Kurin [Nain / Paladin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kurin [Nain / Paladin]

Message  Athyl le Ven 28 Aoû 2015 - 14:12

Nom de votre personnage :
Kurin

Age de votre personnage :
62 ans

Race :
Nain

Classe :
Paladin

Arme :
Une masse à deux mains, taillée dans un matériau cristallin grâce à la maitrise des nains en matière de forgeage. La monture de l’arme est en mithril.

Armure :
Une armure inquisitoriale

Capacité spéciale :
---

Compétence raciale :
- Combat à mains nues

Sorts ou compétences de votre personnage :
- Magie de lumière
- [Lumière] Marteau de courroux : Projette une image lumineuse du marteau de Kurin en ligne droite. (4 fois maxi par combat)
- [Lumière] Tempête de lumière : Convoque une déferlante d’énergie lumineuse autour de Kurin qui blesse les ennemis s’y trouvant. Le rayon de la tempête est d’environ 2m. (3 fois maxi par combat, dure 2 posts)
- [Lumière] Arme inquisitrice : Charge l’arme de Kurin d’énergie lumineuse. Tant que l’effet dure, les attaques de Kurin libèrent de l’énergie lumineuse dans la cible (pour faire simple, les coups font plus mal). L’effet est particulièrement fulgurant sur les créatures craignant la lumière. (4 fois maxi par combat, dure 3 posts)
- Maitrise des marteaux de guerre
- Grande force
- Grande force ×2

Compétences secondaires de votre personnage :
- Lecture/écriture
- Lecture des textes anciens
- Maîtrise de l’équitation

Histoire de votre personnage :
Je suis né dans la majestueuse capitale des nains, une cité à nulle autre pareille dans tout l’Orcande d’après moi. Taillée dans les profondeurs des montagnes dominantes, la voûte de la caverne abritant la cité est si haute qu’on la voit à peine. Les habitations naines sont taillées à même la roche, mais n’en donnent pas l’air tant leur architecture est complexe et impressionnante.

Bref, je vivais avec ma famille, avec le clan des théologistes… pendant les premiers instants de ma vie. Malheureusement pour moi, j’étais jeune lorsque mes parents sont morts dans un accident. Mais ce n’était pas un accident, j’ai vu de mes yeux le chevalier noir invoquer cette bête immonde dans les tunnels miniers, un sondeur de Styx, qui a fait pas moins de quatre-vingt morts avant de périr sous les coups des gardes nains. Je n’ai jamais revu le chevalier noir, mais ce jour-là, quelque chose s’est brisé en moi.

J’ai été recueilli par ceux de mon clan, qui ont continué mon éducation pieuse, et notamment m’ont montré les voies de la lumière de Kaluni. Notre ordre clérical se divisait en deux entités : les prêtres chargés de répandre le culte, des offices religieux, et des prières ; et les paladins, chargés de la défense des lieux saints. Je faisais partie du second ordre, j’étais un paladin défenseur de lumière, mais pour le maître de notre ordre, Gandalor, il y avait une chose chez moi qui n’allait pas, une haine envers les forces du mal qui était parfois incontrôlable, due à mon expérience de jeunesse. Nos paladins étaient voués à la défense des innocents, disait-il, pas à la chasse aux forces du mal. Un jour, le « vieux Gandalor » comme je l’appelais, m’appela dans la chapelle de la cité. C’était un vieux paladin, et un des plus vieux nains de la ville. Sa grande barbe grisonnante touchait presque terre. Il était vraiment impressionnant dans son armure dorée.

"Kurin, brave Kurin, as-tu déjà entendu parler de l’Inquisition ?"
"Bah ! C’est les soldats d’la lumière qui chassent les créatures d’la nuit ça non ?"
"C’est cela oui, un ordre secret de l’Eglise voué à la traque des forces du mal. Je compte te recommander à eux, que tu rejoignes leurs rangs où tu pourras laisser ta soif de justice s’exprimer contre les ennemis de la lumière."

J’étais abasourdi, l’Inquisition comptait parmi les institutions les plus puissantes de tout l’Orcande, et le maître des paladins nains voulait m’y envoyer. J’acceptai sans hésiter, touché par un tel honneur, et pris sa lettre de recommandation. Il me fit un honneur encore plus grand quand il retira de son dos sa lourde masse cristalline et me la tendis.

"Elle se nomme Amène-l’aube, c’est une arme remarquable qui conviendra parfaitement à un paladin comme toi. Je suis trop vieux pour la porter à présent, elle sera bien entre tes mains. A toi d’écrire ta légende avec elle, je serai fier d’écouter les exploits de Kurin et d’Amène-l’aube."

Il avait toujours été comme un père pour moi, et je savais qu’il n’avait pas d’enfant à qui léguer ce chef-d’œuvre, mais je fus tellement gêné par ce don que je rougis, ce qui le fit rire alors qu’il posait la lourde arme dans mes mains. Il m’indiqua où je pourrai trouver les membres de cet ordre mystérieux, et je pris la route pour Telbara, siège de l’Inquisition.

L’intérieur de la cathédrale de Telbara était sans conteste l’une des plus belles choses qui m’ait été donné de voir. Un concentré de faste et de maitrise architecturale. Un homme me conduisit dans les souterrains de celle-ci, dans une gigantesque salle où se trouvaient le plus grand rassemblement de guerriers saints de races diverses qui j’ai jamais vu. Une vache ici, un grand cheval là, c’était incroyable. L’homme me conduisit à travers la salle jusqu’à une pièce annexe où un humain m’attendait. Il inspirait le respect au premier regard, le maitre de l’Inquisition. Après mon insertion formelle, on m’amena jusqu’à une forge où un nain prit mes mesures pour me forger ma propre armure d’inquisiteur que je porterais une fois que j’aurai passé le test d’entrée. Je devais tuer une créature de la nuit.

On m’indiqua un bois où, disait-on, se trouvait une vampire, une odieuse créature diabolique. Je pus la trouver la nuit après quelques recherches. Elle ne se défendit pas quand je lui assenai un coup de masse qui la fit tomber au sol. Elle se mit à genoux alors que je levais Amène-l’aube au-dessus de moi, la chargeant de lumière. Un seul coup, et elle partirait en poussière aussi surement que si elle avait vu le soleil en face. Pourtant, des larmes sur les joues, elle me souriait.

"Une dernière volonté créature du démon ?"
"Je n’ai pas choisi cette vie… Et vous allez m’en délivrer. Une fois que ce sera fini, je vous en prie, retenez juste ceci : Ce n’est pas ce qu’on est qui nous définit, ce sont nos actes…"

J’aurai aussi bien pu l’ignorer, frapper sans écouter ses paroles, mais quelque chose retint mon bras, comme si je savais qu’elle avait raison. Elle me fit ensuite signe de la tête, elle attendait que j’en finisse. Amène-l’aube s’abattit. J’avais gagné mon insertion officielle comme inquisiteur, mais j’avais reçu aussi une précieuse leçon, une ligne de conduite. Tout le monde n’étais pas mauvais, même si je connaissais la perfidie dont étaient capables les vampires, je la croyais elle. Celui qui avait tué mes parents n’avait rien d’un vampire ou d’un spectre. Il était petit, c’était l’un des miens.

On m’offrit mon armure et le titre d’inquisiteur. J’agirais désormais en son nom, et pour celui de la déesse Kaluni, en qui je croyais fiévreusement. J’étais prêt à voir du pays, traquant sans relâche les mécréants et les pêcheurs, les créatures de la nuit et les monstres. J’allais défendre les innocents en brisant impitoyablement ceux qui tentent de leur nuire
avatar
Athyl
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum