La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Mer 23 Sep 2015 - 22:58

J’essayais de me faire le plus petite possible, tout en faisant un énorme effort mental pour garder le contrôle de moi-même. La bête voulait fuir, elle voulait prendre le dessus et me faire écouter mes instincts animaux. Mais je voulais rester avec Yezmael, qui semblait lui aussi être en pleine lutte mentale, sauf que lui luttait contre l’énervement apparemment. Il prit place et commanda, me demandant ce que je voulais. Je n’avais presque rien, je comprenais l’importance de l’argent pour les hommes, mais il se trouve que je n’ai jamais cherché à vraiment en gagner.

Le tavernier adressa une pique au nécromancien à cause de notre état peu enviable, et j’eus peur que la situation ne dégénère. Il sembla réussir à se contenir, ce qui me rassura un peu, ainsi que mes instincts primaires. Je regardai le menu sommaire, et un potage était la seule chose dans mes moyens. Cela ne me dérangeait pas, alors quand Yezmael me posa la question, je lui repondis timidement, car je sentais tous les regards sur nous.

"Juste un potage…"

Un homme placé derrière moi, à l’aspect sale, le regard lubrique, et au moins la cinquantaine, posa une main… Sur ma poitrine. Il me demanda mes disponibilités ou je ne sais quoi, j’ignorais tout de ce qu’il faisait, mais c’était suffisant pour réveiller mes instincts, que je ne pus contenir. Je lui assenai un coup de coude en plein visage, avant de prendre la fuite. Les hommes des villages n’étaient vraiment que des rustres.

Je me retrouvai dehors avant de m’en rendre vraiment compte, je scrutais de gauche et de droite à l’affut du moindre autre danger. Puis je ressentis le besoin de revenir à l’état sauvage, qui m’offrait plus de sécurité. Je pris ma forme de tigre et commençai à arpenter les quelques rues en courant. Puis je me rendis compte de ce que je venais de faire, j’avais encore une fois agi par instinct. J’essayai de me calmer, de me dire que je ne courrais aucun danger, et je repris ma forme elfique. Les réactions des humains étaient la raison pour laquelle j’évitais le plus possible de les approcher. Au moins, Yezmael semblait être plus correct.

Yezmael, il allait certainement être furieux, je lui avais causé des ennuis. J’espérais qu’il ne m’en voudrait pas trop. Je marchais en sens inverse, trempée par la pluie, la tête baissée de honte.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Yezmael le Jeu 24 Sep 2015 - 10:30

Cyldarine, l'air un peu perdue, réfléchit un instant et articula qu'elle désirait un potage. Pendant qu'elle avait réfléchi à sa commande, un client s'était approché d'elle par derrière. Alors que le tavernier récapitula les commandes – un hydromel et un potage – le client posa une main avide sur la poitrine de Cyldarine et lui demanda ses disponibilités. Il n'était en fait pas très surprenant que Cyldarine fût prise pour une fille de joie. Sauf qu'elle ne l'était pas, et pour cette raison, le client méritait le poing de Yezmael en pleine face ; mais c'est le coude de Cyldarine qu'il reçut. Yezmael eut un rictus : pour une femme, elle se défendait ! Elle n'avait pas besoin pour cela de prendre le corps d'un tigre.

Cyldarine, elle, ne s'amusa pas du tout de la situation, et partit en courant de la taverne. Yezmael soupira et lâcha au tavernier :

YEZMAEL – Un instant.

Il lança un regard noir au client qui se massait la joue avec une grimace de douleur. Yezmael lui empoigna la gorge et le traita de « sombre crétin » avant de le relâcher et de quitter la taverne. Dehors, il entendit des clameurs de panique. Les gens avaient apparemment eu peur de quelque chose, mais de quoi ? Cyldarine avait-elle agressé quelqu'un en pleine rue ? Yezmael intercepta un badaud, une femme Naine en fait, et lui demanda ce qu'il se passait. La Naine lui répondit qu'un tigre avait été vu dans la rue.

Un tigre... Bon sang, Cyldarine...
Yezmael demanda par où il avait été vu, puis suivi la trace. D'autres badauds parlèrent d'une bête féroce, d'un monstre, enfin, des gens qui ne voyageaient pas et n'avaient vu jamais de tigres autrement que dans des dessins illustrant des histoires destinées à faire peur. Il faut dire qu'avant de rencontrer Cyldarine, Yezmael n'avait pas vu beaucoup de tigres...

Heureusement, personne ne put affirmer à Yezmael que le tigre avait agressé quelqu'un. Personne ne put affirmer non plus que c'est une femme qui s'était changée en ce tigre.
Alors qu'il avançait dans les rues, Yezmael vit, à contre-sens, une femme marcher lentement, la tête baissée. C'était Cyldarine, et personne ne faisait attention à elle.

Yezmael vint l'attraper délicatement par les épaules.

YEZMAEL – Ca va bien se passer, Cyldarine. Personne ne vous a vue vous transformer, au moins ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Jeu 24 Sep 2015 - 22:04

Je marchais un long moment sous la pluie qui se calmait, inquiète et honteuse, revenant sur mes pas vers la taverne. Yezmael se trouvait devant moi, mais encore sous le choc, je faillis passer à côté de lui sans le remarquer. Je sursautai un peu quand il me prit delicatement par les épaules. Je n’osais pas le regarder, certaine qu’il était furieux contre moi. Mais quand il parla, sa voix n’avais pas de colère, et j’en fus à la fois surprise et heureuse.

"Ca va bien se passer, Cyldarine. Personne ne vous a vue vous transformer, au moins ?"
"Non… Je ne crois pas… Je suis désolée, il m’a touchée, j’ai paniquée et j’ai agi d’instinct, je n’y peux rien, j’étais déjà sous tension alors c’est parti si vite… Au moins je ne lui ai pas bondi dessus…"

J’avais des larmes aux yeux, mais ça ne se voyait pas à cause de l’eau qui ruisselait sur mon visage. J’espérais en tout cas que Yezmael ne le verrait pas. Je m’étais trompée sur son compte, il était bien plus attentionné et gentil que d’autres humains. Il ne me voyait pas comme une femme de joie ou je ne sais quoi, il me voyait comme ce que j’étais, une druidesse dérangée et une femme troublée. Dans un sens, et pour une fois, je me sentais en sécurité avec lui, comme s’il voulait me protéger.

Je levai les yeux vers lui, les larmes toujours aux yeux. Je devais vraiment lever la tête pour le regarder dans les yeux, car il mesurait un bon demi-mètre de plus que moi. Je reniflais un peu d’avoir pleuré, et j’osais à peine croiser son regard quand même.

"Tu es fâché contre moi... ?"

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Yezmael le Lun 28 Sep 2015 - 11:04

CYLDARINE – Non... Je ne crois pas...

Bon, c'était déjà ça. Yezmael n'avait pas non plus l'impression que quelqu'un l'avait vue, sinon cette personne ce serait déjà exclamée.

CYLDARINE – Je suis désolée, il m'a touchée, j'ai paniquée et j'ai agi d'instinct, je n'y peux rien, j'étais déjà sous tension alors c'est parti si vite... Au moins je ne lui ai pas bondi dessus...

La pluie ne permit pas à Yezmael de voir qu'elle avait les larmes aux yeux. A défaut de le voir, il aurait pu l'entendre au son de sa voix, mais ce ne fut pas le cas non plus. Cyldarine devait beaucoup aimer sa transformation en tigre, se dit-il, autant que lui aimait retrouver sa « vraie forme », celle d'un titan d'argile. Seulement, l'Argilite savait se contrôler, il se se transformait pas à la moindre contrariété, à la moindre panique, à la moindre émotion vive. Cyldarine, elle, devait avoir un peu plus de mal à se contrôler. C'était une druidesse, Yezmael supposa qu'elle ne devait pas être habituée aux villes. Elle avait un peu trop vécu dans la Nature comme une sauvage, et voilà le résultat !

Cyldarine leva la tête pour le regarder dans les yeux.

CYLDARINE – Tu es fâché contre moi... ?

Elle le tutoyait. Au moment de leur rencontre, quand Cyldarine venait d'agresser Yezmael et que ce dernier en était encore à vouloir se battre contre elle, il l'avait tutoyée ; puis il était passé au vouvoiement quand les tensions étaient parties, histoire de lui montrer du respect. Maintenant, Cyldarine se remettait à le tutoyer, alors autant faire de même.

YEZMAEL – Si je dois être fâché contre quelqu'un, c'est contre l'abruti qui t'a touchée. Si ça n'avait pas été toi qui lui mettait un coup au visage, ça aurait été moi.

Yezmael lui tapota les épaules, puis lui mit une main dans le bas du dos en faisant volte-face, un signe de revenir à la taverne.

YEZMAEL – Essaie juste de te contrôler, il ne faut pas se transformer comme ça n'importe où et à n'importe quel moment. Imagine si je le faisais. Je n'aime pas rester sous forme humaine, mais il le faut bien.

Ceci sans parler de la pluie, bien entendu.

•————————————•
Fiche de personnage

Yezmael
Bon
Bon

Race : Argilite
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Lun 28 Sep 2015 - 18:12

Yezmael me tenait doucement. Malgré sa stature de colosse, il se montrait très doux, et semblait ne pas m’en vouloir. Son contact me rassurait et m’apaisait. Je me sentais mieux, et essayais de sécher mes larmes discrètement. Je n’aimais pas quand ces choses m’arrivaient, quand mon instinct agissait pour moi. Je le savais, que j’étais instable mentalement, qu’il fallait que j’y remédie, mais rien a faire, huit ans dans la forêt, ça vous ruine l’esprit.

"Si je dois être fâché contre quelqu'un, c'est contre l'abruti qui t'a touchée. Si ça n'avait pas été toi qui lui mettais un coup au visage, ça aurait été moi. Essaie juste de te contrôler, il ne faut pas se transformer comme ça n'importe où et à n'importe quel moment. Imagine si je le faisais. Je n'aime pas rester sous forme humaine, mais il le faut bien."

Il me fit signe de revenir à la taverne et j’acquiesçai doucement avant d’avancer. Je craignais que l’homme soit toujours là, mais il était parti, et même si les hommes présents nous jetaient de drôles de regards parfois, les remarques sur moi et le colosse s’étaient tues. Nos plats arrivèrent, malgré que le tavernier nous jette un regard noir, surtout à moi à cause de la pagaille que j’avais causée. Je commençais à manger, puis regardai Yezmael.

"Tu peux m’en dire plus sur ce qu’on cherche ici ?"

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Yezmael le Mar 29 Sep 2015 - 10:06

Cyldarine acquiesca, et l'étrange duo retourna à la taverne. L'homme que Cyldarine avait corrigé d'un coup de coude dans la mâchoire n'était plus là. Yezmael reconnut les autres clients, à l'exception d'un Halfelin qui n'était pas là avant. Il y avait toujours les deux Tigrains, dont la femelle qui était toujours la seule présence féminine dans l'établissement, et le Nain. Normalement, l'Halfelin ne devrait pas causer de trouble. Yezmael avait une image de cette race basée sur les clichés ; des clichés eux-mêmes basés sur une part de vérité. Il resta méfiant de tous les autres clients. Cependant, l'incident un peu plus tôt avait calmé les esprits. Yezmael n'entendit pas les mêmes chuchotements liés à leur présence, les clients semblaient passer à autre chose, et tant mieux.

Le tavernier servit son potage à Cyldarine, et son hydromel à Yezmael. Ce dernier commença à boire. L'alcool était de qualité banale mais satisfaisante. C'était l'une des boissons préférées de Yezmael, qui adorait le miel. Cyldarine mangea son potage en silence, lentement. Au bout d'un moment, elle décida de poser une question à Yezmael :

CYLDARINE – Tu peux m'en dire plus sur ce qu'on cherche ici ?

La réponse était simple :

YEZMAEL – Des informations. Les tavernes sont un bon endroit pour ça.

Le tavernier lança un bref regard à Yezmael alors qu'il essuyait le comptoir avec un torchon, il avait entendu ce qu'il venait de dire et devait sans doute à l'instant se demander quelle information le colosse allait lui demander. Yezmael leva les yeux vers lui, attirant de nouveau le regard du tavernier. De la main, il lui fit signe de s'approcher, et le tavernier obéit.

YEZMAEL – Il paraît qu'il y a un homme, enfin un mâle, un Tigrain, ici, qui se croit maudit par une secte.
Tavernier – Vous voulez parler de Hissane ?

Yezmael dodelina de la tête, les sourcils haussés, signifiant qu'il n'avait pas le nom dudit Tigrain.

Tavernier – Oui, cette histoire fait le tour des villages. Ca date de quelques semaines. Il s'est écorché sur un rosier et a contracté une maladie. Il a voulu faire appel à un prêtre, mais au moment où il allait se faire soigner, le prêtre a fait un malaise et est toujours aujourd'hui incapable d'exercer et le temple est inquiet pour lui. Deux jours plus tard, sa fille se fait mordre par un chien à la jambe. Puis c'est son fils, encore quelques jours plus tard, qui se prend une ruade de la part d'un cheval excité dans la rue, et personne n'a compris ce qui a pris à l'animal qui était juste la monture d'un voyageur et qui n'avait aucune raison de faire ça d'un coup. Sa fille est dans un état critique car la morsure s'est infectée, et son fils a eu une côte cassée. Dernièrement, c'est son porc qui a avalé une fleur vénéneuse qui n'avait encore jamais poussé devant chez lui. Enfin voilà, il n'arrête pas de subir des coups du sort. Il dit qu'il y a une secte dans le village et qu'ils ont jeté le mauvais œil sur lui. Mais ici, à Yomuire, tout le monde respecte Elasgol et prie pour lui. Alors, on ne voit pas. Mais Hissane reste cloîtré chez lui maintenant.

•————————————•
Fiche de personnage

Yezmael
Bon
Bon

Race : Argilite
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Mer 30 Sep 2015 - 15:42

Yezmael se retourna vers le tavernier qui essuyait le comptoir. L’homme lui jeta un regard en coin, un peu agacé peut-être ? Je ne saurais le dire. Le fait est qu’il finit par venir nous voir, même s’il ne paraissait pas très avenant. Yezmael allait lui demander des informations, car d’après lui, les tavernes étaient les bons endroits pour ça. Moi je n’avais jamais fait attention à ces choses lors de mes rares escapades en ville. Yezmael lui demanda s’il en savait plus sur le mystérieux tigrain, que le tavernier nomma Hissane.

"Oui, cette histoire fait le tour des villages. Ca date de quelques semaines. Il s'est écorché sur un rosier et a contracté une maladie. Il a voulu faire appel à un prêtre, mais au moment où il allait se faire soigner, le prêtre a fait un malaise et est toujours aujourd'hui incapable d'exercer et le temple est inquiet pour lui. Deux jours plus tard, sa fille se fait mordre par un chien à la jambe. Puis c'est son fils, encore quelques jours plus tard, qui se prend une ruade de la part d'un cheval excité dans la rue, et personne n'a compris ce qui a pris à l'animal qui était juste la monture d'un voyageur et qui n'avait aucune raison de faire ça d'un coup. Sa fille est dans un état critique car la morsure s'est infectée, et son fils a eu une côte cassée. Dernièrement, c'est son porc qui a avalé une fleur vénéneuse qui n'avait encore jamais poussé devant chez lui. Enfin voilà, il n'arrête pas de subir des coups du sort. Il dit qu'il y a une secte dans le village et qu'ils ont jeté le mauvais œil sur lui. Mais ici, à Yomuire, tout le monde respecte Elasgol et prie pour lui. Alors, on ne voit pas. Mais Hissane reste cloîtré chez lui maintenant."

Je fus heureuse d’entendre que les gens d’ici priaient Elasgol, mais aussi profondément choquée par la série de déconvenues subies par le tigrain et sa famille. En fait, je me disais bien que ce qu’il lui arrivait n’avait rien de naturel, mais je n’aurais su dire ce qui pouvait causer une telle malchance, si je puis dire. J’essayais de me rappeler de ce que je savais sur les plantes, et donc les roses surtout, alors que le tavernier continuait à exposer des détails à Yezmael, mais rien ne laissait croire qu’il existait une plante avec de tels pouvoirs. Je levai les yeux vers l’homme, un peu intimidée tout de même mais plus calme que tout à l’heure.

"Et sait-on quel rosier l’a blessé ? On pourrait le voir ?"

Je regardais Yezmael et le tavernier, cherchant l’approbation de l’un et les informations de l’autre. En tant que druidesse, je voulais savoir si une création d’Elasgol pouvait avoir ce genre de pouvoirs. Je doutais beaucoup qu’une plante à elle seule puisse être vectrice de malédictions, et je voulais châtier ceux qui corrompaient la nature pour arriver à leurs fins. Mais je devais m’efforcer d’agir avec calme et réflexion, et pas par instinct sauvage.

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Yezmael le Jeu 1 Oct 2015 - 9:53

Yezmael n'avait pas d'avis tranché sur les malédictions : y croyait-il ou n'y croyait-il pas ? Cependant, si tous les faits colportés par ce tavernier étaient véridiques, alors il y avait lieu de croire à une malédiction. Ne disait-on pas qu'il était possible de repousser l'influence d'Elasgol en détournant son symbole afin d'attirer le mauvais œil sur une personne ou un endroit ? Yezmael n'était pas plus croyant qu'un autre sur les pouvoirs réels des dieux sur le plan d'existence des mortels. Un simple symbole pouvait-il suffire à conjurer l'influence d'un dieu ? Cela paraissait invraisemblable. Il y avait tout de même de quoi attirer la curiosité de Yezmael.

CYLDARINE – Et sait-on quel rosier l'a blessé ? On pourrait le voir ?

Elle osait prendre la parole, c'est donc qu'elle se sentait moins intimidée.

Tavernier – C'est pas moi qui vais vous l'montrer ! Faudrait voir avec Hissane directement. Comme je vous l'ai dit, vous le trouverez chez lui. Demandez aux gens dans la rue, ils vous montrerons sa maison.

Si Cyldarine avait posé la question, c'est sans doute que l'envie d'aller enquêter sur cette histoire la titillait un peu, elle aussi. Il échangea un regard avec elle : si elle voulait y aller maintenant, il la suivrait.

YEZMAEL – Une dernière chose : vous pourrez dire à vos clients qui en parleront, qu'ils n'ont pas rien à craindre s'ils voient un granl dans le village. C'est un ami, il ne fera de mal à personne.
Tavernier – Un granl ?!

Le tavernier eut une mine partagée entre l'incrédulité et l'amusement.

YEZMAEL – Voilà. Je compte sur vous pour informer vos clients.

Dans un village comme Yomuire, l'information devrait s'ébruiter facilement. Les gens allaient être surpris de voir un granl dans le village, au début, cela ne faisait pas de doute. Yezmael avait cependant l'habitude, Slerg faisait cet effet les deux premiers jours, puis les gens s'y faisaient en voyant bien que le granl ne causait aucun problème. C'était plus compliqué dans les villes.

•————————————•
Fiche de personnage

Yezmael
Bon
Bon

Race : Argilite
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Dim 4 Oct 2015 - 10:24

Yezmael parla de Slerg au tavernier qui parut estomaqué, en même temps, les granl n’inspiraient confiance à personne, je ne pouvais que le comprendre. Ce qui me déçut plus en revanche, c’est que le tavernier ne fut pas en mesure de nous indiquer le rosier en question, et qu’il nous fallait donc aller voir Hissane. Cette histoire me paraissait de plus en plus étrange à mesure qu’on en apprenait. Je finis par me lever, et payai pour mon potage avant de sortir. Il fallait donc trouver ce Hissane et à vrai dire, j’étais impatiente d’en savoir plus. C’était rare pour moi de faire une chose aussi différente, aussi interessante, mais aussi dangereuse. Pourtant, j’aimais bien l’idée de chercher à lever cette malédiction.

"Pourriez-vous nous indiquer la route à suivre pour trouver la maison de Hissane ?"
"Bien sûr, en sortant sur votre droite, presque au bout de la grande rue, il y a une maison avec des volets bleus. A ce qu’il parait, c’est censé éloigner le mauvais sort, les volets bleus, mais visiblement ça ne marche pas."
"Merci pour le repas monsieur, et désolée pour le dérangement. Qu’Elasgol vous bénisse."

Le tavernier parut un peu surpris de mes remerciements, ou bien c’était parce que j’avais évoqué Elasgol, qui sait ? Une fois sortie, je me mis en quête de la maison du dit Hissane, et ne pouvais qu’espérer qu’il m’ouvrirait sa porte. Dans les rues, on nous observait toujours un peu, il faut dire qu’un géant de plus de deux mètres attirait inévitablement l’attention, mais nous progressions rapidement. Une fois devant la maison, je me retournai pour faire face à Yezmael.

"Espérons qu’il ouvre… Notre enquête risque d’être plus compliquée sinon."

Je m’approchais doucement de la porte et me saisis du battant, puis je frappais un coup, puis un autre, sans que rien n’indique qu’il y avait qui que ce soit à l’intérieur. Je regardai Yezmael avec un air un peu déçu quand une voix se fit entendre, une voix féline, depuis l’autre côté de la porte.

"Partez…"

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Yezmael le Dim 4 Oct 2015 - 16:12

Avant de quitter la taverne, Cyldarine demanda une dernière information : où se situait la maison d'Hissane. Le tavernier leur permit de la trouver, et même de la reconnaître grâce à un détail flagrant : les volets avaient récemment été repeints en bleu. Voilà qui n'était pas chose courante. Si c'était la seule maison de Yomuire à avoir des volets bleus, ce serait très facile de la trouver. Yezmael et Cyldarine quittèrent la taverne. Dehors, ils retrouvèrent la pluie. Ca tombait moins fort, mais Yezmael avait toujours de quoi se sentir irrité. Il sentait ses pieds nus s'enfoncer dans une terre boueuse quand il ne pilait pas carrément dans une grosse flaque d'eau. Heureusement qu'il pouvait rester sous cette forme humaine, même si ce n'était pas sa vraie nature, au moins cela lui évitait des déconvenues. Parfois, il se surprenait à avoir peur de s'imbiber en posant le pied dans une flaque d'eau même sous forme humaine. C'était débile, mais c'était un réflexe instinctif.

Yezmael alla retrouver Slerg sous l'arbre repéré par ce dernier en entrant dans le village. Il l'informa de ce qu'il y avait à savoir, et Slerg eut pour réaction de se moquer du sort de ce pauvre Tigrain, ne croyant pas un instant à une malédiction. Le granl précisa que les malédictions existaient bien, mais pas de ce genre. Il ne croyait pas que dessiner le symbole inversé d'Elasgol pouvait attiré le mauvais œil sur qui que ce soit. Les dieux ne sont pas repoussés par un dessin de peinture.

C'est Cyldarine qui frappa à la porte d'Hassine, une fois la fameuse maison identifiée. N'obtenant aucune réponse, elle adressa un regard déçu à Yezmael, mais c'est alors qu'une voix féline se fit entendre, étouffée par l'épaisseur relative de la porte : on leur ordonna de partir. La pluie faiblit encore en intensité, seules quelques goutelettes tombaient à présent, et une éclaircie perça le ciel. Yezmael n'osa pas risquer un faux espoir en croyant trop vite que c'était la fin de cette fichue pluie pour le restant de la journée. Slerg, lui, n'avait rien à craindre puisque son golem du moment était en pierre.

Yezmael remarqua une plante à côté de la porte : il s'agissait ni plus ni moins d'un rosier.

YEZMAEL – Vous croyez que c'est là-dessus qu'Hissane s'est piqué ?

La plante avait tout l'air d'un rosier banal. Yezmael n'était pas druide mais connaissait quand même beaucoup de plantes, et ce rosier ne lui inspira rien de particulièrement dangereux. Yezmael parla à travers la porte :

YEZMAEL – Hissane, nous sommes là pour vous aider à enquêter sur ceux que vous soupçonnez être coupables de votre malédiction !

•————————————•
Fiche de personnage

Yezmael
Bon
Bon

Race : Argilite
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Mer 7 Oct 2015 - 13:26

En allant chez Hissane, nous avions retrouvé Slerg, et comme je m’y attendais un peu de sa part, le granl se moqua du sort du pauvre tigrain. Je trouvais cela terriblement déplacé, certes il pouvait ne pas croire aux malédictions, mais les malheurs arrivés au tigrain et ses proches n’étaient pas négligeables, et pas drôles du tout. Mais je devais faire avec les moqueries du granl, son raisonnement se tenait et de toute façon je n’avais rien à rétorquer.

Devant chez Hissane, il y avait un rosier que je remarquai maintenant que Yezmael me l’avait montré. A première vue, aucune chance que cette plante ait causé quelque malédiction que ce soit, elle n’avait rien d’anormal, c’était un rosier tout à fait banal. Je regardai Yezmael pour lui faire non de la tête. De l’autre côté, Hissane parlait à travers la porte, d’une voix faible qui trahissait à la fois sa peur, sa résignation, et la fermeté de son envie que nous partions. Je ne pouvais pas m’imaginer ce qu’il pouvait bien ressentir en ce moment, tant cela devait être douloureux. Je craignais aussi que la présence du granl et d’un colosse comme Yezmael lui fasse peur

"Hissane, nous sommes là pour vous aider à enquêter sur ceux que vous soupçonnez être coupables de votre malédiction !"
"Vous ne pouvez pas m’aider ! Partez ! D’autres ont déjà essayé et des malheurs leur sont arrivés, je ne veux pas faire de mal à qui que ce soit !"
"Non Hissane ! Il dit vrai, nous sommes peut être en mesure de vous aider ! Vous avez vu des prêtres m’a-t-on dit, mais nous sommes… Plus aptes à comprendre."

Je ne voulais pas lui dire que Yezmael était nécromancien et donc pouvait s’y connaitre dans ces types de magie. Il serait devenu bien trop méfiant.

"J’aurai besoin de connaitre la plante sur laquelle vous vous êtes blessé quand tout a commencé."

Il se passa un long moment sans bruit, mais j’entendais toujours qu’il était derrière la porte. Je ne m’attendais pas à ce qu’il ouvre, et il ne le fit pas. Mais au bout d’un temps, il finit par me répondre.

"Derrière chez moi, il y a un rosier avec des fleurs rouges, c’est celui-là. Faites attention, je ne veux pas que vous subissiez ce que je subis chaque jour…"

Je le remerciai doucement, en tentant de l’apaiser un peu, avant de me tourner vers Yezmael.

"Qu’en penses-tu ? on va voir ?"

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Yezmael le Mer 7 Oct 2015 - 16:04

HISSANE – Vous ne pouvez pas m’aider ! Partez ! D’autres ont déjà essayé et des malheurs leur sont arrivés, je ne veux pas faire de mal à qui que ce soit !

Ah, voilà un élément nouveau : la malédiction ne frapperait donc pas que Hissane mais aussi les personnes qui chercheraient à l'aider ? Quoiqu'était-ce réellement un élément nouveau ? Yezmael pouvait s'en douter. Si Hissane était vraiment maudit – simple hypothèse – alors il fallait bien qu'il se passe quelque chose pour empêcher les gens de l'aider. Par exemple, dans ce qu'avait rapporté le tavernier, il y avait ceci : le prêtre à qui Hissane avait fait appel pour être guéri de sa malédiction, avait fait un malaise qui l'avait affaibli et rendu incapable de pratiquer sa magie normalement. Yezmael se demandait donc : allait-il réellement lui arriver malheur ainsi qu'à Slerg et à Cyldarine s'ils décidaient d'aider Hissane ?

CYLDARINE – Non Hissane ! Il dit vrai, nous sommes peut-être en mesure de vous aider ! Vous avez vu des prêtres m’a-t-on dit, mais nous sommes… plus aptes à comprendre.

Que voulait-elle dire par là ? Yezmael ne comprit pas trop. En tout cas, Cyldarine semblait se moquer de la possibilité d'être affectée collatéralement par la malédiction d'Hissane. Yezmael se trouvait un peu bête : lui qui ne savait pas s'il devait croire aux malédictions, voilà que Slerg et Cyldarine, à côté de lui, n'en faisaient pas cas, et il était seul à se poser des questions.

Cyldarine demanda à Hissane quelle était la plante sur laquelle il s'était blessé quand tout avait commencé. Il y eut alors un long instant sans réponse, sans bruit même. Yezmael hésita à relancer Hissane. Slerg, sur son golem, se montra patient. On pouvait trouver beaucoup de défauts à Slerg, mais la patience était parmi ses plus grandes qualités. Finalement Hissane daigna répondre, accusant un rosier à fleurs rouges à l'arrière de sa maison. Cyldarine prit une voix plus douce pour le remercier, puis se tourna vers Yezmael pour lui demander s'il voulait aller voir.
Ils étaient là pour ça, non ?

YEZMAEL – Bien sûr.

Ils contournèrent tous trois la maison d'Hissane, pour trouver en effet un rosier rouge planté parmi d'autres buissons à fleurs. Yezmael s'accroupit face au rosier et l'observa. C'était un beau rosier, les fleurs épataient d'un rouge vif, mais il ne semblait rien y avoir de magique sur ce rosier.

YEZMAEL – Si j'ai bien compris, Hissane fut maudit par des gens qu'il pense appartenir à une secte mystique, et la première conséquence fut qu'il se piquât accidentellement avec ce rosier et tombât malade. Je ne sais pas votre avis, mais ce rosier m'a l'air normal. Il est possible que la maladie contractée par Hissane ait été naturelle. Il aurait attrapé une infection quelconque en se piquant sur ce rosier. Qu'en pensez-vous ?

•————————————•
Fiche de personnage

Yezmael
Bon
Bon

Race : Argilite
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Dim 11 Oct 2015 - 3:05

Nous avons contourné la demeure de Hissane pour voir de quel rosier il parlait. Yezmael ouvrait la marche, et je le suivais de près. Parmi les buissons, et les plantes fleuries, il y avait effectivement un rosier rouge, avec de belles fleurs. Mais à bien y regarder, il ne paraissait pas plus différent que le rosier qui se trouvait devant la porte de sa maison. J’avais beau l’observer sous tous les angles, il était beau, certes, mais sans doute pas maudit ou quoi que ce soit d’autre, c’était une plante ordinaire.

"Si j'ai bien compris, Hissane fut maudit par des gens qu'il pense appartenir à une secte mystique, et la première conséquence fut qu'il se piquât accidentellement avec ce rosier et tombât malade. Je ne sais pas votre avis, mais ce rosier m'a l'air normal. Il est possible que la maladie contractée par Hissane ait été naturelle. Il aurait attrapé une infection quelconque en se piquant sur ce rosier. Qu'en pensez-vous ?"
"Vous devez avoir raison, ce rosier n’a l’air en rien porteur de malédiction, la maladie, c’est possible. Mais s’il y a une secte dans les environs, elle doit se trouver ici non ? Cachée quelque part…"

Dans un sens, cela m’inquiétait un peu, de ne pas savoir plus de choses sur cette secte mystérieuse, mais d’un autre côté, l’idée de chercher des indices avec Yezmael, de chercher la source de cette malédiction et de punir ceux qui l’avaient lancée, cela flattait mes instincts de prédatrice. Je regardais Yezmael avec une lueur d’impatience dans le regard, et de curiosité.

"On va chercher ceux qui ont fait ça alors, vous avez une idée d’où commencer à chercher ? Je ne suis pas très familière des villes…"

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Yezmael le Sam 17 Oct 2015 - 10:53

Cyldarine fut du même avis. Puisqu'elle était druide, Yezmael accorda de l'importance à cet avis : si elle non plus ne voyait rien de magique ou d'anormal chez ce rosier, c'est que c'était un rosier tout ce qu'il y a de plus banal, et comme Yezmael l'avait suggéré, Hissane avait simplement dû contracter une infection quelconque en se piquant dessus. Cela restait de la malchance. Tomber malade en se piquant sur un rosier dans son jardin... Cela n'arrivait pas à tout le monde, c'est sûr. Au fond de lui, Yezmael continuait de retourner la question : Hissane était-il vraiment maudit ?

CYLDARINE – Mais s'il y a une secte dans les environs, elle doit se trouver ici, non ? Cachée quelque part...

Probablement, oui. La secte à qui Hissane devait sa malédiction était établie à Yomuire. Les membres de cette secte portaient-ils sur eux un signe distinctif ? Et comment Hissane connaissait-il cette secte ? En avait-il lui-même fait partie à une période ? Connaissait-il personnellement les membres de cette secte ? Yezmael avait l'impression de se poser beaucoup de questions. Cette histoire l'intriguait. A côté, Slerg semblait s'être déjà fait son avis depuis le début.

CYLDARINE – On va chercher ceux qui ont fait ça alors, vous avez une idée d'où commencer à chercher ? Je ne suis pas très familière des villes...

C'est vrai... Yezmael avait tendance à négliger le fait que Cyldarine n'était pas familière des villes. Pourtant, il avait vu lui-même à quel point cette femme pouvait réveiller un côté sauvage en elle. Elle n'avait rien d'une citadine. Elle n'avait donc aucune idée de par où commencer les recherches sur cette secte. Yezmael non plus, en fait.

SLERG – Ce serait peut-être plus intelligent de poser la question directement à Hissane, non ? Il connaît cette secte, lui, puisqu'il l'accuse, alors demandez-lui de vous en parler !

Il y avait de quoi se sentir bête parfois quand on parlait avec Slerg. Tout était tellement évident pour lui !

SLERG – Et Yezmael, fais attention où tu mets les pieds en t'accroupissant près des plantes comme ça, ne va pas te piquer bêtement, je te rappelle que tu es pieds nus sous ta forme humaine !

Yezmael se releva, de toute façon, et recula d'un pas.

•————————————•
Fiche de personnage

Yezmael
Bon
Bon

Race : Argilite
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Lun 19 Oct 2015 - 15:06

Je regardais toujours le rosier, un peu intriguée qu’on dise de cette plante qu’elle était maudite. Je fus arretée dans ma réflexion par Slerg, qui, comme je m’y attendais, parla un peu comme il aurait parlé à des idiots. Ce trait de caractère chez lui m’énervait un peu, mais je ne lui en voulais pas pour ça, après tout, ce devait être dans sa nature, et je savais qu’il avait raison au fond, ça se tenait.

"Ce serait peut-être plus intelligent de poser la question directement à Hissane, non ? Il connaît cette secte, lui, puisqu'il l'accuse, alors demandez-lui de vous en parler !"
"Il faudra simplement qu’il accepte de nous parler… Il n’avait pas l’air très coopératif."
"Et Yezmael, fais attention où tu mets les pieds en t'accroupissant près des plantes comme ça, ne va pas te piquer bêtement, je te rappelle que tu es pieds nus sous ta forme humaine !"

Yezmael recula d’un pas après cette pique, à lui, Slerg parlait vraiment comme s’il était ignorant. Mais Yezmael ne semblait pas en être agacé, il devait y être habitué me disais-je. Nous sommes donc retournés devant la porte, je frappai à nouveau, pour m’assurer que Hissane était toujours à l’écoute, et il revint derrière sa porte, la voix toujours aussi fragile.

"A-Alors ? Vous avez trouvé quelque chose ?"
"Non, rien apparemment, j’en suis désolée. Nous aurions besoin que vous nous disiez ce que vous savez sur la secte que vous accusez, pour que nous puissions essayer de les retrouver."
"Non, oubliez ça, ce n’est rien, je ne veux pas qu’il vous arrive malheur aussi."
"N’ayez pas peur Hissane, tout ira bien. Nous voulons vous aider, nous connaissons les risques, si vous voulez bien nous en dire plus, il se pourrait qu’on lève cette malédiction."

Un grand silence s’ensuivit, et je craignais que Hissane ne soit parti, mais, grâce à mon ouïe fine, je savais qu’il respirait toujours derrière la porte. Puis il y eut un bruit de loquet qu’on ouvre, et la porte s’entre-ouvrit, laissant apparaitre la tête d’un tigrain fatigué et désespéré. En le voyant, je me disais que je voulais à tout prix mettre un terme à son état déplorable en l’aidant. Il nous fit signe de venir.

"Entrez…"

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Mer 28 Oct 2015 - 13:19

Hissane me regardait depuis l’entrebâillement de la porte, puis finit par ouvrir un peu plus grand pour me laisser entrer. Soudain, son visage se fit méfiant, et je constatai qu’il ne me regardait plus, mais avait le regard fixé derrière moi, vers Slerg. Visiblement, la présence du granl l’intimidait.

"Je… C’est un granl, n’est-ce pas ? Je n’ai pas confiance en eux, ils sont perfides, si vous êtes avec lui… Non je ne peux pas vous faire confiance."
"Hissane !"

Il ferma la porte rapidement, me laissant dehors avec Slerg et Yezmael. Je me tournai vers eux pour voir ce qu’ils comptaient faire. Slerg paraissait comme toujours mépriser le tigrain pour son manque de tolérance. Yezmael, lui, n’avait pas l’air d’avoir d’avis, et se contentait de suivre son ami granl en se renfrognant. Je ne savais quoi leur dire, et Slerg, excédé, partit en emmenant Yezmael avec lui. L’argilite me dit qu’il partait chercher d’autres informations ailleurs, et que puisque nous avions besoin des informations de Hissane, il faudrait que j’entre seule, que je parle avec le tigrain qui semblait avoir confiance en moi, et que je les retrouve par la suite.

"Hissane… Ils sont partis, pourriez-vous m’ouvrir je vous prie ?"

Il entrouvrit et jeta un œil dehors, puis finit par ouvrir complètement. Il semblait toujours se méfier, mais il me laissa entrer. Il me fit signe de m’installer sur un fauteuil, et apporta des thés, moi qui adorait ça, j’étais comblée, d’autant qu’il paraissait très bon.

"Merci, que pourriez-vous me dire sur la secte qui vous a agressé ?"
"Pas grand-chose, je ne les ai pas vus, pas leur visage en tout cas… Ce sont des gens d’ici, du coin en tout cas, j’en suis sûr. Mais je ne peux pas vous donner beaucoup de pistes, veuillez m’en excuser…"
"Ce n’est rien, mais vous connaitriez quelqu’un qui puisse me renseigner ?"

Il réfléchit un moment, et sembla hésiter à parler. Je remarquai cela et m’approchais un peu de lui.

"Vous pouvez me dire vous savez… Pour que je puisse vous aider."
"Il y a quelqu’un mais il est… bizarre. Ce n’est pas une personne très recommandable, un voleur, qui vit dans les rues, et qui est un peu... différent."
"Dites-moi tout."

Je bus chacune de ses paroles, essayant de tout retenir. Il me parla d’un certain Gonco, qu’il décrit comme un sanglier, ou un cochon, je ne savais pas qu’il existait de telle personne, et je me demandais s’il n’essayait pas de me rouler. Mais puisqu’il n’avait aucune raison de me mentir, je le crus sur parole. Il m’indiqua un lieu où je pourrais trouver l’homme-sanglier. Puis, après de longues discussions, je partis de chez lui.

Il me fallait retrouver Yezmael, et quoi de mieux que flairer son odeur ? Surveillant autour de moi, je pris ma seconde peau, celle d’un tigre blanc majestueux. Je reniflais les odeurs, et tentai de démêler celle de l’argilite des autres. Je devais bien sûr prendre des précautions pour ne pas être vu, et je n’empruntais que des chemins peu fréquentés, au risque de perdre l’odeur. Puis c’est une autre odeur qui vint à mes narines, celle d’une proie, une odeur enivrante… En un rien de temps, cette odeur m’avait fait redevenir une bête, et je me mis à pister cette odeur, oubliant Yezmael, la secte, Hissane…

Je m’approchais de la source de l’odeur, un sanglier apetissant, et j’avais une envie folle d’y plonger mes crocs. Mais quelque chose me ramena à la raison, et je vis alors que ce n’était pas un vulgaire sanglier. Je repris ma forme humaine, certaine qu’il ne m’avait pas vue. Cette personne correspondait à la description de Gonco…

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Gonco le Mer 28 Oct 2015 - 17:02

Le nez dans un parchemin, Gonco lisait et relisait ces quelques vers dont il ne coomprenait pas du tout le sens. Il avait trouvé ce parchemin l'avant-veille, lors d'un cambriolage infructueux. Un cambriolage très bizarre. D'extérieur, il avait pensé s'attaquer à une maison comme n'importe quelle autre ; mais à l'intérieur, il n'avait rien trouvé de normal pour une maison. Il n'y avait ni de quoi dormir, ni que quoi se faire à manger. Aucun lit, aucune cheminée, aucun chaudron, aucune denrée. Juste des meubles, assez sales pour la plupart. Et pourtant, Gonco en aurait mis sa main à couper – ironique pour un voleur – : il y avait des gens qui vivaient dans cette maison, ou du moins qui régulièrement y entraient. Son odorat ne pouvait pas le tromper à ce point-là. Il avait perçu les odeurs de plusieurs personnes, de races diverses. L'endroit était poussiéreux, comme abandonné, et il n'y avait pas de quoi vivre dedans ; et pourtant, des gens se trouvaient régulièrement à l'intérieur.

Cependant, depuis deux jours qu'il avait voulu cambrioler cette maison, Gonco n'avait vu personne y entrer ni en sortir. Il faut dire qu'il ne passait pas ses journées entières à pister la porte. Il avait d'autres choses à faire. Peut-être que les personnes qui voulaient entrer dans cette maison, ou en sortir, réussissaient à ne le faire que quand Gonco n'était pas à l'affût. Ou alors, il existait une autre entrée. C'était l'hypothèse la plus vraisemblable. De toute façon, Gonco était certain d'avoir loupé quelque chose. Il devait forcément y avoir un passage secret à l'intérieur de cette maison.

Il avait trouvé ce parchemin comme si une personne l'avait laissé tomber à l'intérieur sans faire attention. Puisqu'il était certain d'avoir loupé quelque chose, Gonco se disait que ce parchemin était peut-être la clé pour comprendre ce qu'était cette maison et pourquoi des gens s'y trouvaient régulièrement à l'intérieur alors qu'il n'y avait rien pour y vivre. Il faut dire aussi que ce qui était écrit sur ce parchemin ressemblait à une énigme :
Vers le haut se porte le regard du lièvre
Triche et Peste que sont miracles de la Divine
Progéniture jumelle sur l'œil du cousin Maguièvre
Transcendent, vie et cycle, l'animal s'incline

Qui eut égard à sa malédiction
Cousin Maguièvre accuse les jumeaux squameux
Maintenant libre de répendre les siennes
La Divine n'a plus sa vénération
En haut de ce texte était représenté un symbole totalement inconnu de Gonco. Le jeune homme-sanglier en avait presque mal à la tête à force de se pencher seul sur ce texte depuis deux jours qu'il l'avait trouvé. Encore la veille au soir, il s'était dit : « Je reprends ça demain matin, à tête reposée, j'arriverai à comprendre. », mais non, il ne comprenait pas mieux. Il y avait des références, mais comment savoir lesquelles ? Il fallait trouver un érudit. Il s'y voyait, là, maintenant, chercher un érudit, juste pour satisfaire sa curiosité. Mais ce parchemin l'intriguait.

Fauve. Odeur de fauve. Danger.
Gonco se retourna. Les oreilles dressées en alerte, il vit une femme le regarder à plusieurs mètres de distance, mais il eut beau promener son regard partout, écarquillant ses gros naseaux porcins, il ne vit ni ne sentit aucun fauve. Il aurait pu penser qu'un Tigrain était simplement passé par là, mais non, cette odeur était celle d'un vrai fauve, pas d'un Tigrain, il y avait malgré tout une différence subtile. La plupart des races ne savait pas différencier l'odeur d'un chat de celle d'un Tigrain typé chat, ni l'odeur d'un cheval de celle d'un Centaure, ni l'odeur d'un bœuf de celle d'un Minotaure. Rares étaient les races à savoir un odorat suffisamment développé pour cela : les Xolons, les Nagas et les Hommes-lézards, voilà à peu près tout. Les Centaures aussi savaient différencier l'odeur d'un congénère de celle d'un cheval, mais Gonco n'était pas sûr de la fiabilité de leur odorat sur les autres races. Gonco, lui, avait un odorat extrêmement développé, du niveau de ces trois races qu'étaient les Xolons, les Nagas et les Hommes-lézards. Il pouvait donc jurer qu'il avait bien senti l'odeur d'un vrai fauve. Il n'avait pas pu analyser l'odeur assez longtemps pour savoir de quelle espèce de fauve exactement, mais ce n'était pas un Tigrain. Et ce fauve aurait dû se trouver là où se trouvait maintenant cette femme. Mais la source de l'odeur était absente, remplacée par l'odeur de cette Humaine maintenant.

Elle était assez jeune, pas autant que lui, de longs cheveux noirs, des habits sombres assez légers et souples, idéaux pour une randonnée en forêt par exemple. Elle portait un arc dans le dos avec son carquois plein. Gonco rangea le parchemin dans ses affaires. Pas moyen d'être tranquille même dans une ruelle comme celle-ci...

•————————————•
Fiche de personnage

Gonco
Bon
Bon

Race : Homme-sanglier
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Ven 6 Nov 2015 - 21:06

C’était véritablement un sanglier, un homme-sanglier, je n’en revenais pas. Je n’avais jamais vu de telle personne, et j’avais même eu du mal à croire Hissane lorsqu’il m’en avait parlé. Mais c’était bien ça, un homme-sanglier. Je fus heureuse d’avoir réussi à repousser mes instincts primaires et mon envie de le dévorer. Si ce que je savais était vrai, ce devait être lui le fameux voleur Gonco. Je me méfiais, mais je n’avais rien sur moi, aussi il ne risquait pas de me dépouiller, et, certaine que mes formes animales suffiraient à me protéger, je m’approchais sans faire de gestes brusques.

"Excusez-moi… Vous êtes Gonco ? Je cherche cette personne, parce qu’elle aurait vent de choses sur la secte qui sévit dans ces lieux…"

Soudain, une pensée vint à mon esprit, je n’avais même pas envisagé qu’il puisse être de mêche avec eux. Je me mis à craindre qu’il ne m’agresse, ou que des personnes cachées ne me bondissent dessus. Je ressentis une puissante envie de me changer en tigre pour me défendre, mais je devais y résister, ne pas céder. Je pouvais m’en faire pour rien, il n’était peut-être pas un des membres de ce groupe obscur.

A bien y regarder, il n’avait pas l’air mauvais, mais cela aussi pouvait être un leurre. Je ne savais quoi penser, et je n’osais même plus bouger, trop occupée à lutter contre l’animal en moi. J’essayais de me rassurer par tous les moyens possibles. Qu’aurait pensé Yezmael ? Non, il n’était même pas là, j’étais seule, et vulnérable.

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Gonco le Sam 7 Nov 2015 - 10:45

La femme, pensait Gonco, était un badaud comme les autres, quelqu'un qui était surpris de trouver un être tel que Gonco et qui finirait par passer son chemin. Gonco n'avait qu'à attendre qu'elle s'en aille, pour se replonger dans ses réflexions. Malheureusement, il se trompa : la femme, au lieu de repartir, s'avança vers lui. Elle n'avait pas l'air d'avoir des intentions agressives, elle ne fit aucun geste brusque, et prit même la parole d'un ton calme :

CYLDARINE – Excusez-moi... Vous êtes Gonco ?

Elle connaissait son nom ?!

CYLDARINE – Je cherche cette personne, parce qu'elle aurait vent de choses sur la secte qui sévit dans ces lieux...

De quoi ?! Quelle secte ? Quels lieux ? Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? A moins que cela n'ait un rapport justement avec le parchemin sur lequel il se prenait les méninges depuis deux jours... Mais comment cette femme pouvait, d'une part, connaître son nom, et d'autre part, savoir sur quoi il enquêtait ? Cela n'inspirait pas confiance. Gonco n'avait que seize ans mais il était loin d'être un enfant naïf malgré son visage de jeune pourceau au sens propre.

Il tendit le museau vers elle pour la renifler plus attentivement maintenant. Il découvrit que ce n'était pas une pure Humaine. Cette nuance... C'était une Demi-Elfe, oui, c'était certain, Gonco avait déjà eu l'occasion de renifler quelques Demi-Elfes et il reconnut cette nuance.
Cela dit, que ce fût une Demi-Elfe ne disait rien sur ses intentions. A force de tourner autour de cette maison depuis deux jours, Gonco avait très bien pu se faire repérer par les gens qui y faisaient des allées et venues. Il y avait au moins une personne qui l'avait repéré, en tout cas, puisque cette femme connaissait son nom et savait qu'il enquêtait sur quelque chose. De quel côté était-elle ? Gonco n'en savait rien, il ne pouvait pas lui faire confiance. Elle pouvait très bien être elle-même membre de ladite secte, chercher à savoir ce qu'il avait découvert sur eux, et l'éliminer si elle estimait qu'il en savait trop.

GONCO – Je ne sais pas de quoi vous parlez.

Malheureusement, il mentait mal. Ne serait-ce qu'à l'inclinaison de ses oreilles, à son ton incertain, et à son ronflement nasal nerveux, il était évident qu'il essayait de cacher quelque chose.

GONCO – Et comment connaissez-vous mon nom, d'abord ? Qui vous envoie ?

•————————————•
Fiche de personnage

Gonco
Bon
Bon

Race : Homme-sanglier
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Cyldarine le Dim 15 Nov 2015 - 13:47

"Je ne sais pas de quoi vous parlez."

La réponse du sanglier-homme me paraissait bizarre, mais le fait qu’il ne me saute pas dessus, et que son ton ne semble rien cacher de dangereux, me détendit. En tout point, il ressemblait à un sanglier, ses oreilles, son groin qui émettait des grognements, les petites défenses qui sortaient de ses babines. Un bon petit sanglier…

"Et comment connaissez-vous mon nom, d'abord ? Qui vous envoie ?"

Je me rendis compte trop tard que j’avais baissé ma garde, je n’entendais déjà plus ses mots. Du moins, bien sûr que je les entendais, mais je ne les comprenais plus. En me détendant, j’avais laissé libre cours à mes instincts sauvages, et avant que puisse faire quoi que ce soit, je redevenais une bête sauvage. Mon corps humain était lui aussi fait pour la vie en nature, tel un animal, au vu des années que j’avais passées à vivre sous forme elfique dans la forêt. Je me ramassais sur moi-même, pour marcher à quatre pattes, une démarche qui seyait mieux à ma bête intérieure, tous mes sens en alerte. Je regardais le sanglier avec une irrépressible et folle envie de plonger mes dents dans sa chair et de manger son corps. Humaine, j’airai été rebutée par cette pensée, mais en tant qu’animal, toute notion de raison quittait mon esprit au profit de pulsions instinctives, et là, j’avais faim.

Je bondis, et dans le même temps je pris ma forme de tigre, plus agile et forte. J’allais chasser cette proie apetissante, j’allais le tuer, me repaître de sa chair, pour vivre, pour assouvir ma faim. Pourquoi n’aurais-je pas le droit de le tuer ? Un sanglier est un mets de choix pour un tigre, un bête sanglier, une proie soumise à la loi du plus fort, car c’est toujours le plus fort qui gagne. Oh qui oui, ce repas allait être délicieux, et mon bond l’avait fait tomber, et moi j’étais au-dessus de lui, prêt à en finir. Mais après tout, pourquoi ne pas jouer un peu avec notre proie ? Le tigre en moi voulait s’amuser un peu avant d’abréger ses souffrances, le mutiler, puis le manger, encore vif. De toute façon, il ne représentait pas une menace, un sanglier contre un tigre, j’avais le dessus.

Je sentis une pointe dans l’arrière de mon crâne, comme une intrusion mentale. Mon humanité voulait revenir, elle cherchait à me retenir, mais pourquoi l’écouter ? J’avais faim, je devais manger. Mais pourtant j’étais incapable de porter un coup. Puis mon humanité repris le dessus, et je ressentis alors une vague de honte sans pareille à l’idée que j’étais prête à le tuer. J’avais du mal à croire que j’avais moi-même formulé ces pensées meurtrières, et pourtant j’étais certaine qu’elles venaient de moi, quand ma raison perdait pied. Je restais là à regarder le sanglier entre mes grandes pattes griffues, je voulais m’excuser, mais un tigre ne parle pas la langue commune, et j’étais trop honteuse pour reprendre forme humaine. Je fuis, sans penser à retrouver Yezmael, sans penser au pauvre homme-sanglier Gonco, qui devait se demander ce qu’il lui était arrivé, sans penser à rien d’autre qu’à retourner dans les bois, où je me sentais chez moi, seule.

•————————————•
Cyldarine, animiste sauvage

Cyldarine
Bon
Bon

Race : Demi-elfe
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort ne fait-elle pas partie de la Nature

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum