Le Secours des Guerriers

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Poledra le Dim 10 Avr 2016 - 23:03

Les villageois reculèrent devant les menaces de la "jeune" femme, tandis qu'Astorok et Sualgo prenaient position auprès d'elle. Harne Torn revint à eux en vociférant qu'il ne s'agissait pas là de la dernière fois que la Guilde entendrait parler de lui. Poledra marmonna quelque chose dans sa barbe inexistante à propos de l'ascendance de l'ancien militaire et d'une supposée consanguinité qui devait durer depuis une dizaine de générations... Les villageois repartirent vaquer à leurs occupations, sous les injonctions du gardien du pont. Avec prudence, deux d'entre eux soulevèrent leur camarade frappé par le sort de la Guerrière et le transportèrent plus loin. Le jeune Chevalier expliqua au trio qu'il devait partir à présent : Harne Torn lui avait donné de précieux indices concernant son histoire familiale et il souhaitait les vérifier. Les adieux ne furent guère larmoyants, sans pour autant tomber dans une débauche de virilité mal placée. Poledra remonta sur sa monture et se rendit compte... Qu'elle était la seule à en posséder une, ce qui signifiait que la limace géante allait devoir monter en selle près d'elle, pour ne pas avoir à courir le risque de ralentir tout le monde.

"Tu n’as pas de monture, c’est ça ? Qui plus est, te laisser nous suivre à sole nous ralentirait considérablement, je suppose ?"

La « Dryade » parvint à mettre un sourire amusé sur son visage, et répondit :

"Je n'ai pas pris de monture, en effet ; pour ce qui est de ma lenteur, c'est à vous de vous faire votre avis sur le sujet."

Poledra fit la moue et haussa des épaules, avant de tendre la main en direction de Sualgo.

"Allez, tu monteras en croupe. Je sens que je vais passer un agréable moment à nettoyer mes vêtements et mon cheval…"

"Non pas que je ne sois pas habitué à ce genre de réflexions, mais je ne sais pas si je dois vous trouver aimable. Vous m'expliquerez sans doute un jour ce que j'ai de si sale pour vous dégoûter ainsi."

"Le mucus."

"Alors soyez rassurée : tant que je suis sous cette forme, mon mucus est moins épais, bien que tout aussi tenace. Dans moins d'une heure cependant, vous serez bien obligée de supporter mon vrai corps, et vous m'expliquerez ce que mon mucus a de sale et de dégoûtant."

Son « vrai corps » ? Poledra avait oublié qu’il n’était capable de se transformer que durant un temps limité… Elle soupira et le laissa monter en croupe. Au premier abord, la sensation n’était pas agréable, et elle espéra que sa propre chaleur corporelle lui permettrait de supporter ce semi-liquide qui lui couvrait le dos. Son cheval renâclait et elle le réconforta de son mieux, avant de se tourner vers Astorok :

"Nous allons reprendre notre route… En espérant que le changement de forme de Sualgo ne se produise pas spontanément. Bellephoron est déjà mal à l’aise quand il est ainsi, alors avec une… « Limace » géante sur le dos, j’aurais du mal à le maîtriser."

Elle claqua de la langue, incitant son cheval à avancer sur le pont de bois. Ce dernier le traversa lentement, avant de s'engager dans le petit village. Les villageois évitaient de les regarder et pressaient le pas, tandis que le trio traversait ce qui était la "rue principale" du petit hameau.

Poledra
Champion
Champion


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Astorok Cornes de Fer le Lun 11 Avr 2016 - 14:51

La bagarre n’alla pas plus loin, bien dommage. J’aurais voulu régler le compte encore à un ou deux paysans mal élevés. Mais bon, tout à une fin il faut croire. Les paysans partirent donc reprendre leurs travaux, trop poltrons pour oser d’affronter des guerriers accomplis. Ils étaient vraiment stupides. En tout cas, ce n’était pas perdu pour tout le monde. Kylian venait d’avoir des informations de je ne sais plus quoi et dont, il devait partir. Notre petit groupe perdait donc un guerrier. Il était bizarre et je ne savais pas trop quoi penser de lui, mais il allait sûrement me manquer un peu. Je lui dis un au revoir avec un gros coup dans le dos pour lui souhaiter bonne chance pour la suite.

Par contre, la suite semblerait plus compliquer, car nous nous retrouvions avec plus qu’un cheval. Sualgo devra donc s’asseoir avec Poledra. Mais, cette dernière semblait un peu réticente. Pendant leur discussion, on sentait très bien qu’elle n’était pas réjouie de chevaucher avec la dryade derrière elle. Poledra avait peur de se salir avec le mucus. Il était apparemment dérangeant pour les humains de se salir. Pour nous minotaures, on vivait presque dans un état proche de la nature, on se bagarre, on voyage beaucoup… La poussière et toutes autre saleté était monnaie courante pour nous, et on passait à l’eau quand nous étions très crasseux. Cela me fit un peu de mal pour Sualgo et cela me rappela que j’avais employé des termes peu flatteurs aussi devant lui. Mais j’avais une bonne raison et je voulais expliquer.

On traversa le village sans encombre, les villageois étaient calme, mais nous regardaient en nous balançant des éclairs. « Pétochards ! » Ce hameau était moins joli et moins bien arranger que notre camp. Pitoyable. Alors que nous avancions, je me lançais dans mes excuses et mes explications à l’intention de la dryade :

Astorok - Je voudrais m’excuser pour « la grosse limace ». J’avais bien noté tes remarques quand tu parlais du racisme des gens ici. Et vue comment il nous avait traité ce gros porc, je me doutais qu’il ne te considérât pas à ta hauteur. Je voulais lui faire mal en touchant son égaux en disant que tu avais plus d’importance que lui, ce qui était vrai. En tout cas, pardonne-moi.


Je ne voulais pas qu’il parte sur une fausse idée me concernant. Je n’avais rien avoir avec ces vermines. J’avais de l’honneur, bien plus qu’eux. Et si je devais devenir membre de la guilde de ce royaume, alors j’aurais vraiment du travail pour leur montrer la vraie image des minotaures et redresser ces crétins.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Sualgo le Jeu 14 Avr 2016 - 21:47

Pendant que Torn se faisait emmener aux soins par deux villageois, et que l'attroupement se dispersait, Poledra posa un regard perplexe sur Sualgo, réalisant vite à son tour que la Dryade se retrouvait comme Astorok : sans monture. Seulement, aux yeux de l'Humaine, c'était ennuyant pour un homme-limace, pas pour un Minotaure.

POLEDRA – Tu n'as pas de monture, c'est ça ? Qui plus est, te laisser nous suivre à sole nous ralentirait considérablement, je suppose ?

Les suivre « à sole » ? Se moquait-elle de lui ? Cette allusion à sa sole de reptation de limace alors qu'il était toujours transformé en bipède, marchant sur deux pieds sans sole adhérente, relevait là du dédain. Sualgo aurait pu se demander ce qu'il avait fait pour que Poledra le méprise ainsi, mais par habitude il le savait déjà : il ne lui suffisait que d'être ce qu'il était. Il était une Dryade, mais les gens ne le voyaient que comme un homme-limace répugnant et le traitaient avec le même mépris et le même dégoût qu'envers un Gupile, car aux yeux des gens, Sualgo n'était rien d'autre qu'un Gupile. Sa forme secondaire ne changeait pas le regard que Poledra lui portait. Cela lui permettait simplement de monter à cheval pour ne pas la ralentir ; et encore, le simple fait de pouvoir marcher devait être suffisant. Pas pour Poledra. Sualgo resta diplomate, ne montrant pas son exaspération :

SUALGO – Je n'ai pas pris de monture, en effet ; pour ce qui est de ma lenteur, c'est à vous de vous faire votre avis sur le sujet.

Sualgo n'estimait pas être si lent que cela – objectivement, sous sa vraie forme, il l'était réellement comme n'importe quel Gupile, mais pas sous sa forme secondaire. Il ne voulut pas s'imposer dans ce groupe qu'il venait de rejoindre. Si Poledra et Astorok préféraient le voir à cheval pour avancer aussi vite que le Minotaure pouvait marcher, il s'y résoudrait. Poledra lui tendit la main :

POLEDRA – Allez, tu monteras en croupe. Je sens que je vais passer un agréable moment à nettoyer mes vêtements et mon cheval...

L'on y était encore : une limace, c'est répugnant. Mais pourquoi ? Sualgo se le demandait toujours. Il savait que les gens trouvaient les Gupiles répugnants, mais pas pourquoi. Par ailleurs, le lui signifier de cette manière était insultant. Sualgo n'était plus à cela près, et ne se vexa pas, mais il se permit tout de même de corriger Poledra :

SUALGO – Non pas que je ne sois pas habitué à ce genre de réflexions, mais je ne sais pas si je dois vous trouver aimable. Vous m'expliquerez sans doute un jour ce que j'ai de si sale pour vous dégoûter ainsi.

Tout était dit. Poledra lui proposait de monter en croupe, tout en l'injuriant au passage. Fallait-il donc trouver son geste aimable ? Poledra oubliait que le Code de la Guilde des Guerriers dictait que tous les Guerriers se devaient mutuellement le respect. Si elle trouvait sa réflexion respectueuse, cela posait de profondes questions sur son éducation.

POLEDRA – Le mucus.

Evidemment, c'est probablement la chose qui dégoûte le plus les gens chez les limaces et les Gupiles, sans être la seule. Sualgo avait treize ans, mais en treize ans, personne n'avait encore réussi à faire comprendre à la Dryade-Gupile en quoi son mucus était dégoûtant. Il avait par exemple remarqué que le caractère collant de son mucus était un facteur de dégoût, mais là encore, il ne savait pas pourquoi. Certes, le mucus d'un Gupile était excessivement collant et gluant, mais la réflexion de Poledra était d'autant plus étonnante que sous sa forme secondaire, le mucus de Sualgo l'était sensiblement moins.

Quoi qu'il en soit, cette discussion ne faisait que confirmer la première impression de Sualgo : Poledra était quelqu'un des plus antipathiques. La Dryade n'avait cependant pas caractère à s'emporter facilement. Elle répondit donc toujours avec diplomatie :

SUALGO – Alors soyez rassurée : tant que je suis sous cette forme, mon mucus est moins épais, bien que tout aussi tenace. Dans moins d'une heure cependant, vous serez bien obligée de supporter mon vrai corps, et vous m'expliquerez ce que mon mucus a de sale et de dégoûtant.

Sualgo voulait vraiment que Poledra lui explique à son tour, même s'il se doutait bien qu'il ne réussirait pas mieux à comprendre avec elle qu'avec toutes les autres personnes ayant déjà essayé de lui expliquer cela ces treize dernières années depuis qu'il était né.

L'homme-limace monta donc agilement derrière Poledra, qui s'adressa à Astorok :

POLEDRA – Nous allons reprendre notre route... en espérant que le changement de forme de Sualgo ne se produise pas spontanément. Bellephoron est déjà mal à l'aise quand il est ainsi, alors avec une... “limace” géante sur le dos, j'aurais du mal à le maîtriser.

Bah tiens, vas-y Poledra, continue, traite-le de limace géante, on ne fait plus gaffe, on n'est plus à ça près...
Un peu plus tôt, en s'adressant à Harne Torn, Astorok avait lui aussi traité Sualgo de « grosse limace ». Sualgo avait du respect pour les limaces mais les gens aimaient transformer ce nom d'animal en insulte. Logique, puisqu'ils le méprisaient.

Poledra fit avancer son cheval, et une fois le trio sorti du village, Astorok vint justement s'entretenir auprès de Sualgo au sujet de cette insulte :

ASTOROK – Je voudrais m'excuser pour « la grosse limace ». J'avais bien noté tes remarques quand tu parlais du racisme des gens ici. Et vu comment il nous avait traité ce gros porc, je me doutais qu'il ne te considérait pas à ta hauteur. Je voulais lui faire mal en touchant son ego en disant que tu avais plus d'importance que lui, ce qui était vrai. En tout cas, pardonne-moi.

Le puissant et fier Minotaure qui présentait ses excuses. C'était à la fois touchant et estimable. Car oui, Astorok ne cessait de monter dans l'estime de Sualgo alors qu'il le connaissait à peine. C'est sûr, ce n'est pas Poledra qui s'excuserait de la sorte. Astorok avait non seulement montré être un combattant de valeur, mais il montrait aussi avoir un meilleur sens de la camaraderie que Poledra, alors que cette dernière était une Guerrière et qu'Astorok n'était qu'un aspirant. C'était aussi un Minotaure malin, car Sualgo comprit son intention : il n'avait traité Sualgo de « grosse limace » que pour mieux insulter Harne Torn, sachant que ce dernier l'avait pris pour un esclave.
Sualgo sourit à Astorok :

SUALGO – Vous êtes tout pardonné.

Sualgo vouvoyait encore Astorok, par formalité, bien que ce dernier l'eût tutoyé à l'instant. Cela risquait de vite évoluer : il sentait qu'il allait bien s'entendre avec l'homme-taureau.

Poledra faisait avancer son cheval au pas, Astorok marchant à côté. Une cinquantaine de minutes après le départ du village de résidence de Torn, Sualgo sentit une crispation familière dans tous le corps. Aussitôt, d'une voix étranglée, il signala à Poledra :

SUALGO – Halte !...

Sans trop attendre l'arrêt du cheval, Sualgo descendit à terre. De son entrejambe jusqu'à ses pieds, ses jambes se joignirent et se mélangèrent, et son corps entier évolua pour reprendre sa vraie forme, celle d'un Gupile dégoulinant de mucus épais et très collant, et vêtu de son surcot vert et de ses gants.

SUALGO – Bien, maintenant, vous savez combien de temps je peux tenir sous ma forme secondaire. Il va me falloir un peu plus de temps encore avant d'être de nouveau capable d'une métamorphose.

•————————————•
Fiche de personnage

Sualgo
Expert
Expert

Race : Dryade d'Eau
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Poledra le Lun 18 Avr 2016 - 13:16

Sualgo semblait avoir mal prit les réflexions de Poledra, mais qu'y pouvait-elle ? Malgré l'éducation qu'elle avait reçu, aussi complète soit-elle, et malgré sa véritable nature, il restait en elle un un vieux reste de dégoût face aux animaux considérés comme "repoussants" par les êtres humains en général, et les femmes en particuliers. Et il fallait l'avouer, l'apparence générale de Sualgo ne l'aidait pas beaucoup... Ce fut à peu-près à ce moment-là qu'Astorok présenta ses excuses au Gupile. C'était... Gênant, pour la "jeune" femme. Elle ravala sa fierté et se tourna vers Sualgo :

"Je te prie de m'excuser, si mes mots t'ont offensé."

Détournant le regard, elle se concentra sur la route, quand bien même cela ne requérait pas une immense concentration.
Les paysages de la campagne tacomane étaient souvent les mêmes, malgré les signes de vie humaine caractérisés par les villages et les hameaux que l'on pouvait voir au loin, se détachant de la lande plate et morne. Autant dire que le voyage était... Monotone. D'ordinaire, Poledra sortirait un livre de sa sacoche et le lirait tandis que Bellephoron suivrait la route jusqu'à l'étape suivante, mais comme elle était partie en mission pour escorter des marchands, ce qui faisait qu'elle avait de la conversation durant le voyage, mais elle n'avait rien prévu pour égayer le retour. De plus, elle voyait mal ce qu'elle pourrait dire à Sualgo, ou à Astorok... Quoiqu'elle pourrait le renseigner sur les épreuves d'entrées dans la Guilde des Guerriers. Elle se demandait comment cela se déroulait à Telbara ? Était-ce la même chose ? On affronte un membre haut-gradé dans la Guilde, avant d'aller en mission avec lui ?
Avant même qu'elle puisse aborder le sujet, Sualgo les prévint qu'il allait de nouveau changer de forme. Le trio s'arrêta et il descendit de sa monture, avant de reprendre sa véritable forme de Gupile. Il prévint ensuite qu'il fallait encore un peu de temps, avant qu'il ne reprenne sa forme bipède. Poledra descendit de cheval à son tour.

"Autant en profiter pour nous restaurer. Il va falloir essayer de couvrir un maximum de distance cet après-midi."

Fouillant sa besace, elle en sortit un peu de nourriture, qu'elle partagea avec le Minotaure et Sualgo. Alors qu'elle mâchonnait un quignon de pain, elle se tourna vers Astorok :

"Au fait, si tu veux tout savoir sur l'entrée dans la Guilde... Il te faudra affronter quelqu'un d'un rang élevé, une sorte de maître d'armes, qui testera tes capacités martiales. Ensuite, tu devras accomplir une mission pour la Guilde, sous la surveillance d'un Guerrier, qui fera un rapport à la fin. Est-ce ainsi que ça se passe à Telbara, Sualgo ?"

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés

Poledra
Champion
Champion

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Astorok Cornes de Fer le Lun 18 Avr 2016 - 14:52

Sualgo me pardonna volontiers. Il était un vrai guerrier suivant un code, cela se voyait, il n’était pas un simple mercenaire qui pour un rien aller donner des coups et ne serait remplis que de haine. En réalité, il me faisait un peu penser à moi. J’espérais que lui et moi deviendrons de grand compagnon d’armes. Et avec Poledra, nous serrions surement le meilleur des trios dont rien ne pourrait résister. La guerrière présenta à son tour des excuses. Elle faisait preuve d’une grande force en allant au-delà de son ressentit en se souciant du bien être de ses compagnons. Que je l’aimais bien elle aussi, je savais qu’elle était quelqu’un de bien, en fait, je sentais aussi en elle une âme de chef. Si nous devions partir au combat ou en mission avec elle à notre tête, se serait un honneur de lui obéir. Alors que nous avions parcouru une petite distance, de combien je n’en savais rien, Sualgo nous prévient en criant « Halte ! ». Sous nos yeux, ses jambes se collèrent l’une à l’autre pour reformer une queue comme celle d’un gupile.

SUALGO – Bien, maintenant, vous savez combien de temps je peux tenir sous ma forme secondaire. Il va me falloir un peu plus de temps encore avant d'être de nouveau capable d'une métamorphose.


En effet, cela risquait de poser problème pour la poursuite de notre voyage. J’étais curieux de savoir qu’elle idée pouvait avoir Poledra, car moi, à part porter Sualgo sur mon dos, je n’en avais aucune.

POLEDRA - Autant en profiter pour nous restaurer. Il va falloir essayer de couvrir un maximum de distance cet après-midi.


Si ça, ce n’était pas se comporter comme un chef. Elle savait s’adapter à la situation pour le bien de nous tous et nous permis de manger en plus. Nous nous installons donc par terre et la guerrière partagea avec le reste du groupe ses vivres. Sans hésiter, je dévorais un morceau de viande salée. Un morceau de porc si je ne me trompe pas. La viande était le vrai aliment des guerriers. Erkour lui-même mangeait des tonnes de viande par jour et cela l’avait beaucoup aidé dans ses exploits dans le continent. Si je voulais lui arrivé au même niveau, j’avais beaucoup à rattraper. Sans oublier les entrainements bien entendu. Pendant que nous mangions, Poledra nous parla d’un sujet qui nous passionnait à nous trois :

POLEDRA - Au fait, si tu veux tout savoir sur l'entrée dans la Guilde... Il te faudra affronter quelqu'un d'un rang élevé, une sorte de maître d'armes, qui testera tes capacités martiales. Ensuite, tu devras accomplir une mission pour la Guilde, sous la surveillance d'un Guerrier, qui fera un rapport à la fin. Est-ce ainsi que ça se passe à Telbara, Sualgo ?

J’étais content d’apprendre ça. Il était vrai que je ne m’étais pas renseigner sur le comment intégrer la guilde. Je m’attendais sur une épreuve de force, mais je pensais le découvrir le moment venu. Ce que disait Poledra me réjouissait. Je fis entrechoquer avec force la paume de ma main avec mon poing pour exprimer ma joie et ma force.

ASTOROK – HA ! Je suis content de l’apprendre ! Je serais prouvé de quoi je suis capable au maître d’armes. Impatient d’y être déjà.

Je tournais par la suite ma tête vers Sualgo pour l’entendre parler de la guilde à Telbara. Faisaient-ils pareils aussi ? Sans doute, ils ne devaient prendre que les meilleurs eux aussi.

•————————————•
L'honneur du guerrier:

Astorok Cornes de Fer
Expert
Expert

Race : Minotaure
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Sualgo le Dim 24 Avr 2016 - 10:56

Sualgo s'attendit encore à une autre réflexion désobligeante de Poledra. Et encore, cette dernière avait elle aussi présenté ses excuses, après Astorok. Sualgo en avait été surpris. Peut-être qu'elle s'était sentie bête en entendant Astorok s'excuser. Sualgo avait accepté les excuses de Poledra, mais il en faudrait plus pour lui donner une autre image de la Guerrière de Tacomnal. Depuis le début, elle avait montré trop de dédain envers Sualgo, négligeant le Code de la Guilde des Guerriers. Heureusement pour elle que Sualgo ne se vexait que très difficilement.

Alors, comment allait-elle se comporter maintenant ? La Dryade-Gupile allait ralentir le groupe : Poledra allait-elle le lui reprocher, ou faire une autre réflexion désobligeante ? Sualgo la regarda avec un peu d'appréhension. La femme descendit de son cheval et dit calmement :

POLEDRA – Autant en profiter pour nous restaurer. Il va falloir essayer de couvrir un maximum de distance cet après-midi.

C'était finalement la meilleure réaction qu'elle avait pu avoir. Au lieu de se plaindre et d'injurier encore Sualgo, elle s'adaptait. Astorok accueillit la suggestion avec enthousiasme. Le Minotaure avait de l'appétit. Poledra et lui s'assirent parmi quelques rochers. Sualgo se plaça près d'eux. Poledra sortit quelques vivres qu'elle partagea avec ses deux compagnons. Si Astorok n'eut pas beaucoup de pitié pour un morceau de viande salée, Sualgo refusa poliment d'un geste de la main.

SUALGO – Je n'ai pas besoin de manger. Ni de dormir, par ailleurs.

Poledra et Astorok mangèrent. La Guerrière de Tacomnal engagea une conversation en expliquant à Astorok comment son entrée à la Guilde des Guerriers allait être examinée : il aurait d'abord à livrer un duel contre un maître d'arme qui jugerait de son potentiel martial, puis effectuer une mission sous l'observation d'un tuteur.

ASTOROK – Ha ! Je suis content de l'apprendre ! Je saurai prouver de quoi je suis capable au maître d'arme. Impatient d'y être déjà.

Poledra demanda à Sualgo si les étapes de recrutement étaient les mêmes à la Guilde des Guerriers de Telbara.

SUALGO – Sûrement. Je ne suis pas passé par ces étapes, mon intégration s'est faite différemment.

Il n'en dit pas plus pour le moment, même s'il se doutait bien qu'Astorok ou Poledra allait se montrer curieux. Son intégration à la Guilde des Guerriers de Telbara était liée à un très mauvais souvenir. Il essaya de changer de sujet :

SUALGO – Alors, Poledra, sauriez-vous m'expliquer ce que mon mucus a de dégoûtant ?

•————————————•
Fiche de personnage

Sualgo
Expert
Expert

Race : Dryade d'Eau
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Poledra le Lun 25 Avr 2016 - 20:47

Poledra fut surprise d'apprendre que l'intégration de Sualgo s'était faite de façon différente. Puis, elle se ressaisit : étant donné son physique, il était fort probable qu'une des étapes avaient été modifiées pour qu'il puisse satisfaire aux conditions d'entrée sans être trop... Gêné par sa condition. Alors qu'elle se désaltérait à l'aide de sa gourde, la Dryade-Gupile lui demanda ce que son mucus avait de... Repoussant.
Elle prit le temps de déglutir, avant de répondre :

"Et bien... Il faut l'avouer, cela n'a pas un aspect très ragoûtant... Et son contact est, malheureusement, peu agréable..."

Elle se leva et fit quelques pas, alors qu'elle cherchait ses mots. La "jeune" femme se passa la main dans le cou et le massa, avant de se retourner vers ses deux compagnons de route :

"Non pas que nous autres, Humains, n'ayons pas nos petits défauts. Surtout nous autres, femmes. A certaines périodes du mois."

"Et moi, entre autre, quand je prends ma forme d'Argilite..." pensa-t-elle en son for intérieur.
Enfin, cela était sujet à caution : uniquement quand il pleuvait, ou bien quand elle restait immobile trop longtemps. Quant à ces fameuses "périodes du mois", elle s'était rendue compte qu'elle ne les ressentait plus. Elle savait qu'à compter d'un certain âge, cela cessait, mais elle ignorait si, dans son cas, c'était dû à son âge, ou bien au coup d'épée qu'elle avait reçu lors de l'attaque. Elle n'osait consulter d'apothicaires, et encore moins les médecins de la Guilde des Guerriers, de crainte de devoir en avouer plus qu'elle ne le souhaitait sur ce qu'elle était en réalité.
Poledra se rassit, quelque peu gênée. Elle se racla la gorge, et poursuivit son explication :

"La grande majorité des Humains est habituée à penser que tout ce qui est un tant soit peu visqueux est... Sale, je dirais. D'où ma réaction. De plus, les Gupiles sont connues pour coller extrêmement bien et, je l'avoue, cela me gênait d'avoir à porter des vêtements "sales". Ou humides, si je parvenais à les nettoyer : je n'ai emporté qu'eux pour ce voyage, et je crains qu'il nous soit difficile de nous arrêter dans une auberge où je pourrais les faire nettoyer et sécher en une nuit..."

Oui, la pudeur entrait aussi en jeu. Même si elle était minime et secondaire... Après tout, Dryades et Minotaures n'avaient pas la même notion de pudeur que les Humains, mais cela n'empêchait pas Poledra de conserver un vieux vernis d'éducation à ce sujet...

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés

Poledra
Champion
Champion

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Astorok Cornes de Fer le Mer 27 Avr 2016 - 10:13

Pendant notre repas, j’appris qu’à Telbara l’intégration à la guilde était un peu différente par rapport aux deux autres capitales. Mais Sualgo ne voulut nous en dire d’avantage. Bizarre, je trouvais cela. Par contre, il posa une curieuse question, il voulait savoir en quoi son mucus était dégoutant pour Poledra. Voilà une question qui mit mal à l’aise la mage-guerrière. Elle prit un peu son temps avant de répondre. Elle cherchait ses mots, quelque chose de pas évident à expliquer. Le fait de trouver tel chose repoussante ou non était naturel pour certain, l’expliquer serait comme demander pourquoi et comment on respire l’air. Par contre, Poledra se perdit dans ses paroles, car elle mentionna de défauts, surtout chez les femelles humaines. Je ne voyais pas trop où elle voulait en venir, ni de quoi elle parlait réellement. J’étais perdu sur ce point-là.

Elle se rassit pour poursuivre après une courte pause. Là, elle s’exprima mieux, pour moi en tout cas, sur le sujet. Les humains pensent en général que tout ce qui est visqueux ou sale est mauvais. Sale ? Pour un minotaure, ce mot était assez barbare. On ne se lavait que quand nous étions bien recouverts de poussière, de terre et j’en passe. Quand ce n’était qu’un peu, on ne disait rien, mais passé une certaine limite, on devait se jeter à l’eau. On n’était pas des orcs tout de même. Après pour le côté collant, il était vrai que cela pouvait gêner. Se retrouver coller à quelque chose où quelqu’un pouvait gêner dans beaucoup de choses comme dans nos mouvements, nos déplacements, et même dans n’importe aspect banal du quotidien. Par exemple, vous avez quelque chose de gros coller à vos fesses, vous ne pouviez plus vous asseoir. Je pouvais bien comprendre ce que voulait dire Poledra.

Je savais aussi que les humains étaient plus sensibles par rapports aux autres races aux maladies. Ils devaient donc faire attention à tout et nettoyer le plus souvent. Cela ne devait pas être évident pour le combat de devoir faire attention à ne pas attraper quelque chose. Imaginez, on survit à un combat et on meurt d’une maladie, car on ne s’est pas lavé ses vêtements. La vie d’humain ne devait pas être facile. Après ses explications, un léger silence suivit. Je finissais de mettre mes idées en place avant de placer mon idée :

Astorok – En fait… C’est comme pour toutes les races. Certaines supportent des choses et d’autres non. Leur corps ne peut accepter des choses, car c’est mauvais pour eux. Là, les humains n’aiment pas les choses sales. Les dryades aussi ne doivent aimer certaines choses… Comme par exemple, ceux en bois ou d’eau ne doivent pas aimer le feu non ?

•————————————•
L'honneur du guerrier:

Astorok Cornes de Fer
Expert
Expert

Race : Minotaure
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Sualgo le Mer 27 Avr 2016 - 10:45

Poledra commença par répondre une banalité, déjà entendue plusieurs fois par Sualgo : l'aspect de son mucus était peu ragoûtant, et son contact désagréable. Elle ne faisait qu'énoncer le point de départ, mais ne répondait pas à la question qui était : “pourquoi ?”. C'est comme si on lui demandait « Pourquoi les limaces sont dégoûtantes ? » et qu'elle répondait « Parce qu'elles le sont. ». Sualgo n'était pas bien avancé. De toute façon, il ne s'attendait pas à l'être aujourd'hui. Depuis le temps qu'il se posait la question de ce qui dégoûtait les gens chez lui, il s'était un peu fait une raison : il ne comprendrait jamais. Ca ne l'empêchait pas de retenter sa chance par moments, comme maintenant avec Poledra.

La femme se leva et fit quelques pas en cherchant ses mots, peut-être pour développer son point de vue. Elle reconnut que les Humains eux-mêmes avaient quelques défauts, et fit notamment allusion à un défaut chez les femmes à certaines périodes du mois. Sualgo ne vit pas du tout de quoi elle parlait, car il ne connaissait rien du sujet auquel Poledra faisait allusion. Il se demanda, à juste titre, si elle n'était pas en train de dériver un peu. Heureusement, elle revint bien vite au cœur du sujet abordé par Sualgo.

POLEDRA – La grande majorité des Humains est habituée à penser que tout ce qui est un tant soit peu visqueux est... sale, je dirais.

Oui, là encore, elle n'énonçait que le fait visible, pas son explication. Quel était le rapport entre “visqueux” et “sale” ? Sualgo se prenait la tête à ce sujet parce que ça le concernait directement, et pas qu'un peu. Il voulait comprendre l'attitude des gens à son égard. Mission impossible.

POLEDRA – D'où ma réaction. De plus, les Gupiles sont connus pour coller extrêmement bien...

Ca, c'était bien vrai et objectif. Cependant, Sualgo n'aimait pas que les gens voient cela comme un défaut des Gupiles. Pourtant, dans les faits, Sualgo devait bien reconnaître que cela lui occasionnait facilement de gros désagréments voire des situations humiliantes ; mais il était trop fier pour cela, toute Dryade qu'il était.

POLEDRA – ... et, je l'avoue, cela me gênait d'avoir à porter des vêtements “sales”, ou humides si je parvenais à les nettoyer : je n'ai emporté qu'eux pour ce voyage, et je crains qu'il nous soit difficile de nous arrêter dans une auberge où je pourrais les faire nettoyer et sécher en une nuit...

Sualgo essaya de réfléchir à la réponse de Poledra, mais non, rien à faire, il n'avait rien appris de plus et ne comprenait donc pas mieux ce que son mucus avait de répugnant. Astorok coupa le silence en ajoutant :

ASTOROK – En fait... c'est comme pour toutes les races. Certaines supportent des choses et d'autres non. Leur corps ne peut accepter des choses, car c'est mauvais pour eux. Là, les Humains n'aiment pas les choses sales. Les Dryades aussi ne doivent aimer certaines choses... comme par exemple, ceux en bois ou d'eau ne doivent pas aimer le feu, non ?

Certes, mais c'était bien différent. Là, Astorok ne parlait pas de sentiment de répulsion.

SUALGO – Je crains la sècheresse et les Dryades des Bois craignent en effet le feu, mais c'est un tout autre problème : ce n'est pas quelque chose qui nous dégoûte, c'est quelque chose de nocif. Ce n'est pas de l'ordre du sentiment, mais de la survie.

Bon, au moins, Poledra avait pris son temps pour essayer de lui répondre. Sualgo n'allait pas insister.

SUALGO – Merci en tout cas d'avoir essayé de me répondre, même si je ne comprends toujours pas, comme je m'y attendais. Je n'ai jamais compris en treize ans, alors vous n'y êtes pour rien. Je ne vois simplement pas le lien entre le fait de coller et le fait d'être répugnant. Ce n'est pas bien grave.

Enfin, il ajouta par fierté :

SUALGO – Par ailleurs, je mets au défi quiconque de me montrer en quoi pour nous, les Gupiles, ce puisse être un défaut de coller, comme vous dites.

•————————————•
Fiche de personnage

Sualgo
Expert
Expert

Race : Dryade d'Eau
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Poledra le Sam 30 Avr 2016 - 19:58

Astorok ajouta son grain de sel dans la conversation, arguant que cela devait être le cas dans de nombreuses races : certaines appréciaient des choses qui en rebutaient d'autres. Il ajouta que cela devait être le cas des Dryades, qui avaient des affinités avec certains éléments et supportaient pas les éléments "opposés". Sualgo acquiesça, mais il ne s'agissait pas de quelque chose qui les dégoutait, mais plutôt quelque chose de nocif pour eux. Il remercia toutefois Poledra pour avoir au moins prit le temps de s'expliquer. Cette dernière hocha la tête et alla fouiller les fontes de sa monture, avant d'en sortir sa carte. D'après ses estimations, le trio se trouvait à une vingtaine de kilomètres d'Olderve. Il était inutile d'espérer y parvenir avant la tombée de la nuit. Elle se tourna vers le Gupile : était-il enfin prêt ?
Elle l'espérait. Le voyage allait être particulièrement long, puisqu'Astorok ne possédait pas une endurance infinie, ils auraient à se reposer de temps à autre pour lui permettre de reprendre son souffle. Mais avec Sualgo en prime, ils allaient littéralement rallonger la durée du voyage d'au moins une semaine... C'était légèrement frustrant, en fait.

Non pas qu'elle souhaitait à tout prix rejoindre la Guilde pour que le Minotaure passe le test, mais elle souhaitait revenir à la Guilde pour se reposer un peu, et surtout revenir à ses études sur la création de golems. De plus, depuis son arrivée dans la Guilde, on l'avait habitué à une vie plus active que celle qu'elle avait mené jusque-là.
Un voyage calme, elle appréciait, certes, mais pour autant, elle préférait qu'il se déroule rapidement : après tout, ce n'était pas incompatible, si ? La "jeune" femme rangea la carte, avant de soupirer. Elle se tourna vers Sualgo et Astorok :

"Êtes-vous prêts à reprendre la route ? J'escompte qu'on puisse avancer un peu, au moins jusqu'à une étape, quitte à dormir dans la paille des écuries."

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés

Poledra
Champion
Champion

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Astorok Cornes de Fer le Dim 1 Mai 2016 - 16:57

Poledra - Êtes-vous prêts à reprendre la route ? J'escompte qu'on puisse avancer un peu, au moins jusqu'à une étape, quitte à dormir dans la paille des écuries.

Dormir dans de la paille ne me dérangeait pas du tout. Je pourrais dormir n’importe où s’il le fallait. Et il était vrai qu’il fallait avancer. La ville n’allait pas se déplacer jusqu’à nous, c’était à nous de bouger, sinon on ne serait que des guerriers pathétiques. Je me levai donc de ma place et commencer à avancer. J’avais encore assez de force en moi pour tenir plusieurs heures avant d’être épuisé. Et j’aurais aimé rencontrer sur notre route, un défi assez rapidement, des ennemis redoutables à occire, des gens à sauver… Mais pas une bande de gueux squelettique.

J’espérais que Sualgo puisse arriver à nous suivre. Poledra avait son destrier, moi j’avais la force du taureau, quant à la dryade, elle était un peu pénalisé par son côté gupile. Il faudra peut-être attendre encore un peu avant qu’il ne puisse avoir à nouveau ses deux jambes. Mais je me demandais comment il devait se battre. Il devait développer une technique pour compenser sa lenteur et retourner les combats à son avantage. Peut-être est-ce lié à son mucus même. À mon avis, on devra attendre au moins jusqu’à l’arrivée dans la guilde pour le savoir.

•————————————•
L'honneur du guerrier:

Astorok Cornes de Fer
Expert
Expert

Race : Minotaure
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Sualgo le Dim 1 Mai 2016 - 17:42

Ni Poledra ni Astorok ne répondit à son défi. Sualgo en tira la conclusion que tous deux s'étaient laissés convaincre que le caractère excessivement collant de son mucus ne présentait aucun invoncénient ni handicap pour un Gupile comme lui. La vérité était sans doute toute autre, mais cela faisait plaisir à Sualgo de croire cela. Un jour, peut-être, Poledra se pencherait sur son cas, l'examinerait de près, ou le défierait au combat, et lui montrerait qu'elle pouvait en tirer parti pour le mettre en difficulté. Ou peut-être que ce serait Astorok, dans le cadre d'un combat amical que Sualgo rêvait de pouvoir échanger contre lui.
En tout cas, avec sa phrase défiante, Sualgo eut le dernier mot.

POLEDRA – Etes-vous prêts à reprendre la route ? J'escompte qu'on puisse avancer un peu, au moins jusqu'à une étape, quitte à dormir dans la paille des écuries.

Elle parlait pour Astarok et elle ; Sualgo n'avait pas plus besoin de dormir que n'importe quelle Dryade, et puis, même s'il en avait besoin, il ne le ferait certainement pas dans de la paille ! Histoire d'en avoir de collée partout sur le corps ! Non merci ! Rien que ramper sur de la paille était pénible pour l'homme-limace...

Quoi qu'il en soit, le trio reprit effectivement la route. Le Minotaure marchait à bon rythme, capable de suivre les pas du cheval de Poledra. Cependant, la Dryade-Gupile ralentissait le petit groupe. Poledra et Astorok durent adapter leur vitesse de déplacement. Encore que l'homme-limace pouvait ramper à la même vitesse qu'un Humain marchant d'un pas tranquille et ainsi parcourir trois kilomètres en une heure. Une pure limace ne pouvait qu'en rêver et même la plupart des Gupiles étaient plus lents que cela.

Le voyage suivit donc son cours, et, régulièrement, le rythme put s'accélérer un peu grâce aux métalorphoses de Sualgo. Pendant environ deux heures à chaque fois, sa morphologie bipède lui permit de monter derrière Poledra, sur le cheval. Sualgo n'était pas encore capable de passer plus de temps sous sa forme secondaire que sous sa vraie forme, pendant les voyages, mais c'était toujours ça de pris.

De vallées en fermes, de villages en écuries, le trio progressa sans autre péripéties pendant onze jours. Les portes de Tacomnal se présentaient enfin devant eux...

•————————————•
Fiche de personnage

Sualgo
Expert
Expert

Race : Dryade d'Eau
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Poledra le Mer 4 Mai 2016 - 16:35

Le trio reprit sa route, et le chemin menant à Tacomnal. Ils progressaient lentement, à raison d'environ trois kilomètres par heure, selon les estimations de Poledra, qui avait fini par prendre son mal en patience. Ils parvenaient, quelquefois, à dormir dans des auberges de voyages mais souvent à la condition qu'Astorok dorme dans les écuries. Sualgo, lui, attendait le duo un peu plus loin, généralement près d'un arbre : n'ayant pas besoin de dormir ou de manger, il ne voyait aucun intérêt à accompagner Poledra et Astorok dans les auberges. De plus, l'autre raison pour laquelle il ne les suivait pas était qu'il savait à l'avance quelle serait la réaction de l'aubergiste en voyant débarquer un Gupile dans son établissement.

Finalement, ils parvinrent aux portes de Tacomnal. L'entrée dans la ville ne se fit pas sans passer par les gardes, qui leurs posèrent quelques soucis, mais moins que les aubergistes : ils avaient l'habitude de voir un Séladien membre de la Guilde, alors une Dryade, une fois qu'on leur eu expliqué ce qu'étai Sualgo... Même si c'était assez étrange, que de voir cette "limace géante sur deux pattes" installée sur la croupe d'un cheval. La nouvelle de leur arrivée les précéda et ce fut Lectone qui les accueillit, avec d'autres membres de la Guilde. Poledra descendit de sa monture et se jeta dans les bras de son ami, le serrant contre elle et le soulevant par la même occasion, un large sourire sur les lèvres. Ce dernier, plutôt surpris, lui tapota le dos avec douceur, en attendant qu'elle le repose au sol. Les autres membres délaissèrent le couple pour se diriger vers Sualgo et Astorok, afin de leur poser quelques questions :

"Guilde de Telbara ? C'est un sacré chemin que t'as fais là... Surtout à sole... Et toi ? Pourquoi es-tu là ?"

Pendant ce temps, Poledra et Lectone discutaient de leurs futurs projets :

"Je vais faire mon rapport aux Lieutenants, puis, je compte dormir durant le reste de l'après-midi."

"Je te comprends bien. Nous pourrions aller à cette taverne, à côté du temple de Sercanth ce soir, si cela t'intéresse ?"

"Pourquoi pas ?"

Un des lieutenant sortit de la Guilde pour observer l'attroupement. Il s'agissait de Sussian. Il embrassa la scène du regard et se tourna vers Poledra.

"Bonjour, Pol'. Je vois que ton voyage s'est bien déroulé. Quel est ton rapport ?"

"Escorte des marchands jusqu'à la frontière, où ils ont été pris en charge par des membres du Clan Markor. Aucun problème rencontré en route, si ce ne sont deux voleurs de grands-chemins, rapidement mis en déroute. En revenant, je suis passée par la Langue du Diable, où j'ai fais la rencontre d'Astorok et de Sualgo. Sualgo, la Dryade-Gupile, est membre de la Guilde, mais à Telbara. Astorok, lui, souhaite passer les épreuves. Permission d'aller m'affaler dans mon lit, Lieutenant ?"

Le Lieutenant hocha la tête et se dirigea vers les deux hybrides, tandis que Poledra entrait dans la Guilde et se dirigeait vers sa chambre, afin d'y trouver son lit. A peine allongée, elle plongea dans un profond sommeil, tandis que la tension des dernières semaines s'écartait petit à petit.

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés

Poledra
Champion
Champion

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Astorok Cornes de Fer le Lun 9 Mai 2016 - 14:17

La suite de notre route fut des plus tranquilles. Pour une terre connue pour ses tensions raciales et son envie de massacrer le royaume d’Estandre, nous ne connûmes de véritables problèmes. Ceux du pont n’étaient qu’un contre temps comme si nous devions repousser des insectes. Nous dormions la nuit, soit à la belle étoile ou à une auberge, dans ces cas-là, j’étais avec les chevaux. Puis le jour, nous marchions sans rien de palpitant à en dire. Jusqu’au jour où enfin, nous arrivions à Tacoman. Il en était sûr, c’était autre chose qu’un camp de minotaure ou un village humain que nous croisions. C‘était beaucoup plus grand, plus d’habitants, le tout protéger par un mur de fortification en pierre qui en faisait tout le tour, surmonter de tours de surveillance.

La grande porte principale était bien gardée, et ceux en charge de sa protection furent bien curieux de nous voir. Une cité essentiellement humaine ne voyant que peu les autres races, hormis leurs esclaves. Poledra dut leur parler pour expliquer notre situation. Ces hommes ne furent pas très difficiles, ils nous laissaient passer après les explications de Poledra. Mais les gens que nous voyons nous jeter des regards noir, de mépris ou comme s’ils voyaient des animaux exotique. Peut-être pour les humains, une telle ville doit être belle, mais pas pour moi. Les bâtiments ressemblaient à des tours, avec des murs en pierre et en lambris, surmontaient d’un toit en ardoise. Elles semblaient difforment, parfois un peu pencher, recouvrant les étroites rues en dédale de Tacoman. Même la rue principale n’était pas très large, les gens se passaient presque les uns sur les autres, serrés entre eux. Et l’odeur, beurk, un mélange de tout et n’importe quoi, de nourriture et d’excréments qui baignait les rues de ce parfum. Les gens ici devaient y être habitués.

En approchant de grandes marches, mon cœur battait fort, comme une fête composait d’une armée de tambour battant fort. Je le savais, je le sentais, on était enfin au bout de notre voyage et je me trouvais face à la guilde ! Je me voyais déjà en faire partie et me lancer dans l‘aventure pour aider les autres. Un des guerriers en sortie et vint à la rencontre de Poledra. Il portait une magnifique armure. Les deux guerriers s’enlacèrent comme dans une fratrie. Cela me touchait beaucoup de voir ça. Un tel esprit dans un groupe favorisait une bonne entente et des alliés prêt à venir en aide en cas d’ennemi puissant.

Guilde de Telbara ? C'est un sacré chemin que t'as fais là... Surtout à sole... Et toi ? Pourquoi es-tu là ?
Il parlait à Sualgo et à moi. Sans me faire prier, je me présentais de manière formelle très enthousiaste :
Astorok – Je suis la guerrier Astorok de la famille Cornes de Fer ! Je désire rejoindre votre guilde !

Puis, Poledra alla faire un rapport à un de ses supérieurs, nous laissant. Il était temps pour moi de passer aux choses sérieuse.

•————————————•
L'honneur du guerrier:

Astorok Cornes de Fer
Expert
Expert

Race : Minotaure
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Event le Dim 15 Mai 2016 - 21:44

Astorok Cornes de Fer

Dans la Guilde, quelques Guerriers se regardent et échappent un rictus. Ce sont très certainement des Humains ne croyant pas que les autres races puissent s'élever au rang de Guerrier car elles ne sont bonnes que pour l'esclavage. On est certes dans la Guilde des Guerriers, mais à Tacomnal...
Cependant, la demande d'Astorok est prise au sérieux, d'autant que le Minotaure est soutenu par deux Guerriers. Certes, l'un des deux est juste un Gupile aussi dégoûtant que les autres, et l'autre est une femme, mais leur rang compte comme tel. Le premier vient de Telbara, ce qui explique qu'un Gupile ait pu devenir Guerrier, et la seconde est déjà connue ici : elle est membre de la Guilde des Guerriers de Tacomnal.

Astorok Cornes de Fer est donc mené dans une salle d'entraînement, où il doit affronter un vétéran de la Guilde. C'est un Humain aux muscles secs, qui frappe avec autant de vivacité que de puissance. Cet Humain affronte un Minotaure en duel, ce qui devrait lui être désavantageux, mais il domine l'échange. Bien sûr, chacun se bat avec des armes en bois. L'idée est simplement de tester Astorok au combat. D'ailleurs, l'Humain laisse parfois Astorok attaquer et se contente de dévier ses attaques. Il teste aussi bien la défense que l'attaque du Minotaure aspirant.

Malgré l'inéquité du combat, Astorok Cornes de Fer semble convaincre le vétéran de son potentiel. Alors, on lui confie une mission, par l'intermédiaire de ce même vétéran qui rapporte les consignes d'un Lieutenant.
Astorok va devoir éliminer une chivaze qui a été aperçue dans un tombeau. La chivaze en question n'a causé aucun sinistre particulier, elle n'a jamais attaqué les villages proches, mais la simple présence d'un monstre comme elle n'est pas tolérée.

Quand Astorok est reconduit vers la sortie du bâtiment, l'un des Guerriers lui souffle : « Franchement, fais comme ton ami le Gupile, ou la Dryade baveuse, là : va à Telbara, les gens comme toi sont mieux dans la Guilde là-bas ! ».

Signé : Athyl

Event
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Secours des Guerriers

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum