voilà de quoi bien avancer, elle cherchait quelque chose dont elle ignorait presque tout, je n’imaginais pas comment elle comptait s’y prendre.

Shaïla - Mais, vous savez, il en va souvent de même avec ce genre de quête. Je ne sais pas trop à quoi m'attendre avant de trouver ce que je cherche. Les reliques sont assez faciles à reconnaître, soit parce qu'elles sont conservées en lieux sûrs, soit parce qu'elles ont l'air si ancienne que j'ai peur qu'elles s'effritent entre mes doigts. Même si parfois, comme aujourd'hui, j'ai une idée plus concrète de ce que je recherche, il arrive que je n'en sache absolument rien. C'est pour ça que certaines reliques mettent toute une vie à être trouvées.

Cela se tenait. Un tel objet pouvait bien se faire reconnaître de par son aspect ancien, un premier indice pour le reconnaître. À condition qu’il soit assez gros et voyant pour qu’on le remarque. Il pouvait être déposé sur un piédestal, ce qui aiderait beaucoup, ou bien ce n’était qu’un tout petit bijou porté comme bague ou collier, ce qui était moins voyant. Un vrai travail d’investigation qui mettait à l’épreuve sa détermination. Un peu comme une quête spirituelle, ceux qui cherchaient une voie chez le divin et rencontrant divers obstacles avant de trouver sa réponse. Terminant ses explications, la demi-elfe jeta un regard vers la fenêtre avant de s’adresser de nouveau à moi :

Shaïla - Pardonnez-moi, je n'ai que très peu dormi ces derniers temps. Je disais donc : Si vous acceptez, nous partirons demain, à l'aube, pour rejoindre la tribu dans les environs de midi. Je suis désolée de ne pas pouvoir vous donner d'informations concrètes sur ce que je recherche. Tout ce que je sais ne se base que sur des rumeurs, et n'est donc pas très fiable. Pourtant, j'ai entendu dire que cet artefact proviendrait d'une des premières tribus centaures, et de la plus nombreuse qu'il n'ait jamais existé. Selon mon vieil ami, la relique aurait appartenu à l'ancien chef. Mais encore là, ce n'est qu'une rumeur, et je ne peux dire si elle est crédible. Bien sûr, ce serait génial de trouver quelque chose d'aussi précieux, seulement je pense que nous allons plutôt tomber sur une arme qui n'est plus utilisée aujourd'hui et qui aidera les historiens à reconstituer le mode de vie des centaures avant leurs contacts avec les hommes. Enfin... Puis-je compter sur votre aide ? Si vous acceptez, je vais aller dormir, sinon, je vous dirais au revoir, et bonne chance pour la suite de votre voyage, peu importe sa nature.  

Sur ces derniers mots, elle se leva et tendit sa main vers moi, attendant que je la serre. Je m’attendais à ce que se signe de politesse est un double sens. Non seulement pour dire bonne nuit, mais aussi pour conclure un accord qui nous ferais travailler ensemble pour retrouver cette relique. Une façon de m’engager, mais je me demander, pourquoi demander de l’aide à une prêtresse ? Et à une naga ? Les aventuriers ne préfèrent-ils pas être accompagner de par des guerriers ou voleurs ? Ou de ceux pouvant maitriser de la magie de combat ? Ou bin ma magie du soin pouvait l’intéresser. J’hésitais, mais étant bien élevé, je pris sa main pour la serrer. C’était surtout pour souhaiter la bonne nuit, mais à la vue de l’état actuel de ma mission, je n’avais plus grand-chose à faire. Et puis elle se dirigeait vers le nord tout comme moi non ?

Euryssa – Je devais me diriger vers le nord également. Sssssss. Nous pouvons donc nous entre-aider sss en faisant un bout de cccchemin ensssemble.

•————————————•

Fiche de personnage


Danse sacrée Naga :
avatar
Euryssa
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Shaïla DesRoses le Lun 5 Sep 2016 - 21:15

La demi-elfe sourit quand Euryssa lui serre la main après une brève hésitation.

Euryssa - Je devais me diriger vers le nord également. Sssssss. Nous pouvons donc nous entre-aider sss en faisant un bout de cccchemin ensssemble.

La jeune femme hoche la tête et s'étire. Un bon lit, par pitié ! Avec ses forces restantes, elle lance son sourire le plus avenant à la naga.

Shaïla - Puissions-nous faire bonne route, et trouver ce que nous recherchons, quoi que ce soit. Sur ce, je vous souhaite de passer une bonne nuit. A demain matin, ici même !

Et sur ces mots, la chasseuse de reliques pose sa main sur la garde de sa rapière et se dirige vers l'étage, où se trouve la chambre qu'elle a pris pour la nuit. Evidemment, un "bon" lit étant relatif, elle se considère tout de même heureuse de ne pas dormir sur le sol, entourée de racine. Bien sûr, dormir à la belle étoile ne lui a jamais déplu. Depuis le temps qu'elle arpente Orcande, elle s'est habituée à dormir dehors. Avec un soupir, elle se laisse tomber dans le lit et tente de trouver le sommeil. Comme toujours, ses pensées bouillonnent et elle se retrouve à penser à pleins de choses en même temps. Puis finalement, inévitablement, son esprit se focalise sur sa vieille amie.
Ewinter...
Plongée dans le noir de sa chambre, la demi-elfe repense à leur dernière discussion. Enfin... C'était plutôt une dispute. " Tu ne penses qu'à toi ! ", ou encore " Il y a plus important que ces stupides artefacts ! "... Ce genre de remarques lui avaient été balancées au visage pendant de longues minutes où l'espace entre elles s'était chargé de cris. La jeune femme soupire encore une fois. Elle non plus n'a pas été des plus tendres. Des reproches, des reproches. Elle lui en a trouvé plein, mais elle n'en a jamais pensé aucun.
En se tournant sur le côté, elle essaie d'orienter ses pensées vers un sujet plus gai, comme la possible découverte d'une relique le lendemain, ou encore le fait qu'elle aura une compagne de route pendant quelques jours. D'ailleurs, elle n'a pas été avare de réponses, mais durant toute la soirée, elle n'a posé que très peu de question. Quelles raisons obscures ont bien pu traîner une prêtresse Naga au Nord d'Orcande ? La demi-elfe réfléchit. A-t-elle été appelée pour une quête en lien avec son Dieu ? Où se rend-elle ? Avec un sourire, elle se dit qu'elle pourra bien lui poser toutes ces questions le lendemain. Avec la route qu'elles auront à faire, un peu de discussion ne leur ferait pas de mal. Finalement, au bout d'un long moment, le sommeil vient enfin cueillir l'aventurière, qui plonge dans de brefs rêves chaotiques.

Au réveil, elle se dépêche de rejoindre la salle à manger de la taverne et s'installe à la même table que la veille. Bien sûr, la naga n'est pas encore là, mais quoi de plus normal ? La demi-elfe a depuis longtemps l'habitude de se réveiller avant tout le monde. Ayant le sommeil léger, le moindre rayon de soleil a tôt fait de la tirer du lit. De plus, chaque matin étant un renouveau, elle est toujours prête à aller affronter un nouveau jour, toujours avec autant d'enthousiasme, toujours avec autant d'optimisme.
Au bout de longues minutes, elle voit enfin la naga entrer dans la pièce. Affichant un large sourire, elle la salue de la main.

Shaïla - Prête à vous mettre en route ?

•————————————•
avatar
Shaïla DesRoses
Novice
Novice

Race : Demi-sang
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Euryssa le Mer 14 Sep 2016 - 10:09

Sur ces derniers mots, nous nous séparâmes pour aller nous coucher. L’elfe devait avoir une chambre ici, quant à moi, je devais me débrouiller. Je n’avais que peu d’argent sur moi, dans une petite sacoche au niveau de ma taille. Et j’avais un doute sur le fait que l’aubergiste accepte de louer une chambre à une non-humaine. La demie-elfe pouvait très bien cacher sa nature aussi facilement qu’une bague de grande valeur dans une poche. Quant à moi, ce serait difficile, tout le monde me regardait avec des yeux haineux. Je n’exprimais aucun mépris, je me montrais respectueuse et poli pour éviter de provoquer quoi que ce soit, même, j’évitais de dire quoi que ce soit.

Arrivé devant l’aubergiste, je lui tendis mes pièces et lui demandais si je pouvais avoir une chambre pour un tel montant. Je fis des phrases courtes et simples pour contrôler mon accent. J’avais remarqué de ce petit détail pouvait énerver beaucoup de gens, alors, vue qu’ici les gens sont un peu plus… Sanguin avec les autres races, j’essayais de contrôler ça. Mais le patron affichait bien son exaspération à chacune de mes paroles. Toutefois, il m’accordait un lit où dormir, avec les bêtes. Je ne m’attendais pas mieux. Il devait être tenté de me jeter dehors, mais voyant que je faisais partie de la prêtrise, il ne voulait sans doute pas s’attirer des problèmes avec le Temple et se voir maudit. Vivre ici ne devait être simple, alors autant ne pas aggraver les choses. Le remerciant, je lui laissai les pièces et partis rejoindre l’endroit où dormir.

L’enclos était horrible. Tout petit, recouvert, sale, encercler de cochon et de poules qui faisaient du bruit jusqu’à tard le soir… Et l’odeur… À vomir. Je n’avais senti une telle chose aussi nauséabonde depuis mon voyage avec ce demi-orc. Il y avait sous un porche, entre les enclos, un petit tas de brique formant presque un autel, recouvert de paille. Une fois assuré que c’était confortable, je mis installais. C’était dur de trouver le sommeil. Les bêtes finirent par s’endormir, mais l’odeur pouvait réveiller tout un cimetière. Sinon je pourrais aller dormir dans les alentours, mais la forêt qui nous entourait été menaçante. Ici au moins j’étais au minimum en sécurité. Je ne dormais que d’un œil, car non seulement, j’avais peur des bêtes sauvages cette nuit-là, mais aussi des humains qui serraient tenter de me faire du mal à cause de ma race. Pour oublier tout cela, je me mis à réfléchir à la mission de demain.

Une relique centaure. Cela me semblait bien singulier. Je me demandais bien à quoi cela ressemblait et à quoi il pouvait servir. Enfin relique… Il devait plus s’agir d’un artefact servant dans la vie de tous les jours plutôt que d’un objet sacré. Je n’avais jamais rencontré de centaure de ma vie. En voir toute une tribu et en découvrir leur coutume serait intéressant. En y réfléchissant, tout cela me semblait bien excitant. Partir à l’aventure pour trouver un objet historique, faire preuve de diplomatie avec un peuple mystérieux et découvrir des paysages extraordinaires… Tout cela était fascinant. Mais je ne devais pas oublier ma mission première, celle de rejoindre le nord pour guérir des malades atteint d’une épidémie. Ils manquaient de prêtres là-bas, et comme ma formation en magie de soin progressait bien, on a voulu m’y envoyer. Ces pauvres âmes qui attendaient d’être secourues… Par contre, je me plaindrais du service d’escorte. Il faut y faire quelque chose.

C’était enfin le matin ! Quelle nuit horrible. Je n’avais pas réussi à trouver le sommeil avant… Peut-être vers trois ou quatre heures du matin. Les bêtes m’avaient réveillé dès le lever du soleil. J’avais une tête horrible, j’avais du mal à me lever. Sans me faire prier, je quittais les enclos pour rejoindre un endroit plus odorant. Mais ce que je craignais, c’été produit. L’odeur des enclos s’était accrochée sur moi. Je me mis à chercher une source d’eau et je trouvai non loin un puit. Je n’en sortis qu’un sceau rempli d’eau pour m’en asperger. Je me frottais de partout, utilisant l’eau qui restait au fond du contenant en bois. Par chance, l’odeur finissait par partir après deux petites heures de douche. Je paierais pour l’eau utilisée. Une fois prête, je me rendis dans l’auberge.

Shaïla - Prête à vous mettre en route ?

Elle m’attendait à la même table qu’hier. Je lui souris et m’approchai d’elle. Elle a dû passer une meilleure nuit que la mienne dans sa chambre. Je m’installais devant elle.

Euryssa – Bien le bonjour à vous. SSSS. Vous avez bien dormi ? Avant de partir, mangeons quelque chosssse ici. Il nous faudra des forccces pour notre voyage.

Levant la main, je demandais quelqu’un pour commander à manger. Un simple petit plat suffira pour éviter que nous nous fassions du mal avec des efforts. La journée risquait de devenir mouvementé.

•————————————•

Fiche de personnage


Danse sacrée Naga :
avatar
Euryssa
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Shaïla DesRoses le Jeu 22 Sep 2016 - 2:46

La jeune demi-elfe invite la naga à la rejoindre. A voir son visage reptilien, elle semble en moins bonne forme qu'hier, ce qui doit traduire d'une mauvaise nuit. Après, pour une jeune femme qui n'a vu que quelques fois des nagas, décrypter le visage de cette prêtresse est plutôt difficile. Celle-ci s'approche donc. Peut-être a-t-elle eu du mal à trouver un lit ? C'est vrai que dans ce coin, les humains sont encore moins tolérants qu'à l'accoutumée. Au moins, la jeune demi-sang peut facilement cacher ses oreilles, contrairement à la naga qui ne peut en aucun cas camoufler sa peau et sa queue. Euryssa s'installe en face d'elle.

Euryssa – Bien le bonjour à vous. SSSS. Vous avez bien dormi ? Avant de partir, mangeons quelque chosssse ici. Il nous faudra des forccces pour notre voyage.

La voyageuse hoche la tête. Que de paroles censées ! En s'étirant, elle frôle quelques instants le manche de sa rapière. La présence rassurante de son arme est une chose dont elle ne pourrait se passer. Perdre sa rapière reviendrait sans doute comme à perdre la vie. Ou du moins jusqu'à ce qu'elle en récupère une autre, d'une aussi bonne qualité. Pas que son arme soit d'une excellente facture, mais le forgeron qui lui en a fait cadeau est un vieil ami, et son talent est indiscutable. La rapière qu'elle porte donc à la hanche est donc d'une fiabilité à n'en pas douter. Retrouvant peu à peu son caractère habituel, c'est à dire, beaucoup moins bavarde que la veille, Shaïla pose son menton contre ses mains en attendant qu'on leur serve un plat bien ragoutant, spécialité de ce genre d'auberge. Bien sûr, la demi-elfe préfère la distinction des plats qu'on lui sert lorsqu'elle est en visite chez les historiens, mais la part d'aventurière en elle a toujours eu un penchant pour la nourriture d'auberge, bien traditionnelle et simple. Lorsque les plats sont posés devant elles, Shaïla profite que sa nouvelle alliée ait commencé à manger pour lui poser quelques questions.

Shaïla - Dîtes-moi, Euryssa... Que fait une naga au Nord d'Orcande ? Si je ne me trompe pas, c'est assez rare de vous voir par ici. De plus, vous êtes une prêtresse. Les gens comme vous devraient être accompagnés par des gens apte à vous défendre. Je me trompe ?

La demi-elfe sourit pour adoucir ses propos. La dernière chose qu'il lui faudrait serait que son alliée prenne ses mots pour une offense ou un interrogatoire indiscret. Bien que ce ne soit pas là le but de sa manœuvre, la jeune femme doit bien avouer que certaines choses l'intriguent. Pourquoi une naga irait vers le Nord ? En attendant respectueusement sa réponse, l'aventurière plonge son ustensile dans le repas à base de pommes de terre. Le petit fond de bouillon lui rappelle tous les repas mangés dans des endroits semblables, en compagnie de différents compagnons, comme Held, le forgeron ayant conçu sa rapière, Baelor, le vieil informateur se déplaçant de villes en villes sans la moindre logique et qu'elle finissait toujours pas retrouver à des endroits improbables, Ewinter, sa vieille amie dryade avec qui ses relations étaient soudainement devenues corsées, ou encore quelques autres voyageurs qui avaient acceptés de l'aider, sans que cela n'aboutisse vraiment sur quoi que ce soit.
La jeune femme attaque un bout de son pain rassi et grimace. Elle a déjà vu de la meilleure qualité ! Enfin, elle n'a pas à se plaindre. Apparemment, même si l'aubergiste a été effrayé par le sceptre de la prêtresse, il ne s'est pas gêné pour lui donner des restants de pain datant de quelques jours, secs et à la croûte d'une couleur douteuse. Évidemment, parce que l'intimidation des peuples minoritaires ne s'arrête jamais qu'au petites choses, il lui a servi une ration plus que modeste et visiblement pas assez cuite. Quel comportement immature ! Outrée, la demi-elfe renvoie en arrière les mèches de cheveux qui cachent ses oreilles, pour exhiber à l'aubergiste, lorsqu'il passe près d'elle, son identité. Un instant, il reste immobile, ne comprenant visiblement pas comment la jeune femme, charmante, quelques minutes plus tôt, a pu se transformer en cet objet de haine et de mépris. La colère finit bien sûr par se faire une place sur ses traits, mais dans ces conditions, faire une scène ne serait pas la meilleure des idées, surtout en présence de la prêtresse, et il se contente de la foudroyer du regard. Et à aucun moment elle ne baisse les yeux. Sans pour autant aborder un sourire, ce qui serait le comble de l'insulte pour le pauvre homme, elle ne s'abaisse quand même pas à détourner le regard et à rentrer sa tête dans ses épaules. Son petit manège ne doit pas passer inaperçu puisque la naga semble le remarquer.

Shaïla - Excusez-moi, je trouve juste aberrant qu'on puisse traiter quelqu'un aussi mal seulement parce qu'il a ceci ou cela de différent de la majorité. Les gens fermés d'esprit ne méritent pas le salut.

Ses paroles flottent un moment dans l'air et la jeune femme ferme les yeux pour soupirer et pour penser un peu à tout ce qu'elle a pu traverser jusqu'à maintenant. Pourtant, elle ne reste pas ainsi longtemps et se reconcentre sur la naga, pour entendre un peu de son histoire. Si elles veulent faire bonne route, apprendre à se connaître ne peut pas faire de mal. Du moins, donner à l'autre quelques informations élémentaires ne peut être un mal en soi. Pourtant, la demi-elfe sait qu'elle ne répondra sans doute pas à toutes les questions que pourrait lui poser la prêtresse. Pas qu'elle ait quoi que ce soit à cacher, mais se dévoiler aux inconnus est sans aucun doute quelque chose qui la bloque un peu. Pourquoi un étranger pourrait-il tout savoir d'elle ? Non, elle préfère garder quelques informations secrètes, pour ne les révéler qu'aux personnes qui se sont montrées digne de confiance. Pour elle, les personnes trop ouvertes, ou bavardes, sont assez énervantes. En quelques minutes, tu en sais autant sur eux que leur propre mère. Bon, elle exagère peut-être un peu, mais le concept est bien là. De plus, les gens trop bavards sont une source intarissable d'informations, puisqu'ils répètent toutes les rumeurs qu'ils peuvent bien entendre. Et les rumeurs peuvent toujours s'avérer utiles.
C'est bien une rumeur qui l'a conduite ici, dans ce petit village, en face d'une prêtresse naga aux motifs mystérieux. Des rumeurs naissent souvent de palpitantes aventures.

•————————————•
avatar
Shaïla DesRoses
Novice
Novice

Race : Demi-sang
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Euryssa le Ven 23 Sep 2016 - 17:27

Les plats ne tardèrent pas à nous être servi. À la vue du ragoût donner, cela ne m’étonnait guère. Je suis sûr que ce qui a dans le chaudron d’une sorcière au beau milieu d’un marais serait plus appétissant. Et pourtant, je ne mangerais nullement d’un plat servi par une servante du mal ! Parenthèse fermer, nous pouvons reprendre notre récit. Nous commencions à manger ce ragoût peu flatteur lorsque Shaïla me posa une question :

Shaïla - Dîtes-moi, Euryssa... Que fait une naga au Nord d'Orcande ? Si je ne me trompe pas, c'est assez rare de vous voir par ici. De plus, vous êtes une prêtresse. Les gens comme vous devraient être accompagnés par des gens apte à vous défendre. Je me trompe ?


Voilà une très bonne question. La présence d’une prêtresse naga dans les environs pouvait soulever pas mal d’interrogation. Qui pourrait imaginer qu’une personne non-humaine vienne ici, sans escorte ? Ce serait purement stupide. Je pouvais bien expliquer cela à la jeune demi-elfe. La raison de ma présence dans ce royaume hostile n’était pas un secret de l’ordre et le fait d’être seule n’était pas un choix. Autant s’expliquer pour éviter tous gènes et malentendus :

Euryssa – Et bien, la raison de ma présence sur ces terres et bien simple. Au nord se trouve un village frapper par une terrible épidémie. On a convoqué l’aide de guérisseur et de prêtre. Récemment, j’ai appris aux prés de mes coreligionnaires le don de guérir les maladies. On a pensé que ce serait parfait pour moi de m’y rendre pour pratiquer des guérisons. En même temps, l’aide d’une naga pourrait aider à combattre certains préjugés. Ensuite, le fait que je sois seule est dut à la malchance. J’avais une escorte depuis Telbara. Mais suite à un incident sur le fleuve voisin, mon garde du corps est devenu… Enfin il était fatigué disons et à préférer s’enfuir. Vous savez tout à présent.

Pendant que je lui parlais, nous poursuivions notre repas. Le goût des pommes de terre était singulier. Cela me faisait penser à de la boue. Et l’eau utilisée avait une drôle de couleur. Sans oublier l’odeur infecte qui me donnait envie de vomir. Que je mangeais au moins un minimum pour tenir la journée. J’avais l’habitude de manger dans des auberges populaires et goûter à différent plat, allant du plus simple au plus raffiné. Mais là, c’était comme une toute nouvelle découverte pour moi. Shaïla repoussa ses cheveux sur le côté, dévoilant ainsi une de ses oreilles pointues. Que faisait-elle ? Elle se dévoilait comme ça, là ou ceux qui sont des demi-sang ne sont bons qu’au servage ? Soit elle n’en avait pas confiance, soit elle cherchait à provoquer. Dans ce cas, cela marchait bien, car le patron qui passait à côté de nous fut choquer et son visage devint rouge.

Shaïla - Excusez-moi, je trouve juste aberrant qu'on puisse traiter quelqu'un aussi mal seulement parce qu'il a ceci ou cela de différent de la majorité. Les gens fermés d'esprit ne méritent pas le salut.

Je partageais son avis sur le fait que ce soit ridicule de mal traiter quelqu’un pour sa différence. Mais je trouvais sa seconde phrase un écaille sombre. Finissant d’avaler le morceau mou dans ma gueule, je tentais de calmer un peu le jeu :

Euryssa – C’est vrai, mais tout le monde peut changer car chacun a droit à ssssa chancce.

L’ambiance dans l’auberge devenait de plus en plus gênante. Avant, on ne regardait que moi, avec des yeux haineux. Maintenant, il y a deux êtres qu’ils détestent sans raison et je ne pouvais qu’imaginer un volcan se réveillant doucement. Un moment, l’un d’entre eux risquait de craquer et de lancer les hostilités. Je ne désirais pas être à l’origine d’un conflit pouvant entraîner des blessés et des morts. J’étais quelqu’un de paix, non un esprit du chaos. Essuyant ma bouche, je proposais :

Euryssa – Finissons notre repas, et partons de sssuite pour notre quête.

•————————————•

Fiche de personnage


Danse sacrée Naga :
avatar
Euryssa
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relique des Centaures

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum