Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Murmure le Jeu 4 Aoû 2016 - 12:03

Murmure referma son journal après avoir relu ces quelques pages, ternes et sales, qui la rattachaient encore à son passé. Toujours dans le flou quant au pouvoir étant le sien, elle haussa les épaules en soupirant quand elle se dit que tout ceci n'était pas si grave. Après tout, est-ce que l'origine du pouvoir importe ? Toute chose évolue, il faut comprendre le présent plus que le passé, afin d'anticiper le futur. C'est sûr, effectivement, avoir une idée du point de départ pour ensuite mettre en relation les étapes d'évolution, ça peut être utile, mais cela avait toujours été possible quelle que soit la théorie.
La demoiselle se massa la tempe, puis partit se coucher après s'être assuré d'avoir bien fermé la porte. Tout était si calme, étrange que divers ivrognes ne soient pas en train de batailler en bas. Quoi qu'il en soit, elle ferma les yeux et se laissa porter vers un paisible sommeil.

Quelques heures plus tard, les premiers rayons de firent sentir et Murmure plissa les yeux en se réveillant. La pierre utilisée pour cette auberge devait être extrêmement résistante, tant elle emmagasinait la chaleur dans cette pièce; même ouvrir les fenêtres ne servait pas. Elle se rhabilla en enfilant sa robe, restant nue sous celle-ci - de toute façon les sous-vêtements se déchireraient avec sa transformation - puis disposa son étrange masque sur le visage. On ne voyait plus ni ses yeux, ni ses cheveux blancs avec ce masque. Ses pointes lui donnaient un air mystique qu'elle aimait arborer pour qu'a minima ses ennemis y réfléchissent à deux fois avant de s'en prendre à elle. Elle prit alors ses affaires puis sortit de la chambre, prenant une bouffée d'air avant de soupirer, contente d'enfin arriver près de ces maudites ruines.

Une fois en bas, elle vint au comptoir afin de régler le prix de sa chambre et commander des œufs brouillés. Après un rapide coup d’œil, elle remarqua une table tranquille au fond de la pièce, où le bruit des ivrognes se ferait moins lourd. D'ailleurs, ivrogne dès le matin, c'est quand même fou. N'ont-ils rien de mieux à faire ? Elle réfléchissait à la possibilité de voler l'énergie vitale d'un ou deux de ces gens-là avant le voyage, le regard dans le vide, souriant sereinement. Son plat arriva, dans un bol pas très propre, avec une cuillère en bois de mauvaise qualité. Mais bon, au prix de cette auberge, il ne fallait pas s'attendre à du luxe, c'est sûr. Son verre de lait de chèvre arriva ensuite, petit plaisir assez cher qu'elle voulait se faire depuis quelques semaines. Elle le savoura un peu avant d'attaquer le petit-déjeuner. En soi, pour reprendre des forces, il lui fallait simplement en voler à d'autres, mais le plaisir énorme qu'apporte la nourriture avec ses goûts et saveurs était sans conteste bien plus intéressant. Quand elle eut fini, elle se posa un instant et vit une silhouette approcher d'elle. Elle empoigna discrètement son bâton, au cas où, et laissa la personne s'asseoir. Une femme, plutôt bien armée.

"Enchantée, mademoiselle, l'on me surnomme Murmure. Et vous ?" lança-t-elle, souriante. Quand l'autre se présenta, elle comprit qu'elle pourrait être utile dans l'exploration des ruines, alors elle ne passa pas par quatre chemins. "Voyez-vous, une vieille légende circule, à propos des Pierres de Mejayi. Il se trouve que j'ai localisé des ruines qui pourraient en abriter une. Ayant sans doute trop peu de ressources physiques, dirons-nous, je vous propose de vous joindre à moi, cela pourrait être amusant."

Elle continuèrent à discuter alors, afin de faire connaissance. Même si, selon Murmure, il serait plus intéressant de faire connaissance loin de ces pécores, en un combat qui permettrait de tester ses compétences. Mais bon, on ne peut pas tout avoir.

•————————————•
N'hésitez pas à jeter un oeil à ma Fiche de personnage ! Sinon, vous pouvez aussi retrouver la liste de tous mes RP ici !

Est-ce une bénédiction... ou une malédiction ? :

avatar
Murmure
Novice
Novice

Race : Humaine
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Naddo le Jeu 4 Aoû 2016 - 18:59

Une nuit pénible mais satisfaisante venait de s'achever. Naddo se releva, remerciant une fois de plus Silux pour toutes les vermines que sa lame avait purgé ces dernières heures. Elle songea avec amusement que ces brigands auraient eu les ressources physiques nécessaires pour la tuer, si seulement leur esprit de consanguins des bois leur avait insufflé plus de jugeote.
Naddo savait y faire pour influencer la pensée des ennemis de cet acabit. Profitant de sa féminité, de sa petite taille, de son extraordinaire vitesse et de son épée dissimulée, il n'y avait aucune difficulté pour elle de s'approcher assez près d'un homme pour lui transpercer la gorge.
Oui, elle était ce genre de femmes à apprécier la mise à mort de son adversaire. Et sans une once de remords, car l'exécution d'un brigand n'était à ses yeux qu'un juste procès.

Elle leva son regard sombre sur le ciel d'Orcande, exténuée. Les premiers rayons de soleil pointaient le bout de leur nez, inondant le visage de la jeune femme d'une sensation chaude et agréable. Celle ci eut soudainement envie de prendre un repas consistant et se mit en quête d'un quelconque village où elle pourrait se rassasier.

Une ou deux heures plus tard, lorsque ses yeux avaient à peine la force de rester entrouverts, une senteur qui n'était ni celle de l'herbe ni celle de la terre parvint jusqu'à elle. Son puissant odorat remonta l'information jusqu'à son cerveau et elle se redressa, ayant reconnu la savoureuse odeur de nourriture cuite. En effet, à quelques dizaines de mètres devant elle se dressaient quelques bicoques en bois et dont quelques unes dégageant une fumée de cheminée.
Naddo esquissa un sourire triomphal et pénétra dans l'enceinte du village, se guidant à l'odeur de nourriture et d'alcool qui semblait s'amplifier à mesure qu'elle avançait.

Elle reconnut après quelques pas entre les taudis la fameuse pancarte signalant la présence d'une auberge, et se glissa sans hésitation à l'intérieur. Une chaleur presque étouffante se fit aussitôt ressentir, accompagnée d'une odeur de mets et de bières. L'auberge était comme toutes celles qu'il lui avait été donné de visiter, sombre, sale, remplie de poivrots chanteurs et d'une ambiance chaleureuse. À son approche, pourtant, l'ambiance sembla se fissurer un peu de côté des clients du bar. Certains d'entre eux jetèrent un coup d’œil nerveux à la lame courte de Naddo, que sa propriétaire avait omis de nettoyer du sang des brigands de la nuit. Bête erreur due à la fatigue, sans doute.

Ignorant tout d'abord ces regards désagréables, Naddo s'accouda au comptoir et commanda de la viande et du pain. Mais les clients devenaient de plus en plus insupportables, à l'observer avec leurs yeux de poisson frits. Un femme armée, couverte de poussière et de sang et affublée d'une gueule de mort vivant, voilà un trouble-fête qui n'avait rien à faire dans l'endroit bienséant que pouvait être une auberge. La jeune femme comprit tout à fait leur message quand l'un d'eux renversa le tabouret sur lequel elle s'apprêtait à s'asseoir.

Une vague de haine et d'envies de meurtres jaillit dans sa tête, prête à exploser. Il lui suffisait d'un mouvement pour transpercer l'homme comme un dé à coudre, verser le contenu de sa bedaine sur le comptoir et crever quelques yeux. Mais elle se retint et paya son repas sans faire d'histoires –tout en jurant en son for intérieur de tous les assassiner une autre fois.

Elle balaya la salle du regard à la recherche d'une table tranquille, mais toutes ou presque étaient occupées par des ivrognes notoires ou des paysans qu'elle ne pourrait pas se retenir d'égorger. Pourtant, elle remarqua une table silencieuse en fond de salle, seulement occupée par une femme à l'étrange masque de cérémonie. Elle s'y dirigea donc et put prendre place sans que la femme masquée n'esquisse un geste pour la chasser.

-Enchantée, mademoiselle, dit la femme derrière son masque à pointes. L'on me surnomme Murmure. Et vous ?

Naddo resta songeuse quelques instants, surprise par tant de politesse à son égard.

- Euh, Naddo, dit-elle enfin d'un ton trop brusque pour paraître amical. Qu'est ce qui vous a donné envie d'adresser la parole à quelqu'un comme moi ?
- Voyez vous, une vieille légende circule, à propos des Pierres de Mejayi. Il se trouve que j'ai localisé des ruines qui pourraient en abriter une. Ayant sans doute trop peu de ressources physiques, dirons nous, je vous propose de vous joindre à moi, cela pourrait être amusant.

Décidément, Naddo n'était pas au bout de ses surprises. Ainsi donc, cette mystérieuse femme lui demandait son aide pour participer à une aventure qui nécessitait de savoir se battre. C'était une proposition alléchante, peut être même trop pour être acceptée sans davantage d'informations.

- Je vois, répondit-elle. Mais j'aimerais savoir ce que vous comptez faire de votre pierre. C'est un artefact magique ? Et en quoi ça m’avancerait de vous aider ?

Son interlocutrice masquée s'expliqua, et Naddo ne vit pas de raison de refuser. Qu'avait elle de prévu de toute façon ? Errer dans une forêt quelconque, s'attaquer à des bandits et des créatures quelconques jusqu'à la fin de la saison ?

-  Je marche. Mais si tout cela ne s'avère qu'être une embrouille, je me ferai un devoir de retourner mon épée contre vous.

•————————————•
Je ne suis pas le mal.
Codes couleurs = #996600 / #0000ff
avatar
Naddo
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Brachtis le Dim 7 Aoû 2016 - 10:41

L'envie avait pris à Brachtis et à Mugol de partir explorer quelques ruines dans le Centre Historique. Jouer les archéologues était plutôt au goût du granl qui avait facilement su convaincre son ami de venir avec lui, en lui suggérant que les anciennes ruines de la Plaine des Rois portaient souvent des indices vers des sources de pouvoir insoupçonnées. Depuis les Ganavarelles où il avait bien failli être capturé par un Inquisiteur Nain l'accusant – à raison – d'avoir commis une attaque de bande sur le convoi d'un honnête marchand, Brachtis avait chevauché sur un cheval volé, avec le granl posé entre ses cuisses. Le contact de l'être gluant sur ses écailles ne le dérangeait nullement. A ses yeux, Mugol était un ami, non un monstre repoussant. Le corps du granl collait à ses écailles et au pelage du cheval sans que ce ne fût un motif de répugnance pour l'homme-tortue. Cela présentait même un avantage : en collant ainsi – même si ça n'avait rien de volontaire – le granl avait moins de risque de glisser et de tomber du cheval. Brachtis pouvait donc tenir les rênes sans se crisper pour son ami. Evidemment, il ne fallait surtout pas pointait ce fait, car le granl affirmerait alors que s'il tenait si facilement sur le cheval, c'était simplement parce qu'il avait la maîtrise de son corps. Bien sûr... Les granls ont tellement de fierté.

Un jour, en fin d'après-midi, Brachtis fit étape dans une auberge de voyage. Il se trouvait dans le Centre Historique mais l'exploration pouvait prendre du temps avant de tomber sur une ruine inconnue du granl. Il allait falloir se montrer patient – une qualité que possédait Brachtis – et peut-être aussi se laisser porter par les rumeurs, qui ne manquaient pas dans cette région, et faire le tri entre le vrai et l'imaginaire.
Brachtis entra en portant Mugol sous le bras. Il n'y avait quasiment aucun client à cette heure-ci, mais l'aubergiste ouvrit des yeux effarés : il n'avait probablement jamais vu de granl de sa vie... ni d'homme-tortue.

Tout en étant né avec le corps d'une grosse tortue bipède, Brachtis avait les sens d'un Homme-lézard normal : son ouïe faible était largement compensée par un odorat extrêmement sensible et fin. Sans être capable de flairer une piste comme un cochon truffier, il avait une forte capacité d'analyse, d'identification et de mémoire. Comme ses pairs, Brachtis utilisait naturellement son odorat comme son sens principal, notamment pour reconnaître une personne, mais aussi pour obtenir des informations sur son environnement.
C'est ce qui lui permit de noter que cette auberge n'était pas de grande qualité. Peu entretenue, d'une cuisine sans grande saveur... L'aubergiste avait intérêt à annoncer le prix juste. Il lui fallut d'abord se remettre de sa stupeur face à ses deux clients pour le moins atypiques.
Balbutiant, il annonça un prix honnête, et ne fit même pas payer la place du granl. Brachtis ne paya donc que pour une personne, comme souvent en réalité – peu d'aubergistes acceptaient un granl, et parmi ceux-là, peu lui faisaient payer le tarif d'une personne supplémentaire – et se trouva à réserver la dernière chambre individuelle. Cela tombait bien, Brachtis n'avait aucune envie d'avoir à partager le dortoir de l'auberge avec d'autres personnes qui seraient tout aussi dérangées à l'idée de dormir à côté d'un granl et d'un homme-tortue.

Brachtis prit un maigre repas le soir et alla se coucher avec Mugol. A l'aube, il laissa le granl seul dans la chambre le temps de descendre prendre une collation matinale et de s'enquérir des rumeurs. La salle commune de l'auberge était bondée. Brachtis s'accouda au comptoir. Les regards curieux des autres clients lui passaient à côté. Des Halfelins, des Humains, quelques Tigrains, quelques Nains et un Xolon étaient présents. Même pas un Homme-lézard ; Brachtis était le seul reptilien parmi les clients du jour. Mais pas le seul à attirer les regards.

En effet, une femme, Humaine, avait ceci de frappant qu'elle portait à la ceinture un sabre, dont on pouvait voir que la lame était couverte de sang. Les aventuriers, et donc les personnes portant les armes, n'étaient pas rares dans ce genre d'auberges de voyage surtout dans cette région, mais cette Humaine détonnait malgré tout. Déjà parce qu'elle était une femme, et que les Humains ne laissaient jamais les femmes de leur race porter les armes en société, aussi parce que son armure d'un cuir aussi sombre que ses longs cheveux lui conféraient une apparence particulière. Et en plus, elle laissait du sang visible sur la lame de son arme. Quel curieux personnage.

Sa présence n'était en tout cas pas au goût des autres clients Humains. L'un d'eux lui fit même la farce de lui renverser son tabouret au moment où elle faisait le geste de s'asseoir. C'est que certains savaient s'amuser. La femme, elle, ne s'en amusa pas du tout. Elle chercha dans la pièce une table vide, en vain, et opta pour une table seulement occupée par... une autre femme Humaine. Eh bien !

Brachtis prit son gobelet et quitta le comptoir, suivant la femme qui amorçait une discussion avec l'autre déjà attablée. Il attendit que l'attention des deux se pose sur lui.

BRACHTIS – Ca donne envie de mettre un peu plus de sang sur sa lame en coupant une ou deux têtes, n'est-ce pas ?

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Brachtis
Expert
Expert

Race : Homme-tortue
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Murmure le Dim 7 Aoû 2016 - 12:11

La femme se montra d'abord réticente à l'idée de s'engager, ce qui est tout à fait normal compte tenu des circonstances. Elle demanda ce qu'elle avait à y gagner. Après tout, si Murmure garde la Pierre, l'autre n'aurait rien. Mais soit, la nécromancienne replaça une mèche de cheveux derrière son oreille et plongea son regard dans celui de Naddo; même s'il est vrai qu'avec son masque, on ne s'en rendait pas bien compte.

"Ma jolie, voyez-vous, ces ruines, d'après mes sources, abritent une Pierre de Mejayi, mais rien n'empêche qu'elle puisse enfermer autre chose. Vous prenez le reste." Elle sourit et soupira légèrement. "Je n'ai besoin que de l'artefact. Mais si vous vous voyez l'envie de me faire don d'une ou deux babioles trouvées là-bas, je ne saurais vous dire non.."

Un peu d'or pour subvenir à ses besoins, c'est tout ce dont elle pourrait avoir besoin. La femme acquiesça, faisant une précision sur le fait qu'elle garderait l'oeil attentif à ce que ceci ne soit pas une ruse de la part de Murmure. On ne peut pas lui en vouloir de faire preuve de méfiance.
Alors qu'elles discutaient, un homme étrange arriva, une sorte de reptilien, mais avec une carapace, comme une tortue humanoïde. Oui, il avait les attributs d'une tortue ! Que c'est fascinant. En plus, il semblait écouter la conversation. Ceci se confirma quand il envoya une petite pique à Naddo quant au sang sur sa lame. Murmure ria légèrement, la main proche de sa bouche, avant de prendre la parole d'une voix douce.

"Voyons, Monsieur, ce n'est pas une manière de parler à une si belle femme. Venez donc vous asseoir, vu que vous êtes visiblement intéressé par ce dont nous parlions." Elle lui montra une chaise près d'elle avec un joli sourire. "Je suis Murmure, voici Naddo. Vous êtes ?"

Elle laissa la tortue se présenter, puis Naddo put en placer une, comme l'on dit. Tout ceci devenait vraiment intéressant, oui !

Quand les presentations et politesses furent faites, Murmure terminais son plat. Elle se leva et proposa aux deux personnes de la suivre à l'extérieur pour parler plus en discrétion des ruines.

"Et quand nous serons dans un endroit isolé, il serait intéressant de..." Elle sourit, avant même de se rendre compte que cela était suspect. "... nous montrer ce dont quoi nous sommes capables ? Afin de savoir quoi faire si l'on se fait attaquer."

Après quoi elle sortit de l'établissement pour les attendre, adossée sur le mur de pierre. Les passants etaient tous sans exception interpellés par son masque, un enfant lui a même demandé ce que cela signifiait. Qu'il était mignon...

"Ça, mon enfant, c'est mon petit secret. Mais comme tu es gentil et que tu me l'as demandé poliment, je vais te le dire." Elle s'accroupit alors à sa hauteur. "C'est le masque de la prêtresse de mon village, pour que les Dieux restent avec moi pendant mes voyages. Pour que mes rêves se réalisent.."

Mais les parents du petit l'appelèrent à eux, alors il s'excusa et, des etoiles dans les yeux, remercia Murmure de lui avoir partagé son secret. Murmure soupira, se releva, puis ferma les yeux en attendant ses futurs partenaires.

Elle se revit, elle, plus jeune, quand elle jouait dans son village. La pretresse de son village étaient comme son amie depuis presque toujours. Elle sourit en repensant à cet épisode farfelu, quand elle vint à la messe, mais se faufila entre les croyants pour aller voler les offrandes sur le piédestal. Elle en prit des morceaux et en mangea un peu. Cette honte qu'elle a pu ressentir quand la pretresse lui mit le masque sur la tête en riant, avait été très vite changée en un sentiment réconfortant.

"Messieurs-Dames, voyez. La petite a tenté de voler vos offrandes, mais devons-nous la punir ? Non. C'est à elle de réfléchir à ce qu'elle fait, car les regrets et les remords sont la pire des punition..."

Elle sorti de sa rêverie quand Naddo lui toucha l'épaule. Les voilà. Ils partirent alors hors du village, dans les plaines, afin de se montrer ce qu'ils peuvent faire.

"Je vous propose de vous montrer mes pouvoirs, pour que vous sachiez quelles sont nos possibilités selon les situations. Regardez bien."

Elle commença par invoquer un homme-squelette, armé d'une épée rouillée et d'une targe en bois. Après quoi elle vit le Granl de Brachtis et trouva judicieux de ne pas en invoquer un pour une démonstration de nécromancie. Alors elle montra son bras blanc, posa sa main dessus et il devint un peu plus sombre, à mesure quelle incantait.

"Je suis ce que l'on appelle une sorcière adepte de nécromancie. Je peux utiliser les Morts afin de canaliser mes sorts. Je n'ai pas de cadavre à disposition, mais ce n'est pas grave. J'utilise l'essence de la Vie, l'énergie vitale, comme énergie. Regardez comme j'ai happé une partie de la mienne, desormais je peux..." elle fit apparaître une corruption de la terre au loin, l'herbe devenait sèche, le sol craqua et le bois pourrit. "... voilà... pourrir le.. le sol... ça fatigue mais... je peux aussi le faire sur... une personne."

Après cette démonstration, elle souleva sa robe, afin que ses partenaires voient ses jambes nécrosées.

"Ne comptez pas sur mes jambes. Mais je peux faire ça, même si c'est douloureux."

Elle se transforma. Ses jambes devinrent une masse énorme de chair et d'os, tel un serpent géant de Morts. Elle s'élevait désormais, exténuée, mais affichant un fin sourire.

"Avec ça... je peux... me déplacer et grimper. Je vais rester ainsi un moment... je préfère." Elle tourna joyeusement autour des deux. "À vous si vous le souhaitez bien !"

•————————————•
N'hésitez pas à jeter un oeil à ma Fiche de personnage ! Sinon, vous pouvez aussi retrouver la liste de tous mes RP ici !

Est-ce une bénédiction... ou une malédiction ? :

avatar
Murmure
Novice
Novice

Race : Humaine
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Naddo le Dim 7 Aoû 2016 - 16:58

Naddo se retourna en sentant une présence derrière elle, trop proche donc indésirable à ses yeux. Les observait d'un air amusé une créature humanoïde couverte d'écailles et d'une épaisse carapace.

L'homme reptile s'adressa à Naddo quand il remarqua être le centre d'attention de la tablée.

Brachtis - Ça donne envie de mettre un peu plus de sang sur sa lame en coupant une ou deux têtes, n'est ce pas ?

Avait-il perçu sa colère vis-à-vis des clients du comptoir ?
En tout cas, sa lame rougie de sang n'avait pas échappé au regard de l'hybride. Naddo s'apprêta à lancer une hostilité, mais l'étrange Murmure fut plus rapide et sermonna gentiment l'homme reptile avant de l'inviter à la table.

Murmure - Je suis Murmure, voici Naddo. Vous êtes ?

Il se présenta aux deux femmes et celle aux cheveux noirs en profita pour lui répliquer de suite après :

Naddo - Ce qui me donne envie, c'est de voir si ma lame peut déloger ta carapace de ton corps.

Elle tenta un sourire peu sincère lequel se voulait d'atténuer la froideur de son propos. Mais elle ne pouvait se résigner à tutoyer celui qui, pour elle, n'était qu'un animal doué de paroles.


Elle eut le temps de prendre quelques bouchées de pain avant que Murmure ne se lève et leur propose de sortir à l'extérieur afin de s'entretenir librement à propos des ruines.
La femme au masque ajouta qu'ils pourraient en profiter pour montrer ce dont ils étaient capables, dans l'éventualité d'un affrontement au cours des recherches de la pierre. Sa façon de parler plût à Naddo, qui se leva sans hésiter en laissant les restes de son repas sur la table.

Elle emboita donc le pas à Murmure hors de l'auberge et la vie s'adosser contre l'un des murs de pierre. Plusieurs passants tournèrent un regard curieux vers l'étrange masque de cérémonie de la femme, et un enfant se sépara de ses parents pour lui demander ce qu'il signifiait.

Alors que Naddo, qui venait de les rejoindre, allait lui ordonner de ne pas importuner les affaires des adultes, Murmure fut de nouveau plus rapide qu'elle et s'accroupit à la hauteur du gosse. Elle lui expliqua d'un ton chaleureux qu'il provenait de la prêtresse de son village et qu'il lui donnait la protection des Dieux.

Humpf. Naddo avait du mal à croire que la femme qu'elle accompagnait se trimballait avec cet encombrant masque uniquement par nostalgie et superstition. Comment Silux pouvait-il agir à travers une effrayante pièce d'équipement ? Ça paraissait incompréhensible.
Plongée dans ses pensées, elle remarqua quelques instants plus tard que Murmure restait immobile, même après le départ du garçon. Naddo lui toucha l'épaule afin de la faire réagir en même temps que le dénommé Brachtis faisait son apparition.

Ils s'éloignèrent donc tous trois vers les plaines dans le but de montrer ce dont chacun était capable. Murmure, instigatrice de départ du projet, commença. Elle invoqua un homme-squelette puis posa la main sur son bras blafard, qui s'assombrit au fur et à mesure qu'elle prononçait des incantations dont le sens échappait à Naddo.

Après sa petite démonstration, Murmure détailla les pouvoirs qui lui étaient conférés. C'était donc une nécromancienne se servant de l'essence de la vie comme énergie.
D'un geste, elle illustra ses propos en faisant pourrir une parcelle de terre non loin d'eux. Naddo ne put retenir un froncement de sourcils, surtout en écoutant les paroles de la nécromancienne, manifestement harassée :

Murmure - Voilà... Pourrir le.. Le sol... Ça fatigue mais... Je peux aussi le faire sur... Une personne.

Naddo la crût aussitôt. L'aura que dégageait la nécromancienne la mettait mal à l'aise, et on sentait la puissance dont elle pouvait faire preuve en usant de sa sombre magie.
Celle ci souleva légèrement sa robe et dévoila deux jambes meurtries, nécrosées comme si un mal s'était emparé d'elle. Mais malgré sa fatigue apparente et son handicap, son corps se mua en une forme de serpent terrifiant. Naddo ne put s'empêcher de mettre la main à son épée, ses yeux noirs exorbités. Le serpent Murmure tourna autour d'elle et Brachtis, tout en les invitant à démontrer à leur tour leurs capacités.

Naddo - Très impressionnant, Vos invocations, votre transformation... J'ai peur de ne rien avoir d'aussi spectaculaire dans ma besace. J'ai une épée courte, un corps rapide et... Ça.

Elle se concentra et invoqua un Noctera. Il n'avait pas de nom, tout simplement car Naddo lui accordait autant d'importance qu'un simple ustensile.

Naddo - C'est suffisant pour vous ? Passons au lézard.

•————————————•
Je ne suis pas le mal.
Codes couleurs = #996600 / #0000ff
avatar
Naddo
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Brachtis le Mar 9 Aoû 2016 - 17:16

C'était une façon assez bourrue de venir engager une conversation mais c'est la première qui lui fut passée par la tête. Maintenant, il voulait savoir quel genre de personnes étaient ces deux femmes. Allaient-elles le traiter comme un monstre ? Quelles étaient leurs motivations ? A qui appartenait le sang sur la lame de l'une d'elles ? Avaient-elles quelque connaissance des ruines de la région ?

MURMURE – Voyons, Monsieur, ce n'est pas une manière de parler à une si belle femme. Venez donc vous asseoir, vu que vous êtes visiblement intéressé par ce dont nous parlions.

Ce n'était pas à elle que Brachtis avait adressé la parole et elle se permettait de répondre à sa place, mais elle marquait un bon point en appelant Brachtis “Monsieur” : elle lui montrait du respect, car si elle l'avait vu comme une abomination, elle ne lui aurait certainement pas parlé sous cette forme de politesse.

MURMURE – Je suis Murmure, voici Naddo. Vous êtes ?

Brachtis posa ses yeux sur la chaise désignée par Murmure, il la recula de la table pour pouvoir s'y asseoir malgré l'encombrement de sa carapace. Il posa l'avant-bras gauche sur la table, le bras droit ballant.

NADDO – Ce qui me donne envie, c'est de voir si ma lame peut déloger ta carapace de ton corps.

A l'opposé de sa compagne, la dénommée Naddo s'adressait à Brachtis sur un ton hostile et le tutoyait d'emblée. Brachtis ne se laissa pas démonter et répliqua :

BRACHTIS – Ca, j'en doute fort, ma grande !

Brachtis avait face à lui le chaud et le froid, deux personnes qui avaient des attitudes diamétralement opposées à son égard. Murmure l'avait invité à s'asseoir et finit de manger sans lui demander de partir, imitée par Naddo. Elle eut tôt fini et se leva. Brachtis se leva lentement à son tour. Murmure avait envie de sortir de l'auberge maintenant pour parler des ruines à l'abri des oreilles indiscrètes.

Dans le mille. C'est exactement le sujet de conversation que Brachtis avait eu envie d'aborder avec elles ; alors si Murmure prenait les devants, il n'allait pas s'opposer à la suivre ! Au moment de sortir, il les prévint juste :

BRACHTIS – Je vous rejoins dehors, je ne suis pas seul, je vais chercher mon ami.

Ainsi, pendant que Murmure parlait de son masque à un enfant curieux, Brachtis retrouvait Mugol dans sa chambre et lui raconta avoir rencontré deux Humaines qui s'intéressaient aux ruines et qui n'avaient pas froid aux yeux. A sa satisfaction, le granl fut lui aussi curieux d'en savoir plus sur ces deux Humaines, qui pourraient peut-être s'avérer des compagnons temporaires le temps d'une exploration pour faire face à un danger inconnu.

Brachtis posa le granl sur le haut de sa carapace. Il avait l'habitude de le porter ainsi sur lui quand il était dans un endroit où il n'était pas possible pour Mugol de se lever un support golem, et le granl utilisait ses deux bras pour rester collé – dans tous les sens du terme – au rebord de sa carapace. Les deux bras libres, Brachtis ramassa ses maigres affaires et quitta l'auberge, ignorant les regards des clients qui, déjà stupéfaits de voir un homme-tortue, le voyaient maintenant porter un granl sur son dos.

Brachtis retrouva Murmure et Naddo hors du village. Il saisit Mugol des deux mains et le décolla de sa carapace pour le poser par terre. Le granl tâta le sol et fit grandir un golem de terre d'un mètre soixante dont il servit de tête.

BRACHTIS – Murmure, Naddo, je vous présente Mugol. Il vient avec nous.
MUGOL – Brachtis m'a dit que vous vouliez explorer des ruines, alors allons-y. Nous allons voir ce que vous avez dans le crâne et ce que vous valez comme exploratrices.

Le groupe marcha un moment dans les plaines. En partant de l'auberge, Murmure avait suggéré que chacun fasse démonstration de ce dont il était capable, afin que chacun connaisse les capacités des autres, sans doute pour établir des tactiques plus efficacement si une situation dangereuse devait survenir dans une ruine profonde. Murmure fut donc la première à se lancer. Elle leva un mort-vivant, un squelette plus précisément. Puis elle expliqua être une nécromancienne – au cas où on aurait encore des doutes après l'avoir vue invoquer un homme-squelette – et en quoi cela consistait.

MUGOL – Pour quoi me prends-tu ? Tu crois vraiment que tu vas m'apprendre quoi que ce soit sur la nécromancie, ma petite ?

Ce que les granls pouvaient être susceptibles... Et Mugol ne faisait malheureusement pas exception. Un granl avait beau être comme un cerveau vivant, un puits de connaissances et d'un haut niveau d'intelligence, il lui arrivait vraiment de réagir parfois de façon débile. Brachtis le tança sobrement :

BRACHTIS – Elle ne s'adresse pas qu'à toi. Peut-être que Naddo a besoin d'un cours sur la nécromancie.

Mugol ne trouva rien à rétorquer, et fut de toute façon saisi par la dernière démonstration de Murmure : l'Humaine leva sa robe, exposant ses jambes qui fusionnèrent en un long amas de chair et d'os formant un corps de serpent. Le haut de son corps resta inchangé, mais le bas de son corps était désormais comme celui d'un Naga mort-vivant. Brachtis fut assez impressionné par cette métamorphose partielle.

MURMURE – Avec ça... je peux... me déplacer et grimper. Je vais rester ainsi un moment... je préfère. A vous si vous le souhaitez bien !

Tout en concluant, elle rampa autour de Naddo, Brachtis et Mugol avec un sourire fier. En revanche, elle paraissait épuisée. Sa démonstration lui avait coûté beaucoup d'énergie, particulièrement lorsqu'elle avait recueilli une portion de sa propre énergie vitale pour former une boule qui avait souillé le sol à l'endroit où elle l'avait ensuite jetée, sur un petit périmètre autour du point d'impact.

NADDO – Très impressionnant, vos invocations, votre transformation... J'ai peur de ne rien avoir d'aussi spectaculaire dans ma besace. J'ai une épée courte, un corps rapide et... ça.

Elle vouvoyait Murmure mais tutoyait Brachtis. Pas besoin de se demander pourquoi...
Sur ces mots, Naddo invoqua un noctera. Décidemment, toutes deux étaient des invocatrices, et Brachtis complétait bien le tableau car il comptait bien être prochainement capable d'invoquer un salgöhl. Quand il serait devenu puissant, il invoquerait un sondeur de styx. Ce moment viendrait bien assez tôt, mais il devait se montrer patient et persévérant, deux qualités que l'on ne pouvait pas lui ôter.

NADDO – C'est suffisant pour vous ? Passons au Lézard.

L'homme-tortue tourna lentement la tête vers Naddo, la foudroyant du regard.

BRACHTIS – Appelle-moi encore une seule fois ainsi et ce sera sur ton corps que je ferai une démonstration de mes talents.

Maintenant que l'avertissement fut donné, il allait pouvoir revenir au sujet qui les intéressait :

BRACHTIS – Belle matière que le styx sécrété par ce noctera. Je serai très prochainement capable moi aussi d'utiliser cette matière pour invoquer des créatures plus puissantes. Je m'y entraîne. En toutes circonstances, j'ai pour moi mon sabre, mes écailles et ma carapace.

Il fit disparaître son bras gauche à l'intérieur de son plastron pour montrer que son corps avait les mêmes capacités qu'une vraie tortue.

BRACHTIS – Si besoin, je sais rentrer ma tête, mes bras et mes jambes, ensemble ou individuellement. Ma carapace est à l'épreuve des lames et des flèches.

Il fit ressortir son bras.

BRACHTIS – Enfin vous savez sûrement de quoi sont capables les granls. S'il doit se battre, Mugol se créera un golem un peu plus grand et logera dans sa poitrine ou son ventre pour ne pas être à découvert. Cela lui donne un corps qui ne craint pas la douleur et qui frappe presque aussi fort que moi.
MUGOL – Aussi fort que toi, idiot ! Sinon plus !

Brachtis sourit, amusé et fier de lui : cela n'avait pas manqué. C'était même trop facile.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Brachtis
Expert
Expert

Race : Homme-tortue
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Murmure le Jeu 11 Aoû 2016 - 13:45

Après sa transformation, Murmure se sentait un peu plus faible, mais l'effort était surtout semblable à un sprint, donc elle reprendrait son souffle et serait de nouveau sur pieds sous peu. Elle profita du temps de repos nécessaire pour bien regarder les démonstration des deux personnes à ses côtés. Naddo, l'épéiste humaine, montra un peu ses talents au sabre, puis invoqua un Noctera. Intéressant, à elles-deux, elles pourraient envoyer des éclaireurs ainsi. Puis vint le tour de l'Homme-Tortue, Brachtis. Il était dommage que les deux soient pris d'une sorte de malaise raciale, même si la nécromancienne doutait fortement que cela puisse les nuire en pleine bataille. Ce malaise serait-il assez fort pour amener une possible trahison ? Quoi qu'il en soit, désormais elle serait sur ses gardes, plus que d'ordinaire. Tandis que les os de son corps de serpent morbide se mouvaient lentement pour la dégourdir un peu, elle fixait le "Granl de compagnie" de Brachtis. Elle pourra en invoquer un aussi pour rendre les choses plus marrantes encore. La petite tête de cervelle était rapidement susceptible, elle se plaignait d'être prise pour une idiote quand Murmure expliquait ce qu'était la nécromancie, c'était mignon.

C'est alors que Brachtis montra quelque chose de très intéressant à son tour, outre son sabre et la résistance de sa carapace : il se servait de cette dernière comme abri de secours. En effet, à l'instar des tortues, il était capable de rentrer entièrement à l'intérieur pour se protéger. C'était intéressant, utile, et caetera, mais Murmure sourit en voyant une faille à ceci. Si Brachtis se repliait sur lui-même ainsi, nul doute que ses mouvements seraient extrêmement limités, pour ressortir il lui faudrait un certain effort, assurément. Or, il suffirait à ce moment de viser en plein dans l'un des trous pour le blesser fortement. Ou alors, si l'on essaye de réfléchir à quelque chose de bénéfique pour le groupe, la carapace ainsi pourrait être utilisée pour renverser des ennemis, il suffirait de la propulser. Elle sourit de plus belle en imaginant le tournis que cela pourrait provoquer chez l'Homme-Tortue.

"C'est vraiment... fascinant !" dit-elle, enjouée. "Vous êtes le premier Homme-Tortue qu'il m'est donné de rencontrer. Pourtant, j'ai vu beaucoup de choses dans ce monde..." Elle pointa du bout de son bâton le soleil qui se levait, à l'horizon. "On m'a dit que les ruines étaient un peu plus au Nord-Est. Nous devrions nous mettre en route."

Elle commença alors à ramper et appréciait les douces caresses de l'herbe humide sur son corps visqueux. Oui, cela pouvait écœurer des gens, oui, cela ne sentait pas la rose, mais c'était une forme qui la faisait se sentir libre, délivrée des douleurs de ses frêles jambes humaines. Après deux heures de marches, ils virent les ruines au loin. "Ce doit être ça !" dit-elle alors.

•————————————•
N'hésitez pas à jeter un oeil à ma Fiche de personnage ! Sinon, vous pouvez aussi retrouver la liste de tous mes RP ici !

Est-ce une bénédiction... ou une malédiction ? :

avatar
Murmure
Novice
Novice

Race : Humaine
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Donjon [inachevé]

Message  Naddo le Ven 12 Aoû 2016 - 1:26

En Orcande, le frêle soleil matinal laissait lentement sa place aux rayons chauds de midi. Naddo et ses nouveaux compagnons progressaient dans les plaines depuis maintenant plus de deux heures, accompagnés du granl de Brachtis, l'homme tortue. Celui ci avait par ailleurs tout à fait saisi l'hostilité de Naddo à son égard ; ainsi, entre eux s'était installée une tension raciale depuis l'auberge, et la jeune femme n'avait pas souhaité lui adresser la parole de tout le trajet.
En revanche, la compagnie de Murmure lui était plus agréable. Tout comme elle, c'était une humaine invocatrice, mais avait de plus une apparente bienveillance envers autrui. La discussion entre cette nécromancienne et le petit enfant intriguait toujours Naddo et en particulier au sujet de son masque de cérémonie.
Quelle idée de se trimballer toute la journée avec cet ornement encombrant sur le visage ! Naddo aurait pourtant aimé voir ce qui se cachait dessous. Et bien que l'aura que dégageait la nécromancienne lui disait le contraire, on aurait pu croire que le masque était là pour cacher une ethnie autre qu'humaine. En réalité, peut être Murmure était-elle un elfe ou une hybride ?

Cette idée fit jaillir un sourire sur les lèvres sèches de Naddo. Il y a avait déjà trop d'un hybride dans le groupe - ses yeux noirs se posèrent sur la volumineuse carapace de Brachtis.
Ce guerrier avait beau être affublé d'un physique de reptile, il dégageait lui aussi une certaine puissance. Une force physique, plus brute que celle qui émanait de Murmure. Cet homme-tortue était à n'en pas douter un formidable adversaire, surtout après la démonstration qu'il avait faite à l'extérieur de l'auberge.

Murmure - Ce doit être ça !

Naddo tourna la tête dans la direction de la forme reptilienne de la nécromancienne. En effet, un amas de ruines s'agglutinait au loin. La fameuse cachette de la pierre de Meya...Meyay... De la pierre spéciale.

Elle pressa la pas instinctivement et se retrouva devant les trois autres, surplombant les ruines d'un rocher plat. Ainsi, elle remarqua facilement l'entrée d'une grotte semblant plonger dans les profondeurs de la terre. D'un geste rapide, sa main tira son épée de sa ceinture en cuir lacé et en passa la lame sur son pouce. Le sang séché s'écaillait lentement sur le métal, signe de la négligence de sa propriétaire.

Naddo - Que doit-on s'attendre à trouver, à l'intérieur ?

Face à des humains, monstres ou hybrides, la façon de procéder n'était pas la même. Et il devait bien se trouver quelque chose dans ces ruines pour que Murmure ait besoin de bras armés.

•————————————•
Je ne suis pas le mal.
Codes couleurs = #996600 / #0000ff
avatar
Naddo
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Brachtis le Ven 12 Aoû 2016 - 17:28

MURMURE – C'est vraiment... fascinant ! Vous êtes le premier homme-tortue qu'il m'est donné de rencontrer. Pourtant, j'ai vu beaucoup de choses dans ce monde...

N'avait-elle jamais vu de turoctauches ? Cela dit, Brachtis était différent d'un turoctauche. Il était moins grand, déjà, mais non moins solide. Physiquement, Brachtis était très facilement distinguable d'un turoctauche : proportionnellement, les turoctauches avait les jambes plus longues, et Brachtis avait une carapace beaucoup plus large, ce qui justement le rendait vulnérable s'il était renversé sur le dos. Surtout, les turoctauches étaient d'une intelligence primaire ; ils savaient parler, mais leur niveau de conversation était faible, ils n'avaient aucune sociabilité et attaquaient à peu près tout individu à portée. Autant de différences flagrantes qui ne laissaient aucun doute. Cela dit, “homme-tortue” était une désignation qui allait parfaitement à Brachtis, autant qu'à un turoctauche.

Naddo, de son côté, n'adressa pas un seul mot à Brachtis, qui s'en accommoda très bien. Elle l'avait accueilli avec froideur, sinon avec hostilité. Brachtis ne ferait équipe avec elle que le temps d'explorer les ruines de Mejayi jusqu'au fond, et il déciderait ensuite de son sort. Murmure rampait tel un Naga. Seule son odeur était dérangeante pour Brachtis. C'était une odeur de putréfaction, qu'elle dégageait depuis qu'elle avait ce corps de serpent visqueux. Les serpents n'avaient rien de vraiment “visqueux” normalement, pas plus que n'importe quel autre reptile, mais le corps de Murmure était différent. Brachtis n'était pas écœuré visuellement, loin de là, mais olfactivement, oui. Il espérait qu'elle ne se transformerait pas souvent, car franchement, avec ce corps, elle sentait très mauvais.

Deux heures leur furent nécessaires pour arriver à destination. Pour Brachtis, cela ressemblait à l'entrée d'une grotte comme les autres, hormis sa profondeur qui n'était de toute façon pas observable de l'extérieur. Pour Murmure, c'était le bon endroit.
Naddo dépassa le groupe, se plaçant en hauteur sur un rocher plat. Elle dégaina son épée, sur la lame de laquelle le sang non nettoyé avait séché. Ce n'était pas une façon d'entretenir une arme blanche...

Mugol s'avança à son tour, faisant s'arrêter son golem-support juste devant l'ouverture de la grotte. En même temps, Naddo demanda :

NADDO – Que doit-on s'attendre à trouver, à l'intérieur ?
MUGOL – Tu crois qu'on a un don de prescience ? Dans mon infinie sagesse, je peux juste te dire que s'il s'agit bien de l'entrée d'un temple de Mejayi, alors il faudra se méfier de tout. Je suis prêt à parier que des pièges vont jalonner notre parcours, il faudra être attentif. Et j'espère que tu sauras te défendre si des créatures hostiles vivent dans ce lieu, petite !

Brachtis prit une grande inspiration. Il espérait que Murmure ne les avait pas conduits n'importe où. Mugol s'en rendrait rapidement compte, il comptait sur lui. Il marcha avec lenteur jusqu'à rejoindre le granl.

BRACHTIS – Des pièges... Nous feront attention.
MUGOL – Surtout toi, avec tes gros pieds de tortue : fais attention où tu les poses !

Brachtis posa le regard sur ses pieds un instant, puis sur Murmure.

BRACHTIS – Et elle, avec son corps...
MUGOL – Je te rappelle qu'il ne s'agit que d'une métamorphose, elle n'avait pas ce corps quand nous l'avons rencontrée, elle saura se faufiler.
BRACHTIS – Et ton support.
MUGOL – S'il se fait détruire par un piège, j'en lèverai un autre, ou bien tu me porteras sur ta carapace. La grosse tortue, lente comme un Xolon et avec des pieds énormes, ici, c'est toi ! Alors fais attention où tu les poses !
BRACHTIS – Traite-moi encore une fois de tortue devant elles, et je leur montre à quel point tu colles comme un Gupile.

Mugol fit une grimace. Brachtis venait de lui clouer le bec avec cette menace. Ou presque...

MUGOL – Alors je leur montrerai comment tu es sensible des pieds.

Il n'avait pas osé dire ça ?! C'était un secret que Brachtis s'efforçait de garder : il avait en effet une sensibilité... sensuelle à ce qu'on lui touche les pieds. Une partie érogène, en somme. Sauf qu'il en avait honte, et les seules fois où il en parlait, c'est quand il se trouvait à l'intérieur d'une maison des plaisirs avec une fille de joie. Mugol l'avait découvert par pure mégarde, et se moquait souvent de lui sur ce point.

MUGOL – Et je ne colle pas.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Brachtis
Expert
Expert

Race : Homme-tortue
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Murmure le Ven 12 Aoû 2016 - 18:49

Quand Naddo posa la question sur ce qui peut se trouver ici-bas, Murmure prit un instant pour réfléchir, mais le granl posa les bases. Il parlait d'infinie sagesse, mais énonçait des choses somme-toute... banales. Oui, un temple avec une relique ancestrale ne doit pas être vide de danger. La jeune nécromancienne passa la main dans ses cheveux pour replacer une mèche derrière son oreille et sourit légèrement, comme si - finalement - tout ceci lui passait par-dessus la tête. Inquiète, oui. Mais pas apeurée, la mort ne lui faisait pas peur, elle n'avait rien à perdre.

"Mugol énonce effectivement la base de ce que l'on pourrait attendre de ruines abritant une relique." Son sourire moqueur se fait sentir, puis elle regarde Naddo. "Je pense que le plus important est que si j'ai eu l'information, d'autres l'ont peut-être aussi. Outre des bêtes et pièges, il est possible que l'on tombe nez-à-nez avec des personnes puissantes." Elle marquait un point. "Il faut savoir rester courtois, mais toujours avoir un oeil attentif."

S'en suit alors une querelle entre Brachtis et le petit granl... ils étaient mignons, à se chamailler tels des enfants. Brahtis semblait effectivement bien plus sage que l'autre, qui se pensait au-dessus mais laissait sa surestimation de soi l'aveugler. Naddo était calme, ceci plaisait à la nécromancienne qui ne voulait pas de prise de tête, ni de panique. La mission était simple : récupérer l'artefact et découvrir s'il peut amener à une source de pouvoir quelconque. Elle soupira légèrement, se disant qu'elle devrait faire attention à ses partenaires, car le pouvoir détruit même la plus solide des amitiés. Elle tourna sa tête vers Brachtis quand celui-ci semblait gêné par ce qu'avait le granl. Et alors ? Il a le droit d'être sensible des pieds, quel est le problème ? Elle allongea son long corps morbide pour arriver le visage près de Mugol.

"Mugol, si tu as envie de gêner notre ami, uniquement dans un but de le mettre mal à l'aise..." elle sourit alors avec malice. "c'est un comportement puéril que je ne pensais pas digne d'une intelligence telle que celle des granls.." Elle regarde alors Brachtis lui adresse un sourire des plus amicaux, avec comme une certaine complicité ambigüe. "Allons, il ne faut pas avoir de honte. Moi, je suis sensible de cou, c'est notre corps, il n'y a aucune honte à avoir. Puis... en parlant de pieds, j'ai quand même des jambes complètements meurtries, ce n'est pas bien mieux."

Elle espérait avoir attendri l'ambiance, puis se dirigea vers les ruines, en compagnie du petit groupe. Près de l'entrée, des hommes-squelettes étaient regroupés, ils semblaient garder l'entrée. "Ils sont contrôlés... trouvez le nécromancien et ils tomberont tous d'un coup." Elle regarda alors son groupe et, en ce massant la nuque d'une main, leur demanda ce qu'ils préfèreraient : attaquer de front ou chercher un moyen de s'infiltrer ? Elle précisa alors qu'il est possible - si le mage est assez puissant - que tas d'os le préviennent et lui permettent de se renforcer. Puis, elle montra son bâton. "Je n'ai pas de cadavre à disposition, mais si un nécromancien est bien là-bas, j'en aurai. Mes pouvoirs seront plus puissants une fois dedans."

C'était à eux de décider, car de toute façon si elle utilisait ses pouvoirs maintenant, elle se fatiguerait beaucoup... ce qui n'est pas envisageable sur le long terme. Elle regarda Naddo, pour la laisser s'exprimer sur le sujet.

•————————————•
N'hésitez pas à jeter un oeil à ma Fiche de personnage ! Sinon, vous pouvez aussi retrouver la liste de tous mes RP ici !

Est-ce une bénédiction... ou une malédiction ? :

avatar
Murmure
Novice
Novice

Race : Humaine
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Naddo le Ven 12 Aoû 2016 - 23:03

Mugol le granl s'avança à son tour en direction de la grotte, et passa sous le rocher de Naddo avec son golem qu'il positionna devant l'entrée.

Murgol - Tu crois qu'on a un don de prescience ? Dans mon infinie sagesse, je peux juste te dire que s'il s'agit bien de l'entrée d'un temple de Mejayi, alors il faudra se méfier de tout. Je suis prêt à parier que des pièges vont jalonner notre parcours, il faudra être attentif. Et j'espère que tu sauras te défendre si des créatures hostiles vivent dans ce lieu, petite !

Naddo ne répondit pas, piquée au vif. Bien qu'il était vrai qu'elle n'avait pas encore démontré ses aptitudes, les commentaires de ce granl l'agaçaient grandement. Évidemment, qu'elle saurait se défendre. Elle sauta de son rocher arme à la main, laquelle était trop petite pour se prendre dans ses jambes pendant le saut. Elle atterrit donc juste à côté du golem du granl et se tourna vers Brachtis et Murmure.

Murmure - Je pense que le plus important est que si j'ai eu l'information, d'autres l'ont peut-être aussi. Outre des bêtes et pièges, il est possible que l'on tombe nez-à-nez avec des personnes puissantes.

Naddo pensa avec optimisme que si d'autres aventuriers s'étaient déjà engagés dans la grotte, les potentiels ennemis et pièges dispersés sur le chemin auraient pu être mis hors d'état de nuire.
Alors qu'elle songeait à leur façon de progresser, Brachtis et le granl se disputaient puérilement derrière son épaule ; ils semblaient évoquer leurs défauts respectifs, mais rien d'intéressant en vue d'un éventuel combat.

Murmure - Allons, il ne faut pas avoir de honte. Moi, je suis sensible de cou, c'est notre corps, il n'y a aucune honte à avoir. Puis... en parlant de pieds, j'ai quand même des jambes complètements meurtries, ce n'est pas bien mieux.

Naddo - Vous avez fini ? On ne se connaît pas et à moins que vous ne comptiez vous envoyer en l'air devant l'entrée de la grotte, l'emplacement de vos petits points sensibles n'ont aucun intérêt.

Elle soupira et s'écarta pour laisser Murmure passer. Celle ci examina les profondeurs de la grotte derrière son masque et se retourna vers les autres. Naddo jeta un coup d'oeil à son tour et vit un groupe d'hommes squelettes amassés dans une salle sombre.

Murmure - Ils sont contrôlés... trouvez le nécromancien et ils tomberont tous d'un coup.

La jeune nécromancienne leur posa alors une question d'apparence fatidique : L'attaque de front ou l'infiltration ?

Apparemment, si l'invocateur des hommes squelettes était suffisamment puissant, ses créatures pouvaient l'alerter et ainsi lui permettre de se renforcer. Elle ajouta par ailleurs que bien qu'elle n'ait pas de cadavre à disposition, la présence d'un autre nécromancien dans la grotte confortait le fait qu'elle puisse en trouver à l'intérieur.

Les hommes-squelettes devaient avoir une perception différente de celle des créatures vivantes car ils étaient démunis de leurs organes sensitifs, et pouvaient donc compter sur la magie pour détecter leurs ennemis. Et en comptant le fait que la position du nécromancien était inconnue au petit groupe, la discrétion ne paraissait pas être une bonne solution. Foncer sur le tas pouvait sembler être une idée de brute, mais elle avait au moins l'avantage de la surprise et de la rapidité.

Naddo - On laisse la furtivité de côté pour le moment. Si on a trop les foies pour faire tomber quelques tas d'os et un nécromancien à quatre, pas la peine de courir après une pierre magique.

Pour illustrer sa déclaration, elle invoqua d'un geste son Noctera sans nom. Cette invocation lui demandait un effort minime, mais la fatigue de la jeune femme avait complètement disparu pendant le voyage et elle sentit à peine le coût de son sort.

La grosse chauve souris à tête difforme voleta dans l'air quelques secondes avant de se poser fébrilement sur l'épaule de Naddo. Du liquide noir coulait de sa gueule pleine de crocs et tombait par gouttes sur le sol.
Bien que le Noctera ne voyait qu'une silhouette floue à la place de Naddo, il la percevait grâce à ses ultrasons. Pourtant, il n'y avait aucun attachement entre eux, juste une relation maître-objet. Le monstre était obligé d'obéir à sa maîtresse et avait prouvé plus d'une fois l'efficacité de ses crocs acérés.

Naddo jeta un coup d'oeil à ses trois compagnons et pénétra dans la grotte de son rapide jeu de jambes. Si le nécromancien se trouvait dans une autre cavité, il était possible de neutraliser ses sbires sans l'alerter. Ainsi il n'était pas nécessaire d'éviter bêtement d'engager le combat avec ces hommes-squelettes pour dénicher leur maître.

Le Noctera fonça sur l'un des squelettes en plantant ses crocs dans les côtes, et ses griffes autour des épaules. Pendant ce bref instant, Naddo s'éjecta en l'air d'un coup de pied et, associant vitesse et aérodynamisme, planta la pointe de son épée dans un orbite d'homme squelette. Elle atterrit sur les épaules de son adversaire et l'entraina sur le sol. La tête du squelette vola et sa cage thoracique fut écrasée sous le poids de Naddo. Celle ci se projeta sur un autre squelette et esquiva habilement la lame ébréchée qui se précipitait sur elle.

En quelques fractions de secondes, deux squelettes étaient déjà hors d'état de nuire. Mais l'effet de surprise était en train de s'estomper tandis que les hommes squelettes encerclaient Naddo. Celle ci, dont le principal atout physique était la rapidité, n'avait pas les moyens de lutter seule contre cet attroupement.
Cette façon de procéder n'était pas dans les habitudes de la jeune femme, mais elle pouvait compter sur ses compagnons - si ils décidaient de ne pas la trahir.

•————————————•
Je ne suis pas le mal.
Codes couleurs = #996600 / #0000ff
avatar
Naddo
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Brachtis le Sam 13 Aoû 2016 - 9:20

Vexé, Brachtis observa les réactions de Murmure et de Naddo. Cette dernière semblait se désintéresser de la conversation. Cela ne pouvait être qu'une bonne chose. Elle avait sauté de son rocher et dépassé Mugol de quelques mètres. Elle leur tournait le dos. Elle avait forcément entendu ce qu'avait dit Mugol, et Brachtis ne sut si Naddo s'en moquait complètement ou si elle feignait l'ignorance pour ressortir cela plus tard en voulant le rabaisser. Quant à Murmure, elle s'approcha de Mugol pour désapprouver son attitude.

MUGOL – On ne se connaît pas, ma petite, et si tu crois que j'ai quelque chose à faire de tes réprimandes, tu te fourvoies lourdement.

Brachtis se sentit soutenu, mais en même temps, c'était déjà rabaissant. Il voulait être craint et respecté ; autant il appréciait l'empathie de Murmure, autant il ne voulait pas de sa compassion. Murmure vint justement à lui avec un sourire apparemment franc.

MURMURE – Allons, il ne faut pas avoir de honte. Moi, je suis sensible du cou, c'est notre corps, il n'y a aucune honte à avoir. Puis... en parlant de pieds, j'ai quand même des jambes complètements meurtries, ce n'est pas bien mieux.

Brachtis serra les poings, irrité. Déjà, il s'en moquait foutrement, que Murmure fût sensible du cou et ne fût pas fière de ses jambes. Il voulait inspirer autorité, crainte, respect et puissance. Murmure ne lui montrait que sympathie et compassion. Il préférait presque encore l'inimitié de Naddo : y étant plus habitué, c'était en quelque sorte plus confortable pour lui. Seulement, il ne voulait pas non plus envoyer bouler Murmure avec des mots trop secs. Murmure était fascinée par le corps de l'homme-tortue et cherchait une complicité avec lui. Brachtis ne pouvait pas rejeter cela.

NADDO – Vous avez fini ? On ne se connaît pas et à moins que vous ne comptiez vous envoyer en l'air devant l'entrée de la grotte, l'emplacement de vos petits points sensibles n'a aucun intérêt.

Elle lui ôtait les mots de la bouche. C'était une partie de ce que pensait Brachtis à cet instant, et de ce qu'il avait envie de rétorquer à Murmure sans vraiment oser de crainte de briser la chance qu'il avait qu'elle se comportât de cette manière envers lui.

BRACHTIS – Pour une fois, je suis d'accord avec elle. J'apprécie tes mots mais je n'ai pas besoin de compassion. Mon corps est ma fierté et je n'ai aucun complexe, garde-le pour dit.

Ce fut dit avec le ton le moins agressif possible. Sur ces mots, le groupe put se concentrer sur la grotte qu'il s'apprêtait à explorer. Brachtis alluma une torche, car la lumière du jour serait vite absente de ce lieu souterrain et sûrement profond. Et s'il s'agissait de ruines, alors il ne fallait pas s'attendre à y trouver d'autres torches entretenues. Murmure et Naddo ne semblaient pas y avoir pensé.

Ils n'avancèrent pas bien loin, car très vite un premier obstacle fut en vue : plusieurs hommes-squelettes étaient attroupés, et les contourner allait être extrêmement difficile. Murmure pourrait sans doute y arriver, elle ne faisait pas de bruit en rampant. La tenue sombre de Naddo pouvait aussi la camoufler dans l'obscurité, mais les hommes-squelettes avaient-ils vraiment une perception dépendante de la luminosité ? Naddo n'y croyait pas :

NADDO – On laisse la furtivité de côté pour le moment. Si on a trop les foies pour faire tomber quelques tas d'os et un nécromancien à quatre, pas la peine de courir après une pierre magique.

Elle marquait encore un point. De toute façon, la furtivité n'était pas le fort de Brachtis : quand on est un homme-tortue avec une grosse carapace et qui marche avec lourdeur et lenteur, on ne compte pas sur la furtivité. Sans parler de Mugol et de son golem-support de terre, qui faisait du bruit en se déplaçant. Encore, Mugol pouvait être porté par n'importe qui. Un granl, ça ne pesait pas bien lourd.
Murmure avait demandé s'il valait mieux choisir la furtivité ou le passage en force : elle avait sa réponse. Elle avait aussi suggéré de tuer le nécromancien qui contrôlait ces hommes-squelettes pour faire tomber tous ces derniers d'un coup.

MUGOL – Et des hommes-squelettes peuvent se lever spontanément. Beaucoup de morts-vivants apparaissent librement, alors ne fais pas de déductions trop hâtives, ma petite. Ce n'est pas parce que tu es une nécromancienne, que tu dois voir de la nécromancie partout.
BRACHTIS – Et s'il y a un nécromancien qui les contrôle ?
MUGOL – Alors l'éliminer fera en effet disparaître toutes ses invocations aussitôt. Seulement, s'il est capable de maintenir autant d'hommes-squelettes invoqués ensemble, c'est qu'il s'agit d'un nécromancien puissant, d'autant qu'il n'est en général pas possible de laisser son invocation errer trop loin, à moins d'être une liche. Il vaut mieux pour nous que ces morts-vivants soient des ermites et non des invocations.

Voilà ce qu'appréciait Brachtis chez Mugol : en dépit de son caractère de cochon, il faisait très souvent des remarques intéressantes, et Brachtis apprenait toujours quelque chose avec lui. Dans le cas présent, Brachtis n'avait pas vraiment appris quoi que ce soit, car il savait déjà qu'il était possible de trouver des morts-vivants ermites, y compris des hommes-squelettes, sans lien avec aucun nécromancien, mais quand Murmure était directement partie sur le postulat que ceux qu'ils avaient face à eux étaient sous le contrôle d'un nécromancien, il n'avait même pas pensé à une autre éventualité.
Mugol venait de dire autre chose d'intéressant : une invocation ne pouvait pas errer trop loin de son invocateur. Brachtis se rappellerait de demander à Mugol des précisions sur ce point, car cela l'intéressait : quand il serait lui-même capable d'invoquer un salgöhl, il lui faudrait connaître les restrictions d'une telle magie.

Un coup d'œil sur Naddo, et Brachtis vit un noctera posée sur son épaule. Il ne l'avait pas vue l'invoquer alors qu'il parlait avec Mugol et Murmure. Naddo fonça dans le tas, envoyant sa bestiole attaquer la première. Elle courut à toute vitesse et arriva sur les hommes-squelettes en un temps record. Brachtis fonça lui aussi dans le combat, mais tout à l'opposé de Naddo, il était lent. Naddo eut le temps de se faire encercler par plusieurs hommes-squelettes après en avoir éliminé deux.

Brachtis arriva dans le dos de l'un d'eux et le décapita sans lui laisser le temps de réagir. Il dut parer aussitôt après l'attaque d'une autre. Il lui dégagea son arme, créant une ouverture dans sa garde, par laquelle il riposta d'un puissant coup de pied. L'homme-squelette s'éclata au sol en s'éparpillant.
Mugol, de son comptait, s'était lui aussi lancé dans le combat. Son golem ignorait les armes des hommes-squelettes.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Brachtis
Expert
Expert

Race : Homme-tortue
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Murmure le Sam 13 Aoû 2016 - 12:20

Murmure ne cherchait pas quoi que ce soit de charnel avec qui que ce soit et la remarque de Naddo la fit sourire. Effectivement, elle aimait titiller un peu, comme pour chercher une certaine complicité, mais son but était avant tout de tester les personnes l'entourant. Cela avait d'ailleurs très bien fonctionné. Naddo est quelque peu impulsive et franche, Mugol extrêmement susceptible sans pour autant oublier de rester sur l'essentiel, tandis que Brachtis semblait souffrir d'un complexe d'autorité. Montrez-lui trop d'attention à son égard et il le prendra mal, jusqu'à tenter de renverser les forces. Du moins, c'était ce que ressentait la demoiselle, qui fermait la plupart du temps ses yeux pour mieux écouter le timbre de la voix de ses interlocuteurs.

"Ne vous inquiétez pas, Brachtis, cela n'a rien d'avances quelconques. C'est tout simplement ainsi que j'ai été élevée." dit-elle alors pour le rassurer.

Naddo invoqua un Noctera, une sorte de chauve-souris à hideuse tête de bête. C'était si mignon, un vrai prédateur furieux. Très rapidement, le combat fut engagé, la femme avait eu un raisonnement très juste et - qu'il y ait un nécromancien ou non - il fallait attaquer de front. Effectivement, des morts ou squelettes ne sont pas "nécessairement" des invocations mais... est-ce qu'un groupe d'homme-squelettes armés errants garderaient l'entrée d'une ruine ainsi ? Elle laisserait cette question en suspens, inutile d'engager une joute avec le granl. Deux à terre, du côté de Naddo, puis un autre par Brachtis et encore un autre par le golem de Mugol. S'étant approchée dans sa forme de serpent non-mort, Murmure leva son bâton au ciel et incanta un sortilège qui fit virevolter les tas d'os déjà présents au dessus d'elle. Ainsi, elle avait 3 projectiles au dessus d'elle qu'elle envoya de plein fouet sur deux squelettes qui encerclaient Naddo, les repoussant en leur ôtant des os. Ainsi déstabilisés, la guerrière n'aurait plus qu'à les terminer. Elle jeta un oeil rapide autour d'elle et vit l'un des squelettes un peu plus grand, avec une sorte de massue et des pièces d'armures. "Je m'occupe de lui, là-bas, avec l'armure." dit-elle ainsi rapidement à ses compagnons. Elle se rua jusqu'à lui pour tenter une technique qu'elle avait apprise en observant certaines espèces de serpents, afin de s'enrouler autour de lui. Le pauvre était complètement bloqué et ne pouvait pas utiliser sa lourde arme par manque d'appuis. Murmure posa la main sur son crâne et lui siphonna son énergie vitale, malgré qu'un homme-squelette en ait vraiment peu.

Tandis qu'elle se renforçait pour éviter de tomber dans les vappes comme elle l'avait fait dans la forêt quelques jours plus tôt, elle laissa ses alliés s'occuper des quelques squelettes restants. Quand le combat fut terminé, elle était quelque peu essoufflée, mais tentait de le cacher. Sa faible condition était la raison principale du recrutement qu'elle était contrainte de faire. Le groupe pénétra dans la grotte, qui brillait par son silence entrecoupé de gouttes d'eau. C'était beau, les filets d'eau lui permettaient de se rafraîchir quand elle passait dessus avec son corps transformé. Un chevalier était allongé là, près d'une corde coupée. Il avait des flèches plantées dans le corps, on pouvait voir un peu partout dans la pièce des trous d'où auraient pu sortir ces flèches. Un piège classique mais furieusement efficace. "Essayons de ne pas finir comme lui." dit-elle doucement, avant de le voir bouger la main. "Oh, il semble encore vivant !" Elle regarda le groupe. "Me permettez-vous d'abréger ses souffrances ?"

Si la réponse était non, alors elle n'y toucherait pas, mais s'ils acceptaient, elle lui happerait jusqu'à la dernière lueur de son énergie pour en faire un mort-vivant combattant à ses côtés. Elle préférait demander pour éviter de paraître monstrueuse. Une question de mort ou de mort, comme elle dit si souvent..

•————————————•
N'hésitez pas à jeter un oeil à ma Fiche de personnage ! Sinon, vous pouvez aussi retrouver la liste de tous mes RP ici !

Est-ce une bénédiction... ou une malédiction ? :

avatar
Murmure
Novice
Novice

Race : Humaine
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Naddo le Sam 13 Aoû 2016 - 16:10

Les deux squelettes encerclant Naddo furent pris par cible par la Nécromancienne, qui leur envoya ses projectiles improvisés à distance en leur démettant des os. Ainsi mutilés, les deux créatures maniaient leurs armes encore plus lentement. Une aubaine pour Naddo, qui fondit sur le moignon droit de l'un d'eux pour lui planter la pointe de sa lame dans ses vertèbres cervicales. L'homme squelette, insensible au coup, leva son bras gauche en rabattant sa hache sur l'épaule de la jeune femme. Elle frappa la manche de la hache de la longue garde de son épée et arracha l'arme d'un moulinet du poignet.
La tête du squelette, détachée par la pointe de l'épée, s'écrasa sur le sol au même moment que sa hache.

Le second squelette, clopinant sur une seule jambe, se jeta sur Naddo. Il était muni d'une lance en piteux état que la jeune femme brisa d'un coup de pied. Désarmé, la créature balança ses bras en direction du cou de la combattante qui était trop petite pour se soustraire à cette étreinte. Elle leva son épée mais celle ci se coinça dans la cage thoracique du squelette.
Une fraction de secondes plus tard une ombre volante s'abattit sur le crâne de la créature en déversant un flot de liquide noir.
C'était le fidèle Noctera. Il arracha la mâchoire du squelette et écrasa son buste contre la paroi de la grotte.

Malgré ces deux victoires, il ne fallait pas relâcher son attention. Naddo se massa le cou en examinant la grotte ; Murmure enserrait un guerrier squelette sous sa forme reptilienne tandis que Brachtis et Murgol se débrouillaient avec plusieurs ennemis. Entre les deux groupes, un homme-squelette solitaire ne savait plus où donner de la tête. Il restait de marbre au milieu des combats, sa tête tournant au dessus de son cou de façon comique. Naddo prit son élan et se propulsa sur les épaules du cadavre avant de poser sa lame sur son cou à decouvert. Agrippant la pointe, elle fit jouer du tranchant de son arme et le crâne de son adversaire sauta comme un bouchon.
Le corps sans tête du squelette s'agita quelques instants avant de s'écrouler sur le sol, Naddo s'étant déjà dégagé de sa prise.

Un coup d'oeil suffit pour remarquer que tous les ennemis étaient à terre dans les environs. Murmure, Brachtis et Murgol surplombaient chacun un tas d'os poussiéreux.

Naddo regarda son propre tas. Son style de combat ne ressemblait à aucun autre et aurait fait hurler plus d'un spécialiste. Elle agissait comme une abeille, tournant et sautant autour de ses ennemis pour les piquer à l'aide de sa petite épée. Ses esquives n'avaient pas la souplesse des tigrains et ses coups ne contenaient qu'une force misérable comparé à la puissance des xolons. Pourtant, des années à ne compter que sur soi même avaient amélioré ses postures de façon à toujours surprendre l'adversaire. Aujourd'hui, ce style faisait sa force.

Elle vit que Murmure se dirigeait un peu plus profond dans la grotte et la suivit sans un mot. Au passage, elle vit les cadavres aux pieds de Brachtis et croisa le regard de celui ci, qu'elle gratifia d'un hochement de tête. Peut être ne comprendrait-il pas ce geste, mais c'était pour elle une façon de lui adresser ses compliments pour le combat.

Ensemble ils emboitèrent le chemin de la Nécromancienne. Après les combats s'installait maintenant un silence presque paisible, brisé seulement par les gouttes d'eau s'écrasant sur la roche. Naddo releva le menton et se prit une goutte qui glissa le long de son cou. Cette sensation agréable retint son attention et elle ne remarqua pas tout de suite la présence d'un homme extérieur au groupe. Ce fut seulement en baissant les yeux qu'elle le vit, en armure de chevalier criblée de flèches. Il était étendu non loin d'eux, près d'une corde sectionnée qui avait dû activer un piège.

Murmure - Essayons de ne pas finir comme lui.

Mais le chevalier ne semblait pas avoir dit son dernier mot. En effet, sa main droite tressaillit au son de la voix de Murmure.

Murmure - Oh, il semble encore vivant !

Naddo esquissa un sourire. En effet, et il ne semblait pas vouloir mourir. Il y avait très peu de sang à ses pieds et, reconnaissant ce type d'armure, savait que ses points vitaux avaient dû être épargnés par un blindage en acier.

Murmure regarda tour à tour Brachtis, Naddo et Murgol.

Murmure - Me permettez-vous d'abréger ses souffrances ?

Naddo fronça les sourcils, offusquée. Ne vérifiait-elle même pas les blessures de l'homme, avant de proposer de l'assassiner ? Si encore il s'agissait d'un hybride ou d'un elfe, mais c'était un humain en détresse... Oh bien sûr, sa mort n'anéantirait pas la guerrière, mais ce serait faire preuve de méchanceté gratuite que de l'abandonner ou de l'achever sans se soucier de lui.

Naddo sentit un battement d'aile tout près de son oreille et vit le Noctera foncer dans la direction du chevalier en rasant le sol de ses griffes. Il parcourut ainsi les quelques mètres qui le séparaient d'eux et se posa juste à côté du chevalier.

Naddo examina le sol que le Noctera avait effleuré et suivit le même chemin sans crainte de déclencher un piège au sol. Elle se penchant légèrement en avant - sait on jamais, des pièges magiques pouvaient être déclenchés en l'air - et s'accroupit auprès du chevalier. Celui ci semblait souffrir le martyr, son visage était rouge et ses yeux hagards. De nombreuses flèches sortaient des orifices de son armure.

Fascinée, Naddo l'observa quelques instants et pencha la tête vers ses blessures. Aucune ne paraissait mortelle, mais peut être que sous son armure le chevalier cachait une quantité de sang impressionnante qui s'écoulait hors de son corps depuis des minutes, des heures - depuis quand se trouvait-il dans la grotte, dans cet état ?

Elle se tourna vers ses compagnons en gardant le silence et attendit que Brachtis et Murgol réagisse. Non pas qu'elle avait confiance en leur jugement, mais elle devait accepter leur place dans l'équipe et écouter ce qu'ils avaient à dire.

•————————————•
Je ne suis pas le mal.
Codes couleurs = #996600 / #0000ff
avatar
Naddo
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Brachtis le Lun 15 Aoû 2016 - 11:11

Tandis que Naddo et Brachtis se battaient au contact, de même évidemment que Mugol dans son golem, Murmure resta à distance. Elle tira des squelettes détruits par eux la faible énergie restante avant qu'elle ne s'échappe, et la renvoya tels des projectiles peu puissants. Il faut dire qu'il n'y avait pas grand-chose à retirer d'un homme-squelette, et il ne faisait aucun doute que les projectiles d'énergie de Murmure auraient été plus puissants s'ils avaient été extraits d'un Humain par exemple.

Cependant, Murmure décida de se porter au corps-à-corps quand elle remarqua un homme-squelette plus grand et plus lourdement équipé que les autres. Il était le seul à porter des pièces d'armure, et son arme était une puissante masse. Murmure faisait des choix étranges : le seul homme-squelette clairement plus puissant que les autres, était le seul qu'elle venait attaquer au corps-à-corps. Brachtis s'en serait bien chargé, mais il était trop lent pour devancer Murmure. Il démolit un autre homme-squelette avant de tourner la tête vers la nécromancienne, qui se prenait pour une Naga, enroulant son corps de serpent autour de l'ennemi pour l'immobiliser. Elle élimina le mort-vivant sans défense grâce à sa magie nécromantique.

Le combat fut terminé. Naddo fut celle à avoir éliminé le plus d'hommes-squelettes. Elle adressa un regard à Brachtis et hocha la tête avec camaraderie. Tiens donc, elle ne le dénigrait plus ? Surpris, Brachtis hocha machinalement la tête en réponse. Si Naddo pouvait changer de regard sur lui, ce ne serait pas un mal. Peut-être qu'elle le respectait un peu plus maintenant qu'elle l'avait vu se battre. C'était un peu le fantasme de Brachtis : que chacun considère sa puissance et le respecte pour cela.
Seulement, il n'avait fait qu'éliminer trois hommes-squelettes, rien de bien impressionnant...

Le groupe put s'enfoncer dans la grotte. Seul le cliquetis de quelques gouttes d'eau se faisait entendre. C'était apaisant. Brachtis tendit le cou et respira profondément en fermant les yeux. C'est alors qu'une odeur étrangère lui parvint. Il y avait un Humain à proximité. Et il saignait. Un nécromancien, ayant invoqué les hommes-squelettes ? Brachtis n'y croyait pas : Mugol avait été convaincant dans son hypothèse, et puis les puissants nécromanciens avaient souvent une odeur quelque peu altérée, empreinte de mort. Murmure elle-même avait cette petite note olfactive – sans parler de l'odeur putride de sa métamorphose – alors qu'à en juger par l'épuisement qu'elle subissait à chaque fois qu'elle faisait usage de ses dons, elle ne devait pas du tout être puissante.
Si cet Humain était vraiment blessé et n'était pas l'invocateur des hommes-squelettes, alors il ne représentait pas de danger. Murmure, qui avançait en tête, tomba sur lui. Il portait une armure composite, une épée, un arc, un équipement d'aventurier... Etait-il là pour la Pierre de Mejayi ou ignorait-il la véritable nature de cet endroit ?
Le sang s'écoulait par les plaies due à un piège qu'il avait déclenché. Quatre flèches étaient plantées dans son corps, mais il était toujours vivant. Depuis combien de temps était-il ici dans cet état ?

MURMURE – Me permettez-vous d'abréger ses souffrances ?

Brachtis supposa que Murmure entendait par là : absorber son énergie vitale. Il fut bienheureux que Murmure pose la question : Brachtis aimait trop décider de la vie et de la mort d'autrui pour laisser quelqu'un d'autre jouer ce rôle. Il arriva le dernier au chevet de l'Humain. Naddo l'observait déjà sous toutes les coutures, son noctera posé à côté d'elle.

Une chose allait déterminer la décision de Brachtis : tout se jouerait au regard de l'Humain. Murmure lui apparaissait avec un corps de serpent visqueux et putride. Brachtis était un homme-tortue. Mugol était un granl. Si l'Humain attendait des sauveurs, il n'attendait certainement pas ce genre de personnes. Brachtis poussa délicatement Naddo pour examiner son regard de plus près. Il avait l'air affolé. Il fallait bien dire que les mots de Murmure ne l'avaient pas aidé à voir le groupe “monstrueux” autrement que comme un danger pour lui.

Brachtis se releva et annonça froidement son verdict :

BRACHTIS – Il ne nous aidera pas. Fais ce que tu as à faire, Murmure. Qu'il meure.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Brachtis
Expert
Expert

Race : Homme-tortue
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Murmure le Lun 29 Aoû 2016 - 23:29

"Fais ce que tu as à faire". Il n'a fallu que cette phrase pour que Murmure comprenne. Le racisme, si l'on peut appeler ceci ainsi, était des deux côtés. Naddo devait sans doute être énervée, tandis que Brachtis n'attendait que la mort de l'humain blessé. Un bon test simple et efficace pour se forger une opinion sur les deux personnes, même si elle devoilait par la même occasion un certain faible pour le passage de vie à trépas.
L'invocation de Naddo était proche. Cette dernière avait examiné le futur cadavre sans un mot, c'était presque fascinant. Avait-elle envie que l'on vienne en aide à cet homme ? Elle pouvait sacrifier de son énergie vitale pour lui, après tout. Mais cela valait-il le coup ? Pour Murmure, ce n'était pas une question de morale, ni de race, ni rien de ce genre. C'était une question de vie ou de mort. Comme toujours, il fallait peser le pour et le contre. Or, il était si blessé qu'il fallait le ramener au village pour le soigner. Mais cela impliquait, évidemment, d'abandonner les ruines un certain moment. Impensable.

"Nous n'avons pas le temps de nous occuper de lui, je pense qu'il est donc préférable qu'il ne meure pas pour rien." Elle se tourna vers lui, se pencha et et dessera son armure ensanglantée. "Sire, je vous demande pardon, vous avez sans doute bien combattu, quel est votre nom ?" L'homme était effrayé et fronçait les sourcils, gardant le silence. "Qu'il en soit ainsi. Merci pour la vie que vous me donnez, puissiez vous trouver la paix dans la mort."

Posant sa main sur le haut de son torse, en passant sous l'armure, elle enfonça ses ongles dans sa chair, pour être dans de meilleurs conditions pour le transfert. Il gémissait, mais la concentration de la nécromancienne était telle que désormais elle n'écoutait que les battements du coeur de l'homme. Puis, dans un petit cri de douleur, il succomba. Murmure avec les doigts en sang, doigts qu'elle suça lentement comme pour savourer cet instant. Malgré les apparances, le bougre disposait d'une bonne dose d'énergie... sans doute ne devait-il pas être gravement touché.

Elle se leva et enjamba la carcasse, qui était desormais asséchée par la magie necromantique. Elle prit une bonne inspiration et se retourna vers ses compagnons, avant de tirer la révérence. "Merci à vous, je me sens mieux. Allons-y."

Face au groupe se trouvait un couloir sombre, la jeune femme n'avait pas de quoi faire de la lumière, tel était alors leur objectif : trouver vite de quoi s'éclairer. En bas, on entendait quelques gouttes d'eau, dans une sorte d'écho. Un vent frais caressait la peau de la jeune femme, sans doute l'air venait de l'extérieur, mais cela donnait une étrange impression... comme s'il dirigeait vers les profondeurs de ce ces ruines. Comme s'ils étaient appelés en bas. Au plus profond de ce lieu.

•————————————•
N'hésitez pas à jeter un oeil à ma Fiche de personnage ! Sinon, vous pouvez aussi retrouver la liste de tous mes RP ici !

Est-ce une bénédiction... ou une malédiction ? :

avatar
Murmure
Novice
Novice

Race : Humaine
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Naddo le Sam 3 Sep 2016 - 19:21

L'homme tortue s'avança à son tour et poussa légèrement Naddo afin de se retrouver près de l'homme blessé. Quoique ce geste n'avait rien de violent, la jeune femme se releva comme si Brachtis lui avait planté une aiguille dans le corps. Elle se sentit rougir de colère, haïssant qu'on la touche de la sorte ; mais Brachtis n'avait pas remarqué la réaction exagérée de sa compagne d'exploration et se penchait déjà sur le corps du chevalier.

Après quelques instants d'examen, il se releva et s'adressa à Murmure d'un ton sec :

BRACHTIS – Il ne nous aidera pas. Fais ce que tu as à faire, Murmure. Qu'il meure.

Naddo prit très mal le fait qu'un tel monstre ait l'impression de détenir le droit de vie et de mort sur un humain, mais elle resta silencieuse. Supplier cet homme lézard aurait été une marque de faiblesse, elle croisa donc les bras et attendit que Murmure accomplisse sa tâche.

Celle ci les rejoignit et entreprit de délasser l'homme de son armure sous les yeux de ses deux compagnons. Elle lui demanda son nom, information inutile aux yeux de Naddo - ce que dû également penser le blessé, car il se contenta de regarder Murmure d'un air effrayé. Peut être sentait-il la mort venir.
En effet, la troupe composée de la nécromancienne masquée, de l'homme-tortue, de la guerrière noire et de son Noctera ne devait pas renvoyer une bonne impression à qui croisait son chemin.

MURMURE - Qu'il en soit ainsi. Merci pour la vie que vous me donnez, puissiez vous trouver la paix dans la mort.

La Nécromancienne s'adressait avec chaleur et maternité tandis qu'elle ôtait la vie à un membre de sa race. Bien que la situation ne lui plaisait guère, Naddo était impressionnée du calme dont son équipière faisait preuve.

Elle l'observa glisser sa main sous l'armure du chevalier qui gémit à ce contact.

Naddo tourna instinctivement la tête pour ne pas assister à l'exécution de l'homme. Sans trop savoir pourquoi, elle qui en avait assassiné plus d'un de sang froid, voir ce chevalier en proie aux griffes de ses compagnons lui faisait ressentir d'étranges sentiments. Pas de la peine, non, mais de la frustration et de l'injustice.

Elle ricana nerveusement et s'éloigna du petit groupe, son Noctera voletant devant elle.

MURMURE - Merci à vous, je me sens mieux. Allons-y.

Naddo ne répondit rien et s'engagea la première dans la suite de la caverne. Celle ci se présentait comme un long couloir démuni de toute source de lumière, ce qui aurait pu en faire hésiter plus d'un. Mais la jeune combattante pressa le pas sans attendre à la tête du groupe.

Un son de gouttes coulant en continu retentissait doucement à ses oreilles. Il venait d'un peu plus bas au bout du couloir. Naddo suivit ce bruit et, guidée par les battements d'aile de son Noctera, s'enfonça un peu plus profondément dans la pénombre.

Un léger bruit se discerna des gouttes et attira l'attention de Naddo. Un son semblable à une ventouse, ou plus généralement un bruit de succion. Elle ferma les yeux et se concentra sur son ouïe. De nouveau le silence.
Elle avança d'un pas et cette fois, son intuition lui dicta de lever les yeux. Une fraction de secondes trop tard, car un poids s'écrasa sur ses épaules et enserra sa tête. Celle ci fut prise en étau entre ses muscles gluants qui lui couvraient complètement la vue et la fit basculer sur le côté.

Le souffle coupé, Naddo réussit à tendre la main sur la poignée de son épée et à faire un cercle avec sa lame aussi grand que les lui permettaient ses épaules bloquées. La chose qui l'agrippait rétracta une partie de ses muscles et Naddo en profita pour se glisser hors d'atteinte. Têtue, la "chose" serra l'un de ses membres - combien en avait-il ? - autour de sa ceinture qui céda sous le poids de Naddo. Son armure se délassa, emportée par les boucles de la ceinture, suivie de la chemise en lin qu'elle portait.

Lorsque les épaules de Naddo heurtèrent le sol, celle ci se retrouva poitrine nue, son arme éjectée quelques mètres plus loin. Sans pour autant se laisser choir sans défenses, la jeune femme roula sur le côté et se releva d'un bond pour faire face à son adversaire ; une mante obscure.

•————————————•
Je ne suis pas le mal.
Codes couleurs = #996600 / #0000ff
avatar
Naddo
Bon
Bon

Race : Humaine
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Brachtis le Mar 6 Sep 2016 - 15:57

Naddo ne broncha pas, et Brachtis pensa à tort qu'elle approuvait la décision. De toute façon, il avait été bien trop satisfait d'obtenir le droit de mort sur le chevalier blessé pour demander l'avis de l'Humaine silencieuse. Pourtant, Murmure avait bien demandé l'avis de ses deux compagnons, pas seulement celui de Brachtis, mais seul ce dernier répondit et ce fut bien mieux ainsi. Murmure exprima alors une sorte de compassion. Non, plus étrange encore, elle remerciait le chevalier pour le don qu'il s'apprêtait à faire malgré lui. Elle lui demanda son nom, mais le chevalier resta muet de terreur. Qu'est-ce que Murmure pouvait bien en avoir à faire de son nom, de toute manière ?

En tout cas, Murmure avait de drôles de manière. Elle s'apprêtait à tuer quelqu'un, mais au dernier moment, elle s'excusait de le faire et demander le nom de sa victime. Si vraiment cela lui crevait le cœur de tuer cette personne, alors il lui suffisait de demander à Brachtis de le faire à sa place. Toute cette cérémonie ne servait à rien.

Murmure confirma bien l'inclinaison de ses capacités magiques : pour aspirer la vie du chevalier déjà blessé comme elle le fit sous les yeux de Brachtis, c'était bien une nécromancienne, cela ne faisait plus aucun doute. Une nécromancienne scrupuleuse, mais le résultat était le même. Le chevalier n'avait plus beaucoup de forces vitales, Murmure finit d'aspirer ses dernières, le laissant sans vie tandis qu'elle se sentait en meilleure forme – et elle le remercia pour cela. Brachtis ignora le cadavre et se tourna face à la direction à poursuivre. En fait, il aimait bien l'attitude de Murmure.

Naddo passa devant sans toujours dire le moindre mot. Cela ne gêna pas Brachtis : quitte à discuter, il préférait encore le faire avec Murmure, qui rampait à côté de lui. L'humidité de la grotte amplifiait l'odeur atroce de son corps de serpent putride, mais Brachtis fit tous les efforts possible pour l'ignorer. Murmure n'était pas un monstre à ses yeux.

Une goutte d'eau tomba en plein entre les deux yeux de l'homme-tortue, déclenchant un geste réflexe, celui de rentrer la tête dans le plastron. Il la ressortit aussitôt, voyant que ce n'était qu'une goutte d'eau. Il continua de marcher sans même se l'essuyer, la laissant couler sur ses épaisses écailles : il ne la sentait déjà plus sur sa peau.

Soudain, quelque chose tomba sur la tête de Naddo, mais c'était loin d'être une goutte d'eau. C'était plus gros, c'était noir, vivant, avec plein de tentacules : une mante obscure. Naddo poussa un petit cri étouffé alors que la créature enserrait ses tentacules autour de sa tête pour l'étouffer. Brachtis voulut l'aider, mais dut se tenir à distance alors que l'Humaine agita son épée autour d'elle à l'aveugle. Ce faisant, Naddo réussit à déloger la mante obscure, qui s'accrocha aux sangles de sa taille. Ce fut bien maladroit, car elle défit l'armure que portait l'Humaine, qui tomba à la renverse en perdant son plastron et sa chemise, se retrouvant poitrine à l'air.

Brachtis garda son sérieux, mais il y avait franchement de quoi rire, après la petite frayeur de départ. La mante obscure essaya de se déplacer sur ses tentacules. Brachtis l'écrasa au sol sous son gros pied de tortue.

BRACHTIS – C'est cette bestiole qui te gêne ? Elle n'est... aaaah...

Brachtis lâcha un long gémissement de plaisir en plus de l'effet de surprise. Pour cause : la mante obscure, cherchant à se libérer, utilisa son muscle supérieur, par lequel elle se pend au plafond, pour pousser le gros pied de l'homme-tortue. Ce faisant, elle lui procura un contact érogène. Brachtis resta un instant paralysé, à cause de quoi il ne bougea pas tout de suite son pied, laissant la mante obscure lui masser la plante encore un peu.

BRACHTIS – Aaaah... Mmmmh...

Enfin il réussit à bouger son pied, libérant la mante obscure.
Ce fut au tour de Mugol d'éclater de rire...

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Brachtis
Expert
Expert

Race : Homme-tortue
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un peu de compagnie ne fait pas de mal [Naddo / Brachtis]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum