La guerrière et le barde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La guerrière et le barde

Message  Eraïos le Sam 24 Oct 2015 - 1:05

Les yeux à moitié fermés, je viens de sortir d'une longue torpeur. Des bruits et des secousses m'indiquent que je me trouve en ce moment même dans une petite charrette. La position du soleil impitoyable – juste au-dessus de moi, m'aveuglant totalement – m'indique que la mi-journée est arrivée. Dans un râle je relève le buste, et mon entourage se présente à ma vue. Devant moi se trouve une procession complète, constituée d'hommes et femmes, d'aucuns armés jusqu'au dents, d'autres pas armés du tout.

Un panneau de bois providentiel m'indique où je me trouve, Tacomnal. Sauf que c'était la direction dans laquelle la procession ne se dirigeait justement pas.

Les visages se trouvant dans mon champ de vision semblent décider que c'est le bon moment pour tous me dévisager. On aurait dit que certains venaient à peine de découvrir ma présence, alors que cela faisait probablement plusieurs heures qu'ils avaient un corps inanimé dans la charrette se trouvant directement en face d'eux. Leur répondant par un grand sourire, je saute sur mes pieds au sol. Je devais être encore trop endormi pour tenter ce genre de geste, puisque mes jambes ne tinrent pas le choc, et je m'affaissai comme une poupée de chiffon, accompagné d'un cri de détresse non contrôlé. Sans perdre mon sourire, un peu moins authentique tout de même, je me remets sur mes pieds, et entreprends de suivre la procession.

Je n'avais en tout cas aucune idée de ce que je faisais ici, et mes derniers souvenirs concernaient une soirée un peu trop arrosée la veille, dans une taverne de Tacomnal. En tant que chanteur, j'avais la chance de ne pas chanter plus faux lorsque l'alcool embrumait mon esprit que dans la sobriété, ce qui du coup ne m'empêchait pas de me saouler comme tous ceux que je distrayais. Me ressassant la soirée plusieurs fois dans l'esprit, aucun autre détail ne vint.

***

Un homme d'une quarantaine d'années vint rejoindre Eraïos, il venait de la tête de la colonne, et avait remarqué depuis quelques minutes le manège du barde. Il n'était pas d'humeur à plaisanter, et se demandait en ce moment même s'il avait fait le bon choix. Le recrutement de ce barde loufoque s'était déroulé de manière improbable, et là où il aurait aimé trouvé un barde digne de ce nom pour son maître, il n'avait pu qu'en ramasser un inconscient dans une taverne. Le bougre avait trop bu, et avait dû être transporté par charrette jusqu'ici.

Le barde bien sûr n'était au courant de rien, et se demandait probablement ce qu'il faisait ici. Avant qu'il ne tourne les talons et qu'il ne prenne la fuite, il fallait lui mettre les idées au clair, et lui faire comprendre que même s'il n'avait pas prévu ça, du travail était du travail, et qu'une bourse remplie d'or pouvait l'attendre à la fin du voyage.


***

"Bien dormi ?", la voix vient d'un homme qui s'est rapproché de moi discrètement, je ne l'ai jamais vu encore.

"Que fais-je ici, qui sont tous ces gens, qui êtes vous ?", réponds-je sans prendre le temps d'écouter ce qu'il m'avait dit. Il était le premier à m'adresser la parole, il allait être celui qui me fournirait des réponses.

***

Après s'être fait conter l'histoire complète, Eraïos étouffa un éclat de rire pendant un instant, avant de se laisser aller, et de se faire entendre par toute la colonne. Cet homme qui n'avait l'air de rien s'était lancé dans une recherche désespérée d'un barde prêt à se lancer dans une petite expédition, à cause d'un caprice du noble qu'il servait. L'heure tardive lui avait fait prendre une décision loufoque, ramasser ce barde dont les clients de la taverne ne disaient que du bien, même s'il était saoul et inconscient.

Le barde venait pourtant de le rassurer – en lui annonçant que le voyage serait gratuit, pour récompenser son courage – et se joignant à son rire, l'homme lui promit qu'il allait le présenter à son maître tout de suite. Le barde sur ses talons, il remonta la colonne pour rejoindre son maître, qui se trouvait en tête, chevauchant une magnifique monture.

•————————————•
Eraïos, barde et illusionniste
avatar
Eraïos
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerrière et le barde

Message  Poledra le Sam 24 Oct 2015 - 14:19

Cela faisait quelques temps que Poledra était entrée dans la Guilde des Guerriers de Tacomnal. Son front était ceint d'une bande métallique sur laquelle était gravée son insigne de Guerrière. Elle avait eu à faire de nombreuses tâches diverses, allant de monter la garde à l'entrée de la Guilde à aller régler le problème de petites frappes sévissant sur le port.
Aujourd'hui, elle devait escorter un noble tacoman qui se rendait dans sa demeure, à l'intérieur des terres, entouré de ses gens. Lectone était venu avec elle, apparemment pour lui donner un coup de main "en cas de problèmes", mais elle supposait que ses intentions étaient un peu plus intéressées. Enfin... Dans sa situation, cela ne la gênait pas et elle appréciait les petites touches d'attentions que l'Humain manifestait envers elle.

Elle chevauchait en tête, devisant avec le noble qui l'interrogeait sur ses origines estanoles. Il était vrai qu'elle intriguait les tacomans, avec son accent particulier et, à plusieurs reprises, elle avait dû se défendre face à des tacomans trop... Patriotes qui considéraient qu'il était légitime d'affronter tous les estanols qu'ils croisaient, même s'ils faisaient partie de la Guilde des Guerriers. Le noble, malgré un côté trop... "Courtisan", semblait assez ouvert d'esprit pour accepter qu'une femme, même d'origine étrangère, l'escorte. Même s'il tentait vaguement de la courtiser en lui parlant de ses nombreux exploits, exploits dont certains étaient quelques peu éxagéré, voire trop, au gpût de Poledra. Lectone, de l'autre côté du noble, riait sous cape devant l'infortune de sa camarade.

Dans la colonne les suivant, on entendit un éclat de rire assez... Tonitruant. Elle se retourna, pour voir le chambellan du noble, accompagné d'un homme vêtu de façon quelque peu ostentatoire, venir jusqu'à leur hauteur.

"Il s'agit du barde que vous avez... Engagé, monseigneur. Eraïos. Il vient d'apprendre comment il fut engagé, en fait. Ce qui a provoqué son hilarité."

Le noble eut une expression... Particulière, un mélange entre le dédain et le mépris, avant de faire signe de continuer la route.
La troupe sortit de Tacomnal sans encombre et s'engagea sur une petite route de campagne deux heures après avoir quitté la Cité. Le voyage allait durer deux ou trois jours, en fonction de la vitesse des piétons. Le noble n'avait que les deux membres de la Guilde comme gardes du corps, préférant effectuer des dépenses plus... Triviales, du point de vue de Poledra.
Le ciel se chargeait de nuages, la pluie commença à tomber. La jeune femme rabattit sur sa tête un capuchon huilé en soupirant. Elle espérait que ce temps ne durerait guère. Non pas que c'était une crainte quelconque, mais sa partie Argilite n'appréciait pas tant que cela l'eau, allez savoir pourquoi.

Elle vit, au loin, des paysans s'échiner dans un champ, ce qui la surprit : la terre s'était sans aucun doute changée en boue avec la pluie qui leur tombait dessus, alors pourquoi chercher à travailler inutilement ? C'était surprenant et l'intriguait.
Alors que la tête de la troupe passait à la hauteur des paysans, ces derniers se relevèrent et chargèrent le noble en hurlant et en agitant des outils de ferme transformés en arme.

"Des bandits ! Défendez-vous !"

Poledra sauta de la selle de sa monture et se porta à la rencontre des bandits, tandis que Lectone, l'épée dégainée, se plaçait entre eux et le noble. La jeune femme parvint à un des agresseurs et engagea la lutte contre lui. Son adversaire, armé d'une faux à la lame tordue de façon à devenir une lance, tenta de l'éventrer purement et simplement. Elle se décala et attrapa la hampe de l'arme, qu'elle cassa d'un mouvement sec. Attrapant le bandit par le col, elle plaqua sa main sur la bouche et le nez du malfrat, avant de créer un globe aqueux au creux de cette même main, dont elle usa pour noyer l'Humain. Un des compagnons de sa victime arriva et lui balafra le flanc à l'aide d'une épée, y dessinant un sillon écarlate lavé par la pluie.
Elle cria de douleur et se tourna vers son nouvel adversaire.
Près du noble, Lectone avait abattu deux des bandits et ferraillait avec celui qui semblait être le chef. Il en restait deux autres, qui s'en prenaient directement au convoi.

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerrière et le barde

Message  Eraïos le Ven 6 Nov 2015 - 18:57

"Il s'agit du barde que vous avez... Engagé, monseigneur. Eraïos. Il vient d'apprendre comment il fut engagé, en fait. Ce qui a provoqué son hilarité."

La réaction qu'eût le noble ne m'était pas du tout étrangère. Mon premier réflexe fût de penser que je n'avais rien à faire ici, que je pouvais simplement m'en aller pour ne pas avoir à supporter la présence d'un tel noble. Mais très vite je me rendais compte que cela ne servait à rien de m'opposer à lui, et qu'un noble était un noble, dédaigneux, imbu de lui-même, et si fier qu'il ne pouvait pas se rabaisser à adresser la parole à ceux qui lui étaient inférieurs. J'étais aussi un noble, en quelques sortes, et mes souvenirs me criaient que j'avais souvent agi comme celui-là, avant de commencer à arpenter les routes.

Après m'être éclipsé discrètement, et après avoir rejoint la colonne, je me mis à dévisager les hommes et femmes m'entourant. Cela ne se faisait évidemment pas, mais personne ici ne connaissait mon identité, et qu'un manant ne connaisse pas les règles de bienséance n'était bien sûr pas une suprise. J'eus droit à plusieurs réactions différentes, dont certaines étonnantes. Une femme sur ma gauche détourna les yeux en rougissant, tandis que l'homme qui se trouvait à ses côtés regardait simplement devant lui d'un air bête, ne remarquant rien. Un autre homme me fit un clin d'oeil auquel je ne répondis pas. Et le dernier, le charretier derrière moi, décida qu'il allait lui aussi me fixer du regard, jusqu'à ce qu'il me fasse détourner les yeux. Tout ce manège se déroula jusqu'à ce que j'entende un cri, m'interrompant.

"Des bandits ! Défendez-vous !"

***

Tout se passa très vite, et Eraïos, qui se trouvait précédemment au milieu des gens du noble, se retrouva en première ligne, entre les bandits et les autres. Deux guerriers, un homme et une femme, s'étaient jetés sur les paysans attaquant le convoi. L'homme se débrouillait plutôt bien, et en avait abattu deux pour l'instant. Et, alors que la femme en avait tué un d'une manière bien étrange, un bandit se jetai sur elle, lui infligeant une blessure qui ne semblait pas très profonde. Deux bandits arrivaient droit sur le barde, et il dégaina son sabre. Ils étaient encore assez loin pour qu'il tente de sortir la femme de son mauvais pas.

"Eh toi, derrière toi !"

Les deux bandits arrivant sur le barde se retournèrent bien malgré eux, plus par réflexe que par vraie envie, et ils virent un couteau lancé dans la direction du troisième. Leur cri d'alerte le prévint, et ce dernier se retourna d'un coup, laissant la guerrière hors de son champ de vision. Le couteau lui traversa le ventre, mais aucune douleur ne vint, il s'était fait berner par un illusionniste qui le salua avec un grand sourire.

***

J'espérais lui avoir donné assez de temps pour réagir, et le sourire s'étendant sur mon visage ne disparut pas lorsque les deux derniers bandits qui me faisaient face étaient arrivés sur moi, mécontents de ce qui s'était passé. L'un était armé d'une fourche, l'autre d'une massue en bois, et celui avec la fourche frappa en premier. Un pas sur le côté me fit éviter l'arme, et sur ma gauche se trouvait maintenant le paysan avec la massue, prêt à frapper. Ma main s'élevait dans sa direction lorsque des lumières multicolores sautèrent sur son visage, lui faisant tourner la tête et l'interrompant dans son attaque. J'en profitai pour frapper la fourche du paysan pour la briser de mon sabre. L'homme avec sa masse s'était malheureusement remis de ses émotions et frappait – un peu court – sur ma gauche. Le choc sur mon épaule me la démit, et plus par réflexe que par intention, mon bras droit ramena mon sabre en travers de la gorge du bandit.

***

Eraïos se retrouva debout devant un cadavre, alors qu'un paysan s'enfuyait après avoir lâché sa fourche brisée. Il avait mal à l'épaule gauche.

•————————————•
Eraïos, barde et illusionniste
avatar
Eraïos
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Barde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerrière et le barde

Message  Poledra le Dim 8 Nov 2015 - 12:19

L'adversaire de Poledra reçut une lame dans le dos et se cabra. La jeune femme vit la lame disparaître ! Une simple illusion avait détourné l'attention du bandit et la jeune femme l'attrapa. Ses membres étaient rendus glissant par la pluie, mais elle parvint à l'attraper et à lui faire une clé à la tête. La Guerrière fit un mouvement sec et la nuque de l'Humain se brisa dans un craquement sinistre. Elle le laissa tomber au sol et regarda où en était Lectone : Ce dernier avait désarmé son adversaire en lui tranchant le poignet, avant de l'interroger à voix basse. La jeune femme se tourna vers le convoi pour voir que l'un des bandits était mort, sans doute tué par le barde qui se tenait droit comme un I. Le dernier des bandits, agitant une fourche brisée, s'enfuyait. Poledra le rejoignit en quelques enjambées et le plaqua au sol. Elle se plaça à califourchon sur lui, dos au convoi, et posa sa main contre la tempe du ruffian, délivrant une décharge électrique qui lui grilla la cervelle.
Lectone venait de tuer le chef des bandits et s'avança vers la colosse.

"Il semble qu'il s'agisse de mercenaires, qui ont été engagés pour s'occuper de ce noble. Nous allons devoir nous rendre dans une auberge de voyage. Je crois qu'il y a une maison de ce genre non-loin, à moins d'une heure de marche. Je te laisse parler aux membres du convoi, je vais expliquer la situation à notre employeur. J'ai hâte d'aller me mettre au coin du feu."

Il s'en fut après un clin d'oeil et Poledra se dirigea vers la suite de leur employeur. Un des superviseur se porta à sa rencontre et lui demanda ce qui allait se passer à présent. La jeune femme expliqua la situation et son interlocuteur acquiesça, avant d'aller prévenir ses confrères. Poledra se dirigea vers le barde et lui prit doucement l'épaule.

"Bravo pour votre acte de bravoure."

Elle revint à sa monture, alors que le convoi reprenait sa route. Pendant le chemin, elle appliqua un bandage sur sa blessure.
En effet, moins d'une bonne heure après avoir reprit leur marche, ils parvinrent à un hameau de grande taille, composé de plusieurs bâtiments de plus ou moins grande taille : l'auberge de voyage. La pluie continuait à tomber sur leurs têtes et bien des membres de la suite du noble poussèrent des soupirs de soulagements à l'idée de pouvoir enfin se reposer. Poledra se mit d'accord avec Lectone et elle se dirigea, en compagnie des femmes, vers les étuves.
Elle en revint une vingtaine de minutes plus tard et se rendit à la salle commune. Là, Lectone se chauffait le dos à un feu qui semblait tout droit sorti des Enfers, en expliquant au noble que les bandits étaient des mercenaires qui avaient été engagés pour le tuer et l'Humain tentait d'amener un peu de réflexion dans la tête de son interlocuteur en lui demandant si il avait une idée de qui pouvait avoir engagé ces ruffians.
Poledra prit un verre d'hydromel et s'assit sur un banc de bois, avant de se mêler à la conversation.

"Le problème, c'est que celui, ou ceux qui les ont engagé doivent avoir eu vent de cet échec et essaierons sans doute à nouveau. Et cette fois, nous n'aurons sans doute pas autant de chance."

Ses paroles firent mouches et l'Humain devint blafard.

"Je... Je crois que j'ai bien un nom... Eeeuh... Le baron Saervor ?"

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La guerrière et le barde

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum