Druides et barde

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Lun 18 Avr 2016 - 0:35

Maïlinya fut sortie à son tour de la cage. Les liens à ses poignets furent attachés sans ménagement, lui arrachant une grimace de douleur. Nienor espéra que les Drows ne s'acharnent pas sur la Dryade, par pur plaisir sadique. Il semblait qu'il s'agissait d'un trait inhérent à cette race, le besoin de faire souffrir autrui. Cela n'étonnait pas Nienor : ils avaient un visage mauvais et leurs yeux brillaient d'une lueur malsaine. Ceux qui avaient attachés les liens de la compagne de la louve rirent en voyant leur infortunée victime grimacer.
Cette dernière, une fois à côté de la louve, expliqua qu'elle était une Dryade, une "enfant des arbres". Nienor serra les lèvres : il était à parier que les Drows allaient en profiter. En effet, la matriarche prit un charbon ardent dans le feu, en plantant une lame dedans. Un sourire sadique sur les lèvres, elle s'approcha de la Dryade et s'amusa à passer le morceau de charbon près du visage de cette dernière, pour observer ses réactions. Cela déclencha l'hilarité chez ses congénères, et fit monter la moutarde au nez de Nienor.

Elle serra les mâchoires et testa la résistance des liens qui lui entravaient les poignets. Ils étaient serrés, certes, mais avec un peu d'efforts, et au prix de petites plaies, elle pouvait s'en libérer, en jouant sur sa véritable force. L'attention des Drows était concentrée sur la Dryade, et Nienor commença donc à faire bouger ses poignets, les frottant l'un à l'autre en essayant de se débarrasser des liens de chanvres.
Enfin, après avoir bandé ses muscles, elle parvint à se libérer de ses liens, surprenant les Drows.
Sans leur laisser le temps de se ressaisir, elle bondit sur la matriarche. Ses ongles étaient devenus plus pointus, et des poils semblaient pousser sur son corps. En poussant un grognement, elle commença à frapper et griffer l'Elfe noire. Les cris de douleurs de cette dernière brisèrent le charme de stupeur dans lequel étaient plongés ses congénères.

Les plus proches étaient celles près de la Dryade. Elles se jetèrent sur Nienor et tentèrent de la maîtriser, mais cette dernière tenait bon, jusqu'à ce que l'une des Drows dégaine sa dague et la plante dans l'omoplate de la louve-garou. Cette dernière se cambra en poussant un hurlement de douleur. La dague ressortit de sa chair et se planta dans son flanc. Nienor se retourna et se jeta sur celle qui venait de la poignarder. Ce n'était pas une lame en argent, ce qui l'arrangeait : ses plaies se refermeraient, peut-être lentement, mais sûrement, ce qui ne serait pas gênant durant le combat. Quoique la perte de sang pourrait lui être fatal...
Elle frappait de son mieux, mais une seconde lame se planta dans son corps, au niveau de ses reins. Un coup puissant la fit tomber à terre. Le mâle Drow l'empêcha de bouger, à l'aide d'un filet.
La matriarche se remettait debout, lentement. Elle était ensanglantée, mal en point et un masque de fureur était inscrit sur son visage.
A l'aide d'un second fouet, sans pointe de knouts dessus, elle lacéra la peau de Nienor à trois reprises.

"Sale petite... CATIN ! Tu m'as défiguré ! Tu finiras aux arènes et je m'assurerais que tu y crèveras comme une bête sauvage !"

Sa voix était rauque, et son visage était en effet défiguré : la louve l'avait frappé à plusieurs reprises à la tête lors de son assaut.

Nienor
Elite
Elite


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Lun 18 Avr 2016 - 17:34

A ma réponse, une lueur étrange brilla dans les yeux rouges de la drow qui posait les questions. Cela ne présageait rien de bon... L'autre remua, se tenant prête à réagir, mais je lui enjoignis de rester calme. Mes mains étant attachées, elle ne pourrait pas mieux faire que moi...

Un feu brûlait dans le campement, et la matriarche des drows se saisit, du bout de sa lame, d'un morceau de charbon ardent. Un frisson me parcouru, tandis que mes yeux s'écarquillaient. Elle n'allait quand même pas... Elle s'approcha de moi, passant le charbon tout près de mon visage. Saisie d'un immense sentiment de frayeur, je voulus me jeter en arrière, mais les autres drows me tenaient ferme. Leur rire s'éleva, tandis que l'objet de mes peurs s'éloignait, pour s'approcher de nouveau tout doucement. Je laissai échapper une plainte, tremblant de tout mon corps. Le charbon passa de nouveau près de moi, si près que je crus que j'allais m'embraser. Je luttais de toutes mes forces pour m'éloigner, mais rien n'y faisait. Mes yeux, embués, fixaient la lueur rouge à laquelle j'étais incapable de me soustraire.

Des images passèrent soudain devant mes yeux, tandis que je fixais cette lueur.

Des arbres en feu. Mon coeur, serré, mes pas frappant le sol, vifs, mais pas assez. Les animaux, fuyants. La fumée, qui me piquait les yeux, brûlait la trachée. Mon incapacité à rejoindre mon père, de l'autre côté du mur de flammes. Le désespoir, une fois l'incendie passé, quand je l'avais trouvé agonisant et qu'il avait trouvé la mort dans mes bras.

Les deux réalités se superposaient, liées entre elles par mes sentiments mêlés d'horreur et d'impuissance. Emergeant de ce chaos, je sentis toutefois quelque-chose heurter ma conscience. Une voix résonna soudain dans mon esprit:

L'autre : "Je" doit l'écouter! Ferme les yeux!

Je m’exécutai. Les visages hilares des elfes disparurent, ainsi que la lueur rougeoyante et, avec elle, la forêt en feu. Toutefois, l'odeur de brûlé demeurait, toute proche, me donnant l'irrépressible envie d'ouvrir les yeux, pour surveiller le charbon.

L'autre : Ça ne sert à rien. Elle ne peut rien faire pour les tirer de là. Et les démones noires ne vont pas les tuer. Elles s'amusent.

Je sentis la colère de mon autre moi. Mais elle, du moins, n'avait pas peur.

Soudain, j'entendis comme le bruit de corps s'entre-choquant, et l'odeur haï s'éloigna de moi. Un bruit de chair que l'on déchire me décida à ouvrir les yeux, et je découvris Nienor, en train de fouailler la chair de la matriarche des drows... avec ses ongles. Ongles qui avaient plutôt l'apparence de griffes. L'elfe hurla, et ses compagnons me lâchèrent soudain. Surprise, je chutai au sol, roulai sur moi-même, à temps pour voir une lame s'enfoncer dans le dos de Nienor, cette dernière hurler, et la lame revenir pour se planter dans son flanc. Nienor se jeta sur son agresseuse, mais une autre adversaire la poignarda. Incapable de l'aider du fait de mes mains liées, je vis une drow la projeter au sol, tandis que le mâle l'immobilisait avec un filet.

La matriarche se relevait, son visage lacéré de coups de griffes tordu par la fureur. Je la vis élever un fouet muni de pointes, et lacérer la chair de ma compagne de route. L'horreur s'empara de moi. Que pouvais-je faire? Elle risquait de la tuer, dans sa rage! Mon cerveau fonctionnait à toute allure. Impossible d'attaquer. Demander l'aide d'un arbre risquait de ne pas nous aider beaucoup. Mon harate n'était pas non plus de taille contre ces adversaires. Ce qu'il nous aurait fallu, c'était de l'aide.

La matriarche cracha, à l'adresse de Nienor:

"Sale petite... CATIN ! Tu m'as défiguré ! Tu finiras aux arènes et je m'assurerais que tu y crèveras comme une bête sauvage !"

Une... bête sauvage? Une idée germa dans mon esprit. J'avais toujours eu de bon rapports avec les animaux de la forêt. Ils m'accompagnaient parfois, sur un petit bout de chemin, ou s'endormaient non loin de moi. Mais parmi ces animaux, il y avait une race dont j'étais particulièrement proche... parce-que je pouvais prendre leur forme, courir avec leurs meutes. Parfois, l'autre chassait avec eux. Peut-être que, si une meute se trouvait dans les parages...

Je basculai la tête en arrière, laissai échapper un long hurlement de loup, qui alla se perdre entre les arbres. Puis je ramenai mon attention sur les drows et Nienor. Le regard des elfes ne laissait rien présager de bons. Un frisson me parcouru, mais je m'obligeai à garder la tête haute. Maintenant, il ne restait qu'à espérer qu'une meute assez importante pour oser s'attaquer aux elfes chassât dans les parages. Et, si c'était le cas, que cette meute ne se surestime pas, et qu'avec elle, Nienor et l'autre, nous soyons capable de vaincre les elfes, ou au moins de les blesser assez pour qu'ils nous laissent nous enfuir. J'aurais détesté que des loups meurent par ma faute.

Maïlinya
Elite
Elite


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Dim 24 Avr 2016 - 19:05

Nienor avait mal, Nienor saignait. Certes, les lames n'étaient pas en argent, et donc elle pourrait aisément se remettre de ses blessures, mais cela ne l'empêchait pas de ressentir la douleur. Les Drows avaient sciemment frappé de façon à ne pas viser le cœur, ou d'autres organes vitaux, afin de la garder en vie aussi longtemps que possible. Alors qu'elle tentait de retenir ses pulsions les plus bestiales de prendre le dessus, et que la matriarche avait abandonné le fouet pour lui asséner des claques, un long hurlement retentit, captant l'attention des Drows. Maïlinya l'avait lancé, et la jeune femme aux cheveux d'ébènes le reconnut comme étant un cri de ralliement, d'appel à l'aide à l'intention d'une meute de loups.
L'attention des Drows ayant été détournée, Nienor rampa misérablement hors de la portée de la matriarche. Son odorat parvint à lui transmettre, par-dessus le sang, le parfum puissant émit par des loups se mettant en chasse. Alors que les Drows entouraient la Dryade pour savoir quelle mouche l'avait piqué, et chercher à lui faire comprendre qu'il ne s'agissait peut-être pas là de sa meilleure idée, à l'aide d'armes tranchantes, un long hurlement répondit à celui poussé par la Dryade.

Les loups avaient entendu l'appel et se dirigeaient vers le petit campement. A en croire la réaction des Drows, qui commencèrent à prendre les armes et à préparer des torches. Nienor parvint à ramper hors de vue et se calma. Puis, elle se transforma en louve. Ses muscles s'allongèrent et se réarrangèrent, sa colonne vertébrale la força à se mettre à quatre pattes. De la fourrure recouvrit son corps, tandis que ses oreilles remontaient sur son crâne.
En une dizaine de secondes, l'Humaine avait laissé place à une louve couleur de charbon, dont la fourrure était striée par une longue mèche blanche. Les blessures s'étaient refermées durant la transformation, mais son corps était toujours douloureux. Péniblement, elle revint en tapinois dans le campement, avant de se ramasser sur elle-même. Prenant une bonne impulsion, elle se jeta sur une des Drows. La grande différence, avec son apparence humaine, dans une mêlée générale, était qu'elle avait à présent de véritables griffes, quatre pattes et surtout une gueule chargée de crocs capables de broyer un bras.

Il se déroulait à présent une mêlée générale, et la louve sombre parvenait à esquiver la majorité des coups qu'on lui portait. Malheureusement, elle était affaiblie et épuisée. Nienor se fit acculer et encercler par les Drows.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Lun 25 Avr 2016 - 13:41

Les drows s'étant tournés vers moi, un frisson désagréable me parcouru. Ils s'approchèrent et je vis dans leurs yeux que j'allais regretter mon acte. La lame au clair, la matriarche défigurée s'approcha de moi. Mon pouls s'accéléra, mais, du coin de l'oeil, je pus voir Nienor rouler à distance, et en fus satisfaite. Alors que je m'apprêtais à recevoir ma punition, les dents serrées, repoussant la peur qui risquait de m'engloutir et de tout dévaster à son passage, une voix lupine s'éleva, répondant à mon appel. Un certain soulagement s'empara de moi, tandis que les drows se préparaient au combat.

Une louve au pelage d'ébène parcouru d'une mèche blanche se jeta soudain sur nos ennemis et une certitude éclaira mon esprit : il s'agissait de Nienor. Sa fourrure avait exactement la même couleur que ses longs cheveux. Une voix retentit alors en moi, détournant mon attention :

L'autre : Bien, pour l'appel. Elle n'aurait pas fait mieux. Cède-lui la place, maintenant.

Je me rendis volontiers.

Dès qu'elle fut aux commandes, elle prit connaissance de la situation. La louve qui était Nienor était encerclée par les fichus elfes à la peau noire. Quant à elle, elle ne pouvait rien faire physiquement, ses liens trop serrés l'empêchant à la fois de se battre et de se transformer. Puisqu'elle n'était d'aucune utilité de cette façon, elle se concentra pour transférer de son énergie à la louve qui était Nienor, dont le corps l'utiliserait pour guérir de ses blessures... ou du moins pour retrouver une bonne forme puisqu'elle se rendit compte, un peu tard, que toutes ses blessures semblaient déjà refermées. Puis elle fit apparaître un harate, qui se jeta par derrière sur l'une des drows, qui, concentrée sur Nienor, ne l'avait pas vu venir. Elle prépara sa magie, prête à intervenir pour guérir son invocation.

A ce moment, des silhouettes grises émergèrent des arbres, et, d'un trot souple et efficace, prirent position pour évaluer la situation. L'un des loups planta ses yeux d'ambre dans ceux de l'autre, qui détourna les siens. Sous cette forme, elle ne disposait pas de l'aide de ses oreilles et des sa queue pour exprimer à l'alpha ce qu'elle aurait voulu, mais elle émit un léger jappement, tout en gardant les yeux détournés, en signe de respect.

Le loup sembla la comprendre, et il se jeta à l'assaut des drows avec le reste de sa meute, tandis que l'autre redoublait de vigilance, prête à intervenir à l'aide de sa magie soignante si l'un de ses alliés était touché par les ennemis.

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Mar 26 Avr 2016 - 2:15

Un éclair fauve surgit dans le dos d'une des Drows et le projeta au sol sous son poids. Nienor sursauta en voyant un harate s'attaquer aux Elfes Noirs, avant de se jeter de nouveau dans la mêlée. Elle parvint à agripper le mollet du mâle à l'aide de ses dents, et secoua la tête en grondant, jusqu'à ce que la chair de sa proie se déchire dans une gerbe de sang. Il hurla alors qu'il tombait au sol. Son cri fut brutalement interrompu au moment où la louve sombre lui déchira la gorge à l'aide de ses crocs acérés. Un jappement parvint jusqu'à ses oreilles, par-dessus la mêlée, et elle tourna la tête au moment où un loup sautait par-dessus elle pour s'attaquer à la matriarche Drow.
Une meute de loups s'était jointe au combat, et la Drow qu'elle avait blessé avant de se faire capturer était déjà morte.
Les survivantes, devant ce carnage, parvinrent à rattraper leurs montures qui, excitées par le sang, s'étaient jointes au chaos ambiant. Les Elfes Noires cravachèrent de concert et fuirent le champ de bataille.

Nienor, en boitant, alla s'asseoir pour lécher ses blessures. Tant que les loups étaient présents, il valait mieux qu'elle évite de reprendre sa forme humaine. De plus, leurs sauveteurs impromptus se méfiaient d'elle et surtout de sa bestialité cachée.
Mieux valait donc, en ce cas, ne pas les effrayer plus encore...
Le harate était revenu auprès de Maïlinya, ce qui laissait supposer qu'elle était celle qui l'avait invoqué. Les loups se méfiaient autant du félin que de la louve-garou, et ceux qui se trouvaient près de la Dryade regardaient le harate avec suspicion. L'alpha s'approcha de Nienor, qui s'allongea avec un air soumis. Il la sentit et cette dernière en fit de même. L'alpha se retourna et se rendit auprès de Maïlinya. La louve au pelage de charbon était inoffensive, selon le chef de la meute.

Alors que la Dryade "parlementait" avec le nouveau venu, Nienor se rendit compte que ses plaies s'étaient refermées, ce qui l'étonna : ses dons de régénération n'étaient pas aussi puissant pour la guérir aussi vite, ce qui signifiait que quelqu'un était intervenu en sa faveur. Sans doute la Dryade : après tout, elles étaient proches de la nature et devaient donc posséder quelques dons leurs permettant de mieux remplir leurs offices. La louve se coucha, avant de bailler à gueule déployée. Elle ferma les yeux, épuisée par cette rude journée. L'une des dernières sensations qu'elle sentit fut celle provoquée par un loup s'allongeant à côté d'elle pour l'aider à se garder au chaud.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Jeu 28 Avr 2016 - 13:09

Après l'arrivée de la meute, une vague de peur parcourut les drows... ou, du moins, les survivantes. Ces dernières n'attendirent pas de rejoindre leurs camarades étendus au sol ; elles bondirent sur leur monture, et s'enfuirent au galop, disparaissant entre les arbres.

Elle eut un petit sourire. Enfin. Voir ses geôliers morts lui procuraient un fort plaisir, et la fuite des survivantes était à peine moins jouissive. Elle projeta ses forces pour soigner les blessés, et eut une pensée pour « je », qui serait bien contente en revenant qu'il n'y ait pas eu de perte dans leurs rangs. Le harate se rapprocha d'elle, et vint ronger ses liens. Après quelques minutes, ceux-ci se relâchèrent, et elle put s'en libérer.

Le loup alpha semblait avoir décidé que Nienor n'était pas une menace pour sa meute, et s'approchait désormais d'elle. Comme il ne semblait pas apprécier le harate, elle demanda à celui-ci de s'éloigner, et remercia le loup de leur être venu en aide. Puis, désormais libérée de ses liens, elle prit sa forme lupine pour se joindre à la meute, qui se reposait après le combat. Les loups l'acceptèrent volontiers. Même sous cette forme, ils avaient conscience qu'elle n'était pas une louve à part entière, et la voyaient plutôt comme un arbre-loup. Ils l'acceptaient dans leurs rangs comme telle, et étaient heureux de partager des chasses avec elle, même s'ils ne la considéraient pas comme un véritable membre de leur meute.

Nienor s'était couchée parmi les loups, et elle fit de même, appréciant d'autant plus cela qu'elle était sous sa forme lupine, qui lui transférait certains instincts. Elle s'endormit rapidement, étrangement paisible.

Lorsque j'ouvris les yeux, je mis un petit moment pour retrouver mes esprits. Un loup gris était allongé à mes côtés et, non loin, se distinguait la fourrure noire tachée de blanc de Nienor. Je me levai et étirai mes pattes. Je ne me souvenais pas de ce qui s'était passé tandis que l'autre avait pris possession de moi. Notre victoire était pour moi un soulagement, d'autant qu'aucune perte ne semblait avoir touché les rangs des loups.

Nos compagnons à quatre pattes s'éveillaient, et le loup alpha ne tarda pas à annoncer le départ. Après quelques échanges de coups de museau amicaux, la meute s'en fut, laissant Nienor et moi derrière elle. Je me tournai vers celle-ci, les oreilles dressées, attentive, la queue ni trop basse, afin de montrer que j'étais à l'aise, ni trop haute, ce qui aurait pu être un signe de défi. J'avais envie de lui poser des questions sur sa nature mais peut-être valait-il mieux d'abord s'éloigner des lieux du combat. De plus, j'ignorais quel contrôle ma compagne de route avait sur sa transformation, et attendis un signe de sa part.

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Ven 29 Avr 2016 - 17:59

Nienor s'éveilla, toujours sous sa forme de louve. La meute était d'ors et déjà partie. Maïlinya était elle aussi sous une forme de louve, dans une attitude neutre, ou du moins, non-hostile. Elle savait qu'il s'agissait de la Dryade, car son odeur était sensiblement la même, si c'était légèrement altéré par l'odeur lupine. La louve s'étira en baillant, avant de secouer la tête. Puis, elle se dirigea vers le lieu où elle s'était transformée en louve. Sa robe n'était pas en très mauvais état, ce qui l'arrangeait. La jeune femme changea donc de peau et revêtit la robe de paysanne, avant de revenir dans la clairière en ébouriffant sa tignasse. Elle lissa sa mèche de cheveux blancs, avant de la laisser pendre naturellement. Il n'y avait pas grand-chose à manger pour servir de petit-déjeuner, ce qui était quelque peu gênant...
Elle haussa intérieurement les épaules : au pire, elle changeait de peau une nouvelle fois, pour partir en chasse.

Avisant les sacoches que les Drows avaient abandonné dans leur fuite éperdue, elle les fouilla, plus par acquis de conscience qu'autre chose. Et cette précaution fut bien récompensée : elle découvrit des remèdes, rudimentaires certes, mais relativement utiles, dans la mesure où elle n'en possédait pas et pouvait se trouver dans une situation où ils seraient utiles. Et dans une autre sacoche, de la nourriture : du pain rassit et de la viande séchée. Certes, c'était maigre, mais c'était déjà ça.
Elle les disposa au sol et se tourna vers Maïlinya :

"Si tu as faim... Et que tu veux poser des questions..."

PS:
Je suppose que Maï est toujours en louve à ce moment-là, à la limite, envoie-moi un MP pour me le confirmer, et si elle souhaite poser des questions au sujet de la louve ?

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Sam 30 Avr 2016 - 19:43

La louve noire s'éloigna de moi et je m'assis sur mon arrière train afin de l'attendre, lissant mon pelage de la langue. De légers pas se firent entendre et je vis Nienor qui revenait vers moi, sous sa forme humaine. Je me redressai sur mes pattes, tandis qu'elle se mettait à fouiller les affaires laissées par les elfes noirs. Elle empaqueta certaines choses, avant de placer de la nourriture sur le sol, disant à mon adresse:

"Si tu as faim... Et que tu veux poser des questions..."

Ainsi, elle était disposée à discuter. Me concentrant, je repris forme humaine, me retrouvai accroupie devant elle. Je me redressai, époussetai ma robe légère, replaçai une mèche feuillue derrière mon oreille, et répondis:

Maïlinya : Je te remercie, mais il est inutile de gaspiller de la nourriture pour moi ; je n'en ai pas besoin.

Après un moment de réflexion, durant lequel je rassemblai mes idées, je continuai:

Maïlinya : Ainsi tu es... une lycan? Je ne suis pas certaine de savoir exactement de quoi il s'agit. J'ai lu des choses mais... Les livres apportent souvent avec eux le point de vue de leur auteur, ce qui peut être intéressant, mais le lecteur avisé doit se méfier de cette subjectivité, et faire varier les sources s'il veut se targuer d'une quelconque connaissance.

Je laissai Nienor répondre à ma question et m'expliquer en quoi consistait réellement le fait d'être une lycan, mon attention toute entière absorbée. Avoir l'explication d'une lycan elle-même était tellement inespéré! Puis je lui racontai que, comme elle avait pu le voir, je pouvais moi-même prendre la forme d'une louve, mais que cela ne se rapprochait pas de la lycanthropie, puisque personne ne m'avait transmis cela, que c'était juste un don que j'avais depuis ma naissance, comme celui de communiquer avec les plantes et les animaux, et que, dans mon cas, cela me semblait tout aussi naturel. Je ne lui parlai pas de l'autre. Elle n'avait sans doute pas vu que je possédais -ou étais possédée par, c'était selon- un double, en moi, qui intervenait pour me protéger -et, je ne pouvais me le cacher, s'amuser- puisque l'autre était intervenue dans des situations peu propices aux bavardages. Inutile de lui avouer cela. Je n'en étais pas fière, et cela risquait d'éveiller la méfiance de la jeune femme. Je demandai plutôt:

Maïlinya : Que comptes-tu faire, maintenant? Continuer ta route vers Estandre?

J'eus une petite pensée pour Corya. J'espérais que la barde était vivante... et qu'elle retrouverait son chemin, sans faire d'autre mauvaise rencontre. La forêt la protégerait peut-être. Elle avait eu l'air d'une personne très douce. Je reportai mon attention sur Nienor. Elle était très différente de la barde, son apparence de jeune femme ne parvenant pas à faire disparaître une certaine sauvagerie qui, d'un côté, rehaussait sa beauté. Maintenant, je comprenais d'où cela venait. J'espérais que la lycan continuerait le voyage avec moi. J'appréciais la compagnie, et la sienne était en plus particulièrement intéressante. Je me demandais ce qu'elle allait faire à Estandre. Peut-être y avait-elle de la famille, puisqu'elle avait dit y retourner.

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Lun 2 Mai 2016 - 13:29

Maïlinya reprit son apparence "normale" et replaça une mèche feuillue derrière son oreille, avant d'expliquer qu'elle n'avait pas besoin de se nourrir. Nienor haussa des épaules, contente d'apprendre cela : c'était toujours plus de nourriture pour elle. La Dryade lui demanda alors si elle était bien un lycan, ce qui la surprit... Jusqu'à ce qu'elle comprenne qu'aux yeux de la Dryade, c'était se transformer en louve, et non pas... Son autre apparence. Apparemment, son interlocutrice avait beaucoup lu, et les auteurs n'étaient pas toujours d'accord sur le sujet des lycans. Ce qui surprit Nienor : elle allait donc devoir expliquer la différence entre un lycan et un changeur de peau à son interlocutrice.

"Et bien, un lycan est une personne atteinte de lycanthropie, qui se transforme en un monstre, hybride d'Humain et de loup. Et puis, il y a les changeurs de peau. Ceux-là prennent l'apparence d'un animal, ils changent littéralement de peau. C'est pour cette raison que ma robe était... Eh bien, au sol. Les lycans et les changeurs de peau ne sont pas la même chose. Un lycan est bien plus dangereux, car il ne peut pas se contrôler et attaquent tout ce qui bouge."

Ce qui était amusant, dans l’affaire, c’était que Nienor appartenait aux deux catégories. Et elle avait tenu à clarifier la situation sur ce qu’était un changeur de peau : puisqu'ils ne faisaient que changer de peau, il était logique que les vêtements, qui ne font pas partie de l'épiderme, restent à côté, non ? La Dryade expliqua qu'elle pouvait elle aussi se transformer, comme la louve avait pu s'en rendre compte. Enfin, elle lui demanda si elle comptait continuer vers Estandre.

"Oui. J'y ai vécu... Et je souhaite revenir là où j'ai passé mon enfance."

Nul doute que son village avait radicalement changé, depuis le temps... Si son village existait encore, s'entend. Elle se posait quelquefois la question, et se demandait si ses amis d'enfances avaient survécu à l'attaque des bandits. Elle l'espérait, et elle espérait qu'ils n'aient pas vécu les mêmes misères qu'elle.
La jeune femme acheva son déjeuner et regarda Maïlinya :

"Et toi ? Vers où veux-tu aller ?"

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Mar 3 Mai 2016 - 13:12

Nienor m'expliqua que les lycans différaient des changeurs de peau en cela que les premiers devenaient des monstres mi-hommes, mi-loups alors que les seconds devenaient simplement des loups ; c'était pour cela que sa robe s'était retrouvée au sol lorsqu'elle avait changé de peau. Mais alors, elle, quel était-elle ? Elle avait griffé la drow sous sa forme humaine, ce qui faisait penser à un lycan, d'après ce qu'elle expliquait. Mais elle se présentait comme une changeuse de peau. Cela me semblait assez compliqué.

Elle me confirma vouloir aller en Estandre. C'était là qu'elle avait vécu son enfance. Puis, après avoir fini de manger, elle me demanda ce que, moi, je comptais faire. Je haussai les épaules, hésitante. J'avais bien envie de l'accompagner. Cela me permettrait de voyager, et pas seule. De plus, étant toutes deux louves, d'une certaine façon, le voyage en sa compagnie serait sans doute fort agréable. Seulement, je n'avais pas le courage de m'approcher d'une ville. Après mon expérience à Telbara, il me faudrait un moment pour oser y retourner faire un tour. Pour l'instant, je n'avais pas envie de m'éloigner des arbres et des plantes. J'espérais donc qu'elle se contenterait de se rendre dans un village, moins isolé de la nature.

-Si tu le veux bien, j'aimerais t'accompagner pour un bout de chemin. J'aime voyager, et je partagerais volontiers ma route avec toi. Toutefois, je ne peux m'éloigner des arbres et des plantes. Aussi, si tu te rends en ville, il nous faudra alors nous séparer.

Tandis que j'attendais sa réponse, je tentai de sonder cette partie de mon esprit qui était moi tout en en étant dissociée. Mais l'autre m'était inaccessible. Elle seule possédait la capacité de forcer mon esprit, même si, depuis quelques temps, nous favorisions la discussion, ayant compris qu'elle était préférable aux combats pour le contrôle que nous nous livrions auparavant. Enfin, elle avait toujours tenté, même avant, de me demander ma permission... Le changement venait surtout de moi, puisque j'avais compris qu'elle ne cherchait, par ses interventions, rien d'autre que mon bien -ou, du moins, mon bien en priorité- et que je n'avais d'autre façon de me protéger et de protéger autrui que de recourir à elle.

Malgré la communication qui s'était installée entre nous, j'étais toujours un peu méfiante à son égard. J'étais une personne pacifique, et ne pouvais en dire autant d'elle. Nous avions tendance à ne pas nous entendre sur les comportements à adopter face à une situation donnée. Et même si je devais admettre que ses instincts s'avéraient souvent être dans le vrai, je ne voulais renoncer aux conduites qui me semblaient bonnes et justes. De plus, l'incompréhension que certains aspects de l'autre m'inspirait ne me poussait pas à lui faire confiance car, à cause de cela, j'étais incapable de prévoir ses actions. J'espérais qu'elle ne surgirait pas durant mon voyage avec Nienor. J'avais trop peur de la réaction que pouvait avoir cette dernière face à cette partie de moi qui m'effrayait moi-même.

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Mar 10 Mai 2016 - 14:57

Maïlinya parut réfléchir à la question que lui avait posé Nienor, avant de répondre qu'elle escomptait suivre cette dernière dans son périple. A la condition, bien entendu, qu'elles ne s'arrêtent pas dans une ville : la Dryade ne se sentait bien, semblait-il, qu'au milieu des arbres. La jeune femme prit le temps de réfléchir, avant de hausser des épaules et de répondre :

"Pourquoi pas ? Je vivais dans la Forêt de la Vanille, autrefois. Je vais donc tâcher de retrouver mon village... Ou ce qu'il en reste. Ce qui signifie que tu ne devrais pas souffrir du manque d'arbres..."

Elle espérait que son village avait un tant soit peu survécu à l'attaque des bandits, mais cela faisait si longtemps... Elle était encore toute enfant à l'époque. Et même si elle retrouvait son village, qu'est-ce qui lui prouvait qu'il ressemblerait au lieu où elle avait passé son enfance, consigné dans ses souvenirs ? C'était... Effrayant... Elle ne savait même pas qui avait survécu. Ses parents ? Certainement décédés... Ses amis ? Aucune idée. Certains avaient été revendus comme esclaves ou comme domestiques, et elle ne savait pas ce qu'ils étaient devenus depuis.
Elle soupira et se passa la main sur la nuque.

Mieux valait ne pas se laisser aller à d'aussi sombres pensées. Elle s'étira et rangea ce dont elle avait besoin dans une des besaces abandonnées par les Drows, avant de la sangler en travers de ses épaules. Elle regarda autour d'elle, semblant rechercher un point de repère quelconque, avant de se tourner vers Maïlinya :

"Dis... C'est vers où, le Nord ?"

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Mar 10 Mai 2016 - 18:35

La lycan m'expliqua qu'elle avait vécu dans la forêt de la Vanille, et que je ne manquerais donc pas d'arbres. J'acquiesçai, soulagée. Je m'en voulais toujours d'avoir abandonné Harzhan, mais savais que si cela était à refaire, je le referais... j'avais cru mourir, ce jour là. Je me souvenais de la sensation de mon corps vidé d'énergie, du monde qui tournait autour de moi, de la peur que j'avais ressentie devant ce malaise qui ne voulait pas me quitter.

Nienor s'activa alors, préparant son paquetage. Moi, je n'avais rien à préparer, ne portant sur moi que ma robe et ma flûte, attachée à ma jambe. Après qu'elle fût prête, elle sembla chercher quelque-chose. Tandis que je la regardais, interrogative, elle se retourna vers moi, me demandant :

"Dis... C'est vers où, le Nord ?"

Je réfléchis un instant. Heureusement, je connaissais bien cette forêt, y ayant vécu plusieurs années. Je savais donc par où il fallait partir pour aller au Nord. Je tendis un doit, tout en disant :

Maïlinya : Le Nord est par là. Par contre, je crains de ne plus pouvoir te guider dès lors que nous serons sorties de la forêt...

Nous partîmes donc dans la direction qu'elle souhaitait prendre, parmi les arbres qui projetaient autour de nous leur ombre, filtrant la lumière du soleil, qui ne nous parvenaient que par de minces rayons. Autour de nous, les animaux faisaient bruisser les plantes, se réjouissant sans doute du beau temps. Je pouvais presque sentir les arbres apprécier l'épanouissement de la vie, la léthargie dans laquelle les plongeait la saison froide désormais oubliée.

Tandis que nous marchions, l'autre s'éveilla en moi, et souffla dans mon esprit

L'autre : « Je » ne devrait pas lui faire confiance. D'accord, elle a aidé... Mais elle a dit être une lycan... et a dit après que les lycans ne peuvent pas se contrôler. La louve noire et blanche est dangereuse. Elle l'a vu. « Je » aussi, elle le sait... « Je » ne veut jamais voir. « Je » joue l'aveugle.

J'ignorai ses paroles. Elle était toujours méfiante. Trop méfiante. Elle finirait par accepter la présence de Nienor. Elle avait accepté Harzhan. Elle s'était même attachée à lui, si tant est que l'autre puisse s'attacher à quelqu'un. Elle était allée jusqu'à m'en vouloir de l'avoir laissé. Mes pensées ne parurent pas lui plaire, car elle disparut de nouveau au fond de moi, sa présence s'estompant en mon esprit. Je jetai un coup d'oeil à Nienor, qui marchait à mes côtés. Il fallait que je parvienne à tenir l'autre à l'écart, de sorte à ce qu'elle ne remarque pas sa présence. Une légère me contracta le ventre. Je me sentais toujours aussi impuissante face à mon autre. Je tâchai de l'oublier, et demandai à Nienor, curieuse :

Maïlinya : Pourquoi es-tu partie de ton village ? Tu es allée où après ? Dans ta famille, ils étaient aussi des lycans ou des changeurs de peau ?

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Ven 13 Mai 2016 - 1:01

La Dryade réfléchit quelques instants, avant de pointer une direction du doigt. Nienor hocha la tête, pour la remercier, avant de se diriger vers la direction indiquée. Son amie lui indiqua qu'il lui serait difficile de la guider une fois qu'elles seraient sorties de la forêt. Elle acquiesça. De toute manière, la jeune femme comptait sur les routes pour la guider... Même si les estanols trouveraient sûrement à redire à la présence de Maïlinya. La jeune brune se dit qu'après tout, elle aurait largement le temps de trouver une raison à la présence de la Dryade, en cas de problèmes...
Le soleil perçait de temps à autre les ombres de la forêt, ses rayons se frayant un chemin à travers les frondaisons et éclairant ainsi les sous-bois d'une lumière dorée. Les oiseaux chantaient à cœur joie, et Nienor aurait apprécié ces chants, si un jour on ne lui avait pas apprit qu'ils n'agissaient ainsi que pour attirer les femelles et ainsi s'accoupler. La majorité de leurs délicieux pépiements pouvaient se traduire ainsi :

"Regardez, regardez ! J'ai un beau nid ! J'ai de belles plumes ! Venez me voir !"

Cela n'incitait guère Nienor à apprécier ces emplumés, si ce n'était en guise de repas. Elle inspirait profondément, appréciant les senteurs forestières... Jusqu'à ce que son odorat fort développé capte l'odeur peu agréable des selles fraîches d'un animal s'étant soulagé non-loin. Elle fit la grimace et éternua à quelques reprises, avant de se frotter le nez avec un air dégoûté. Alors qu'elle pestait intérieurement contre son odorat un peu trop puissant et les déjections animales en milieu forestier, Maïlinya lui demanda pourquoi elle avait quitté son village, ce qu'il s'était passé ensuite, et si d'autres membres de sa famille étaient des lycans, ou des changeurs de peau ?
Le coeur de la jeune femme manqua de s'arrêter, et elle pâlit.

"Feu. Cris. Sang. Une attaque. J'ai été capturée par des bandits. Sa voix était blanche. Ils m'ont gardé captive jusqu'à il y a... Un an. Ou deux ? Qui sait ? Ils me forçaient à me battre. Ils me font peur."

Elle avait refermé ses bras sur elle-même et rentré la tête dans les épaules, dans un geste de protection. Ses jambes tremblaient légèrement. Elle contrôlait avec une certaine peine sa respiration, alors que ses années de captivités remontaient à la surface.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Sam 14 Mai 2016 - 14:41

Je regrettai immédiatement ma question. Dès que les mots eurent franchis mes lèvres, l'expression de Nienor se métamorphosa. On eut dit, soudain, qu'elle venait de voir passer un fantôme. Quand elle parla, sa voix elle-même semblait spectrale, hantée.

"Feu. Cris. Sang. Une attaque. J'ai été capturée par des bandits. Ils m'ont gardé captive jusqu'à il y a... Un an. Ou deux ? Qui sait ? Ils me forçaient à me battre. Ils me font peur."

Ses mots me firent frémirent, suscitant dans mon esprit des visions d'horreur, dont certaines n'étaient pas sans me rappeler la mort de mon père. Toutefois, chez elle, l'horreur n'était pas contenue en un point, mais continuait ensuite, se refusait à la lâcher. Combien de temps avait-elle été ainsi captive ? A quoi ressemblait une vie, lorsqu'on la passait dans les chaînes, à... combattre pour d'autres, qu'elle ne nous appartenait pas ?

L'aura un peu sauvage de la lycan semblait s'être momentanément estompée, laissant apparaître une fragilité qui se trouvait d'ordinaire cachée. Nienor serrait ses bras autour d'elle, comme si elle avait froid, mais je comprenais bien que ce froid là n'avait rien à voir avec la température extérieur, mais se trouvait à l'intérieur d'elle-même.

Je m'approchai d'elle, touchée par la souffrance lisible dans son attitude. Doucement, je la pris dans mes bras, comme un loup se serrait couché aux côtés de son compagnon de meute blessé, de sorte à lui faire partager un peu de chaleur. J'étais touchée par sa douleur, et dans le même temps admirative de son courage. Il avait dû lui en falloir beaucoup, pour ne pas se laisser dépérir, pour continuer de vivre, de se battre, malgré la perte sans doute de plusieurs des siens et sa propre capture. Comment faisait-elle, pour continuer de marcher, avec le poids de ce passé ? Comment n'avait-elle pas sombré dans la folie, après avoir vu les flammes et la mort, et n'avoir pu panser ses plaies, du fait de son emprisonnement ? Et surtout, comment n'était-elle pas brisée ? Elle était parvenue à garder vive en elle la flamme qui lui conférait sa sauvage beauté, malgré des années de captivité.

Je m'écartai un peu d'elle, gardant mes mains posées sur ses bras, délicatement.

Maïlinya : N'hésite pas à me parler, si cela peut te soulager. Mais, si cela t'est trop douloureux, je ne te demande rien. Je suis vraiment désolée d'avoir abordé ce sujet. Je ne voulais pas te causer de peine.

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Ven 20 Mai 2016 - 15:33

Nienor tremblait, tandis que le souvenir des bandits qui se moquaient d'elle, l'humiliaient, la forçaient à se battre, remontait dans sa tête. Pour une excellente raison, ils avaient évité de la forcer à écarter les jambes durant sa captivité : l'idée de devoir se battre face à un loup-garou déchaîné et hors de lui, en pantalon et sans armes, les avait bien refroidi. De plus, certains pensaient que lui permettre de garder sa virginité était une façon de la rendre plus agressive : elle avait ainsi quelque chose qu'elle devait protéger à tout prix.
Mais malgré cela, ils étaient parvenus à faire de sa vie un enfer, puisqu'elle devait cuisiner pour eux et les soigner, quand bien même elle était éreintée.

Malgré elle, elle sursauta quand Maïlinya s'approcha et l'enlaça. Puis, elle se détendit petit à petit et se laissa réconforter par la Dryade. Elle frissonna, tandis qu'elle cherchait à refouler ces mauvais souvenirs au plus profond de son esprit. La Dryade finit par s'écarter de Nienor, tout en laissant ses mains sur ses bras, dans un geste de réconfort. Elle lui proposa d'en parler, si elle le souhaitait, mais la jeune femme déclina l'offre :

"Non, merci. Je ne souhaite pas en parler plus que nécessaire."

Elle se redressa, après un dernier frisson. Inspirant de grandes goulées d'air, elle retrouva un semblant de contrôle sur elle-même, assez pour retrouver son courage et se préparer à reprendre la route.

"Nous devrions reprendre la route. Nous avons encore du chemin à faire."

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Dim 22 Mai 2016 - 21:39

"Non, merci. Je ne souhaite pas en parler plus que nécessaire."

J'acquiesçai, pour montrer à Nienor que je comprenais. Elle se redressa, et sembla retrouver son calme en respirant longuement. Sa détresse sembla s'apaiser, et elle énonça:

"Nous devrions reprendre la route. Nous avons encore du chemin à faire."

Elle avait raison. Nous nous remîmes donc en route. La journée se passa sans encombre et, lorsque le soir vint, nous établîmes notre campement dans la forêt. Tandis que Nienor dormait, je montai dans un arbre pour monter la garde, mais rien ne vint nous déranger, et je passai la nuit à écouter les arbres et les animaux de la forêt. Nul danger ne semblait nous menacer. Ce calme me ravissait, et je m'accordais sur lui.

Le lendemain, nous reprîmes notre marche. Nous étions toutes deux à l'aise dans les bois, y avançant avec aisance, ce qui était fort pratique. Tandis que nous marchions, je sortis ma flûte pour jouer quelques thèmes sylvestres, parfois lents et calmes, parfois joyeux et rapides. Il m'arrivait parfois de m'inspirer des musiques humaines mais, ce jour là, je n'en avais pas envie. Mes phrases ne comportaient que des notes que m'inspiraient les bois. Le temps était toujours aussi agréable, le soleil chauffant doucement notre peau à travers les feuilles qui dispensaient une ombre fraîche. L'autre ne pointait pas le bout de son nez, et le voyage en était d'autant plus doux.

Dans l'après-midi, les arbres commencèrent à s'éclaircir et, finalement, nous atteignîmes l'orée des bois. Là, je me tournai vers Nienor afin de la suivre dans la direction qu'elle souhaitait prendre. Dès que nous eûmes laissé les arbres derrière nous, le soleil se fit plus insistant, mais ses rayons m'étaient agréables. Je jetai des coups d'oeil en tous sens, curieuse du paysage. J'aimais beaucoup voyager, pour découvrir sans cesse de nouveaux lieux.

Lorsque nous nous arrêtâmes pour la nuit, je demandai à Nienor quel était le chemin pour aller chez elle. Je n'avais pas de grandes connaissances sur les chemins à emprunter pour se rendre d'un lieux à un autre, et étais curieuse de cela. De plus, il était si amusant de savoir quelle portion du monde nous parcourions chaque jour. J'aimais beaucoup suivre cela.

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Sam 28 Mai 2016 - 20:10

Les deux femmes reprirent la route, silencieusement. Le reste de la journée se déroulant sans encombre. Elles s'arrêtèrent pour la nuit, afin que Nienor puisse se reposer. Pendant ce temps, Maïlinya monterait la garde, perchée dans un arbre. La jeune femme se roula en boule et plongea dans un profond sommeil, quoique parfois agité par de sombres songes.
Elle n'avait pas très bien dormi, mais tenta de le cacher à sa compagne de route.  Cette dernière était enjouée, au point de jouer de sa flute durant le trajet. D'une façon ou d'une autre, cela lui rendit le sourire. Le soleil jouait sur leurs peaux, à travers les feuillages, et les réchauffait doucement. Ce fut en milieu d'après-midi qu'elles quittèrent la forêt, pour se retrouver sur les plaines.

Le soleil les réchauffaient agréablement, même si cela semblait surprendre Maïlinya... Au début. Après, tout, elle était liée aux arbres et devait tout autant qu'eux avoir besoin de la lumière solaire. La Dryade regardait tout autour d'elle, surprise par tout ce qu'elle voyait. Il semblait qu'elle sortait pour la première fois de la forêt. Pour Nienor, qui avait souvent voyagé durant son adolescence, puisqu'elle n'avait d'autre choix que de suivre ceux qui la séquestrait...
Elles s'arrêtèrent pour la nuit, non-loin d'un petit cours d'eau. Alors que Nienor grignotait du pain, son amie lui demanda comment fallait-il procéder pour se rendre jusque chez elle. La jeune femme finit d'engloutir son dîner, avant de répondre

"Et bien... Je me souviens juste que je vivais dans la Forêt de la Vanille, en Estandre. Nous avions parfois l'occasion de voir des Centaures. Nous passerons par les Monts Bouchés, je pense. Ce sera un long voyage, je préfère t'en avertir. Mais pour le moment... Cette rivière est bien trop tentante pour que je passe à côté de l'occasion !"

Elle se leva et se déshabilla rapidement, avant de courir en direction du cours d'eau. Elle s'engagea dans l'eau, avant de plonger dans une gerbe d'éclaboussures. Le courant n'était pas très fort, pas assez pour la gêner durant cette baignade improvisée. Elle réapparut au milieu du lit de la rivière, souriante et riante.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Mer 1 Juin 2016 - 21:15

Et bien... Je me souviens juste que je vivais dans la Forêt de la Vanille, en Estandre. Nous avions parfois l'occasion de voir des Centaures. Nous passerons par les Monts Bouchés, je pense. Ce sera un long voyage, je préfère t'en avertir.

Je tentai de visualiser le trajet que nous allions devoir faire, mais cela était très flou dans mon esprit. Je retins en tous cas une chose : nous allions traverser des montagnes ! Cela promettait d'être intéressants. J'avais voyagé plusieurs fois, au cour de mon existence, qui avait surpassé en durée plusieurs vies humaines, mais ces voyages, au regard de mes années de vie, n'étaient pas si nombreux. Et les montagnes étaient des lieux que je n'avais eu que peu l'occasion de parcourir.

Tandis que je réfléchissais à ce que j'allais pouvoir y découvrir, Nienor continua :

"Mais pour le moment... Cette rivière est bien trop tentante pour que je passe à côté de l'occasion !"

Puis je la vis s'approcher d'un cours d'eau qui étendait non loin ses flots tout en se débarrassant de ses vêtements, puis s'y jeter avant de refaire surface en riant. Toutes ses sombres pensées de la veille semblaient balayées par les eaux claires, et sa joie la faisait resplendir tandis qu'elle nageait. A cet instant, tout, en elle, hurlait la liberté. Et je trouvais ça vraiment beau.

Je m'approchai, ôtai ma robe légère et la déposai sur la berge de la rivière avec ma flûte. Puis je me glissai doucement dans l'eau froide. C'était vivifiant, et je comprenais la joie que cette baignade pouvait faire naître dans le cœur de Nienor. Je me laissai couler pour que les flots se referment au dessus de ma tête, avant de ressortir, secouant ma chevelure mêlée de branches et de feuilles. J'adressai un grand sourire à Nienor. Il était agréable de pouvoir partager des instants de joie avec d'autres êtres.

Un bruit, soudainement, me fit dresser l'oreille. Le pas d'un cheval se faisait entendre, non loin de rivière dans laquelle nous nous baignions. Quelqu'un venait-il par ici ? Je sentis l'autre frémir en moi. Elle était prête à réagir. Elle pensait qu'il pouvait s'agir d'un danger. Mais il était tout de même possible de croiser des personnes sans que celles-ci nous veuillent du mal...

Je me tournai vers Nienor, certaine qu'elle aussi avait entendu le cheval – après tout, une partie d'elle était louve – et lui demandai :

Maïlinya : Quelle conduite devons-nous tenir, si nous croisons quelqu'un ? On ne nous voudra pas de mal ?

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Sam 4 Juin 2016 - 14:28

Nienor s'ébattait joyeusement dans l'eau, laissant cette dernière la laver de la crasse et de la fatigue de la route. Il était agréable, pour une fois, de faire sa toilette autrement qu'à la façon des loups. L'eau était fraîche, et cela donna un certain coup de fouet à la jeune femme. Cette dernière plongea la tête sous l'eau, avant de passer ses doigts dans les cheveux, afin d'en retirer la crasse. Quand elle émergea à la surface de l'eau, elle vit que Maïlinya la rejoignait dans cette baignade improvisée. Les deux femmes s'amusaient follement, quand un bruit de sabot leur fit dresser toutes deux l'oreille. Nienor huma l'air. Il y avait des cavaliers qui s'approchaient. La Dryade lui demanda quelle était la conduite qu'elles devaient tenir, en ce cas.

"Et bien... Nous pourrions rester dans l'eau afin de cacher nos corps, nos vêtements étant sur la rive... Si jamais ils tentent quoi que ce soit contre nous, nous pourrions nous enfuir en nageant... Enfin, je pense..."

Elles virent lesdits cavaliers au loin. Il s'agissait de deux hommes vêtus d'armures légères, escortant un petit carrosse. Les armoiries peintes sur ses portes ressemblaient vaguement à une rose entourées de ronces, et surmontée d'une lame. Le cocher était un homme agé, recourbé sur lui-même. A côté de lui était assit un jeune page portant une livrée aux couleurs semblables à celles peintes sur le blason du carrosse. Les cavaliers se rendirent compte de la présence des deux femmes et se concertèrent, avant de parler rapidement à l'occupant du véhicule. Puis, le groupe s'approcha de la rive. La seule partie visible du corps de Nienor était sa tête, tandis que ses cheveux flottant à la surface de l'eau formaient une couronne autour d'elle. Les cavaliers s'approchèrent de l'eau, tandis que le carrosse s'arrêtait à quelques mètres de là.

"Qui êtes-vous, et que faites-vous ici céans, sur les terres du baron de Kenrose ?"

"Et bien. Nous sommes des voyageuses, qui nous dirigeons vers le Nord. Nous ne savions pas sur quelles terres nous nous trouvions, et nous allions camper près de cette rivière quand l'envie nous est venue de nous y baigner. Nous n'avons fait aucun mal, je vous l'assure !"

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Mar 7 Juin 2016 - 11:46

"Et bien... Nous pourrions rester dans l'eau afin de cacher nos corps, nos vêtements étant sur la rive... Si jamais ils tentent quoi que ce soit contre nous, nous pourrions nous enfuir en nageant... Enfin, je pense..."

J'acquiesçai. Cela me semblait bien. Après un peu d'attente, chevaux et cavaliers parurent : deux hommes chevauchaient aux côtés d'un carrosse. Essayant de me remémorer ce que je connaissais des humains, j'en conclus qu'une personne se déplaçant de cette manière devait être plutôt fortunée. De plus, le carrosse était décoré d'un symbole, et il me semblait me souvenir que les symboles de ce genre étaient chers aux humains, et servaient à représenter une de leurs familles importantes... ou quelque-chose comme ça.

Le groupe sembla se rendre compte de notre présence, car tous s'arrêtèrent et, après ce qui semblaient être des conciliabules, les deux cavaliers s'approchèrent de nous, tandis que le carrosse restait un peu en retrait. L'un des hommes à cheval nous héla:

"Qui êtes-vous, et que faites-vous ici céans, sur les terres du baron de Kenrose ?"

Un baron était pour les humains quelqu'un d'important, qui possédait des terres. Je tentai de mémoriser le dessin qui se trouvait sur la carrosse, pour l'associer par la suite à ce nom. Je me demandais si le véhicule transportait le baron lui-même, ou quelqu'un de sa famille. Puis je jetai un regard à Nienor, n'osant pas trop répondre moi-même, de peur de commettre une maladresse, puisque je n'étais que peu habituée aux façons des hommes, et que je risquais de ce fait de ne pas respecter certains codes.

"Et bien. Nous sommes des voyageuses, qui nous dirigeons vers le Nord. Nous ne savions pas sur quelles terres nous nous trouvions, et nous allions camper près de cette rivière quand l'envie nous est venue de nous y baigner. Nous n'avons fait aucun mal, je vous l'assure !"

L'homme à cheval nous dévisagea toutes deux. De Nienor n'émergeait que le visage, ce qui me rappela qu'il n'était pas forcément correcte pour les hommes de paraître dévêtu. Je tâchai de me plonger un peu plus dans l'eau, pour ne pas contrevenir à cette coutume.

L'homme qui nous avait parlé me jeta un étrange coup d’œil, puis se retourna vers son compagnon. Je les entendis chuchoter quelque-chose, dont quelques mots émergèrent... Je pus ainsi distinguer le mot "branches" , " femmes seules " et "voleuses". Je sentis l'autre se tendre en moi. L'un des cavaliers mit pied à terre, et s'approcha de notre camp, où il avisa les provisions que Nienor avait prises aux drows. Il se retourna vers nous et réfléchis à haute voix :

-Deux femmes qui voyagent seules, avec provisions de nourriture et remèdes. Je trouve cela... peu commun.

L'autre s'agita de nouveau. Sa conscience m'effleura. Elle voulait prendre le contrôle. Pourtant, ils n'avaient rien fait contre nous... Ils se questionnaient juste sur notre présence... non ? Je jetai un regard à Nienor, me demandant ce qu'elle en pensait. Le cavalier reprit:

-Les voyageurs peuvent traverser ces terres si leur conduite est honorable. Je doute toutefois que cela soit votre cas, en dépit de vos affirmations.

L'homme remonta à cheval et se dirigea vers le carrosse, tandis que son compagnon demeurait près de nous. Je ne comprenais pas bien ce qui se passait. Il nous soupçonnait d'avoir fait quelque-chose de mal? Mais nous n'avions rien à craindre puisque, en fait, nous n'avions rien fait. L'autre, toutefois, ne semblait pas partager mon avis, puisqu'elle tentait de plus en plus de prendre le contrôle. Mais c'était justement si elle le prenait, que nous allions risquer des ennuis. Ma respiration commença à se bloquer dans ma gorge, tandis que les battements de mon coeur accéléraient. Je luttais pour repousser sa présence, pour ne pas écouter sa voix, qui menaçait de me convaincre de lui laisser la place. Je ne voulais pas qu'elle vienne. Pas maintenant. Nous n'étions pas vraiment en danger. Elle se trompait.

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Sam 11 Juin 2016 - 0:17

les deux hommes se concertèrent rapidement, après avoir entendu les explications de Nienor. Un des cavaliers finit par descendre de son cheval et s'approcha de ce qui servait de campement rudimentaire aux deux jeunes femmes. Du bout de la botte, il toucha la robe de la jeune femme et la souleva légèrement, avant de dégainer son épée et de regarder à l'intérieur du sac. Puis, il se tourna vers Nienor et Maïlinya, avant de leur annoncer qu'il ne les croyait pas. Nienor déglutit.

"Vous allez sortir de l'eau, revêtir vos nippes et nous suivre jusqu'au castel Kenrose. Plus vite, paysannes !"

Avec une certaine gêne, Nienor sortit de l'eau, ses cheveux couvrant sa poitrine, et ses mains son entrejambe. Elle enjoignit Maïlinya de la suivre, et de se rhabiller, tandis qu'elle faisait de même. Les deux cavaliers échangèrent des commentaires égrillards, avant de lâcher un rire gras. Celui qui leur avait parlé leur fit signe de les suivre. Le carrosse et le second cavalier étaient déjà partis devant. Avant de suivre le cavalier, Nienor prit la sacoche contenant vivres et remèdes.

Elles mirent une heure et demie à rejoindre le castel Kenrose. Il s'agissait d'un petit château sein au sommet d'une colline, entouré par de nombreuses habitations. Les villageois regardèrent avec suspicion les nouvelles arrivantes, avant de détourner les yeux. Les gardes, qui semblaient peu professionnels, lancèrent des blagues à l'intention du cavalier. Finalement, elles furent menées jusqu'à un cachot où elles furent enfermées dans une cellule vide. Il y avait trois autres hommes, enfermés dans la cellule voisine. L'un d'entre eux avait le nez et la main droite tranchée, les autres ne valaient guère mieux, même si ils ne présentaient aucun signe d'amputation. Ils commencèrent à faire des propositions grivoises, en particulier à Nienor, jusqu'à ce qu'un homme s'approche, escorté par des gardes. Il s'agissait d'un Humain corpulent, vêtu d'une tenue en cuir écarlate. Une miséricorde pendait à son cou, et une barbe couleur poivre lui dévorait le visage.

"Je suis le Baron Kenrose. Qui êtes-vous pour passer sur mes terres ? Pourquoi allez-vous au Nord ? Il n'y a qu'Estandre par là-bas. Et je suis chargé par le Conseil d'empêcher ces salopards d'estanols de venir en Telbara. Alors, qu'êtes-vous ? Des espionnes de l'ennemi ?"

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Jeu 16 Juin 2016 - 18:52

"Vous allez sortir de l'eau, revêtir vos nippes et nous suivre jusqu'au castel Kenrose. Plus vite, paysannes !"

Nienor n'avait pas l'air rassurée par le ton de l'homme. Pour ma part, je n'arrivais pas trop à comprendre s'il nous invitait, ou si sa demande signifiait autre-chose. L'autre n'aimait pas ça, et j'en conclus qu'elle pensait que la demande de l'homme n'était pas si positive. Pourtant, le suivre dans un château, cela me faisait plutôt plaisir. Je n'avais pas souvent l'occasion de me rendre en un tel lieu.

A mes côtés, Nienor sortit de l'eau, en se couvrant comme elle pouvait avec ses cheveux et ses mains, avant de se revêtir. Sur son injonction, je sortis également des flots, et récupérai ma robe, que j'enfilai, sans prendre pour ma part la peine de me couvrir, puisqu'être nue ne me gênait pas. C'était plus par goût pour ma robe et pour ne pas gêner les humains que je m'habillais. Les hommes autour de nous rirent étrangement, et je ne compris pas leur comportement.

Nous suivîmes les cavaliers pendant plus d'une heure. Nienor avait récupéré ses biens, et nous cheminions derrière le cortège, jusqu'à nous trouver en vue d'un ensemble d'habitations humaines, entourant un château qui siégeait au sommet d'une colline. Nous croisâmes des gardes et quelques habitants, et fûmes menées dans un lieu qui fit de nouveau s'agiter l'autre. C'était un lieu avec plein de cages, où les humains plaçaient visiblement leurs prisonniers. Nienor et moi fûmes enfermées dans une cage vide, et je me réjouis de ce détail lorsque les autres prisonniers, qui étaient tous en mauvais état, se mirent à tenir des propos à mon encontre et surtout à celle de Nienor qui firent se serrer ma gorge et bouillir l'autre. Je commençais à ne plus parvenir à respirer sous la pression de la rage de cette dernière, que je luttais pour contenir, lorsqu'un homme vint à notre rencontre, entouré de gardes.

"Je suis le Baron Kenrose. Qui êtes-vous pour passer sur mes terres ? Pourquoi allez-vous au Nord ? Il n'y a qu'Estandre par là-bas. Et je suis chargé par le Conseil d'empêcher ces salopards d'estanols de venir en Telbara. Alors, qu'êtes-vous ? Des espionnes de l'ennemi ?"

Je sentis confusément une sensation de colère mêlée de mépris me traverser, et compris que je ne parviendrais pas à faire reculer l'autre plus longtemps. Pendant un instant, le contrôle m'échappa, et ses paroles fusèrent hors de ma bouche, acides:

L'autre : Qui les humains pensent-ils être, pour prétendre posséder la Nature et interdire la traversée de terres qui existaient bien avant leur naissance ? Elle se moque de votre Conseil ! Mortels aveugles et bourrés de prétention...

Je parvins avec difficulté à reprendre le contrôle de moi-même, me tordis en deux sous l'effort, les mains serrées autour de la gorge. Ne pas parler. Je ne devais pas parler, où ses mots continueraient à se déverser. Je fermai fort les yeux, pour tenter de me concentrer, de la contenir... Mais c'était trop tard. Elle était trop forte. Sa haine dévorait ma résistance. Un rire dément m'échappa, et je dus crier pour le couvrir, tout en reculant vers le fond de la cage. Je ne parvenais plus à respirer, plus à respirer, plus à respirer... Une douleur fulgurante me traversa l'esprit et je sombrai dans les ténèbres.

Elle émergea, hoqueta en respirant de nouveau. "Je" avait lutté fortement pour l'empêcher de venir. Elle se tourna vers l'humain, le prétendu baron -que ce titre la faisait rire!- des terres sur lesquelles elle se trouvait. C'était tellement ridicule. Posséder de si grandes étendues de terre, les faire exploiter par d'autres hommes que lui -qu'il possédait en quelque-sorte aussi... Et puis, ce n'était pas comme s'il défendait lui-même ses prétendus biens! Non, il envoyait ses soldats... Elle ne pensait même pas qu'il connaissait réellement ces terres qu'il prétendait siennes.

Elle jeta un coup d'oeil à la louve qui l'accompagnait. Nienor. Elle était une bonne combattante. Mais si le baron se décidait à lâcher ses gardes sur elles... Elles ne feraient sans doute pas le poids. Surtout s'ils étaient bons combattants. Elle reprit donc, à l'adresse du baron:

L'autre : Elles ne sont pas des espionnes. Elles n'ont que faire des alliances des hommes. Elle est une fille des arbres. Elles demandent à passer librement, comme des animaux ou des graines traverseraient vos terres, portées par le vent, sans faire de différences.

Elle se souvenait que Nienor appartenait, elle, à un royaume. Mais les hommes n'étaient pas obligés de le savoir. Avec un peu de chance, ils les relâcheraient. Sinon, il leur faudrait un plan. S'ils s'énervaient et les attaquaient, elles pouvaient peut-être compter sur le fait qu'ils les sous-estiment pour en battre assez pour fuir. Il fallait qu'elle protège "je". Et elle ferait tout pour cela.

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Dim 19 Juin 2016 - 15:25

La réponse de Maïlinya fut acide, à tout le moins, ce qui surprit Nienor, qui ne s'attendait pas à cela de la part de la Dryade. Les gardes furent surprit, mais le baron fronça les sourcils, "subissant" les "reproches" que lui faisait la Dryade. Cette dernière parlait d'elle à la troisième personne, ce qui étonna plus encore Nienor, qui ne comprenait pas ce qu'il se passait. Son amie acheva sa tirade en expliquant qu'elles n'étaient pas des espionnes, loin de là. Le Baron partit alors d'un rire tonitruant :

"Hahahaha ! Et vous pensez que je vais vous laisser partir ! Hahahaha ! Des vagabondes et des maraudeuses, voilà ce que vous êtes ! Je vais décider de ce que je ferais de vous ce soir... Sans doute vous laisser en pâture à la garde... Pour quelques semaines, bien entendu. En attendant, vous serez au pain sec et à l'eau."

Il se leva et sortit des cellules. Les prisonniers de la cellule faisant face à celle de Nienor et Maïlinya lancèrent des commentaires égrillards et salaces à l’intention des deux femmes. Nienor alla s’asseoir dans un coin de la cellule, entourant ses jambes de ses bras.

"J’ignore ce qui t’as pris, de lui répondre ainsi, mais bien joué. Nous sommes à présent perdues. Si tant est que nous soyons libérées, nos corps et nos esprits auront été brisés avant…"

Elle cacha son visage dans ses mains et ne pipa mot. Un rire partit de la cellule voisine. Le geôlier, un abominable petit être au nez coupé, s’en approcha et donna un coup de matraque sur les barreaux. Le rire se réduisit à un ricanement.

"La ferme, lame-sombre, ou tu auras un supplément de torture !"

Le geôlier s’en fut. L’occupant de la cellule voisine commença à chantonner, faux, dans une langue inconnue de Nienor, aux accents étranges, mêlant un ton dur, tranchant, à un air plus… Exotique. Mais le fait qu’il chante faux cassait cet instant… Etrange, et décalé, au sein de cette prison. Les heures s’écoulèrent lentement, jusqu’à ce que la lumière filtrant par le soupirail devienne doré. On alluma des torches.
L’occupant de la cellule voisine commença à pousser des cris de douleurs, ce qui surprit Nienor. Le geôlier alla voir ce qu’il se passait, et le prisonnier lui avoua avoir des maux de ventre extrêmement douloureux. La jeune femme s’approcha et s’adressa au gardien :

"Je peux peut-être l’aider, j’ai quelques connaissances en médecine !"

Elle n’avoua pas qu’elle faisait cela pour tenter d’avoir une peine plus douce de la part du baron, même si elle doutait de la clémence de ce dernier. A sa grande surprise, le geôlier lui ouvrit la porte et le mena au prisonnier. Il s’agissait d’un Elfe Noir aux cheveux de jais, et à la barbe mal entretenue, légèrement plus petit qu’elle. Il agrippait son ventre, le visage tordu de douleur.

"Il me faut de l’eau, vite !"

L’abominable geôlier s’en fut rapidement. Alors que l’attention de la jeune femme revenait au Drow, celui-ci approcha sa tête de son oreille :

"Si tu veux fuir, il va falloir faire ce que je dis. Tu vas lui demander de tenir mes jambes, pour m’empêcher de convulser."

Et, sitôt sa phrase terminée, il se mit en effet à trembler, le corps agité de violents soubresauts. Agissant comme il l’avait ordonné, Nienor demanda au gardien de tenir les jambes de son patient. Alors qu’elle lui épongeait le front pendant qu’il reprenait son souffle entre deux râles de douleurs, il se redressa et crocheta le geôlier à la gorge. Il le débarrassa de son trousseau de clé et le passa à Nienor.

"Libères ton amie. Je m’occupe de ce sale enfant de putain… Voyons voir… Tu me nommais « lame-sombre » ? Tu sais donc ce que cela signifie ? Décidément, quelle langue ordurière… Je crois que je vais m’occuper d’elle en premier…"

Il prit le coutelas de sa victime, avec un sourire cruel. Nienor quitta la cellule et s’approcha de celle où se trouvait la Dryade, tandis que les premiers hurlements de douleur s’échappaient. En tremblant, et en grimaçant à l’idée de ce que subissait le geôlier, elle essaya de nombreuses clés, avant de trouver la bonne.

"Viens, on fuit ! Vite !"

Des gardes, alertés par les hurlements de douleur et les cris de supplice, descendirent les escaliers.

"Une évasion dans les geôles ! A la garde ! A la ga- !"

Son cri d’alerte fut interrompu par un pic de glace lancé avec précision dans son visage. Nienor se retourna. Le Drow, couvert de sang, jouait négligemment avec… Une langue tranchée. L’odeur métallique du sang parvint aux narines de la jeune femme qui, inconsciemment, se lécha les lèvres. Le Drow jeta la langue dans la cellule encore occupée. Il marchait avec un boitement prononcé, pourtant, il chargea l’autre garde avec une célérité insoupçonnée, lui plantant le coutelas du geôlier défunt dans la gorge. Il le laissa agoniser, gargouillant dans son sang, pour fouiller le râtelier, d’où il sortit deux sabres à l’apparence cruelle et exotique. Il les plaça dans deux fourreaux, avant de se tourner vers les deux femmes :

"Bon, vous venez ? Nous n’avons pas que cela à faire…"

"Une question avant tout… Vous pariiez sur le fait que je pouvais vous aider pour vous évader ?"

"Non, je comptais l’assommer pour vous aider à partir et accessoirement à échapper au sort que vous réservais le baron. Je suis sans doute un Drow, mais j’ai un certain sens de l’honneur. Le fait que vous ayez quelques connaissances en médecine m’a juste donné l’opportunité de passer un peu de temps avec le geôlier, histoire de lui donner mon point de vue sur le charcutage de prisonniers. On y va ?"

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Dim 26 Juin 2016 - 14:10

Tout ce que l'homme trouva à faire, ce fut de lui rire au nez. Cela ne lui plut pas. Du tout. Mais elle était séparée de lui par d'épais barreaux. Elle ne pouvait transformer son rire en gargouillis, et dut l'écouter lui répondre:

"Hahahaha ! Et vous pensez que je vais vous laisser partir ! Hahahaha ! Des vagabondes et des maraudeuses, voilà ce que vous êtes ! Je vais décider de ce que je ferais de vous ce soir... Sans doute vous laisser en pâture à la garde... Pour quelques semaines, bien entendu. En attendant, vous serez au pain sec et à l'eau."

Ça, c'était bien un homme. Il ne comprenait rien. Elle tâcha de le fusiller du regard. Le pain sec et l'eau, elle s'en moquait. Pas besoin de manger. Par contre, la menace de la garde... Eh bien qu'ils essaient. S'ils l'approchaient, elle se ferait louve. Cela le surprendrait sans doute. Ou si ils l'attrapaient quand même, elle se fermerait à "je". La protéger était tout ce qui comptait. Même si elle aurait également aimé faire comprendre à ces hommes qu'ils n'étaient rien.

Elle fut tirée de ses réflexions par Nienor, qui lui reprocha son comportement, avant de se prendre la tête dans les mains. Elle ne comprit pas. Bon, elle avait peut-être un peu énervé cet homme. Mais elle s'était, pour elle, montrée polie. Le plus possible. Ce n'était quand même pas sa faute s'il ne voulait pas se rendre à l'évidence, sur leur nature comme sur la sienne propre. Mais peu importait. Ce qu'il fallait, c'était sortir d'ici. Mettre un plan au point. Pas de plante dans les parages, "je" allait voir mal. Les plantes qui l'aidaient parfois à s'échapper... Mais il n'y en avait pas. Le harate, aussi, aidait "je". Si elle l'invoquait, peut-être pourrait-il prendre les clefs à un garde...

Un rire, venant d'une cellule voisine, lui fit interrompre ses réflexions. Elle n'était pas dotée d'une forte capacité de concentration. L'homme qui riait se fit réprimander par le garde, puis ce dernier s'en fut. Elle ne parvint pas à se souvenir de ce à quoi elle pensait précédemment. Pourtant, c'était quelque-peu urgent... Elle avait besoin de plantes, d'arbres, de verdure. Sinon, "je" aurait mal. Et ça, c'était inacceptable. L'homme qui avait ri se mit à chanter. Ne pouvait-il pas se taire? Elle avait besoin... Besoin de réfléchir... A quoi, déjà? Elle avait oublié... Ah, oui, sortir. Comment sortir? L'homme continuait de chanter, et elle perdit de nouveau le fil.

Plus le temps passait, plus son énervement grandissait. Elle ne pouvait rester enfermée là! Ces idiots d'humains... Elle empoigna les barreaux, tenta de les secouer. Voyant que cela ne mènerait à rien, elle s'assit, se prit la tête dans les mains et, chuchotant, se mit à ses parler seule, pour essayer de parvenir à un semblant de raisonnement. Sans succès. Elle arrivait toujours à la conclusion "les tuer tous", sans savoir toutefois comment les atteindre, puisqu'ils étaient de l'autre côté. Ce problème semblait insoluble. Il aurait fallu que les barreaux disparaisse. Les casser. Mais ils étaient trop solides... Tuer tout le monde! Mais elle ne pouvait pas, ils étaient de l'autre côté. Et l'homme bruyant, à côté... Qui maintenant criait...

Nienor la fit sursauter en demandant à aller aider l'homme. Pourquoi l'aider? Il était gênant. Elle tenta de nouveau de se concentrer sur leur évasion.

L'autre : Sortir, sortir pour les arbres, ressourcer "je". Ils peuvent les libérer. Donc, il faut les tuer. Leur dessiner des sourires de sang, faire taire son rire, à celui qui croit posséder. Mais... ils sont de l'autre côté! Les barreaux sont solides, trop solides, elle n'a pas la clef... Alors... la prendre. Les tuer pour la prendre. Oui! Mais... les tuer comment?

Soudain, l'odeur du sang. Elle se redressa, pour voir Nienor, avec les clefs, qui lui ouvrait la cage en lui disant:

"Viens, on fuit ! Vite !"

Ca, c'était fort. Comment avait-elle fait? Elle ne s'interrogea pas longtemps, acceptant les faits et sortant rapidement de la cellule. Un garde voulu donner l'alarme, mais il fut arrêté par de la glace. L'homme bruyant les rejoignit. Il avait une langue dans la main. Il était visiblement avec elles. Et c'était un drow bruyant, pas un homme. Il reprit ses armes, deux sabres qui firent briller ses yeux de mousse d'admiration, puis il les invita à s'enfuir. Nienor tint toutefois à lui poser une question avant, lui demandant s'il comptait sur le fait qu'elle l'aide à s'évader, ce à quoi le drow bruyant répondit:

"Non, je comptais l’assommer pour vous aider à partir et accessoirement à échapper au sort que vous réservais le baron. Je suis sans doute un Drow, mais j’ai un certain sens de l’honneur. Le fait que vous ayez quelques connaissances en médecine m’a juste donné l’opportunité de passer un peu de temps avec le geôlier, histoire de lui donner mon point de vue sur le charcutage de prisonniers. On y va ?"

Elle eut un sourire. Si donner son point de vue consistait à couper la langue des humains sourds, ça lui plaisait. Elle emboîta le pas au drow qui coupait des langues, pressée de retrouver l'extérieur et la Nature.

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Sam 2 Juil 2016 - 17:27

Maïlinya sourit, tandis que le Drow s'avançait lentement. Ses pas étaient assurés, tandis qu'il se détendait et s'échauffait en prévision des prochains combats. Nienor prit la lance d'un des gardes morts et en retira la pointe métallique en la brisant à la base de la hampe. Elle fit quelques moulinets avec et se prépara elle aussi à se battre. Des gardes s'approchèrent et dégainèrent leurs armes. Nienor fut rapidement aux prises avec l'un d'entre eux, tandis que l'Elfe Noir en prenait deux autres à parties. Le dernier garde se jeta sur la Dryade. Nienor para au mieux la première attaque, avant de reculer afin d'avoir plus d'espace. Son adversaire était armé d'une masse et la balançait violemment en direction de son visage. Elle esquiva l'attaque de justesse, avant de riposter en flanquant un coup dans les côtes de son ennemi. Comme elle le craignait, la cotte de maille de ce dernier encaissa la majorité du choc.

Pendant ce temps, le Drow parait aisément les attaques de ses opposants, avant finalement d'embraser ses lames d'un geste pratiquement négligent. Il en enfonça une dans l'estomac de celui se trouvait à sa gauche et recula, se servant de sa victime comme d'un bouclier. Dégageant sa lame, un second geste gela le sol sous les pieds du dernier de ses adversaires, qui perdit son équilibre et tomba violemment à la renverse. Son coccyx se cassant à l'impact fit un bruit désagréable, qui fit grimacer les occupants des cellules encore closes. Sans montrer d'émotions particulières, le Drow lui trancha la gorge. La plaie se cautérisa instantanément, sous l'effet de la chaleur de la lame.

Nienor avait fini par voir son arme être brisée par son adversaire, et avait sauté à la gorge de ce dernier, pour s'engager dans une lutte acharnée. Ce dernier, pensant naturellement avoir le dessus sur une femme, s'était rapidement rendu compte que cela lui serait difficile, en raison des crocs et des griffes qui avaient poussé sur son corps, et de sa nouvelle morphologie. Finalement, la louve lui déchira la gorge à grand renfort de mâchoire.
Elle se retourna vers les autres combattants en se léchant les babines. Le Drow la regarda, l'air... Pensif. Un geste rapide lui suffit pour "éteindre" les flammes dansant sur ses lames. Il en rangea une et ramassa la robe de Nienor, qui était tombée au sol durant sa transformation.

"Intéressante capacité que tu as là. J'aimerais... L'étudier plus tard, si cela ne te gênes pas. Mais avant, il nous faudrait sortir d'ici..."

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Maïlinya le Lun 4 Juil 2016 - 14:07

Le drow qui avait coupé la langue de l'humain s'avançait vers leur liberté de la démarche souple d'un prédateur. De plus en plus intéressant. Nienor, quant à elle, se saisit d'une lance, dont elle brisa l'extrémité en fer, sans doute pour se battre. L'autre, elle, ne savait pas se battre avec des armes. Aussi se contenta-t-elle d'avancer, attentive. Elle entendit les gardes approcher avant de les voir. Elle en vit un se jeter sur Nienor, tandis que deux autres s'attaquaient au drow. Elle se tourna vers le dernier d'entre eux, un sourire grimaçant lui tordant le visage.

Le garde ne la fit pas attendre, se jetant immédiatement sur elle. Elle n'esquiva son attaque que de justesse, bondissant sur le côté. Déjà, la lame de l'homme revenait vers elle en un arc meurtrier, qu'elle esquiva en se baissant. Elle rompit de quelques pas, afin de mettre de la distance entre son adversaire et elle. Puis elle fit quelques pas de côté, s'avança vers lui... bondit en retrait, esquivant la lame qui volait vers elle... avec une fraction de seconde de retard. Une brûlure lui mordit la joue, et elle sentit un mince filet de sang couler sur sa peau. Ca n'allait pas être facile. Le garde avait, grâce à son épée, une allonge bien supérieure à la sienne, et il la tenait assez facilement à distance, la menaçant alors qu'elle ne parvenait pas à lui porter la moindre atteinte. Peu lui importait. Elle aimait les défis.

Elle répéta sa manoeuvre, bondissant vers le garde, avant de sauter en arrière, parvenant cette fois à échapper à l'arme. A son troisième mouvement vers l'avant, elle se glissa sur le côté de la lame adverse, avant de porter un coup à son ennemi... qui lui arracha un gémissement. Son point, ayant cogné l'armure du garde, était douloureux, alors que l'homme ne semblait pas avoir senti quoi que ce fût. Elle bondit en retrait, échappant difficilement à la lame du garde, qui manqua de l'éventrer et traça une nouvelle ligne de feu, sur son flanc cette fois, déchirant sa robe au passage.

L'homme sourit, tout en avançait vers elle d'un air assuré. L'air d'un chasseur qui voit que sa proie multiplie les erreurs, et va bientôt tomber. C'était assez amusant, et elle ne put empêcher un éclat de rire de lui échapper, ce qui estompa le sourire de l'homme et lui fit adopter un air... dubitatif. Son rire redoubla. Il ne comprenait pas la plaisanterie. En même temps, c'était normal. Il pensait la tenir, parce-qu'il était parvenu à la blesser, tandis qu'elle ne l'inquiétait pas le moins du monde, avec ses attaques et ses esquives empruntées aux techniques de chasse des loups. Ce qui lui échappait, en revanche, c'était que les loups ne chassent pas seuls. Et que, derrière lui, le harate se préparait à bondir.

Dans un éclair fauve, l'animal se jeta sur l'homme, le propulsant au sol, sa mâchoire tâchant immédiatement de trouver une faille dans son armure avant de le mordre. Le garde se retourna tant bien que mal, leva sa lame vers le harate... ne put achever son geste, puisqu'elle venait, d'un coup de pied, de faire sauter sa lame de sa main. L'animal était parvenu à arracher le heaume du garde, et sa mâchoire se referma sur son visage, brisant les os et transformant ses cris en gargouillis. L'autre regarda le spectacle, puis, tandis que le harate relevait la tête vers elle, elle lui sourit:

L'autre: Elle te remercie. Tu peux te reposer.

L'animal disparut alors, comme il était venu. Elle se tourna alors vers les autres. Leurs adversaires étaient morts. Nienor avait disparu, remplacée par la louve noire à la tâche blanche. Le drow tenait sa robe à la main, l'air intéressé, et dit à la louve:

"Intéressante capacité que tu as là. J'aimerais... L'étudier plus tard, si cela ne te gênes pas. Mais avant, il nous faudrait sortir d'ici..."

Elle approuvait la dernière partie de la phrase. Il leur fallait sortir. Accompagnée du drow et de la louve, elle reprit le chemin de la sortie. Ils ne tardèrent pas à atteindre la porte des prisons. Bientôt dehors. Il leur fallait juste espérer que nul ne les repère tandis qu'ils quitteraient les lieux...

•————————————•
Maïlinya et son autre
avatar
Maïlinya
Elite
Elite

Race : Dryade des bois
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Nienor le Lun 4 Juil 2016 - 23:21

Nienor prit la tête du petit groupe, usant de son flair pour détecter les éventuels ennemis, et en avertissant ses alliés d'un grognement si ils risquaient de faire une mauvaise rencontre. Ils parvinrent à la haute cour du chateau sans encombre, n'ayant été dérangé que par deux servantes portant du linge propre, et ces dernières avaient poussé un hurlement de terreur avant de s'enfermer dans une chambre, tremblantes.
Leur arrivée dans la haute cour ne se fit pas dans la discrétion, et les quelques soldats présents déclenchèrent l'alarme, en allant fermer la porte. Nienor se positionna auprès du Drow et de Maïlinya, tentant de paraître aussi menaçante que possible, allant jusqu'à grogner en direction d'un garde un peu trop proche à son goût. Le Baron arriva sur ces entrefaits, armé d'une épée longue et muni d'un bouclier.

"Et bien, vous souhaitez quitter mon hospitalité ? Quels mauvais hôtes vous faites, vraiment, vous me décevez."

"Votre hospitalité ne nous convient guère. Si c'est ainsi que vous traitez les femmes qui ont le malheur de tomber en vos mains, il y a véritablement de quoi se révolter."

"Tiens donc, une saloperie de Drow qui pense me parler d'honneur ? Comme c'est pathétique."

"A votre convenance. J'ai reçu de biens plus horribles surnoms, vous savez... Et, ironiquement, je suis bien moins cruel que la majorité de mes congénères. Enfin. Il me semble que je vais devoir vous donner une bonne leçon."

Il ferma les yeux et murmura quelque chose, une sorte d'incantation dans une langue inconnue de Nienor. L'air commença à se refroidir. Le Baron n'en n'eut cure, ou bien ne s'en rendit pas compte, car il désigna le trio de son arme et lança ses ordres :

"Tuez-les tous ! Je veux la peau de cette louve devant ma cheminée !"

Les soldats se précipitèrent sur eux, en hurlant et en agitant les armes. Le Drow acheva son incantation, et fit un geste cabalistique. Les murs se couvrirent de givre, tandis que le sol gelait à vue d'oeil. Les soldats qui couraient furent surpris et glissèrent, avant de tomber dans un véritable chaos de jurons et de métal. L'Elfe Noir entama une seconde mélopée, plus rapide, avant d'abattre sa main sur le sol. Des pieux de glace jaillirent du sol, semblables à celui qu'il avait envoyé sur un garde dans la prison, transperçant les soldats, les blessant gravement, les mutilant, voire les tuant.
Le Drow se redressa, essoufflé, mais souriant :

"Bon... Maintenant, nous sommes à peu près à égalité... Allons-y, voulez-vous ?"

Il reprit ses lames et, d'un geste, les embrasa, avant de se précipiter vers le Baron. Ce dernier avait été choqué de voir les capacités de son "prisonnier", et para misérablement la première attaque, de façon machinale, avant de reprendre ses esprits. Nienor avait suivi le conseil de l'Elfe, et tentait de mettre à mal autant de prisonniers que possible, en usant de ses crocs et de ses griffes, se battant pour sa vie. Un archer, sur les hauteurs, l'avait déjà atteint d'une flèche, et un soldat l'avait frappé à l'aide d'une masse. Le Drow semblait être à la fois un puissant magicien, mais aussi un combattant d'excellence... Malgré son boitement, il semblait pratiquement voler autour du Baron, le frappant avec dextérité et aisance et parant les attaques avec autant de facilité que si il s'était s'agit d'un enfant. Ce qui était probablement le cas, pour lui : les Elfes avaient une telle longévité qu'à leurs yeux, les Humains devaient passer pour de simples enfants... Le Drow riait et insultait son adversaire à chaque instant, tout en lui infligeant de petites estafilades, pratiquement semblables à des morsures de renard.

•————————————•

Venez hurler avec moi à la pleine Lune.
avatar
Nienor
Elite
Elite

Race : Louve-Garou
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Druides et barde

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum