[Donjon - Event] Les galeries funestes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Event le Dim 17 Jan 2016 - 18:43

Donjon : Les galeries funestes

Difficile de dire qui est à l'origine de ce temple souterrain. L'architecture évoque celle des Drows, mais rien n'est écrit en elfique, et certaines fresques ont un trait grossier qui ne peut décemment pas être l'œuvre d'Elfes quelconques. Les pièces alternent entre de grandes superficies, et des couloirs très étroits dans lesquels Centaures et Xolons seront vraiment très peu à l'aise. La progression sera entravée par des monstres malfaisants et par des énigmes qui demanderont un certain degré de réflexion. Il faudra un groupe qui en ait à la fois dans la tête et dans les muscles, pour affronter ces deux écueils. L'éclairage de la plupart des pièces est déjà assuré par des torches éternelles à flammes violettes, là encore un élément évoquant les Drows. Et si ce temple tortueux à l'identité hybride abritait justement des Drows ? Mais que feraient des Drows ici ? La menace finale est-elle autre ? Une chose est sûr : cet endroit a beau sembler ne pas avoir d'identité caractéristique, la Pierre de Mejayi est bien gardée.

Signé : Athyl
avatar
Event
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Rrokir le Sam 24 Sep 2016 - 16:47

Voyager, on aurait pu se dire que pour un esclave, c’était le rêve. Que ce serait une expérience merveilleuse, quelque chose qui vous change la vie, qu’on aurait les yeux qui pétillent de joie, et qu’on en oublierait sa vie d’esclavage. Si c’est vrai, ce n’était pas le cas pour Rrokir en tout cas, quand il a fait le voyage jusqu’aux Montagnes Dominantes. Transporté comme un esclave, il a fait tout le voyage à l’arrière d’une charrette, aux côtés des marchandises, enchaîné de la tête aux pieds. Et ça c’était quand on ne l’obligeait pas à se relever pour marcher aux côtés de la charrette. C’était les ordres de son maître après tout, quatre heures de marche pour le garder en forme, le reste à l’arrière, pour ne pas trop ralentir l’avancement de la charrette, et ne pas effrayer les chevaux qui tiraient le convoi. La chaîne reliant ses deux jambes étant plutôt courte, il ne pouvait pas faire de grands pas et avançait donc lentement …

Ils avaient voyagé pendant des jours, si bien que le peu de repères chronologiques qu’il avait à Estandre, quand il combattait dans les arènes, avaient été perdus pendant qu’il avait voyagé. Il n’aurait su dire combien de temps il avait voyagé, mais d’un côté, cela ne lui aurait pas apporté grand-chose de le savoir. Tout ce qu’il savait, c’est qu’ils avaient changé plusieurs fois de terrain, passant d’un chemin de terre entouré de village, puis de champs, pour ensuite longer une forêt, revenir une chemin vide de tout décor, pour enfin, apercevoir au loin des pics qui atteignaient le ciel. Et en s’approchant, ils grandissaient, jusqu’à ce qu’il s’aperçoive que c’était des montagnes, choses qu’il n’avait encore jamais approché de près. Le fait de regarder le plus haut possible, pour imaginer la taille de ces choses lui donnait le vertige, heureusement qu’il n’avait pas le luxe de se permettre de s’arrêter pour regarder le ciel.

La personne qui l’emmenait semblait être un marchand itinérant, non-natif d’Estandre, comme il le considérait comme un quelqu’un, non comme un quelque chose. Son maître l’avait payé, et avait amené des provisions pour Rrokir, mais le marchand lui donna un peu plus, ne pouvant supporter de voir un Tigrain aussi imposant se nourrir si peu. Rrokir en sembla perturbé, et le remercia de piètre façon, n’ayant plus l’habitude de recevoir quelque chose de manière gentille et désintéressée. Néanmoins il ne mangea que guère plus que ses repas habituels, ne voulant pas épuiser les vivres, ne sachant pas quand on le réapprovisionnerait. Et puis, manger peu était devenu monnaie courante, il ne semblait plus en souffrir.

Le voyage se passa bien, d’après les dires du marchand qui semblait vouloir créer un lien avec Rrokir en lui parlant souvent, mais le Tigrain était peu bavard. Le marchand était tout de même prudent, et semblait connaître les lieux et les horaires où me danger pouvait être présent, afin de s’éviter toute encombre. Il tomba cependant sur des vagabonds, semblant vouloir démarrer leur carrière de malfaiteurs. Le marchand tenta de les faire partir en les menaçant, mais on voyait bien qu’il n’avait rien de quelqu’un de méchant, et qu’il serait facile de le voler. Cependant, quand ils s’approchèrent de l’arrière afin de voir leur butin, Rrokir poussa un rugissement qui fit s’enfuir les voleurs à toutes jambes. Ce fut la seule mésaventure que le marchand rencontra sur le chemin.

Enfin ils s’arrêtèrent à un village, où le marchand semblait connu et apprécié, et il déposa sa charrette avant de faire sortir Rrokir afin de faire le reste du chemin à pied. Il avait une carte lui donnant le lieu où il devait déposer le paquet, carte donnée par le maître de Rrokir, lui-même l’ayant reçu du baron qui avait engagé le Tigrain pour le protéger. Il ne leur fallut qu’une journée de marche, pour arriver au lieu prévu. Le lieu semblait désert, mais en s’avançant plus, ils découvrirent une tente plantée, ainsi qu’un feu de camps éteint, et le marchand chercha s’il y avait âme qui vive. Il sembla rencontrer quelqu’un qui l’invita à l’intérieur de la tente, avec qui il discuta plusieurs minutes, avant d’en ressortir, et de prendre congé de Rrokir. Celui-ci s’assit par terre, trouvant cette position la moins déplaisante avec ses chaînes. S’il avait appris une chose, c’était qu’en tant qu’esclave, on attendait que les personnes viennent à vous, et non le contraire.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Rrokir
Novice
Novice

Race : Tigrain
Classe : Berserk

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Lun 26 Sep 2016 - 23:39

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas voyagé ! A vrai dire … c’est faux. Depuis mon départ de Telbara, je n’ai fait que ça. Mon séjour à Duvet avait été légèrement frustrant, si je puis dire. Je ne faisais que courir après un fantôme inatteignable. Plus je sentais que je m’en approchais et moins je trouvais d’indice pour le retrouver. Malgré tout, j’avais réussi à me dégotter une carte menant aux grandes montagnes. Celles qui se perdent dans les nuages. Cela fit surgir une tonne de souvenir que de me rendre à Sileth : La connaissance de Kulir (bien qu’elle se fit un peu plus tard), mes années passées au côté des Elfes Sylvains, mes mésaventures en compagnie des Orcs, mon frère et ma sœur …

Finalement, je me demandais pourquoi je m’étais lancé dans cette aventure qui risquait d’une part d’être dangereuse et d’une seconde part, de ne rien m’apporter de bon. M’enfin, j’avais déjà parcouru la moitié du chemin, je n’allais tout de même pas faire demi-tour maintenant, ce serait d’autant plus frustrant si quelque chose où quelqu’un m’attendait là-bas. De toute façon, il me restait certainement plusieurs jours de marche encore et les chemins de montagne abrupte et escarpée m’empêchaient d’avancer rapidement. Dans ce genre d’endroit, bien que ma peau luisait et éclairait les alentours, il était dangereux d’avancer en pleine nuit. Un seul faux pas et je terminerai mon expédition au bas du ravin encore plus vite qu’un cheval au triple galop. Comme le disait souvent mère : Prudence est mère de sûreté.

N’aimant pas les grandes villes bien peuplés (et Kulir était du même avis), nous avions continué jusqu’au village suivant, installé sur une sorte de plateau rocheux bien dégarni. Un village de pierre sans aucune nature, aucun arbre, aucune vie. Ma sœur serait bien malheureuse dans ce genre d’endroit. Il y avait tout de même un petit cour d’eau qui longeait les maisons, comme si elle cherchait à les éviter, descendant de plus en plus vite vers le bas de la montagne. Aucune lumière n’était allumée. En fait, cela ne ressemblait en rien à un village habité, mais plutôt aux ruines d’un village. La partie du village où je me situais était partiellement intact, quelques pavés de pierre en vrac par ci par-là, mais plus loin en avançant, des maisons étaient entièrement démolies. Ce n’était pas la main de l’homme qui avait fait ça, mais plutôt celle d’une grosse créature et il ne devait pas être très content. Je décidais de rester ici, la créature ne devait être que de passage, je ne sentais plus sa présence et il n’y avait pas l’ombre d’un survivant. Je m’installais tranquillement dans une maison que j’avais repérée un peu plus tôt, pas trop abîmés et pas prête de s’effondrer. Je n’avais plus grand-chose à donner à manger à Kulir, mais j’espérais qu’il se contenterait du peu que je lui donnerai. Visiblement, il avait encore faim et il grognait, ou peut être bien que son ventre grognait ? Il avait l’air vexé que je ne lui donne rien de plus, mais bon tempi, demain il aura oublié.

Je préparais de quoi faire un feu avec ce que je trouvais dans les maisons aux alentours : papiers, tables, armoires, chaises. Un feu qui serait capable de tenir toute la nuit, cela m’arrangerait. Comme ça, je serai en forme pour reprendre la marche. Il devait me rester à peu près deux jours de marche à bonne allure, je devais donc me requinquer cette nuit.
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Mer 28 Sep 2016 - 20:24

Le moment était enfin arrivé, ma nouvelle « Grande expédition ». J’espérais que celle-ci se passerait mieux que la précédente. La dernière fois, j’étais parti chercher un dragon, je revenais avec un séladien cracheur de feu. Bon, cela m’a fait surtout gagner un collègue et une aide pour mes travaux. Il m’avait bien aidé justement, grâce à lui, je pouvais enfin cracher du feu comme un véritable roi du ciel. A présent, il continuait à m’aider et à vivre au château. Bien dommage qu’il ne pouvait pas me suivre, mais nous avions chacun un devoir différent à accomplir, ce que je comprenais. Revenons donc à notre affaire.

Après des rapports de recherches qui me furent communiqués, et un entretien avec d’autres mages et savant, j’ai pu mettre la main sur un très vieux livre d’histoire, qui devait remonter vers le début de l’âge des hommes. Il m’était difficile de le datait, mais croyez-moi, il était vraiment ancien. Il était même écrit dans une ancienne langue perdue des hommes. Il m’a fallu un peu de temps pour le déchiffrer, mais au final, le résultat était fort intéressant. Mise à part les zones obscures du livre, ce dernier faisait mention de pierres magiques possédant des pouvoirs extraordinaires, dépassant tout ce que nous connaissons. Le livre donnait même l’indication d’un temple où était abriter l’une de ces pierres. Trouver l’entré de ce temple sera assez facile, mais à l’intérieur, se trouvaient des dangers mortels, tels des monstres et des énigmes pouvant pousser à la folie. Tout le détail concernant ces énigmes et ces monstres furent perdus à cause du temps qui à dévorer les pages concernées. Évidemment, ce serait trop simple sinon.

J’ai voyagé dans une calèche bien pittoresque pour arriver à destination. J’avais sur moi, mon bâton sans surprise, mais aussi un sac en peau pour y ranger ma nourriture, mes éventuels échantillons, un peu d’argent, et le livre qui m’avait guidé jusqu’ici, logique. On m’avait supplié de partir avec une escorte, mais je préférais laissais les gardes au domaine. J’avais l’habitude de voyager seul. Et je ne prenais des gardes que quand je restais à Telbara, et encore, pas à chaque fois. En tout cas, j’avais rassuré un peu tout le monde comme quoi j’avais déjà prévu une protection. J’avais fait passer une annoncer dans diverses tavernes du continent pour recruter des mercenaires. Au final, cela n’eut pas beaucoup de succès, malgré la récompense. Mais par l’intermédiaire d’un serviteur, un seigneur Tacoman ou Estanol, je ne sais plus je les confondais tellement ils étaient barbares, voulu bien loué les services d’un de ses esclaves. Un gladiateur, très puissant qui assurerait ma sécurité. Bien, s’il était compétent cela m’irait.

Après un long voyage qui dura plusieurs semaines, et être passé de moyen de transport en moyen de transport très inconfortable, j’arrivai enfin aux pieds des montagnes dominantes. « Que les dieux soient loués ! » M’écriais-je. Descendant, je pouvais me rendre compte des lieux. J’étais le seul client à descendre ici, et c’était tant mieux, je n’aurais supporté la présence de personnes sans aucun intérêt. Marchant un peu vers les montagnes, je vis devant moi un imposant Tigrain à la mine bien triste. Il était vrai qu’on m’avait dit que le gladiateur serait un tigrain. Le pauvre, cela ne devait pas être évident assis par terre, portant des chiffons sur le dos et avoir la vue perdu dans le vide comme un pauvre clochar. Enfin bref, je m’avançais vers lui, faisant attention, car il pouvait avoir le sang chaud comme tout guerrier. Je vins à sa rencontre.

Dovamun - Bonjour à vous. Je me présente, je suis le baron Dovamun. Je suppose que vous êtres le guerrier dont j’ai loué les services.

Tigrain - Eh l'ami ! Tu veux quelque chose de relaxant ? J'ai ce qu'il faut pour se sentir libre ?
Dovamun - Quoi ? Me dites pas que le guerrier qu'on ma offert les services est une loque ?
Tigrain - Pas gentil ce que tu dis. Je ne ferais pas de prix d'ami alors.

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Lun 5 Déc 2016 - 16:12

Le soleil se leva généreusement sur la ville fantôme, comme s’il la délivrait de ses cauchemars nocturnes. Une boucle qui se répétait sans cesse, inlassablement… J’aurai bien aimé savoir comment ce village a pu être anéanti ou plutôt par quoi ? Je savais très bien qu’une créature féroce s’en était prise au village, mais pour faire de tel dégât, c’est qu’il devait être monstrueusement gigantesque. Même les Béroths, que j’ai pu apercevoir en me levant sur le plateau voisin, ne pourrait faire une chose pareille. Quoi qu’il en soit, je n’étais que de passage ici, je n’avais donc pas le temps de mener une enquête sur ces évènements.

Il était temps de lever le camp ! Je m’équipais de mon épée, de ma sacoche, de …. Où est passé cette crotte à antenne !? Je sentais sa présence, mais aucune trace de lui. J’arrivais à l’entendre, mais pas à le voir. Est-ce qu’à tout hasard il ne se serait pas … J’ouvris mon sac pour en ressortir une grosse marmotte aux antennes toutes tendues, qui ronflait comme un ours. Décidément, il aimait bien dormir dans ce sac. Il vaudrait mieux pour moi que je ne le perde pas, sinon je risquerai de me faire mordre par je-sais-qui. Ce dernier se réveilla avec de grands et longs bâillements, sortant de sa petite hibernation. Nous étions enfin prêts à partir, ce que nous fîmes sans plus attendre. Je traversais donc le village fantôme, chemin le plus court pour arriver à bon port, et constatais petit à petit que la chose qui avait ravagé le village était bien plus grand que ce que je l’imaginais. Des griffes immenses étaient ancrées profondément dans la roche et sur le sol, comme pour y laisser sa signature. Le bout du village ne ressemblait en rien à un village, mais plus à … à heu … et bien … à rien en fait. Il n’y avait plus rien. On pouvait deviner qu’à certains endroits il devait y avoir une bâtisse, mais il n’y avait plus rien de debout. Le sol était creusé par endroit, des maisons (ou ce qui devait en être) laissé en ruine. Finalement, j’étais bien content de quitter cet endroit. Je ne sais pas quel démon a pu faire cela, mais une chose est sûre, je ne souhaitais absolument pas le croiser. Je pressai donc le pas à Külir qui ouvrait la marche en direction de Baldim, petit village situé à proximité de ma destination finale.

Après trois jours de marche au milieu des sentiers escarpés, j’arrivais enfin à Baldim ! Un tout petit village, guère plus grand qu’une rue de Telbara, comprenant une auberge, quelques maisons, une écurie et un puits au centre de tout ça. Ce village n’avait rien d’avenant, au contraire. L’enseigne de l’auberge avait disparu, laissant pendre les chaînes, qui la tenaient sans doute auparavant, dans le vide. De même, le bois de l’auberge était moisi, rongé par les mites à certain endroit et recouverte de mousse à d’autres endroits. Je ne me fis pas prier et entrait en poussant la porte sans aucune retenue. La porte claqua un grand coup contre le mur et vacilla pendant quelques instants, laissant le grincement strident des vielles paumelles, rouillé par le temps, éreinter les oreilles de tout le monde.

Garràn – Excusez-moi, je ne pensais pas avoir autant de force. Je souriais de ma blague Héhé…
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Sam 10 Déc 2016 - 12:48

Oh rage ! Oh désespoir ! Le tigrain que j’avais trouvé n’était qu’un pauvre alcoolique dévorant des substances douteuses. Je manquai d’exploser et de tout faire brûler autour de moi. J’avais les larmes aux yeux. J’avais fait circuler dans toutes les auberges une belle annonce. Un appel à tous les mercenaires, leur demandant une aide, une protection lors d’une expédition contre une généreuse récompense. Je m’attendais à voir s’écraser contre ma porte une armée de guerrier idiot et illettré près à me servir et recevoir l’or. Au lieu de ça, je n’eus pour réponse qu’un seigneur Tacoman, me promettant un gladiateur Tigrain. Et résultat, rien. Quand je serais me transformer en Dragon… Je brûlerais tout le royaume de Tacomanl !

Mais que faire ? Les grottes étaient bien trop dangereuses pour que je m’y rende seul. J’avais besoin d’aide. Autant l’avouer, je devais renoncer à mon beau projet. Encore un qui tombait à l’eau à cause d’imbéciles. Pourquoi je vivais dans un monde pareil. Bon, il valait mieux rentrer. En plus, je me doutais bien que je ne trouverais pas de valeureux guerriers, où d’assez bête pour me servir d’escorte. Je devais l’avouer aussi, j’aurais mieux fait d’écouter ma mère et être partis avec quelques gardes du château. Mais j’étais fatigué du voyage et je préférais me reposer un peu avant de reprendre une charrette et rentrer à Telbara. Je me rendis dans la ville la plus proche.

Dovamun – Balkim ! Euh non… Baldim. Bon sang ! Comment voulez-vous lire ça ?!

Le nom de cette vill… De ce villa… Enfin, je ne savais pas trop ce que c’était, était écrit sur un vieux panneau en bois à moitié manger par les vers et la mousse. Et ce qui était amusant, ce panneau était à l’image du reste de la bourgade. Une petite route, avec quelques bâtiments en bois sur les côtés, à moitié détruit. Comment pouvait-on vivre ici ? La mousse, les champignons… La vermine ?! Oh par tous les dieux. Jamais de ma vie, j’aurais cru voir un tel endroit. Ce fut si pittoresque… Je n’aurais jamais idée de faire vivre mes gens dans un tel endroit. On voyait bien que c’était un hameau qui avait vécu un moment et qui mourrait à présent. Prenant mon courage à deux mains, j’entrai dans l’auberge. Enfin, ce qui y ressemblait. Il n’y avait pas d’enseigne, et l’odeur ne ressemblait pas à celle de la nourriture, ou à de la nourriture périmée.

Quelle horreur. C’était bien l’auberge. Des tables disposées un peu n’importe comment avec des sièges en bois qui semblaient bien durs. Et la surface de ces tables… Était-ce lavée au moins ? Il n’y avait que peu de monde. Des visiteurs et quelques aborigènes du coin. On le devinait par rapport à leur code vestimentaire. Plusieurs regards se posèrent sur moi. Sans doute à cause de mes vêtements plus riche que les leurs, que je sentais moins mauvais qu’eux et de mon bâton en bronze qui donnait de l’allure. Je m’approchais du comptoir où le patron, tentait sans grand succès à le nettoyer. Je tentais de faire un large sourire.

Dovamun – Bonjour l’ami. Que faites-vous de bon à manger pour ce soir ?

L’homme, d’un œil borgne et mauvais me cracha :

Patron – Des choses bonnes pour mon seigneur. Bouillis royale et reste de cheval des princes.


Comprenant sa moquerie, mon sourire se transforma en frustration. Je sortis de ma bourse deux petites pièces d’or et je posais violemment devant lui.

Dovamun – Tenez ! Préparez-moi une bonne viande avec de la salade. Frais et pas moisis !


L’homme eut le sourire aux lèvres et se mit à mordre dans l’une pièces avec ses deux dents restantes. Heureux de toucher de l’or depuis des décennies sans doute, il me montra une table où m’installer et couru dans la cuisine pour aboyer ses ordres. J’eus le temps d’percevoir le cuisinier, un Séladien. Peu importe, j’allais m’installer à la table. Effectivement, les chaises furent inconfortables. Et la table ne me donnait pas envie d’y déposer mes coudes. Comment avais-je pu finir ici ? Je voulais en pleurer, mais je me retenais encore. Fatigué, je me mis à souffler :

Dovamun – Quelle belle expédition. Partis chercher un trésor, je reviendrais avec de la moisissure et sans doute une indigestion.


•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Dim 11 Déc 2016 - 20:34

L’aubergiste, son torchon à la main, agitant celui-ci presque machinalement comme pour espérer faire étinceler le comptoir, ainsi que les autres clients me regardèrent de la tête aux pieds, comme si mon accoutrement semblait provenir d’un monde qui n’était pas le leur. Il est vrai que je n’avais pas mis les pieds dans un endroit aussi pourri que celui-ci. Et encore, je pesais mes mots. Bref, je m’approchais du comptoir pour demander lui demander un service. Vous vous doutez bien que je n’étais pas entré dans cette auberge pour me nourrir. Et puis même si j’avais été capable d’avaler quelques choses, je ne pense pas que j’aurai eu l’audace de gouter un de leur plat de la région. Si celui-ci devait être à l’image de l’auberge, le repas n’aurait été qu’un vulgaire bouillon agrémenté de champignon hallucinogène et de poussière. Enfin, je m’apprêtais à lui poser ma question quand la porte grinça à nouveau. Bien plus lentement que moi et bien plus serein. Un homme vêtu, comme je le disais précédemment, d’une façon peu commune s’avança à l’intérieur. Une grande robe rouge s’arrêtant aux épaules avec par-dessous une chemise blanche qui paraissait plutôt épaisse, certainement en peau. Les dorures présentes par-ci par là sur sa robe devaient sûrement signifier qu’il s’agissait d’une personne plutôt bien lotie si je puis dire. Il s’approcha du comptoir à son tour tout en souriant à l’aubergiste de toutes ses dents.

Client en robe rouge - Bonjour l’ami. Que faites-vous de bon à manger pour ce soir ?

Patron - Des choses bonnes pour mon seigneur. Bouillis royale et reste de cheval des princes.

Les autres clients rirent sans trop le cacher de ce que venait de prononcer l’aubergiste. Bien que j’avais passé beaucoup de temps à étudier à Telbara, les expressions et langages utilisés pour communiquer n’étaient pas toutes les mêmes selon les régions. J’avais réussi à m’approprier en partie celui de Telbara (ou du moins en ville parce que celui des campagnes environnantes …), mais ici, ils pouvaient très bien me raconter ce qu’il voulait avec leurs expressions, je n’arriverais à comprendre que ce que je serai capable de comprendre. En tout cas, le bonhomme accoudé au comptoir n’avait plus l’aire de bonne humeur. Était-il lunatique ?

Client en robe rouge - Tenez ! Préparez-moi une bonne viande avec de la salade. Frais et pas moisis !

L’homme sortit de sa bourse 2 écus d’or et les plaqua sur le comptoir assez brusquement pour montrer son mécontentement. Bien que le geste soit assez impoli, le patron ne fit pas attention à son geste et saisit les deux pièces dans sa main pour en tendre une vers sa bouche. Mais qu’est-ce qui faisait ? Pourquoi croquait-il dans de l’or ? Drôle de façon d’encaisser de l’argent. Bref, le patron alla installer le client à sa table et reparti aussitôt en cuisine pour faire passer la commande. Me laissant sur le côté pour le moment. Je n’aillai jamais repartir d’ici pour finir ! L’humain en robe continuais à se plaindre de ce qui l’attendait à la fin du repas, mais s’il ne voulait pas attraper une quelconque maladie, je ne saurai que trop bien lui conseiller de ne pas toucher ne serait-ce que du doigt ce que lui préparait le cuisinier en ce moment même. Mais ce qui m’avait mis la puce à l’oreille, ce sont les quelques mots précédant ses plaintes. Il était venu ici pour chercher un trésor et il ne pensait pas que dire cela à voix haute pouvait certainement lui poser des problèmes ? Surtout dans ce genre d’endroit où un corps humain pouvait facilement disparaître, sans compter les centaines de prédateurs qui rôdent dans les montagnes. Il avait réussi à se mettre à dos tout le reste de la clientèle simplement en sortant 2 écus d’or de sa bourse, en parlant d’un trésor sans compter son accoutrement. Euryssa m’avait bien fait comprendre que la richesse apportait son lot de malheurs. Les siens n’allaient pas tarder à arriver. Je préférai rester assez distant de tout ceci. Non pas que je ne souhaitais pas y ajouter mon grain de sel, mais je souhaitais en savoir davantage sur lui sans trop montrer ma présence.
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Ven 16 Déc 2016 - 11:42

Que l’endroit était déprimant. Sale, casser, nauséabonde… Un repère de mendiant et de rebut de la société. Je soupçonnais même la nourriture d’être d’une piètre qualité. De la bouillie qui serait mauvaise même pour les cochons, faisant exploser l’estomac à la première bouchée. Mais qui sait, je voulais sans doute courir le risque. Mettre fin à mes tristes jours après une telle perte de temps et des échecs aussi monstrueux. Pendant des années, je travaillais sur mon grand projet, et je n’avançais à petit pas. Mes capacités se sont améliorées et j’ai développé des dons me rapprochant de mon but ultime. En même temps, un tel pouvoir fut considéré comme impossible à se procurer, voire inexistant, alors ce serait un peu à moi de le créer. Je serais un pionnier de la magie dont le nom resterait immortel. Mais être célèbre ne m’intéressait nullement, ce que je voulais, c’était le savoir et… La liberté.

Les manants autour de moi me fustigeaient du regard. Une bande de clodos pouilleux qui devaient voir pour la première fois quelqu’un de propre et de bien habiller. D’ordinaire, toutes personnes, de l’élite ou non, connaissaient le bain. Mais eux, on dirait qu’ils ne le pratiquaient qu’une fois par mois. Mais qu’est-ce que je faisais ici ? Ce serait le symbole de l’échec ? Il était vrai que j’avais envisagé d’organiser un immense festin chez moi où ma famille et mes gens y seraient invités pour fêter mon triomphe, ramenant au château la pierre. Imaginer alors le repas quand je serais revenu en Dragon. Mais nous en étions bien loin encore d’un tel événement. Le repas se faisait attendre et un véritable vacarme résonnait dans la cuisine. Ils allaient me servir un repas loupé, je le sentais venir.

Finalement, au bout de ce qui se semblait être une éternité, le patron m’apporta un bol en bois qui contenait ce qui ressemblait à un bouillon de poule. Me souhaitant bon appétit, il partit rejoindre l’arrière de la boutique. Priant le panthéon au complet, avant d’attaquer ce plat. La première cuillère fut avalée les yeux fermés, nez retrouver pour atténuer le futur goût infecte. Les morceaux de viande de poulet reposaient dans de l’eau avec des légumes et quelque chose de pâteux. Une fois la première bouchée avalée, mes yeux s’ouvrir en grand et mes lèvres déclarèrent :

Dovamun – Par tous les dieux ! C’est délicieux !

Avec empressement, je me mis à dévorer le plat. Les légumes, le poulet, la soupe et la patté qui était en réalité de la pomme de terre écrasée, fut avaler en peu de temps. Un repas rustique et bon, une belle surprise dans un tel endroit. Quel dommage que le patron n’y mettant pas autant de cœur que dans les travaux de son établissement. Mais c’était le séladien qui s’occupait de la cuisine, alors, rien à voir. Je me sentis rapidement repu et revigorer en énergie. J’avais de quoi faire le voyage de retour, mais il commençait déjà à se faire tard. Je ferais mieux de dormir un peu et de prendre la première navette au petit matin.

Je me levais de ma chaise pour faire mes compliments au chef et demander où je pourrais passer la nuit. Mais en me redressant, je vis au dernier moment l’un des clochards ayant sa main sur ma bourse. Ce vaurien tentait de me voler. Il fut discret, très silencieux jusqu’à présent, mais il manqua de chance sur ce coup là. Il me regarda avec un petit sourire hypocrite du genre « Bien le bonjour. Ce n’est pas moi, je suis gentil ». Mes yeux se remplirent littéralement de flammes et d’une voix grondante je lui ordonnais sans ménagement :

Dovamun – Retires tes salles pattes de voleur !

L’homme sembla bien effrayer, mais l’appât du gain fut plus forte. Il tenta de tirer pour faire céder la cordelette et s’enfuir avec mon or. Je ne lui laissai pas le temps. Bâton en main, je le frappais en plein visage avec par un pivotement de mon arme. Le manant recula en poussant un petit cri. La main sur le visage, il protégea son nez qui saignait à présent. Ses amis se mirent à bouger, mais je me retournais vers eux et de ma main, je fis jaillir une belle torche de feu devant eux. Je ne leur lançais pas d’attaque ni fit brûler quoi que ce soit, mais je voulais leur montrer à qui ils avaient à faire et ce qu’ils risquaient en tentant de s’attaquer encore à moi. Le petit groupe comprit bien vite et prit la fuite, fuyant l’auberge au plus vite. Les flammes se turent et je pouvais retourner voir le patron pour demander une chambre.

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Dim 18 Déc 2016 - 18:29

Après de longues jérémiades au fond de l’auberge, le patron vînt servir le riche client avec son étrange bouillon. À la vue de ce qui l’attendait, l’homme ferma les yeux et pinça son nez avant d’engloutir sa première cuillerée. Trop affamé pour se poser d’éventuelles questions sur la provenance et la mixture préparée par le cuisinier. J’avoue que pour la première fois, je me trouvais bien chanceux de ne pas avoir besoin de me nourrir autrement que par le feu pour survivre. Si ma survie ne dépendait que de ce que je mangeai, je crois bien que j’aurai préféré mourir de faim que d’empoissonnement. Mais la réaction de l’homme fut encore plus surprenante ! Non pas que celui-ci se mit à vomir par tout, ou à hurler à la mort ! Non, loin de là ! Il s’exclama avec importance la saveur incroyable de ce bouillon. Je crus mal comprendre au début, pensant que la qualité de son palais était inversement proportionnelle à sa richesse, mais non, visiblement cela paraissait vraiment bon. Je ne me serai tout de même pas risqué pour une histoire de bouillon, mais bon… Il termina son repas en deux trois mouvements, comme s’il n’avait pas mangé depuis des lustres.

Je me retournais enfin pour pouvoir m’informer auprès du patron sur l’itinéraire à prendre pour rejoindre le fameux plateau d’Urtère que j’avais mis plusieurs jours à déchiffrer puisque le cochon qui avait écrie cela n’avait fais aucun effort. Si je prenais très au sérieux cette carte, en sortant du village vers l’Ouest, je rencontrerais un grand rocher blanc et à partir de là je devrais monter encore plus haut vers le sommet des montagnes. Mais je n’avais vu aucune autre entré ou sorti du village que celle par où j’étais rentré. Je demandais à l’aubergiste de se rapprocher pour que cette discussion ne soit entendue par personne d’autre, mais je fus interrompu par un violent coup de cale sur le bois moisi de l’auberge. En fait, ce n’était pas tout à fait vrai. Le bruit que j’avais entendu était en réalité le nez d’un des clients qui avait cassé sous le coup du bâton de l’homme en tunique rouge. Ce dernier le traitant de voleur, les autres clients l’encerclèrent rapidement pour lui régler son compte. Je m’apprêtais à intervenir pour résoudre le conflit tel un preux chevalier, mais je n’eue guère le temps de me lever de ma chaise que l’homme en tunique, qui s’avérait être un mage, dissuada toute l’assemblée de s’en prendre à lui en intimidant tout le monde par sa grande magie de feu. De belle flamme rougeoyante, étincelante, mais qui n’avait pas l’air très revigorante. Les flammes provenant de magie ne me requinquait pas aussi bien que des flammes naturelles.

Le mage de feu se leva et se dirigea vers le comptoir pour parler au patron. Je croisai son regard avant qu’il ne le détourne pour revenir sur le patron. J’étais encore surpris d’avoir en face de moi un mage de feu. Il s’agissait peut-être simplement d’un homme de passage ? Un envoyé d’un royaume ? Je me posais d’un coup plus de questions à son sujet qu’au sujet de ma prochaine destination. Ma prochaine destination ? Ah oui, je sortais ma carte en attendant que le mage ait terminé de discuter avec l’aubergiste pour pouvoir lui demander à mon tour ou se trouvait plus précisément de drôle de plateau rocheux.
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Mar 20 Déc 2016 - 15:46

Je m’arrêtais au comptoir pour demander une chambre. À cette heure-ci plus aucune navette allait partir. Elles pouvaient voyager de nuit et arriver au petit matin, mais les départs quand ils faisaient sombres était déconseiller, j’étais donc bloqué jusqu’à demain matin. J’ai connu pire. Je posais ma main sur la surface en bois, qui semblait plus propre que les tables et fit signe au patron pour demander de ses services. Je remarquais tout juste cet étrange personnage à côté de moi. Il était présent quand je suis entré dans l’auberge. Il était différent des autres, plus propres, se tenant mieux, il portait d’étranges vêtements. Il portait une sorte de harnais reposé sur une longue chemise de couleur bordeaux, une grande capuche sur la tête et une curieuse lame dans son dos. Il devait s’agir d’un mercenaire, ou d’un aventurier, car il avait le nez plongé dans une carte. Le patron vint à ma rencontre, avec un grand sourire de lèche-botte.

Patron – Encore merci mon seigneur. Vous nous avez débarrasser de ces sales parasites. Je fus très impressionnée.
Dovamun – C’est ça. J’ai besoin d’une chambre je vous prie.
Patron – Bien entendu. Laissez-moi chercher le registre.

Je fus étonnée que cet homme gardât une trace des voyageurs dans un trou pareil. Sans doute pour dire « Ce manant à dormis ici ! Dans la bouse, la honte ! » Ou dire « J’ai eu un seigneur ici, un baron. Mon établissement est donc prestigieux » La bonne blague. Le patron fouilla dans un bazar sous le comptoir son livre qui ne semblait avoir servi depuis un moment, couvert de poussières et de traces vertes. Il ouvrit et attrapa un vieux calame pour écrire. Mais avant, il se mit à fouiller, essayant sans doute de lire le gribouillait qu’on trouvait sur toutes les pages. Il en profita pour faire la discussion, ce qui me fit perdre du temps et de la patience.

Patron – Qu'est-ce qui peut intéresser une personne de votre rang dans un coin paumé comme ici ?
Dovamun – Pour le travail. Des recherches savantes.
Patron – Vous voulez voir nos spécialité.
Dovamun – C’est ça. Non, c’est du domaine historique.

Le patron n’en rajouta pas pour l’instant et me montra l’endroit où je devais écrire mon nom et y laisser une sorte de signature.

Patron – Parfait mon seigneur. Aurez-vous besoin d’autre chose ?
Dovamun – Du tout. A moins que vous connaissez des gens que je pourrais engager pour ce travail.
Patron – Cela dépend de ce que c’est.
Dovamun – De la main d’œuvre bien payé pour aller trouver un plateau rocheux dans les montagnes où serait cacher l’entrée d’un temple.

On pourrait dire que ce serait idiot de ma part de dévoiler une telle information. Mais vue la situation, le dire ne me semblait pas aussi risquer. Car j’étais seul, donc, si des personnes désiraient s’y aventurer risquait de se faire tuer là-bas. Mais si c’était moi qu’on attaquer, je serais la cause de leurs morts. Et puis, si des idiots s’y rendaient et se prenaient les pieds dans les pièges, ce serait ça de moins pour moi. De toute façon, je n’avais plus aucune chance d’y parvenir. Le patron d’ailleurs me répondit que non et m’indiqua le numéro de la chambre. Au fait, si des imprudents s’y rendaient là-bas pour tomber dans un piège, je n’aurais à les payer, c’était amusant d’une part.

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Ven 30 Déc 2016 - 22:03

Le mage discuta avec le patron pour je-ne-sais-trop-quoi pendant un bon petit moment. Leur conversation ne m’intéressai guère, mais je n’attendais qu’une chose, c’est qu’elle se termine pour que je puisse demander à mon tour de l’aide. Apparemment, le mage devait se rendre quelque part et aurait besoin de mercenaire pour ses recherches, du moins c’est ce que je compris jusqu’à ce qu’il prononce ces mots.

Dovamun - … trouver un plateau rocheux dans les montagnes où serait caché l’entrée d’un temple.

Seule la fin de sa phrase résonna dans ma tête, comme s’il avait lu ce à quoi je pensais un peu plus tôt. Alors, comme ça je ne suis pas le seul à la recherche de ce temple ? Enfin, je ne le suis pas vraiment, disons plutôt que je m’occupe, pour tuer le temps. Mais si des chercheurs tels que lui venaient se perdre dans ce genre d’endroit pommé, coupé de toutes civilisations, à la recherche d’un temple isolé dans la montagne, c’est qu’il doit y contenir quelque chose d’extraordinaire ! C’était le moment ou jamais de lui demander s’il m’était possible de le rejoindre dans sa quête ! Je n’avais pas besoin de son or, seul l’aventure guiderait mes pas !

Garràn – Heu … Excusez-moi ? Je… heu … je suis également à la recherche de ce plateau rocheux en fait. Peut-être que je peux vous aider ?

Il avait l’air plutôt gentil, je n’aurai donc rien à craindre de lui, enfin … tant que je ne lui cherchais pas des noises, mais bon, ce n’est pas non plus dans mes habitudes ! Bien évidemment, c’est ce moment-là que choisi Külir pour sortir de son coin, faire le tour de l’auberge. Le patron, d’un œil attentif, surveillai la petite créature tout en faisant face aux deux nouveaux clients. Je sifflai légèrement pour le rappeler à l’ordre, un sifflement aigue qu’il trouvait désagréable. Il revint à mes pieds et me monta dessus jusque sur mon épaule avant de me lécher d’un gros coup de langue ma joue droite. D’un revers de main, je m’essuyais la joue, attendant la réaction de mon interlocuteur.
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Mar 3 Jan 2017 - 16:56

Je me préparais déjà à y aller lorsque le client se tenant à côté de moi m’interpella. Il s’agissait de celui qui ne faisait pas partie de cette bande de voleurs des bas-fonds. Un aventurier apparemment.

Garràn – Heu … Excusez-moi ? Je… heu … je suis également à la recherche de ce plateau rocheux en fait. Peut-être que je peux vous aider ?

Je me mis à le regarder des pieds à la tête pour l’examiner. Il portait une sorte de plastron en cuivre avec des parties renforcé. Il était également encapuchonné et était armé d’une épée dont l’aspect évoquait un peuple elfique. Sous son armure, c’était une longue chemise comme on peut e, porter en territoire aride. Et le plus troublant, ce fut ses yeux rouges. On aurait dit deux petites flammes. Quelle étrange créature avais-je donc devant moi ? Oh et j’ai failli oublier de parler de sa petite créature qui se collait à lui. Un rintec à trois antennes au lieu de quatre. Cette petite créature qui avait le comportement d’un chat. Son maître le rappela à lui en sifflant. La créature lui monta dessus jusqu’à l’épaule et lui lécha la joue. L’aventurier s’essuya de suite.

Je me demandais si ce genre d’animal pouvait être utile lors d’exploration ou de combat. En tout cas, il avait toute l'allure d’un guerrier débrouillard. La sature et l’amure lui en donnait l’image en tout cas. Mais sa façon de parler, d’un air un peu timide me fit douter. Il n’avait pas l’air d’un rustre comme n’importe quel crétin de mercenaire qui cogne et boit à longueur de temps et dont j’avais l’habitude de rencontrer. Il semblait d’un autre genre. Et puis, à ce point-là, je n’étais pas loin d’accepter les offres de tout le monde. Tiens, même le patron j’accepterais de le prendre dans mon équipe. Je suis sûr qu’il m’aiderait à défaire les pièges en tombant dedans. Mais avec un tel empoter, je savais quoi en faire. Pour cet aventurier, je devais mieux connaître ses compétences pour les exploiter.

Dovamun – Oui… Pourquoi pas… Vous êtes quoi en fait ? Un guerrier ou un mercenaire ?

Je m’attendais bien sûr à « Aventurier qui aime le danger », car il disait chercher aussi ce plateau tout comme moi. Mais j’avais peur aussi qu’il ne soit qu’un voleur de trésor. Un pilleur de tombe sans scrupule qui s’emparerait de la pierre et tenterait de me doubler. Si tel est le cas, au moindre faux pas, ce sera moi qui le carboniserais. J’attendais donc sa réponse pour en juger. Et puis, comme je l’avais dit avant, j’embaucherais n’importe qui. Après, avec ce n’importe qui, j’aviserais selon comment ça se passe pour voir si je le paierais ou le brûlerais. Ça aurait était tellement plus simple si mon associé avait pu venir. Mais le pauvre, des devoirs l’attendaient avant. J’écoutais donc la réponse de mon nouveau compagnon de voyage.

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Mer 1 Fév 2017 - 20:51

Pendant un moment, le mage me regarda de la tête aux pieds, analysant chacun de mes mouvements, le moindre détail qui pourrait éventuellement le perturber à mon sujet ou me rendre plus intéressant. Il n’était pas stupide ! Il faisait vraiment attention avant de me répondre. Mais s’il mettait autant de temps, c’est qu’il faisait face à un choix. Ma proposition avait certainement dû l’interpeler. C’était une bonne chose ! Faire la avec quelqu’un sachant faire autre chose que grogner et couiner, ça change ! Mais ne nous précipitons pas ! Nous ne sommes encore point parti. Il termina son analyse puis me fixa tout en prononçant ces mots d’un thon las.

Dovamun – Oui… Pourquoi pas… Vous êtes quoi en fait ? Un guerrier ou un mercenaire ?

En voilà une bonne question ! Que suis-je au juste ? Étant donné que je vagabonde de ville en ville à la recherche d’un fantôme, je ne sais plus trop ce que je suis. Je n’étais pas un mercenaire car je ne travaillais pas pour l’or, je trouvais ceux-là trop inutile pour pouvoir m’en soucier ou en ressentir le besoin. Guerrier alors ? Non plus. Certes je me baladais avec une grosse épée dans le dos, mais cela ne faisait pas de moi en guerrier pour autant. Un guerrier travail pour une garde, à un objectif concret et véritable, il suit son chemin fièrement, défendant son honneur et sa dignité. Mais moi, je ne servais aucune garde. Je ne savais pas vraiment ce que je prenais comme chemin, certainement celui de l’ignorance. Je n’avais pas de réel objectif mis à part celui de retrouver une certaine personne dont le nom commençait peu à peu à s’effacer de ma mémoire. Et de ce qui était de l’honneur et de la dignité, sachez que je ne mange point de tout ça ! Un aventurier dans ce cas ? Vagabond est trop péjoratif, bien que ce soit ce qui se rapproche le plus de ma situation.

Garràn – Hmm … Je dirais plutôt voyageur, dis-je avec un léger sourire en coin, mais je sais me défendre si c’est là votre véritable question.

Je me doutais bien qu’il souhaitait en apprendre plus à mon sujet. On ne part pas à l’aventure comme ça, sans connaître quoi que ce soit de ses partenaires. Ayant été attaqué un peu plus tôt, je pouvais comprendre le fait qu’il soit inquiet. Il ne voulait pas d’une personne qui traînerait dans ses pattes. Ou peut-être bien qu’il avait simplement demandé ça par pure curiosité. Il restait méfiant, je pouvais le deviner dans son regard. Maintenant, c’était à moi de lui prouver qu’il pouvait me faire confiance. Une Dryade n’a qu’une parole et ne ment jamais. Après qu’il ait décidé de ce qu’il comptait faire de moi. Je demanderai au tavernier s’il pouvait nous indiquer plus précisément sur la carte ou se trouvait l’antre du temple caché sous la montagne.
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Sam 4 Fév 2017 - 14:46

Garràn – Hmm … Je dirais plutôt voyageur, mais je sais me défendre si c’est là votre véritable question.

Voyageur, chasseur de trésor, mercenaire… Quelle différence ? En tout cas, il me certifiât qu’il savait se battre, ceux qui me rassurait le plus. J’aurais besoin de protection si nous faisions de mauvaise rencontre dans ces tunnels macabre. Je supposais qu’ils étaient macabres. Mais je savais par contre qu’ils abritaient de nombreux dangers. L’étrange créature demanda à l’aubergiste l’entrée exacte de la grotte. Ce dernier se gratta la tête, se demandant sans doute ce que pouvait bien lui vouloir le « voyageur ».

Patron – Y'a pleins de grotte dans le coin. Je ne serais quelle entrée vous proposer en premier.

Je me mis à souffler, exaspérer.

Dovamun – Non, mais laissez tomber. J’ai les indications pour y aller, ne torturer pas ce pauvre bougre. Mais on partira au petit matin, il fait trop noir à présent.


Je me mis à payer l’aubergiste pour deux chambres et donnait comme instruction à mon nouveau compagnon de me retrouver ici demain matin sans faute, où nous commencerons pour de bon notre expédition. Tout cela m’avait fatigué. Le seul point positive fut de trouver un nouveau mercenaire pour m’aider. Mais j’attendais encore de le voir à l’œuvre. Il pouvait me raconter n’importe quoi et se révélait être un vrai bon à rien. Mais nous le sauront très vite de toute façon. Je souhaitais bonne nuit et je montais directement dans ma chambre. Je m’attendais à voir une pièce et un lit de la même qualité que les plats, mais le lit semblait en bonne état. Des draps propres et le bois était solide. Par contre, la pièce était petite, y’avait juste comme autre meuble une chaise. Mais je n’avais besoin que du lit. Sans attendre plus longtemps, je m’allongeais dessus, m’endormant rapidement. J’étais si fatigué que si j’étais partis de suite pour retrouver l’entrée du temple, je me serais écrouler en route.

La nuit se passa sans encombre. J’avais dormis d’une traite et en me levant, je me sentais revigorer. C’était une bonne chose. En descendant l’escalier, je partais à la recherche de mon « garde du corps » pour partir, mais avant, je commandais à manger pour la route.

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Dim 26 Fév 2017 - 20:41

Visiblement, le tavernier ne savait rien, ou du moins, il n’avait pas de réponse suffisamment précise pour arriver à destination. Il nous répondit simplement qu’il y avait plein de grottes dans les alentours et qu’il ne savait pas laquelle nous propose ne premier. Certainement fatigué de tout cela, le mage souffla et me demandais d’arrêter de questionner le tavernier qui devait lui sembler incompétent à ses yeux. Il souhaitait que l’on se retrouve ici au petit matin et il loua deux chambres pour la nuit. Je n’eu pas le temps de répondre qu’il était déjà parti pour aller dormir. Mais que voulait-il que je fasse dans une chambre ? En même temps, je ne lui ai pas dit ce que j’étais du coup il a pensé à bien. Je ne pouvais tout de même pas le blâmer pour ça.

Garràn – Excusez-moi mais, serait-il possible de ne louer qu’une seule chambre ? Je ne souhaite pas avoir de chambre pour la nuit, pourriez-vous lui remettre l’argent de ma chambre dans une enveloppe anonyme ? En échange de votre silence, je vous prendrai une gamelle de viande avec une petite coupelle d’eau. Je fouillais dans ma besace une petite bourse que je déposais sur le comptoir. Voici pour la monnaie.

Aubergiste – Et bien, vous faites comme vous voulez monsieur. Il avait la mine réjouit, concentré sur la bourse que j’avais posée. Je vous amène ça tout de suite.

Et en effet, il s’exécuta et partis chercher ce que je lui avais demandé. En attendant, je m’installais au fond de l’auberge, histoire de reposer mes jambes un petit peu. Külir avait deviné que ce que rapportait le tavernier lui était destiné. Ce-dernier me remercia et reparti en cuisine. Je déposais l’assiette au solo ainsi que la coupelle et Külir se jeta sur son petit dîner. Après avoir gobé toute sa plâtré, il sauta sur la banquette et vint se blottir contre moi pour passer la nuit. Celle-ci passa lentement.

Un nouveau jour débutai. Il était encore tôt et mon nouveau compagnon ne devait pas être encore réveillé. J’en avais profité pour faire le tour des lieux, admirer le paysage et promener Külir au passage. Ce lancer dans l’inconnu … je me demandais quels genres de surprises nous attendent dans cette grotte. Encore faut-il qu’on l’a trouve … Le soleil c’était levé et le coq du village s’empressa de le signaler. Il était donc temps pour moi de me rendre à l’auberge pour saluer le mage. Il avait l’air très sérieux et inflexible, je ne souhaitais vraiment pas le mettre en colère. J’entrai dans l’auberge et m’installa au fond, au même endroit que la veille. Je demandais d’ailleurs la même chose pour mon compagnon d’infortune afin qu’il se nourrisse un peu avant notre voyage dans les montagnes. Au même moment, le mage descendis des escaliers. Je me levai pour le saluer. C’était déjà un bon point que d’être présent et à l’heure au rendez-vous.
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Mer 1 Mar 2017 - 17:08

« L’aventurier » que j’ai recruté était présent. Bien à l’heure et ne manquant pas de politesse. Bon, l’espoir était possible encore. Il prenait sa nouvelle tâche très au sérieux, manquait plus qu’à le voir au combat. J’espérais qu’il ne fuirait pas au premier danger venu ou se faire dévorer par une grosse bête facilement. Et son petit compagnon… J’avais du mal à voir comment un homme qui semblait aimer courir après l’aventure puisse choisir un tel animal comme compagnie. J’aurais cru que les chiens ou bêtes plus impressionnantes seraient favorisé. Un préjugé que je devrais corriger finalement.

Nous mangions un rapide petit encas pour tenir la journée et ensuite, nous partions à la recherche de notre grotte. Nous sortions donc du village touristique pour nous enfoncions dans les montagnes à la recherche de ce plateau. Fort heureusement que j’avais sur moi la carte avec les indications. On pourrait dire que ce serait trop facile, mais la carte était faite d’un style… Archaïque. Disons qu’on savait à peu près où se trouvaient les choses, car les lieux étaient représentés par des dessins qui prenaient de la place. Heureusement que des notes furent laissées.

L’ascension ne fut pas évidente pour un mage tel que moi. Je portais constamment ma longue robe noble. Fort heureusement, j’avais pensé me mettre un bas en toile. Je n’aurais qu’à retirer le bas de la robe pour me retrouver en pantalon. Mais ce que j’aurais vraiment aimé pour mieux escalader ce tas de roche, ce serait de déjà savoir me transformer en dragon. Sous cette forme, je serais déjà arrivé au sommet de la plus haute montagne en un rien de temps. Et aussi, je n’aurais pas besoin d’escorte. Mais bon, je n’avais pas encore ce pouvoir, et le mercenaire se montrait fort et agile pour grimper. Jusqu’ici, je ne m’en plaignais pas. Cela dit, un détail me revint à l’esprit. J’aurais dû y penser plutôt. Profiter du moment, mais mon état d’esprit ne me le permettait pas. A présent, étant moins énervé par la situation et surtout, moins déprimer.

Dovamun – Dites-moi, pourquoi cherchez-vous, vous aussi ce plateau rocheux ?


Je pourrais également demander son nom, car il ne me semblait le connaitre. Et j’aimerais savoir les intentions du garde du corps pour savoir à quoi m’attendre. Je sais, j’aurais dû demander cela au début. Mais comme je le disais, je désespérais du fait de devoir rentrer bredouille et que quelqu’un me proposait son aide, cela paraissait à la fois du miracle et d’une touche de désespoir… Je ne trouve aucun autre mot pour cela.

Dovamun – Et je ne connais pas le nom de celui qui doit veiller sur ma sécurité. Il serait triste de voyager ensemble sans se connaître n’est-il pas ?

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Mer 22 Mar 2017 - 19:07

Nous étions donc prêts à partir pour notre petite expédition montagnarde, mais avant cela, mon nouveau « compagnon » s’assit et commanda de quoi remplir son ventre pour le voyage. Il me proposa également de manger un bout, mais comme toute Dryade, nous n’avions pas besoin de manger. Je lui expliquais que j’avais déjà mangé un peu plus tôt. Je ne savais pas pour quelle raison je lui avais caché la vérité, peut-être parce que je n’aimais pas l’air apeuré des gens découvrant mon identité. Si j’en crois les histoires qu’ont écris les Humains à notre sujet, les seuls Dryades au caractère agressif sont les Dryades de feu, étrange. Alors que les Dryades d’eau et de la forêt représentent la paix et la gentillesse. M’enfin cela ne m’empêchait pas de vivre non plus.

Une fois rassasié, le mage sortit sa carte de sa besace, réglant au passage le repas du déjeuné. Nous prîmes la route des hautes montagnes au Sud-ouest du village puis nous nous perdîmes entre mont et pics blanchis par les épaisses couches de neige. Je n’en avais jamais vu auparavant mis à part dans les bouquins de Telbara. C’était vraiment impressionnant ! Cela donnait envie de savoir quelle texture elle avait, mais la neige était encore inatteignable, nous pouvions simplement la regarder au loin sur les flancs bien plus en haut en altitude. La carte que je m’étais dégoté à Duvet ne m’étais plus d’aucune utilité. Bien trop imprécise, elle n’indiquait que l’emplacement d’un objet entouré de gribouillis au milieu de dessin presque enfantin. J’avais préféré la jeter, m’étant imaginé que le mage tombe dessus. Il aurait certainement trouvé cela très … pathétique de la part d’un « aventurier » ! La sienne paraissait beaucoup plus précise puisque nous avancions relativement vite, il dégageait une certaine assurance, aucune hésitation ne pouvait le perturber. À cette allure, nous serons rentrés d’expédition le lendemain au petit matin !

Le chemin que nous avions pris il y a maintenant quelques temps, commençait à être de plus en plus abrupte et escarpé, rendant notre avancé plus difficile. Nos déplacements se faisaient par conséquent plus lent, même si j’arrivais tout de même à garder un rythme relativement soutenu. Mon compagnon, quant à lui, avait ralenti la cadence. Je m’étais d’abord dit qu’il avait perdu pour une quelconque raison son assurance de départ qui le faisait avancer sans se poser de question, mais en le voyant peiner à gravir les rochers, je me rendis compte qu’il n’avait pas vraiment une tenu approprié pour ce que l’on faisait actuellement. Je l’attendis, histoire que nous soyons à la même hauteur, puis je repris cette escalade qui n’avait pas l’air de s’arrêter.

Le mage - Dites-moi, pourquoi cherchez-vous, vous aussi ce plateau rocheux ?

«Et bien, je m’occupe histoire de tuer le temps. Et vous ?». Il n’y avait absolument rien de crédible dans cette phrase, ils valaient mieux, une fois de plus, que je lui cache la vérité, bien trop ridicule pour une personne de sa stature. Le pire, c’est que je n’avais pas particulièrement d’objectifs précis ou d’attentes particulières vis-à-vis de notre expédition. J’avais simplement eu envie de me lancer dans cette quête sans penser à quoi que ce soit d’autre. Je ne savais même pas ce que nous cherchions en réalité… peut-être cet objet étrange gribouillé sur ma carte ? En attendant, il fallait que je lui réponde quelque chose. Je n’eue pas le temps d’ouvrir la bouche qu’il me posa une nouvelle question.

Le mage - Et je ne connais pas le nom de celui qui doit veiller sur ma sécurité. Il serait triste de voyager ensemble sans se connaître n’est-il pas ?

Je fus étonné au premier coup, mais peut-être que je me trompais à son sujet. Je m’étais imaginé qu’il faisait partie de la classe noble, mais puisqu’il ne se présenta pas le premier… J’avais lu ça dans un livre, les différentes classes sociales dans un royaume. Avant de demander le nom d’une personne, les personnes ayant un statu de noblesse se présente avant de demander le nom de leur interlocuteur, enfin c’est ce qu’il me semblait. M’enfin qui suis-je pour juger ce genre règles ? Peut-être qu’après tout, cette formalité n’était plus d’actualité ou peut-être qu’il s’agissait d’un simple oubli. Ce n’était pas ça qui allait m’empêcher de lui répondre.

Garràn – Je m’appelle Garràn et je suis accompagné de Külir lors de mes voyages sur le continent. Celui-ci sortit de ma sacoche pour grimper sur mon épaule gauche. Il était intelligent, au moins un minimum pour comprendre qu’on parle de lui. Pour ce qui est de ma présence en ses lieux et de mes objectifs et bien … je suis à la base à la recherche d’un individu, mais n’arrivant pas à le trouver à Duvet, je suis tombé sur une carte indiquant la localisation d’un trésor, ou du moins ce qui y ressemble de loin. Et comme tout bon aventurier qui se respecte, mettre la main sur un peu d’argent tout en explorant les montagnes est une aubaine !

Bon, j’admets que mon mensonge, je n’étais pas allé le chercher très loin. Il n’y avait plus qu’à espérer que cela suffise pour me donner un peu de crédibilité. J’en doutais fort, mais ne sait-on jamais. Mais le contexte était bien réel ! Je venais bien de Duvet comme objectif de retrouver un certain individu. Jusque là, je n’avais pas menti ! Après, pour le trésor, j’avais peut-être un peu exagéré, surtout que j’avais laissé tout cela dans le flou le plus total. Mais l’argent ne m’intéressait guère en vérité. Il s’en rendrait bien compte un jour ou l’autre.

Garràn – Et vous ? Je le sondais essayant de deviner la raison de sa présence en ses lieux en vain. Comment vous nommez-vous ? Que fait un mage de votre rang à la recherche de je-ne-sais-quoi dans de haute montagne comme celle-ci et vêtu, par-dessus le marché, d’une tenu peu adaptée à la randonnée ?
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Ven 31 Mar 2017 - 16:10

Garràn – Je m’appelle Garràn et je suis accompagné de Külir lors de mes voyages sur le continent. Pour ce qui est de ma présence en ses lieux et de mes objectifs et bien … je suis à la base à la recherche d’un individu, mais n’arrivant pas à le trouver à Duvet, je suis tombé sur une carte indiquant la localisation d’un trésor, ou du moins ce qui y ressemble de loin. Et comme tout bon aventurier qui se respecte, mettre la main sur un peu d’argent tout en explorant les montagnes est une aubaine !

Je remarquais la petite créature qui grimpait jusqu’à son épaule comme un petit chat. Je continuais à trouver cela étrange le choix de compagnon de ce Garràn pour ses aventures. Face à un ennemi, il valait mieux un gros chien ou une harpie non ? Bon, il devait y avoir toute une histoire là-dessous qui m’échappait et qui expliquerait cette étrange alliance. En parlant d’étrangeté, je trouvais les explications de l’aventurier farfelu. Il disait chercher quelqu’un, et puis il tombe sur une carte et il décida comme ça de partir à la chasse au trésor ? Cela me donnait l’histoire d’un homme en manque d’activité qui avait besoin de s’occuper, à moins que ce soit l’appât du gain qui la motiver.

Garràn – Et vous ? Comment vous nommez-vous ? Que fait un mage de votre rang à la recherche de je-ne-sais-quoi dans de haute montagne comme celle-ci et vêtu, par-dessus le marché, d’une tenue peu adaptée à la randonnée ?

Évidemment, il fallait que je me présente également. Je ne voyais aucune raison de lui cacher mon identité et ne rien dire sur moi. Il était hors de question que je joue au patron froid qui se moquait de ceux qu’il employait. Je pouvais me montrer parfois dur ou froid, mais je ne manquais pas de bonnes manières et encore moins d’éducation. Et puis, même si les explications de Garràn me paraissaient un peu louches, il avait eu la courtoisie de répondre. Et puis, il ne paraissait pas être le mercenaire stéréotypé, froid, sarcastique et boudeur. Il ressemblait plus à un voyageur qui aimait s’amuser ou bien était assez extraverti. Mais cela n’était que mon opinion.

Dovamun – Bien enchanté aventurier Garràn. Mon nom est Dovamun. Je viens des Ganavarelles et je sais que je ne suis pas bien vêtu pour une promenade en montagne, mais cela est juste dus à de la malchance. Pour vous répondre sur mes objectifs, je suis à la recherche de vielles ruines qui renfermeraient un fabuleux trésor, un savoir ancien. Et j’en ai besoin pour mes plans qui consistent à briser les règles connus de la magie.

Je m’y voyais déjà, tenir une pierre magique, devant un vieux parchemin qui me donnerait le pouvoir tant convoité, mon but ultime que je cherchais à atteindre depuis des années. Avec ça, je pourrais prouver au monde qu’il se trompait, aux maîtres de la magie qu’ils avaient tort et leur faire regretter leur moquerie à jamais. Quel plaisir à ressentir rien qu’en y pensant, un sourire inquiétant se dessina sur mes lèvres et mon visage devint aussi rouge que les flammes. Je me retournais vers mon compagnon pour le rassurer qu’il ne finirait pas pigeonner dans cette affaire.

Dovamun – Si vous espérez prendre l’or et l’argent à l’intérieur et bien… Prenez les. Emparez-vous des pièces et des rubis, des coupes en argent et en cristal. Volez les idoles et les couronnes si tel est votre souhait. Mais pour tous ceux qui est lié à la connaissance et au savoir, laissez-les-moi. Parchemin, tablette et pierre me reviennent, mais partez avec l’or et l’argent.


Un marché honnête je trouve. Je le laissais prendre en plus de la paye que je comptais lui donner, les richesses des rois. Pour moi, tout cela n’était que babiole sans valeur, utile à encombrer de la place dans une pièce et à rendre n’importe qui fou avec sa brillance. Tous ceux que je voulais, ce sont les secrets cachés dans les ruines et cette fameuse pierre qui ne pouvait être que bénéfique… Pour moi.

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Lun 1 Mai 2017 - 15:35

Le mage s’exécuta et se présenta. Dovamun. Voilà bien un nom étrange, provenant des Ganavarelles. Il me semble être passé par là avant de venir dans les montagnes. Une petite mésaventure qui m’avait coûté un petit voyage en prison… Petit détail que je rejetais automatiquement en secouant la tête. Il continua en mettant à plat ses objectifs, les décrivant avec envie et émotion. Un sourire un brin menaçant vint se caller en coin, certainement perdu dans ses pensées. Mais il revint rapidement vers moi pour me rassurer quant à ma récompense pour l’assister dans ce périple pour le moins étrange et mystérieux. Des trésors et autres babioles scintillant de mille feux, que pouvais-je en faire ? Je m’étais simplement servi de ce prétexte pour satisfaire sa curiosité, mais la réalité n’était pas tout à fait là. Je ne portais aucun intérêt à ce genre de choses, encombrant et source de malheurs dans bien des régions et depuis la nuit des temps. Je remerciais l’excellente Naga de Telbara de m’avoir permis de lire tous ses bouquins m’ayant permis de me cultiver et d’en apprendre beaucoup sur ce nouveau monde.

La pente abrupte que nous abordions maintenant depuis quelques temps avait cessé d’exister pour laisser un sol taillé à même la pierre, faisant ressortir une sorte de chemin dallé avec toute sorte de dessin et de motifs sur celles-ci. Je comptais sur mon compagnon Dovamun pour m’éclaircir sur ce sujet, mes connaissances étant tout de même encore limitées malgré mon apprentissage. Ce chemin zigzaguait à s’en perdre derrière la montagne, longeant le flanc de la montagne. Un chemin aussi magnifique que mortelle. Mais il n’avait pas l’air d’avoir d’autres chemins.

Garràn – Je suppose que nous sommes les premiers depuis bien longtemps à emprunter ce chemin. Je m’accroupis pour mieux distinguer les dessins ayant l’air de représenter une sorte de gros monstre. D’ailleurs, je ne crois pas que ce genre de sculpture soit de cette période de l’histoire dans laquelle nous nous trouvons, en tout cas, je n’ai jamais rien vu de tel dans les bouquins…

J’étais plutôt perplexe quant à ce qui nous attendait sur ce fameux plateau. Nous devions certainement être proche, mais très loin du terme de notre aventure. J’aimais énormément en apprendre plus sur l’histoire de notre monde ainsi que sur ses anciennes civilisations, une des raisons pour lesquels je souhaitais voyager régulièrement. Le soleil n’était pas encore au plus haut dans le ciel, nous pouvions encore continuer à avancer avant de faire une première pause. Enfin, quand je parlais de pause, je pensais surtout à Dovamun puisqu’il est le seul à avoir réellement besoin de se reposer de temps à autres. Je devais lui paraître bien robuste à ne pas m’essouffler et à garder un bon rythme lors de notre escalade. C’est pour cette raison également que je m’étais mis à ralentir ne serait-ce que pour l’attendre et paraître un peu plus humain.

De là où nous nous trouvions, nous pouvions voir aisément la grande crevasse se trouvant au centre de cette chaîne de montagnes. De mes connaissances, je sais qu’il s’agit d’une grande plaine où se trouvent deux grandes villes, mais de tête, je ne serais pas capable de citer leur nom. Une magnifique vue sur les montagnes. Un peu plus haut et nous pouvions presque toucher les nuages !
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Mer 3 Mai 2017 - 19:38

Suite à notre petite discussion, nous poursuivions notre route à travers les rochers de la montagne. Ce dur labeur ne tarderait pas à prendre fin. En effet, nous arrivons à un chemin qui semblait être taillé dans la roche. Celles du sol formaient des dalles avec des inscriptions dessus et celles dressaient sur le côté, à des sortes de totem runique. Le plus étrange fut leur aspect qui évoquaient la culture drow. Mais elle était si différente, une sorte de mélange avec un quelque chose dont je ne savais pas trop quoi. Sans attendre une seconde de plus, je pris avec moi de quoi noter et j’essayais de copier certains des motifs sur les pierres. Tout cela était si fascinant. J’avais l’impression de découvrir une nouvelle civilisation. Mieux ! La découverte d’une civilisation perdue ! Bon, les informations que j’avais reçues prouvaient que le lieu était déjà connu, mais j’étais prêt à parier que personne n’était aller plus loin.

Garràn – Je suppose que nous sommes les premiers depuis bien longtemps à emprunter ce chemin. D’ailleurs, je ne crois pas que ce genre de sculpture soit de cette période de l’histoire dans laquelle nous nous trouvons, en tout cas, je n’ai jamais rien vu de tel dans les bouquins…
Dovamun - Mmm... ? A oui ! Ce n'est pas connu, du moins en partie. Vous lisez donc.

Non, je ne me laissais pas aller aux préjugés. Mais si vous étiez comme moi, vous auriez vu de ces cas. Combien de soi-disant guerriers, de mercenaires et j’en passe, ne sachant ni lire et écrire, et qu’ils passaient leur temps à se moquer de ces pratiques fortes utiles et de la magie. Ils n’y connaissaient rien, et pour combattre leur sentiment d’ignorance, ils passaient à la raillerie des autres. Fort heureusement, ils le regrettaient à chaque fois. Se savoir qui aurait pu leur sauver la vie, mais qui au final, leur ignorance le leur à ôter. C’était presque amusant rien que d’y penser. Alors, constater qu’un mercenaire, ou voyageur, ou… Je n’ai pas bien compris ce qu’il était, s’intéresser à la lecture, c’était pour moi une très bonne chose.

Tout en continuant de recopier ce que je voyais, je faisais poursuivre la conversation. Un guerrier qui avait dû savoir, je ne voulais pas laisser passer cela. C’était incroyable comme quoi je pouvais être concentrer sur deux choses en même temps. Et une fois mon grand pouvoir obtenu, je pourrais en accomplir des prodiges.

Dovamun - Au moins, vous ne finirez pas dans la crasse et l'imbécilité comme beaucoup des aventuriers de bas-étage écumant les tavernes.

J’avais déjà rempli plusieurs pages, et je me rendais compte que je devais en garder le plus possible une fois dans les souterrains. M’arrêtant une fois celui sur le quelle j’étais terminé, je me mis à les examiner avec une grande intention. Il était vrai que cela ressemblait à des symboles d’elfe noir. Du moins, de ceux que nous savons de leur culture. Moi-même, étant un grand érudit, j’avouais que ma connaissance sur ces peuples elfiques restait très mince et théorique. Ces peuples aimaient rester isolés et n’aimaient pas partager leur culture avec les autres. Des peuples faisant rêver, voué à disparaitre. Cela impliquerait même une disparition qui ne marquerait presque personne. N’ayant laissé leur empruntes chez les autres peuples, il risquait de n’avoir de séquelles chez les autres races. Mais leur savoir si peu connu pourra toujours servir à des jeux d’énigme comme ici.

Les symboles hybrides m’évoquaient ceux de la carte. Les réexaminant, je compris qu’il devait s’agir d’une indication, l’entrée de la grotte. Rangeant soigneusement mes affaires, je me tournais vers mon garde du corps pour relancer la marche.

Dovamun - Allons-y. Nous ne devons plus être très loin.

Et en effet, en suivant la route taillée, nous arrivons au bout d’une centaine de mètre ou plus, sur un plateau de verdure. Tout autour, des ouvertures se dessinèrent dans la roche, offrant une grande multitude de possibilité pour entrer. Mais il était clair qu’une seule nous intéressait. Il fallait bien choisir. Je m’avançais dans le terrain plat, m’aidant de mon bâton pour marcher vers le centre.

Dovamun - Nous voici arrivé. Enfin ! Cherchons donc notre grotte. Ce sera facile, un symbole ressemblant à un oiseau et gravé sur son flan.

Ainsi commençait notre recherche. La grotte que nous cherchions devait manifester son lien avec les glyphes de tout à l’heure. Et le symbole de l’oiseau était récurent. Enfin, je dis oiseau car cela ressemblait à un oiseau. Mais tout le monde pourrait y voir autre chose, j’espérais que Garran avait la même conception que moi, sinon nous risquons d’être bloquer, ou au mieux ralentit. C’était intéressant de voir aussi comment les ouvertures étaient espacer entre elles de façon régulière. Soit les dieux se sont amusé ici à faire quelque chose d’artistique, soit toutes étaient de conceptions mortelles et servaient à un jeu macabre pour les impudents. Je parlais bien entendu de piège mortel par là.

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Dim 14 Mai 2017 - 2:28

Les symboles et autres différents signes présent sur la roche avaient vraisemblablement attirés l’attention de mon compagnon Dovamun. Il s’y était attardé pour recopier la plupart d’entre eux, ne les quittant pas des yeux, comme si son poignet, son doigté suivait les courbes que définissait son regard sur ces dalles. C’était impressionnant à regarder, une telle concentration, une certaine expérience et un grand savoir pouvait se lire dans son regard. J’imaginais que ce n’était pas la première fois qu’il rencontrait ce genre de choses ou qu’il décrivait des lieux mystérieux. Il faisait peut-être partis de ces gens qui écrivent ses bouquins. Il partagea mon point de vue sur la date de création de ces signes étranges et s’étonna quant à ma réflexion à ce sujet.

Garràn – Disons que j’essaye de me cultiver au mieux et d’en apprendre un peu plus chaque jour sur le monde qui m’entoure.

Ce n’est pas totalement faux, je me suis surpris à prendre plaisir à lire alors qu’à la base, je lisais seulement pour m’occuper la nuit. J’y avais pris goût petit à petit et il m’arrivait d’emprunter un livre ou deux ou d’en acheter pour m’occuper durant mes longs voyages. Exemple récent à la vallée des rois où, avant de partir, j’avais pu m’offrir deux trois livres comptant les péripéties d’un jeune Halefelins dans des contrées lointaines à la recherche d’une bague. Des aventures épiques alors que je me trouvais qu’au tout premier tome, mais je me garderais la suite pour le chemin du retour. Il faut savoir dissocier plaisir et gourmandise.

Dovamun - Au moins, vous ne finirez pas dans la crasse et l'imbécilité comme beaucoup des aventuriers de bas-étage écumant les tavernes.

Difficile de dire s’il s’agissait d’un compliment ou non. Je préférai garder ma langue enfoui dans les ténèbres plutôt que de sortir une ânerie qui lui montrerait mon ignorance totale sur ce monde. Garder l’anonymat pour le moment était le meilleur choix que j’avais. Je ne souhaitais pas me mettre à dos quelqu’un comme lui qui avait réussi à faire fuir une bande de voleur sans aucun problème à l’auberge du village. Et je ne voulais aucunement lui faire du mal en me défendant. Mais de la façon dont il l’a dit, j’imaginais que la plupart des gens vivants dans ce monde n’avaient pas accès à ce don qu’est de lire et de s’instruire par le biais de la lecture. J’en avais déjà appris énormément en si peu de temps, je ne comprenais pas comment l’on pouvait passer à côté d’un tel savoir.

A plusieurs reprises, Dovamun faisait l’allé retour des yeux entre les symboles au sol et sa carte bien mieux détaillé que la mienne. Il devait sans doute comparer les dessins entre eux, je ne sais pas… Quoi qu’il en soit, après un petit moment de réflexion, celui-ci se décida et repartit de plus belle sur ce chemin mystérieusement taillés, nous conduisant certainement à un magnifique trésor ! Nous n’eurent pas besoin de nous fatiguer beaucoup pour atteindre l’entrée de la fameuse grotte. Quelques mètres plus loin, en suivant ce chemin, nous arrivions sur un grand plateau rocheux couvert d’un tapis de verdure et de fleur rendant le décors un peu … hmm … comment dire … venant d’un autre monde ? Comme si l’environnement présent ici n’était pas affecté par la situation géographique de ce plateau. En montagne, croiser de la verdure était impensable, en tout cas, je n’en avais jamais vu tout au long de mes aventures. Sur le flanc de la montagne, plusieurs chemins conduisaient aux entrailles de la terre, toutes aussi bien taillées et espacés. Bien que l’époque à laquelle a été construit ces lieux remontait à bien longtemps, les gens de ce peuple devaient être très intelligents et très doués dans l’art de la construction. Même de nos jours, les maisons que j’avais pu croiser à Telbara n’étaient pas toutes parfaitement droites et aussi ordonnée.

Dovamun - Nous voici arrivé. Enfin ! Cherchons donc notre grotte. Ce sera facile, un symbole ressemblant à un oiseau et gravé sur son flanc.

Garràn – Il s’agit des motifs que vous avez relevés plus tôt ?

Je m’étais rapproché de la première ouverture, celle au centre, recherchant minutieusement un symbole ressemblant de près ou de loin à un oiseau. Cela me paraissait trop facile pour trouver notre chemin, il devait certainement avoir autre chose pour rendre la tâche plus difficile. Et puis, pourquoi chercher un chemin en particulier ? Pourquoi ne pas prendre l’un d’entre eux pour l’explorer et en ressortir pour en prendre un autre si le premier ne nous avait pas satisfaits ? Une fois de plus, je m’abstenais de lui poser la question à défaut de rester dans l’ignorance pour passer pour quelqu’un que je n’étais pas. Peut-être un mal pour un bien. J’enquêtais de mon côté sur ce détail qui me chiffonnait. Pourquoi réaliser plusieurs ouvertures pour accéder à l’intérieur ? Sachant qu’à l’intérieur se trouvait très probablement un magnifique trésor, les bâtisseurs de cette façade n’avait pas eu l’idée de faire plusieurs chemins pour accéder au trésor, faciliter l’accès à leur secret. Peut-être qu’il s’agissait là de plusieurs entrées menant toute à une arrivée différente dans la montagne. D’ailleurs, en y regardant de plus prêt, le sommet de la montagne était différent des autres sommets, cassé et sans pointe à son extrémité.

Garràn – Il est possible que cet « oiseau » ait une posture particulière ?

Si la moindre erreur nous envoyait dans un labyrinthe sans retour, autant ne pas se tromper et prendre toutes les précautions nécessaires ! Un oiseau. C’est plutôt simple comme détail et il y avait plein de motif sur les piliers qui délimitaient l’entrée où je me trouvais. Toutes les entrées devaient être recouvertes de symboles sur les piliers. Rien qu’en passant quelques temps à analyser le pilier droit de l’entrée du milieu, je constatais que plusieurs oiseaux était présent, enfin ce que j’appelais « oiseau » était en fait des espèces de tige noir avec deux grandes ailes pour certaines et d’une seule aile pour d’autres, certainement vu d’autre angle. C’est pour cette raison que j’avais précisée ce détail de posture à mon compagnon. Je trouvais étrange de retrouver plusieurs fois cette simple information. J’avais l’impression de mener une enquête comme celle que j’avais l’habitude de faire à Elegar’a lorsque je m’entraînais à traquer les brigands qui entouraient la ville. À la fois amusant, passionnant et instructif.
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Jeu 18 Mai 2017 - 13:39

La tâche était ardue, et ce serait sans doute la plus simple comparer aux innombrables indices qui nous attendaient à l’intérieur. Arriverons-nous jusqu’au bout ? Je l’espérais bien. Survivrais-je à cette aventure ? Garràn était là pour ça non. Il était probable que l’ensemble de ces symboles sur chaque porte nous racontait une histoire qui, sans doute, était fort intéressante. Mais comme ce dialecte ressemblait fortement à celui des drows, il était impossible de déchiffrer. À moins que, cet étrange mélange ne nous donne les premiers indices pour décrypter la langue mystérieuse des elfes, ce serait magnifique !

Garràn – Il est possible que cet « oiseau » ait une posture particulière ?

La voix de Garràn m’extirpa de mon rêve de devenir celui ayant déchiffré la langue elfique. Le regardant, j’analysais sa demande. Posture particulière ? Il est possible que certains symboles puissent se ressembler et d’autres prendre l’apparence faisant penser à un piaf. Reconsultant mes notes, je le recherchais pour lui répondre. Il ne fallait pas qu’il se trompe et soit responsable de notre possible mort.

Dovamun – Vue sur le dos, les ailes déployés avec le bec ouvert.

Tiens, ce symbole m’est familier. Je n’avais pas trop fait attention au début, mais une sorte de vieux souvenirs tentait de refaire surface, lié à ce symbole. Je lui ouvrais la porte de mon esprit pour savoir de quoi il s’agissait, mais je n’avais devant moi qu’une chose informe et confuse, comme si un brouillard l’enveloppait avec un manteau de neige. Cela me reviendra sans doute. Les recherches reprirent et nous continuions à scruter les colonnes et parois des portes. Je m’arrêtais finalement devant l’une d’elles d’où la lumière du jour dévoilait un escalier descendant dans les profondeurs enténébrées. Sur le plafond rocheux, une silhouette gravée se dessinait, la tête dirigée vers le noir. Je me mis à crier à mon garde du corps :

Dovamun – C’est ici !

En effet, on reconnaissait bien le bac qui piquait vers le bas des marches et ses ailes recouvrant le sommet lisse du tunnel. Si l’on n’avait pas l’œil, ce dessin, bien que grand, passait inaperçu, car on restait plus concentrer sur la façade des portes en pierre. On entendait rien, et on ne voyait rien venant du bout des marches. Un royaume noir se trouvait juste en dessous de nous, qui ressemblait à une nuit sans lune ni étoiles. Rien de rassurant. Me retournant vers Garràn avec un grand sourire, je l’invitais à descendre en premier. N’était-il pas le mercenaire que j’avais engagé pour veiller à ma sécurité ? Il était temps qu’il se mette au travail et prouve qu’il méritait son salaire.

Dovamun – Après vous Garràn. Montrez-moi un début de vos compétences.

Il n’avait pas non plus de quoi avoir peur, je pouvais toujours le couvrir, avec une boule de feu par exemple. Et puis, je pouvais aussi sentir la magie, l’analysé et prévenir d’un éventuel piège du genre si cela devait lui tomber dessus. Je n’étais pas un riche noble pourri, je prenais toujours soin de mes employés.

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Jeu 8 Juin 2017 - 1:46

Ma question perturba un instant mon compagnon d’infortune avant qu’il ne se plonge dans ses notes. Il avait eu raison de recopier ce qu’il avait vu un peu plus tôt, cela nous éviterait bien des problèmes dans ce tombaux perdu dans les montagnes. Je continuais à analyser chaque parcelle des entrées se trouvant à droite du temple, mais aucune information, aucun détaille ne me permettait d’affirmer qu’il s’agisse bien là de l’entrée véritable. Mon noble compagnon me détailla du mieux qu’il pue le symbole dont il était question, mais hélas, cela ne m’aidait pas pour autant. Tandis que je passais ma main sur la façade, tenant mon front douloureux d’une autre main, certainement l’effort de concentration me donnant la migraine, Dovamun m’extirpa de cette brouillasse de symbole inconnu et me demandait de le rejoindre. Il venait vraisemblablement de trouver l’entrée, celle qui n’engendrerait pas notre fin à tous les deux. De son doigt, il désigna le plafond de la première entrée. Ce n’est qu’au bout de quelques secondes que je réalisais que le symbole n’avait pas la taille de ceux que l’on retrouvait un peu partout sur les murs et le sol, mais celui-ci prenait une place conséquente à tel point qu’il passait inaperçu aux yeux de tous.

Dovamun – Après vous Garràn. Montrez-moi un début de vos compétences.

L’humain, jusqu’à lors en tête de notre duo, guidant nos pas, se retourna avec un élégant sourire. Impossible de refuser avec une demande aussi avenante. Je lui passai donc devant et me retrouvais confronté au néant total. Seul le haut des marches était éclairé par la lumière du soleil, le reste était englouti par l’obscurité infernale de ce tunnel sous-terrain. Impossible de savoir où est-ce qu’il nous emmènerait. Avide d’aventure à couper le souffle, j’espérais au moins trouver quelque chose d’intéressant. Pour le moment, l’avant gout que nous avions eu avec toutes ces ruines d’une civilisation disparue depuis des milliers d’années me donnait presque envie de dévaler ces escaliers à toutes vitesse. Mais il ne fallait pas confondre vitesse et précipitation ! Pour le moment, je me devais d’être prudent. Le dit « tunnel » était extrêmement étroit. Je dirais que seul deux humains pouvaient se tenir côte à côte, s’ils n’étaient pas ventripotés bien entendu et hauteur, une tête de plus et ma tête biserait le plafond. Je commençais à descendre les marches une à une, suivi de près par Dovamun qui gardait une distance constante de moi. Le fait d’être collé l’un à l’autre pourrait nous empêcher d’esquiver une attaque ou un piège nous visant. Anticiper l’anticipation de l’ennemi !

Pour le moment, j’avais plus l’impression de redescendre la montagne en pleine nuit que d’explorer une antiquité. Cela faisait déjà un petit moment que nous descendions, l’entrée, derrière nous, ressemblais à un petit carré blanc qui avait l’air, maintenant, inatteignable. Ma peau, bien que couverte par mes vêtements et mon armure légère, brillait dans le noir, ce qui devait terriblement jouer en ma défaveur en ce qui concernait ma discrétion. Je me demandais si Dova allait me demander « comment je faisais pour réaliser ce petit tour de passe-passe que d’éclairer les alentours avec ma peau », voilà une question que l’on m’avait déjà posée une bonne dizaine de fois maintenant… De toutes manières, je ne voyais plus l’intérêt de lui cacher ma réelle personnalité et puis, je ne trompais personne, même lui avait dû s’en rendre compte depuis un moment que je n’étais pas vraiment humain.

Garràn – Regardez ! Les murs !

Seul ma présence et quelques symboles sur les murs éclairaient l’escalier sans fin. Oui, des symboles, certainement ornés de cristaux ou de minerai, un truc dans le genre que j’avais lu dans les bouquins de la bibliothèque de Telbara. Je ne saurais expliquer ce phénomène, mais c’était vraiment magique à contempler. Ces murs étaient tapissés de dessins et de textes, mais le peu de luminosité nous empêchait de deviner nettement ce qu’ils cherchaient à nous dire. Les marches s’arrêtèrent brusquement pour laisser place à une immense salle, de quoi y laisser entrer un dragon ! Gloups … J’espérais que s’en était pas un en tout cas, quoi que ce soit qui pouvait bien vivre ici. Je n’avais aucune envie de me battre contre ces géants d’écaille. Lorsque Dovamun posa à son tour ses pieds sur le vaste sol de la pièce, un sifflement se fit entendre derrière nous, comme si le vent cherchait à s’échapper d’ici. Je me retournais vivement pour constater par moi-même ce qui se passait. L’entrée ne ressemblait plus qu’à un petit point blanc, mais le plus étrange, c’est que de nombreuses lumières s’allumaient les unes après les autres, deux par deux, face à face. Des torches couronnées d’une flamme violette que je n’avais pas remarquée dans l’obscurité des escaliers. Les continuaient à s’allumer jusqu’à arriver à nous puis, elles éclairèrent la salle progressivement, comme par magie. Je ne cherchais même pas à essayer d’expliquer ce qui venait de se passer, je me contentais de me tourner vers la personne qui devait certainement en savoir plus long sur tout ceci que moi.

Garràn – Avez-vous eu le temps de remarquer un symbole ou un dessin qui nous révèlerait ce qui nous attendrait ici ?
avatar
Garràn
Expert
Expert

Race : Dryade de feu
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Sam 10 Juin 2017 - 10:03

La descente de cet escalier semblait sans fin. Plus nous avancions, plus il faisait noir. Il fallait progresser avec prudence, car les marches devinrent invisibles dans ces ténèbres et il serait malheureux de trébucher bêtement sur une marche et de toute dévaler pour s’ouvrir le crâne à la fin. Je ne comptais pas mourir à cause d’un stupide accident comme on trouverait chez nous. La porte d’entrée n’était plus qu’un simple point de lumière indiquant d’où nous venons, mais sa lumière ne fut suffisante pour nous éclairer. Mais nous n’allions pas sortir de suite, nous venions à peine d’arriver. Je jouais avec mon bâton pour tâtonner le sol et repérer les marches pendant un bon moment, sérieusement, cette descente m’a un peu fait perdre la notion du temps comme nous avancions si lentement. Mais au moins, nous arriverons au bout sans égratignure et mort imminente, du moins je l’espérais.

Phénomène étrange, l’armure de Garràn semblait magique. Elle brillait de plus en plus à mesure que nous descendions dans les ténèbres. Enfin, soit elle est magique et obtenue en pillant une tombe ou un lieu magique, où il s’agissait d’un effet naturel avec un jeu de lumière. Dans les deux cas, nous ne passerions pas inaperçus s’il fallait se montrer discret en passant à travers la tanière d’un monstre ou si une armée de morts-vivants se trouvaient en bas de l’escalier. À moins qu’il ne soit un très bon guerrier et qu’il arrive à massacrer une horde d’ennemis à lui tout seul, ce serait rassurant.

Garràn – Regardez ! Les murs !

Tournant la tête, je vis en effet ce que désirais me montrer l’aventurier. Il s’agissait de symboles, orné de cristaux et minéraux leur donnant une lueur bien faible. Malgré la luminosité de l’armure de Garràn et celles des symboles, il mettait bien trop difficile de recopier quoi que ce soit dans mon livre. Dommage. Je me mis à les caresser délicatement, hypnotisé par la clarté de ces symboles. Au toucher, c’était légèrement chaud. Mais s’ils étaient chargés en magie, je n’en ressentais rien, à moins que leur énergie soit en sommeil. Si tel était le cas, quelque chose par ici devrait réactiver leur magie. Ne pouvant pas faire grand-chose ici, nous continuions à descendre jusqu’à ce qu’enfin, nous touchions un sol plat. Une pièce ! Mais impossible d’y distinguer quoi que ce soit, à moi de me servir de Garràn comme torche humaine. Soudain, un déclic se fit entendre, suivit d’un son semblable à un souffle. Au bout du couloir, des lueurs violettes s’allumèrent et d’autres aussi prirent vie et cela remontait jusqu’à nous. La salle fut en quelques secondes baignait dans une lueur violette grâce à des torches et braseros éternels. Une conception Drow si je ne m’abuse.

Dovamun - Voilà qui est mieux. Disais-je tout souriant.

Bras croisés dans le dos, je fis le tour de la salle. Un immense espace dont le toit était soutenu par quatre imposantes colonnes de granites à chaque coin. L’architecture était troglodyte, celle des drow justement. Serions-nous arrivés dans l’un de leur repère ? Juste en face de l’escalier d’entrer, il se trouvait sur le mur opposé une imposante porte décorée de symbole. Le plus étrange était tous ces symboles justement, qui décoraient la grande porte et les murs. Contrairement à ceux de l’entrée, l’écriture ici n’avait rien à voir avec les drow. Pas que je savais lire et écrire le drow, je savais reconnaitre plusieurs de leurs symboles, mais là, rien ne me revenait. On dirait une toute autre langue un peu plus simpliste, illustré par des gravures assez grossières. Vraiment étrange. Je sortis un de mes livres et me mis à le consulter. Mon fameux ouvrage pour aider à traduire des langues perdues.

Garràn – Avez-vous eu le temps de remarquer un symbole ou un dessin qui nous révèlerait ce qui nous attendrait ici ?

Sa question me déconcentra de mes recherches. Essayant de poursuivre mon analyse des textes, j’essayais de lui répondre que :

Dovamun - Laissez-moi un instant je vous prie. Je suis un homme de savoir et non un bourrin comme vous.

À nouveau sur mes textes, je repris son étude. Feuilletant mon livre, je pense avoir trouvé quelque chose, ou un début de quelque chose. J’aimerais me lancer dans une longue explication de ceux que je voyais, mais cela risquerait d’exaspérer le mercenaire qui avait soif d’en découdre avec un monstre ou deux. Faisant le tour de la salle le livre dans ma main, je m’arrêtais devant la grande porte. Les indications obtenues parlaient en gros de Porte des Secrets ou Portes du Royaume Noir. Les âmes extérieures des ancêtres voulurent fuir et franchir ce bloc de pierre. Et pour y arriver, il fallait subir des épreuves… Effleurant la surface de la porte, je sentis que ses symboles, dessus, n’étaient pas stable. S’agirait-il de point de pression ou plus vulgairement, de bouton ?

Dovamun - C'est ça ! Pour passer cette porte, il faut relever un premier indice et la réponse doit être repporter sur ces symboles formant une sorte de cadran là. Laissez-moi encore un instant je vous prie.

La langue que j’essayais de traduire ressemblait beaucoup à celle d’un ancien peuple humain ayant vécu sur Orcande il y a des siècles et dont il ne restait presque plus beaucoup de trace. Mais à la Tour de l’Aurore, on nous enseigna cette langue car elle était liée à divers formes de magie, mais aussi utile pour étudier les langues humaines diverses et que c’est un ancien illustre grand sorcier qui la découverte. L’énigme mentionnait devait être la phrase écrite en gros sur l’entablement en pierre. Voyons voir, si je reprenais mes premières notes additionnées avec une langue cousine, j’arrivais à quelque chose qui semblait tenir la route. Refermant mon livre, je fis ma première grosse traduction :

Dovamun - Je suis la plus grande force sur Terre, crains et aimer des hommes. Je protége comme je détruis et dont ma vocation dépend du cœur du mortel….Intéressant.

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum