Jeux de serpent

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeux de serpent

Message  Morathi le Ven 27 Nov 2015 - 15:21

J'avais enfin ma propre demeure !
Enfin !

Après avoir fui ma vie passée, échappée à des tueurs à gages, avoir changé de nom, m'être prostituée et enfin avoir servi moi-même de tueuse à gages, j'avais l'occasion de retrouver ma vie d'antan ! Thork était venu avec moi pour mon... "Déménagement". En vérité, je n'avais pas grand-chose à emmener avec moi, si ce n'étaient mon armure, mon arbalète, ma rapière, quelques carreaux et surtout mes deux robes, celle que j'avais pris dans ma fuite et celle que Mère Gwynevere m'avait donné pour me parer dans son bordel.
Pour l'argent, j'avais été forcée de céder une partie de la fortune des Vampires ayant habité cette demeure au notaire, pour ne pas être dénoncée d'une façon ou d'une autre. Il me restait tout de même assez pour vivre, même si il me faudrait un peu de temps pour être à nouveau celle que j'étais autrefois.

Je passais quelques jours à faire un brin de ménage dans la demeure, mettant de côté des objets dont je n'aurais aucun usage, dans l'optique de les vendre un peu plus tard. Le travail était long et m'occupait, ce qui était agréable : quand j'étais chez Thork, je ne faisais véritablement pas grand chose de physique, sauf quelques soirs, et je m'ennuyais profondément dans sa boutique. Il s'était occupé de l'ami d'Aëleen et ce dernier était reparti dans les ruelles, une fois ses plaies cicatrisées. Enfin... Assez cicatrisées pour qu'il puisse se déplacer sans ressentir trop de douleurs...

Cela faisait bien deux jours que j'étais en train de faire ce rangement de fond en comble, quand, alors que je me reposais, j'entendis toquer à ma porte.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Dim 6 Déc 2015 - 10:45

Sire Janus était mort. Ilaque était mort. Grâce à l'action de Ssyxlat'h, la filière commençait à être éliminée. Il avait même réussi à libérer plusieurs esclaves. Seulement, il n'avait éliminé qu'une partie des esclavagistes en lien avec Sire Janus. Il ne doutait pas que du côté de ce dernier, la succession allait se mettre en place pour maintenir le trafic d'esclaves. Ssyxlat'h aimait aller au bout des choses et faire le travail de façon consciencieuse et complète. Seulement, pour le moment, il n'avait pas moyen d'obtenir toutes ces informations. La Fourmi Rouge, lui, avait un réseau d'espions pour cela. Ssyxlat'h retourna donc à Telbara, informa son employeur du succès de sa mission, perçut sa rétribution, et dut se trouver une autre mission. La Fourmi Rouge lui dit qu'il mènerait son enquête de son côté et qu'il le recontacterait dès qu'il aurait une nouvelle cible, un potentiel repreneur d'affaires qui voudrait maintenir l'empire clandestin de Sire Janus et d'Ilaque. En attendant, la Fourmi Rouge avait un contact qui aurait une mission pour lui : une mère-maquerelle connue sous le nom de Mère Gwynevère. Elle dirigeait un établissement de luxe où des clients de toutes races venaient louer les services de ses filles, mais aussi de ses garçons. Il y en avait pour tous les goûts dans son établissement.

Mère Gwynevère était le genre de matronne à avoir la main de fer dans un gant de velours. Elle était bienveillante et protectrice avec ses employés jusqu'à ce que l'un d'entre eux décide de la contrarier. Ssyxlat'h n'était pas là pour juger cette femme qui allait être son futur employeur, et la Fourmi Rouge ne chercha pas non plus à lui donner une vision négative d'elle. Le contexte était simplement le suivant : Mère Gwynevère passait une sorte de pacte avec ses employés, qui allait au-delà d'un simple contrat écrit même si ça en avait la forme. Une des filles travaillant pour elle s'était fait la malle. Cette imbécile s'était confiée à une amie et ancienne collègue, qui avait rapporté l'information à Mère Gwynevère.

Ssyxlat'h rencontra dans Mère Gwynevère dans un endroit privé, hors de la vue de sa clientèle et de ses employés afin de protéger l'identité du Naga à qui elle allait confier sa mission d'espionnage.
Oui, espionnage : il ne s'agissait pas de tuer la cible, seulement de l'aborder et de récolter autant d'informations que possible. La cible s'appelait Morathi, une Demi-Drow. Mère Gwynevère expliqua à Ssyxlat'h ce qu'elle voulait savoir. Morathi avait-elle des complices ? Ses projets étaient-ils sincèrement de s'installer dans une maison bourgeoise, ou bien avait-elle d'autres projets derrière la tête, comme celui d'ouvrir son propre “commerce” ? Tout ce que Ssyxlat'h trouverait d'intéressant à apprendre au contact de Morathi, il devrait en faire le rapport à Mère Gwynevère. Le moment, cette dernière déciderait de la bonne action à mener en connaissance de cause.

Selon les maigres informations que possédait Mère Gwynevère, Morathi se cherchait un domestique. Cela tombait bien : voilà le rôle qu'endosserait le Naga, bien habitué à le jouer. Il s'était fait passer pour un domestique de Sire Janus, puis pour l'esclave de Harzhan, c'était quelque chose dont il avait l'habitude et il savait duper son monde sur ce terrain. Quant à savoir quoi faire de ses armes, Ssyxlat'h eut une idée. Un moyen de les garder à proximité sans créer de soupçons. Il se chercha un artisan capable de lui créer un écrin sur mesure, et paya rubis sur l'ongle pour avoir sa commande dans les plus brefs délais.

Il fut ravi du produit fini : l'intérieur de couleur mauve permettait d'y déposer ses deux saïs et sa sarbacane. Il se dirigea jusqu'à la demeure de Morathi, et toqua à la porte. Ses armes rangées dans l'écrin, il apparaissait ainsi sans plus aucun équipement. Le Naga ne portait non plus aucun habit, chaque écaille de son corps était visible, avec leurs belles nuances de vert profond.

Il attendit et se fit ouvrir par une Demi-Drow. Il s'inclina respectueusement et attendit que Morathi lui permette de se présenter :

SSYXLAT'H – Enchanté, Dame Morathi. Permettez-moi de me présenter : Kaaxhy, en toute humilité recommandé par Sire Gislain, Sire Namoda et Dame Iacilde. Je m'offre à votre service, Madame.

Sire Gislain et Dame Iacilde étaient des noms inventés. Il existait peut-être un Sire Gislain pour de vrai, mais ces noms n'étaient que de l'enrobage. En revanche, afin de rendre le mensonge plus crédible, et plus tentant pour la cible qu'était Morathi, Ssyxlat'h avait glissé au milieu un nom existant : Sire Namoda. Il s'agissait d'un bourgeois Homme-lézard dont Mère Gwynevère avait glissé le nom à Ssyxlat'h : Morathi avait déjà entendu parler de ce noble sans jamais l'avoir rencontré. Ssyxlat'h pouvait donc citer ce nom sans risque. Lorsque l'on voulait se mettre au service d'un noble, avoir les recommandations d'autres nobles était favorable à l'embauche.

SSYXLAT'H – Permettez-moi également de vous offrir ce présent.

Ssyxlat'h, toujours incliné, tendit les deux bras en avant pour présenter l'écrin à Morathi, la laissant en découvrir le contenu.

SSYXLAT'H – Trois armes exotiques, fabriquées dans une contrée extérieure à l'Orcande.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Mar 8 Déc 2015 - 19:59

J’ouvris la porte, pour me retrouver face à un Naga d’imposante taille, aux écailles émeraude. Quelque peu surprise, je ne parvins pas à trouver mes mots au premier abord, jusqu’au moment où il se présenta de lui-même. Il m’expliqua se nommer Kaaxhy et souhaitait se mettre à mon service. Les personnes le recommandant avaient des noms usuellement portés par la haute société telbarane, et je connaissais vaguement Sire Namoda : c’était un Séladien qui venait souvent dans le bordel de Mère Gwynevere. Pour autant, il n’avait jamais fait partie de mes pratiques.
Je devais bien l’avouer, cet étalage de noms et de recommandations me donnait un certain vertige. Je me repris au moment où le Naga, toujours incliné, me tendait un petit écrin, que j’ouvris précautionneusement, pour voir des objets quelque peu étranges : un tube de bois creux et deux dagues, dont les gardes, pointues, étaient recourbées vers l’extérieur. Mon visiteur m’expliqua qu’il s’agissait de lames exotiques, créées dans une contrée loin d’Orcande. J’acquiesçais et refermait précautionneusement l’écrin, avant de l’inviter à entrer.

"Très bien, Kaaxhy. Et bien… Je me nomme Dame Morathi Sombrelame."

Enfin, Dame... C'était sujet à caution, pour le moment. Je refermais la porte derrière nous et l’invitais à me suivre dans un petit salon. Je posais l’écrin sur un guéridon et laissa le Naga prendre ses aises, tandis que je m’asseyais dans un fauteuil confortable.

"J’ignore qui t’as dit que j’étais à la recherche d’un domestique mais, je l’avoue, cela tombe bien. Tes tâches seront les suivantes : s’assurer que la maison soit… Relativement propre, s’occuper des vêtements, les miens et… Les tiens, si tu en as. Et enfin, me servir de garde du corps, au cas où. Au fait… Sais-tu écrire ?"

J’appréciais alors le hochement de tête du reptile. Au moins, je n’aurais pas à m’échiner à tenter d’apprendre à écrire. Mes piètres tentatives d’écriture ressemblaient à des gribouillis et des pâtés d’encre, quand le parchemin ne se déchirait pas sous ma plume. Quant à lire… Difficilement, et je suivais les lignes du doigt. Chaque page semblait me prendre une vingtaine de minutes. Je soupirais et me passais la main dans les cheveux.

"Bien, ce sera toujours ça… Et bien, il y a une chambre à l'étage pour toi. Sinon, la cuisine t'es bien entendu ouverte. Je crois qu'il y a de l'hydromel et de la bière dans la cave, ainsi que de la viande et quelques légumes. Il y a aussi du pain et du fromage dans un des placard de la cuisine."

J'avais fais quelques courses pour avoir de quoi me nourrir et j'espérais que mon... Nouveau serviteur n'avait pas un appétit d'Ettin, je ne comptais pas en refaire de sitôt. Je me levais et lui fit signe de venir m'aider à ranger un lourd buste de pierre, vraisemblablement un des ancêtres des précédents propriétaires, au vu de son faciès inquiétant.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Jeu 17 Déc 2015 - 18:01

Morathi prit précautionneusement l'écrin, apprécia du regard les armes disposées à l'intérieur, puis le referma. D'un geste, elle invita l'homme-serpent à entrer dans sa demeure, tout en se présentant bien que le futur domestique sût déjà qui elle était et l'avait même déjà appelée par son nom :

MORATHI – Très bien, Kaaxhy. Eh bien... Je me nomme Dame Morathi Sombrelame.

Le fait qu'elle se donnât le titre de Dame ainsi qu'un nom de famille, montrait qu'elle tirait déjà un trait ferme sur sa vie de prostituée au service de Dame Gwynevère. Ce n'était là qu'une réflexion préliminaire que Ssyxlat'h pouvait se faire sur sa cible. A son invitation, il rampa donc à l'intérieur de la demeure, jetant un regard discret sur le mobilier. Il ne savait pas du tout comment une prostituée avait pu devenir le propriétaire d'une telle demeure de noble, et c'était déjà un objectif pour Ssyxlat'h que de le découvrir. Si quelqu'un finançait la nouvelle vie de Morathi, ce serait une information que Mère Gwynevère voudrait savoir et pour laquelle elle récompenserait Ssyxlat'h.

Morathi posa l'écrin sur un guérison. Ssyxlat'h rampa dans un salon, où Morathi le rejoignit pour s'asseoir sur un fauteuil. L'homme-serpent, lui, resta debout.

MORATHI – J'ignore qui t'as dit que j'étais à la recherche d'un domestique mais, je l'avoue, cela tombe bien. Tes tâches seront les suivantes : s'assurer que la maison soit... relativement propre, s'occuper des vêtements, les miens et... les tiens, si tu en as. Et enfin, me servir de garde du corps, au cas où. Au fait... Sais-tu écrire ?

Ssyxlat'h ne portait jamais de vêtements et dodelina légèrement de la tête quand Morathi évoqua cette idée, pour le lui faire comprendre. Quant à lui servir de garde du corps, cela allait de soi. Si Morathi venait à sortir de chez elle, elle serait rassurée d'avoir un domestique capable de la protéger. Pourtant, ce qui était étrange, c'est qu'elle avait confié cette tâche à Ssyxlat'h sans même se demander s'il savait se battre. Ne craignait-elle pas d'avoir un garde du corps incapable de la défendre ? Autre question : quelles armes escomptait-elle confier à son domestique pour la protéger dans la rue ? Le laisserait-elle la défendre à mains nues ? Elle lui demandait s'il savait écrire, mais pas s'il savait se battre.

En tout cas, Ssyxlat'h fit mine de ne s'étonner de rien. Il hocha donc la tête sans afficher la moindre expression, chose facile pour les races reptiliennes qu'étaient les Nagas et les Hommes-lézards. Beaucoup de gens trouvaient ces deux races naturellement inexpressives ; et ce n'était pas une insulte mais un fait difficilement contestable.

MORATHI – Bien, ce sera toujours ça... Et bien, il y a une chambre à l'étage pour toi. Sinon, la cuisine t'es bien entendu ouverte. Je crois qu'il y a de l'hydromel et de la bière dans la cave, ainsi que de la viande et quelques légumes. Il y a aussi du pain et du fromage dans un des placards de la cuisine.

Au premier abord, Morathi semblait vouloir devenir une maîtresse de maison qui prenait soin de ses domestiques, les traitant avec dignité. Ssyxlat'h ne s'attendait pas à avoir le droit de venir se servir en nourriture directement dans la cuisine. Il avait l'impression d'être un invité hébergé pour une durée indéterminée plus qu'un domestique. Cette mission n'en serait que plus facile à supporter.

Morathi se leva de son fauteuil et demanda au Naga de l'aider à ranger un buste de pierre apparemment lourd.

SSYXLAT'H – Bien, Madame.

Ce furent pour le moment les seuls mots qu'il eut dit depuis que Morathi l'avait fait entrer. Il agissait comme un vrai domestique, aussi n'allait-il pas “taper la causette” avec elle, sauf si Morathi lançait elle-même la discussion. Il se plaça d'un côté du buste de pierre, le soupesa, puis aida Morathi à le ranger, les écailles de son long corps de serpent glissant et se contractant sur le sol de la demeure.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Ven 18 Déc 2015 - 11:23

Nous soulevâmes de concert le buste de pierre et nous dirigeâmes vers le grenier, avec force gémissements d'efforts et de jurons. Tout en ahanant, je réfléchissais à ce que j'avais appris sur ce nouvel arrivant fort bienvenu dans ma demeure. Il était poli, mais au vu des noms de ses anciens employeurs, ce n'était pas étonnant : il venait de maisons demandant une certaine éducation à leurs domestiques. Toutefois, le fait de m'avoir offert comme cadeau ces armes exotiques m'étonnait : ce n'était pas le genre d'objet que l'on offrait à une Dame d'ordinaire, à moins qu'il ne s'agisse d'un cadeau de départ d'un de ses précédents employeurs, une sorte de gratitude honorifique auquel il tenait beaucoup. C'était sans doute plus probable et cela signifiait qu'il avait confiance en moi, ce dont je me sentis à la fois flattée et honorée.

Enfin, nous parvînmes à déposer le buste dans le grenier. Je m'assis au sol et m'adossais à la statue de pierre, essoufflée et en sueur. Je toussotais une ou deux fois, à cause de la poussière et je passais ma manche sur mon front. Le cœur battant, je redescendis, en proposant à Kaaxhy de grignoter quelque chose : on devait en être à la 13ème heure et j'étais affamée. Je le guidais vers la cuisine et le laissais sortir la nourriture des placards, tandis que je fouillais la réserve et remplissais un pichet de bière. Je le posais sur la table et disposais deux gobelets de terre cuite à côté. Je m'assis en face du Naga et but une gorgée de bière.

"J'imagine que peu de tes anciens maîtres avaient comme habitude de manger avec la domesticité. Disons que je n'ai pas l'habitude de manger seule. De plus, cela ne me plait guère et je ne veux pas créer de fossé entre nous..."

Je coupais un morceau de viande séchée, que je plaçais sur une tranche de pain et mordis dedans. Je réfléchis à ce qu'il restait à faire dans la maison et soupirais, découragée : il y avait tant à faire, ne serait-ce qu'en terme de rangement : je n'avais pas prévu d'avoir de domestique aussi tôt et la chambre qui lui était allouée était quelque peu encombrée par du mobilier que je considérais comme inutile. Une fois notre déjeuner achevé, je lui montrais le lieu en question. C'était une pièce de petite taille, avec un lit et un coffre à vêtements seulement... Enfin, d'ordinaire. Actuellement, il s'y trouvait aussi une table et plusieurs chaises, ainsi qu'un fauteuil confortable. Je le laissais s'en occuper, en lui expliquant que j'allais sortir, de mon côté, pour faire quelques courses : je n'avais pas prévu de nourrir une bouche supplémentaire aussi rapidement.

Je mis une mantille sur mes épaules et m'enveloppait de ma cape rouge, avant de sortir de la demeure, un panier au bras. Je me dirigeais vers une boutique de denrées proche. Je parvins à engager le commis du commerçant pour qu'il achemine jusque chez moi mes nouveaux achats. J'avais choisi de prendre du fromage, un peu de poisson que je conserverais dans des pains de glace, dans la cave, beaucoup de pain, de la viande et quelques fruits. Enfin, je fis la folie de prendre un peu de vin blanc tacoman, un petit péché mignon acquis pendant mon séjour au bordel de Mère Gwynevere.

A mon retour, je proposais un verre à mon nouveau domestique.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Sam 26 Déc 2015 - 15:38

Sous l'effort, Morathi lâcha quelques jurons tout en ahanant. Eh bien ! Drôles de manières pour quelqu'un qui voulait se faire passer pour une Dame ! Ssyxlat'h n'était pas censé savoir que Morathi était une prostituée ayant tout juste accédé à une position dans la haute société. De toute manière, rien ne s'afficha sur son visage reptilien ; lui, n'émit que quelques sifflements sous l'effort en déplaçant le buste, et se dit intérieurement que Morathi aurait plusieurs choses à changer pour se comporter comme une vraie dame sans éveiller de soupçons sur ses origines sociales. Elle mangeait avec son domestique, jurait sous l'effort physique. Et voilà qu'elle alla même faire le marché ! Il lui faudrait rapidement recruter un intendant, qui aurait à gérer les stocks de provisions et tout le reste et qui se déplacerait au marché ou y enverrait un de ses domestiques – Ssyxlat'h dans le cas où il n'y aurait que lui.

Avant d'aller au marché, Morathi partagea un repas bienvenu. L'estomac du Naga était aussi peu rempli que celui de sa maîtresse, et le déjeuner, basique, fit du bien. Morathi aurait aussi à recruter un cuisinier. Ssyxlat'h avait un certain nombre de talents, mais en tout cas pas celui de faire la cuisine !

MORATHI – J'imagine que peu de tes anciens maîtres avaient comme habitude de manger avec la domesticité. Disons que je n'ai pas l'habitude de manger seule. De plus, cela ne me plaît guère et je ne veux pas créer de fossé entre nous...

Morathi n'était très certainement pas la seule “noble” à manger avec ses domestiques, mais Ssyxlat'h se figurait que cela restait relativement rare. Au moins, Morathi était consciente d'agir de façon assez surprenante, du moins sur ce point. Pour le langage et la gestion des ressources, rien n'indiquait pour l'instant que c'était le cas.
Elle fit monter Ssyxlat'h à l'étage après le déjeuner pour lui montrer la pièce qui lui servirait de chambre. Pour l'instant, c'était un débarras à meubles.

Aussi le Naga n'eut-il pas à s'ennuyer quand Morathi s'en alla faire les courses. Les chaises ne furent pas une grande peine à déplacer, mais pour la table et le fauteuil, Ssyxlat'h se dit qu'il aurait bien aimé ne pas être tout seul sur cette tâche. Non pas que ce fut impossible, mais cela lui prit un peu trop de temps à son goût. En effet, il avait espéré profiter de cette première absence de Morathi pour commencer déjà à fouiller un peu dans ses affaires personnelles.
Ca, aussi, quand on y pensait... Morathi était, ou très folle, ou très naïve, pour s'absenter ainsi en laissant Ssyxlat'h seul chez elle, alors qu'elle ne le connaissait encore, pour ainsi dire, pas du tout. Au fond, tout ce qu'elle croyait savoir de lui, c'était son nom et celui de ses anciens maîtres, et toutes ces données étaient inventées. Certes, Ssyxlat'h avait su être crédible, notamment en utilisant un nom connu de Morathi pour parler de ses anciens maîtres, mais au fond, Morathi ne connaissait rien de sa personnalité et de ses compétences, et pourtant l'idée de le laisser déjà seul chez elle ne la dérangeait visiblement pas. Peut-être cachait-elle elle-même quelque chose qui expliquait son insouciance. Ssyxlat'h se dit qu'il devait peut-être se montrer méfiant envers elle au lieu de la juger trop rapidement.

Quoi qu'il en soit, quand Morathi rentra, il n'avait pas eu le temps nécessaire pour fouiller dans ses affaires personnelles. Au moins, sa chambre ressemblait maintenant à une vraie chambre. Morathi lui proposa un verre de vin blanc tacoman. Elle voulait peut-être l'impressionner en affichant un peu de luxe. Il s'agissait peut-être en fait d'un vin de contrebande. Nombre de taverniers se procuraient du vin tacoman à prix cassés, et chacun avait son tuyau.

SSYXLAT'H – Merci, Madame. J'ai fini de ranger la chambre, j'ai déplacé les meubles dans un endroit qui, je l'espère, sera à votre convenance.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Dim 27 Déc 2015 - 20:51

Je m'installais sur une chaise de la cuisine et débouchais la bouteille de vin blanc en écoutant mon nouveau serviteur Naga m'expliquer qu'il avait pu, pendant que je faisais le marché, ranger ce qui était à présent sa chambre. Je lui servit un verre, m'en servi un et plaça un bouchon de bois sur le goulot de la bouteille. Puis, je pris une gorgée de vin. On pouvait dire ce que l'on voulait des tacomans, mais ils produisaient un excellent vin blanc. J'ignorais comment il était produit, mais il était grandement probable que la terre sur laquelle poussaient les vignes était fertile et produisait de bons raisins.
Celui-ci était sucré, doux, aisé à boire, un véritable régal pour mes papilles. Je m'étirais, pratiquement comme un chat, et regardais Kaaxhy.

"Demain... Oui, demain tu écriras une lettre, à l'intention de quelqu'un, sous ma dictée. Ce soir... Je te laisse la soirée de libre, je dois me rendre chez un ami. Je mangerais ici, avant de partir."

Un coup d'oeil à la bougie des heures m'apprit que j'avais au moins deux bonnes heures avant mon départ, autant dire que je pouvais prendre mon temps avant cela, notamment pour me laver et me changer. Il y avait au rez-de-chaussée une salle de pierre, assez inconfortable, qui servait de salle d'eau. Aidée de Kaaxhy, je puisais de l'eau dans un puit situé à l'arrière-cour, jusqu'à pouvoir remplir quatre seaux. De retour à l'intérieur, on mit l'eau à chauffer au-dessus du foyer de la cuisine. Nous patientâmes en devisant de tout et de rien, jusqu'à ce que l'eau soit assez chaude. Je prit deux seaux pour mon propre usage, laissant les deux autres au Naga si ce dernier souhaitait faire un brin de toilette.

Une fois dans la salle d'eau, je me déshabillais et versais l'eau du premier seau sur mon corps. C'était agréable, réellement. Un des rares conforts que j'appréciais chez Mère Gwynevere : elle avait un bassin au sous-sol, dans lequel ses filles pouvaient se baigner à volonté, parfois avec des clients aux goûts... Exotiques. Le sol de ma propre salle d'eau était de pierre, et plat. Je me demandais ce qui pourrais le recouvrir ? Des planches de bois ? Je craignais les échardes, spécialement dans certaines parties charnues de mon corps. Qui plus est, je me demandais si l'eau n'allais pas les faire pourrir. Je soupirais et acheva de frotter mon corps avec une pièce de tissu spongieuse, avant de déverser sur ma tête le contenu du second seau. Je me séchais en frottant contre moi une autre pièce de tissu, sèche cette fois, avant de m'en envelopper.

Je sortis de la pièce, qui se trouvait proche de la cuisine, et montait jusque dans ma chambre, avant de me changer. Je choisis de revêtir une robe de couleur sombre et un manteau de la même teinte, dont la capuche servirait à cacher mon lignage bâtard. Je pris aussi ma rapière, histoire de pouvoir me défendre en cas d'ennuis. Je me maquillais rapidement, de façon à rehausser ma beauté de façon discrète. Enfin, je descendis. Toute cette opération, en comptant mes ablutions et le temps que l'eau parvienne à la bonne température, m'avait prit beaucoup de temps et il ne m'en restait guère avant l'heure du départ. Je mangeais donc rapidement, avant de donner mes dernières instructions à Kaaxhy :

"Il y a deux clés. J'en aurais une. Je reviendrais tard dans la nuit, ou tôt le matin, donc tu fermeras les verrous derrière-moi. Je te fais confiance. N'essaie pas de me voler, je parviendrais à te retrouver. Enfin... J'y vais. Je te souhaites de passer une agréable soirée."

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Dim 3 Jan 2016 - 17:11

Morathi leur servit un verre de vin à chacun. Le Naga porta le verre devant sa bouche et, par réflexe, lapa l'odeur comme pour vérifier que le vin n'avait pas été frelaté par une drogue ou un poison quelconque. Morathi se comportait de manière assez bizarre. Elle accordait une confiance bien trop ouverte à ce nouveau domestique qu'elle ne connaissait que depuis une heure ou deux, et c'en était douteux. Quoi qu'il en soit, le vin était pur. Ssyxlat'h imita donc sa maîtresse en versant le liquide dans sa bouche. La saveur lui flatta les papilles. Ssyxlat'h avait déjà bu toutes sortes de vin, mais le vin tacoman avait vraiment des qualités indiscutables. Le Naga n'était cependant pas très porté sur l'alcool, et ce simple verre de vin lui suffit amplement.

MORATHI – Demain... oui, demain tu écriras une lettre, à l'attention de quelqu'un, sous ma dictée. Ce soir... je te laisse la soirée de libre, je dois me rendre chez un ami. Je mangerai ici, avant de partir.

Elle allait donc encore le laisser seul ? Pour toute une soirée, en plus ? Que cachait-elle ? C'était le métier de Ssyxlat'h que de le découvrir, justement. Soit Morathi était un personnage absolument insouciant et naïf à un point inquiétant pour elle, soit elle voulait pousser Ssyxlat'h à la faute. L'assassin risquait de tomber dans le piège s'il y en avait un, car il ne voulait pas non plus se permettre de laisser passer les occasions qu'il avait juste parce que le comportement de Morathi le perturbait.

Ssyxlat'h accompagna Morathi jusque dans l'arrière-cour où se trouvait un puits, grâce auquel ils remplirent quatre seaux entiers qui serviraient au bain : deux pour Morathi, deux pour Ssyxlat'h. L'eau étant l'élément des Nagas, Ssyxlat'h apprécia tacitement cette attention de la part de sa maîtresse. Ils firent chauffer l'eau en discutant, et Ssyxlat'h tint poliment la conversation à sa maîtresse. Puis ils portèrent les quatre seaux d'eau chaude jusqu'à une salle au sol de pierre où trônait une baignoire. Morathi prit son bain la première, Ssyxlat'h patientant à l'extérieur de la salle. Après son bain, Morathi avala une collation et donna ses dernières instructions à son domestique homme-serpent :

MORATHI – Il y a deux clés. J'en aurai une. Je reviendrai tard dans la nuit, ou tôt le matin, donc tu fermeras les verrous derrière moi. Je te fais confiance. N'essaie pas de me voler, je parviendrais à te retrouver. Enfin... J'y vais. Je te souhaite de passer une agréable soirée.
SSYXLAT'H – Merci, Madame. Bonne soirée à vous.

Ainsi, Morathi s'en alla. Ssyxlat'h verrouilla la porte du manoir derrière elle, se retrouvant seul à l'intérieur. Il n'avait pas encore pris son bain. Si Morathi ne lui tendait pas un piège, il avait toute la soirée pour lui. Commencer par prendre son bain serait justement un moyen de voir si elle ne lui avait pas tendu un piège. Si Morathi le soupçonnait d'avoir envie de fouiller dans ses affaires, elle trouverait l'homme-serpent en train de se prélasser dans la baignoire.
Le Naga étendit son long corps dans l'eau, sa queue se repliant sur le rebord de la baignoire pour revenir dans l'eau et rester immergée sur le plus de longueur possible. Ssyxlat'h se détendit. Cette eau chaude lui fit un bien fou. Il savoura cette sensation et son bain dura plus longtemps qu'il ne l'avait prévu, tellement ce fut bon...

Enfin, l'homme-serpent déroula son corps hors de la baignore et rampa sur le sol de pierre, l'eau ruisselant sur ses écailles. Il était détendu et se sentait bien. Il avait même fini par oublier l'espace de quelques instants ce qu'il faisait ici, dans ce manoir. Sa mission lui revint à l'esprit. Morathi n'était pas revenue, comme prévu. Il n'y avait peut-être pas de piège. De toute façon, Ssyxlat'h ne pouvait pas laisser passer cette occasion.

Il se mit alors à fouiller le manoir méthodiquement. Il mémorisa la position de chaque objet avant d'y toucher, afin de le repositionner de la même manière. Il fouilla tout ce qu'il put mais en laissant chaque chose à sa place et dans la position où c'était. Il avait du temps et il le prit. Parmi les affaires personnelles de Morathi, il trouva une robe qu'un Humain mâle aurait trouvé pour le moins “engageante”. Certainement un vêtement qu'elle avait souvent porté pendant qu'elle travaillait comme fille de joie. Il observa et renifla la robe mais aucun détail ne retint son attention, pas plus que le jeu de maquillage qu'il trouva dans la même pièce.

Il tomba aussi sur quelques parchemins sur lesquels étaient écrits plusieurs noms, souvent les mêmes, avec plusieurs orthographes différentes. La calligraphie incertaine tenait plus du gribouillage. Ssyxlat'h analysa cela comme les brouillons de quelqu'un qui apprenait à écrire. Parmi les quelques noms répétés, figurait celui de Morathi, écrit lui aussi avec plusieurs orthographes différentes. Etait-ce Morathi qui s'était entraînée à écrire sur ces parchemins ? Ssyxlat'h se rappela qu'elle lui avait annoncé qu'il aurait le lendemain à rédiger une lettre qu'elle lui dicterait. D'ailleurs, sa compétence d'écriture était l'une des premières choses qu'elle lui avait demandée quand il s'était présenté à sa porte. Morathi ne savait donc pas écrire, ou du moins commençait-elle tout juste à apprendre. Ssyxlat'h se posa cette question : de qui Morathi recevait-elle ses cours d'écriture ? Voilà une information qu'il allait devoir récolter.

Ssyxlat'h ne trouva rien d'autre qui ne présenta un quelconque intérêt à ses yeux. L'heure avait bien avancé. Morathi n'était toujours pas rentrée. Ssyxlat'h monta dans sa chambre. Il lova sa queue sur le lit et s'étendit sur le dos. Il finit par s'endormir. Tout était à sa place pour que Morathi ne puisse rien soupçonner quand elle serait rentrée.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Mer 6 Jan 2016 - 23:13

Je sortis dans la rue et traversais la Place des Joyaux, tandis que le Soleil disparaissait définitivement à l'horizon occidental. Je m'engageais dans une rue passante et continuait à suivre les indications qu'on m'avait fourni. J'étais un peu nerveuse : il s'agissait de mon premier travail en tant qu'"indépendante" et j'espérais ne pas me rater, ou pire : tomber sur d'anciennes "consoeurs" lors de cette soirée. Car il s'agissait bel et bien d'une soirée à laquelle je me rendais. J'étais engagée pour divertir, par mon bavardage et mon charme, les invités de mon "employeur". Il y avait la possibilité que la soirée se finisse, pour certains, par une étreinte et j'avais reçu l'assurance qu'en ce cas, je recevrais un supplément en guise de... Récompense.

Je parviens à une demeure illuminée par des torches. Un majordome, me voyant arriver, vint à moi. Je lui tendit un rouleau de parchemin, mon invitation. Il la lu et, en souriant, me tendit un loup, posé parmi d'autres dans une corbeille d'osier. Je le plaçais sur mon visage et entrais. Les autres invités étaient masqués. Je remarquais, dans la foule, quelques courtisanes, aux visage cachés par des loups. Je m'avançais dans la foule. De mon visage, seuls mes yeux, mes joues et mes lèvres étaient visibles. Je vis une troupe de jouvenceaux s'approcher de moi et ne put m'empêcher de sourire : certes, ma robe dévoilait ma gorge de façon impudique, mais les drôles qui s'avançaient, et qui devaient être à la pointe de la mode masculine, étaient ridicules. Ils portaient des poulaines auxquelles étaient attachées des grelots, leurs pantalons étaient de toutes les couleurs et leurs brayettes, ainsi que leurs épaulettes, devaient sans aucun doute être rembourrées. La majorité d'entre eux portaient à leurs ceintures des rapières. J'avais remis la mienne, ainsi que mon manteau, à un domestique juste après être entrée. Toutefois, je doutais que l'un de ces jouvenceaux soit capable d'user d'une lame pour se défendre. Ces jeunes gens m'entourèrent et me pressèrent de compliments, tout en me proposant quelques rafraîchissements.

Je savais ce qu'il en était de ces manœuvres : je devais en choisir un, ou deux, qui me servirait de cavalier pour la soirée, et plus encore. Je finis par jeter mon dévolu sur l'un d'entre eux, solidement charpenté, qui était resté en retrait. Il s'agissait bien du seul qui ne m'avait rien proposé et il semblait aussi à l'aise en ces lieux qu'un Minotaure dans le bordel de Mère Gwynevere. Ses amis l'abandonnèrent en compagnie de sa "conquête". Je le laissais me passer un bras autour de ma taille. Il ne portait pas de pantalon semblable à ceux de ses amis, mais avait aussi des poulaines.

"Bonsoir, messire."

"Bonsoir, mademoiselle."

"Vous ne semblez guère à l'aise... Ma présence vous gênes ?"

"Non, loin de là. C'est juste que je n'aime pas ce genre de dîner. Je n'ai pas l'impression d'y avoir ma place."

Je fus surprise par ce genre de réponse. Ce n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais. D'ordinaire, les hommes se complaisaient dans l'éxagération de hauts-faits, qu'ils soient véritables ou non. Là, celui-ci était juste... Désabusé, avais-je l'impression. Nous nous déplaçâmes jusqu'à un buffet, où nous prîmes le temps de boire et surtout, de faire connaissance.
Il m'expliqua qu'il était capitaine dans la garde telbarane, chargé de la surveillance du quartier où nous nous trouvions. Le maître de maison l'avait invité pour le remercier de son travail. Je passais un peu de temps auprès de lui, avant qu'il ne rejoigne ses amis. Je m'occupais en charmant les autres invités, en dansant avec eux et, finalement, en ayant un peu d'intimité en leur compagnie, à l'instar de mes "consoeurs". Alors que je ressortais d'une chambre, en laissant l'une de ces dernières en compagnie d'un des invités, je revis mon "cavalier" dans le couloir. Ce dernier semblait faire le pied de grue, près d'une porte fermée. De derrière celle-ci, l'on pouvait entendre des rires s'échapper.

Je compris rapidement la situation et l'invitais à me rejoindre dans une chambre, ce qu'il accepta. Nous passâmes un fort agréable moment, avant de nous endormir. Nous nous réveillâmes vers la 6ème heure, à cause d'un ivrogne qui déboula dans notre chambre. Il fut expulsé par mon amant manu militari, mais le mal était fait : nous étions éveillés. Nous nous rhabillâmes et nous nous séparèrent. Je me rendis  vers les portes de la demeure et l'intendant m'arrêta, avant de me donner une bourse emplie de pièce d'or, en "remerciement pour mes services". Je le remerciais à mon tour et repris mon manteau et ma lame, avant de faire le long et lent retour jusque chez-moi.
A peine arrivée, je refermais la porte derrière-moi et abandonna mes effets sur le sol, avant de m'allonger encore vêtue de ma robe sur mon lit et de m'endormir d'une traite.

Je dû sans aucun doute ronfler, aidée par le vin et la fatigue, car j'avais la gorge sèche et irritée à mon réveil. Je descendis dans la cuisine, le pas hésitant, mes cheveux en bataille. Un coup d'oeil à la bougie des heures m'apprit que l'on était à la 11ème heure, environ.

"Bonjour, Kaa*baille*xhy... Pardon... J'espère que tu as passé une bonne soirée ?"

Je m'étirais voluptueusement, jusqu'à ce que j'entende un petit craquement dans mon dos, qui me fit me redresser aussi sec.

"Cet après-midi, je te dicterais une lettre. Tu trouveras un nécéssaire d'écriture dans ma chambre, au besoin. En attendant le déjeuner... Je vais aller me laver."

Je puisais deux seaux d'eaux, que je me versais directement sur le corps une fois dans la salle de bain. Le contact de l'eau froide contre ma peau nue m'arracha un cri strident de surprise. Je fis ensuite consciencieusement ma toilette intime, avant de me sécher. Je revêtis une robe plus chaude, aux couleurs vives, et me remis à mes exercices d'écritures, jusqu'à l'heure du repas.
Une fois ce dernier achevé, je me rendis au salon, et me prépara à dicter la lettre à Kaaxhy :

"Et bien... Allons-y. Eeeeuh... Je ne savais quels mots choisir. Subrepticement, je me recalais dans mon fauteuil, pour ne pas sentir les douleurs provoquées par les ébats de la nuit. Très bien. "Seigneur Hebron, je vous souhaites le bonjour. Je me nomme Morathi Sombrelame. Nous avons, ensemble, partagé quelques bons moments dans l'établissement de Mère Gwynevere. J'ai à présent pris mon indépendance et souhaite continuer mon activité pour le moment. Malheureusement, je ne connais guère de monde et je souhaiterais avoir votre aide dans cette entreprise. Je vis non-loin de la Place des Joyaux, dans une demeure de pierre, dont la porte principale est surmontée par un vitrail d'Elasgol. Je vous espère bien portant, votre dévouée, Morathi." Ouf ! Enfin ! Tu porteras cette lettre dans la rue proche du palais du Conseil Telbaran, Hebron vit dans une demeure de pierre, avec des étendards pourpres encadrant la porte."

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Dim 10 Jan 2016 - 11:02

L'assassin était déçu de ne rien avoir trouvé de compromettant, ou en tout cas rien qui ne fût digne d'être rapporté à Mère Gwynevère. Cela aurait été trop beau, si tôt. La mission de Ssyxlat'h pouvait prendre des semaines s'il le fallait. Il fallait que Mère Gwynevère ait suffisamment d'information à se mettre sous la dent. Ssyxlat'h resterait le domestique de Morathi jusqu'à être certain d'avoir la pleine satisfaction de son véritable employeur.

Quand il se réveilla, Morathi était rentrée et dormait. Il ne savait pas depuis combien de temps elle était rentrée et si elle allait bientôt se réveiller. Il déambula dans la demeure et effectua plusieurs tâches mineures, histoire de ne pas rester inactif. Morathi se réveilla en fin de matinée. Soit c'était une très grosse dormeuse, soit elle était rentrée très tard. Elle salua Ssyxlat'h en se laissant emporter par un bâillement d'hippopotame en plein milieu de sa phrase. Elle n'avait vraiment pas du tout les manières d'une Dame, mais Ssyxlat'h devait continuer à adopter un comportement comme s'il la considérait comme telle. Il lui répondit poliment sans lui tenir rigueur de lui avoir bâillé à la figure tout en parlant. Morathi avait les cheveux en vrac, elle avait dormi en robe, et elle s'étira à s'en faire craquer les vertèbres. C'était loufoque de l'observer ; mais le reptile ne laissa pas transparaître ses pensées.

MORATHI – Cet après-midi, je te dicterai une lettre. Tu trouveras un nécéssaire d'écriture dans ma chambre, au besoin. En attendant le déjeuner... je vais aller me laver.

Evidemment, en bon domestique, Ssyxlat'h voulut prendre l'initiative d'aller puiser l'eau du bain de Morathi, mais cette dernière s'en chargea elle-même. Ssyxlat'h prépara le déjeuner pendant que Morathi prenait son bain. Il n'avait aucun talent particulier pour la cuisine mais savait au moins préparer un plat mangeable et convenable.

Encore une fois, Morathi prit le repas avec son domestique. Ils allèrent ensuite dans le salon. Ssyxlat'h avait préparé le nécessaire d'écriture. Morathi eut besoin de réfléchir aux mots qu'elle voulait employer, puis dicta sa lettre à Ssyxlat'h, qui écrivait bien mieux qu'il ne cuisinait :

MORATHI – « Seigneur Hebron, je vous souhaite le bonjour. Je me nomme Morathi Sombrelame. Nous avons, ensemble, partagé quelques bons moments dans l'établissement de Mère Gwynevere. J'ai à présent pris mon indépendance et souhaite continuer mon activité pour le moment. Malheureusement, je ne connais guère de monde et je souhaiterais avoir votre aide dans cette entreprise. Je vis non loin de la Place des Joyaux, dans une demeure de pierre, dont la porte principale est surmontée par un vitrail d'Elasgol. Je vous espère bien portant. Votre dévouée, Morathi »

En même temps qu'il écrivait avec soin, Ssyxlat'h analysait cette lettre. Voilà que Morathi lui faisait écrire quelque chose d'infiniment plus intéressant que tout ce qu'il avait pu fouiller la veille au soir. Ainsi, l'ancienne employée de Mère Gwynevère comptait monter sa propre activité de prostituée – elle parlait bien de « continuer son activité » et non pas de se lancer dans une autre. Mieux : Ssyxlat'h avait le nom de son futur collaborateur. Puisque Morathi lui livrait son adresse, il y avait de fortes chances que Ssyxlat'h rencontre prochainement ce dénommé Hebron.
Sans rien en montrer, l'homme-serpent fut excité de savoir qu'il allait finalement apprendre bien des choses intéressantes à rapporter à Mère Gwynevère.

MORATHI – Ouf ! Enfin ! Tu porteras cette lettre dans la rue proche du palais du Conseil Telbaran, Hebron vit dans une demeure de pierre, avec des étendards pourpres encadrant la porte.
SSYXLAT'H – Très bien, Madame. Dois-je le faire immédiatement ?

Morathi, qui avait, semblait-il, commencé à apprendre à écrire, pouvait en tout cas apprécier la qualité de la calligraphie du Naga.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Dim 10 Jan 2016 - 21:39

Kaaxhy avait une bien meilleure écriture que la mienne, bon il fallait que je l'avoue, ce n'était pas un mince exploit, vu que mes propres talents en la matière devaient être proche d'un scribe en tout début de formation, et encore... Toutefois, le Naga me posa une question qui me fit légèrement douter de ses capacités mentales, ou du moins de l'empressement qu'il avait montré à entrer à mon service : il me demanda si il devait la porter immédiatement au Seigneur Hebron.

"Mais bien sûr que oui ! Je ne t'ai pas dicté cette lettre pour que tu l'accroches au mur et que chacun puisse l'admirer, voyons !"

Je soupirais, quelque peu exaspérée : c'était pourtant si simple à comprendre. J'inspirais profondément et me calmais de mon mieux. J'aurais préféré éviter d'en arriver à l'éclat de voix moins de deux jours après l'arrivée de mon nouveau domestique. Avant qu'il ne s'en aille, je lui confiais une dernière tâche :

"Si il te demande "quand", réponds-lui... Voyons-voir... Demain soir. Maintenant, tu peux t'y rendre. Si tu n'y vois pas d'inconvénient, bien entendu."

Le ton sarcastique contenu dans cette dernière phrase était assez épais pour qu'un aveugle puisse trancher dedans. Une fois le Naga parti, je montais dans ma chambre et déplaçais mon lit, avec force ahanement, avant de dévoiler une petite trappe aménagée sur le plancher. Cette dernière avait été aménagée par les anciens propriétaires, et j'y avais trouvé quelques objets précieux, sans doute appartenant à d'anciennes victimes et qui seraient aisément identifiables. Sans aucun remords, je les avais donné à Torasin et ses gens pour qu'ils les écoulent. A présent s'y cachaient ma cotte de maille, mes bottes de cavalières, une longue cape sombre, mon arbalète, un pantalon de cuir et des brassards taillés dans le même matériau. Ainsi que mon cher masque. Je vérifiais que rien ne manquais, et je refermais la trappe, avant de repousser le lit. J'étais à présent en nage et pourtant, je n'en n'avais pas fini.

Je redescendit dans le salon et m'attelais à mes travaux d'écritures. C'était si difficile que je me demandais quel plaisir certains pouvaient prendre à faire cela. La lecture, pour moi, semblait simple, tant que je n'avais pas à lire à haute voix. Sauf que je mettais au moins une trentaine de minutes à lire cinq pages.
J'étais encore penchée sur mes travaux quand Kaaxhy revint de sa course. Je me tournais vers lui et lui demandais quelle était la réponse du Seigneur Hebron :

"Alors ? Quand seras-t-il là ?"

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Dim 24 Jan 2016 - 20:29

MORATHI – Mais bien sûr que oui ! Je ne t'ai pas dicté cette lettre pour que tu l'accroches au mur et que chacun puisse l'admirer, voyons !

Eh bien ! Ssyxlat'h voulait bien reconnaître que sa question était un tantinet stupide, mais il fut malgré tout surpris par ce degré de réaction de la part de Morathi. Néanmoins, ses expressions reptiliennes ne laissèrent rien paraître, encore une fois, et l'homme-serpent sut rester impassible devant les soupirs exaspérés – s'ils n'étaient pas exagérés – de sa maîtresse. Morathi dut même prendre une longue inspiration pour retrouver son calme après cet éclat de voix. Etait-elle sérieuse ? Ce ton, cette exaspération, ces simagrées, tout cela était-il spontané ? Cela semblait tellement disproportionné juste pour une question un peu bête. D'un autre côté, Ssyxlat'h ne savait encore presque rien de la personnalité de Morathi. Au fil des jours passés à son service, il finirait par savoir si ce genre de réactions étaient naturelles chez elle.

MORATHI – S'il te demande “quand”, réponds-lui... voyons-voir... demain soir. Maintenant, tu peux t'y rendre. Si tu n'y vois pas d'inconvénient, bien entendu...

Et allez... Elle s'était sentie obligée de rajouter cette dernière phrase sarcastique. Elle se prétendait exaspérée pour une petite question de rien du tout, mais c'est elle qui se rendait exaspérante en réalité. Ssyxlat'h se retint de tout commentaire, bien sûr. Mais il n'en pensa pas moins...
Il prit la lettre et sortit du manoir. Il suivit les indications de Morathi pour arriver, au bout d'une dizaine de minutes, devant ce qu'il estima être la maison de Hebron.
Après qu'il eut toqué à la porte, un Humain se présenta devant lui. Ssyxlat'h s'assura qu'il faisait bien face à la bonne personne. L'homme confirma être Hebron, alors le Naga détailla son odeur, discrètement.

SSYXLAT'H – Ma maîtresse m'a chargé de porter cette lettre à votre attention. Vous la connaissez, il s'agit de Morathi.

Hebron réagit à ce nom, confirmant connaître Morathi, et prit la lettre, qu'il lut devant le domestique de l'ancienne fille de joie. Il posa la question attendue : “quand”. Ssyxlat'h donna la réponse qu'il avait enregistrée.

Après cet échange, Ssyxlat'h ne perdit pas de temps pour rentrer chez sa maîtresse. Il referma la porte derrière lui après avoir fait glisser tout son corps de serpent à l'intérieur, puis rampa jusqu'au salon où il retrouva Morathi.

MORATHI – Alors ? Quand sera-t-il là ?
SSYXLAT'H – Demain soir, comme vous le souhaitiez, Madame.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Lun 25 Jan 2016 - 13:03

Kaaxhy me répondit que Hebron me verrait le lendemain, au soir, ce qui m’arrangeait grandement. Je souris, avant de me détourner. Le Naga m’avait interrompu en plein milieu d’une phrase assez longue et fort compliquée. C’était bien une idée de Thork, ça… Plus c’était difficile de l’écrire, plus vite je progresserais, selon lui. De mon point de vue, c’était surtout une perte de temps, surtout qu’il y avait tant de formules compliquées… C’en était déprimant…
Je conseillais à mon serviteur de vaquer à ses occupations, et de s’occuper de préparer le repas à partir de la 19ème heure. Pendant ce temps, je me remis à mes travaux, pendant encore une bonne heure, avant de cesser, en me frottant les yeux. J’étais éreintée, mais j’avais encore beaucoup à faire… Je rangeais mon écritoire et mon nécessaire d’écriture, avant d’aller effectuer quelques petits travaux de jardinage dans la cour arrière, où se trouvaient quelques herbes médicinales. J’ignorais totalement leurs effets, étant donné que c’était Thork qui me les avait fait planter, sur ses instructions. Enfin, à part les plants de pavots. Mais ça, c’était notre petit secret.

Je me lavais et dînais en compagnie de Kaaxhy, avant de prétexter la fatigue, pour monter me coucher tôt. Je fermais la porte derrière-moi et soufflais la bougie. Je n’en n’avais guère besoin. En tentant de faire le moins de bruit possible, je déplaçais légèrement mon lit, juste assez pour dévoiler ma cache. J’en sortis ma cotte de maille, mon arbalète, mon masque, ma tenue, en fait. Je me déshabillais et revêtis mes effets masculins, avant de placer plusieurs vêtements en boule dans mon lit, pour former l’illusion d’un corps. J’ouvris la fenêtre. La nuit était tombée depuis une petite demi-heure. Je sautais et atterris dans le jardinet. Prestement, je m’aventurais dans la ruelle proche, encore non-éclairée.

Un simple geste, et je me fondis dans les ténèbres. J’avançais d’un pas à la fois vif et prudent, en faisant en sorte de ne heurter personne : j’étais peut-être invisible, mais j’étais toujours matérielle, et l’on pouvait entendre ma cotte de mailles cliqueter si je marchais bien trop vite. Mes pas me portèrent jusqu’à un des bas-quartiers. J’avais eu le temps de repérer, lors du temps passé au service de Torasin, quelques-unes de ses entreprises des plus… Illégales.
L’entrepôt vers lequel je me dirigeais était un lieu où étaient traitées ses affaires d’esclavagiste. Deux gardes étaient devant la porte, se réchauffant les mains à un petit brasero. Je pris mon arbalète. J’étais à quatre mètres d’eux. Il me serait aisé de les tuer.
J’appuyais sur la détente et le carreau fendit les airs, avant de se planter dans la poitrine de celui qui me faisait directement face.

Je dégainais ma rapière et passais ma lame au travers de la gorge du second, sans lui laisser le temps de réagir. Mon voile d’ombre disparut, alors que la lumière le « déchirait ». Je replaçais un carreau dans mon arbalète et me plantais devant la porte de l’entrepôt. J’inspirais profondément et donnais un violent coup de pied dedans, pour l’ouvrir.

Je fis sursauter les trois membres du réseau qui se trouvaient à l’intérieur. Je tendis le bras et tirais au jugé. Mon carreau vola dans les airs en bourdonnant, avant d’érafler l’épaule d’un des hommes. Ma rapière se planta dans la blessure et ressortit dans l’omoplate, faisant hurler ma victime. Je dégageais ma lame en appuyant mon pied contre sa poitrine, et en le repoussant vers l’arrière. Un de mes autres adversaires me frappa dans le dos à l’aide d’un gourdin et je me retournais. Les deux sicaires avaient eu le temps de se remettre de la surprise initiale et se défendaient à présent.
Je défendis chèrement ma peau face à eux, allant jusqu’à user de mes sorts. Mon serpent d’ombre arracha la gorge d’un des deux, avant que je ne plante ma lame dans l’œil du second.
Je me tournais vers le dernier homme. Celui-ci, adossé à un mur, geignait en étreignant son épaule blessée. Je m’accroupis et plaçais mon visage masqué à la hauteur du sien.

"Toi. Vas dire à Torasin que son règne s’achève bientôt. Dis-lui que le Batard est revenu d’entre les morts et qu’il va s’occuper de son cas… Aller !"

Terrorisé, il s’enfuit dans la nuit. Je me détournais et me dirigeais vers une petite pièce, que j’ouvrit. Des femmes et des enfants, de races diverses. Il s’agissait de proies faciles, pour le trafic de Torasin. Il s’agissait de réfugiés qui arrivaient à Spéréopolos et étaient recrutées sur place : en échange de leurs… Services, ils avaient soi-disant plus de chance de devenir rapidement telbarans. En me voyant dans l’embrasure de la porte, ils se terrèrent.

"Vous. Suivez-moi. Plus vite ! Vous êtes libres !"

Je les conduisis jusqu’à un poste de garde, à deux quartiers de là, avant de revenir jusque chez moi. Je me déshabillais, cachais mes habits masculins et m’effondrais sur mon lit. Je m’éveillais de façon assez désagréable : j’étais courbaturée et couverte de bleue suite aux attaques portés par mes adversaires de la nuit. La cotte de maille absorbait bien les coups, mais l’impact laissait généralement une trace. En geignant de douleur, je revêtis une robe et descendis m’asseoir sur l’un des fauteuils du salon, en compagnie d’une bouteille d’hydromel.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Jeu 28 Jan 2016 - 9:24

Ssyxlat'h avait interrompu Morathi dans son activité. Il jeta un coup d'œil furtif au bureau sans bouger de sa place. Il se rappela avoir trouvé des parchemins avec des essais d'écriture. C'est exactement ce à quoi s'exerçait Morathi à cet instant. Elle s'entraînait à écrire au moment où Ssyxlat'h était arrivé lui donner des nouvelles d'Hebron. Elle manifesta son envie de ne pas être plus longtemps dérangée en ordonnant à l'homme-serpent de vaquer à ses occupations et de préparer le repas pour qu'il soit prêt au crépuscule.

Le Naga s'exécuta. Il fit du rangement et nettoya un peu de poussière et deux toiles d'araignées qu'il trouva dans le salon. Il se rendit à temps au cuisine pour préparer le repas. Comme depuis le début, Morathi passa ce dernier avec lui. Ils ne discutèrent pas beaucoup. Morathi semblait fatiguée et voulut aller se coucher de bonne heure. Ssyxlat'h n'allait pas tarder de toute manière non plus, bien qu'il se sentît sans doute un peu moins fatigué que sa maîtresse.

La demeure fut plongée dans le noir. Ssyxlat'h était juste devant le seuil de la porte de sa chambre quand il perçut des vibrations au sol du couloir. Il glissa toute sa queue à l'intérieur de sa chambre pour ne pas être vu et darda sa langue, reconnaissant l'odeur de sa maîtresse qui quittait sa propre chambre. Il semblait à Ssyxlat'h qu'elle disposait d'un pot de chambre et n'avait donc pas besoin de quitter sa pièce pour soulager un besoin naturel. Que faisait-elle, alors ? De plus, elle avait sur elle une odeur métallique, absente d'habitude, et qui signifiait qu'elle devait porter des pièces d'armure en métal. L'homme-serpent rampa à la suite de sa maîtresse en gardant une distance, se déplaçant sans un bruit.
Morathi quitta la maison.

Voilà qui était bien curieux... et intéressant. Morathi avait des affaires nocturnes et avait quitté la demeure en tapinois. Il était évident qu'elle voulait que son domestique ne réalise pas son absence. Manque de chance pour elle, sur ce coup. Ssyxlat'h prit la seule chandelle restée allumée dans sa chambre pour inspecter celle de sa maîtresse, à la recherche d'un indice sur l'objet de cette sortie nocturne. Il ne trouva rien de tel. Il y avait cependant une forme sous les draps du lit de Morathi. Ssyxlat'h souleva ceux-ci précautionneusement pour y trouver les vêtements de sa maîtresse. Non seulement Morathi s'était changée, mais elle avait tout fait pour que son domestique ne se rende pas compte de son absence : elle avait quitté la maison à pas de loup, et avait rembourré son lit avec ses vêtements pour faire l'illusion qu'elle s'y trouvait toujours, d'autant que sans se douter de rien, Ssyxlat'h aurait toujours pu sentir l'odeur de Morathi provenant du lit, et il aurait vraiment fallu qu'il renifle plus profondément pour voir que l'odeur de Morathi ne provenait plus d'un corps vivant et qu'elle n'était donc plus là. Si Ssyxlat'h était passé devant la chambre de Morathi sans se douter de rien, les vêtements dans le lit auraient servi de leurre visuel et olfactif.
La première fois que Ssyxlat'h avait fouillé cette chambre, il n'avait pas trouvé d'armure métallique. Il devait exister une cachette. Ssyxlat'h y voyait à peine avec sa seule petite chandelle en main mais décida de déplacer quelques meubles, à commencer par le lit. Il n'eut pas besoin d'en déplacer d'autres, en fait : il découvrit une trappe sous l'emplacement initial du lit. Ce devait être là que Morathi avait pris ses autres vêtements et ses pièces d'armure métalliques.
Cependant, cela ne donnait aucun indice évident sur ce qu'elle était partie faire.

Ssyxlat'h remit le lit à sa place et laissa tout tel qu'il l'avait trouvé et retourna dans sa chambre, où il se lova pour trouver le sommeil. A son réveil, Morathi était dans son lit et dormait toujours. Ssyxlat'h dormait quand elle était rentrée. Il ne savait pas depuis combien de temps elle dormait. Elle ne se doutait pas que son domestique avait découvert la supercherie.

Au bout d'un moment, Morathi descendit dans le salon, une bouteille d'hydromel à la main. Ssyxlat'h s'approcha d'elle et lui demanda, l'air de rien :

SSYXLAT'H – Tout va bien, Madame ? Je sais que cela ne me concerne certainement pas, sinon vous n'auriez pas fait tant d'efforts pour me le cacher, mais je me demande pourquoi vous êtes sortie cette nuit. Si vous avez quelque souci, vous pouvez m'en parler, Madame.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Dim 31 Jan 2016 - 1:22

Je tentais de me relaxer, en évitant de penser à mes courbatures et mes bleus, quand Kaaxhy vint me voir. Il me demanda quelle était la raison de ma sortie de cette nuit. Mes mâchoires se serrèrent quelques secondes : m'avait-il suivi ? Non... Peu probable. Sans doute, il devait être entré dans ma chambre pour voir si j'avais besoin de quelque chose, avant d'aller me coucher, et il s'était alors rendu compte de mon absence. Oui, ça devait être ça, c'était plus logique. J'avais bien pris garde à couvrir mes traces, il lui aurait été difficile de me suivre, de toute manière.

"Oh... Et bien... Je ne parvenais pas à trouver le sommeil, je suis donc allé dans la cour, m'occuper de mes plantes. Il parait que certaines apprécient les ténèbres, et je voulais m'en assurer. Mais j'ai passé un peu trop de temps penchée et je suis à présent toute courbaturée... Aïe !" fis-je, en changeant de position.

Bon, cela n'expliquait pas mes bleus, mais c'était le mensonge le plus crédible que je puisse trouver, alors que sa question me prenait quelque peu par surprise. Je passais ma main sur mon biceps gauche endolori. J'avais bloqué un coup de gourdin avec, et j'en payais le prix. Je me levais en grognant et alla chercher deux gobelets de terre, que j'emplis d'hydromel. J'en laissais un à Kaaxhy, pendant que je buvais l'autre.

"Bon... Tes tâches pour aujourd'hui... Mmmmh... Tu devras préparer la soirée pour le Seigneur Hebron. Tu t'assureras que mon lit soit... Convenable. On ne sait jamais."

Je regardais ma peau. Les traces de coups étaient difficilement visibles sur cette dernière, fort sombre au demeurant. J'avais mal un peu partout, et j'espérais que cela n'affecterait pas la soirée. Je me tournais à nouveau vers Kaaxhy.

"Et... Quand tu auras le temps, par exemple, pourquoi pas, après le déjeuner, pourras-tu me masser, pour chasser ces vilaines courbatures ? Il ne faudrait pas que la soirée avec Hebron soit gâchée par ce genre de... Futilité, n'est-ce pas ?"

Je ne m'attendais pas à un massage de grande qualité, comme certains les pratiquaient, mais juste le minimum, histoire de me sentir mieux. J'irais ensuite dormir le restant de l'après-midi, avant de me préparer pour la venue de mon invité.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Mar 2 Fév 2016 - 9:56

Ssyxlat'h ne doutait pas de surprendre Morathi avec cette question, et il s'attendit à se voir demander comment il savait pour sa virée nocturne ; quoique la question pouvait paraître un peu bête, Morathi pouvait se douter que Ssyxlat'h l'avait simplement prise sur le fait. Ce qui était plus curieux, c'était le soin qu'elle avait pris de glisser ses vêtements en boules sous ses drap pour faire croire à première vue qu'elle était toujours dans son lit. Elle devait donc tenir à ce que Ssyxlat'h ne sache rien de sa virée nocturne. L'espion ne s'attendit donc pas à une réponse vraie. Justement, Morathi se livra si facilement que c'en était louche.

MORATHI – Oh... Eh bien... Je ne parvenais pas à trouver le sommeil, je suis donc allée dans la cour, m'occuper de mes plantes. Il paraît que certaines apprécient les ténèbres, et je voulais m'en assurer. Mais j'ai passé un peu trop de temps penchée et je suis à présent toute courbaturée... Aïe !

Autant dire que Ssyxlat'h n'en crut pas un traître mot. Morathi n'était pas allée s'occuper de ses plantes ; et puis, l'on ne chope pas de telles douleurs en allant donner de l'eau à une fleur. Et plutôt que de dire simplement à son domestique qu'elle ne souhaitait pas lui en parler, elle lui envoyait un pur mensonge. Ssyxlat'h détestait vraiment qu'on lui mente. Il aurait encore préféré que Morathi l'envoie balader en lui disant que ça ne le concernait pas ; ça aurait été plus honnête. Morathi se comportait avec fourberie avec lui, et Ssyxlat'h avait maintenant une raison personnelle de l'espionner et éventuellement de s'en prendre à elle. Pourtant, l'assassin gardait en tête qu'une mission ne devait jamais devenir personnelle. Un credo parfois difficile à tenir, surtout quand on est un Naga comme Ssyxlat'h et que l'on considère comme des ennemis les gens qui se montrent hypocrites et dissimulateurs.

MORATHI – Bon... Tes tâches pour aujourd'hui... Mmmmh... Tu devras préparer la soirée pour le Seigneur Hebron. Tu t'assureras que mon lit soit... convenable. On ne sait jamais.

« On ne sait jamais » quoi ? Morathi envisageait-elle la possibilité d'héberger le Seigneur Hebron dans son lit ? Cela en avait tout l'air. Etrange... Si elle n'avait que deux lits dans sa demeure et qu'elle souhaitait héberger le Seigneur Hebron, il serait bien plus convenable de virer son domestique de sa chambre pour libérer un lit pour la nuit. D'autant plus que le domestique en question était un Naga et n'avait donc pas besoin d'un lit pour dormir. La seule explication était que Morathi et Hebron partageaient une certaine intimité. En y repensant, Hebron avait été un ancien client de Morathi. Ils avaient dû partager plus d'une étreinte pour se souvenir si bien l'un de l'autre.

MORATHI – Et... quand tu auras le temps, par exemple, pourquoi pas, après le déjeuner, pourras-tu me masser, pour chasser ces vilaines courbatures ? Il ne faudrait pas que la soirée avec Hebron soit gâchée par ce genre de... futilités, n'est-ce pas ?

Whow... De toutes les fois où il avait joué le domestique ou même l'esclave, jamais personne n'avait demandé à Ssyxlat'h de le masser. C'était une grande première. Cependant, Ssyxlat'h dut réprimer son hésitation. Il devait servir Morathi. Il déglutit discrètement et hocha simplement la tête, se retenant de tout commentaire, ayant peur que sa voix trahisse sa désapprobation.

Ssyxlat'h alla tout d'abord s'occuper des premières tâches données par sa maîtresse. Il chercha à se concentrer dessus pour ne pas penser à la dernière chose qu'elle lui avait demandée. Il fit du rangement dans la chambre de Morathi. Il arrangea aussi son propre lit. Il fit en sorte que chaque pièce de la demeure soit présentable pour un invité de la noblesse. Il y passa le temps qu'il fallait.

Mais au bout d'un moment, il avait fini, il fallait le dire, ça ne servait à rien de repousser l'échéance : il devait maintenant masser Morathi. Il alla donc trouver sa maîtresse.

SSYXLAT'H – Madame, j'ai fini de mettre en ordre votre demeure pour accueillir le Seigneur Hebron. Nous pouvons passer au massage maintenant, si vous le désirez toujours.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Ven 12 Fév 2016 - 19:57

Je laissais Kaaxhy vaquer aux diverses occupations dont je l'avait chargé. De mon côté, je m'efforçais de ne guère bouger, histoire de ne pas réveiller les douleurs qui parsemaient mon corps. Je pris pourtant la décision de barboter dans ma salle d'eau durant une grande partie de l'après-midi. Thork m'avait un jour dit que c'était une bonne façon de se détendre et de permettre au corps de se reposer et de reprendre des forces. Je pouvais le croire sur parole, que c'était agréable !

Finalement, le Naga revint me voir. Il m'annonça qu'il avait fini de tout mettre en place pour ma visite de ce soir. Je souriais, en entendant cela. Après les efforts de la veille, le réconfort que j'attendais de cette soirée était largement mérité. Il était donc prêt à me masser. J'acquiesçais et m'allongeais sur une table, sur le ventre, mes hanches uniquement recouvertes d'une pièce de tissu. Le Naga s'attela donc au massage. Il semblait peu à l'aise, et ses mains se promenaient avec une certaine hésitation sur ma peau chaude.

"Préférez-vous être massée dans mes anneaux, Madame ?"

Je relevais la tête, intriguée :

"Comment cela ?"

"Je serais peut-être plus à l'aise pour vous masser avec mon corps qu'avec mes mains. Je le regardais en levant un de mes sourcils. Eh bien... Je serais peut-être plus à l'aise si je... m'enroule autour de vous pour vous masser avec la longueur de ma queue."

J'étais RÉELLEMENT intriguée. Il essayait de me séduire ? Je savais que c'était quelque chose qui arrivait, mais il me semblait que cela ne se produisait que dans les mauvaises pièces de théâtres, à l'intrigue tenant sur un parchemin déchiré. Pourtant... Je le laissais faire. Je me levais et le laissait faire. Ses anneaux lisses me recouvrirent rapidement et je le sentis se mouvoir doucement, appuyant sur tous mes bleus en même temps. Je me tendit en entendant un petit craquement, avant qu'il ne m'explique que c'était normal. Je me détendit et me laissais masser, blottie dans ses anneaux lisses et froids, une bien étrange sensation, je l'avouais, mais pas désagréable pour autant. Quand il eu fini, je le remerciais, un peu titubante. Je plaçais la pièce de tissu par-dessus mon corps et me dirigeais vers ma chambre, afin de me préparer pour la visite d'Hebron.

Quand ce dernier arriva, vêtu notamment d'un pourpoint violet, et d'un pantalon à la brayette avantageuse, ce qui me fit sourire. Je savais tout aussi bien que lui qu'il n'avait pas cet "avantage" physique, en tout les cas, pas à ce point. Mais je ne fis aucune réflexion, mieux valait me le mettre de mon côté... J'étais, quant à moi, vêtue de ma robe écarlate légèrement fendue, qui laissait voir la rose tatouée sur ma hanche. Mon invité m'enlaça, posant une de ses mains sur mon tatouage. Nous nous dirigeâmes dans la salle à manger, qui avait été apprêtée pour cette occasion.
Nous dînâmes en échangeant des banalités, jusqu'à ce qu'il entame la conversation sérieuse :

"Donc, Morathi... Que cherches-tu à faire ?"

"Et bien... A réunir ma propre clientèle, ici. Non pas un bordel, comme celui de Mère Gwynevere, mais juste quelques... "Amis" proches, qui, en échange de quelques-uns de mes services, m'entretiendraient. Je peux faire... Beaucoup, pour cela, vous verrez. Mais j'aurais vesoin de votre aide, dans cette entreprise. Je ne connais que peu de personnes qui seraient intéréssés par ma compagnie, contrairement à vous."

"On peux dire que tu as le chic pour entrer dans le vif du sujet. Mais j'aimerais avoir de bien meilleurs arguments."

Je me levais et m'approchais de lui, tout en faisant passer une des bretelles de ma robe par-dessus mon épaule, dévoilant mon sein droit à son intention. Hebron, une lueur de convoitise dans le regard, s'approcha et prit mon mamelon dans la paume de sa main. Il commença à le caresser, tandis que je l'effleurais du bout des doigts. Nous nous embrassâmes. Je surpris un léger son, non-loin. Kaaxhy devait être en train de nous regarder, de derrière une porte. Je haussais des épaules. Qu'il nous lorgne tout son soul, il avait largement eu l'occasion de m'observer de près durant le massage. J'invitais Hebron à me suivre dans ma chambre. Là, nous nous déshabillâmes entièrement. Je m'allongeais sur le lit et l'enlaça, tandis que je l'accueillais entre mes cuisses. Cela me fit doucement gémir, de douleur, je l'avouais, tout comme la première fois qu'un homme m'avait prit par la croupe. Puis, enivrée de vin, et de désir, j'oubliais cela et me plongeais dans cet élan de luxure.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Dim 14 Fév 2016 - 12:59

« Si vous le désirez toujours ». Ces mots avaient tout leur sens. Ssyxlat'h espérait secrètement – et vainement – que sa maîtresse ait changé d'avis. La seule personne sur le corps de qui il avait déjà posé ses mains pour un massage ou une caresse, était Namaï. Et encore, en général, c'était plutôt l'inverse : Namaï, lui, aimait bien masser et Ssyxlat'h s'était déjà laissé faire par son seul ami proche, sans y voir quoi que ce soit de sensuel. Il n'existait aucun sentiment amoureux entre eux. Masser une pure inconnue qu'il devait simplement espionner, cela mettait Ssyxlat'h très mal à l'aise. Malheureusement, comme il pouvait s'y attendre, Morathi n'avait pas changé d'avis. La femme s'allongea sur le ventre. Elle n'était vêtue que d'un drap lui couvrant les hanches. Elle sortait d'un bain.

Ssyxlat'h posa avec hésitation ses mains sur les omoplates de la Demi-Drow. Il se rappela les gestes de Namaï, ou ceux que lui-même appliquait quand il lui arrivait d'être celui qui massait son ami. Cependant, tous ses sens lui rappelaient que ce n'était pas Namaï qu'il touchait. Quand il avait un tel contact avec une personne autre que Namaï, ce n'était que dans une seule circonstance : quand il emprisonnait cette personne dans ses anneaux.

Ses anneaux... Cela lui donna une idée. S'il voulait se faire passer l'idée qu'il était en train de masser une Demi-Drow, peut-être la prendre dans ses anneaux diluerait sa réticence. De plus, les muscles de son corps de serpents, puissants pour la reptation, devaient avoir un effet massant bien plus sensible que ses mains. Il serait plus à l'aise à la fois physiquement et psychologiquement.

SSYXLAT'H – Préférez-vous être massée dans mes anneaux, Madame ?

Il n'émit pas cela comme un souhait personnel. Le tact lui demandait de tourner cela comme une proposition pour le confort de Morathi. Il espérait qu'elle accepte. Morathi releva la tête, intriguée, et demanda un peu plus de précisions.

SSYXLAT'H – Je serais peut-être plus à l'aise pour vous masser avec mon corps qu'avec mes mains.

Il ne savait pas comment formuler cela autrement. Déjà que la situation le mettait très mal à l'aise, il n'avait pas envie de s'éterniser là-dessus. Malheureusement, Morathi ne comprit toujours pas. Qu'elle était pénible ! Enfin, qu'avait-elle besoin de plus qu'il lui dise ? S'il avait été un Humain, Ssyxlat'h aurait soupiré et se serait raclé la gorge. Il manqua d'abandonner, mais s'efforça de reformuler autrement encore, une dernière fois :

SSYXLAT'H – Eh bien... Je serais peut-être plus à l'aise si je... m'enroule autour de vous pour vous masser avec la longueur de ma queue.

Voyant le regard de Morathi, Ssyxlat'h eut peur que cette dernière ne comprenne toujours pas ; mais il obtint un acquiescement. Enfin ! Il retira ses mains, soulagé, et articula son corps de serpent pour glisser sa queue sous le corps de Morathi et l'enrouler autour, de ses cuisses à ses aisselles. L'homme-serpent tenait maintenant la Demi-Drow prisonnière de ses anneaux. Il pouvait serrer sa constriction et la broyer s'il en avait envie. Il n'avait seulement aucun intérêt à faire cela, mais au moins, ce contact lui était familier. Il fit jouer ses muscles de reptation par vagues successives, comme s'il cherchait à ramper autour du corps de Morathi. Cela eut pour effet de lui délivrer un massage intense, inédit et finalement agréable. Ssyxlat'h, de son côté, préférait ne pas réfléchir à ce qu'il était en train de faire, et il se sentait moins mal à l'aise.

Tout prit fin quand Morathi le remercia. Ssyxlat'h se déroula, libérant Morathi. Son corps de serpent se laissa tomber de la table, retrouvant le contact du plancher. Il se sentit vraiment soulagé. Ouf... C'était fini.
Au moins, à partir de maintenant, si à l'avenir quelqu'un d'autre que Namaï lui demandait un massage, il serait préparé.

Le soir, Hebron arriva comme convenu. Ssyxlat'h l'accueillit avec servilité, et veilla pendant toute la soirée à satisfaire et même à prévenir toutes les envies du couple. Car c'était bel et bien un couple auquel il eut affaire. Morathi et Hebron s'enlaçaient comme deux tourtereaux, et Ssyxlat'h n'eut plus à se demander pourquoi Morathi avait envisagé de faire dormir l'homme dans son propre lit au lit de libérer celui de son domestique. Il écouta les conversations entre Hebron et Morathi. Cela devint particulièrement intéressant à un moment, quand Hebron demanda à Morathi quels étaient ses projets :

MORATHI – Eh bien... A réunir ma propre clientèle, ici. Non pas un bordel, comme celui de Mère Gwynevere, mais juste quelques... “amis” proches, qui, en échange de quelques uns de mes services, m'entretiendraient. Je peux faire... beaucoup, pour cela, vous verrez. Mais j'aurais besoin de votre aide, dans cette entreprise. Je ne connais que peu de personnes qui seraient intéréssées par ma compagnie, contrairement à vous.

Morathi voulait se faire « entretenir ». Elle voulait donc vivre de l'argent de ses amis en échange de « services ». Elle n'aurait ainsi plus à se prostituer pour des inconnus et maîtriserait ses rentrées d'argent sans dépendre d'une macquerelle. Mère Gwynevère était quelqu'un qui aimait s'assurer que les filles travaillant pour elle restent dépendantes d'elle. Ssyxlat'h n'avait pas de parti personnel à prendre là-dedans. S'il pouvait comprendre le désir d'indépendance de Morathi, il gardait en tête qu'il avait une mission. Il se moquait de ce que pouvait devenir Morathi à cause des informations qu'il pourrait rapporter à Mère Gwynevère.

Morathi et Hebron ne tardèrent pas à se lancer dans des ébats sensuels. Les préliminaires commencèrent dans le salon, mais les deux excités filèrent droit dans la chambre de Morathi après les premiers instants. Ssyxlat'h n'avait pas envie de voir cela. Il se détourna de la chambre de Morathi et vagabonda dans les autres pièces. Heureusement, Morathi et Hebron ne lui demandèrent pas de tenir la chandelle. Jusqu'à présent, il avait toujours échappé à cela ; mais un jour, peut-être qu'il aurait à tenir ce poste, et il devait aussi y être préparé.

Ssyxlat'h finit par aller se lover dans sa chambre pour dormir. Le lendemain matin, une fois seulement qu'Hebron eut quitté celle de Morathi, il alla voir sa maîtresse et lui demanda si elle avait besoin de quelque chose.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Jeu 18 Fév 2016 - 21:32

Je m’éveillais, le lendemain, tandis qu’Hebron s’habillait, sans aucune discrétion. Je me passais une main sur l’épaule et contractais mes muscles, avant de m’étirer. Malgré ses bonnes manières, mon amant était brutal, et peu soucieux de sa discrétion, ou du sommeil de la personne qui couchait avec lui. Je me levais et enfilais une robe confortable, avant de faire de la moue : du sang maculait les draps. Je soupirais, et notais que je devrais demander à Kaaxhy de nettoyer cela plus tard. Je raccompagnais Hebron jusqu’à la porte, et allais m’allonger sur le banc du salon. Kaaxhy vint à moi, et me demanda ce que j’attendais de lui. Ce fut à ce moment-là que mon estomac décida de se manifester, en grondant violemment.

"Héhéhé… Eh bien, il me semble que c’est évident. Je vais aller me nettoyer, pendant que tu prépares de quoi rompre le jeûne de la nuit. Je t’assignerais ensuite tes tâches, hihihihi !"

Mon rire, bien qu’enfantin à cet instant, était surtout dû au fait que l’une des tâches en question risquait de surprendre mon domestique. Je me levais et allais à la salle d’eau, où je fis mes ablutions, et en profitais pour mâcher une plante recommandée par Thork, pour ses propriétés contraceptives.
Je me rhabillais et rejoignit Kaaxhy, pour partager avec lui un petit déjeuner composé de pain, et de lait, avec un bol de fromentée.
Tout en mâchant un quignon de pain, j’expliquais au Naga ce qu’il aurait à faire durant la journée, ne m’interrompant que pour boire une gorgée de lait.

"Tout d’abord, nettoyer ma chambre, et changer les draps. Ensuite… Il faudrait acheter quelques légumes au marché, et récupérer aussi quelques potions chez un apothicaire, une commande que je lui ai passée il y a quelques jours."

Une partie de ces potions avaient des effets semblables à ceux de la feuille que j’avais mâchée. Cette dernière était trop chère pour que j’en achète un stock entier. Les autres avaient pour but d’aider mes futurs amants à réchauffer leurs ardeurs, comme d’autres m’étaient destinées, pour me permettre de suivre les plus endurants d’entre eux. Il ne s’agissait pas de l’officine de Thork, mais d’un de ses amis, qui reversait un pourcentage de sa vente au Nain en échange du silence de ce dernier : toutes les potions qu’il vendait n’étaient pas acceptées aisément par le Conseil de Telbara, notamment celles capable d’achever une vie.

Je finis d’engloutir mon repas et me levais, avant de me rendre au salon. D’un coffret, je sortis un livre, que je commençais à lire avec une certaine difficulté. Il s’agissait de l’histoire du Royaume de Telbara, contée de façon romancée. Deux heures après avoir commencé, et une fois que je parvins à lire ma quatorzième page, en m’aidant de mon doigt et en prononçant lentement les mots, je m’endormis, encore épuisée par la nuit que je venais de passer.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Mer 24 Fév 2016 - 8:24

Ssyxlat'h ne trouva pas sa maîtresse dans sa chambre. Elle était déjà descendue elle aussi. Il descendit les escaliers, faisant onduler son corps de serpent de marche en marche. Morathi était en fait déjà en train de raccompagner Hebron à la sortie de la demeure. Bien, au moins, Ssyxlat'h n'aurait plus à se montrer serviable envers Hebron en sus. Il attendit que ce dernier s'en fût allé, puis retrouva sa maîtresse dans le salon, où il s'enquit de ses futures tâches pour la journée.

MORATHI – Héhéhé... Eh bien, il me semble que c'est évident. Je vais aller me nettoyer, pendant que tu prépares de quoi rompre le jeûne de la nuit. Je t'assignerais ensuite tes tâches, hihihihi !

Qu'est-ce que c'était donc que ce rire d'enfant ? Le Naga tira sa langue pour renifler sa maîtresse : elle n'était pas imbibée d'alcool. L'on ne pouvait pas mettre ce rire débile sur le compte de l'ivresse. Morathi était vraiment quelqu'un de spécial. Si la mission de Ssyxlat'h avait été de l'assassiner, cela aurait été plus simple. En l'espionnant, il essayait de cerner le personnage, mais se rendait compte qu'il n'était pas encore au bout de ses peines. Quand ce genre de rires venait d'une Sirène comme Namaï, cela n'avait rien de choquant. En repensant à lui, Ssyxlat'h se demanda si tout allait bien de son côté. Il lui tardait déjà de revoir son ami Sirène et de passer de bons moments avec lui où il pourrait oublier tous ses tracas. Cette pensée fut vite chassée de son esprit : il était Kaaxhy et devait rester concentré sur son rôle de domestique. Sa mission pouvait très bien durer plusieurs semaines, alors s'il se mettait déjà ce jour à penser à Namaï, ça n'allait pas le faire.

Pendant que Morathi prit son bain, Ssyxlat'h prépara un repas matinal classique. Morathi le rejoignit et mangea avec lui comme elle en avait pris l'habitude. Le Naga, lové sur ses anneaux pendant le repas, écouta ses tâches de la journées. Il devrait nettoyer la chambre de Morathi et nettoyer les draps. L'activité nocturne de Morathi avec Hebron avait dû être salissante. Ces mammifères ne savaient pas se tenir...
Ensuite, il lui faudrait aller faire le marché aux légumes, puis enfin récupérer une commande chez un apothicaire.

Ssyxlat'h se mit en œuvre dès le début de la journée, en commençant par le rangement et le nettoyage de la chambre de Morathi. Il y avait une tache de sang sur les draps. Le Naga savait que les femelles mammifères, y compris les Humaines, avaient régulièrement des périodes de quelques jours où elles subissaient des saignements aux parties génitales. Soit c'était cela, soit Hebron et Morathi avaient des jeux bizarres au lit. Ce n'était de toute manière pas une information intéressante pour Mère Gwynevère, jugea l'espion.

Ceci fait, il passa au marché aux légumes en fin de matinée. Il acheta suffisamment de provisions pour plusieurs jours, se fiant à son odorat pour sélectionner les légumes les plus alléchants. Enfin, l'apothicaire. En suivant les instructions, il n'eut pas de mal à trouver son laboratoire. C'était un Humain qui n'étalait pas ses créations sur une échoppe. Il ne commerçait qu'avec les connaisseurs. Ssyxlat'h se présenta comme le domestique de Morathi venu récupérer sa commande. La langue bifide du Naga ne cessa de sortir frénétiquement pour renifler les odeurs des potions. Certaines contenaient des phéromones que l'homme-serpent sut analyser comme aphrodisiaques. Rien d'étonnant. Cependant, Ssyxlat'h n'était pas du tout un expert et il fut incapable de deviner l'effet de certaines potions.

SSYXLAT'H – Dame Morathi accorde une importance particulière à la qualité des potions. M'affirmez-vous qu'elle ne sera pas déçue ?
Apothicaire – Je sais ce que je vends et Dame Morathi me fait confiance pour de bonnes raisons.
SSYXLAT'H – A sa demande, je me permets d'insister. Par exemple, (il attrapa l'une des potions dont il se demandait l'effet) cette potion, pouvez-vous me décrire à quel point elle est efficace ?

L'apothicaire parut vexé des doutes émit par sa cliente à travers son domestique, mais le client est roi, dit-on. Il tomba dans le piège :

Apothicaire – Même le plus fécond des étalons ne saurait l'engrosser avec ça !

Parfait. Ssyxlat'h avait l'information qu'il désirait, sa ruse venait de fonctionner.

SSYXLAT'H – Bien, merci.

Il salua l'apothicaire et s'en alla retrouver le manoir de sa maîtresse. Il referma la porte derrière lui et déposa les potions sur une table du salon.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Ven 26 Fév 2016 - 1:47

Je m'éveillais et vis, posées sur une table proche de moi, plusieurs fioles de potions. J'étais assez heureuse de cela. Au moins, j'avais quelques réserves en avance, au cas où. Je me rendis dans la cuisine et jetais un coup d’œil rapide à ce que mon domestique Naga avait acheté, avant de me déclarer satisfaite. Je pris ensuite sur moi pour reprendre mes exercices de lecture, qui étaient aussi intérêssant que des travaux de couture.

..........................................

Une semaine plus tard, alors que j'étais au jardin, prenant soin notamment de mes plants de pavots, le Seigneur Hebron revint me rendre une petite visite. Il prit le temps de m'observer de dos, tandis que j'étais penchée en direction des parterres, avant de poliment tousser pour m'avertir de sa présence. J'étais déjà au courant de sa présence, mais je ne lui fis pas remarquer sa grossièreté : j'avais besoin de lui, pour le moment, et je pouvais bien lui pardonner ces quelques écarts.

"Seigneur Hebron, votre visite est un plaisir, réellement. Avez-vous de bonnes nouvelles ?"

"En effet, j'en ai. J'ai parlé de toi à un mien ami nommé Astora, veuf depuis quelque temps et inconsolable depuis la perte de sa femme. Je l'ai persuadé de te rendre visite, après-demain soir. Je compte sur toi pour bien prendre soin de lui. Il est âgé et n'est peut-être pas aussi vigoureux et endurant que moi, mais il a d'excellentes relations. Tu seras grassement payée si tu le satisfais... Pleinement. Et il est exigeant, crois-moi."

J'acquiesçais, tout en me demandant quelles exigences pouvait avoir ce dénommé Astora, tout en espérant être capable d'y répondre. Hebron me quitta rapidement, en me recommandant d'être assez accommodante avec son ami. Je soupirais discrètement, en acquiesçant. Puis, je me remis à ma tâche, jusqu'au soir. Une fois le dîner prit, je pris ma cotte de maille et mon masque, avant de m'envelopper d'une cape. Je cachais mon masque, mon arbalète et ma rapière au mieux, avant d'expliquer à Kaaxhy que je devais rendre visite à Thork. Le Naga le connaissait, le Nain étant passé une fois durant la semaine, pour me donner de nouvelles lectures.
Je sortis de la demeure, tout en recommandant à mon serviteur de ne pas laisser la clé sur la serrure.

Je traversais deux quartiers, avant de placer mon masque sur mon visage. Je dirigeais mes pas vers les bas-quartiers, jusqu'à un petit bâtiment. Il s'agissait de l'officine d'un collecteur d'impôt qui avait tendance à abuser de son pouvoir. Il n'y avait que deux gardes devant la porte, et ils partageaient une bouteille d'alcool fort, dont la vapeur était visible, même de loin.
J'attendis que l'heure passe, jusqu'à ce qu'ils soient assez ivre pour ne pas me remarquer. Cette fois, je préférais user d'une méthode plus douce, et les assommais, cachée dans les ténèbres, avant d'entrer dans l'officine. Ma cible était dans un lit, dans une chambre trop luxueuse pour ce quartier, à l'étage, en compagnie de quelqu'un. Ma vision m'apprit qu'il s'agissait non pas d'une jeune fille, mais d'un jouvenceau, qui ne devait pas encore être pubère. J'avais connaissance de ce genre de pratique, les parents acceptant tout et n'importe quoi, même sacrifier leurs enfants, pour avoir la paix. Mon sang bouillonna à cette vue, et je plaçais la pointe de ma rapière sur sa joue, le piquant et le faisant sursauter. Ce faisant, ma lame traça une balafre sur son visage, et je repoussais l'odieux personnage jusqu'au mur le plus éloigné du jeune garçon.

"Sale petit enfant de putain... Je te jure que je vais te faire regretter tes actes. Ne cherche pas tes gardes, ils sont... Endormis... Je me tournais vers l'enfant. Toi ! Pars. Loin. Je te promets qu'il ne recommencera plus jamais."

Le jouvenceau acquiesça et se rhabilla, avant de s'enfuir en courant, non sans prendre une bourse d'argent qui pendait à une ceinture, qui devait appartenir au collecteur d'impôt. Ma victime chercha à m'attaquer. Je le crochetais à la gorge, avant de le jeter sur le lit et appuyais sur son estomac de tout mon poids. Puis, sans tenir compte de ses glapissements de terreur et de douleur, je transperçais l'une de ses parties avec ma rapière.

"Écoutes-moi bien, si tu tiens au reste de ton intimité. Tu as détourné de l'argent, et tu as brisé des vies. Tu vas devoir te racheter, si tu ne veux pas perdre ce qu'il te reste. Tu vas redistribuer l'argent, ensuite, tu te dénonceras à tes supérieurs, et confesseras tout tes crimes. Je te laisse trois jours. Si, d'ici-là, ce n'est pas chose faite, je te retrouverais, crois-moi. Et là, je te retirerais tout ce qui fait de toi un homme, avant de te traîner, en sang, devant la milice. Et ils sauront s'occuper d'un salopard d'enfant de catin comme toi, je peux te l'assurer..."

L'homme, en pleurs, hoqueta, avant de hurler de douleur : avant de le quitter, je plantais ma rapière dans son épaule. Puis, aussi discrète que possible, environnée de ténèbres, je revins chez moi. Je cachais mes affaires sous mon lit et me couchais. Je ne m'éveillais, le lendemain, qu'à midi.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Dim 28 Fév 2016 - 9:35

La routine commença à s'installer avec les jours. Ssyxlat'h s'accomodait de son rôle de domestique, ne manquant pas une occasion de subrepticement espionner sa maîtresse. Il lavait le manoir, rangeait les pièces, changeait les draps, mais prenait aussi l'intendance de la demeure, gérant les réserves de vivres, se rendant au marché quotidiennement, préparant la cuisine... En somme, ses journées étaient chargées, il y avait toujours quelque chose à faire. Morathi, elle, se livrait à ses exercices d'écriture et aussi au jardinage, ce qui semblait la passionner. En une semaine, elle reçut deux visites.

Tout d'abord, celle d'un Nain du nom de Thork. Ils se connaissaient de longue date. Thork versait dans l'alchimie et l'érudition. Auprès de Morathi, il jouait à la fois un rôle de confident, de professeur et de médecin. C'était donc quelqu'un qui lui était cher. Ssyxlat'h put faire le rapprochement avec la commande de potions que Morathi lui avait demandé de récupérer quelques jours plus tôt. L'alchimiste auprès de qui Ssyxlat'h avait récupéré la commande, était un apprenti de Thork. Ssyxlat'h se demanda si Morathi avait avec Thork le même genre d'intimité qu'avec Hebron. En tout cas, ce jour-là, Thork ne fit que la soutenir dans son apprentissage de l'écriture. Il ne partagèrent pas la couche.
Quelques jours après la visite de Thork, ce fut au tour d'Hebron de retrouver Morathi chez elle. Ce fut encore plus rapide. Ils eurent simplement une discussion privée. Enfin, “privée” en principe. Ils discutèrent dans le jardin, et Ssyxlat'h réussit à écouter ce qu'Hebron avait à lui dire. Un ami à lui, du nom d'Astora, pourrait devenir l'un des premiers clients réguliers de Morathi.

Grâce à ces deux visites, Ssyxlat'h avait encore plus d'éléments à rapporter à Mère Gwynevère. Il lui restait à trouver l'occasion d'aller la rencontrer sans éveiller de soupçons.
Cette occasion ne tarda pas à venir après la visite d'Hebron. Morathi eut à s'absenter pour aller voir Thork. Ssyxlat'h avait bien envie de la prendre en filature pour vérifier si c'était bien vrai. Soit il découvrirait un secret de Morathi, soit il découvrirait où résidait Thork ; et dans les deux cas, ce serait intéressant. Cependant, il ne voulait pas gâcher cette occasion de faire son rapport à Mère Gwynevère qui pouvait peut-être s'impatienter au bout de huit jours depuis que la mission de Ssyxlat'h avait commencé. Morathi irait sûrement rendre visite à Thork une prochaine fois.

Ssyxlat'h s'échappa donc du manoir plusieurs instants après Morathi, verrouillant bien la porte derrière lui. Il rampa jusqu'au lieu de contact, où une personne anonyme le conduisit jusqu'à Mère Gwynevère. Ssyxlat'h la salua. Il était attendu, comme il s'en doutait, et Mère Gwynevère ne fut pas malheureuse d'avoir de ses nouvelles.
Ssyxlat'h lui parla de tout : le projet de Morathi, le rôle d'Hebron, l'endroit où résidait ce dernier, les potions aphrodisiaques et celles de contraception, Thork, Astora, l'apprentissage de l'écriture, la virée nocturne étrange de Morathi, et tous les autres détails dont l'intérêt était plus ou moins évident.

Mère Gwynevère fut satisfaite, et Ssyxlat'h ne s'éternisa pas avec elle : il devait rentrer au plus vite, ne sachant pas combien de temps Morathi allait elle-même mettre avant de rentrer. L'espion fut heureusement de retour le premier au manoir. Il reprit immédiatement ses tâches basiques, se sentant blanc comme neige pour le retour de Morathi.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Lun 29 Fév 2016 - 17:03

Je m'éveillais donc le lendemain, pratiquement à midi. Je savais que mes voisins disaient de moi que j'étais une femme de mauvaise vie, et que seules les catins dormaient durant la journée. Ce en quoi ils n'avaient pas tort, et cela ne me troublait guère, je l'avoue. Ce qui me faisait plutôt sourire était le fait qu'au moins deux ou trois d'entre eux, des maris, des fils ou des fiancés, fréquentaient le bordel de Mère Gwynevere et donc connaissaient mon visage. Tout comme je connaissais les leurs. Je savait aussi qu'ils m'épiaient de derrière leurs fenêtres, tout comme leurs femmes. Mais pas aux mêmes horaires...
Je m'habillais tranquillement. Pour une fois, après ma "sortie nocturne", je n'étais pas couverte de bleus. Je me restaurais rapidement et repris le livre que Thork m'avait laissé. Emmitoufflée dans de chauds vêtements, je m'assis sur un banc, dans le jardinet, et continuais ma longue et lente lecture, profitant d'un rayon de soleil hivernal.
Le soleil commençait à se coucher, à l'horizon, quand un coursier vint à la maison. Il s'agissait d'un jeune page, d'une douzaine d'années, portant une livrée pourpre. Je vins lui ouvrir, Kaaxhy étant occupé à nettoyer la salle d'eau.

"Bonsoir. Suis-je bien chez Dame Morathi ?"

"Oui, c'est moi."

"J'ai quelque-chose pour vous, de la part de mon maître, le Sieur Astora."

Il s'inclina et me remit un paquet. Je lui donnais deux pièces d'argent, pour le remercier de m'avoir remit son colis, agrémenté d'une bise sur la joue. Il rougit et s'inclina, avant de repartir. Je refermais la porte derrière moi et alla poser le paquet dans le salon. Piquée par la curiosité, je l'ouvris, pour dévoiler une robe blanche, du genre de celle portées par les nouvelles mariées. Je vis un morceau de papier, accroché à la robe, par une broche. Il avait été écrit par une main tremblante, et je pus déchiffrer, difficilement : "Portez cela demain soir. Je serais présent après le crépuscule." A présent, j'étais réellement intriguée, je l'avouais.
Je mis la robe dans ma chambre et passais ensuite le reste de la soirée à me reposer, et me couchait tôt. Le lendemain, je parvins à me lever assez tôt pour me préparer, c'est-à-dire au moins deux heures avant la mi-journée. Je pris un fort long bain et me restaurait, avant de m'enfermer dans ma chambre, afin de me préparer.

Je supposais que, étant donné ce que m'avait envoyé Astora, il voulait voir une jeune mariée devant lui, et non pas une courtisane. Je n'avais strictement aucune expérience dans ce domaine, si ce n'était ce que l'on m'en avait dit. Je choisis donc de me maquiller de façon sobre et discrète, avant de me parer de la robe. Je demandais de l'aide à Kaaxhy, pour accrocher le voile dans mes cheveux. Puis, j'attendis, patiemment, l'arrivée de mon invité, une fois que j'eu préparé deux potions, pour éveiller les ardeurs de mon invité. Enfin, alors que le soleil s'était couché depuis une heure, il arriva.
Il était vieux, en effet, d'aspect, vêtu d'un pourpoint sombre, et avait l'air... En deuil. Je l'accueillis, assise sur le banc de mon salon, et vis son visage s'illuminer en me voyant. Il bouscula Kaaxhy, en se précipitant vers moi, et m'enlaça assez brutalement, me faisant basculer sur le côté. Je me cognais la tête contre le mur, mais n'avais pas le temps de me plaindre ou de protester, quelque peu étouffée par mon visiteur. Il s'écarta finalement, me permettant enfin de respirer. Toutefois, ses mains ne restèrent pas inactives et je les sentis tirer sur ma robe, et ses ongles m'écorcher la peau.

"Aïe ! Arrêtez, vous me faites mal !"

Il s'arrêta, essoufflé et l'air confus. Je me passais une main dans le dos et sentis une trace de griffure, et un peu de sang.

"Pardonnez-moi... J'ai toujours conservé le souvenir de la nuit de mon mariage, et mon épouse portait sa robe de mariée quand elle souhaitait que je l'honorais... Avant de continuer, pouvons-nous nous désaltérer ? J'ai terriblement soif."

J'acquiesçais et fis signe à Kaaxhy de nous servir de l'hydromel, avant de nous laisser. Pendant cet interlude, je profitais du calme relatif d'Astora pour remettre en place ma parure. Une fois le Naga sorti, je montrais une des potions de "vigueur". Il comprit le message et acquiesça. Je versais la moitié de la fiole dans son hanap. Nous burent de concert, avant qu'il ne me demande, avec une certaine insistance, où se trouvait ma chambre. Je lui indiquais, et il m'y entraîna, m'attrapant le bras avec une force qui contrastait avec la maigreur de ses bras. Une fois la porte refermé, il me projeta sur le lit et entreprit d'arracher, littéralement, le "cadeau" qu'il m'avait fait parvenir, avant de se jeter sur moi.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Ssyxlat'h le Mer 9 Mar 2016 - 9:02

Quand Morathi revint de sa virée nocturne, tous deux allèrent se coucher. Ssyxlat'h n'avait pas eu envie d'être endormi au moment du retour de Morathi, et heureusement cette dernière n'était pas rentrée trop tard. Le domestique se réveilla en premier ; Morathi, elle, fit une grasse matinée. La routine put alors reprendre.
Du moins jusqu'au lendemain matin, où Morathi appela Ssyxlat'h pour l'aider à se parer d'une robe blanche assez volumineuse. Il s'agissait chez certaines cultures humaines d'un vêtement de cérémonie. Morathi avait reçu ce cadeau la veille au soir, pendant que Ssyxlat'h avait été occupé à une quelconque tâche. Elle devait le porter pour le soir même car elle allait recevoir la visite du fameux Astora. Ssyxlat'h fit mine de ne jamais avoir entendu ce nom.

Le soir venu, le dénommé Astora se présenta comme prévu au domicile de Morathi. Ssyxlat'h voulut jouer le majordome, mais le vieil Humain n'eut de considération que pour Morathi. Ssyxlat'h ne sut s'il devait à son rang de domestique ou à sa race de Naga d'être si vulgairement bousculé. Astora se jeta sans moins de vigueur sur Morathi, lui faisant mal en la faisant chuter dans son élan. Ssyxlat'h s'approcha en sifflant, près à venir au secours de sa maîtresse si l'invité ne savait pas se tenir.

Morathi réussit tant bien que mal à tempérer ses ardeurs. L'homme s'excusa, et déclara son besoin de se désaltérer. Morathi commanda à Ssyxlat'h d'apporter de l'hydromel. Le Naga s'exécuta, puis le couple prit congé de lui. Au moins, tout ce temps fut largement suffisant à Ssyxlat'h pour bien “observer” l'odeur et le visage de ce dénommé Astora.
Ssyxlat'h s'isola, pas vraiment rassuré par la potentielle violence des ébats à venir.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Morathi le Dim 13 Mar 2016 - 22:28

Je m'éveillais, et grimaçait. Astora, allongé à côté de moi, ronflait doucement. Et il avait une haleine matinale extrêmement chargée, au point de me soulever le cœur. Je me tournais de l'autre côté et grimaçait : il n'avait pas qu'une haleine difficile à supporter, il était aussi brutal, et j'avais des courbatures un peu partout, ainsi que des douleurs à l'entrecuisse. Je roulais hors du lit et l'observait, avant de gémir à voix basse : elles étaient irritées, et rougies. Un coup d’œil à mon matelas m'indiqua qu'il m'avait bel et bien griffé dans le dos durant nos étreintes, et assez fort pour me faire saigner. Je me rallongeais en grimaçant de douleur.
Quelques heures plus tard, il partit de chez moi, en laissant une petite bourse de pièce d'or. Je n'étais "vêtue", pour ainsi dire, que de ma plus longue cape, me sentant incapable d'effectuer les gestes nécessaires pour m'habiller d'une robe, étant bien trop courbaturée pour cela. Je me tournais vers Kaaxhy :

"Je t'en prie, va me chercher Thork, et préviens-le qu'il aura deux pièces d'or pour ses soins... Fais-vite, ce vieux salaud d'Astora m'a fait vraiment bien trop mal pour que je supporte ça une journée durant..."

Je prit une gorgée de la potion contraceptive en attendant l'arrivée de Thork. Le goût avait de quoi faire frémir, quand on la buvait chez Mère Gwynevere. Celle-ci avait les mêmes effets, mais avec la particularité d'avoir un arrière-goût de framboise, ce qui aidait à faire passer la partie amère de la potion.
Puis, je me lavais, de mon mieux, avant de m'allonger sur le banc du salon, avec la cape autour de mon corps. Enfin, le Nain arriva, introduit par mon domestique.

"Merci, Kaaxhy. Laisses-nous. Il faut changer mes draps. Et les nettoyer... Vigoureusement. Merci."

Le Nain s'approcha et je retirais ma cape, pour lui montrer mon dos. Il fit la grimace en voyant les griffures, et siffla de surprise à la vue de mes irritations aux jambes. Il soupira et me réconforta à voix basse, tandis qu'il me passait de ses pommades, et me faisait boire un calmant, pendant qu'il prenait soin de mes jambes.

"C'est amusant, mais j'ai pensé à toi, hier soir. J'étais chez Mère Gwynevere, chez qui je n'étais pas allée depuis un certain moment... Tu étais la dernière de ses filles que j'ai tenu dans mes bras, c'est dire. Enfin... Comme à mon habitude, je cherchais une accorte petite Elfe qui apprécierait un Nain débauché tel que moi... Bon, j'ai fini dans les bras d'une Demi-Elfe, et de son amie Humaine. Je leur ai demandé "Mais, il me semblait que vous aviez une Drow, qui n'était guère difficile... Elle est occupée ?" Et là, l'une d'entre elle m'a dit "Morathi ? Oh, ben, ça se voit que vous êtes pas venu depuis un bon moment. Elle est parti, un vrai scandale... En plus, pas de nouvelles pendant un bon moment et d'un seul coup, elle réapparaît, c'est dev'nu une dame, elle est riche et à son compte, et tout..." Bon, là, l'une d'entre elle s'est mise à me caresser la barbe, et tu sais ce que ça me fait... Enfin... L'autre, l'Humaine, a rajouté : "C'est marrant, mais au même moment, Mère Gwynevere a engagé un Naga, tout vert, avec une drôle de tête plate ! J'ai supposé que c'était pour les dames de la haute, qui avaient des goûts particuliers, ou pour les hommes, hein, il en faut pour tout le monde... Mais je l'ai vu qu'une fois, c'est tout. Bizarre, non ?" A ce moment-là, elles ont entendu quelque-chose, venant du mur, et se sont mise à s'activer... Mais c'est vrai que, pour le coup... Les Nagas ne sont guère légions à Telbara..."

Je baissais le regard vers lui, étonnée.

"Tu es sûr de cela ?"

"Oui. Bon, après, il peut s'agir de pas mal de Nagas, mais avec une tête plate, enfin... De cobra, je ne vois que Kaaxhy... Après, c'est peut-être une pure coïncidence..."

"Et bien... Je vais voir."

Je fis venir venir Kaaxhy, sous prétexte d'avoir des rafraîchissements. Alors qu'il était sur le point de sortir de la pièce, je l'interpellais.

"Dis-moi... Thork, ici présent, vient de me dire qu'on t'avait vu dans l'établissement de mère Gwynevere. Tu vas auprès de ses filles pour te soulager ? Je te comprends, elles sont douées..."

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeux de serpent

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum