Un refuge naturel

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Lun 5 Sep 2016 - 16:17

Pariédmé m'aida à parcourir les derniers mètres, et nous franchirent les portes du camp. Mon coeur battait la chamade, tandis que mes muscles me brûlaient. Je sentais une pointe de douleur percer mon omoplate gauche, mais l'adrénaline qui saturait mon corps me permettait de ne pas y prendre garde. Si la Minotaure ne voyait pas grand-chose dans la nuit, ce n'était pas mon cas et je parvins à voir que nous nous dirigions, au mieux, vers un dénivelé assez pentu... Mais je n'avais pas assez de force pour arrêter ma compagne, et nous chûtames toutes deux. Je me mis en boule, au mieux, pour me protéger durant mes roulés-boulés. Je m'arrêtais en bas de la pente, les bras en croix, essoufflée, pantelante. La sueur me coulait sur le front, et mes yeux étaient embués de larmes, plus à cause de la douleur que par réelle tristesse. Je voyais de la vapeur s'élever de mon corps et mon cœur tambourinait tant contre ma poitrine que je m'étonnais que cela ne fasse pas tressauter ma cotte de maille.

Avec des grognements d'effort, je parvins à m'asseoir, mes cheveux ébouriffés me tombant sur le visage et me piquant la peau. Je sentais, en plus de la douleur dans mon omoplate, ma peau se refroidir sous l'effet d'une certaine humidité : j'avais donc bel et bien été touchée par une flèche, qui avait percé ma cotte de maille en faisant sauter quelques anneaux.

"Quelle merde..."

J'avais du mal à mouvoir mon bras gauche sans éprouver un éclair de douleur me parcourir à chaque essai. Je parvins pourtant à me relever, tandis que des larmes coulaient sur mes joues. Ma voix était cassée, tandis que je cherchais Pariédmé. Nous devions partir avant que les Elfes ne nous retrouvent.

"Pariédmé ! Où es-tu ?"

Morathi
Elite
Elite


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Sam 10 Sep 2016 - 14:22

Je fus complétement désorientée à cause de la chute. Je voyais à la fois le ciel et la terre défilaient devant, mais yeux avant d’atterrir sur un sol bien dur. Par réflexe, je m’étais protégé la tête avec les bras. Ma race était connue pour être solide, mais les chocs se firent bien sentir. J’avais du mal à déplier mes bras et mes jambes, tellement ils étaient endoloris. Avec tout autant de peine, j’essayais de me redresser sur mes sabots. Comment suis-je arrivé ici ? Me demandais-je. Trop tard pour les remords, il fallait fuir pour l’instant, les elfes étaient encore derrière nous. Je crus distinguer la voie de la drow qui m’appelait. Elle avait survécu, c’était rassurant. Je me mis à lui répondre et à tenter de la rejoindre :

Pariédmé – Par ici !

La peur me saisissait de toute part. Je ne voyais rien, mais j’entendais une multitude de bruit autour de moi, beaucoup d’agitation. Il m’était impossible de savoir les quels étaient ceux de l’elfe noire, ceux des elfes sylvains et ceux des bêtes sauvages. C’était la nuit que les plus féroces prédateurs sortaient pour capturer leur proie perdue dans l’obscurité. Il y avait à craindre de rencontrer une bête sauvages dangereuses devant nous et de recevoir une pluie de flèche derrière nous. Je me sentais prise au piège, mais je savais que la forêt offrait aussi un immense choix de cachette plus ou moins pratique. Ayant réussi à retrouver l’elfe noire, je lui disais sans masquer ma panique :

Pariédmé – Continuons ! On ne doit pas s’arrêter !


Une chose qui pouvait être effrayante, mais aussi qui pouvait aider, c’était les feux des elfes des bois. Les plus fortes lueurs venaient de leur camp, mais on pouvait en voir des plus faibles se baladaient entre les arbres. Plus loin, dans l’obscurité des rugissements à briser les os résonnèrent de partout. Le mieux était de s’éloigner le plus possible des lumières et des cris, et de trouver un abri qui nous dissimulerait de nos poursuivants. J’aidais l’elfe noir à avancer, mais je n’étais pas si sûr de nos chances, lorsque je vis une étrange lueur flottait plus loin devant nous. Elle était de couleur bleue et comme une luciole, elle dansait entre les arbres. On aurait cru qu’elle nous guider. Cela pouvait bien être un signe de la nature, ou une simple aide pour se diriger, mais je préférais la suivre.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Mar 13 Sep 2016 - 16:02

Je finis par la repérer, et je me dirigeais vers elle, lentement. Mon corps semblait perclus de douleurs, y compris à des endroits où je ne devais pas être supposée avoir mal. La Minotaure semblait aller mieux que moi, même si notre chute l'avait tout de même bien amochée. Elle était surtout paniquée, ce que je comprenais, et elle m'enjoignait de fuir aussi vite que possible, ce à quoi j'acquiesçais. Nous nous mirent en route, claudicantes. Les sous-bois résonnaient des grondements de quelques bêtes sauvages, mais je ne pouvais réellement les distinguer, sinon des formes cachées par les buissons et les arbres. Je ne savais pas combien de temps nous avions marché, quand Pariédmé m'indiqua, un peu plus loin devant nous, une lumière bleue flottant au-dessus du sol.

Pour je ne sais quelle raison, elle semblait penser que cette lueur était présente pour nous guider. Et je n'avais pas la force de la contredire, à vrai dire. Autant me battre à l'aide de ma rapière était quelque chose de "naturel", autant user de mes maigres dons en matière de magie pour contrer le pouvoir d'un sorcier confirmé était éreintant, à la fois physiquement mais aussi mentalement. J'avais l'impression que la moindre étincelle de pensée non-instinctive me prendrait des années à se mettre en place de façon compréhensive. Nous prîmes la direction de cette lueur bleuâtre, la suivant au mieux. Cette dernière se dérobait à nous chaque fois que nous l'approchions de trop près, s'écartant vivement de nous chaque fois que nous étions sur le point de voir ce qui émettait réellement cette lumière.

Épuisée, je m'accrochais à Pariédmé et la laissais diriger mes pas, incapable que j'étais de pouvoir marcher convenablement sur une ligne droite. Je sentis qu'on s'arrêtais, semblait-il pour la nuit, étant donné que la Minotaure m'allongea au sol. Je plongeais dans un profond sommeil à peine le sol touché.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Jeu 15 Sep 2016 - 15:02

Nous courrions depuis… Je n’en avais aucune idée à vrai dire. Nous fuyions les elfes sylvains, ce qui n’était pas de tout repos. Au début, je pensais que nous prenions un chemin droit, mais en réalité, nous n’arrêtions pas à réaliser des détours à cause de ce terrain irrégulier avec ses arbustes et ses racines. Au final, nous nous retrouvions complétement dans le noir, les lueurs venant des elfes disparurent dans l’ombre, y compris celle de couleur bleu. Étions-nous perdu ? Même les rugissements des bêtes sauvages s’étaient tues. Nous étions donc seules, peut-être avec un peu de chance en sécurité. Je portais encore la drow, à la recherche d’un endroit approprier pour nous reposer.

Finalement, je parvins à trouver un petit endroit, près d’un chêne où le sol semblait assez plat pour nous permettre de nous reposer. J’y déposer la drow au pied de l’arbre et me mit à examiner sa blessure. Elle était vilaine. Encore, à quelques mini mètres, le trait aurait fait davantage de dégâts. Je choisissais avec attention les feuilles autour de nous pour faire une sorte de bandage sur la blessure. Il n’était pas trop tard pour la sauver, j’en profitais pour la soigner. Posant ma main sur sa blessure et les feuilles, j’usais de ma magie de guérison. Une lueur verte en sortie et entra dans le corps de l’elfe noire par sa blessure. Cela ne dura que quelques secondes. Retirant ma main, je pus voir les effets bénéfiques. Le sang ne coulait plus, sa blessure se refermait rapidement sous mes yeux. En cinq secondes, il n’en resta plus aucune trace. Satisfaite de moi, je m‘éloignai de quelques sabots, scrutant le ciel étoilé. Nous étions en paix, mais pour combien de temps ? Les elfes sylvains allaient-ils nous retrouver ? Et avais-je raison de sauver cette femme usant de magie noire contre ceux qui pensaient me sauver ? Le doute fut fort.

Pendant que je montais la garde, l’étrange lueur bleue réapparu. Elle dansait entre les arbres juste devant moi. Une chose était sûre, ce n’était pas un phénomène naturel, la lumière était vivante. En m’y approchant de quelques centimètres, je crus entendre un son venir de la lumière, un rire. D’abord surprise, je compris rapidement qu’il devait s’agir d’une fée. Elle riait, mais elle préférait garder ses distances avec nous. D’un geste amical, je la remerciais de nous avoir sauvées. La petite créature de la forêt s’approcha donc doucement de moi et je pus apercevoir ses beaux yeux semblables à deux étoiles et de ses magnifiques ailes brillantes. La fée se tint à distance de moi et me regarda comme une enfant curieuse devant un animal.

Pariédmé – Merci encore de nous avoir sauvées.
Fée – La méchante elfe voulait faire du mal.
Pariédmé – Tu nous as aider à cause de l’elfe sylvaine ?
Fée – J’aime les druides. Ils sont comme nous, mais sans être nous. Ils deviennent rares par ici… A cause de la méchante elfe.
Pariédmé – Je ne te comprend pas.
Fée – Depuis qu’elle est ici, la nature pleure. Les autres elfes de la forêt sont en colère à cause d’elle. Beaucoup avant vivaient par ici, mais maintenant, beaucoup disparaissent.
Pariédmé – Et les druides dans tout cela ?
Fée – Eux aussi, elle veut un druide, mais ceux qu’elle ne désire, ils disparaissent.

J’étais intriguée par les explications de la petite fée. Si j’avais bien compris, la chef elfe causerait bien des ennuis. Cela voulait-il dire que je n’avais eu tort d’avoir agi ainsi ? J’avais peut-être échappé à un sort bien plus sombre que je ne l’avais imaginé. Cette idée me rassurait, du moins en partis, mais je gardais des doutes aux sujets de la drow. Était-elle une menace également ? La fée se remit à danser devant moi et à s’éloigner lentement, retournant vers les arbres. À ce moment, j’aurais aimé avoir un indice sur quoi faire et un peu plus d’éclaircissement. Je pourrais questionner la fée, mais je ne voulais pas l’importuner, c’était déjà un grand honneur d’avoir pu lui parler, même un peu.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Mar 20 Sep 2016 - 15:36

Je me trouvais dans le bordel où officiait ma mère. Je me retrouvais toute jouvencelle, vêtue d'une robe de bonne qualité mettant en valeur ce qui était le début de mes formes féminines... "Définitives". C'était un vieux souvenir... Ou en était-ce un ? Le feu brûlait joyeusement dans l'âtre. Mes "tantines" aguichaient les clients déjà présents dans l'établissement, montaient en leur compagnie ou bien redescendaient l'escalier, une fois qu'elles s'étaient rafraîchies, et que leurs affaires avec leurs clients étaient menées à bien. Moi-même descendait de la petite chambre que je partageais avec mes "cousines", les filles des autres prostituées qui ne suivaient pas les traces de leurs mères et faisaient office de servantes dans le bordel.

On devait être en début de soirée, d'après ce que je pouvais voir à travers les fenêtres de corne. Je voyais ma mère assise auprès d'un homme dont la carrure m'était familière. En me voyant descendre, l'Humaine se leva avec un sourire, et se dirigea vers moi avant de me passer un bras autour des épaules et de me mener vers l'homme, toujours souriante :

"Ma Morathi chérie, ton père est revenu de la guerre, vient l'embrasser !"

Je fronçais un sourcil, tout en me laissant être menée en direction de mon géniteur. Pour autant que je sache, mon père n'avait jamais découvert notre lien de parenté. Il était assit dans un fauteuil confortable, me tournant le dos, dirigé vers le feu ronflant dans l'âtre, fumant inlassablement sa pipe.

"Salut, ma petite Morathi. Alors, tu viens embrasser ton père ?"

Il se retourna, et je me mis à hurler d'horreur, en le voyant défiguré, éventré par de violents coups de griffes.

........................................................................

Je me réveillais soudainement, en hurlant de terreur, de la sueur perlant sur mon front et coulant sur mon visage. Je me recroquevillais en position foetale, tremblante, tandis que je tentais d'oublier cette vision cauchemardesque.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Ven 23 Sep 2016 - 9:24

Les cris de l’elfe déchirèrent la nuit. J’étais assise à côté, montant la garde quand je l’entendis hurler à la mort. Je me retournais vers elle par instinct et la vie toute secouer. Elle se recroquevilla en sol, la respiration forte comme si elle avait dû courir le plus vite et le plus loin possible. Je m’approchais d’elle pour m’assurer si tout allait bien. Elle avait sans doute fait un mauvais rêve. Après ces derniers jours, qui ne cauchemarderaient pas alors qu’on venait juste d’échapper à l’emprisonnement des elfes et à une mort certaine ? De ma main, je lui caressais le front pour rabattre ses cheveux derrière son oreille, elle était couverte de sueur. Son rêve devait être intense. Quel genre de vision d’horreur a dû voir cette femme, adepte de magie de l’ombre ?

Poledra – Tout va bien. Nous sommes en sécurité, ce n’était qu’un cauchemar.

Je me voulais la plus rassurante possible, comme une mère essayant de rassurer son enfant. Nous ne devrions plus être loin de la sortie de cette forêt. Le mieux je pensais, serait de partir le plus vite possible d’Elegar’a et de laisser ces elfes loin derrière nous.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Jeu 29 Sep 2016 - 2:24

Je sentis une main se poser sur ma tête et ne pus m'empêcher de sursauter, avant de me rendre compte qu'il s'agissait de celle de Pariédmé. Je me rassérenais. J'étais... J'étais dans une forêt éloignée de tout, loin du bordel où vivait ma mère, et sans aucun doute loin de mon père. Quelle horreur que ce rêve... Que signifiait-il ? Pourquoi était-il aussi... Aussi répugnant ? Horrible ? Marquant ? Mon cœur battait de toute ses forces dans ma poitrine, et cela s'entendait : ma cotte de maille tintait faiblement de façon régulière. Je m'assis plus confortablement et entourait mes genoux de mes bras, avant de tourner le visage vers la Minotaure. J'avais besoin de parler... De parler de ce que je venais de "voir".

"Un rêve... Horrible. J'étais de retour chez... J'ignorais totalement si ma compagne connaissait le sens du mot "bordel", et après quelques instants d'hésitations, je pris le parti de dire la vérité : J'étais de retour au bordel où officiait ma mère, et j'étais redevenue une jouvencelle. Il y avait des clients, et la soirée s'annonçait bien pour eux. J'étais une servante en ces lieux. Ma mère était aux côtés de mon père, devant la cheminée. Il revenait d'une guerre qui avait eu lieu dans l'Ouest. Des Vampires, face aux Humains et aux autres races... Quoi qu'il en soit, elle m'incitait à venir l'embrasser. Et il s'est retourné vers moi. Il était horrible à voir, défiguré par de violents coups de griffes, éventré... Quelle vision des plus cauchemardesque !"

Je frissonnais, les yeux fermés, résistant à l'envie urgente de vomir. Mon visage était pâle, et avait un teint grisâtre. Finalement, je ne pus me contenir plus longtemps, et me levais pour m'éloigner de quelques pas, avant de me pencher et de rendre mon dernier repas. Je restais ainsi penchée quelques minutes, avant de me relever, en sueur, haletante. Ce fut qu'à cet instant que je sentis... L'absence de douleur, dans mes blessures. Je ne pouvais recouvrir aussi rapidement... A moins que... Pariédmé avait le don de soigner autrui ? J'avais vaguement vu qu'elle était capable de pratiquer une magie bien différente de la mienne, mais à ce point ? Je revins vers elle et m'assit à ses côtés.

"Je... Merci. Pour les soins. Dis-moi, j'ai cru voir une lumière pendant que tu me soutenais durant notre marche. Etait-ce une illusion, un délire fiévreux ? Ou bien y-avait-il bel et bien une lumière ?"

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Sam 1 Oct 2016 - 13:37

La drow se releva et prit une position assise, les bras entourant ses genoux comme si elle avait eu la plus grande des frayeurs. On aurait une enfant qui venait de faire un cauchemar et désirait se rassurer. Je m’assis également à ses côtés et la regarder. Je ne savais pas trop comment agir, alors je ne bougeais pas trop, la laissant reprendre son souffle et ses esprits. Je me tenais prête au cas si elle avait besoin de quelque chose. Elle lâcha quelques mots, elle disait que c’était bien un mauvais rêve, et qu’elle était retournée… Elle ne le dit de suite. Je supposais qu’il devait s’agir de chez elle, quelque chose de traumatisant pour qu’elle en cauchemarde. Ce qui pourrait expliquer sa vie de mercenaire, et sa magie bien noire.

Morathi - J'étais de retour au bordel où officiait ma mère, et j'étais redevenue une jouvencelle. Il y avait des clients, et la soirée s'annonçait bien pour eux. J'étais une servante en ces lieux. Ma mère était aux côtés de mon père, devant la cheminée. Il revenait d'une guerre qui avait eu lieu dans l'Ouest. Des Vampires, face aux Humains et aux autres races... Quoi qu'il en soit, elle m'incitait à venir l'embrasser. Et il s'est retourné vers moi. Il était horrible à voir, défiguré par de violents coups de griffes, éventré... Quelle vision des plus cauchemardesque !

Elle en frissonnait. Sa couleur de peau changea de couleur, devenant plus claire et ses yeux furent fermer. En effet, voir quelqu’un comme étant son père mis en pièces avait de quoi vous retournez la tête, et le ventre. D’ailleurs, elle se leva pour tout rendre. Elle fut bien retournée. Pendant qu’elle vomissait, je réfléchissais à ce qu’elle venait de me raconter. Je ne savais pas ce qu’était un bordel, mais apparemment, cela semblait être un endroit bon à vivre. Un lieu de détente sans doute. Et cette histoire de guerre, elle ne me disait rien, mais les peuples semblaient aimés s’entre-tuer et donc, la liste des conflits était sans fin. Par contre, revoir son père comme un zombie ou quelque chose du genre, voudrait dire qu’il était mort ? Ou revenu dans un tel état qu’il s’y apparenter ?

Morathi - Je... Merci. Pour les soins. Dis-moi, j'ai cru voir une lumière pendant que tu me soutenais durant notre marche. Etait-ce une illusion, un délire fiévreux ? Ou bien y-avait-il bel et bien une lumière ?

Je me mis à lui sourire et à mon tour, je pris le temps de lui répondre. Parler de ce qu’il s’était passer ne serait simple. Après tout ce que nous venions de vivre, aura-t-elle du mal à le croire d’ailleurs ?

Pariédmé – Loin de là. Vous avez manqué le meilleur. Nous avons été sauvés par une fée figurez-vous. Je n’ai pas bien compris ce qu’elle voulait dire, mais apparemment, la chef elfe que nous venons de fuir préparerait quelque chose de bien triste, qui porterait atteinte à la nature. Ce qui serait étrange, vue que les elfes sylvains protègent le nature justement.

Je laissais quelques instants à la drow pour assimiler tout ce que je venais de dire. Je me demandais encore si ce qui nous attendait, aller être aussi difficile que notre dernier épisode, ou bien profiterions nous d’un moment tranquille, loin de toute cette folie.

Pariédmé – Au fait, quel est votre véritable nom ? Ne vous inquiétez pas, je désire juste le connaître, sans aucune mauvaise attention.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Jeu 13 Oct 2016 - 14:42

Pariédmé me sourit. Enfin... Je supposais qu'il s'agissait d'un sourire. Elle m'expliqua que la lueur avait été bien réelle, et qu'il s'agissait de celle produite par une fée. Je haussais les sourcils, quelque peu déboussolée : les fées existaient ? Je pensais qu'il ne s'agissait que d'une légende, rien de plus. J'avais bien entendu parler de nourissons enlevés dans leurs lits, mais je supposais qu'il s'agissait-là de racontars de paysans. Mais, ne voulant pas froisser la Minotaure, j'acquiesçais à ses dires, en attendant de découvrir la vérité. Elle m'expliqua que la capitaine Elfe préparait quelque chose de mauvais envers la nature. Ce qui m'étonna autant qu'elle : les Sylvains n'étaient-ils pas supposés être des protecteurs de la Nature, en tout point ? En tant que "supposée Drow", je devais représenter à priori un danger bien plus grand pour la forêt. Après tout, n'étais-je pas issue d'un peuple d'esclavagistes sadiques qui n'appréciaient la beauté que selon leur propres standards ? Alors que j'étais plongée dans mes réflexions, j'en fus tirée assez singulièrement, tandis que Pariédmé me demandait mon véritable nom.

"Et bien... Je m'appelle "Morathi". Certains rajoutent "La Bâtarde" derrière, mais cela ne m'a jamais gêné. Et comme je me travestis, je me fais tout simplement appeler "Le Bâtard". Rien de plus."

Une explication qui pouvait paraître alambiquée, mais qui, à mon sens, était logique. Toutefois, je me sentais plutôt inquiète. Quid de cette Elfe ? Elle cherchait à faire du mal à la forêt, certes, mais qu'est-ce que cela signifiait réellement ? Et pourquoi cette "fée" en aurait parlé à Pariédmé ? Quoique... Elle semblait être proche de la nature, une sorte de druidesse... C'était logique. Mais quel pouvait être le rapport avec moi ?

"Mais, dis-moi, la "fée" a-t-elle donné des précisions sur cette Elfe ? Comment l'arrêter ou bien la contrecarrer ?"

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Ven 14 Oct 2016 - 9:03

Morathi - Et bien... Je m'appelle "Morathi". Certains rajoutent "La Bâtarde" derrière, mais cela ne m'a jamais gêné. Et comme je me travestis, je me fais tout simplement appeler "Le Bâtard". Rien de plus.

Se travestir ? Quel drôle d’idée. Décidément, cette elfe était remplie de surprise. Elle m’avait caché son nom, puis elle démontra un don pour la magie noire, elle venait d’un endroit inconnu et avouait se déguiser en homme. Et qu’elle préférait se faire appeler « la Bâtarde ». Après, je savais qu’il existait des sociétés patriarcales et que souvent, les femelles de ces groupes ne vivaient pas toujours dans de bonnes conditions. Venait-elle de l’un de ces peuples ? Cela pourrait expliquer son allure et son comportement. Mais les peuples étrangers étaient justement étrangers pour moi, je ne connaissais pas bien les uses et coutumes des autres peuples. J’en avais encore tant à apprendre et j’espérais en avoir le temps.

Morathi - Mais, dis-moi, la "fée" a-t-elle donné des précisions sur cette Elfe ? Comment l'arrêter ou bien la contrecarrer ?

Je me mis à me remémorer tout ce que venait de me dire la petite fée bleue. Notre discussion fut courte et elle n’avait pas laissé beaucoup de détails concernant cette elfe sylvaine. Elle m’avait parlé qu’elle avait mis en colère plusieurs de ses semblables, et fait disparaitre plusieurs druides pour d’obscure raison. Mais rien sur la nature du mal qu’elle est faite, ni comment la stopper. Je me sentis confuse, j’avais pu parler à une enfant de la forêt, et je ne pouvais en dire grand-chose, j’étais honteuse, si j’étais humaine, on verrait que je rougissais. Je mis donc à l’avouer à Morathi :

Pariédmé – Je suis désolé… Tout ce que ma dit la fée était que la chef elfe nuisait à la nature, qu’elle s’était mis beaucoup de son semblable à dos et que… Plusieurs druides comme moi disparaissaient à cause d’elle. Rien de plus, ni sur ce qu’elle avait fait exactement, ni comment la contrait.

Je me sentais sur le coup inutile, et idiote de ne pas avoir demandé plus de détails à la fée. En même temps, elle était partie avant que je puisse en savoir plus, mais je fus si agréablement surprise de cette visite que je n’avais pas pensée à grand-chose à ce moment-là. Je rapprochais mes genoux vers moi, la tête posait dessus. Fixant l’elfe, je lui demandai :

Pariédmé – Vous comptez vous mesurez à elle ?

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Sam 22 Oct 2016 - 1:04

Pariédmé semblait gênée, ce que je pouvais tout à fait comprendre : je ne devais pas paraître particulièrement convaincue par son récit, et elle-même ne semblait pas saisir réellement la portée de ses paroles, d'après ce que je pouvais comprendre. Toutefois, elle m'expliqua ce en quoi avaient consisté les révélations de la fée concernant la capitaine Elfe. Cette dernière nuisait, d'une façon ou d'une autre, au bien-être de la Nature. De plus, les siens lui en voulaient, sans doute pour la même raison, et de nombreux druides avaient disparu, les soupçons se portant, bien entendu, sur elle. J'avouais être perdue. Cela, en soit, n'avait aucun sens : les Sylvains étaient les défenseurs de la nature, pas ses bourreaux. La Minotaure remonta ses genoux jusqu'à faire reposer son menton dessus. Et elle me posa la question à laquelle je m'attendais : elle me demanda si j'allais l'affronter.
Je me levais et marchais doucement, donnant l'impression de réfléchir à la question. Alors que la réponse était toute trouvée : non. Jamais. J'avais rapidement croisé le fer avec elle, et m'étais battue dans un duel de sorcellerie avec son acolyte mage. Vu l'état dans lequel je m'étais retrouvée suite à ces deux affrontements, il était hors de question pour moi de remettre ainsi le couvert. Aussi douée pouvais-je être, je n'étais qu'une sang-mêlée, dont les capacités étaient loin d'égaler les leurs, en réalité. De plus, en quoi étais-je réellement concernée ? Ce n'était pas réellement mon problème, en fin de compte... C'est ainsi que j'exposais le problème à ma compagne :

"En fin de compte, en quoi suis-je réellement concernée ? N'existe-t-il pas d'autres Sylvains bien plus à même de contrer la folie de cette femme ? J'imagine qu'il est tout à fait possible de trouver un autre capitaine, ou un quelconque Seigneur qui sera capable de mener à bien cette tâche, non ?"

Accessoirement, je pensais même faire d'une pierre, deux coups ainsi, et négocier au moins un guide pour me mener à la lisière Sud de la forêt.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Lun 24 Oct 2016 - 21:14

Morathi - En fin de compte, en quoi suis-je réellement concernée ? N'existe-t-il pas d'autres Sylvains bien plus à même de contrer la folie de cette femme ? J'imagine qu'il est tout à fait possible de trouver un autre capitaine, ou un quelconque Seigneur qui sera capable de mener à bien cette tâche, non ?

Je devais avouer qu’elle n’avait pas tort. Cette affaire ne nous concernait nullement. Sans oublier que nous ne savions pas ce qu’il se tramait, alors foncer tête baisser serait stupide et dangereux. Si vraiment cette elfe avait commis une chose terrible dans la forêt, les autres elfes sylvains seront sans doute se charger de ce problème. Se réclamant " protecteurs de la nature" ils n’avaient qu’à assurer ce rôle. Voilà que mon ancienne colère contre ce peuple me reprenait. Il fallait que je garde mon calme à tout prix. Et quoi de mieux pour cela de s’éloigner d’eux et de les laisser se débrouiller ? Mais j’avais le pressentiment que le mal qu’à pus produire cette elfe nous tombera dessus d’une manière ou d’une autre. Je le voyais gros comme une montagne. Une voix en moi me disait tout autre chose. « L’elfe a mis en danger, la nature, tu dois la protéger aussi ! » Ce qui n’était pas faux. En tant que druide, je devais veiller sur la nature, un de nos devoirs les plus sacrés que Grand-Père m’avait enseigné en premier. J’étais donc un peu perdu à ce moment-là.

Que faire à présent ? Sans savoir de quoi il s’agissait et devant sans doute m’y rendre seule, ceci signerait ma fin. La fée elle-même avait dit que beaucoup de druides avant moi avaient disparu à cause de ce danger inconnu. Et cela risquait fort de m’arriver également. Bon, de toute façon, je le sentais bien que quoi que cela puisse être, nous nous retrouverions devant un moment ou un autre, alors il serait inutile de se prendre la tête tout de suite. Me relevant, je me mis à frotter mes mains pour me nettoyer rapidement ces dernières d’un peu de poussière et de terre.

Pariédmé – Je pense que vous avez raison. Pour l’instant, nous ferions mieux de partir et sortir de cette forêt au plus vite et trouver de l’aide.

Soudain, un rugissement retentit entre les arbres. Surprise, je me retournais vers la sombre végétation pour localiser l’origine du bruit, mais sans grand résultat. Le hurlement résonnait de loin, la bête qui avait dû le pousser devait être à plusieurs centaines de mètres de nous. Mais son cri fut bien violent. Il me fut difficile d’identifier l’animal sauvage, beaucoup avaient un hurlement assez proche, mais celui-là, il devait être imposant, redoutable, un gros prédateur et surtout… Bien énerver. Je reconnus celui qui rôdait près du camp elfe. Il pouvait bien s’agir du même. Il devait chasser tout près.

Pariédmé – Partons au plus vite.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Sam 5 Nov 2016 - 1:05

Alors que Pariédmé acquiesçait à ma proposition, ce qui me soulagea quelque peu, nous entendîmes un furieux rugissement retentir entre les arbres. Je ne pus m'empêcher de déglutir assez péniblement. C'était un cri si primal, si animal que, l'espace d'un instant, je me sentis à la place d'un tout petit animal à fourrure, tremblant et sur le point de devenir le repas d'un autre animal sensiblement plus gros. J'encochais un carreau dans mon arbalète. Cela ne me servirait probablement à rien : une créature pouvant pousser un tel cri devait faire une taille gigantesque, et posséder un cuir en conséquence. La peur me saisissait et m'étreignait le coeur, tandis que mes mains, serrant mon arbalète, tremblaient. La Minotaure mit fin au charme, en m'enjoignant de partir au plus vite. L'entendre parler me fit sursauter et accidentellement déclencher le mécanisme de mon arme. Le carreau parti en sifflant, et je le perdit de vue tandis qu'il s'enfonçait dans les broussailles.
La chance des Sombrelames, une vraie poisse. Quoique je devais avoir touché un lapin qui n'avait pas eu la présence d'esprit de fuir en entendant le grondement une première fois. Le cri retentit de nouveau, et je me tournais vers Pariédmé :

"Bonne idée. Filons !"

J'attrapais mes effets en vitesse et me mit à courir aussi vite que mon était me le permettait. Contrairement à ce que l'on pouvait croire, ce n'était pas mon maigre repos et mon dernier repas qui allaient me permettre de tenir le coup. Je puisais dans mes réserves d'énergie, laissant l'adrénaline courir dans mes veines, les réchauffant au passage, tandis que mon cœur accélérait ses pulsions. Mes poumons me brûlaient dans ma folle course, mais je ne m'arrêtais pas pour autant, déterminée à fuir cette forêt en vie.
Je n'osais pas me retourner pour voir si la créature nous suivait, et je n'osais pas demander à Pariédmé ce qu'il en était, de peur de perdre mon souffle. Nous finîmes par nous retrouver près d'une autre rivière, profonde, et peu aisée à traverser. Derrière nous, la créature se rapprochait. Je repris mon arbalète, inspirant et expirant fortement, toussant de temps à autre, et replaçais un carreau dans l'encoche.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Mar 8 Nov 2016 - 9:49

Après le rugissement, la drow arma son arbalète avec un carreau, mais il était impossible de voir le monstre dans l’épaisse végétation. Il pouvait être n’importe où. Ma voix avait surpris la Morathi qui déclencha le mécanisme de son arme et envoya à travers les arbres son projectile. Avec ce faux pas, nous avions bien signaler notre présence au prédateur inconnu.

Morathi - Bonne idée. Filons !

Nous nous lancions dans une course folle pour mettre le plus de distance entre nous et la chose qui nous coursait. Mon cœur battait si fort que je croyais que ma poitrine allait exploser à l’instant. On ne savait pas ce qui nous talonnait, mais il était imposant, on pouvait l’affirmer au bruit qu’il produisait en écrasant tout sur sa route dans sa course. Mais qu’est-ce qu’il pouvait bien s’agir ? Je n’avais aucune envie de me retourner pour voir de quoi il s’agissait. J’espérais juste trouver une cachette idéale pour nous abriter de la chose. Mes jambes commencèrent déjà à me tirer et je n’arrivais plus à sentir mon souffle, comme si mon corps n’avait plus d’air. Et pour couronner le tout, notre parcours fut interrompu par une rivière. Courir dans l’eau nous ralentirait grandement et le monstre pourrait nous avoir facilement en un bon.

Morathi prépara un nouveau tir, mais j’avais un doute de l’efficacité de tels projectiles contre un monstre pouvant faire la taille d’un cyclope. Mais c’était ça ou rien, nous devions nous défendre avec tous ceux que nous pouvions. D’ailleurs, de ma main, j’invoquais à travers une sphère verte végétale un drufac. Vu son râlement et sa familiarité, je ne pouvais qu’en déduire qu’il s’agissait de Bébe, je fus donc soulagée. Le drufac manqua de sursauter en entendant le monstre arrivé, mais il comprit rapidement sa mission et avec son arme, se tient prêt à défendre son invocatrice. Nous avions donc, une arbalète, une lame, des sorts de la nature et un drufac avec une arme rudimentaire. On gagnait un peu en force.

Les arbres devant nous s’écartèrent violemment pour finir à terre comme deux vielles colonnes de pierre après un séisme. Et la végétation devant nous, buissons et fleures, furent écraser sous la masse du monstre. J’écarquillais les yeux de terreur. Le monstre était plus monstrueux que ce que j’avais imaginais. Plus grand, avec d’imposantes cornes au nombre de trois, et une longue queue hérisser de pointe, je reconnus de suite cette chose.

Pariédmé – Varonite.
Disais-je bas.

Bébe se mit en position de combat et se prépara à charger. Non ! On devrait être discret, notre course et le tire de Morathi ont attirer ce monstre, car ces immenses prédateurs ne sont attirés que par le bruit si j’avais bonne mémoire, alors, montrons-nous prudent. Je fis signe à Bébe de restait près de nous, de n’attaquer que si le varonite chargeait. Je remarquais par contre quelque chose d’inhabituelle sur ce prédateur des forêts. Son dos comportait de flèches brisées, bien planter, et de ses blessures, émanaient une sorte de fumée verte… Bien étrange. Mais pour l’instant, nous devions rester en vie.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Mar 15 Nov 2016 - 11:36

Pariédmé fit venir un autre Drufac et sembla, pour une raison ou pour une autre, soulagée. Si cette créature porcine pouvait l'aider à se battre, grand bien lui en fasse. Quant à moi, je doutais que ce soit suffisant pour venir à bout de la créature qui était à notre poursuite. Cette dernière surgit hors des fourrés, me paralysant par la peur. Elle ressemblait à un gigantesque lézard, presque un dragon, mais sans les ailes. Ses trois cornes lui ouvraient la voie, détruisant la végétation qui barrait son chemin. Je déglutis péniblement. Cela allait être un rude combat. J'entendis la Minotaure me dire qu'il s'agissait d'un varonite. Ce qui était bien beau, mais ne m'aidait guère dans la situation actuelle, si ce n'était de savoir que je risquais de finir en déjection de varonite. Je ne parvenais pas à déterminer s'il s'agissait d'un réconfort. Il semblait que nous n'étions pas les premières proies qu'il croisait : son dos était hérissé de flèches, et de ses plaies sourdrait une étrange fumée verdâtre. Ne connaissant aucunement ces créatures, je supposais que cette fumée était naturelle et lui permettait de parfaire son camouflage.

Je bougeais de deux pas, hors de son champ de vision, faisant légèrement cliqueter ma cotte de maille. La créature se tourna brusquement vers moi. Je cessais de bouger, faisant en sorte de ne faire aucun bruit. Il ne me voyait pas et pourtant avait tourné la tête quand j'avais bougé. Je levais mon bras gauche, celui tenant l'arbalète, faisant de nouveau cliqueter mon armure. L'attention du monstre fut à nouveau tournée vers moi. Je cessais de nouveau de bouger. Il se basait plus sur son ouïe pour nous retrouver plutôt que sur sa vue, ce qui m'empêchait de lui crever un œil afin de l'handicaper. Je continuais pourtant de lever mon bras, si lentement que les secondes qui s'écoulaient semblaient durer une éternité. Enfin, je me trouvais en bonne position. Fermant un œil, je visais précautionneusement les naseaux de la bête. Une créature comme celle-ci devait sûrement compter autant sur son odorat que sur son ouïe. Puisqu'il m'était difficile de lui boucher les oreilles, j'allais le forcer à sentir son propre sang en permanence, afin de masquer notre odeur. J'actionnais la détente, provoquant un claquement sec qui fit se tourner vers moi le varonite. Le carreau fendit les airs, avant de transpercer un de ses naseaux.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Jeu 17 Nov 2016 - 12:45

L’avantage était que le Varonite était aveugle. Il ne devait se fier qu’à son odorat et son ouïe pour localiser sa proie. J’aurais bien voulu prévenir Morathi, mais se serait me trahir à notre prédateur. Fort heureusement, la dorw semblait l’avoir compris. Elle voulut tirer sur l’imposante créature, et pour cela, elle faisait attention en ne bougeant que doucement. Dès qu’elle faisait du bruit, elle s’arrêta. Par deux fois, le Varonite c’était retourner vers elle en attendant les cliquetis de son armure, mais Morathi devint immobile pour à nouveau disparaitre devant l’animal. Il devait bien nous sentir, nous trois, mais il était un peu perdu, ne sachant trop vers où attaquer. Alors il se mit à grogner et à taper sur la terre devant lui pour nous faire bouger. Mon Drufac fut des plus obéissant, il ne bougeait pas d’un poil.

Finalement, mon amie Drow envoya son carreau. Le Varonite tourna la tête vers l’origine du tir et reçu le trait en plein dans le naseau. Il se mit à hurler et à se débattre sous la douleur. Très bon tir. Le monstre fut dérouté à cause du sang qui coulait de son naseau. Il était perdu et affoler. J’ordonnais à cet instant à mon compagnon d’attaquer. Le drufac se précipita pour frapper avec son arme rudimentaire les pattes du monstre, tout en essayant d’esquiver les contre-attaques. Morathi allait sans doute vouloir tirer à nouveau, je n’en savais rien, mais je comptais retarder la créature et pour cela, j’allais m’employer à utiliser les racines. Tendant les mains sous le Varonite, je me concentrais pour faire sortir plus grosse et grandes racines afin qu’elles soient assez solides pour retenir le prédateur. Cela marchait. Des racines sortirent et vinrent s’agripper aux pattes agitées du Varonites, mais quelque chose clochait.

La fumée verte qui sortait des plaies du monstre devinrent plus foncé et en sortit en grosse quantité. Elle s’abattit sur les racines en un instant, les faisant mourir, dessécher et piétiner par l’imposante créature. Je fus des plus choqué. Mon pouvoir de la nature vint de se faire annuler en un rien de temps. Je ne savais plus quoi faire, et je reçu un coup de museau violent de Varonite qui me propulsa de l’autre côté de la rivière, manquant de m’assommer. J’eus mal au crâne et un sifflement persistant résonnait dans mes oreilles, ma vision devint souffle. Et, ne le savant pas encore, ceci suffit à rompre le lien entre moi et mon invocation, la renvoyant dans son monde.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Ven 25 Nov 2016 - 8:41

Le drufac de la Minotaure prit mon tir pour une invitation à entrer dans la danse. Je calais mon arbalète contre ma jambe et tirais la corde jusqu'à moi, afin de la tendre. Mes muscles étaient bandés et je grimaçais sous l'effort, tandis que des gouttes de sueur perlaient sur mon front. Enfin, je parvins à caler la corde et fouillais mon carquois. Il ne me restait guère plus de carreaux, à peine pour trois autre tirs, en comptant celui que je comptais tirer. Je relevais la tête pour voir qu'à nouveau, Pariédmé avait usé de son influence sur la nature afin de tenter d'immobiliser l'énorme créature reptilienne à l'aide de racines diverses. Toutefois, le "voranite", ou quelque soit son nom, était bien plus lourd que prévu... A moins que la brume verdâtre qui l'entourait n'y était pour quelque chose. Quoi qu'il en soit, la créature parvint à s'extraire de ce piège et, chargeant ma compagne de route, l'envoyant valser de l'autre côté du cours d'eau. Je fis un geste et ma "brume" protectrice s'éleva autour de moi. La créature était malvoyante, et son odorat était saturé par sa propre odeur de sang. Je visais de nouveau sa tête, afin de lui crever un oeil. Entre deux respirations, je pressais la détente. Mon carreau fendit les airs, mais ne put qu'érafler les écailles du monstre, l'énervant plus qu'autre chose. Je dégainais ma lame et fit une roulade sur le côté.

Je me redressais et rengainais mon arbalète. Mes yeux, habitués à la pénombre, me firent voir le sol forestier. Posant précautionneusement mes pieds sur le sol, j'évitais au mieux de marcher sur les feuilles mortes. Je contournais la bête avec précaution, me tournant vers son flanc droit afin de trouver une faille dans sa carapace. Il était impensable qu'une telle créature n'en possède pas, autre que ses narines ou ses yeux. Je parvins à en trouver une, sous l'articulation d'une de ses pattes. Je me ramassais, ma lame pointée en direction de ma cible. J'inspirais lentement... Et chargeais. Le bruit soudain fit tourner sa tête à la créature, qui poussa un mugissement de douleur : la pointe de ma rapière avait percé son cuir et s'enfonçait dans ses chairs. J'imprimais une torsion à mon poignet et dégageait ma lame, avant de reculer d'un bond, laissant un filet de sang sourdre de la plaie. Je fis un nouveau bond pour éviter le même sort que Pariédmé, tandis que le monstre agitait sa tête en tout sens.
Je jetais un coup d'oeil à la berge sur laquelle se trouvait Pariédmé, pour me rendre compte qu'elle semblait encore sonnée. Son drufac s'était évaporé, retourné dans l'ether auquel il appartenait, sans doute parce que la concentration de la Minotaure avait été troublée...

"Merde... Comment faire ?"

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Lun 28 Nov 2016 - 10:54

Redressant la tête, dont l’intérieur résonnait comme un instrument de percussion, je vis une étrange brume autour de la créature. Cela me rappelait quelque chose. Nous étions bien mal parties. Le monstre était puissant, ma magie étrangement inutile et Morathi, dépassaient. Le varomite hurla. L’elfe a dû réussir à le blesser, ce qui voulait dire qu’on avait une infime chance. Mais son hurlement me fit davantage mal à la tête. J’appuyais mes mains sur mes oreilles pour amoindrir ce son atroce. Mais que faire ? Je n’avais pas d’arme, ma magie de la nature ne servait à rien et j’étais trop faible pour une nouvelle invocation. J’utilisais rapidement ma magie du soin sur moi, juste de quoi me remettre de ces mauvais coups et avoir les idées plus claires.

Ce qu’il faudrait, ce serait de réussir à le faire partir, ou du moins le fuir sans risquer qu’il nous rattrape. J’étais doué d’empathie envers les créatures de la nature, je pouvais créer un lien avec eux. Mais ce varomite était différent des autres. Sa fumée verte agissait comme une magie de protection contre celle de la nature. Pourquoi ? Cela avait-il un lien avec l’elfe matriarche ? J’en avais aucune idée, comme je n’avais aucun plan pour venir à bout de ce monstre. J’essayais d’expérimenter quelque chose. Tendant ma main vers le varomite, je me mis à lancer ma nuée verte. Une nuée composée de spore pouvant affaiblir ma cible. L’effet ne serait pas le même sur un varomite que sur un humanoïde, mais je vous voir quelque chose.

Ma nuée allait le toucher, lorsque la fumée qui sortait de ses plaies se mirent à le recouvrir et à… Dévoré ma nuée de spores. Enfin, elle avalait comme un serpent ce que je venais de lancer sur la bête. Cette dernière était entièrement recouverte. Mais le plus étrange, était qu’elle ne bougeait plus du tout, le temps que mon attaque soit dissoute. Je me mis à crier tout bas à Morathi, espérant qu’elle m’entende :

Pariédmé – Venez ! Sauvons-nous !

La fumée recouvrant le monstre commença à disparaitre et le monstre bougea une de ses pattes. Quelle curieuse magie.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Mar 13 Déc 2016 - 13:13

Je m'assurais de rester hors de portée du monstre. Ses rugissements me vrillaient les tympans, et je grimaçais tandis que mes oreilles étaient torturées par les hurlements de douleur et de rage mêlées. Je me tournais, en entendant un son étrange, et vit une sorte de... Nuée, pour autant que je puisse discerner ce que cela pouvait être, s'approcher de la créature reptilienne... Pour être "dévorée" par la fumée qui exsudait de ses plaies. Je haussais un sourcil, intriguée : voilà qui était des plus particulier. Je ne m'y connaissais guère en matière de zoologie, mais je doutais qu'il existe des créatures capable de produire une telle substance par elles-mêmes. Pendant le processus, je vis que le varonite ne bougeait plus et était sur le point de lancer une attaque-surprise quand j'entendis la voix de Pariédmé me héler tout en m'enjoignant de la rejoindre, de fuir le monstre.

Je me retournais et acquiesçais, avant de courir, traversant le cours d'eau aussi vite que possible. Les sons qui me parvenaient de derrière-moi m'indiquaient que le monstre était en train de me chercher. La chasse allait bientôt reprendre, et pour pas mal de raisons tournant à la fois autour de l'intégrité et de la survie de ma personne, je ne souhaitais pas être dans la peau de la proie. Je parvins aux côtés de la Minotaure et pris le temps de rengainer ma rapière, avant de reprendre ma course :

"Vite ! Par ici !" lui dis-je tandis que je fuyais à toutes jambes.

Je m'enfonçais à travers les bois, tandis que les branches me fouettaient le visage dans ma course effrénée. J'entendais, non-loin derrière-moi les bruits que produisait le monstre détruisant tout sur son passage, aveuglé par la rage. Je vis un arbre massif se dressant devant moi. D'une impulsion, je bondissais pour atteindre ses branches les plus basses, avant de l'escalader hors de portée du monstre.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Ven 16 Déc 2016 - 12:10

Nous nous sauvions à travers la forêt avec cette créature sur nos talons. La peur grandissait que nous n’arriverons jamais à le vaincre, ni même le fuir. Je me sentais si inutile avec ma magie qui me faisait défaut. Comme ce monstre pouvait en être insensible ? Je pouvais bien dire monstre, car cette chose n’avait plus rien à voir avec un varonite naturelle. Il était frappé de quelque chose, mais quoi ? Je n’avais pas le temps de chercher la réponse, l’objectif premier était de sauver nos vies. Morathi parvint à s’abriter en escaladant un arbre. Mais moi, je n’étais pas agile comme une elfe, ni légère comme une humaine. Il me faudrait plus d’effort et de temps pour escalader, et le varonite allait me rattraper. Je poursuivis donc ma course, entraînant avec moi la chose.

Le terrain irrégulier me faisait ralentir plus d’une fois, avec ses montées et descente sans compter les divers obstacles. Alors que le prédateur se contentait de grandes enjambées pour dépasser tout cela. Au loin, je vis des arbres couchés dont l’un reposée sur son voisin. Un orage ou quelque chose du genre à faire ces dégâts. Je parvins de justesse à les rejoindre. Le souffle chaud de la bête se fit sentir dans mon dos au moment même où je passais entre ces deux gros arbres. Je tombais à terre et me mis en boule. Le varonite se retrouva coincé à cause des deux énormes chênes qui lui barraient la route. Comme un bélier, il essayait de les enfoncer, mais il ne fit tomber que des feuilles et des branchages.

Autour de moi, se trouvaient de vielles souches d’arbres qui m’offraient à la fois une protection contre le prédateur, pour le moment, mais aussi une cage m’empêchant de m’enfuir. Le varonite continua de se cogner contre les troncs pour pouvoir baisser. J’en profitais pour reprendre un peu de mon souffle et cherchai un moyen de m’enfuir. Une nouvelle chose étrange se produisit, ma main fut recouverte d’une lueur verte et une partie alla rejoindre le monstre, alimentant sa fumée. Cela ne dura pas, mais je compris rapidement qu’il s’alimentait avec ma magie. La magie de la nature, il en était lié, cette fumée en était la preuve. Ne faisant plus un geste, le monstre perdit ma piste. Le sang ayant séché sur son museau, il avait les narines bouchées. I fit donc demi-tour sans attendre, allant sans doute chercher ma compagne.

Seule, j’en profitais pour réfléchir. Et pour Mortahi, elle ne risquait rien dans son arbre, et sa magie et ses attaques avaient plus d’impact sur cette chose que pour moi. Reprenant les éléments que j’avais découverts, le monstre n’était pas une invocation, ça s’était sûr. Et il était impossible pour qui que ce soit de se transformer en Varonite. Pourtant, il était lié à de la magie, celle de la nature. Comment ? Je n’en avais aucune idée. Mais il existait des pratiques « parallèles », des personnes qui feraient des expériences avec la magie et la nature pour créer des aberrations. Grand-Père m’en avait parler une fois, mais je n’y avais jamais cru.

Je n’entendais plus aucun bruit, le varonite semblait être loin. Profitant de ce moment de répis, je sortis de ma cachette. J’avançais doucement, évitant de faire trop de bruit. Je comptais tout de même retrouver Morathi pour lui prêter de l’aide, même si c’était rien. Je ne fis quelques pas lorsque j’entendis une branche se briser pas loin. Surprise, je me retournais et vis dressais sur les arbres qui m’ont sauvé la vie, une troupe d’elfes Sylvains. Ils nous avaient retrouvés ? Était-ce les mêmes que ceux du précédent village ? En tout cas, ils brandissaient leur arc sur moi. La chef du petit groupe s’adressa à moi :

Chef – C’est toi que le Maudit poursuivait ?

Elle devait parler du Varonite magique. Les mains légèrement lever, je répondis :

Pariédmé – Oui.
Chef – Tu as de la chance qu’on t’a trouver minotaure. N’es-tu pas une druidesse ?
Pariédmé – Si. On me la déjà demander.
Chef – Je devine par qui. Nous avons des tas de choses à nous dire.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Lun 19 Déc 2016 - 12:34

Cachée dans "mon" arbre, et profitant d'un moment d'accalmie, je reprenais mon souffle. Et dire que ce matin, je crevais pratiquement de faim et de soif, tout en me dirigeant vers les Terres Drows. Et voilà qu'à présent, j'étais pourchassée, en compagnie d'une Minotaure, par une saleté de créature reptilienne, une sorte de dragon vert n'ayant pas apprit à voler... Et aussi par des Elfes Sylvains. En y réfléchissant bien, je préférais ma situation de ce matin. J'avais une chance de m'en sortir vivante à ce moment-là. Là, c'était moins sûr... Je regardais alentour, afin de trouver des traces de Pariédmé. Mais rien, nul part. Je me radossais contre le tronc de l'arbre, après avoir rechargé mon arbalète. Mon rythme cardiaque était revenu à la normale et je soupirais. Mon répit ne fut que de courte durée : le voranite, ou quelque soit son nom, semblait s'être rappelé de ma présence et était revenu à la charge, littéralement, contre mon arbre. Passé le premier choc et la surprise, je me ramassais, conservant au mieux mon équilibre. Je jetais un coup d’œil en contrebas. La créature tentait de m'atteindre en lançant une de ses pattes vers moi, détruisant les branches sur son passage et lacérant profondément le tronc.

"Bordel, mais que faut-il pour te faire lâcher prise ?"

J'escaladais un peu plus l'arbre dans lequel j'étais perchée, tout en prenant garde à ne pas déclencher le mécanisme de mon arbalète dans l'action. Je risquais de tirer dans ma jambe plus que de toucher le monstre. Un rugissement rauque en contrebas me fit me presser, malgré mes bras fatigué et la sueur coulant sur mes yeux. Je sentis un changement dans l'inclinaison de l'arbre : le monstre tentait de le déraciner ! L'arbre commençait à s'incliner et je me levais, avant de courir sur cette surface des plus instables. Dans un craquement sinistre, l'arbre tomba au sol, déraciné. Je sautais et me rattrapais assez rudement à une branche d'un arbre voisin. Ma cotte de maille cliqueta, tandis que j'avais l'impression que mes côtes se cassaient sous le choc. Je gémis de douleur, avant de m'asseoir à califourchon sur cette branche, ma main pressant mon ventre douloureux.

Au sol, le monstre déchiquetait l'arbre qu'il venait de faire tomber, me cherchant vraisemblablement parmi les débris.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Jeu 22 Déc 2016 - 14:57

Ce que me racontait la nouvelle chef Sylvaine fut des plus troublant. Déjà, elle se montra moins agressive que la première. En me voyant, elle ordonna de suite que l’on baisse les armes et vint à ma rencontre, en toute confiance. Elle affichait bien une certaine froideur, montrant son autorité, mais la fonction de chef endurcissait souvent les gens ainsi et je compris bien vite que l’elfe n’était pas dangereuse, du moins, hostile. Elle me questionna sur la raison de ma présence ici. Sans vouloir donner de raison pour que la méfiance persiste, je me montrais de plus honnête. Je lui expliquais que j’accompagnais une drow à travers la forêt pour atteindre l’autre côté, mais que nous étions tombées sur une troupe nous ayant en mener dans leur camp et que leur chef nous retenait prisonnier. Puis son intérêt pour les druides, ainsi que notre fuite et la rencontre avec le Varomite. L’elfe afficha une moue de colère, je m’attendais à ce qu’elle me crie dessus, me faisant un quelconque reproche, mais ce ne fut le cas. Au contraire, ça voix était rassurante.

Elle me fit un bien long récit avec beaucoup de détail, mais j’en rapporterais ici le principal. L’elfe m’apporta pratiquement toutes les réponses à ce que nous venions de vivre. Tout cela remonte il y a presque un an. De nombreux clans d’elfes Sylvains en avaient assez de voir des intrus dans leur territoire et de devoir les chasser. À chaque étranger qui venait y poser le pied, c’était une nouvelle menace pour leur peuple. Pour y trouver une solution, un conseil de différents chefs elfique fut organisé. Ils en discutèrent pendant plusieurs jours sans trouver de réelles solutions. Mais, l’elfe qui nous retenait prisonnières proposa une méthode bien radicale, c’était de mettre en place un puissant gardien qui chasserait tout étranger à la forêt. L’idée fut intéressante, mais après y avoir regardé sous divers angles, voir ce qui était possible ou non, la proposition fut abandonnée. La chef ne voulut en rester là. Têtu, elle mit de son côté son plan. Aucune créature pouvant être dressé ou invoquer ne serait assez puissante pour elle.

La « Matriarche », répondant en réalité du nom de « Swenline », fit venir à elle des druides elfiques et de d’autres peuples vivant dans la forêt. Ils devaient avec toute leur magie, contrôler la plus grosse et puissante bête qu’ils trouveront. Elle devra être sous l’emprise de la magie de la nature et servir le peuple elfique en protégeant la forêt et ces derniers. Ce fut un Varomite qui fut désigné. Mais ces druides se donnaient à une pratique encore inconnue de tous, ils expérimentaient quelque chose d’incontrôlable. Le résultat fut dramatique. Le varomite devint fou. Il tua les druides et dévora leur magie. Cette magie leur renforçait et le protégé des attaques de la magie de la nature. Puis, cette aberration se mit à attaquer et tuer ceux qu’elle devait protéger. Les autres chefs elfes en apprenant ça furent outrager. Swenline fut jugé et condamner. Mais pour éviter la peine capitale, elle tenta de trouver un druide pouvant défaire ce que les premiers ont créer. En attendant, un groupe de chasseur d’élite fut créé pour stopper le monstre.

Encore, c’était la version courte. Je fus choqué en entendant une telle histoire. Mais elle répondait à pas mal de questions. On me proposa de les aider à se débarrasser du monstre. Je ne pouvais pas faire grand-chose, mais ma magie de guérison était ce qui les intéressait le plus, en cas de grosses blessures. J’acceptais, mais à condition que Morathi soit laisser en paix. L’elfe accepta de l’épargner, à contre cœur visiblement. Nous partions une fois d’accord sur les traces de la bête. Ce ne fut pas difficile de la suivre. Elle piétinait tout sur son passage, écrasant les arbres et repoussant les rochers. Nous le retrouvions rapidement, en train d’attaquer d’imposant arbre où mon amie s’était réfugier et visiblement à bout de forces. Je restais cacher, jusqu’à ce que la chef donnât l’ordre à sa troupe de décocher leurs flèches qui partirent se planter dans la peau verte du monstre. La bête laissée, l’arbre qu’elle tentait de détruire et chercha l’origine de l’attaque.

Un des elfes se mit à l’Apple pour l’attirer plus loin et permettre à ses semblables de tirer ses flancs et des parties moins protégées. J’en profitais, pendant la confrontation, de me rapprochais de l’arbre où se trouvait la drow. J’essayais de l’appeler, mais pas trop fort pour ne pas attirer l’attention de la bête.

Paridédmé – Morathi ! C’est moi. Ces elfes sont nos amis ne vous inquiétez pas.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Lun 2 Jan 2017 - 16:45

Une volée de flèches atteignit le monstre, qui poussa un effroyable rugissement, avant de charger dans la direction supposée des tirs. Je soupirais, cramponnée à ma branche. J'étais... Surprise, à tout le moins. Pariédmé n'avait pas d'arc ou d'arbalète, loin de là. Alors, qui venait de me sauver la vie ? Je me posais toujours ces questions quand je parvins à voir des Elfes Sylvains, et la Minotaure s'approcher de moi. Cette dernière m'appela, me disant que ces Elfes étaient nos alliés. Je haussais un sourcil, avant de prudemment descendre de l'arbre. Je parvins au sol et soupirais de soulagement, à présent que le danger était éloigné. J'observais le Capitaine de cette compagnie, une femme elle aussi, mais fort différente de celle qui nous avait capturé, mais cela ne m'empêchait pas de rester sur mes gardes. Je ressemblais bien assez à une Drow de sang pur pour être prise pour l'une des leurs. Et cela se ressentait, puisque bien des arcs se tendirent, flèches encochées en direction de ma poitrine. Même avec mes réflexes, je ne pourrais pas les esquiver, et je risquerais bien d'être transformée en pelote d'épingles avant même de toucher le sol, malgré ma cotte de maille.

Je mis mes mains en évidence, désarmée. Mon arbalète et ma rapière pendaient à mon flanc. Je pus voir que celle qui dirigeait ce groupe plissait des yeux et avait serré les mâchoires. La tension était à son comble. Je pus sentir une goutte de sueur froide couler depuis mes tempes jusqu'à l'angle de ma mâchoire. Un frisson remonta le long de ma colonne vertébrale, et je déglutis assez péniblement. C'était vraiment... Débile que d'avoir échappé à la mort aussi souvent et de finir ainsi, dans une foutue forêt, tuée par des gardes Sylvains parce qu'ils me prennent pour ce que je ne suis qu'à moitié.

"Tu ne nous avais pas dit que ton amie était une Drow..."

L'Elfe s'était adressée à Pariédmé, d'une voix... Glaciale, à tout le moins.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Ven 6 Jan 2017 - 13:24


Morathi descendit de l’arbre pour venir à notre rencontre. La pauvre, elle avait bien plus reçu de coup que moi. Elle était dans un plus piteux état qu’avant. J’aurais bien voulu l’enlacer, heureuse de la retrouver, mais je préférais m’abstenir de toute familiarité pour le moment. Mais alors que la pauvre Drow eut posé le pied au sol, les elfes la menacèrent de leurs flèches. Arc bandait, ils étaient nerveux, se tenant prêt à percer de toute part la guerrière noire. Cette dernière se contenta de lever les mains en l’air, comprenant comme moi qu’il lui serait impossible de se défendre, sans y laisser la vie. La chef du groupe s’exclama sur un ton réprobateur.

Chef - Tu ne nous avais pas dit que ton amie était une Drow...

Je me mis à bredouiller, ne sachant quoi dire, me sentant un peu perdu. Je mangeais la moitié des mots jusqu’à, de façon qui me surprit moi-même, ce que je laisse explose ma colère. À mon tour, je me mis à hausser le ton, levant ma voix plus haute que celle de la chef elfe. Je m’interposais entre la drow et les archers et me mis à leur cracher à la figure toute ma frustration, gardant un minimum de dignité tout de même.

Pariédmé – J’en ai plus qu’assez de toute cette histoire ! Il y en a marre de vos querelles d’elfe ! Oui c’est une drow et alors ? Je n’allais pas vous racontez tous les détails de ma vie ! Vous m’avez promis de ne pas faire de mal à mon amie et je n’ose croire que les elfes puissent rompre leur parole comme de vulgaires menteurs. Je vous rappelle que c’est l’autre matriarche elfe votre ennemi et cette chose ! Nous, nous avons fui ces fous, Morathi les as affrontés et donc, elle vous a aider. Et si vous décider tout de même, de revenir sur votre parole, alors vous devrez vous trouver un autre druide pour vous aider. A condition qu’il vous fasse confiance, malgré toute cette histoire.

Les elfes nous laissèrent un moment, discutant entre eux. Pour moi il n’y avait pas à discuter. C’était soit le marché tenait, soit ils se débrouillaient et j’étais persuader que cette chose ne tarderait pas à faire bien plus de dégâts encore. J’attendais donc, les bras croisés qu’ils se décident enfin. Les elfes. Ils avaient causé du tort à ma famille, mais je ne les retenais tous pur responsable. Je savais faire la part des choses, pas comme eux. Qu’on ne me dise pas qu’une minotaure druidesse était plus évolué et sage qu’un elfe se croyant au-dessus de tout le monde.

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Mer 11 Jan 2017 - 11:45

La Minotaure bredouilla, quelque peu déboussolée par la question de la Sylvaine. Il y avait de quoi, j’imagine. Je tenais à l’œil les flèches des archers. Ces derniers faisaient osciller leurs mires entre la Minotaure et moi. Enfin, ils avaient tendance à me viser plus longtemps que Pariédmé. Logique : après tout, à leurs yeux, j’étais l’esclavagiste, l’envahisseur qui effectuait des raids dans les forêts. Je sursautais : la Minotaure s’était interposée entre moi et les archers, et laissait éclater à présent sa colère. Elle s’en prit au Capitaine, l’accusant de briser sa parole et rappelant que l’autre matriarche était son ennemie, pas moi. Il semblait qu’elle avait accepté d’apporter son aide aux Sylvains, pour affronter l’autre matriarche. Une histoire d’influence, ou de politique, au sein de la forêt, entre deux capitaines ? Et bien… Sacrée histoire… Et je m’attendais à ce que nous soyons transformées en pelote d’épingles, sous un tir nourri. Mais rien.

Ils s’éloignèrent afin de tenir un conciliabule. Je m’assis au sol, dans un cliquètement métallique, avant de pousser un soupir de soulagement. Je frottais mes yeux fatigués et grimaçait, tandis que le cuir rugueux de mes paumes agressaient mes paupières. Quelle nuit, mais quelle nuit ! Je supposais que la Soleil percerait le ciel de ses premiers rayons dans moins de deux heures. Et j’avais à peine dormi… Quelle galère, mais dans quelle galère étais-je ? Je luttais contre le sommeil et la fatigue, en attendant le verdict des Elfes.

Ces derniers revinrent et leur matriarche avait la tête de quelqu’un ayant avalé un hanap de vinaigre. Tout en restant assise, je me redressais légèrement, prête à entendre la sentence. Je remarquais que les autres Elfes avaient rengainé leurs armes. Il y avait donc encore de l’espoir…

"Bien… Nous acceptons que la... Drow reste et te prête main-forte en cas de besoin. Mais qu’elle quitte la forêt dès que cette affaire est achevée."

J’avais senti le fiel dans sa voix, quand elle avait prononcé le nom de ma supposée race. C’était si acide, si venimeux que je m’étonnais de ne pas voir des crocs de serpent prendre la place de ses canines. Enfin, je réagis :

"Et bien… Merci à vous…"

Epuisée, vaincue par la fatigue, je m’effondrais au sol, endormie.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Pariédmé le Ven 13 Jan 2017 - 10:44

À ma plus grande joie, les elfes acceptèrent d’épargner Morathi. Ils en avaient mis du temps à prendre une décision aussi simple. Ils avaient promis, c’était promis, pas besoin de tergiverser sur des détails stupides. Je fus bien contente qu’ils puissent se montrer aussi raisonnable, et non-tribale comme nous venions de voir avant. Nous nous attendions à déjà repartir, mais la drow s’écroula au sol. Toutes ces activités physiques l’avaient exténué et je devais l’avouer, moi aussi. La voyant s’effondrer, je ressentais aussi des douleurs dans mes membres et une grosse fatigue me frappa, comme un énorme sac de pierre sur mon dos qui me poussait à m’allonger par terre. La chef du groupe s’approcha de la drow, le visage grave.

Chef – On ne peut pas perdre de temps ! La chose va nous semer.
Pariédmé – Je ne pense pas. Elle semble davantage servir dans cette partie de la forêt. Et puis, qu’adviendra-t-il de nous si nous attaquions ce monstre, fatiguer ? Ma magie guérie les blessures, mais pas l’épuisement.

La chef regarda un instant ses hommes, enfin ses elfes. Eux tous affichèrent une mine d’outre-tombe. Mais firent tout pour le cacher, se tenant droit, montrant qu’ils voulaient encore en découdre avec l’abomination. La fierté des elfes… Elle causera leur perte, c’étaient certain. Comme des orcs, ils voulaient se battre, oubliant le raffinement d’un corps bien soigné avec tous ses biens faits. Mais ils devaient se battre contre ce monstre depuis bien trop longtemps et ils devaient en avoir assez. Leur patience fut mise à l’épreuve. Leur chef annonça donc que tout le monde devait se reposer, et que deux gardes devaient surveiller la drow. Aucun ne protesta, tous préparèrent un camp, et s’assirent.

Pendant la pause, je mettais installer à côté de leur chef pour parler. Elle était assise, jambes croisées, les yeux braquer sur le foyer. Ses cheveux châtains furent recouverts de feuilles mortes et ses traits semblaient être le fruit d’une longue vie de combat. Ils n’étaient pas aussi fin et gracieux comme le chantaient bardes et aventuriers. Je désirais en profiter pour en savoir un peu plus sur l’animosité qui animait son peuple envers celui des drows.

Pariédmé – Encore merci d’avoir accepté mon offre.
Chef – Je n’avais pas le choix.
Pariédmé – La première chose que j’avais appris sur les elfes, ce furent leur code d’honneur, le fait qu’ils tiennent parole. Je savais donc que je pouvais vous faire confiance.

Elle ne disait rien.

Pariédmé – Pourquoi existe-t-il une telle rivalité entre vous et les elfes noirs ?

Chef – Parce que ce sont des chiens ! De la vermine !
Pariédmé – Je vous en prie, je suis étrangère à tout cela et je suis consterner en voyant un tel conflit.
Chef – Les drows… Sont des monstres. Ils vivent reclus dans leur royaume. Ce sont des esclavagistes. Pires que les humains. Ils n’ont aucun lien avec la nature, ils sont perfides aussi.

Je commençais à voir un peu le pourquoi. Mais la chef était tellement rempli de haine envers ce peuple, qu’elle partait dans des désignations peu glorieuses. Il mettait difficile de savoir si cela était juste ou non. Dans le village elfe, leur chef aussi voyait en morathi une esclavagiste et que j’étais sa captive. Ce peuple devait donc être vraiment dans le trafic d’être vivant. J’avais réussi à défendre l’elfe noir jusque-là, mais je devais l’avouer, j’ignorais si elle était également une esclavagiste. M’abuserait-elle pour m’avoir à son service ?

•————————————•
Communion avec la nature:

Pariédmé
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Morathi le Ven 20 Jan 2017 - 17:41

Je dormis longuement, plongée dans des séries de rêves entremêlés et sans aucun rapport les uns avec les autres. S’ils avaient toutefois une quelconque signification, il m’aurait été difficile de discerner un sens à l’un d’entre eux, étant donné l’amas confus que j’en retirais à mon réveil. Quand j’ouvris les yeux, je me rendis compte que nous n’avions pas bougé de notre emplacement précédent, et que les Sylvains avaient monté un bivouac de fortune. Je frottais mes yeux ensommeillés et plissais les paupières, pour m’habituer à la clarté du jour. Mon corps n’était que courbatures et je pensais que j’allais me briser à chaque pas que je faisais, tant j’étais percluse de douleurs.

Une Sylvain me tendit une gourde d’eau, m’enjoignant d’en boire autant que faire se peut. Ce que je fis, et je constatais avec plaisir, une trentaine de minutes plus tard, que la majorité de mes courbatures avaient disparu. Etait-ce dû à l’eau bue, ou au temps passé, je n’en n’avais aucune idée. Je ne comprenais guère quel était mon rôle dans cette histoire, mais je supposais qu’il impliquait de me battre, et je pris donc le temps d’aiguiser ma rapière et de vérifier mon arbalète. Je n’avais pratiquement plus de carreau, et il me faudrait donc prendre garde, lors des prochaines escarmouches. Quant à ma rapière, je m’appliquais à la rendre aussi aiguisée que possible, capable de percer même les écailles les plus résistantes du Voranite, ou quel que soit son nom. Ensuite, je l’enduisis de poussière de charbon, afin de l’empêcher de luire dans la pénombre en accrochant une quelconque source de lumière. Ce qui me serait utile, si le combat avait lieu de nuit.

Pendant le reste du temps, en attendant que l’on fasse quelque chose, je remarquais que Pariédmé semblait m’éviter du regard, ne m’adressant guère la parole et fuyant ma compagnie. Cela m’étonna, tandis qu’elle semblait suspicieuse à mon égard. Je finis par m’y faire, tandis que le jour avançait. Les ombres s’allongeaient sur le sol, pendant que les Elfes semblaient établir une quelconque stratégie pour l’escarmouche prochaine. Je m'étirais, me préparant au combat.

•————————————•

La vérité derrière le masque

Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un refuge naturel

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum