Pariédmé [Minotaure / Druide]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pariédmé [Minotaure / Druide]

Message  Athyl le Sam 4 Juin 2016 - 19:05

Nom de votre personnage : Pariédmé

Age de votre personnage : 24 ans

Race : Minotaure

Classe : Druide

Arme : Aucune

Armure : Aucune

Capacité spéciale : Aucun

Compétence raciale : Combat à mains nues

Sorts ou compétences de votre personnage :

- Magie de la Nature :
- Racines paralysante : Des racines sortent du sol et s’agrippent aux jambes et aux bras. (3 fois maxi par combat, dure 2 posts)
- Plante gardienne : Le druide fait pousser une plante de taille humaine qui défend le druide avec ses branches et lianes solides. (3 fois maxi par combat, dure 2 posts)
- Fléau vert : Le druide lance une nuée de spores de couleur verte qui empoisonne la cible si respirée, ayant pour effet un affaiblissement non mortel accompagné de démangeaisons irritantes comme si la victime était tombée dans les orties. (5 fois maxi par combat)
- Magie du soin :
- En touchant une personne blessée, une lueur verte sort de la main du druide et fait cicatriser la blessure. (3 fois maxi par combat, ne peut pas soigner de fracture avant le grade Expert)
- Magie de la transformation :
- Bronte
- Empathie avec les animaux
- Magie de l'invocation :
- Drufac

Physique :

Pariédmé à une longue chevelure brune qui lui descend jusqu’au dos. Son pelage est marron de la tête au torse et devint blanc de la taille jusqu’aux sabots. Sa musculature n’est pas aussi imposante que celle d’un minotaure mâle ou femelle, mais elle peut surprendre pour beaucoup. Elle à de petites cornes faisant penser à celle d’une chèvre.

Psychologie :

Pariédmé est de nature timide, distante qui semble aimait s’isoler. En réalité, c’est tout le contraire. La jolie minotaure n’aime pas se sentir seule, elle est rassurée quand quelqu’un est avec elle, sinon elle devint sombre et triste. Elle ne parle pas beaucoup, à cause de sa timidité, aussi à cause du fait de vivre souvent dans les forêts. Elle a donc beaucoup de mal à s’intégrer socialement et d’interagir. Heureusement pour elle, son ami invocable lui tient compagnie et la distrait en jouant ensemble ou l’aidant dans ses activités de druide. Elle aime venir en aide aux autres, les soigner, les guider et tenir si possible compagnie. Beaucoup peuvent la trouver une peu naïve, nunuche, mais sa compassion et sa gentillesse la rendent très agréable, même si son apparence imposante peut faire peur.

Compétences secondaires de votre personnage :

- Orientation naturelle
- Connaissance de la flore
- Connaissance de la faune

Histoire de votre personnage :

Au sud du continent d’Orcande, notre tribu vivait non loin des montagnes dominantes. Nous vivions surtout dans la grande plaine, un endroit idéal pour s’installer et avoir accès à l’eau, la nourriture dans la forêt d’elgar’a et des montagnes. Bien sûr, cette forêt était le refuge des elfes sylvains, mais nous avions toujours réussi à nous entendre et trouver un terrain d’accord. En gros, nous ne nous approchions pas de leurs lieux de vie et n’allant pas trop loin dans cette forêt. Notre famille était de bon vivant, mangeant la viande avidement et organisant tous les jours des combats amicaux pour distraire notre petit groupe. Tout le monde, même les femelles aimaient participer ou organiser ces rencontres. Des coups, du sang, des rires, de l’adrénaline… Tout ce qu’il fallait pour plaire, sauf à moi. Je regardais de loin, mais sans réel enthousiasme.

Je rendais souvent visite à mon grand-père le druide. Il fallait l’avouer, tout le monde l’appelé grand-père à cause de sa sagesse, de ce qu’il enseignait et surtout de son grand âge, il avait soixante-cinq ans, il était bien conservé pour son âge. Il était aussi celui qui guérissait chaque minotaure à la fin de tous les combats. Sa fonction était donc des plus utile et respecter. Je lui rendais visite et j’écoutais tout ce qu’il m’enseignait, l’histoire des minotaures, nos légendes, les secrets de la nature, je préférais cela à la bagarre. Mais voilà, comme il était très âgé, la peur parmi les miens grandissait de le voir disparaitre. Sans lui, c’était comme voir un pilier s’effondrer et menaçait de détruire tout le clan. Alors notre chef convoqua une réunion avec notre druide et son conseiller. J’ai eu écho par la suite de ce qui avait été dit. Ils voulaient savoir qui pourrait remplacer notre druide, mais tous les membres du clan étaient très lancés sur l’art du combat et n’avaient pas de bases pour se lancer dans le druidisme. Ce fut alors que grand-père parla de moi. J’avais appris déjà beaucoup de choses auprès de lui, j’avais ces fameuses bases et donc, me former en tant que druide serait plus facile et rapide. Personne ne trouvait à redire et furent d’accord, rassurer de la relève.

Pendant les années qui ont suivi, j’ai beaucoup travaillais sur la magie de la nature et ses secrets. J’appris l’art de la guérison, certains sorts liés à la nature même, ainsi qu’à la transformation qui pouvait se révéler utile. La petite minotaurette timide de la famille devint de plus en plus respecter par les siens au point d’être déjà vue comme une vraie druidesse. Ma position me plaisait beaucoup et j’aimais me sentir utile, apporter quelque chose aux miens. Durant ma formation, j’appris aussi l’art de l’invocation. Grand-père voulu me faire invoquer un Harate, mais après tant d’effort et d’énergie, ce fut un Drufac, bien joueur comparé à ces congèneres, mais ayant un véritable caractère de cochon, qui apparus. J’appris à bien le connaître et il devint mon meilleur ami. Je l’avais même donné un nom, Bébe.

La suite fut moins heureuse. Grand-père était très vieux, il était faible et perdait de plus en plus l’esprit. Et ce qui n’arrangea pas les choses, ce fut l’arrivé d’un hiver très dur. Jamais de ma vie, je n’avais connu un tel froid. Nous allions donc nous abriter comme à chaque fois dans la forêt d’elgar’a, là où les elfes sylvains nous ont accepter. Mais ceux que nous croisions voulurent nous chasser. Ils nous traitaient de tous les noms et nous ont chasser à coup de divers projectiles. Nous partîmes donc, errant dans la neige et le froid. Nous avons réussi à rejoindre les montagnes dominantes, nous allions bien mal. Grâce au ciel, nous avions trouvé une grotte où nous abriter. Grelottant, nous avons eus beaucoup de mal à faire un feu. Par la suite, ce fut le sommeil pour tous. Ce qui se passa à mon réveil, fut terrible. En me levant, les miens avaient tous disparue, même grand-père n’était plus là. Aucune trace, même le foyer avait disparu, sans laisser la moindre cendre derrière elle. Affolais, je partis explorer la grotte pour retrouver leur trace, mais rien. Je suis donc resté à entendre dans la grotte avec Bébe pendant plusieurs jours, avant de décider de partir explorer le monde, dans l’espoir de retrouver ma famille.
avatar
Athyl
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum