La rencontre d'une nuit d'été

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Jeu 10 Sep 2015 - 14:18

Cela faisait quelque temps que je travaillais au service de Torasin. J'avais commencé simplement, en surveillant les environs quand les montes-en-l'air dépouillaient les demeures qu'on leur indiquait. Au départ, cela ne se passa pas vraiment bien et l'on se fit quelquefois courser par la garde, avant que je ne parvienne à comprendre comment il me fallait agir. Par la suite, je me joignis aux expéditions de ce genre et eu la surprise de "retrouver" quelques-uns de mes anciens clients, quand je me trouvais encore au service de Mère Gwynevere. La plupart ne m'inspiraient guère que de l'hostilité et j'avais plaisir à les dépouiller en ce cas. A une reprise, je reconnus un client, un jouvenceau que j'avais déniaisé et qui était revenu vers moi à deux ou trois reprises, sans doute le seul qui me traitait avec gentillesse. Je fus la dernière personne à sortir de la demeure et en profitais pour retirer un instant mon masque, et déposer un rapide baiser sur son front, avant de repartir, masquée. Ce fut sans doute une des rares fois où je fis preuve de ce genre de compassion.

En effet, la plupart du temps, mes missions étaient surtout de l'ordre de la menace, protéger des trafiquants et surtout, tuer. Certaines personnes cherchaient à tuer Torasin, ou à le renverser, voire à le dénoncer aux autorités. Je n'ai jamais su comment il faisait, mais il était toujours au courant quand ce genre de complot était sur le point de se mettre en place. Toujours est-il que les meneurs, en revenant chez eux, me trouvaient sur leurs chemins, enfin, moi ou un autre. Et l'on retrouvait généralement le lendemain, un corps flottant dans le port.

Ce soir-là, j'étais en train d'effectuer un cambriolage, seule. La nuit était tombée depuis plusieurs heures déjà quand j'entrais dans la demeure visée, en passant par une fenêtre. Alors que j'examinais une petite corne d'encre enveloppée de feuille d'or, dans un bureau, j'entendis un léger bruit provenant d'une des chambres. Je dégainais ma rapière et m'approchais de la porte entrouverte pour jeter un coup d'oeil à une scène que je crus surréaliste : Une personne, vêtue de cuir sombre, était penchée sur un couple endormi. J'entrais dans la chambre à pas de loup pointait la lame de ma rapière vers l'inconnu.

"Qui es-tu ?"

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Sam 12 Sep 2015 - 14:23

Telbara. Ville immense s'il en était, peuplée de maints peuples qui se croisaient dans ses rues, dans une globale acceptation. Bien sûr, il y en avait toujours pour ne pas renoncer à leurs idées racistes, mais chacun pouvait tout de même y être accepté et y commercer avec ses voisins. Cette diversité ne me facilitait pas la tâche. En effet, les personnes étaient trop habituées à y croiser des individus pas tout à fait humains -voire pas du tout- et il m'était donc très difficile de mener ma petite enquête. J'ignorais combien de temps cela faisait que je cherchais une piste... en vain. Le couple de vampire semblait s'être volatilisé. Je ruminais donc ma vengeance et survivais comme je le pouvais, hantant les rues de la ville, souvent seule, parfois avec quelques jeunes orphelins. Ceux-ci formaient une sorte de bande, qui s'entre-aidait en partageant le fruit de leur rapines. Parfois, je leur échangeais quelques objets volés contre de nouveaux habits voire, de temps en temps, un bijou pour décorer mes longs cheveux. Ils se méfiaient de moi mais, comme j'étais plutôt douée pour pénétrer chez les gens et que je pouvais ainsi voler un peu de nourriture, je leur étais utile. Moi, la nourriture, je m'en moquais... Je prenais directement ma pitance sur le corps de ceux chez qui je pénétrais.

J'agissais toujours de nuit. Le jour, je me réfugiais dans mon "chez-moi", un petit creux que j'avais trouvé dans le sol, sous une maison un peu branlante, et que je partageais avec quelques rats. Là-bas, je gardais quelques vêtements, de rares bijoux, un sac, ma précieuse lyre et une petite brosse avec laquelle je passais des heures à démêler mes cheveux. Avant que les vampires ne m'enlèvent, ma mère adorait me les brosser. Ils étaient très longs, et elle se plaisait à les coiffer différemment chaque jour. Maintenant, ils étaient presque toujours sales et, si je me moquais d'être couverte de boue, de poussière et de sang, voir mes cheveux dans cet état me faisait mal au coeur.

En ce moment même, j'étais dans mon petit creux, en train de caresser les cordes de ma lyre. Je m'exerçais tous les jours, ne voulant pas oublier comment la manier. Le son qu'elle produisait n'était plus si beau qu'autrefois, mais je ne voulais pas en changer, car elle était un cadeau de mes parents. Une fois la nuit tombée, je reposai mon instrument et sortis de ma cachette, en faisant bien attention à ce que personne ne me voie. Puis je m'enfonçais dans les rues de la ville. Il était encore tôt, et du monde se bousculait encore dans Telbara, certains rentrant chez eux, certains cherchant un endroit où manger et boire. Moi-même, j'avais très soif. Il allait falloir que je pénètre chez quelqu'un.

Je marchais au hasard pour faire passer le temps, me mettant en appétit en humant les parfums des personnes que je croisais. Certains me donnaient vraiment très faim. Puis les rues se firent plus calmes, et je me dirigeai vers une maison de laquelle ne parvenait plus aucune lumière. Avec un peu de chance, ses occupants seraient là, mais couchés. Je regardai autour de moi puis crochetai la serrure et entrai silencieusement. Jetant un coup d'oeil au mobilier, j'en déduisis que les personnes qui vivaient devaient avec quelque argent. Je songeai aux orphelins, qui seraient sans doute ravis de m'échanger quelques-uns de ces objets contre des vêtements. J'avais bien besoin de nouvelles bottes, les miennes étaient usées. Mais d'abord, il me fallait me restaurer.

Laissant le vol pour plus tard, je me laissai guider par mon odorat, et entrai dans une chambre, silencieuse. Un couple y dormait, le visage paisible, complètement abandonné au sommeil. Je m'approchai délicatement, grimaçai lorsque le bois grinça légèrement sous mes pieds. Toutefois, les deux humains ne se réveillèrent pas, et je les observai. Lequel en premier? Alors que je m’apprêtais à mordre l'homme, plus grand, et que j'aurais donc moins de risques de trop affaiblir si ma faim l'emportait, une voix me fit soudain sursauter.

"Qui es-tu ?"

Je me retournai vivement, mes lèvres retroussées sur mes crocs... Et découvris une épée pointée sur moi. Je me figeai aussitôt. La personne qui se tenait devant moi était visiblement une femme, mais je ne pouvais en être vraiment certaine, puisqu'un masque recouvrait son visage. Elle avait de jolis cheveux totalement blancs, ce qui n'était pas vraiment courant. Jaugeant sa posture, je déduisis qu'elle devait savoir se servir de son arme, et que j'avais donc peu de chance de la tuer. Quoique, depuis que j'avais été transformée, j'étais plutôt rapide... Si je parvenais à dégainer mes poignards... Je renonçai toutefois à cette idée, qui comportait trop de risques. Tout doucement, pour ne pas lui faire croire à une agression, je levai les mains jusqu'aux bords de ma capuche et la rabattis en arrière, afin de lui révéler mon visage. J'avais à peine quinze lorsque j'avais été transformée, et, d'après ce que j'avais pu remarquer, plus aucun changement ne s’opérait dans mon corps depuis que j'étais une vampire.

-Je... Je suis une orpheline, madame.

Semi-mensonge. Si mon père avait été tué par le couple de vampires, ma mère vivait toujours... Mais ce n'était pas grâce à moi.

-Pardon, je devrais pas être là, je... je meurs de faim, vous voyez?

Encore une moitié de vérité. Je la suppliai:

-Ne me tuez pas, s'il vous plaît...

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Dim 13 Sep 2015 - 22:39

Je parvenais à distinguer l'inconnue. Il s'agissait d'une jouvencelle, une Humaine, de ce que je pouvais voir. Elle rabattit sa capuche sur sa nuque, ce qui me confirma ma première impression. Toutefois, elle-même perça mon "costume" à jour, ce que je ne compris pas, jusqu'à ce que je me rende compte que ma poitrine n'était pas aussi oppressée, et pour cause : j'avais oublié de la bander avant de partir pour faire ce cambriolage ! J'étais chanceuse d'avoir été enveloppée dans ma cape durant la majeure partie de la journée... Mon interlocutrice me dit être une orpheline. Elle expliqua qu'elle savait qu'elle n'aurait pas dû se trouver en ces lieux, mais elle avait faim. Elle supplia pour que je ne la tue pas.

"Crois-moi, je ne te tuerais pas. Mais, si tu es une orpheline et que tu es affamée, pourquoi es-tu penchée sur eux ?"

J'avais parlé trop fort et éveillé le couple. L'homme hurla et un domestique, que je n'avais pas vu, entra, armé d'un gourdin. Je hurlais à la jeune femme de fuir. D'un coup rapide, je plantais ma rapière dans l'épaule de l'homme qui s'était éveillé, avant de me tourner vers le domestique. Ce dernier levait son gourdin et l'écrasa sur la maille protégeant mon épaule. Je grognais de douleur, avant de tendre mon bras. Un nuage sombre se déroula, avant de se transformer en un serpent. Les crocs percèrent la chair de l'homme, au niveau du trapèze et il s'effondra au sol en hurlant. Je sortis par la fenêtre de la chambre. Je risquais fort de me faire tirer les oreilles par Torasin : je n'avais récolté que quelques pièces d'or et pas d'objets de valeur. Qui plus est, cet incident allait faire ameuter la garde.

Je pris le bras de la jeune femme et lui fit signe de courir derrière moi. Je connaissais quelques cachettes inusitées dans ces quartiers, où nous pourrions nous planquer, le temps que les parages soient sûrs. Je guidais la jeune femme, jusqu'à un petit soupirail menant à une cave. Là, des barriques de vin et surtout, une lanterne prête à l'emploi. Il s'agissait d'une cave à vin, qu'un des pions de Torasin, intendant dans cette demeure, laissait à la disposition des gros bras de l'Halfelin. J'allumais la lanterne et, avec une craie, dessinait une marque sur le mur, à l'extérieur du soupirail. Cette marque indiquait, aux éventuels membres de la guilde créée par Torasin, que cette cachette était en cours d'utilisation et qu'ils devaient se débrouiller pour échapper à la garde.

Je retirais mon masque et, machinalement, passa un doigt sur la balafre proche de mon oeil gauche. En soupirant, je pris deux gobelets de bois et les emplis de vin à une barrique proche du soupirail. J'en tendis un à l'orpheline, avant de m'asseoir au sol, près d'elle.

"Bon, bien joué. J'ai pas pensé à bander ma poitrine. Et Torasin va m'en vouloir pour avoir raté ça. Bon, au moins, je doute que je doive refaire le tapin, c'est toujours ça. Je vais avoir du mal à retrouver ma vie d'antan à ce rythme... Et toi ? Pourquoi étais-tu penchée sur eux, si tu as faim ? Tu n'es pas habillée comme une bourgeoise, loin de là."

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Dim 13 Sep 2015 - 23:12

"Crois-moi, je ne te tuerais pas. Mais, si tu es une orpheline et que tu es affamée, pourquoi es-tu penchée sur eux ?"

Alors que je cherchais une excuse convenable, l'homme sur lequel j'étais penchée se mit soudain à hurler, me faisant sursauter. La voix de la femme masquée avait dû le réveiller. La chambre, auparavant calme, fut soudain bouillonnante d'agitation, et je me sentis un peu perdue en voyant un domestique arriver en renfort. Devais-je utiliser cet étrange pouvoir que j'avais, depuis ma naissance, et qui me permettais de me transformer en panthère?

Mais la femme semblait avoir pris la situation en mains. Elle planta sa lame dans l'épaule de l'homme, le clouant au lit. L'odeur du sang se répandit soudain dans l'air, attirant toute mon attention. Obnubilée par le liquide rouge, si appétissant, qui coulait de la blessure de l'homme, j'en oubliai la situation. Je commençai à me pencher sur lui, irrésistiblement attirée... Lorsqu'une main me saisit le poignet, m'arrachant à ma fascination. La femme aux cheveux blancs m'entraîna dans la rue à sa suite, fuyant le lieu de l'effraction.

Elle s'arrêta devant un soupirail puis m'entraîna dans une cave où s'entassaient des barriques d'où émanait une odeur de vin. Après avoir tracé un mystérieux signe à la craie, la femme retira son masque. Je pus alors la dévisager, et remarquai qu'une marque fendait son visage à la peau sombre. Était-ce pour cela qu'elle portait un masque? Elle n'avait pas l'air tout à fait humaine, bien que je fus incapable de dire ce qu'elle était, au juste. Je ne savais pas grand chose sur tous les êtres qui peuplaient le monde. La preuve, avant d'être transformée, je ne savais rien des vampires...

Soupirant, l'étrange femme me tendit un verre de vin en s'asseyant.

"Bon, bien joué. J'ai pas pensé à bander ma poitrine. Et Torasin va m'en vouloir pour avoir raté ça. Bon, au moins, je doute que je doive refaire le tapin, c'est toujours ça. Je vais avoir du mal à retrouver ma vie d'antan à ce rythme... Et toi ? Pourquoi étais-tu penchée sur eux, si tu as faim ? Tu n'es pas habillée comme une bourgeoise, loin de là."

A bander sa poitrine? Pourquoi bander sa poitrine? Devait-elle cacher être une femme? Et qui était ce Torasin? Pourquoi aurait-elle dû faire le tapin... Etait-elle pauvre, elle aussi? Ces questions tournaient dans ma tête, mais ne parvenaient toutefois pas à recouvrir ma principale pensée : j'avais soif, et je ne m'étais pas abreuvée. Visiblement, cela aurait été une mauvaise idée de m'attaquer à elle. Je ne savais pas trop ce qu'elle avait fait du domestique, puisque j'avais été trop occupée à contempler le sang de l'homme, mais elle l'avait visiblement maîtrisé rapidement. Et elle connaissait des cachettes. Peut-être aurait-elle une piste sur les vampires?

Je m'éclaircis la gorge avant de lui répondre:

-Je regardais s'ils avaient des bijoux. Je peux les échanger contre de la nourriture.

A dire vrai, je faisais plutôt l'inverse, mais cela me donnait une bonne excuse. En revanche, j'ignorais comment me débarrasser du vin qu'elle m'avait donné. Je ne pouvais absolument pas le boire. Je me contentai de poser le verre à côté de moi, avant de lui demander:

-Et vous, pourquoi vous étiez là? Vous volez aussi?

J'attendis sa réponse, un peu inquiète. Je me méfiais généralement des autres, qui avaient tendance à mépriser les sans le sou, ou à employer les plus jeunes pour des travaux malhonnêtes. De plus, je courais encore plus de risque qu'un autre, du fait de mon état de vampire. Il ne fallait surtout pas que je sois démasquer. Je jetai un coup d'oeil à la cave, repérant l'espace au cas où un combat se déclencherait.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Lun 14 Sep 2015 - 14:40

La jeune adolescente m'expliqua qu'elle cherchait des bijoux, pour les revendre.

"En règle générale, on ne dort guère avec ses bijoux autour du cou."

En tout les cas, je n'avais jamais agi ainsi, auparavant. Elle me demanda si j'étais aussi dans cette demeure pour voler. Ce qui était sûr, c'est que je n'y étais pas pour souhaiter du bien aux propriétaires. Selon mes calculs, avec ce que je parvenais à mettre de côté, je pouvais à peine, actuellement, m'acheter une maisonnette sur le port. Autant dire que j'étais bien loin des fastes auxquels j'étais habituée.

"Oui, je cherchais des objets de valeur quand je t'ai entendu. J'étais supposée être seule sur cette affaire et je m'étonnais qu'il y ai quelqu'un d'autre, mais je ne t'ais pas reconnue comme étant une subordonnée de Torasin."

Je passais ma main dans mes cheveux blancs en soupirant. Nous n'étions pas loin de la demeure du jouvenceau que j'avais déniaisé et, comme chaque fois que je me trouvais dans les parages, je me demandais si cela ne vaudrait pas le coup que de prendre ma robe et de me rendre chez lui, pour ensuite vivre auprès de lui. Je me repris. Je n'étais pas une courtisane, mais une Dame, ce serait bien bas de ma part que d'agir ainsi. J'entendis les lourdes bottes de la garde non loin du soupirail et je cachais la lueur de la lanterne pour que nous ne nous fassions pas repérer.
J'attendis quelques minutes, que les soldats s'en aillent, avant de revenir à l'adolescente en face de moi. Elle avait de longs cheveux auburn et une peau assez pâle, pour ce que je pouvais voir. Cela pouvait être logique : si elle jouait les oiseaux nocturnes, elle devait passer la majeure partie de la journée loin du soleil, se reposant et reprenant des forces avant d'aller commettre quelques larcins... Un peu comme moi, sauf que la pigmentation sombre de ma peau me vient plutôt de mon père.

"C'est sûr que ce n'est pas ainsi que je retrouverais ma vie d'antan. Si mes calculs sont exacts, j'en ai pour une vingtaine d'années avant de parvenir à mes fins. C'en est déprimant..."

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Lun 14 Sep 2015 - 17:00

"Oui, je cherchais des objets de valeur quand je t'ai entendu. J'étais supposée être seule sur cette affaire et je m'étonnais qu'il y ai quelqu'un d'autre, mais je ne t'ais pas reconnue comme étant une subordonnée de Torasin."

Sur ces mots, la femme soupira. Elle semblait assez... mélancolique. Des pensées devaient l'occuper. Moi-même, je ne cessais de songer à la possibilité qu'elle puisse avoir eu vent de quelque-chose concernant le couple de vampire. Seulement, j'ignorais comment amener la question sans éveiller ses soupçons. Déjà, elle n'avait qu'à moitié cru à mon excuse du vol de bijoux, arguant que personne ne les portait la nuit, en dormant.

Un lourd bruit de pas, dans la rue, me fit sursauter, et la femme masqua la lueur de la chandelle. J'attendis que les pas s'estompent, sur le qui-vive. Si mon coeur avait encore battu, son rythme aurait accéléré.

"C'est sûr que ce n'est pas ainsi que je retrouverais ma vie d'antan. Si mes calculs sont exacts, j'en ai pour une vingtaine d'années avant de parvenir à mes fins. C'en est déprimant..."

Sa vie d'antan? De quoi parlait-elle? Peut-être avait-elle autrefois été aisée? Moi-même, j'avais eu une vie différente, il y avait de cela quelques années. J'avais vécu avec mes parents, dans un petit village tranquille, sans jamais souffrir de quoi que ce fût... Puis mon père avait disparu, et tout s'était précipité. J'éprouvais quelque compassion pour la femme aux cheveux blancs. Elle ne semblait pas me vouloir de mal. Toutefois, peut-être que ses paroles n'étaient destinées qu'à endormir ma méfiance...

-Vos... hum... Si je peux me permettre, quelles sont vos fins?

Tout en écoutant sa réponse, je réfléchissais à la façon d'introduire le sujet du couple de vampire afin de ne pas décrédibiliser mon histoire d'orpheline des rues.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Mer 16 Sep 2015 - 8:37

La jeune femme me demanda quelles étaient mes fins. Je me levais et lui expliquais :

"Je n'en n'ai pas l'air, mais je suis une Dame, en réalité."

Je fis une courbette ironique et exagérée, à la façon des raclures des bas-fonds singeant les personnes de plus hautes conditions qu'eux, avant de me rasseoir et de sortir de ma besace un peu de viande séchée. J'en tendit un morceau à la jeune femme et commença à en manger un autre, avant de reprendre mon histoire.

"Mais... J'ai eu un revers de fortune, lié à l'émasculation d'un prétendant trop entreprenant et j'ai dû fuir, puisque ce dernier était membre d'une famille bien mieux placée que la mienne."

Je lui bâtit un mensonge sur mes origines : après tout, à part le fait que ma peau soit sensiblement bien plus pâle que celle d'un Drow de sang pur, ce qui n'était guère évident, on pouvait aisément me prendre pour une Drow.
Je lui expliquais que je vivais autrefois dans une des Cités souterraines des Elfes Noirs et que j'étais membre de la branche principale de la Matriarche de la famille. Un jeune mâle d'une autre famille commença à me courtiser, ce que je laissais faire, à moitié par respect des ordres de la Matriarche qui voulait se rapprocher de la famille de mon soupirant, à moitié parce que cela me plaisait. Toutefois, ce jeune Drow fut rejoint par un autre membre de sa famille, qui était bien trop entreprenant. A partir de cela, mon histoire rejoignit la réalité : ce jeune coq s'était introduit dans ma chambre pour me violenter et je l'émasculais aussi sec à l'aide d'une dague. Malheureusement, il se vida de son sang avant de pouvoir recevoir les soins adéquats et je dû fuir pour échapper à une vendetta mortelle.

"Et donc, depuis, je... Je vivote, en espérant trouver assez d'argent et d'or pour retrouver ma vie d'antan. Quand à mon masque... Je me travestis et me fait passer pour un homme. Dans le port de Telbara, c'est une protection bien utile."

J'emplis à nouveau mon gobelet de vin et le bus d'une traite pour faire passer le goût du sel. La viande était bien séchée, mais celui qui devait s'en charger devait sans aucun doute travailler près du port pour que la chair soit aussi salée. A moins qu'il ne l'ai fait tomber dans l'eau...

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Jeu 17 Sep 2015 - 13:35

A ma grande surprise, la femme au visage balafré me répondit qu'elle était une Dame. Une Dame? Voulait-elle dire quelqu'un de... noble? J'avais rarement eu l'occasion de croiser de telles personnes. Mais il me semblait qu'une personne noble ne ressemblait pas à cela... Une Dame, ça mettait des robes, non? Et ça portait des bijoux. Et ça se coiffait de façon compliquée... ou du moins, ça se faisait coiffer.

Elle s'inclina profondément, imitant une révérence de façon si peu naturelle que je ne pus me retenir de rire. J'aurais sans doute dû être intimidée, mais son imitation était trop ostensiblement moqueuse pour que je craigne d'en rire. Se rasseyant, elle me tendit un morceau de viande séchée avant de se mettre à en mâchonner un bout et de commencer son histoire. Elle m'expliqua qu'elle était... Une Drow. J'écarquillai les yeux. Je savais bien que les elfes étaient une réalité... Mais, pour moi, celle-ci était tellement éloignée de la mienne pour que j'imagine en croiser un. D'ailleurs, il me semblait avoir entendu dire que leur race s'était éteinte... Visiblement, j'avais tort. Renforçant encore ma surprise, elle m'expliqua qu'elle était d'une lignée d'Elfes Noires très élevée, même si je ne compris pas tout à fait, ne connaissant pas trop le terme de Matriarche et ne comprenant pas vraiment le concept de noblesse en général. C'était une histoire de famille, de parenté...

Elle en vint ensuite aux évènements qui avaient engendré sa présente situation. Elle avait été séduite, visiblement, mais l'un de ses prétendants était allé trop loin, et elle l'avait émasculé, puis avait dû fuir à cause de cela. Elle s'était donc retrouvée ici, et vivait en se faisant passer pour un homme en attendant de pouvoir se refaire une situation.

Je n'avais jamais entendu de pareille histoire. Une elfe, noble, tombée dans la pauvreté pour s'être défendue, qui cachait être une femme en espérant redevenir une Dame... On aurait dit l'une des histoires que me contaient mes parents pour que je m'endorme lorsque j'étais enfant. En tous cas, j'avais bien fait de ne pas m'attaquer à elle... Les elfes étaient réputés pour être vraiment très puissants. Mon état de vampire m'avait peut-être fait gagner quelques capacités, mais j'étais sans doute très loin de l'égaler.

Voyant qu'elle mangeait sa viande, je m'empressai de faire disparaître dans ma manche le morceau qu'elle m'avait donné, en espérant qu'elle croit que je l'avais mangé. Il ne fallait surtout pas qu'elle ait des soupçons sur moi. Parmi les rares choses que je savais sur ce que j'étais devenue, il y avait le fait que les vampires étaient vraiment très mal vus... Du moins, par ceux qui connaissaient leur existence. Et même les autres, s'ils apprenaient que quelqu'un se nourrissait de sang et était plus mort que vivant, étaient vite pris de peur ou de dégoût. Moi-même, les vampires qui m'avaient enlevée m'avaient terrifiées, dès lors que j'avais vu la femme plonger ses crocs dans la gorge de mon père...

-Eh bien moi je suis née dans un petit village, je vivais plutôt bien avec mes parents, jusqu'au jour où, en allant en ville, ici, nous nous sommes faits attaquer par un homme... Il a tué mes parents, j'ai échappé de justesse et, depuis, je vis seule.

Je la scrutai quelques instants. Maintenant que j'y faisais attention, il était vrai qu'elle avait des traits peu communs. Déjà, ses cheveux blancs. En plus, sa peau sombre, qui offrait avec cette clarté un saisissant contraste. Enfin, ses yeux rouges n'étaient décidément pas humains. Je fus soudain prise d'un doute : me fallait-il l'appeler Ma Dame? J'avais entendu dire que cela se faisait. Ne sachant trop que faire, je fis comme si de rien n'était, pour ne pas avoir l'air ridicule, et lui demandai plutôt:

-D'ailleurs est-ce que vous auriez déjà croisé un couple d'humains, tous les deux très beaux, plutôt aisés, qui aiment recevoir d'autres personnes et se distraire? Ils ont tous les deux la peau très pâle, l'homme a des cheveux sombres et la femme des cheveux plutôt clairs.

J'hésitai puis ajoutai:

-Ils n'aiment pas trop la cohue et sortent donc plutôt la nuit et s'enferment chez eux le jour. Ils m'ont causé du tort et ont visiblement quitté leur ancienne maison, et Telbara est si grande, je n'arrive pas à les retrouver... Je ne sais même pas s'ils sont encore ici.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Jeu 17 Sep 2015 - 17:13

Je vis, du coin de l'oeil, mon interlocutrice cacher le morceau de viande dans sa manche, sans que je m'en offusque pour autant : elle avait littéralement avalé mon histoire sans broncher et il serait étonnant qu'elle ai encore faim après avoir gobé quelque chose d'aussi gros. Qui plus est, il était probable qu'elle le garde pour nourrir des gamins des rues plus tard. Je connaissais quelques-uns des sbires de Torasin qui agissaient ainsi, quitte à se priver en partie pour cela.
Mon interlocutrice me conta à son tour son histoire et mon attention revint à elle. Sa propre histoire était assez éloignée de celle, fictive, que je lui avait raconté, puisqu'elle était d'origine paysanne. En réalité, mes propres origines était sensiblement assez proches des siennes. La jeune fille m'expliqua que, alors qu'elle se rendait en ville en compagnie de ses parents, un homme était venu et les avait tué, elle-même ayant échappé de justesse à la mort.

Elle me demanda ensuite si je connaissais un couple d'Humains, de belle apparence, aisés et qui aimaient recevoir chez eux pour se distraire. D'une certaine façon, cela englobait une partie des clients de la demeure de Mère Gwynevere. Certains, plutôt que de se déplacer et de prendre le risque de se compromettre de quelques façons que ce soit, demandaient à ce que ce soient les filles qui se déplacent jusqu'à eux pour les satisfaire. J'eu à faire cela une fois, en compagnie de deux autres filles. Ironiquement, mes services furent les moins sollicités, mais ce fut une soirée qui me permit de "m'évader" du bordel pendant quelques heures, ce qui avait été fort agréable.
Ma jeune interlocutrice ajouta quelques détails physiques supplémentaires : la peau pâle, et la femme avait des cheveux clairs quand son époux les avait plutôt sombre. Je haussais des épaules :

"Non, désolé, je ne les connais pas."

Telbara était une grande ville, en effet. Pour autant, je connaissais quelques quartiers, et encore. Toutefois, l'empressement de la jouvencelle soulevait quelques questions.

"Mais... Qui sont ces Humains ? Qu'ont-ils de particulier par rapport à toi ? Pourquoi les cherches-tu ?"

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Jeu 17 Sep 2015 - 17:48

A ma grande déception, elle me répondit ne pas les connaître. Evidemment, le contraire aurait été assez peu probable... Mais j'avais eu l'espoir qu'elle puisse m'aider sur ce point. Je tentai de ne pas montrer que cela m'affectait, mais elle dû se rendre compte de quelque-chose, ou être interpellée par ma question, car elle s'enquit à son tour:

"Mais... Qui sont ces Humains ? Qu'ont-ils de particulier par rapport à toi ? Pourquoi les cherches-tu ?"

Je me félicitai de ne pas pouvoir rougir car, du temps de mon humanité, le fait qu'elle ait vu clair dans mon jeu m'aurait fait m'empourprer... Je n'étais pas assez discrète. J'ouvris la bouche... La refermai. Je ne savais pas trop quoi répondre. De plus, ma gène et l'idée qu'elle la voit m’embarrassaient encore plus et m'empêchaient de réfléchir. Paniquant, je finis par lui dire une nouvelle semi-vérité:

-C'est... euh... Ils sont ceux qui ont... tué mes parents. Je... J'ai recroisé l'homme, une fois, et je l'ai suivi jusque chez lui. J'y ai vu sa femme. Je les ai observé quelques temps. Mais un jour ils m'ont surprise, j'ai dû m'enfuir, et quand je suis revenue... Ils n'habitaient plus là.

Je plongeai mes yeux dans ceux de la femme. Elle aussi devait se sentir furieuse contre ceux qui l'avaient obligée à fuir. Elle était sans doute capable de comprendre que je veuille me venger...

-Je veux savoir pourquoi ils ont fait ça. Et ensuite, je veux les tuer.

Le fait d'énoncer ainsi ma pensée me semblait étrange. Je n'avais jamais parlé de mes plans à personne. Les orphelins des rues ne m'acceptaient que parce-que je leur étais utile, mais ils ne m'appréciaient guère... Je leur faisais sans doute peur. Les adultes ne faisaient pas attention à moi, ou alors se méfiaient, car j'avais parfaitement l'allure d'une jeune voleuse, quoique je ne fusse pas douée pour le vol à la tire, au contraire des autres jeunes. Et moi, je me méfiais également d'eux car, un orphelin des rues, ça peut disparaître sans que personne ne le remarque... Les garçons se faisaient recruter, bon grès mal grès, pour des missions pas claires et souvent dangereuses et les filles se retrouvaient à satisfaire les envies de clients pour le compte de la personne qui leur avait mis la main dessus.

Je jetai un coup d'oeil vers le soupirail, tentant de deviner si nous étions encore loin du jour. Me retrouver coincée ici m'inquiétait assez. Je me retournai vers la femme et lui dis:

-Il faudrait que je rentre chez moi. J'ai toutes mes affaires dans un petit creux sous une maison.

J'hésitai un peu avant d'ajouter:

-Vous pouvez me suivre, si vous voulez.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu de vraie compagnie. Étrangement, cette femme avait endormi ma méfiance. Cela était sans doute lié à son histoire, avec laquelle je compatissais. Et peut-être aussi parce-que je voyais les elfes comme des êtres... rassurants, puisqu'ils étaient les héros de tant de contes.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Ven 18 Sep 2015 - 19:24

Ma question surprit la jeune femme, la faisant presque sursauter, alors qu'il semblait clair que j'avais lu dans son jeu. Elle semblait gênée et je me demandais bien pourquoi, même si, de mon côté, je considérais qu'il était difficile de me surprendre... Enfin, presque. Par exemple, le fait de rencontrer une inconnue dans la demeure que je "visitais" m'avait quelque peu surprise et je n'avais pas pris garde au domestique, ce qui nous avait forcé à fuir. Elle m'expliqua que le mari était la personne qui avait assassiné ses parents. Elle les avait suivi pendant un temps, avait été prise sur le fait, avait fuit et avait finalement découvert qu'ils avaient déménagés entretemps. La jouvencelle souhaitait savoir pourquoi l'homme avait tué ses parents et voulait les tuer en retour.
Ca, au moins, c'était quelque chose de compréhensible. Si l'on avait tué mes parents, je chercherais aussi à les venger. Enfin, sauf peut-être mon père, le connaissant, il se serait mit seul dans les ennuis et saurait sans aucun doute se sortir du guepier sans aucune aide.

Elle jeta un coup d'oeil au soupirail, ce que je fis aussi, machinalement. Enfin... Il devait bien rester cinq bonnes heures avant le premier chant du coq. Ce que dit la jeune adolescente ensuite me surprit : elle souhaitait partir, ce qui pouvait être concevable, mais m'invitait à la suivre jusque chez elle. Je pesais rapidement le pour et le contre, avant d'accepter sa proposition : revenir vers Torasin après un échec n'était pas la meilleure idée et je devrais sans doute me cacher pendant un temps, en attendant qu'il se calme. Enfin, si cette mésaventure le troublait, bien entendu.
Nous sortîmes toutes deux et je remis mon masque sur mon visage, après avoir mouché la lampe. J'avais rapidement rangé l'endroit où nous nous étions cachés, à fin de dissimuler les éventuelles traces de notre passage. Enfin, avant de repartir par les rues sinueuses de la Cité, je me tournais vers la jeune fille et lui dit, d'une voix quelque peu étouffée par mon masque :

"Au fait, ne fait nulle mention de mon ascendance, je te prie. On ne sait jamais."

D'ordinaire, j'aurais ajouté "et de mon sexe", mais, pour l'instant, la ruse était éventée. En attendant, je me drapais dans ma cape pour cacher mes formes et suivis la jeune jouvencelle jusqu'à sa cachette.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Ven 18 Sep 2015 - 20:55

La jeune femme accepta de venir jusque chez moi. Elle se mit à s'affairer, vérifiant visiblement que tout était comme à notre arrivée. Il fallait sans doute que l'endroit demeure comme intact. Puis elle éteignit la flamme qui nous éclairait, et remit son masque sur son visage, dissimulant ses traits féminin, mais également la couleur de sa peau. D'ailleurs, elle me demanda:

"Au fait, ne fait nulle mention de mon ascendance, je te prie. On ne sait jamais."

J'acquiesçai de la tête. Il devait y avoir une raison pour laquelle beaucoup de monde croyaient les elfes disparus. Ceux-ci étaient sans doute très secrets. De plus, cette elfe là avait une histoire particulière, qui demandait encore plus de précautions.

Une fois dans la rue, je pris les devants, parcourant la ville avec assurance. La nuit était encore bien présente. Nous arrivâmes devant la maison en ruine, et je montrai à la Drow la fissure qui permettait de se glisser dans mon abris, avant de m'y faufiler. Je poussais un peu mes affaires, histoire de faire de la place à la femme aux cheveux blancs. J'avais un peu honte de présenter un si pauvre refuge à cette personne qui était d'origine noble. Mais bon, elle savait bien ce que c'était que de vivre dans les rues... D'ailleurs, je me demandais où elle pouvait bien loger. Est-ce que ce Torasin dont elle m'avait parlé logeait ses recrues?

-Je suis désolée, c'est un peu sommaire... Si vous avez faim, j'ai quelques morceaux de pain.

J'avais en effet récupéré du pain, comptant le donner aux orphelins. Je n'aurais sans doute rien en échange, mais cela me garantissait la continuation de notre forme de collaboration.

Je n'avais en revanche rien à boire. En parlant de boire... Il me serait visiblement impossible de me nourrir cette nuit là. Il me faudrait sans doute attendre la nuit suivante, à moins que ma compagne ne s'endorme et que je puisse sortir discrètement. Je pouvais encore tenir une journée... Mais cela était désagréable d'être privée de sang. D'ordinaire, je pouvais me flatter de boire presque toujours à ma soif. Je devais être une des rares coureuse de rues dans ce cas là.

-Au fait, je m'appelle Aëleen. Et vous, est-ce que je peux vous demander votre nom?

D'habitude, je ne me comportais pas avec autant de respect. J'avais plutôt tendance à montrer les crocs qu'à faire des amabilités. Mais là, je parlais quand même à une elfe. Et une elfe noble, en plus. Et puis, il devait lui en falloir du courage, pour ne pas abandonner son rêve de retrouver une bonne situation, alors qu'elle était passée si soudainement de l’opulence à l'exil... Pour une raison injuste, en plus. Moi, je trouvais bien normal qu'elle se soit défendue. C'était l'autre qui aurait dû être inquiété, pas elle.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Sam 19 Sep 2015 - 11:32

Nous reprîmes notre chemin. Tout comme moi, elle semblait être capable de voir dans la nuit car elle n'avait guère besoin de torche pour voir où elle allait. Bon, certes, il devait y avoir quelques lanternes et lumignons dans les beaux quartiers, offrant une assez bonne source de lumière, mais une fois que nous en étions sortis, je m'étonnais qu'elle soit capable de distinguer une rue de l'autre. Enfin... Il était probable que, étant monte-en-l'air depuis un certains temps pour pouvoir survivre, elle devait connaître les lieux comme le dos de sa main. De mon côté, j'avais encore besoin que l'on me guide jusqu'à certaines des demeures ciblées pour qu'on soit sûr que je ne me perde pas en chemin. Nous parvînmes à une demeure délabrée, où nous entrâmes par une fissure.

L'intérieur était quelque peu en désordre et la jeune fille s'excusa pour cela, tout en me proposant, pourquoi pas, un peu de pain pour me restaurer. J'étais gênée par ce genre de réaction, avant de me rappeler qu'elle semblait me prendre pour une véritable Elfe et donc, de ce point de vue, il était vraisemblablement probable que je sois pour elle une légende devenue réalité...

"Gardes le pain pour toi, j'ai de quoi manger. Et ce n'est pas la peine de ranger, crois-moi, j'en ai vu d'autre."

Chez Mère Gwynevere, par exemple. Après tout, on appelait pas ça un "bordel" pour rien. A deux reprises, j'avais retrouvé, sous mon lit ou quelque part dans ma chambre, des effets appartenant à mes clients : une boucle de ceinture et une paire de chausses.
Je m'assis sur le sol, m'enroulant en partie dans ma cape pour me tenir chaud.
La jeune jouvencelle me dit s'appeler "Aëleen", avant de me demander mon propre nom. Je retirais mon masque et le déposais sur mes genoux, avant de passer ma main sur mon front afin de chasser la sueur qui pouvait avoir perlé dessus, puis répondit :

"Je me nomme Morathi."

Peu de chances pour qu'elle se retrouve près de gars appartenant à Torasin, et dise qu'elle connaissait une Drow masquée. De toute manière, aux yeux de l'Halfelin et de ses gens, j'étais un homme masqué nommé "Le Bâtard". Il paraissait que certains avaient placé des paris sur mon identité réelle : Un noble déchu, un espion tacoman ou estanol, ou bien même, un jeune membre de la noblesse qui cherchait à se débaucher en se plongeant dans la lie telbarane.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Sam 19 Sep 2015 - 13:29

Elle refusa poliment le pain, tout en me disant qu'il n'était pas la peine que je range. Aussi, je cessais d'enfourner mes affaires dans mon sac, et m'assis tranquillement en face d'elle. J'avais à peine la place de tenir debout dans cet espace, et cela était pire pour elle. Mais, en largeur, il y avait la place pour trois personnes allongées et de maigres affaires et donc, une fois assise, nous avions quand même de quoi nous retourner.

Elle ôta son masque, et je pus de nouveau voir son visage. Il était vraiment fascinant... Tout en lui me semblait inhabituel. Je me demandais si tous les Drows avaient des yeux rouges, une peau sombre et des cheveux blancs.

"Je me nomme Morathi." dit-elle, en réponse à ma question.

Un coin de ma bouche se releva dans une ombre de sourire. Puis, afin d'être plus à l'aise, je me libérai de mes armes. Je décrochai d'abord les deux poignards accrochés à mes cuisses, des lames bien équilibrées, idéales pour le lancer, puis m'occupai du poignard plus épais qui était fixé à ma taille, et enfin du tout petit qui était caché dans ma botte droite. Celui-ci, c'était une jeune orpheline qui me l'avait donné, lorsque les enfants des rues n'avaient pas encore trop peur de moi. Maintenant, lorsqu'elle me croisait, elle pâlissait, avant de disparaître de ma vue.

Je me retournai vers Morathi en lui demandant:

-Dîtes, si vous faîtes partie d'un genre de groupe, il n'y aurait pas moyen de se renseigner pour retrouver le couple que je cherche? Enfin, je veux pas vous déranger, bien sûr.

En attendant sa réponse, je me débarrassai de ma cape et libérai mes cheveux, avant de me saisir de ma brosse et de me mettre à les coiffer avec application. J'espérais vraiment qu'elle allait éprouver le besoin de dormir avant la fin de la nuit, histoire que je puisse sortir chasser. Il était également dans mon intérêt qu'elle ne me propose pas de sortir le lendemain, dans la journée... J'aurais alors été obligée de trouver une excuse.

Alors que ma brosse défaisait doucement quelques noeuds, mes pensées se tournèrent vers ma mère. J'espérais qu'elle allait bien. Qu'elle s'était remise de la disparition de mon père, puis de mon attaque. Qu'elle s'était remise à vivre, et qu'elle ne passait pas son temps à ressasser le passé. J'avais tellement envie de retourner la voir... Mais j'avais changé. J'étais devenue une espèce de monstre. Je ne pouvais pas risquer de l'attaquer de nouveau, ou de lui faire peur. Aussi, je luttais contre cette envie et demeurais ici, à chercher les responsables pour leur faire payer ce qu'ils nous avaient fait.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Dim 20 Sep 2015 - 18:11

Aëleen me demanda, puisque je faisais partie d'un groupe, ou du moins de quelque chose qui s'en rapprochait, si je ne pouvais pas tenter de retrouver cet étrange couple. J'acquiesçais. Pourquoi pas ? Après tout, si cela pouvait permettre à Torasin d'organiser un petit cambriolage, puisqu'ils semblaient tout de même aisés. Je lui demandais les noms de ces personnes et elle me répondit qu'ils s'appelaient "Nelra et Jaitho". C'étaient des noms véritablement peu commun et, connaissant les moyens que pouvait déployer l'Halfelin, je pouvais en savoir plus très rapidement. Je baillais à m'en décrocher la mâchoire. La nuit avançait.

"Je vais m'endormir... Demain, j'irais chercher mes affaires et m'occuper de quelques détails, avant de revenir ici au soir."

Je m'allongeais le plus confortablement possible et, enroulée dans ma cape, je fermais les yeux.
Je m'éveillais plusieurs heures plus tard. Le soleil était déjà haut dans le ciel. Aëleen dormait à poings fermés. Je ramassais mes affaires et sortit de la ruine, tout en prenant des points de repères. Je revint au hangar 28. Ce dernier était assez dépeuplé : des prostituées défraîchies dormaient dans les alcoves, certaines accompagnées par leurs derniers clients, dans un concert de ronflement. Des serviteurs changeaient le sable de "l'arène" et le ratissaient, jetaient des seaux d'eau sur les murs, effaçant par-là même les traces des violents combats qui avaient eu lieu à cet endroit. Je me dirigeais vers le bureau de Torasin, en esquivant les servantes qui rangeaient les verres et nettoyaient les tables. Arrivée devant la porte, j'inspirais et je toquais. On me dit d'entrer.
A l'intérieur, Torasin repoussait une jeune femme de ses genoux, avant de remettre son pantalon en place. J'étais toujours enveloppée dans ma cape pour masquer mes formes féminines et mon masque était en place.

"Enfin, te voilà ! Apparemment, le Bâtard, t'as raté ton coup ? Ce doit être la première fois, tiens..."

"Pardonnez-moi. J'ai été dérangé par le domestique, que je pensais endormi. Mais... J'ai peut-être une bonne nouvelle pour vous."

"Dis toujours. Mais tu as intérêt à être convaincant."

"En fuyant la garde, je ne suis passé pas loin d'un couple sortant d'un bordel. Ils étaient biens plus aisés que ceux que j'étais supposé dépouiller. J'ai entendu leurs noms : la femme se nomme Nelra a les cheveux clairs et son mari, Jaitho, a les cheveux sombres. Je les ai suivi jusqu'aux quartiers les plus aisés, avant de perdre leurs traces. Je pourrais leur rendre une petite visite, histoire de me faire pardonner ? Sauf que... Je ne sais pas où ils vivent précisément."

Je vis l'Halfelin réfléchir, avant de tendre la main vers une bouteille. Il l'agita, eut un sourire et but au goulot. Il la reposa sur la table, s'essuya la bouche et rota.

"Intéressant. Je vais envoyer mes gens dans les rues. En attendant, tu iras surveiller les cargaisons du port. Reviens ce soir, tu auras ta réponse. Mais tu as intérêt à réussir ton coup, cette fois."

Je m'inclinais et sortit. Je me rendis au port, où je restais à surveiller certaines cargaisons illégales, lors de leurs chargements et de leurs déchargement. Enfin, après bien des heures à poireauter, intimider les dockers et à surveiller de bêtes caisses de bois, un gamin des rues vint à moi pour me dire que je pouvais prendre ma journée, tout en me donnant l'adresse des cibles d'Aëleen. Je le remerciais, allais prendre mes affaires et revint à la ruine, où la jeune femme venait à peine de se réveiller, tandis que le soleil se couchait.
Je retirais mon masque et soupirais, alors que je m'asseyais près d'elle.

"Ouf ! Enfin ! Je suis littéralement en sueur. J'ai l'adresse : sur la Place des Joyaux, à l'entrée de la rue des Lanterniers."

Je me tournais à fin de retirer ma cotte de maille et de changer de chemise. Celle que j'avais porté était couverte de traces métalliques et de sueur. Avec le nez froncé, je repliais l'usagée et la mis dans mon sac.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Lun 21 Sep 2015 - 13:35

L'elfe accepta gentiment ma requête, et me demanda les noms de la femme et de l'homme qui m'avaient arrachée à la vie, afin d'essayer de les retrouver. Je la remerciai avec sincérité. Il était vraiment très gentil à elle de se préoccuper ainsi de m'aider. Si elle les retrouvait, ce que je n'osais espérer, je me retrouverais avec une dette envers elle.

"Je vais m'endormir... Demain, j'irais chercher mes affaires et m'occuper de quelques détails, avant de revenir ici au soir."

Je retins un soupir de soulagement. Comme il ne faisait pas encore jour, j'allais pouvoir aller me nourrir. Elle s'allongea à mes côtés, remua un moment, puis cessa tout mouvement. Peu à peu, sa respiration s'apaisa, puis prit le rythme régulier du sommeil. Alors, seulement, je me glissai hors de mon abris.

La nuit était encore là, mais je n'avais pas énormément de temps devant moi. Je me mis à roder, les sens aux aguets, à la recherche d'une proie. Je jetais finalement mon dévolu sur une mendiante qui, allongée au sol, était enroulée dans une couverture sale afin de se protéger du froid. Celle-là, même si je m'emportais et la tuais, elle ne manquerait à personne. Je plongeai mes crocs dans sa chair, déchirant les tissus, puis laissai le sang affluer dans ma bouche avant de l'avaler goulûment. La femme se mit à se débattre, mais elle était faible, et je la tenais fermement. Je ne la lâchai que lorsqu'elle cessa de se débattre... Et encore, il me fallut me contenir pour ne pas continuer de boire jusqu'à la rendre totalement exsangue. Je me dégageai de son cou en secouant la tête. Il était mal de tuer, même si elle n'avait personne pour la pleurer. Moi non plus, je n'avais plus personne, et pourtant, je ne voulais pas que se termine ma vie... Enfin, ma non-vie. La volonté de me venger était trop forte. Si je mourais, les deux vampires s'en tireraient. Et ça, je ne pouvais pas le supporter.

J'abandonnai la mendiante, espérant qu'elle se remette de mon attaque, puis, comme il me restait un peu de temps avant le levé du soleil, fit un détour pour aller porter le pain aux orphelins. Je dus attendre devant l'entrée secrète qu'un des enfants sorte, puisque je n'avais pas le code. Agacée, je me débarrassai sans un mot du cadeau, puis rentrai dans mon repaire. Morathi dormait à poings fermés. J'espérais qu'elle n'avait pas remarqué mon absence. Si jamais elle me questionnait, je lui dirais simplement que j'étais partie donner le pain aux orphelins.

Je me roulai en boule à ses côtés. Il pleuviotait à l'extérieur et j'étais mouillée, ce qui était désagréable. Je fus tentée de me transformer en panthère, forme sous laquelle il m'aurait suffi de donner un coup de langue à ma fourrure... Mais me souvenant que Morathi était là, je n'en fis rien, car elle aurait pu avoir peur en se réveillant. Je finis par m'endormir, en me demandant si, à mon réveil, ma compagne m'apporterait de bonnes nouvelles.

Je me réveillai en fin de journée, à en juger par la luminosité plutôt faible qui régnait dans la fissure. J'étais en train de m'étirer pour chasser le sommeil lorsque Morathi se glissa à l'intérieur avant de retirer son masque avec un soupir.

"Ouf ! Enfin ! Je suis littéralement en sueur. J'ai l'adresse : sur la Place des Joyaux, à l'entrée de la rue des Lanterniers."

Sur ces mots, elle se mit à se débarrasser de ses affaires avant d'en enfiler des autres. Il était vrai qu'elle avait amené avec elle une certaine odeur, un peu acre et pas très agréable. Mais je n'y prêtai guère attention, me concentrant plutôt sur ses mots. J'ouvris des yeux ronds. Elle les avait... trouvés? Je retins difficilement une impulsion qui me poussait à lui sauter dans les bras. Comme elle était en train de se changer, ça n'aurait pas été vraiment pratique.

-Je... Je vous suis... Infiniment reconnaissante je... S'il y a quoi que ce soit...

Je peinais à trouver mes mots. Enfin. Enfin, j'allais pouvoir me glisser chez eux. Enfin, j'allais pouvoir me révéler à leur vue, armes à la main, vengeresse. Enfin, j'allais pouvoir leur faire du mal, les tuer lentement, leur faire subir ce qu'eux m'avaient fait subir. Bon, je n'allais pas pouvoir les torturer de façon classique puisque, comme j'en avais moi-même fait l'expérience, les vampires ne ressentaient pas de douleur physique. Mais peut-être pourrais les utiliser l'un, l'autre? En tuer un pour faire souffrir l'autre? Ou bien alors les enfermer quelque-part, et les priver de sang? Ou les attacher dans un endroit découvert, et les regarder, par un observatoire couvert, être tués par la lumière?

Je plongeai mes yeux dans les yeux bordeaux de la drow, et lui demandai:

-Je peux aller les tuer maintenant?

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Lun 21 Sep 2015 - 22:00

Aëleen devint, à l'écoute de mes informations, aussi excitée qu'une puce. Elle bafouilla quelques excuses à mon intention, excuses que j'acceptais volontiers. Elle plongea ses yeux dans les miens et je soutint son regard. Elle me demanda si elle pouvait partir, à fin de les tuer, dès maintenant. Je levais la main.

"Attends. Je vais venir avec toi. Je prends juste un peu de temps pour me remettre de la journée et je suis prête."

Je m'écartais des éventuelles ouvertures et sortit mes bandelettes. Avec forces efforts et grognements, je parvins à l'attacher autour de ma poitrine, me rendant pratiquement aussi plate qu'une planche de boucher. Je fis ensuite quelques exercices d'assouplissements et d'étirement, avant de finir ma gourde d'eau. Je gardais en tête que j'avais intérêt à la remplir de nouveau, sous peine de devoir la remplir d'alcool de plus ou moins bon marché. Enfin, j'enfilais une chemise propre et remis ma cotte de maille, avant de préparer ma rapière et mon arbalète. Je plaçais mon masque sur mon visage et me tournais vers Aëleen.

"Je suis prête. Allons-y."

Nous nous dirigeâmes vers la Place des Joyaux. Fort heureusement, j'avais déjà eu à visiter l'endroit une ou deux fois et je savais donc comment m'orienter. Nous parvînmes à l'intersection de la rue des Lanterniers. Nous avions donc deux choix, la demeure de droite ou celle de gauche. Etant donné que la demeure de gauche appartenait à un bijoutier, je pouvais présumer que celle de droite était notre cible. Je me tournais vers Aëleen.

"Bon, ben on entre comment à présent ?"

Je dois l'avouer, je n'avais fait aucun plan jusque-là. J'espérais juste m'en mettre plein les poches et payer mon dû à Torasin et ma précipitation, ainsi que mon avidité, l'avaient emporté sur la raison, ce qui faisait que l'on n'avait guère de plan, ni, en tout les cas, de mon côté, de moyen d'effraction autre que "briser une vitre-entrer à l'intérieur".

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Mer 23 Sep 2015 - 18:17

"Attends. Je vais venir avec toi. Je prends juste un peu de temps pour me remettre de la journée et je suis prête."

Je me stoppai dans mon élan. Elle voulait... m'accompagner? Je n'avais pas vraiment prévu cela. Si elle se rendait compte pour les vampires, et qu'elle devinait que moi aussi j'étais une de ces créatures... Mais comment le lui refuser, alors qu'elle les avait retrouvés pour moi? Je ne le pouvais tout simplement pas. Elle était déjà en train de s'affairer, enroulant une bande autour de sa poitrine afin que celle-ci ne trahisse pas son sexe. Je me saisis de mes poignards et fixai chacun d'entre eux à sa place habituel. Pour je me retournai vers Morathi, qui me signifia qu'elle était prête.

Je glissai un oeil prudent par la fente... La nuit était tombée. Je suivis donc la drow à travers les rues. Elle nous guida avec assurance pendant un certain temps, puis tomba soudain en arrêt. Comme je ne pouvais voir son visage du fait de son masque, il m'était impossible de connaître la raison de cette soudaine fixité, mais j'en eus une idée lorsqu'elle me demanda:

"Bon, ben on entre comment à présent ?"

C'était donc pour cela qu'elle restait immobile... Nous étions arrivées devant la maison, mais elle ne savait comment pénétrer à l'intérieur. Je lui adressai un sourire complice puis m'approchai de la porte vers laquelle elle était tournée et, à l'aide d'outils rudimentaires, je me mis au travail. En un rien de temps un déclic se produisit et je me retournai vers elle, lui annonçant:

-C'est ouvert.

Toutefois, j'hésitai, main sur la porte, à ouvrir celle-ci. Morathi avait beau être une drow, et avoir sans doute des capacités bien supérieures à celles des vampires, le fait de ne pas connaître leur nature risquait de lui causer une forte surprise. Je ne voulais pas mettre bêtement sa vie en danger... Si elle mourait par ma faute, je l'aurais sur la conscience. Je me lançai alors, balbutiante, tout en me tenant la porte pour l'empêcher d'entrer:

-Mo... Morathi. Il faut... Faire attention. Ce sont des gens dangereux.

Dire cela me rappela soudain ma captivité chez eux. Leur agilité, qui faisait que mes yeux d'humaine ne parvenaient pas toujours suivre leurs mouvements. Leur force, qui leur permettait de me maîtriser avec une déconcertante facilité. La façon dont ils faisaient de moi un spectacle et, quelquefois, leurs dents s'enfonçant dans ma chair pour me prélever du sang, pour que je les nourrisse, eux, mes bourreaux et les assassins de mon père. Je luttai pour ne pas frissonner. J'étais comme eux, maintenant. Et j'avais appris à me battre. Je n'étais plus cette jeune fille terrorisée que j'avais été. Je continuai mon avertissement:

-Ils sont agiles. Et forts. Et séduisants. Et... ils n'ont pas mal quand on les blesse. Il faut... leur enfoncer quelque-chose dans le coeur. Ou leur couper la tête.

Je ne parvins pas à la regarder dans les yeux en prononçant ces mots. J'avais trop peur de ce que j'allais y trouver. De l'horreur? De la peur? Avait-elle compris, par ma description, ce qu'ils étaient? Connaissait-elle l'existence des vampires? Commençait-elle à me soupçonner, moi, d'en être une aussi?

Je lui tournai le dos pour pousser la porte, et entrai dans la maison. L'oreille tendue, j'écoutai. Aucun bruit ne me parvenait pour le moment. Mais la maison était grande et, comme la nuit s'était installée depuis peu, ils devaient se trouver là. J'avançai de quelques pas, avisai une porte sur ma gauche et, plus loin sur ma droite, un escalier qui montait à l'étage. C'était bien une maison de riches, ça. Etant donné l'heure, je pariai sur l'étage, où les vampires devaient à peine s'être réveillés et être en train de se préparer pour la nuit. Je commençai à gravir les marches, en faisant attention pour ne pas faire de bruit. Alors que j'étais presque arrivée à l'étage, mon pied droit se posa un peu trop lourdement, et un grincement bruyant me fit grimacer. Je me figeai, en alerte. Une porte s'ouvrit, et un visage haï apparut, les cheveux en tous sens, à demi vêtu, comme s'il avait jeté quelques affaires sur lui à la hâte – ce qui devait être le cas. Des yeux à faire tourner la tête se fixèrent sur moi, et un sourire ensorceleur étira ses lèvres.

Dans un rictus, je dévoilai mes crocs et grondai :

-Jaitho.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Jeu 24 Sep 2015 - 11:29

Aëleen crocheta aisément la porte d'entrée, avant d'hésiter.
Ce qui m'étonna. Elle semblait avoir la volonté d'y entrer, pourtant : elle voulait tuer et se venger, mais pourtant... A cet instant, elle semblait refuser d'entrer. Elle se tourna vers mois, quelque peu balbutiante, avant de me prévenir : les propriétaires de la demeure étaient dangereux, agiles, forts, et... Séduisants ? Je ne comprenais pas ce dernier avertissement. Voulait-elle dire qu'ils pourraient tenter de me séduire pour me mettre hors d'état de nuire ? C'était fort étrange. La jeune fille m'avertit à nouveau : si je voulais les mettre à terre, les tuer, je devais viser la tête, ou le cœur. J'émis un doute. Sous mon masque, un sourcil se haussa. Les nombreux détails qu'elle venait de me donner étaient semblables à ceux que l'on donnait lorsque l'on faisait... Une description populaire des Vampires.

Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Enfin... Je savais que les Vampires existaient, là où je vivais, jusqu'à ce que la Grande Guerre éclate, ils dirigeaient une partie du monde. Mais, ce qui m'étonnais, c'était que cette enfant cherche à tuer des Vampires, seule, sans chercher l'aide de chasseurs qui en faisaient leurs métiers. Certes, il y avait le désir de vengeance, mais pour autant, même moi, je chercherais une aide plus... Conséquente, et plus spirituelle. Si l'on recensait ce qui tuait ou blessait les Vampires, il y avait la lumière, la décapitation, l'eau bénite, l'argent, une lame dans le cœur, l'ail, les objets religieux... Sauf que, à moins d'avoir affaire à des Vampires aux tendances suicidaire, il n'y avait rien de tout cela chez eux, enfin, à part l'option "décapiter ou lame dans le cœur".
Je plaçais un carreau d'arbalète dans son encoche et je mettais en place la sécurité, avant d'entrer à mon tour dans la demeure.

J'étais sous le choc : les propriétaires étaient riches au point de me faire monter les larmes aux yeux. Je l'avoue, j'enviais ce mode de vie que j'avais dû fuir et, à cet instant, j'étais prête à faire intervenir un peu de cruauté dans le processus de mort des Vampires. Alors que j'emplissais mon sac, au rez-de-chaussé, j'entendis Aëleen prononcer un mot :

"Jaitho."

Je me dirigeais vers les escaliers et vit un Humain à demi-vêtu, les cheveux en bataille. Non, pas un Humain, mais un Vampire, comme ses crocs me le laissait voir.

"Écartes-toi !"

Je levais mon arbalète après avoir déverrouillé la sécurité, et tirait. Le trait fendit les airs en vrombissant, passant à quelques centimètres du visage de mon amie, avant de se planter dans le ventre de Jaitho, qui recula d'un pas sous l'impact.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Jeu 24 Sep 2015 - 16:56

Comme le vampire m'adressait un regard amusé, je sentis la rage se déployer dans mon ventre. Il n'allait pas s'amuser longtemps... Je m'apprêtais à foncer sur lui, toutes lames dehors, lorsqu'un carreau passa en vrombissant non loin de mon oreille, avant d'aller se ficher dans le ventre de mon ennemi. Celui-ci se retrouva projeté en arrière et perdit du même coup son air amusé. J'adressai un sourire à Morathi, qui arrivait derrière moi, avant de monter les quelques marches qui me restaient.

Le vampire retira le carreau de son ventre puis se tourna vers nous en grondant. Au même moment, je vis son épouse jaillir hors de la chambre comme une furie. Elle vint me percuter sur le côté, et nous roulâmes toutes deux au sol dans un concert de grognements. Je la laissai me plaquer dos au sol, et profitai de ce laps de temps pour dégainer un poignard, que je lui plongeai dans la poitrine. Elle remarqua mon geste au dernier moment, et je ratai le coeur de peu. Elle roula de côté et se releva, accroupie dans une posture bestiale, pour me faire face. Je retroussai mes lèvres sur mes crocs et feulai, menaçante.

-Elle s'est laissé pousser des crocs, la gamine? Ironisa-t-elle d'une voix sifflante.

Elle bondit de nouveau vers moi et me saisis une main afin de m'empêcher de frapper. D'une torsion du poignet je me libérai et, tournant sur moi-même, je pliai son bras de telle sorte à ce que son élan l'envoie s'écraser au sol, tout en la gratifiant au passage d'un rapide coup de poignard entre les côtes. Je ratai encore le coeur, mais ne m'en inquiétai pas outre mesure. J'allais bien finir par l'avoir.

Pendant qu'elle se relevai, je cherchai Jaitho du regard... Et le localisai, aux prises avec Morathi. Je n'eus pas le temps de voir comment se déroulait le combat de l'elfe, car Nelra revint à la charge. Je me préparai de nouveau à parer son attaque, lorsqu'elle changea sa posture en pleine action, m'attaquant d'une façon que je n'avais pas anticipée. Je me jetai de côté in extremis, et me remis en garde un peu plus loin.

-J'ai des années d'expérience que tu n'as pas, petite, me fit-elle remarquer.

Sans l'écouter, je passai à l'attaque. Je feintai vers son coeur, puis, alors qu'elle plaçait une parade qui devait me faire dévier, je m'attaquai à son bras, enfonçant le tranchant de mon poignard le plus profondément possible dans sa chair, au niveau de l'articulation de l'épaule. Je sentis la lame se coincer contre l'os, et me reculai vivement. La vampire rompis également de quelques pas et lutta pour retirer la lame... Mais, ce faisant, elle s'abîma plus encore l'épaule. Avec un bras presque inutilisable, le combat allait franchement tourner à son désavantage.

-Des années d'expérience à te prélasser en laissant tout le travail à des serviteurs, surtout, répliquai-je. C'est pas comme ça que tu vas progresser en quoi que ce soit.

Ses yeux se fixèrent sur moi, brûlants de rage. Je fondis derechef sur elle, n'eut pas de mal à esquiver une pauvre défense, et la bousculai à mon tour contre le sol, avant d'enfoncer mes crocs dans sa gorge afin de la déchirer avec fureur. Elle se débattit avec un regain d'énergie, et parvins à placer un coup qui m'envoya rouler sur le côté.

-Tu vas payer pour ce que tu as fait à mon père, et ce que tu m'as fait à moi! Si je le pouvais, je te tuerais comme tu l'as tué... Mais, comme cela m'est impossible, te délivrer de ton coeur ou de ta tête fera l'affaire.

La vampire secoua la tête, un rictus de fureur transfigurant son joli visage. Puis, dans un élan de fureur, elle se jeta sur moi en hurlant:

-Personne ne me résiste!

Je la laissai venir au contact et chutai au sol, m'enroulant pour absorber l'impact, puis lui fauchai les jambes. Nous nous retrouvâmes entremêlées, chacune cherchant la gorge de l'autre, dans un instinct vampirique, quoique inutile. Comme elle était plus grande que moi, elle parvint à planter ses crocs dans ma chair mais, dans le même temps, j'avais dégainé mon ultime poignard, celui qui était caché dans ma botte, et me mis à transpercer sa poitrine de façon répétée. Je dus frapper le coeur au troisième coup car elle cessa de fouailler mes chairs pour se débattre en hurlant. Je continuai toutefois, prise de frénésie, jusqu'à ce que mon bras se mette à fatiguer. Je pus alors constater que la vampire était morte, les traits tendus dans un dernier rictus de douleur.

Je m'écartai d'elle en énonçant d'une voix froide:

-Vous auriez dû me tuer vraiment, et pas juste à moitié.

Je me détournai alors de son corps sans vie pour regarder où en était Morathi, une pointe d'inquiétude m'enserrant la poitrine.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Ven 25 Sep 2015 - 12:10

[Thème de la scène : chasseurs de Vampires improvisés]

L'épouse de Jaitho sortie comme une furie de la chambre et se jeta sur Aëleen. Jaitho, quand à lui, me fondit dessus. J'avais sauté en bas des escaliers et je sentis ses genoux dans mon dos. Je tombais au sol et fit un roulé-boulé, avant de me redresser, dégainant ma rapière dans le même mouvement. Il se trouvait quelques chandelles allumées dans la pièce où nous nous battions, nous offrant une lumière tamisée. Le Vampire fit un geste et les chandelles, une à une, s'éteignirent. Il cherchait donc à m'affronter dans le noir. Sous mon masque, je souris, alors que mes pupilles se dilataient. Rapidement, avec une certaine précision, je me fendis, plongeant en avant, visant la cuisse. Ma lame perça la chair et je la retirais prestement. Mon adversaire prit la fuite dans une pièce adjacente et je le suivis.

Il avait, à son tour, prit une rapière. Je saluais et me mis en position. Rapidement, je levais mon arme, alors que Jaitho se jetais sur moi, lame en avant. Je parvins à détourner le coup et détachais ma cape, que je tins fermement en main. D'un geste rapide, j'envoyais la pièce de tissu en direction du visage du Vampire, avant de porter un puissant coup d'estoc.
Ma lame érafla le flanc de mon adversaire et, emportée par mon propre élan, je m'élançais en avant, totalement sans défense. Avec un rire sinistre, le Vampire abattit son arme en direction de mon dos découvert. Je me concentrais et une chape d'ombre s'étendit, bloquant l'attaque, alors que je roulais au sol et me relevais.

"Aaaarh... Tu as plus de ressources que je n'imaginais... Mais à la fin, tu pleureras et supplieras pour que je t'achèves, comme tous les Hommes que j'ai affronté..."

Je levais mon majeur en sa direction et me fendis à nouveau. Je repassais à l'attaque et nos échanges violents reprirent. Les cliquètements de nos armes, les sons de nos pas, nos grognements et les coups de poings et de pieds que nous nous portions quand nous le pouvions, tout cela se mélait, jusqu'à devenir une mélodie mortelle et rythmique. Je pris la mesure de cette mélodie et, petit à petit, calquais mes attaques et mes mouvements dessus, dansant pour atteindre mon adversaire et l'esquiver. Enfin, je parvins à lui planter ma lame dans son poignet, le forçant à lacher son arme. Rapidement, je portais un autre coup, en direction de sa gorge. Je ne pouvais le décapiter, mais parvint à arracher un morceau de chair, forçant Jaitho à se mettre à genoux.

"Tu vois, Jaitho... Le problème, avec moi... Je retirais mon masque. C'est que je ne suis pas un Homme."

D'un coup rapide, je plantais ma lame dans son coeur et fit une torsion du poignet pour m'assurer de sa mort. Je portais ma main à mon flanc gauche, qui avait été transpercé à deux reprises, et revint vers Aëleen, un peu essoufflée :

"J'en ai fini avec le mien... Mais je crains que l'on ai un besoin urgent de soin, avant l'aube..."

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Ven 25 Sep 2015 - 13:02

La drow revenait justement vers moi. Alors qu'elle s'approchait, l'odeur familière du sang m'appris qu'elle avait été blessée. Avant que j'ai pu demander quoi que ce soit, elle m'annonça:

"J'en ai fini avec le mien... Mais je crains que l'on ai un besoin urgent de soin, avant l'aube..."

Ainsi, Jaitho était également mort. J'attendis que m'envahisse le soulagement tant attendue, la fierté de la victoire, la satisfaction du devoir accompli... Mais rien ne vint. Étrangement, tout ce que je ressentais... c'était du vide. Un vide effrayant, démesuré, infini, qui s'étendait en moi. C'était... terminé. Ils étaient tous deux morts. Mon père et moi étions vengés. Et maintenant... Je serrai les bras autour de moi en prenant conscience que... Que tout était achevé. Que ce après quoi je courais n'était plus. Que j'avançais désormais à l'aveugle, sans perspective, plongée dans un espèce de néant. J'avais beau chercher, dans mon esprit, une chose à laquelle penser, un but quelconque, une envie, une direction à prendre... Rien ne me venait. Mon esprit tournait dans le vide.

Je relevai les yeux sur Morathi, angoissée. Je ne savais pas trop ce qui m'arrivait. Je voulus parler... Ne trouvai pas les mots. Elle semblait attendre. Je me souvins de sa blessure, secouai la tête. Elle avait besoin de soin, elle l'avait dit. Il fallait lui trouver... quoi... un guérisseur? Je me souvins soudain de ce que je faisais, avec mes parents, au village. Les herbes, les baies, les racines... Cela pouvait peut-être ralentir le saignement jusqu'à ce qu'elle trouve un soigneur. Sauf que, bien sûr, j'ignorais totalement où trouver ce genre de choses en ville. A moins que...

-Attendez-moi ici deux secondes, je reviens.

Je filez dans la chambre des vampires, me mis à fouiller tous leurs meubles, ne trouvai rien. Je me rendis dans une salle adjacente, me remis à chercher. Finalement, je finis par trouver quelques feuilles et racines. Je revins vers la drow, lui conseillai de mâcher une certaine racine, et appliquai des feuilles sur les plaies de son flanc. Ce faisant, je retins ma respiration et m'efforçai de ne pas faire attention au sang qui coulait. Puis je m'écartai en lui annonçant:

-Voilà. Ça aidera à patienter jusqu'à ce qu'on trouve mieux. Vous connaissez un soigneur ou quelque-chose? Parce-que là, c'est la nuit, et je sais pas s'il y a des choses ouvertes...

J'attendis sa réponse, un peu inquiète. C'était ma faute si elle avait été blessée. J'avais oublié que les autres êtres ne cicatrisaient pas si vite que les vampires. Ma propre plaie à la gorge ne m'inquiétait absolument pas, elle guérirait bien vite. En fait, je m'étais basée sur le fait que mon amie soit une elfe et que, dans les légendes, les elfes étaient toujours un peu parfaits. Mais Morathi, contrairement à moi, était encore vivante, et j'avais risqué cette si précieuse chose pour me venger de mes propres assassins. En plus, cette vie que j'avais mise en péril était celle d'une personne gentille. J'aimais bien Morathi. Je ne voulais pas qu'il lui arrive malheur.

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Sam 26 Sep 2015 - 23:52

Je m'adossais à un mur. Mon adversaire avait su percer à jour mes défenses et m'avait porté un coup qui était passé entre les mailles de ma protection. Il fallait s'y attendre : après tout, j'étais logiquement bien moins experimentée qu'un Vampire qui avait sans doute des siècles d'expériences derrière lui. Aëleen me demanda d'attendre ici qu'elle revienne.

"Je doute que je puisse aller loin, ma grande." lui répondis-je avec un pauvre sourire.

Je retirais mon masque, ma cotte de maille et ma chemise afin de vérifier l'état de ma blessure. Ce n'était pas très beau à voir : la peau était violacée autour de l'impact, du sang coulait et quelques anneaux s'étaient incrustés dans la chair. Difficilement, je les retirais, avant de voir la jeune fille m'apporter des plantes diverses. Elle me demanda de macher une racine, ce que je fis alors qu'elle appliquais des feuilles sur mon ventre blessé. La racine était amère et je faillis renoncer à la mâchonner quand ma vue se troubla un instant. Je toussais et me remit à mâcher. Je ne voulais pas périr ainsi, c'était stupide !
Je regardais la jeune fille qui me parlait et, c'était sans doute un effet secondaire de ma blessure, mais sa gorge était couverte de sang et semblait déchiquetée. Ma conscience joua son rôle et fit passer cela pour une hallucination due à la douleur. Elle me demanda si je connaissais quelqu'un qui pouvait nous aider. Je pris son visage entre mes mains, un peu tremblante :

"La Voie des Prés. Il s'y trouve un praticien Nain que... Que j'ai rencontré une fois ou deux. Va le voir, dis-lui que j'ai été blessée, dis-lui mon nom, cela l'incitera à venir. Il se nomme Thork Freydson. S'il te demande comment j'ai été blessée, ne lui ment pas."

Ce Nain était l'un des praticiens qui, de temps à autres, se mettait au service des gens de Torasin. Accessoirement, dans ce milieu, il était le seul à connaitre mon identité et ce, pour deux raisons : d'une part il eu à prendre soin de moi après un assassinat et... Il fréquentait la demeure de Mère Gwynevere, où j'avais eu à faire une passe avec lui, ce qui avait été particulier : il faisait partie, au départ, du Clan Brandalore, avant de devenir praticien et avait apprécié la compagnie des Dames Drows, le rendant... "Nauséabond" au regard de ses congénères, pratiquement un paria. Quand nous nous retrouvâmes, après mon entrée dans la clandestinité, nous partagèrent une nouvelle fois la même couche, en partie pour payer mes soins et... Je l'avoue, pour avoir un peu de plaisir dans cette vie clandestine.
Je me trainais jusqu'à un fauteuil et m'endormais en attendant l'arrivée de Thork et le retour d'Aëleen.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Aëleen le Mar 29 Sep 2015 - 19:16

"La Voie des Prés. Il s'y trouve un praticien Nain que... Que j'ai rencontré une fois ou deux. Va le voir, dis-lui que j'ai été blessée, dis-lui mon nom, cela l'incitera à venir. Il se nomme Thork Freydson. S'il te demande comment j'ai été blessée, ne lui ment pas."

Je me concentrai pour graver les paroles de la drow dans mon esprit. Lorsqu'elle m'eut livré ces indications, je quittai la maison à la hâte et, une fois à l'extérieur, pris ma forme de panthère et me mis à fuser à travers les rues. Certes, on risquait de me voir et d'être intrigué par ce gros animal noir, mais la vie de mon amie en dépendait peut-être. J'espérais simplement que la nuit suffirait à me cacher. Grâce à mes puissantes pattes, je parvins rapidement à destination, et repris forme humaine. Là, je fus confrontée à un problème. En effet, il y avait bien quelques maisons avec des enseignes, et l'une indiquait sans doute le nom du nain ou le fait qu'un soigneur habitait ce lieu... Mais, comme je ne savais pas lire, j'étais bien incapable de les déchiffrer. Avisant un homme tenant une lettre cachetée à la main et pariant sur le fait qu'il l'avait rédigée ou qu'elle lui était destinée -et qu'il savait donc les lettres- je me précipitai sur lui en lui demandant d'une voix pressante

-Monsieur, pardon, j'ai ma mère qui est malade, elle va peut-être mourir, il me faut un soigneur, je sais qu'il y a un nain ici, vous sauriez pas quelle enseigne c'est?

L'homme se mit à regarder attentivement les pancartes, puis en pointa une du doigt, en me disant que ce devait être ce que je cherchais. Je le remerciai puis me ruai sur la porte, sur laquelle je me mis à frapper énergiquement. Personne ne me répondant, je cognai plus fort, et continuai même lorsque du sang se mit à couler de mes phalanges meurtries. Il fallait qu'on me réponde! Morathi était blessée, et se vidait peut-être de son sang pendant que j'attendais ce Thork Freydson, bêtement arrêtée par une porte. J'allais me décider à crocheter la serrure, lorsque le battant s'ouvrit, révélant une silhouette trapue et barbue, grommelant un je ne savais quoi à propos du boucan que je faisais en pleine nuit. Sans l'écouter, je me précipitai sur lui, saisis sa manche et tentai de le tirer vers l'extérieur, sous ses yeux ébahis, en le pressant de la voix:

-C'est Morathi qui m'envoie, on s'est battues contre des ennemis à moi et elle a été blessée. Elle saigne, c'est peut-être grave, faut que vous veniez!

Je tirai pratiquement le nain hors de chez lui, lui laissant simplement le temps de prendre quelques affaires, puis l'entraînai vivement à travers les rues, jusqu'à la maison des vampires. Là, j'ouvris la porte, et criai à Morathi:

-Je suis revenue!

Je me hâtai aux côtés de l'elfe, qui était allongée dans un canapé, et m'inquiétai auprès d'elle de son état. Puis je me retournai vers le nain, qui suivait plus calmement, trépignant presque. Lorsqu'il se fut approché de Morathi, je lui demandai, une pointe d'inquiétude perçant dans la voix:

-Alors, ça va aller?

•————————————•
Aëleen
avatar
Aëleen
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Morathi le Mer 30 Sep 2015 - 12:23

Le Nain s'approcha de la jeune femme étendue et souleva son bras pour observer la blessure. Il émit un petit son, semblable à un "tsk, tsk, tsk", avant de se tourner vers Aëleen. Il lui demanda d'aller chercher de l'eau chaude, voire bouillante, et des draps propres, pendant qu'il prenait soin de Morathi. Il l'allongea de façon plus confortable et posa la tête contre la poitrine bandée, avant de soupirer de soulagement en entendant les battements réguliers du coeur de la Demi-Drow. Le Nain la regarda sous tous les angles, s'assurant qu'elle n'avait aucune autre blessure, avant d'ouvrir un petit sac de cuir qu'il avait eu le temps de prendre avant d'être entraîné dans les rues par Aëleen quand cette dernière était venue le chercher. Il en sortit un pot de terre et un petit sachet d'herbes médicinale. Aëleen revint, avec l'eau et les draps.
Thork nettoya ses mains dans l'eau, la mâchoire serrée.

"Je préfère avoir les mains propres, ça réduira les risques pour elle. Tant que l'on y est, pendant que je m'occupe d'elle, peux-tu m'expliquer ce qu'il s'est passé ? Parce que, sans vouloir t'offenser, tu ne ressembles guère aux séides de Torasin..."

Pendant qu'elle parlait, il mâchonna quelques plantes médicinales, avant de les donner à la sang-mêlée en pratiquant le bouche-à-bouche. Puis, il nettoya la plaie de Morathi et appliqua dessus le cataplasme que contenait son pot de terre, avant de bander la blessure avec un drap propre. Puis, il se releva et essuya la sueur qui perlait à son front avec le dos de sa main et se tourna vers Aëleen.

"Bon, j'ai fais de mon mieux, on va l'habiller de façon plus décente et l'emmener à mon office, pour que je puisse en prendre soin plus efficacement. Refermes la porte de cette demeure à clé et prends-la avec toi, pour que vous puissiez revenir ici ensuite."

...................................................

Je m'éveillais. J'étais allongée dans un lit, aux draps doux et soyeux. La pièce où je me trouvais était assez petite et spartiate : une table, une chaise, une petite armoire et le lit dans lequel je me trouvais. Une bougie des heures était en train de se consumer lentement sur la table. D'après mes estimations, pratiquement dix-huit heures s'étaient écoulées depuis notre attaque chez les Vampires. Je me redressais et gémit alors que mon flanc gauche était douloureux. J'étais vêtue d'une chemise de nuit assez longue et, à travers, je sentis que ma blessure avait été bandée. Je me levais, doucement, et m'avançais jusqu'à la porte. Nous étions à un étage d'une demeure appartenant à quelqu'un que je connaissais : Thork.
Je descendis les escaliers pour me rendre dans la cuisine afin de trouver de quoi me sustenter. J'y trouvais mon hôte, qui buvait une chope de posset. M'apercevant, il m'en servit une chope, accompagnée de lard et de pain. Je mordis dans la viande avec acharnement et pris le temps de rompre mon long jeûne, avant de le remercier chaleureusement.

"Merci beaucoup Thork. Aëleen ? Où est-elle ?"

"Dans ma chambre. Elle dort depuis un bon bout de temps, autant que toi. On parlera de mon salaire plus tard, quand tu auras mis à sac la demeure de tes dernières victimes. Maintenant, si cela ne te dérange pas, j'ai encore à faire."

Je le remerciais et me rendit dans la chambre de Thork. En effet, Aëleen était allongée dans le lit et dormait à poing fermé. Je m'étendis auprès d'elle et achevait ma sieste.

•————————————•

La vérité derrière le masque
avatar
Morathi
Elite
Elite

Race : Demi-Drow
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rencontre d'une nuit d'été

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum