L'honorable aventurier et le subterfuge

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'honorable aventurier et le subterfuge

Message  Tyover le Lun 16 Mai 2016 - 0:21

Il allait sans dire qu'ils avaient ce point commun tous les deux, Kylian et sa sœur ne laissaient jamais le temps à son interlocuteur de répondre pour passer à l'action. Elle s'empressa de se préparer à attaquer le château armé d'une dague ainsi que d'une arbalète. Elle se dirigeait maintenant vers le mur qui donnait accès au chemin de ronde, apparemment bien gardé, des lumières brillaient tout du long de la muraille. Je me re-concentrais sur Julith qui ... qui avait disparu. Elle avait beau paraître un peu nunuche, elle était tout de même sacrément douée pour se cacher et se faufiler n'importe où. Elle était aussi complètement fêlée ! La voilà qu'elle escaladait la paroi du mur, elle était presque arrivée en haut. Plus ça allait et plus je commençais à avoir peur d'elle, je n'étais vraiment pas rassuré d'avoir une femme aussi doué qu'elle à mes côtés, elle était entièrement imprévisible.

Un garde se rapprochait de sa position, bien qu'elle soit dissimulée, il était dangereux de rester dans une position d'impuissance comme celle-ci. Elle ne bougea plus pendant un instant, puis elle lança sa dague sur le garde. Celui-ci se mit à tourner dans tous les sens, cherchant son agresseur. Il n'eu pas le temps de le voir, Julith se précipita sur lui et se retrouva derrière lui pour lui asséner un coup de pied dans le dos. Le garde s'écrasa au sol, au pied du mur, la tête fendue en deux contre un rocher. Je me retins de vomir à la vue de cette scène peu ragoûtante. Je repris mes esprits en apercevant du coin de l'œil une lueur s'agiter au bout de la muraille. Julith avait éliminé tout les gardes positionné sur le chemin de ronde de la muraille. Elle voulait que je la rejoigne, mais comment voulait-elle que je monte en haut?

Il fallait que je réfléchisse à un moyen de monter là-haut sans difficulté. Je croyais apercevoir au bout de la muraille une corde, celle-ci montait jusqu'à une sorte de petite tour d'angle. Le bout de la corde était reliée à une sorte de grosse dalle de pierre au moins trois fois plus grosse que moi. L'autres bout était attachée à un petit arceau fixé au pied de la muraille. L'endroit était dissimulé derrière la broussaille, sûrement pour que ce ne soit pas vu par l'ennemi en cas d'attaque de la forteresse. Je me souviens avoir entendu parler de ça chez Yaly. Pendant la guerre, c'était le seul moyen de se ravitailler en vivre. Un garde descendait chercher de quoi nourrir les soldats en ce faisant passer pour un paysan, puis il attachait les caisses de nourriture au bout du fil à la place de l'arceau. Sous le poids de la dalle, la caisse remontait jusqu'en haut puisqu'elle était plus légère.

Hm ... cela me paraissait une bonne idée, peut fatiguante et très rapide. Je prenais un bout de la corde et l'enroulais autour de mon poing, puis je tranchai net la corde qui était reliée à l'arceau. En effet, c'était très rapide, même trop rapide. Je me retrouvais propulsé dans les airs en direction de la tour. J'avais omis un détail, le trou dans la tour pour faire rentrer les vivres n'était pas bien large, juste de quoi rentrer une caisse. J'étais peut-être suffisamment maigre pour passer, mais à cette vitesse, si je me loupais, cela me serait fatal et je ne le sentirais pas passer. Le trou se rapprochait de plus en plus vite, j'eu juste le temps de pousser légèrement sur mes pattes arrières pour me replacer dans l'axe du trou et d'un coup, je me retrouvais à l'intérieur de la tour. Je lâchais la corde rapidement, de peur qu'elle m'entraîne jusqu'au plafond. Je me frottais vivement la main, la force et la vitesse à laquelle j'avais été propulsé en hauteur me m'avait brûlé. Je regardais autour de moi un petit peu sonné, je n'avais pas encore repris entièrement mes esprits. Deux gardes me regardaient sans voix, ahuri sans doute par mon entré fracassante.

Tyover - Heu ... Bonjour, heu ... je suis désolé pour le monte-charge, je crois que je l'ai cassé. Promis je vous en rachèterais un autre. Je leur souriais d'un air des plus naturel.

Les deux gardes ne bougeaient pas, toujours stupéfaits de voir un tigrain apparaître sous leurs yeux comme par magie. Je profitais justement du fait qu'ils soient encore sous le choc pour les attaquer. Je me jetais sur le premier en lui assenant un coup de pied violent sur le thorax, le projetant contre le mur et, tout en me retournant progressivement, je piochais dans mon fourreau derrière mon dos et lançai ma dague sur le garde. Celle-ci vint se planter au niveau de sa pomme d'Adam. A cette distance, il n'y avait aucune chance que je loupe ma cible. Une fois le travail terminé, je me dirigeais vers la porte et la poussais tout en douceur pour me retrouver nez-à-nez avec Julith qui s'apprêtait à rentrer.

Tyover - Je ne t'ai pas trop fait attendre? Je lui souriais la main derrière la tête, l'air un peu bêta.

Tyover
Bon
Bon


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'honorable aventurier et le subterfuge

Message  Julith Kragan le Dim 22 Mai 2016 - 23:50

J'avais tout vu, mais quel idiot il à casser quelque chose de précieux pour nous, dès qu'il arrive devant moi je le secoue en lui disant qu'il est un vrai crétin et qu'il doit réfléchir avant d'agir. Puis je le regarde et je lui dit que je plaisantais, je lui dit aussi que je préfère le voir vivant et une machine cassé que le voir mort. Je lui sourit et fait le repérage des lieux, la porte qui mène au donjon souterrain avec les prisons -que Kylian veut retirer les grilles et mettre des sac de couchage- était gardé par deux hommes, trois au sol faisait des rondes. Je le sent tellement que ça vas être dur.

Julith : Bon écoute moi Tyover, je vais faire diversion pendant que toi tu vas tuer les deux gardes de la porte d'accord ? Et, ce que je vais faire, tu ne dis rien à mon frère, il vas me tuer si il apprend ce que je vais faire. Je te fait confiance.

N'attendant pas sa réponse je bondit de la muraille et atterrit avec agilité sur de la paille, je me lève et me frotte, les trois garde se réunisse pour faire un rapport tandis que les deux autres regarde sur les coté et devant, j'attendais que les trois se rassemble et une fois ceci fait je m'avance vers eux d'un pas gracieux et sensuelle, je me baissait devant eux en les demandant de venir, ne pouvant pas résisté à une invitation d'une femme, ils marchent vers moi. J'étais très étonné car aucun des trois ne se demandait comme je suis arrivée ici, bah, ce sera tellement plaisant de les tuer quand Tyover s'occupera des deux.
Quand au trois gardes, je les caresse leurs torses et les embrassaient. J'espère que le tigrain prendra pas tout son temps parce qu'ils puent l'alcool, si le tigrain pense que je prend du plaisir à faire ça, il peut aller se faire voir. Je déteste ça mais il y avait que ça à faire vu l'urgence de la situation.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'honorable aventurier et le subterfuge

Message  Tyover le Lun 30 Mai 2016 - 21:53

Julith me secoua dans tous les sens en me voyant. Elle n'avait pas l'air d'apprécier mes méthodes, ou alors elle avait eu peur que je périsse écrasé contre le mur, en même temps, j'ai moi-même envisagé de me retrouver aplati avec la vitesse. Plus je m'enfonçais dans cette aventure avec Julith, plus je m'apercevais que Kylian et elle n'étaient pas frère et sœur pour rien. Tout comme lui, elle était sèche et direct, elle ne laissait pas le temps de répondre, il n'y avait pas la place pour tergiverser inutilement.

Elle me fit signe de la suivre jusqu'au bord du muret, nous étions toujours à couvert, les gardes au rez-de-chaussée ne devaient pas se douter que leurs camarades censés faire la ronde le long de la muraille avaient péril, et de manière peu banal je dirais même. J'avais les yeux rivé sur un petit coffre que l'on pouvait apercevoir dans la tour. C'était simple, tout ce qui brille, je le repère à des lieux d'ici. La dorure du coffre scintillait à la lumière des torches chacune de chaque côté de la fenêtre ou se trouvait le trésor.

Je me re-concentrais, Julith était en train de me parler, mais je n'avais pas suivi entièrement ce qu'elle venait de m'expliquer. J'ai compris qu'elle ne voulait pas que j'en parle à son frère, sinon il en mourrait. Oui ce n'était vraiment pas clair, mais quand y a quelques choses qui brillent dans les environs, je ne peu pas m'empêcher de regarder ailleurs. Je me retournais à nouveau pour lui faire face, mais la seule chose qui me faisait face était le vide lui-même, elle s'était une fois de plus volatilisé. Elle avait un don pour disparaître comme ça. En fait, ce n'était tout sauf un don pour quiconque l'accompagnai, pour la suivre, bas il faut s'accrocher! Mais qu'est-ce que je dois faire? Je ne sais plus, je n'ai pas écouté! Quelque chose me dit que cela va me retomber dessus.

Bon, bon. Garder son sang froid et respirer un grand coup, je vais devoir me débrouiller tout seul si j'ai bien compris. J'avançais lentement de peur d'être surpris par un garde, même si je ne craignais rien sur le chemin de ronde. Je me laissais guider vers le coffre. Je constatais que la seule option possible pour l'atteindre était de descendre par la grande porte, un étage en-dessous. Je m’approchais du bord du muret, prêt à sauter sur les deux gardes. C'est à ce moment que je vis Julith en train d'enlacer généreusement les trois jeunes hommes qui devait faire la ronde au rez-de-chaussée. Je ne bougeais plus, la regardant d'un air ahuri. Elle pouvait passer de la fille nunuche, à l'envoûteuse d'homme en passant par l'assassine au couteau en un rien de temps. Je ne savais pas si cela était prévu ou si j' m'étais égaré quelque part.

Les gardes juste en-dessous de moi commençais à se déplacer. Il fallait que je leur règle leur compte ici et maintenant. Je comptai jusqu'à trois puis sautai dans le vide. Je restais suspendu dans le ciel pendant quelques secondes avant d'atterrir sur les deux gardes qui me servirent à amortir ma chute. Je m'empressai par la même occasion de tirer les deux pauvres bonshommes dans la paille, de façon à ce que personne ne puisse savoir ce qui s'est passé ici. La grande porte comportait une vieille serrure plus ou moins rouillé. Il fallait maintenant que je cherche un moyen d'entrer.

•————————————•
Quand un voleur vous embrasse, comptez vos dents


Rp N°1 : La poule mouillée
Rp N°2 : AE
avatar
Tyover
Bon
Bon

Race : Tigrain Guépard
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'honorable aventurier et le subterfuge

Message  Julith Kragan le Ven 24 Juin 2016 - 10:59

Pfiou j'ai eu peur pendant une seconde, heureusement qu'il tue aussi bien qu'il vole. Je rougissait à le voir parce que j'étais gêner, je viens de faire quelque chose que j'ai longuement eu honte dans mon passé. Mais bref, on doit sauver Ginette, pour mon frère. Je rentre dans la porte du donjon et je vois un homme qui est devant une cheminée à dormir, je fais signe à Tyover de ne pas faire de bruit, j'avance doucement sans faire de bruit et je passe sans me faire repérer, j'entend des pleures et des coups de fouet. Les salauds ! Il font du mal à Ginette !

Énerver et en rage je me lève et prend ma dague et poignarde la gorge de celui qui dort, du sang gicle sur mes habit et mon visage, je regardais Tyover d'un regard noir.

Julith : changement de plan, tu vas tuer tout le monde avec moi

Je pris ma dague et je courais direction les cellules du donjon.

•————————————•
Fiche de personnage

"Connais ton ennemi pour le tuer plus facilement, mais soit furtif ou la lame te briseras"

Couleur texte Julith:

Code:
[color=#33cc33]Texte de Julith[/color]

avatar
Julith Kragan
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'honorable aventurier et le subterfuge

Message  Tyover le Ven 1 Juil 2016 - 1:42

Visiblement, il n’y avait pas besoin de clé. Un bon coup de pied et la serrure céda sans problème. Nous entrâmes dans le donjon discrètement, sur la pointe des pieds, évitant ainsi toute mauvaise rencontre. Il était préférable que l’on se fasse discret et que nous les chassions en virant à grand coup de pied le chef de leur groupe, histoire de comprendre une bonne fois pour toute qui était le maître de ces lieux. Julith me fit signe d’une main de ne faire aucun bruit et me montra ensuite un garde assoupi auprès de la cheminée. Nous allions passer sans le réveiller, moins il y aurait de mort, mieux je me porterai, enfin je disais ça, mais elle en avait zigouillé un paquet avant d’arriver là et moi de même.

Des bruits vinrent briser le silence du donjon pour résonner et rebondir sur les parois du couloir. Des cris, des pleurs, des supplications. Ils étaient en train de torturer la petite ? Bien que je n’aie aucune affection envers les petits marmots dans son genre, je ne comprenais vraiment pas pourquoi l’on pouvait s’en prendre ainsi à de pauvres enfants ! Je me tournais lentement vers Julith pour lui dire de garder son calme, mais la haine s’était emparée d’elle. Elle égorgea d’un coup sec le garde endormi, sans broncher puis elle se tourna vers moi :

Julith - Changement de plan, tu vas tuer tout le monde avec moi

Une fois de plus, elle ne me laissa même pas le temps de lui dire quoi que ce soit. Elle s’en alla vers le fond du couloir, certainement là où se trouvait les cachots. Nous étions au rez-de-chaussée, à mon humble avis, si nous voulions voir le leader de ces bandits, nous devrions nous diriger vers le sommet de la tour, trois étages plus hauts. Mais nous devions d’abord récupérer la gamine, de préférence sans éliminer qui que ce soit, nous pouvions tout simplement les ligoter, rien ne nous obligeais à les tuer. Kylian était quand même bien plus calme et posé que sa sœur, il avait emprunté la voie de la sagesse alors que sa sœur avait pris celle de la fougue.

Nous continuâmes jusqu’aux cellules du donjon. Il y avait en effet un garde, un fouet à la main, qui battait la petiote qui était attachée au mur par deux grandes chaînes, dos à nous. Le garde n’était pas seul, il y avait trois sentinelles en hauteur et deux autres gardes un peu plus loin. Je retins Julith comme je pus et la plaquai contre le mur derrière une colonne. Il fallait d’abord qu’elle se calme sinon elle courait à sa perte. Je plongeais mon regard dans le sien, la cramponnant par les épaules.

Tyover – Ecoute-moi bien ! Si tu continus à agir seulement sur un coup de tête, il risque de t’arriver malheur ! Tu entends comme moi les cris de la petiote, la fille hurla une fois de plus, mon visage se crispa un instant en l’entendent, mais ce n’est pas une raison d’agir ainsi. Je suis peut-être mal placé pour dire ça, mais si tu veux que tout le monde, c’est-à-dire la gamine, toi et moi, reste en vie, il va falloir que tu reprennes tes esprit, ok ? Nous irons ensuite rendre une petite visite au leader de ce groupe de naz et lui expliquer bien comme il faut la raison de notre venu. Es-tu d’accord ?

A la regarder ainsi, je devinais que la rage la submergeait, mais je sentais tout de même qu’elle avait conscience du danger. Je n’avais plus qu’à espérer qu’elle reprenne le dessus sur son côté obscur. Nous avancerons bien plus prudemment comme ça.

•————————————•
Quand un voleur vous embrasse, comptez vos dents


Rp N°1 : La poule mouillée
Rp N°2 : AE
avatar
Tyover
Bon
Bon

Race : Tigrain Guépard
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'honorable aventurier et le subterfuge

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum