Un refuge naturel

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Ven 13 Jan 2017 - 10:44

À ma plus grande joie, les elfes acceptèrent d’épargner Morathi. Ils en avaient mis du temps à prendre une décision aussi simple. Ils avaient promis, c’était promis, pas besoin de tergiverser sur des détails stupides. Je fus bien contente qu’ils puissent se montrer aussi raisonnable, et non-tribale comme nous venions de voir avant. Nous nous attendions à déjà repartir, mais la drow s’écroula au sol. Toutes ces activités physiques l’avaient exténué et je devais l’avouer, moi aussi. La voyant s’effondrer, je ressentais aussi des douleurs dans mes membres et une grosse fatigue me frappa, comme un énorme sac de pierre sur mon dos qui me poussait à m’allonger par terre. La chef du groupe s’approcha de la drow, le visage grave.

Chef – On ne peut pas perdre de temps ! La chose va nous semer.
Pariédmé – Je ne pense pas. Elle semble davantage servir dans cette partie de la forêt. Et puis, qu’adviendra-t-il de nous si nous attaquions ce monstre, fatiguer ? Ma magie guérie les blessures, mais pas l’épuisement.

La chef regarda un instant ses hommes, enfin ses elfes. Eux tous affichèrent une mine d’outre-tombe. Mais firent tout pour le cacher, se tenant droit, montrant qu’ils voulaient encore en découdre avec l’abomination. La fierté des elfes… Elle causera leur perte, c’étaient certain. Comme des orcs, ils voulaient se battre, oubliant le raffinement d’un corps bien soigné avec tous ses biens faits. Mais ils devaient se battre contre ce monstre depuis bien trop longtemps et ils devaient en avoir assez. Leur patience fut mise à l’épreuve. Leur chef annonça donc que tout le monde devait se reposer, et que deux gardes devaient surveiller la drow. Aucun ne protesta, tous préparèrent un camp, et s’assirent.

Pendant la pause, je mettais installer à côté de leur chef pour parler. Elle était assise, jambes croisées, les yeux braquer sur le foyer. Ses cheveux châtains furent recouverts de feuilles mortes et ses traits semblaient être le fruit d’une longue vie de combat. Ils n’étaient pas aussi fin et gracieux comme le chantaient bardes et aventuriers. Je désirais en profiter pour en savoir un peu plus sur l’animosité qui animait son peuple envers celui des drows.

Pariédmé – Encore merci d’avoir accepté mon offre.
Chef – Je n’avais pas le choix.
Pariédmé – La première chose que j’avais appris sur les elfes, ce furent leur code d’honneur, le fait qu’ils tiennent parole. Je savais donc que je pouvais vous faire confiance.

Elle ne disait rien.

Pariédmé – Pourquoi existe-t-il une telle rivalité entre vous et les elfes noirs ?

Chef – Parce que ce sont des chiens ! De la vermine !
Pariédmé – Je vous en prie, je suis étrangère à tout cela et je suis consterner en voyant un tel conflit.
Chef – Les drows… Sont des monstres. Ils vivent reclus dans leur royaume. Ce sont des esclavagistes. Pires que les humains. Ils n’ont aucun lien avec la nature, ils sont perfides aussi.

Je commençais à voir un peu le pourquoi. Mais la chef était tellement rempli de haine envers ce peuple, qu’elle partait dans des désignations peu glorieuses. Il mettait difficile de savoir si cela était juste ou non. Dans le village elfe, leur chef aussi voyait en morathi une esclavagiste et que j’étais sa captive. Ce peuple devait donc être vraiment dans le trafic d’être vivant. J’avais réussi à défendre l’elfe noir jusque-là, mais je devais l’avouer, j’ignorais si elle était également une esclavagiste. M’abuserait-elle pour m’avoir à son service ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Ven 20 Jan 2017 - 17:41

Je dormis longuement, plongée dans des séries de rêves entremêlés et sans aucun rapport les uns avec les autres. S’ils avaient toutefois une quelconque signification, il m’aurait été difficile de discerner un sens à l’un d’entre eux, étant donné l’amas confus que j’en retirais à mon réveil. Quand j’ouvris les yeux, je me rendis compte que nous n’avions pas bougé de notre emplacement précédent, et que les Sylvains avaient monté un bivouac de fortune. Je frottais mes yeux ensommeillés et plissais les paupières, pour m’habituer à la clarté du jour. Mon corps n’était que courbatures et je pensais que j’allais me briser à chaque pas que je faisais, tant j’étais percluse de douleurs.

Une Sylvain me tendit une gourde d’eau, m’enjoignant d’en boire autant que faire se peut. Ce que je fis, et je constatais avec plaisir, une trentaine de minutes plus tard, que la majorité de mes courbatures avaient disparu. Etait-ce dû à l’eau bue, ou au temps passé, je n’en n’avais aucune idée. Je ne comprenais guère quel était mon rôle dans cette histoire, mais je supposais qu’il impliquait de me battre, et je pris donc le temps d’aiguiser ma rapière et de vérifier mon arbalète. Je n’avais pratiquement plus de carreau, et il me faudrait donc prendre garde, lors des prochaines escarmouches. Quant à ma rapière, je m’appliquais à la rendre aussi aiguisée que possible, capable de percer même les écailles les plus résistantes du Voranite, ou quel que soit son nom. Ensuite, je l’enduisis de poussière de charbon, afin de l’empêcher de luire dans la pénombre en accrochant une quelconque source de lumière. Ce qui me serait utile, si le combat avait lieu de nuit.

Pendant le reste du temps, en attendant que l’on fasse quelque chose, je remarquais que Pariédmé semblait m’éviter du regard, ne m’adressant guère la parole et fuyant ma compagnie. Cela m’étonna, tandis qu’elle semblait suspicieuse à mon égard. Je finis par m’y faire, tandis que le jour avançait. Les ombres s’allongeaient sur le sol, pendant que les Elfes semblaient établir une quelconque stratégie pour l’escarmouche prochaine. Je m'étirais, me préparant au combat.

Morathi
Elite
Elite


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Lun 23 Jan 2017 - 21:13

Même si l’ambiance était calme, on ne pouvait s’empêcher de ressentir un certain malaise parmi notre troupe. Surtout à cause de la proximité entre la drow et les sylvains. Je n’avais qu’une envie, partir de cette forêt et reprendre mon long voyage pour retrouver ma famille. J’en avais déjà assez vue d’elgera’a et des elfes. Depuis plusieurs jours, nous étions poursuivis par des elfes sylvains sauvages, puis un monstre. Et bien que là, nous prenions une pause, nous devrions rejoindre très vite une bataille contre ce monstre. En attendant, nous soufflions.

Je poursuivais mes interrogations au sujet de Morathi. Le doutais s’insinuait de plus en plus en moi. Je ne savais toujours pas quoi penser d’elle. Qu’elle m’ait menti sur son identité, je pouvais l’accepter, mais ne sachant qu’elles étaient réellement ses intentions, cela m’effrayait un peu. Jusqu’ici, tout le monde la désignait comme esclavagiste et, comme je connaissais mal ce peuple et que je n’eus de réelles contradictions à ce sujet, je me permettais d’avoir des soupçons. Mais, jusqu’à présent, la drow ne s’était jamais comporter comme une esclavagiste, ou du moins se soit montrer tyrannique. À moins que ce ne soit une ruse.

Il était clair également que je ne faisais pas plus confiance aux elfes sylvains. À tout moment, je prévoyais que les choses dégénèrent et que du sang soit verser. A la fin, ne sachant à qui vraiment faire confiance, je préférais questionner l’elfe noire. Elle pourrait me mentir dans sa réponse, j’en étais consciente, mais je lui accorderais le bénéfice du doute, jusqu’à ce que je sois convaincu de son innocence… Ou de sa culpabilité.

M’approchant d’elle, je m’installais à ses côtés. Elle était réveillée, je pouvais en profiter pour lui demander. Jambes ramenaient vers mon museau, je regardais devant moi, ne croisant que rarement le regard de l’elfe tout en lui parlant. Je désirais commencer avant sur un autre sujet. Pourquoi ? Peut-être pour la mettre en confiance ou me mettre en confiance qui sait.

Pariédmé – Avec mon passé aussi, j’aurais raison de me méfier des elfes. A croire que ce n’est pas évident d’avoir un passé heureux avec eux. Mais j’ai décidé de ne pas en vouloir à tous. Dites-moi, ont-ils raison ? Etes-vous une esclavagiste ?

•————————————•
Communion avec la nature:
avatar
Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Dim 29 Jan 2017 - 22:03

Pariédmé finit par s'asseoir près de moi, repliant ses jambes... Ou ses pattes, selon le point de vue, jusqu'en dessous de son museau. Je sentais que quelque-chose la tiraillait, sans doute la raison pour laquelle elle se défiait de moi. Enfin, elle s'ouvrit à moi, m'expliquant que, par son passé, elle avait apprit à se méfier des Elfes... Même si elle s'était décidée de ne pas en vouloir à tous. Et ensuite, elle me demanda si les Sylvains avaient raison... Si j'étais une esclavagiste ? Ah... Oui... Cette éternelle histoire. On me prenait encore et toujours pour une Drow de sang pur. Et bien entendu, tous les Drows sont des esclavagistes... Enfin... Je me tournais vers elle, afin de lui répondre :

"Aucunement. Je ne suis même pas une Drow de sang pur. Quand je me fais appeler "Batarde", ou "Batard"', ce n'est pas pour rien. Mon père était un Sang-Pur, en effet, mais pas un esclavagiste pour autant. Quant à ma mère, il s’agissait d’une catin humaine. Mon père était un médecin itinérant et, pour autant que j'en sache, il n'a jamais eu d'esclaves. Et quant à moi, je n'ai engagé qu'un domestique, quand j'étais encore en Telbara."

Je pris une gourde d'eau, près de moi, et en bu quelques gorgées. Enfin, je n'allais pas lui dire tout sur ce que j'avais vécu. Surtout que cela pouvait être inintéressant au possible, avec un certain recul. Enfin... Une fois que j'aurais l'occasion de rejoindre les Drows, je pense que ma vie aura un tournant plus intéressant.
Pendant ce temps, les Sylvains n'avaient pas chômé, puisqu'ils semblaient d'ors et déjà sur le pied de guerre. Je me levais, rengainais ma rapière, m'assurais qu'elle coulissais bien dans son fourreau puis attrapais mon arbalète. Je me tournais vers la capitaine Elfe responsable du détachement, avant de lui adresser un signe :

"Je suis prête... Mais il est hors de question que j'affronte cette saleté de bestiole écailleuse, je vous avertis."

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Mer 1 Fév 2017 - 15:14

Morathi - Aucunement. Je ne suis même pas une Drow de sang pur. Quand je me fais appeler "Batarde", ou "Batard"', ce n'est pas pour rien. Mon père était un Sang-Pur, en effet, mais pas un esclavagiste pour autant. Quant à ma mère, il s’agissait d’une catin humaine. Mon père était un médecin itinérant et, pour autant que j'en sache, il n'a jamais eu d'esclaves. Et quant à moi, je n'ai engagé qu'un domestique, quand j'étais encore en Telbara.

Elle n’était donc qu’une hybride de deux espèces. À moitié humaine, à moitié elfe noire. Je comprenais en effet, pourquoi elle se faisait appeler « Bâtard ». Au départ, je pensais juste à deux elfes ayant eu un enfant illégitime ou qu’elle est reniée ses origines. Mais jamais je n’aurais pensé à l’union d’un elfe avec une humaine. J’avais toujours cru les elfes trop fières de leur race pour accepter de s’unir à celle des humains, qui se montrait tout aussi ethnocentrique. Ce point commun à dû les rapprocher qui sait. Pour une minotaure comme moi, rencontrer un sang-mêlé était comme voir un elfe, je la prenais bien pour une drow. Et je fus bien plus surprise de constater que les elfes, n’aient rien remarqué non plus.

Les elfes sylvains furent justement déjà parés pour leur chasse. Les arcs furent bandés et leurs carquois remplis à nouveau de flèche qu’ils ont dû fabriquer en ce laps de temps. Ils étaient doués en presque tous les domaines, et l’archerie, étant leur domaine de prédilection, n’avaient aucun secret pour eux. Ils pouvaient concevoir des flèches rapidement et de bonnes qualités, contrairement à un humain qui devait sûrement y passer plus de temps pour une seule flèche. La chef du groupe s’approcha de nous et foudroya du regard Morathi qui s’adressa à elle.

Morathi - Je suis prête... Mais il est hors de question que j'affronte cette saleté de bestiole écailleuse, je vous avertis.

L’elfe des bois la dévisageait comme si elle se tenait devant une roturière. L’envi de la frapper ou de lui arracher les yeux ne devait lui manquer. Mais la chef parvenait à maintenir de côté sa rancune à l’encontre des elfes noirs. Elle se contenta de lui répondre sur un ton moqueur.

Chef – Tu crois que la chose va distinguait ceux qui vont se battre et les autres ? Si oui, t’es stupide et mort. Tiens, tu te chargeras de protégé la minotaure, vue qu’elle semble tenir à toi et que c’est grâce à elle que t’es encore en vie. Tu lui dois bien ça.

Elle ne laissa de temps à Morathi de répondre quoi que ce soit, qu’elle se retourna pour donner l’ordre d’avancer. Personne ne tenait une arme prête à frapper la drow au moindre faux pas. On pourrait croire qu’ils lui faisaient davantage confiance, mais ce serait faux. Car ils continuaient à jeter des regards méfiants à son encontre, la surveillant, l’esprit non-tranquille. Bien que je fusse plus apprécié que l’elfe noire, je ne pouvais m’empêcher de me sentir gêner pour la drow. Déjà se retrouvait en territoire hostile n’était pas facile, mais je me doutais que si jamais on venait d’apprendre qu’elle était juste une hybride, les choses seraient pires. Les humains n’étant pas plus aimés ici, on pourrait la prendre pour une créature plus repoussante et dangereuse encore. Je marchais donc à côté d’elle à travers la forêt, craignant que le monstre déboule sur nous à tout instant. Par contre, sa piste fut facile à suivre, il écrasait tout sur son passage. Pendant notre voyage, je désirais dissiper ce nuage entre la drow et moi, dont j’étais en partie responsable. Elle n’était pas aussi dangereuse qu’on voulait me le faire croire.

Pariédmé – Je ne serais pas en vie non plus si vous n’étiez pas là. Je vous dois autant la vie.

Peut-être que certains diront que j’avais tort de m’excuser ou de chercher à améliorer notre relation, alors que je n’y étais pour rien. Mais ma nature était ainsi, je me sentais responsable de tout ce malheur et non d’une grande aide. Alors je ressentais le besoin de me faire pardonner, même si cela pouvait me coûter préjudice plus tard.

•————————————•
Communion avec la nature:
avatar
Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Mar 7 Fév 2017 - 17:22

Les mâchoires de la Sylvain se crispèrent en entendant mon avertissement. Je savais que ce genre d'idée était inutile, puisque l'animal allait probablement s'attaquer à tout ce qui bouge, mais je signifiais par-là que je comptais sur les Sylvains pour se charger de le distraire. La capitaine semblait se retenir de me frapper. Que craignait-elle ? Que je réplique, mais avec ma rapière ? Ou que je quitte les rangs de sa... "Troupe" ? Enfin, elle me répondit, avec un fiel certain, que je n'avais qu'à me charger de la protection de la Minotaure, puisque cette dernière tenait à moi. Puis, elle se détourna, donnant l'ordre d'avancer. Je levais mon index et mon majeur en sa direction, avant de tirer ma langue entre mes deux doigts. Je me levais ensuite, pour me placer près de Pariédmé. Nous avançâmes de concert dans la forêt, suivant la piste laissée par la créature écailleuse durant sa fuite de la nuit dernière. La Minotaure me remercia, pour lui avoir sauvé la vie autant qu'elle me l'avait sauvé. Je me mordis la lèvre inférieure et répondit :

"De rien... Et merci aussi."

Nous restâmes silencieuses, jusqu'à ce que nous parvenions à deux miles du camp adverse. Là, notre "troupe" se déploya, afin de se préparer au combat. L'ennemi ne semblait pas alerté de notre présence, et ils avaient préparé un feu de joie, comme la veille. Je trouvais cela... Insouciant, à tout le moins. J'attendais la fin des préparatifs, tandis que le soleil se couchait lentement, colorant la cime des arbres d'un doré flamboyant. Tandis que je contemplais ce qui allait bientôt devenir un champ de bataille, je me fis une réflexion : où était la créature, le varonite ou quel que soit son nom ? Il était difficile, même quand on était verdâtre comme cette bestiole, de se camoufler aisément, étant donné sa taille gigantesque. Un tonitruant fracas me fit tourner la tête, et je poussais un cri d'alerte autant que de peur : le monstre arrivait sur notre flanc gauche, déracinant les arbres sur son passage.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Dim 12 Fév 2017 - 14:41

Alors que le soir tombait, les elfes sylvains voulurent établir un camp pour la nuit. Il faisait froid et se réchauffer près d’un feu était tentant. De toute façon, le varonite étant aveugle, il ne repérerait pas notre feu et son museau était recouvert de sang séché. Mais sa modification magique devait l’aider à réparer cela. Nous attendions donc dans notre nouveau camp, restant silencieux, attendant que tout soit à nouveau près. Que j’étais pressé que tout cela prenne fin au plus vite, savoir être la proie d’un immense monstre dans une forêt en pleine nuit n’était pas des plus rassurant.

Tout à coup, un vacarme nous fit tous sursauter. Quelque chose de gros s’approchait de nous, écrasant des arbres sur son passage. La chef cria à ses hommes de se tenir près, la bête approchait. Je me mis le plus à l’écart possible pour garder une bonne distance entre la chose et nous, mais assez proche pour venir en aide à d’éventuel blessé. Avec toutes nos forces combiner, nous devrions arriver à venir à bout de cette bête. Les arbres devant nous s’écartèrent et laissèrent passer l’horrible monstre, hurlant à faire trembler la terre. Elle se mit à renifler bruyamment le sol et… Sentant que l’odeur la plus forte venait du groupe elfe, chargea vers eux.

La chef cria un ordre et une première volée de flèches tombèrent sur l’énorme tête du varonite. La bête s’écarta de sa trajectoire et percuta un des archers pour l’envoyer voler à l’autre bout de la clairière. Je courrais pour aller, le rejoindre et le soigner. Il avait heurté un arbre et son dos fut comme bloqué. Du sang coulait sur ses lèvres et avait un peu de mal à respirer. Posant mes mains sur lui, je commençais à prodiguer mes soins. La lumière quitta les paumes de mes mains pour venir régénérer l’elfe blessé. Pendant ce temps-là, le monstre jouait au chat et à la souris avec le reste de la troupe. Il chargeait sur eux, qui ces derniers s’éloignèrent à chaque fois du plus possible pour le cribler de flèche.

Mais comment venir à bout d’un monstre pouvant se régénérer à volonté et dévorant mes propres pouvoirs ? Je ne voyais qu’un moyen pour le vaincre, soit lui infliger des blessures trop importantes pour lui afin que même sa « magie » ne puisse le soigner ou bien, trouver quelque chose qui la bloquerait. Mais quoi ? Un métal ? Une arme ? Une plante ? Une autre magie ? Ou bien quelque chose lui étant rattacher ? Je n’en avais aucune idée.

•————————————•
Communion avec la nature:
avatar
Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Mer 15 Fév 2017 - 12:37

Les Elfes réagirent rapidement, et leur Capitaine ordonna à ce qu'on lance des volées de flèches sur le monstre écailleux. Un des archers n'eut pas le temps de bander son arc, et fut projeté contre un arbre. Je parvins distinctement à entendre le craquement que produisirent ses os broyés contre le tronc, sous la violence du choc, et ce malgré le fracas de la bataille. Pariédmé se précipita auprès de l'Elfe blessé, pour le soigner... Personnellement, j'aurais préféré lui conseiller d'éviter cela : mieux valait s'assurer que les combats étaient achevés avant de soigner les blessés. Des cris s'élevèrent du camp adverse. L'alerte était donnée, et la bataille allait commencer. Je plaçais au mieux mon masque sur mon visage et m’éclipsait dans la confusion, cherchant à rallier au plus vite le camp de nos ennemis. J'avais d'ors et déjà mes cibles : le sorcier et la Capitaine adverses. Mes pas m'amenèrent à un point d'observation sécurisé. Je fis un geste et les ombres m'environnèrent, me cachant à la vue d'autrui. Je dégainais mon arbalète et l'armais, cherchant une cible des yeux.

Le camp adverse était illuminé par les flammes d'un feu de joie. Je pus reconnaître, de mon poste, le mage et la Capitaine. Si cette dernière semblait donner des ordres, tout en faisant les cents pas devant le thaumaturge, l'épée à la main, ce dernier était littéralement en train d'incanter quelque chose. Je ne parvenais qu'à attraper des bribes de mots portés par le vent, et ne comprenant le Sylvain, je ne savais de quoi il parlait. Toutefois, sa posture, sa façon de mouvoir ses mains auréolées d'un halo verdâtre, ne laissaient planer aucun doute : quelque soit le sort qu'il lançait, ce dernier était puissant et exigeait beaucoup de concentration. Je le mis en joue, concentrant mon regard sur lui. Je remarquais que le halo jaillissant de ses mains ressemblait à la fumée dégagée par le varonite.

"Très bien, je t'ai trouvé salopard."

J'inspirais profondément, oubliant durant l'espace de quelques secondes le fracas de la bataille, tandis que j'ajustais ma visée. Mes doigts actionnèrent la gachette de mon arbalète. Le carreau fendit les airs en vrombissant et se planta dans le torse du mage, le faisant reculer de quelques pas, en direction du feu. Malheureusement, l'impact ne fut pas suffisant pour le faire trébucher dans le brasier. Mais j'eu la satisfaction de voir que j'avais réussi à briser sa concentration et à l'empêcher de compléter son sortilège. Des cris d'exclamations et de surprise s'élevèrent du camp. Je rengainais mon arbalète et dégainais ma lame, avant de m'approcher furtivement de ma seconde proie.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Ven 17 Fév 2017 - 19:40

L’elfe reçut mes soins et en un rien de temps, il pouvait rebondir sur ses pieds. Il me remercia d’un mouvement de tête et repartit au combat. Mais quel carnage ! Tout le monde se battait et je croyais même voir d’autres elfes venir au combat, mais contre nous. J’étais effrayé et j’avais peur de recevoir une flèche ou un coup d’épée en pleine tête. C’était comme se retrouver au milieu d’une tempête meurtrière où nous risquions de prendre un vent violent en plein visage, ou quelque chose nous tombant sur la tête si ce n’était pas un éclair.

Je tendis ma main devant moi et me mis à ré invoqué un Drufac. Ce n’était sans doute pas le guerrier le plus aguerrit de la nature, mais je n’avais pas mieux. La créature apparut à travers sa sphère verte et se mit à couiner, agitant son arme. Il posa son regard sur moi, attendant les ordres, mais il devait se douter de mes intentions, en voyant cette bataille sanguinaire.

Pariédmé – Suis moi ! Et repousse ceux venant me nuire.

J’essayais de m’éloigner du champ de bataille avec le drufac comme escorte. Il était difficile de voir qui je devais soigner ou non. Mais quelque chose me disait que ceci n’aura bientôt plus la moindre importance. Les morts allaient pleuvoir ici et ce monstre nous aura tous tuer. J’entendis un cri venant du camp adverse et la bête semblait réagir à la clameur, mais sans pour autant faiblir. Ce n’était pas comme les histoires de combat qu’on nous racontait, où on disait que tel camp faisait ceci et l’autre camp faisait cela. Ici, je ne distinguais plus rien et dus me mettre à l’abri.

•————————————•
Communion avec la nature:
avatar
Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Sam 4 Mar 2017 - 0:51

Les ombres continuaient de m'environner, me suivant dans mes moindres déplacement et me masquant à la vue de mes adversaires. Je m'infiltrais dans le camp adverse, plongé dans le chaos le plus total. D'après ce que je parvins à entendre le varonite avait échappé, d'une façon ou d'une autre, à l'emprise du Druide. Le carreau que je lui avait envoyé avait donc fait son effet. Bien. C'était toujours cela. Ce dernier était assit, près du feu, et la Capitaine adverse s'efforçait d'extraire le carreau qui dépassait de son torse. L'Elfe respirait difficilement, et du sang s'échappait à gros bouillon de la plaie chaque fois que la femme essayait d'enlever le carreau.
Je pris mon élan et chargeais. Ma chape d'ombre me quitta, tandis que la lame de ma rapière entrait dans l'oeil du Druide, lui traversant les os et transperçant son cerveau dans le même mouvement. Plus par bravade que par réelle nécéssité de m'assurer de la mort de ma victime, j'imprimais une vive torsion à mon arme, avant de la dégager.

"Espèce de salope !"

Je m'inclinais, goguenarde et un large sourire sur mon visage, devant la Capitaine fulminante. Puis, me mis en garde, tandis que mon nouvel adversaire faisait de même. Nous échangeâmes plusieurs assauts, chacune testant les capacités de l'autre. Je finis par reculer, sous la violence de ses assauts, entrant dans l'ombre, suivie par mon ennemie. Une fois là, je me plaçais de façon à ce que ma vue ne soit guère gênée par les flammes, avant de me lancer dans de violentes attaques. Nous nous séparâmes quelques instants, reprenant notre souffle. Elle et moi donnions l'impression d'avoir été mordues par des renards enragés... Je me précipitais vers mon adversaire. Nos lames s'entrechoquèrent une nouvelle fois. Je remontais mon genou et la frappais dans l'aine, lui arrachant un cri de douleur et la forçant à tomber à genoux, pliée en deux par la souffrance qui remontait de son bas-ventre. Je lui empoignais les cheveux et lui transperçais la gorge.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Sam 4 Mar 2017 - 22:00

Ce que je voyais devant moi, devait représenter ceux qu’était une guerre sanglante. En un rien de temps, nous n’étions qu’un petit groupe cherchant à traverser une forêt et qui se retrouva entre deux groupes d’elfe accompagné d’un monstre s’entre-tuant. J’entendais les cris et le fracas des armes résonnaient entre les arbres. Et ses corps gisant au sol, asperger de sang et découper comme des buches. Je ne savais même pas si cette expression existait. En tout cas, c’était horrible à voir. J’essayais de me mettre à l’abri et de soigner les blessés sur mon chemin. Mais c’était peine perdu. Un elfe tenta de m’attaquer. Fort heureusement, mon drufac était là pour me protéger.

Mon pauvre gardien ne fit pas le poids face à notre assaillant. Ses coups furent faibles et peu rapide devant un adversaire rapide et agile. L’homme porc se retrouva en moins de deux secondes entaillés de partout, jusqu’à ce qu’il soit renvoyé dans son monde, me laissant seule. L’elfe, même pas épuisé après son attaque, tenta à ma vie de nouveau. De ma main, je fis jaillir du sol une plante devant faire sa taille. Le végétale attrapa de ses lianes l’elfe et l’immobilisa à la manière d’une araignée ligotant sa proie.

L’elfe découpa deux de ses branches. Je comprenais que je n’avais pas beaucoup de temps devant moi, alors je pris mes jambes à mon coup pour m’enfuir. Je vis au loin le varomite agir de façon de plus en plus bizarre. Sa fumée verte qui absorbait mes pouvoirs, devint de moins en moins épaisse pour devenir faible. Le monstre arrêta un instant à piétiner tous ceux qui se trouvait près de lui. Le sort qui l’avait emprisonné s’emblait affaiblit. Peut-être que c’était notre chance. Je fis pousser des racines, tendant mes deux mains vers la créature. Une colonie de racines sortit du sol, semblables à des mains griffues au bout de long bras décharner. Elles firent le tour des pattes du varomite et parvinrent à le ralentir peu à peu. Elle ne furent pas détruite ou dissout pour nourrir la bête maudite cette fois-si.

•————————————•
Communion avec la nature:
avatar
Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Dim 12 Mar 2017 - 18:37

Je regardais autour de moi, essoufflée, la sueur collant mes cheveux à mon front et à mes joues. J'avais sur mes lèvres le goût métallique du sang, le mien, celui de la Capitaine Elfe et celui de son Druide. Quelle affaire... Le campement était en proie au chaos le plus total. Le sort liant le Druide au monstre écailleux avait été rompu, et ce dernier menait à présent un carnage en toute liberté, ne se souciant guère de qui était qui. Je parvins à sortir du camp sans encombre, étant donné l'agitation qui y régnait, et revint sur le principal champ de bataille, lame en main. Je parvins à me frayer un chemin discrètement parmi les combattants, même si j'eus à en "piquer" un ou deux pour parvenir à mes fins. J'ignorais si il s'agissait d'alliés ou d'ennemis, mais à ce stade, je n'en n'avais cure, en réalité. Je parvins jusqu'au monstre émeraude, qui était cette fois bel et bien immobilisé par les sarments de Pariédmé. La créature se débattait, rugissant de rage en voyant qu'il était empêtré... Je souris, sous cape : les surprises n'allaient pas s'arrêter là.

Je me plaçais à l'écart de la cohue et préparait mon arbalète. Je tendis mon bras gauche et de celui-ci jaillit un puissant serpent de ténèbres qui, tout crocs dehors, se précipita sur le varonite. Il le mordit au niveau de la nuque. Je tordis légèrement mon poignet gauche, en sueur, concentrée par l'effort. Mon serpent de ténèbre força le monstre paralysé à tourner la tête, me dévoilant l'un de ses principaux points faibles : la partie charnue de son cou. Je visais et tirais. Le carreau de mon arbalète fila dans les airs en vrombissant, avant de se planter dans la chair du monstre. Je rengainais mon arbalète et pris ma rapière, avant de sauter. Je fus attirée par mon serpent et mis fin au sort, avant de planter ma lame non-loin de mon carreau. J'ouvris un peu plus la blessure, faisant jaillir une fontaine de sang qui me colora d'écarlate. Je retirais ma rapière et pris un couteau de chasse à large lame, avant de poignarder le monstre à plusieurs reprises, jurant en Drow à chaque coup donné.
Enfin, le varonite s'effondra au sol, à demi-exsangue, les flancs palpitants, une flaque de sang s'étendant au sol.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Mar 14 Mar 2017 - 21:26

Si le monstre tombait, le camp elfique ennemi serait à la merci de nos « alliés ». Ce fut justement à ce moment si que je vis Morathi apparaitre devant le varomite. L’elfe noir semblait utilisé toutes ses attaques possibles contre la chose. Je la vis refaire apparaitre son serpent noir pour la seconder dans ses attaques aux carreaux et à l’épée. Je préférais laisser l’offensive contre la bête de compagnie des elfes adverses à la drow. Je préférais utiliser mon énergie pour seconder à nouveau, ne cherchant plus à me cacher comme avant.

De ma main, j’envoyais une nué nauséabonde sur un elfe ennemi. Ma magie offensive vint frapper ma victime par surprise, car il était occupé à mettre en pièce un de ses semblables. Il ne vit l’attaque qu’au dernier moment, et au lieu de chercher à la fuir, il tenta de la chasser comme s’il s’agissait d’une nué de mouche. Mais cela n’eut l’effet qu’inverse. Car il se jeta lui-même dans le sort et ne tarda pas à le regretter. Il se mit à crier et à commencer à se gratter. Mes spores firent leur travail parfaitement.

Je courrais rejoindre l’elfe blesser à terre, mais ce dernier ne m’attendit pas pour faire quoi que ce soit. Voyant son adversaire mal au point, il le frappa en plein ventre avec sa lame, le tuant net, avant de s’écrouler en même temps que le cadavre au sol.

Pariédmé – Ne vous en faites pas. Je vais vous arranger cela.

Voir le corps tomber lourdement au sol avec un bruit de gargouillis et ce sang se rependant au sol, ne fut pas plaisant. J’avais bien faillis partir, écœurer par tant de massacre. Mais je fis abstraction, préférant venir en aide en soignant les blesser et m’en aller après. Alors que je commençais à soigner l’elfe avec mon sort de soin, le varomite poussa un hurlement effroyable qui attira tous les regards. Mon patient et moi-même regardions ceux qu’il se passait, inquiet. L’immense bête s’effondra lourdement au sol dans un dernier cri. Incroyable, le monstre qui nous terrifiait été à présent mort. Il avait perdu ses pouvoirs et maintenant, il n’était plus qu’un tas de chaire sans vie. Ce fut incroyable. Les membres de notre groupe poussèrent un cri de joie à l’unisson pour cette incroyable victoire. Les elfes ennemis tombèrent sur leur face, choquer par la perte de leur arme, même si à la fin, cette dernière avait commencé à les massacrer aussi.

A cet instant, le combat changea du tout au tout. Certains elfes adverses prirent la fuite, d’autres rendirent leurs armes, comme s’il ne restait plus aucun espoir. Je finissais mes soins avant de revenir vers Morathi, toute heureuse de son exploit. De façon crédule, je croyais que se victoire sur le monstre lui apporterait une meilleure image auprès des sylvains.

Pariédmé – Bien joué ! Nous avons gagné grâce à vous.

•————————————•
Communion avec la nature:
avatar
Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Mar 21 Mar 2017 - 22:07

Haletante, j'inspirais l'air à grandes goulées, les jambes tremblantes, tandis que l'adrénaline refluait en moi, me laissant affaiblie, tremblante. Je fis quelques pas, avant de m'effondrer près du corps déchiré d'un Sylvain. Je pris un des coins de sa cape et m'en servit pour nettoyer le sang qui souillait ma rapière. La cohue du combat finit par se muer en une véritable débandade, et nos adversaires qui ne prenaient pas la poudre d'escampette rendirent les armes. Pariédmé vint à moi pour me féliciter de ma victoire. J'étais épuisée, en sueur, et je ressentais une "boule" nauséabonde dans mon ventre, qui menaçait de remonter vers ma gorge. Je toussais et ravalais ma salive, en faisant la grimace... Enfin, je raclais violemment ma gorge, et "crachait" au sol un mélange de bile et de salive. J'essuyais ma bouche, toujours haletante. Je n'avais à présent qu'une seule envie : dormir. Le plus longtemps possible, de préférence. Nos "alliés" Elfes avaient à présent investi le camp adverse, et avaient sûrement trouvé deux cadavres bien intéressants : ceux du Druide et de la Capitaine. En détroussant les macchabées, j'avais réussi à trouver une gourde d'alcool, et j'en avais déjà bu deux gorgées. Ce n'était pas un alcool réellement fort, à vrai dire. Quand j'étais au service de Torasin, l'alcool (sans doute frelaté) que je buvais pour me tenir chaud était bien plus fort que cela.
Le chef de nos alliés vint à nous, quelques minutes plus tard.

Son visage était fermé, et je pouvais voir qu'elle ruminait de bien sombres pensées. Nul besoin d'être devin pour comprendre qu'elles étaient à mon encontre. Après tout, je représentais à ses yeux un potentiel danger, puisqu'il était visible, pour tous, que j'avais abattu les trois principaux dangers : le sorcier, le capitaine et le monstre. Certes, j'avais eu un bon coup de main pour ce dernier, mais cela n'amoindrissait pas l'exploit pour autant. J'essuyais ma bouche et regardais l'Elfe dans les yeux :

"Et bien... Êtes-vous satisfaite du résultat ?"

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Jeu 30 Mar 2017 - 15:40

L’elfe était dans un bien triste état, on aurait cru qu’elle s’était battue contre une dizaine de varomite. Elle se mit à cracher un peu de sang et de bille et bue quelque chose. Je ne savais pas d’où elle tirait cette boisson, l’avait-elle toujours sur elle ou bien l’avait-elle détroussé un cadavre, je n’en avais pas la moindre idée. En tout cas, elle méritait bien un remontant après cette horrible boucherie. Je me proposais même de l’aider en soignant ses blessures pour qu’elle puisse retrouver un minimum d’énergie et ainsi ne pas s’écrouler maintenant devant nous. Pendant que j’opérais la guérison en envoyant cette lumière blanche en Morathi, la chef de notre groupe d’elfe vint à notre rencontre avec une petite escorte. Son visage était grave, malgré la victoire, elle manifestait de la colère, et il était facile de deviner pourquoi. Son regard noir se posait sur Morathi. Elle devait espérer que la drow se fasse tuer lors du conflit, et non qu’elle nous apporte la victoire.

Morathi - Et bien... Êtes-vous satisfaite du résultat ?

Je m’attendais à voir la chef frapper Morathi avec un couteau ou hurler l’ordre de la mettre à mort. Malgré le sang-froid légendaire des elfes, notre amie ne pouvait s’empêcher d’avoir le visage aussi rouge que le sang qu’elle avait versé. Elle avait obtenu la victoire, le monstre était mort et sa rivale vaincue. Beaucoup seraient heureux d’un tel résultat, mais il fallait croire que l’ego des elfes était plus fort que tout. Je me mis aussi à lancer un regard lourd à son intention, afin de lui faire comprendre qu’elle n’avait pas intérêt à revenir sur sa parole. L’honneur des elfes venait d’être restauré, ce n’était pas une raison pour tout gâcher.

La chef elfique ne m’accorda qu’une seconde de regard. Elle nous tourna ensuite le dos si violemment que j’ai ressenti un vent glacial. Elle s’en alla donc avec sa garde, nous laissant seul pour le moment. Mais je ne me bercer par d’illusion. Elle ne comptait pas en rester là, à un moment ou un autre, elle voudra s’occuper du cas de Morathi et pour moi, cela restera un mystère. Contrairement à ma compagne de route, j’avais un meilleur statut auprès des sylvains. Mais je ne comptais pas trop en abuser au risque de finir percer de flèches. Une fois mes soins terminés, je m’adressais à Morathi pour la suite des événements :

Pariédmé – Vous devriez pouvoir tenir comme ça. Mais je vous suggère que l’on parte maintenant. Je crains que maintenant le monstre mort, nos alliés ne partent sur un nouvel ennemi à affronter. Nous pouvons leur fausser compagnie dès à présent.

•————————————•
Communion avec la nature:
avatar
Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Sam 8 Avr 2017 - 16:02

La dernière fois que je ressentis une telle sensation de froid, c'était quand j'étais à Telbara, au service de Torasin et que j'avais dû me cacher dans l'eau du port durant l'hiver, afin d'échapper aux forces de la milice. Pour un peu, l'Elfe nous faisant face dégagerait assez de froideur pour congeler le sol autour d'elle. Elle nous tourna alors le dos et revint auprès de ses soldats. Je soupirais de soulagement. Elle m'en voulait, ça oui, mais pour le moment n'allait rien tenter : j'avais prouvé, d'une façon ou d'une autre, que je valais largement nombre de ses hommes, en terme de capacité. Je laissais la Minotaure prendre soin de moi, tandis que j'étais plongée dans mes pensées.
Je devais rejoindre le sud, et les territoires Drows. Là, je pourrais être au moins en compagnie de mes semblables, ou presque. Certes la société des Elfes Noirs promouvait la promotion sociale en chaussant les bottes du mort, de préférence après l'avoir refroidi soi-même, mais en fin de compte, quelle était la différence avec la vie au service des truands des ports ? Au moins, on savait à quoi s'attendre avec les Drows.
Pariédmé acheva de panser mes blessures, avant de suggérer que l'on parte au plus vite. Ce en quoi j'étais entièrement d'accord avec elle : nul doute qu'une fois le choc passé, j'allais être la prochaine cible... Mon seul problème était le suivant : comment bien échapper aux pisteurs Sylvains ? En réalité, j'avais bien une idée mais...

"Pariédmé, tu as plus de chance que moi de t'en sortir vivante : les Sylvains te considèrent avec une certaine bienveillance, contrairement à moi. J'ai... J'ai quelques dons qui me permettent de partir inaperçue et de fuir à ma guise. Mais cela signifie nous perdre de vue, sans doute définitivement. Je crois donc que c'est ici que nos chemins se séparent. Je te souhaite bonne chance dans ta continuation."

Je lui fis un dernier geste de la main, afin de la saluer, et je me mis à courir, dépassant les limites du "campement" à toutes jambes. Un garde cria, sans doute pour donner l'alerte. Je profitais de mon avance pour tenter de passer certains obstacles. J'entendais les Elfes commencer à me poursuivre. Un geste de ma part et les ombres m'environnèrent, me dérobant à leur vue. Mais il restait mes traces de pas. Je courais à perdre haleine, jusqu'à atteindre une rivière, dans laquelle je sautais, avant de me laisser porter par le courant, toujours masquée par les ombres.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Lun 10 Avr 2017 - 17:55

Morathi - Pariédmé, tu as plus de chance que moi de t'en sortir vivante : les Sylvains te considèrent avec une certaine bienveillance, contrairement à moi. J'ai... J'ai quelques dons qui me permettent de partir inaperçue et de fuir à ma guise. Mais cela signifie nous perdre de vue, sans doute définitivement. Je crois donc que c'est ici que nos chemins se séparent. Je te souhaite bonne chance dans ta continuation.

Ces paroles me firent l’effet d’un vent froid. Ces paroles qui ne furent d’autres que des adieux me frappèrent comme un coup de poignard. Bien que nous ne nous connaissions pas vraiment, le temps passé ensemble m’avait poussé à l’apprécier et à lui accorder ma confiance. Donc, c’était avec tristesse que j’acquiesçais ce qu’elle venait de me dire, mais gardant une attitude digne. Je ne protestais nullement, car je savais qu’elle avait raison. Si nous partions, les elfes sylvains victorieux nous traqueraient de nouveau et cette fois, Morathi ne parviendra pas à s’en sortir en vie. J’avais par contre une petite idée de comment elle comptait disparaitre. Elle utilisera sans doute sa magie noire des plus étrange et il valait mieux que les sylvains ne voient une telle chose.

Pariédmé - Cela aura était un plaisir d'avoir fait votre connaissance Morathi. Je vous souhaite bonne chance pour rejoindre votre destination en toute sécurité. J'en profiterais pour détourner l'attention des elfes un moment, de quoi vous donner de l'avance.

Comme par réflexe, je la pris dans mes bras par une étreinte d’adieu et la relâchai quelques secondes plus tard. Je ferais ce que je pourrais pour l’aider, mais il ne faut pas s’attendre à du miracle. Je ne pris même pas le temps de voir la drow exécuter son plan pour s’enfuir, je ne devais perdre la moindre seconde. Je la quittais donc en faisant un petit signe de la main et alla retrouver les autres elfes. Je m’approchais d’eux doucement et avec un grand sourire. Pour avoir leur intention, je me mis à les féliciter pour leur victoire et leur courage. Toutes les races dites intelligentes étaient sensible aux flatteries. Plusieurs s’en pressèrent même pour vanter les mérites de la suprématie des stratégies elfique et leur propre force. J’en rajoutais pour les questionner sur leur maitrise et leurs projets futurs. Je ne fis pas attention au temps qu’il passait. Mais notre discussion prit fin quand l’un des gardes vient de crier que personne ne retrouva la femelle drow. Les visages des elfes devinrent aussi mauvais qu’un chien enragé. Quant à moi, je jouais le rôle de la jeune fille choqué par la disparition de Morathi.

La chef me questionna sur la disparition de l’elfe noire, mais je prétexter que cela m’avait autant surprise que pour eux. Un moment, j’avais peur qu’elle ne me croie pas et vienne à s’en prendre à ma personne. Mais quand elle siffla « Je vous l’avez dit que ces elfes n’étaient dignes de confiance. Ni eux, ni leurs bâtards ! ». Elle était tellement obnubilée par sa haine absurde pour ce peuple voisin qu’elle me crut aussi facilement. Elle demanda à ce que quelqu’un essaye de la retrouver. Quant à moi, on me proposa de m’escorter hors de la forêt. Une proposition que j’acceptais avec plaisir, car j’étais plus que presser à quitter cette forêt pour un bon moment.

•————————————•
Communion avec la nature:
avatar
Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum