Du sang sur la route de Telbara

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Jawbol le Lun 31 Aoû 2015 - 19:16

Müss se précipita vers l'homme son compagnon, un peu affolée à l'idée qu'il soit blessé. Elle écarta les pans de vêtements partiellement mis en lambeaux par l'iodorion et examina ses blessures. De sa position, Jawbol jeta un coup d'œil. L'homme ne semblait pas gravement blessé ; au demeurant, son attention était plus portée sur le Minotaure et sur l'Arachnéen que sur ses propres blessures. Il ne grimaçait même pas sous la douleur, ce qui confirmait ce que Jawbol avait déduit de son odeur : l'homme était lui aussi un Vampire. Jawbol se souvenait de cette révélation des plus étonnantes que Müss lui avait faite la nuit où elle lui avait révélé sa nature : les Vampires ne ressentent plus aucune douleur physique. L'homme répondit qu'il allait bien.

En même temps, Elazi, qui avait suivi des yeux le déplacement de Müss jusqu'à son compagnon, se déplaça lui-même auprès de son propre compagnon qui, lui, ressentait bel et bien la douleur. La blessure la plus préoccupante était l'entaille à son bras, qu'Elazi prit entre ses mains sans attendre que son ami ne le lui demande. Il se concentra et diffusa une magie de soin sur le bras de son ami. L'entaille mit une quinzaine de secondes à se refermer, et Jawbol soupira en sentant la douleur s'évanouir.

Il lui restait son museau à soigner, mais Müss fit d'abord les présentations. L'homme s'appelait Mirko, Müss le décrivit au plus simplement comme son compagnon de voyage. La femme s'occupa des blessures de Mirko en lui faisant un bandage. Si Jawbol avait bel et bien raison – et il pouvait affirmer en être sûr à quatre-vingt-dix pour cent – alors c'était assez étonnant. Mirko, Vampire, ne devait pas avoir besoin de pansements, si ?

Jawbol fut sorti de ses réflexions par les mains d'Elazi qui entourèrent délicatement son museau. Elazi avait beau avoir parfois un caractère peu engageant, il était non seulement extrêmement charmant, doté de la grâce et de l'aura d'un Elfe, mais il savait aussi se montrer extrêmement délicat dans ses gestes. Pour cela, il tenait aussi bien des Elfes que des araignées. La minutie, la précision et la délicatesse dont l'Arachnéen faisait montre lorsqu'il tissait une toile, on les retrouvait aussi lorsque c'était son torse et ses bras humains qui étaient à l'œuvre.

Jawbol ferma presque les yeux de soulagement en sentant la douleur lancinante à son museau s'effacer à son tour. Grâce à Elazi, il n'avait désormais plus aucune blessure, mais avait encore besoin de se laver le museau car du sang maculait encore ses poils et son mufle. Il remercia Elazi et reporta son attention sur les deux Vampires. Müss lui demanda ce qu'ils faisaient tous deux ici.

JAWBOL – Nous sommes là justement pour éliminer ces iodorions. Nous venons d'un village à moins d'une heure de marche, les iodorions y font fait quatre attaques en une semaine déjà. Et vous ?
ELAZI – Et ce kul'tak ? Il vous accompagne ?

Jawbol
Bon
Bon


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Müss le Mar 1 Sep 2015 - 21:27

Elazi avait soigné le bras de Jawbol et maintenant il approchait ses mains du museau de son compagnon. Je retrouvais mon admiration intacte face à ses mouvements minutieux, m’imaginant un instant à la place du minotaure avant de songer à mon corps putréfié sous les effets inversés que les sortilèges de soins avaient sur nous autres, vampires.

« Nous sommes là justement pour éliminer ces iodorions. Nous venons d'un village à moins d'une heure de marche, les iodorions y font fait quatre attaques en une semaine déjà. Et vous ? » répondit Jawbol.
« Mirko et moi nous sommes rencontrés dans les montagnes. On voyage vers Telbara pour aller dans la bibliothèque de cette ville… »

Je me tournais vers mon ami, supposant qu’il ajouterait quelque chose, mais il était déjà sur le kul’tak. C’était étonnant de sa part, habituellement il se retenait mieux que moi. Il est vrai que l’entêtante odeur du sang me mettait également en émoi, mais je n’avais aucune envie de m’abreuver du sang d’un animal blessé devant ces deux là alors que je venais à peine de les retrouver.

Un peu mal à l’aise face à la réaction de Mirko, j’essayais d’attirer leur attention sur moi plutôt que sur mon congénère qui devait avoir les crocs plantés dans une innocente bête, du sang dégoulinant le long de sa gorge, mais Elazi semblait insensible à mes tentatives et fixait mon ami.

« Et ce kul'tak ? Il vous accompagne ? »
« Non, il se faisait attaquer par les iodrons quand nous sommes arrivés ici… »

Je jetais un coup d’œil à Mirko. Il n’était pas en train de boire, il avait posé ses mains sur le kul’tak. J’ignorais totalement à quoi il jouait…

Il avait l’air d’être… loin. Comme s’il n’aimait guère mes fréquentations. J’avais fini par bien le connaître et pensais pouvoir le comprendre plus facilement qu’au début, mais là, je n’arrivais pas à deviner ses pensées et je ne savais pas ce que j’étais sensée faire ou dire. Il fini par se rapprocher de nous.

« Qu’est-ce que tu as fais au kul’tak ? », lui demandais-je timidement.

Müss
Elite
Elite


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Mirko le Mer 2 Sep 2015 - 16:57

Alors que je me rapprochais, je sentis le regard de Müss posé sur moi, et cela me fit chaud au cœur de voir qu’elle s’intéressait toujours à moi. C’était comme si mes craintes venaient de s’envoler de ce simple regard. Mais je ne parvenais pas à déchiffrer son expression, ni son attitude. En fait, je ne comprenais pas si elle était heureuse ou gênée de revoir ces personnes dont elle m’avait tant parlé.

"Qu’est-ce que tu as fait au kul’tak ?"
"J’ai apposé de la glace sur ses blessures, simplement pour qu’il ne souffre plus. Je ne me suis pas nourri si c’est ce que tu sous-entends."

Je ne lui en voulais pas de m’avoir posé la question, je ne lui en voulais jamais pour rien de toute façon. Ses deux amis avaient aussi le regard rivé sur moi, ce qui me mit mal à l’aise. Je ne savais pas encore comment les considérer, amis ou ennemis. Ils avaient abandonné Müss à son sort et étaient partis, mais comment leur en vouloir pour ça ? Il n’était pas rare, et même carrément systématique, qu’une personne abandonne un vampire, même s’ils sont soi-disant amis. Notre race a une bien trop sombre réputation. J’étais gêné en leur présence, mais avoir Müss à côté de moi me réconfortait.

"Elle a dû vous parler de sa recherche de vampires non ? Maintenant elle en a trouvé un… C’est un grand hasard que de retomber sur vous. On voyage ensemble depuis lontemps. Vous comptez faire quoi maintenant que votre mission est terminée ?"

J’espérais qu’ils ne tourneraient pas talons, pour fuir Müss une seconde fois, ou alors j’espérais qu’elle ne souffre pas de nouveau d’une telle séparation. J’avais envie qu’ils nous accompagnent, mais en même temps j’espérais ne pas me sentir exclu de leur cercle, je craignais que Müss me relègue au second plan et que je me retrouve seul à nouveau. Sans vraiment m’en rendre compte, je pris une main libre de Müss, qui était le long de son corps, dans la mienne avec douceur. Je regardais aussi l’arachnéen qui semblait étrangement troublé pour une raison que j’ignorais. Le puissant minotaure semblait plus réservé, et Müss aussi me semblait un peu plus gênée. La situation était pour le moins curieuse.

•————————————•
Mirko, brisé par le destin
avatar
Mirko
Expert
Expert

Race : Vampire
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Jawbol le Dim 6 Sep 2015 - 18:19

Müss répondit que Mirko et elle s'étaient rencontrés dans les montagnes et qu'ils voyageaient vers Telbara pour aller dans la bibliothèque. Elle ne précisa pas pourquoi ils voulaient aller dans la bibliothèque de Telbara, mais étant donné qu'ils étaient deux Vampires et que Müss s'était donnée pour quête d'en apprendre plus sur les siens, Jawbol se fit vite une petite idée et ne posa même pas la question, pas tout de suite en tout cas. Quant au kul'tak, il avait été attaqué par les iodorions lui aussi, d'où ses blessures. Mirko s'était d'ailleurs porté auprès de l'animal pour... l'examiner ? boire son sang ? En fait, Müss lui posa directement la question.

MIRKO – J'ai apposé de la glace sur ses blessures, simplement pour qu'il ne souffre plus. Je ne me suis pas nourri si c'est ce que tu sous-entends.

Müss, Jawbol et Elazi avaient tous les trois les yeux posés sur Mirko, qui put s'en rendre compte lorsqu'il se retourna face à eux.

MIRKO – Elle a dû vous parler de sa recherche de Vampires non ?

Jawbol hocha la tête. Elazi coula juste un regard vers Müss.

MIRKO – Maintenant elle en a trouvé un... C'est un grand hasard que de retomber sur vous.

En effet, le plus grand des hasards. La question était : Jawbol et Elazi étaient-ils prêts maintenant à suivre le rythme de vie d'un Vampire, ou allaient-ils encore faire défaut à Müss ? Ils l'avaient laissée seule la première fois, et maintenant, elle n'était même plus seule : elle avait trouvé ce qu'elle cherchait, un Vampire comme elle, alors Jawbol et Elazi avaient d'autant moins de raison de se forcer à suivre un rythme de vie nocturne. Mirko leur demanda justement ce qu'ils comptaient faire maintenant.

JAWBOL – Eh bien, retourner au village pour l'informer que nous avons éliminé les trois iodorions. Et ensuite... je ne sais pas encore.

Elazi s'avança vers le kul'tak. Les plaies étaient givrées mais l'animal souffrait toujours, et de toute façon, le givre ne tiendrait pas longtemps. Elazi se pencha et posa ses mains sur les deux plaies principales. Il ferma les yeux et diffusa sa magie de soin. Pendant ce temps, Jawbol, sans trop faire attention à ce que faisait son ami, déclara :

JAWBOL – Il est difficile pour nous de rester éveillés la nuit pour dormir le jour, mais nous pouvons sans doute vous accompagner jusqu'à Telbara au moins.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Jawbol
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Müss le Lun 7 Sep 2015 - 0:35

Mirko répondit qu’il avait posé de la glace sur l’animal blessé. Son geste m’étonnait. Rares étaient les personnes faisant attention à la vie des animaux. Nous avions tendance à les utiliser pour le travail ou pour nous nourrir et à les soigner uniquement si cela représentait un intérêt. Mais à ce niveau, Mirko était différent.

Il se présenta ensuite, expliquant être la personne que j’avais cherchée, dévoilant sans détour sa véritable nature. Il les interrogea sur leurs projets pour la suite. Jawbol répondit qu’ils commenceraient par rentrer pour informer les villageois de la mort des iodorions. Elazi quand à lui s’éloignait déjà. Je l’observais du coin de l’œil en suivant la conversation, me demandant s’il voulait s’en aller au plus vite.

« Il est difficile pour nous de rester éveillés la nuit pour dormir le jour », commençait Jawbol. Quand je me rendis compte que j’étais en train de grincer des dents, je desserrais immédiatement la mâchoire en prenant un air dégagé. Il ne faisait qu’énoncer un fait, qu’y pouvait-on ? « Mais nous pouvons sans doute vous accompagner jusqu'à Telbara au moins », conclut-il, et je ne pu m’empêcher de sourire.

Il m’avait fallu du temps pour accepter l’idée que je ne les reverrais plus jamais. Mais à présent, je ne pouvais nier le fait qu’ils m’avaient manqués. Jawbol avait été le premier à m’accepter telle que j’étais. Et même si nos modes de vie étaient incompatibles, il s’était toujours montré bon avec moi. J’avais envie de parler un peu avec eux, aussi l’idée de marcher en leur compagnie jusqu’au village ma plaisait.

Je me tournais vers Mirko et lui proposais d’accepter leur proposition : « Ça me semble une bonne idée, qu’en penses-tu ? »

C’est là qu’il glissa sa main dans la mienne. Ses gestes étaient doux. Je levais les yeux vers lui pour chercher à deviner ses pensées, la signification de ses gestes et tout le reste. Le gris de ses yeux était un brouillard opaque où brillait un éclat de peur. Je n’arrivais pas à le déchiffrer et j’avais envie d’être seule avec lui pour l’interroger.

Il se mit à fixer quelque chose de l’autre côté. Je suivi son regard et découvris Elazi qui était penché sur le kul’tak. À ses mouvements lents et son air concentré, je devinais qu’il s’était mis à soigner l’animal.

Je me levais pour m’approcher. L’animal n’avait pas l’air affolé, comme s’il avait compris qu’Elazi n’était pas son ennemi. Il restait couché sur le côté et je n’osais pas faire un pas de plus de peur de l’effrayer. J’attendais que la magie opère en observant l’arachnéen et l’animal.

Elazi était… beau. C’est le seul mot qui convenait pour le décrire. Il avait les yeux fermés et les sourcils légèrement froncés sous la concentration. Ses cheveux, tels les fils de soie qu’il tissait, tombaient en cascade le long de ses épaules. Ses mains aux longs doigts d’elfe étaient posés sur des plaies et j’avais l’impression de voir une lueur se diffuser dans la chaire du kul’tak. Le bord des blessures se resserrait progressivement pour ne laisser qu’une fine cicatrice. Un filtre d’humidité enveloppait la peau du kul'tak qu’on devinait très fine. Il ressemblait à un cheval, avec la queue d’un animal marin et des pattes ressemblant à celles d'un fauve. Il gardait les yeux fermés, peut-être à cause de la douleur.

Je me tournais vers Mirko. « Il a eu de la chance que tu sois là… Qu’est ce qu’on va faire maintenant ? » Personnellement, je l’aurais simplement abandonné à son sort, mais mon ami avait tenté de le soigner. On ne pensait pas de la même façon, et sa gentillesse le pousserait sûrement à agir d’une façon particulière. Une façon qui lui était propre, et qui m’amenais à voir les choses sous un autre angle. Avec lui le monde était plus… doux. Un sourire en coin, j'essayais de deviner sa réponse.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Mirko le Lun 7 Sep 2015 - 17:56

Ils disaient qu’ils pourraient nous accompagner au moins jusque Telbara, c’était déjà ça. Mais le plus important serait la manière dont nous nous séparerions, surtout pour Müss, j’avais peur qu’elle souffre à nouveau. Mais au moins, cette fois, les choses étaient plus claires, et moi je serai avec elle dans tous les cas. Elle me regarda de ses yeux roses, ses yeux qui trahissaient sa joie devant la proposition. Elle me demanda mon avis, je ne pouvais tout bonnement pas refuser. Et puis, au moins pour un temps, nous serions moins seuls elle et moi.

"Bien sûr, c’est une bonne occasion de voyager avec eux."

Un mouvement de l’arachnéen attira mon attention, il s’était glissé derrière nous, jusqu’au kul’tak encore blessé. Je craignis qu’il ne veuille s’en prendre à lui, il apposa ses mains sur lui et je me tendis, prêt à réagir. Puis je me rendis compte de mon erreur, il était en train de le soigner, à l’aide de je ne sais quelle magie.

Comme Müss se levait, je fis de même pour aller jusque près du kul’tak, observer de plus près Elazi au travail. Les plaies de l’animal se refermaient pour ne laisser que de minces cicatrices, et j’en fus soulager. Je tenais toujours la main de Müss, et un regard vers elle m’indiqua qu’elle regardait Elazi, il y avait quelque chose dans son regard, quelque chose qui pinça mon cœur. Puis elle se tourna vers moi, un sourire aux lèvres, ce qui fit disparaitre ma mauvaise impression.

"Il a eu de la chance que tu sois là… Qu’est ce qu’on va faire maintenant ?"

Je ne savais pas vraiment, à présent qu’il était guéri, nous n’avions plus aucune raison de la garder avec nous. Une vie avec deux vampires, ce n’est pas vraiment une vie, même pour un animal. Pourtant je me sentais mal de devoir le laisser derrière, sauf qu’il aurait été hypocrite de ma part de l’arracher à sa liberté pour vivre avec nous, de nuit.

"Il va mieux… Je pense qu’il voudra rejoindre les siens, ou quelque chose comme ça, je ne sais pas ce qu’il veut, mais il décidera de sa route maintenant."

Je regardais le ciel, qui s’éclaircissait déjà. Nous avions deux heures, peut-être trois, avant la réapparition du soleil mortel. Il nous fallait trouver un abri sous peu, aussi je commençais à ramasser mes affaires, et notamment ma précieuse épée. Le kul’tak était hors de danger, le village aussi.

"On devrait y aller, le soleil ne tardera pas."

A peine avais-je dit ça, et avait tenté de partir, que quelque chose me poussa dans le dos, me prenant par surprise, et me fit tomber. En me retournant, je vis le kul’tak debout, il venait de me pousser. Je me relevais, dans le but de me remettre en route, et lui ne me lâchait pas d’une semelle. Il marchait agilement sur ses pattes plus proches du félin que du cheval, et me suivait où que je bouge. J’ai essayé de lui faire comprendre qu’il valait mieux qu’il parte, de le pousser un peu, ce qui me valut un nouveau coup de tête, pas méchant, seulement une sorte de geste de mécontentement.

"Tu veux nous suivre ? Bon je vais devoir te trouver un nom alors, ça sera plus simple…"

Je réflechis un moment, alors que tout le monde semblait me regarder. Je me demandais ce qu’ils pensaient de ça, peut-être Müss désapprouvait-elle le fait qu’il nous suive ? Je la regardais elle en particulier, comme pour chercher son approbation.

"Nahak ! Je trouve ça pas mal. Ça ne vous dérange pas si il nous accompagne n’est-ce pas ?"

Le kul’tak, Nahak, me mit un autre coup de tête affectueux. Je frappais énergiquement son flanc, à la manière qu’on ferait avec un cheval pour le flatter, en regardant les autres, cherchant leur accord.

•————————————•
Mirko, brisé par le destin
avatar
Mirko
Expert
Expert

Race : Vampire
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Jawbol le Mar 8 Sep 2015 - 9:57

La proposition de Jawbol parut enjouer Müss. Inconsciemment, Jawbol avait en fait voulu tester la réaction de Müss, tout simplement pour savoir si elle leur en voulait, à Elazi et lui, de l'avoir délaissée la première fois. Jawbol s'était torturé l'esprit à y repenser plusieurs fois. N'étaient-ils pas partis trop brusquement ? N'avaient-ils pas causé trop de peine à la Vampire, qui manquait justement de compagnie ? Jawbol était heureux pour elle de la voir avec Mirko, et soulagé de la voir enjouée à l'idée de faire route avec eux. Il pourrait dormir sur ses deux oreilles.

Mirko prit une main de Müss dans la sienne et approuva la proposition. Alors c'était dit : Jawbol et Elazi feraient un bout de voyage avec Müss, et avec son nouveau compagnon, Mirko, un autre Vampire. En l'espace de quelques semaines, Jawbol rencontrait deux Vampires alors que jusque là il n'avait jamais soupçonné leur existence réelle. Voyager, se laisser guider par le vent, partir à l'aventure, et voilà ce que cela apportait. Des rencontres, des découvertes, des surprises, des émotions. Jawbol aimait cette vie et c'est pour cela qu'il avait rejoint la Guilde des Guerriers de Telbara. Il repensa soudain à Slimag. Il espérait tellement que ce dernier fût heureux avec Stepiled. Et si un jour il recroisait leur chemin, comme cette nuit avec Müss ? Mieux valait ne pas espérer cela. Et puis, Jawbol ne supporterait pas le moment des au revoir. De toute façon, Elazi était aussi de très bonne compagnie. Jawbol repensa à leur duel à Sujerine, et à plein d'autres choses. Jawbol et Elazi s'appréciaient déjà comme s'ils étaient des amis d'enfance. Le Minotaure, fier combattant, avait beaucoup d'estime pour l'Arachnéen qui avait réussi à le battre en duel à la loyale. Mais leur amitié ne tenait pas qu'à cela. Elazi avait de la conversation, et plusieurs qualités que l'on ne trouvait chez lui que si l'on grattait un peu : il était compréhensif, ouvert d'esprit, doux, attentionné, doué d'empathie. Il cachait toutes ces qualités derrière un mur de rancœur envers les gens en général à cause de leur façon de considérer les Arachnéens. Elazi donnait volontairement l'image d'être un monstre, alors qu'au fond, il était quelqu'un de profondément bon, et il avait lui-même beaucoup d'estime et de respect pour Jawbol, car c'est ainsi qu'a commencé leur rencontre : Jawbol avait rencontré Elazi alors qu'il cherchait un enfant Halfelin ayant échappé à ses parents, et il n'avait jamais parlé à l'Arachnéen comme à un monstre, il l'avait traité avec dignité et lui avait parlé d'égal à égal. Cela avait été la base de leur rencontre et la base de leur relation. Elazi se sentait revivre pleinement aux côtés de Jawbol.

Mirko tourna la tête vers Elazi pour voir ce qu'il faisait, attirant avec lui l'attention de Müss et de Jawbol. Tous se rapprochèrent de lui pour découvrir qu'il finissait de refermer les plaies du kul'tak avec son don magique. Elazi et Müss échangèrent un regard dont la profondeur et les messages échappèrent à Jawbol. Müss sourit ensuite à Mirko, qui incita le groupe à aller se chercher un abri et à laisser le kul'tak revivre sa vie.

Seulement, à peine Mirko eut-il le dos tourné, que le kul'tak lui donné un petit coup de tête pour attirer son attention. Le bel animal se montra têtu, suivant Mirko sur ses talons et rouspétant quand Mirko lui dit de s'en aller. Mirko se rendit à l'évidence : le kul'tak voulait le suivre. Jawbol fut surpris. Quitte à s'attacher à quelqu'un, le kul'tak aurait pu choisir Elazi, puisque c'est lui qui l'avait soigné ; mais pour une autre raison, moins évidente, il montrait son affection – ou du moins son attachement – à Mirko. Jawbol pensa que peut-être Mirko avait été le premier à intervenir pour sauver le kul'tak de l'attaque des iodorions, et le kul'tak devait lui être reconnaissant. Difficile de savoir ce qui pouvait se passer dans la tête de cet animal sans faire trop anthropomorphisme.

Mirko lui donna le nom de Nahak, et demanda au groupe si cela ne dérangeait personne qu'il les accompagne. Nahak donna un coup de tête affectueux au Vampire et se fit énergiquement flatter le flanc.

JAWBOL – Moi, ça ne me dérange pas du tout. J'aime bien les kul'taks.

Elazi ne dit rien mais cela signifiait qu'il était d'accord.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Jawbol
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Müss le Mar 8 Sep 2015 - 19:06

Après avoir accepté la proposition de Jawbol, Mirko me répondit qu’il laisserait le kul’tak aller où bon lui semblerait. Or il s’avéra que c’était avec le vampire qu’il lui semblait bon d'être ! Il le suivait partout et je ne pouvais m’empêcher de rire en le voyant tomber sous les coups de tête de l’animal qui ne le lâchait pas d’une semelle.

« Ça ne vous dérange pas si il nous accompagne n’est-ce pas ? »

Jawbol donnait déjà son accord, quand à moi, je me contentais de hausser les épaules. Mirko était libre de faire ce qu’il voulait, et puis l'idée que le kul'tak nous suive me plaisait. Nahak, puisque c’est comme ça qu’il l’avait nommé était un animal étrange et attachant. En tout cas à première vue. Quand je m’approchai de lui, il leva la tête, sur le qui vive. Je levais la main avec l’intention de la poser sur son museau mais il secoua la tête en reculant d’un pas.

Bon, apparemment, c’était Mirko qu’il avait choisi.

Nahak finirait bien par m’apprécier, on avait tout le temps pour mieux se connaître. En attendant, nous devions nous hâter de trouver un abri pour la journée. Nous nous mîmes donc en route vers le village. Nous marchâmes plus d’une heure. Le ciel commençait à s’éclaircir et nous avancions à grande enjambées pour arriver rapidement. Une fois sur place, un groupe composé d’humains et de tigrains nous accueilli. Ils s’attendaient à voir arriver un arachnéen et un minotaure, aussi furent-il surpris de voir que le nombre d’invités avait doublé dans la nuit. Cependant quand nous leur annonçâmes la bonne nouvelle, ils nous accueillir bras ouverts.

Les villageois tenaient à nous féliciter mais je prétextais une grosse fatigue suite à la bataille qui venait de se produire. On nous proposa une chambre où s’entassaient plusieurs couvertures. Ce n’était pas bien grand, mais c’était abrité du soleil. J’y entrais en regardant autour de moi. Des murs en boue séchée, un toit avec un peu de bois et beaucoup de paille et au sol, de la terre. Une maison tout ce qu’il y avait de plus normal.

J’étendais une couverture au sol pour m’y poser à plat ventre, coudes pliés, tête entre mes mains en attendant mes compagnons. Ou tout du moins Mirko, puisque Jawbol et Elazi n'étaient pas obligés de rester enfermés pour la nuit.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Mirko le Mar 8 Sep 2015 - 20:09

Nous nous mîmes en route, Müss, Jawbol, Elazi, Nahak et moi. Müss avait ri en voyant le kul’tak me suivre partout, mais je n’avais pas eu son approbation, ce qui me gênais un peu. Qui plus est, Nahak ne s’était pas laissé toucher par Müss. J’espérais qu’il n’y aurait pas de problème entre elle et lui, car je comptais bien rester à ses côtés aussi longtemps que possible. Jawbol n’y voyait aucun inconvénient. C’est donc avec ce nouveau compagnon que nous avons pris la route.

Le village se trouvait non loin, et nous avons pu l’atteindre rapidement. Le voyage n’avait pas été très animé, ce qui m’étonna. Je pensais que Jawbol, Elazi et Müss auraient des choses à se dire, que le minotaure voudrait me parler, mais en fait tout se fit dans le silence. Je craignais notre arrivée au village, surtout de la réaction des habitants s’ils découvraient notre nature à Müss et à moi. En arrivant, et malgré l’heure, un groupe de gens, lanternes au poing, vinrent nous accueillir.

J’avais peur, peur d’être chassé. Müss ressentait-elle la même chose ? Mais mes craintes semblèrent infondées, ils accueillirent à bras ouverts le minotaure, et ne posèrent aucune question sur moi ou Müss. Ils nous indiquèrent un lieu où nous reposer au besoin, ils étaient très reconnaissants. Müss, prétextant une grosse fatigue, s’y rendit immédiatement. J’étais soulagé, car je craignais le lever du soleil, et de devoir chercher en pagaille un abri. Le seul problème qu'on aurait à affronter aujourd'hui est la soif.

Peu après le départ de Müss, le ciel se faisant de plus en plus clair, j’entrai à mon tour dans la pièce où elle m’attendait, à plat ventre sur une couverture. Jawbol et Elazi étaient toujours dehors, mais eux ne risquaient pas de tomber en poussière au soleil. Prenant une seconde couverture, je m’installais près d’elle, l’endroit était trop exigu pour que je puisse bien prendre mes distances, mais au moins nous n’étions pas collés. Je la regardai dans les yeux un moment sans rien dire, puis je finis par prendre la parole.

"Qu’est-ce que tu penses de tout ce qu’il s’est passé ?"

Je cherchais toujours dans ses beaux yeux roses mes réponses, mais je dus me contenter d’attendre. Elle et moi étions semblables, mais aussi très différents, et c’est ce que j’appréciais chez elle. J’espérais que notre voyage durerait longtemps, jusque Telbara, avec ses deux amis, puis plus loin encore, pour chercher à nous libérer de cette malédiction commune. Et si nous n’y arrivions pas, au moins nous affronterions notre destin à deux, car la solitude est le pire ennemi d’un vampire.

•————————————•
Mirko, brisé par le destin
avatar
Mirko
Expert
Expert

Race : Vampire
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Jawbol le Lun 14 Sep 2015 - 10:20

Müss, quant à elle, sembla indifférente à la présence du kul'tak, quoique quelques instants plus tard, elle voulut lui caresser le museau, mais l'animal secoua la tête comme s'il refusait que quelqu'un d'autre que Mirko le touche. Peut-être accepterait-il aussi de se laisser toucher par Elazi, ce dernier étant celui qui l'avait soigné par apposition des mains. Jawbol aimait bien les kul'taks et avait aussi envie de caresser Nahak, mais il savait que ces animaux étaient caractériels et il ne voulait pas se heurter à une mauvaise réaction. Il se contint donc en marchant, un peu frustré.

Comme prévu, il fallut un peu moins d'une heure pour retourner à Espil. Les villageois furent d'abord surpris de voir quatre personnes au lieu de deux, mais quand ils apprirent la bonne nouvelle, ils les accueillirent tous les bras ouverts. Par reconnaissance, ils firent montre d'une hospitalité qui ne fut pas sans rappeler celle des parents de Steffin à Sujerine. Une chambre fut mise à leur disposition. Il y avait tout juste la place pour quatre personnes, et des couvertures étaient déjà prêtes à servir. Jawbol et Elazi étaient fatigués, mais s'ils devaient voyager avec deux Vampires jusqu'à Telbara, autant s'entraîner maintenant à ne plus dormir la nuit mais le jour. Jawbol prétexta avoir un petit peu faim, histoire de faire passer le temps jusqu'à l'aube, tandis que Müss et Mirko s'enfermèrent déjà dans la chambre.

Jawbol et Elazi furent invités à la taverne. Exceptionnellement, pour fêter la mort des trois iodorions, le tavernier offrit une tournée nocturne dans son établissement. L'on s'intéressa particulièrement à Elazi, beaucoup de villageois lui posèrent plein de questions sur les Arachnéens. Les circonstances firent qu'Elazi ne fut pas traité comme un monstre, du moins pas cette nuit. La xénophobie latente des villageois finirait peut-être par remonter à la surface, mais pour l'instant, Elazi était un sauveur. L'Arachnéen fit donc entorse à ses habitudes en se montrant moins renfermé et moins grinçant, il répondit du mieux qu'il put à toutes les questions de curiosité qui lui furent posées.

La fête à la taverne fit presque oublier la fatigue aux deux amis, et quand ils réalisèrent qu'ils avaient vraiment envie de dormir, l'aube était déjà levée depuis plus d'une demi-heure. Müss et Mirko avaient été laissés seuls dans la chambre et devaient déjà dormir, eux. Essayant de se faire le plus discrets possibles pour ne pas réveiller les deux Vampires, le Minotaure et l'Arachnéen entrèrent dans la chambre. Jawbol s'allongea juste à côté de Mirko. Elazi se tissa une sorte de hamac entre deux murs opposés de la chambre devant le regard mi-surpris mi-amusé de Jawbol. Il connaissait suffisamment l'Arachnéen pour savoir qu'il préférait dormir en se sentant suspendu par sa toile, plutôt que debout appuyé contre un mur ou couché avec les pattes repliées. Elazi se berça donc dans sa toile et s'endormit d'un sommeil de plomb, en même temps que Jawbol.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Jawbol
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Müss le Lun 14 Sep 2015 - 15:52

Comme je l’avais imaginé, Mirko me rejoignit le premier. Il prit une couverture pour s’allonger à son tour puis m’observa un long moment. Ses cheveux n’avaient pas fini de sécher et des mèches blanches étaient plaquées sur son front. Ses vêtements aussi étaient mouillés et ils collaient à sa peau en dévoilant ses muscles saillants. Il fini par rompre l'oppressant silence qui s'installait, mettant fin à mon mal aise.

« Qu’est-ce que tu penses de tout ce qu’il s’est passé ? »

Je me retournais sur le dos pour contempler le plafond. J’étais encore un peu surprise par la tournure des évènements de la nuit et il me fallu réfléchir longuement avant de répondre.

« J’ai encore du mal à croire que nous ayons rencontré Jawbol et Elazi par hasard. J’ai l’impression d’être la marionnette d’entités supérieures qui seraient en train de s’amuser avec mon destin… », lâchais-je avec un frisson.

Est-ce que cela avait à voir avec les dieux ? Dans ce cas, il restait à savoir s’il s’agissait là de l’œuvre d’Elasgol… ou de Méphiti. Je laissais cette idée de côté pour penser à des choses moins désagréables.

« En tout cas, c’est déjà une bonne chose que nous ayons rencontrés Nahak, il est drôle, il ne te lâche pas d’une semelle ! Bon, moi il m’aime moins, mais je t'assure qu’il finira par changer d’avis ! Peut-être te suivra-t-il jusqu’à Telbara. Peut-être même que tu ne pourras plus jamais t’en débarrasser… C’est quand même étrange. Tu penses qu’il appartenait à quelqu’un d’autre avant d’être attaqué ? Hum… en tout cas, dans son malheur, il a eu de la chance de tomber sur toi, avec ton idée farfelue de t’attaquer à trois iodorons… » Je lui lançai un sourire moqueur avant de reprendre : « Et de la chance aussi qu’il y ai un guérisseur qui apparaisse au bon moment… Elazi est doué pour soigner les autres. »

Je me tus un instant, le regard dans le vague.

« En vérité, je suis heureuse de les retrouver, même si ça me laisse comme une boule dans le ventre. Je sais bien qu’on ne pourra pas rester longtemps avec eux. Jawbol fait partie de la guilde des guerriers, et il a été clair sur le fait qu’il ne pouvait voyager continuellement de nuit avec un vampire. Dire que, juste quand je me suis habituée à cette idée, les voilà qui réapparaissent. Enfin… De toute façon ça ne durera pas longtemps. »

J’essayer de cacher l’amertume de ma voix avant de l’interroger à mon tour.

« Et toi Mirko, je n’ai pas pu te le demander seul à seul, mais tu avais l’air… loin. Qu'est ce qui te gêne ? Et qu'est ce que tu penses de tout ce qu'il se passe ? »

Je plongeais mes yeux dans les siens, attentive à chacun de ses mots, espérant qu'il me dirait ce qu'il avait sur le cœur.

Après l’avoir écouté parler, je restais allongée sur la couverture un long moment puis fini par m’endormir.

Quand je m’éveillais, le jour devait être levé depuis si longtemps qu’il n’allait pas tarder à se recoucher. Je m’étirais comme un chat et une de mes mains se fixa sur une matière collante. C’était une toile d’araignée. Ou plutôt une toile d’arachnéen. Il s’agissait d’une espèce de hamac composé de cette habituelle soie blafarde qu’Elazi avait l’habitude de tisser. Je retirais ma main avec une grimace de vampire mal réveillée.

L’arachnéen était posé dans ce nid blanc. Son souffle régulier faisait voleter une de ses longues mèches d’argent. Je souris en observant sa peau pâle qui respirait la vie. En le scrutant, je me souvins de la chaleur qui se dégageait de son corps. Puis je secouais la tête pour faire disparaître ces pensées stupides. Ce n'était plus pour moi tout ça. La vie, la chaleur et tout ça, c'était fini.

Le regarder me donna soif.

Il était bientôt l’heure d’aller à la chasse ! Je sorti de la chambre pour arriver dans une pièce qui devait servir de cuisine et de salle de vie. Il n’y avait personne et je m’assis à la table en attendant que les autres se réveillent ou que le soleil disparaisse totalement pour pouvoir sortir m’abreuver.

Les effluves d’humains parvenaient jusqu’à moi. Je les entendais parler et se déplacer, devinant très exactement où ils se trouvaient grâce à mon flair. J'étais un vampire dans un village humain, un loup dans une bergerie. Je me laissais torturer par mes instincts avec délice.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Mirko le Mar 15 Sep 2015 - 16:06

Elle regarda le plafond, et réfléchit un long moment. Evidemment, elle aussi avait du mal à croire à une telle coïncidence. Moi-même je n’en revenais pas, mais pour elle, ça devait être bien plus troublant.

"En tout cas, c’est déjà une bonne chose que nous ayons rencontrés Nahak, il est drôle, il ne te lâche pas d’une semelle ! Bon, moi il m’aime moins, mais je t'assure qu’il finira par changer d’avis ! Peut-être te suivra-t-il jusqu’à Telbara. Peut-être même que tu ne pourras plus jamais t’en débarrasser… C’est quand même étrange. Tu penses qu’il appartenait à quelqu’un d’autre avant d’être attaqué ? Hum… en tout cas, dans son malheur, il a eu de la chance de tomber sur toi, avec ton idée farfelue de t’attaquer à trois iodorons…"

"Oui il a eu de la chance… Et je suis sûr qu’il finira par t’aimer, si nous devons continuer notre voyage à trois, il vaudrait mieux."

Elle avait parlé de ça comme un défi qu’elle devait relever, ce qui m’amusa. Au moins, elle semblait joyeuse. Et bien sûr, elle était à la fois heureuse et triste de leurs retrouvailles, car elle savait bien qu’il faudrait à nouveau se séparer. Moi aussi, j’étais triste pour elle, car les adieux faisaient partie de notre vie, mais nous nous attachions rarement, ce qui compliquait les choses. Elle allait certainement en souffrir, ce qui m’attristait.

"Et toi Mirko, je n’ai pas pu te le demander seul à seul, mais tu avais l’air… loin. Qu'est ce qui te gêne ? Et qu'est ce que tu penses de tout ce qu'il se passe ?"

Je ne savais quoi lui répondre. Maintenant qu’elle était là, avec moi, j’avais l’impression que ma peur était stupide, et que je ne devais pas lui en parler. Mais je me refusais à mentir à Müss, aussi je me tournai vers elle pour la regarder.

"Je… Je me sens exclu de votre groupe… Tu vois, j’ai passé tellement de temps seul… Enfin tu connais ça toi aussi, bref, j’ai peur de me retrouver encore seul. Je suis content d’avoir de la compagnie, et qui ne me juge pas, mais je me sens exclu en quelque sorte, parce que vous vous connaissiez déjà avant. Beaucoup de choses se sont passées depuis notre départ de Port-barbe. J’ai du mal à m’y faire c’est tout… Et j’ai peur de me retrouver encore seul."

Une fois cela dit, nous nous sommes tous deux endormis. Lorsque je me réveillai le lendemain, Jawbol, l’imposant minotaure, dormait à côté de moi. Et l’arachnéen, Elazi, était dans une toile plus haut. Müss n’étais plus là, et la nuit était tombée. Je vis une porte entrebâillée, et je suis rentré pour trouver Müss assise à table, qui semblait m’attendre. L’odeur des humains parvenait à mes narines, une odeur enivrante, mais il fallait que je me contrôle, les attaquer n’était pas une bonne idée à mon goût, Jawbol et Elazi risqueraient de mal le prendre.

"Bonsoir Müss, tu as soif aussi je suppose ? Je ne sais pas si les villageois feront de bonnes cibles… Jawbol et Elazi n’apprécieraient certainement pas… si ?"

•————————————•
Mirko, brisé par le destin
avatar
Mirko
Expert
Expert

Race : Vampire
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Jawbol le Mer 16 Sep 2015 - 16:55

Jawbol ouvrit les yeux. Il avait bien dormi, mais en décalé. Cela ne lui réussissait en général pas beaucoup. Il n'aimait pas passer des nuits blanches et dormir dans la journée ; mais là, en compagnie de deux Vampires, il allait bien être obligé. Il tourna la tête : les deux paillasses de Müss et de Mirko étaient vides. Il agita une oreille en entendant justement un son de voix provenant de la pièce principale de la maison. Il reconnut les voix de Müss et de Mirko, qui discutaient ensemble.

Il tourna encore la tête et vit Elazi paresser dans sa toile. Ils s'échangèrent quelques banalités du genre « Bien dormi ? ». Jawbol se dit que les habitants de cette maison n'allaient peut-être pas apprécier de la retrouver avec une toile d'araignée géante dans la chambre. Elazi n'en eut rien à faire. Voilà que le naturel revenait au galop : il se moquait que les villageois se mettent à penser du mal de lui. Jawbol soupira, désespéré par son ami. Il se leva et remit son équipement en place. L'Arachnéen descendit de son hamac, et ensemble, ils retrouvèrent Müss et Mirko.

Il faisait toujours jour, comme ils purent le voir à la lumière sous la porte d'entrée. La maison n'avait pas de fenêtres, comme beaucoup de maisons modestes de villages. Cependant, Müss et Mirko prenaient un risque à rester là, car il suffisait que quelqu'un entre, et il déverserait la lumière du jour dans la pièce juste en ouvrant la porte.

JAWBOL – Vous n'avez pas peur que quelqu'un entre ?

Elazi contourna la table. Il croisa le regard de Müss et lui sourit.

ELAZI – Je suppose que tu as soif, femme-chiroptère ?

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Jawbol
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Müss le Ven 18 Sep 2015 - 9:54

« Bonsoir Müss, tu as soif aussi je suppose ? Je ne sais pas si les villageois feront de bonnes cibles… Jawbol et Elazi n’apprécieraient certainement pas… si ? »

Mirko s’était approché sans que je ne le remarque. Je me poussais pour lui laisser de la place et lui sourit quand il s’assit à mes côtés.

« Jawbol n’apprécierait pas, c’est sûr ! », dit-je en riant. Quand à Elazi, je ne savais pas, alors je n’ajoutais rien à son propos.

En regardant le vampire, je repensais à notre conversation de la veille. Mirko se sentais exclu et avait peur de se retrouver seul à nouveau. Il m’avait expliqué ses craintes sans détour, et je n’avais pu qu’admirer son honnêteté, c’était courageux. Vraiment, il n’avait absolument rien à voir avec le vampire qui m’avait transformé…

« Durant le voyage, tu auras le temps d’apprendre à les connaître. Je pense que tu les apprécieras. Mais une fois arrivés à Telbara… enfin, s’ils nous accompagnent jusque là-bas… ils partiront de leur côté et nous du notre. Nous de toute façon, on a encore des bibliothèques à dévaliser ! »

Nous n’eûmes pas le temps de parler bien longtemps, le minotaure et l’arachnéen nous rejoignaient déjà. Jawbol s’assit à côté de Mirko.

« Vous n'avez pas peur que quelqu'un entre ? »

Le minotaure devait faire référence au fait que le soleil n’était pas encore couché. Peut-être trouvait-il cela risqué pour nous, de rester là alors qu’il lui suffisait d’ouvrir la porte pour nous réduire en cendre, mais je n’en avais cure. Depuis que j’étais devenue vampire, j’avais songé tant de fois à mourir que ce faible risque ne représentait plus grand-chose pour moi. Jouer avec la mort me permettait de frôler la vie. J’étais une funambule qui avançait à l’aveuglette et que seul un fil ténu empêchait de chuter vers le néant.

Même si depuis que j’étais avec Mirko, beaucoup de choses avaient changées, ces habitudes là n’avaient pas bougé : je conservais mes comportements autodestructeurs. Cependant, je ne me voyais pas expliquer cela à Jawbol alors je me contentais de hausser les épaules en laissant la parole à Mirko. Lui ne paraîtrait pas dépressif et désabusé comme je l’étais.

Elazi contourna la table et mes yeux plongèrent dans les siens. Ça non plus, ça n’avait pas changé… Comme d’habitude, je perdis mes moyens quand nos regards se croisèrent. Et puis, encore pire, il se mit à me sourire. Mon cœur fit un bond stupide dans ma poitrine et je détournais les yeux en me mordant les lèvres.

« Je suppose que tu as soif, femme-chiroptère ? » me demanda-t-il.

Je ne pu m’empêcher de sourire. Femme-chiroptère… c’est vrai, il m’appelait comme ça. Dire que je m’étais imaginée qu’il suffirait d’un peu de temps pour oublier sa voix… quel rêve chimérique !

Peut-on mettre un arachnéen mal à l’aise ? La réponse est non, et Elazi encore moins que n’importe quel arachnéen au monde. Il n’empêche, j’essayais quand même. Je fixai ostensiblement son cou, m’approchant doucement de tout ce sang qui pulsait derrière ses carotides à chaque battement de son cœur, me léchant les babines avant de dévoiler mes canines. Oui, j’agissais comme une enfant gâtée contrariée. Et alors ? Je leur en voulais encore et toujours, je m’en voulais tout autant, et tant qu’à faire, j’en voulais aussi au monde entier.

Je lui répondis sur un ton provocateur : « Je suis assoiffée ! »

Rien à faire de ce que Jawbol en penserait. De toute façon, quel que soit mon comportement, il nous abandonnerait bientôt, Mirko et moi. Alors autant abréger et lui donner une bonne raison de le faire.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Mirko le Ven 18 Sep 2015 - 20:46

"Jawbol n’apprécierait pas, c’est sûr !"

Elle rit, ce qui me fit sourire. Je m’étais assis non loin de Müss, attendant le coucher du soleil. Elle me regarda, et je plongeai un moment mon regard dans le sien. Elle semblait réflechir, et il s’écoula un long moment avant qu’elle ne se mette à parler.

"Durant le voyage, tu auras le temps d’apprendre à les connaître. Je pense que tu les apprécieras. Mais une fois arrivés à Telbara… enfin, s’ils nous accompagnent jusque là-bas… ils partiront de leur côté et nous du notre. Nous de toute façon, on a encore des bibliothèques à dévaliser !"
"Oui ! Et on les dévalisera a deux, et tu apprendras a lire !"

Je remarquai une pointe de décéption dans sa voix, ou bien de tristesse ? Je me demandais pourquoi elle parlait déjà d’adieux, n’était-elle pas heureuse de les revoir en fin de compte ? J’allais le lui demander quand une forme massive passa la porte, c’était Jawbol.

"Vous n'avez pas peur que quelqu'un entre ?"

Non je n’avais pas peur, en fait, je n’avais pas envisagé que quelqu’un entre par la porte principale et nous apporte le soleil. L’idée n’eut pas l’air de déranger Müss, je la comprenais. Au moins, si le soleil venait, nous serions libérés de notre malédiction. Mais je voulais vivre, maintenant que j’étais avec quelqu’un, je voulais vivre pour nous, ne pas céder à la dépression, ne pas chercher à mourir.

A la suite de minotaure vint Elazi, et je sentis Müss se crisper un peu, comme si elle était gênée. Je la regardai détourner le regard alors que l’arachnéen s’approchait, ce qui gêna encore plus ma congénère. Je ne pensais pas qu’il lui faisait autant d’effet, et je ne savais dire de quelle émotion elle était prise au juste. Je me contentait de regarder en silence, ne sachant plus où me mettre.

"Je suppose que tu as soif, femme-chiroptère ?"

Femme-chiroptère, quelle appellation bizarre. Les vampires n’ont rien à voir avec les chiroptères. Il s’approcha, et je pus sentir son odeur, une douce odeur de vivant, de sang frais coulant doucement sous sa peau, courant dans ses veines, dans ses artères. Si proche… Je me ressaisis, un peu mal à l’aise. Müss s’approcha de lui en dévoilant ses crocs. Je sentis mon cœur battre plus vite, avait-elle été trop loin ? J’avais peur qu’elle franchisse un cap avant de se rendre compte de ce qu’elle faisait.

"Je suis assoiffée !"

Le ton qu’elle employa balaya mes idées, elle les provoquait, mais dans quel but ? Voulait-elle qu’ils partent ? Je n’osais pas intervenir, de peur de la vexer. Je ne savais pas où elle voulait en venir. Elle s’approcha de plus en plus près, dangereusement près. Je détournai le regard de la scène, mais quoi qu’il se passe, je serai de son côté, je ne pourrais jamais l’abandonner, pas tant que nous serions dans cette situation horrible. En fait, j’avais l’impression de tenir à elle plus que de raison, sans comprendre pourquoi. J’étais prêt à me battre contre n’importe qui si c’était pour la défendre, même si elle pouvait se défendre toute seule.

Je laissais la scène se produire sans rien faire, sans oser l’interrompre, quoi qu’elle fasse, je ne pourrais de toute façon jamais lui en vouloir.

•————————————•
Mirko, brisé par le destin
avatar
Mirko
Expert
Expert

Race : Vampire
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Jawbol le Sam 19 Sep 2015 - 11:09

Personne ne répondit à la question de Jawbol. Ce dernier eut l'impression en fait que les deux Vampires s'en fichaient, quelqu'un pouvait bien ouvrir la porte, ils pouvaient bien être réduits en cendre aujourd'hui et maintenant, ils s'en fichaient, cela ne leur faisait pas peur. Jawbol trouvait cela triste, mais en même temps, il croyait arriver à comprendre. Etre Vampire... ce n'était pas une vie. Müss et Mirko survivaient mais ils ne devaient pas être heureux de leur nature. Il observa le drôle de couple formé par Müss et Elazi qui semblaient se défier du regard. En fait, Jawbol n'arrivait toujours pas à décrypter ce qu'il se passait entre eux deux. D'un autre côté, le regard d'Elazi était tellement intense... Ce n'était pas qu'avec Müss. La couleur opale de ses iris y était déjà pour partie. Mais Elazi dégageait une aura de beauté et de charisme, bien plus que d'autres Arachnéens qui avaient basiquement une aura, de toute manière, liée à leurs origines elfiques.

Müss se leva et s'approcha d'Elazi, comme envoûtée. C'est quand elle répondit, d'un ton grave et provocateur, qu'elle était assoiffée, que Jawbol comprit qu'elle n'était à cet instant pas troublée par la beauté et le charisme d'Elazi, mais par sa soif de sang. Le Minotaure dressa les oreilles et se raidit. Il se souvint d'une nuit à Sujerine où Müss était venue le réveiller, en se trouvant dans un état second où elle avait semblé perdre ses moyens à cause de la soif. Jawbol eut peur qu'elle s'en prenne à Elazi, mais il savait que ce dernier serait parfaitement capable de se défendre contre elle. Il interviendrait si besoin mais n'était pas particulièrement inquiet. Il n'avait quand même pas envie de voir Müss agresser Elazi.

L'Arachnéen, quant à lui, sourit à la provocation, ne décrochant pas son regard intense et perçant et celui de Müss. La situation parut flotter un instant, et il lui répondit, d'un ton à moitié provocateur et à moitié sincère :

ELAZI – Eh bien, vas-y, bois !

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Jawbol
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Müss le Sam 19 Sep 2015 - 22:42

 « Eh bien, vas-y, bois ! »
 
QUOI ?! Mais n’importe quoi lui !
 
Mon visage était si près du sien que je louchais pour le voir correctement. Il souriait.
 
Il se moquait de moi…
 
Tch ! Je l’avais bien dit qu’on ne pouvait mettre un arachnéen mal à l’aise, ils arrivent à retourner n’importe quelle situation pour nous mettre dans l’embarras… Bon, certes, pour le coup, je m’étais mise toute seule dans cette situation. Il n’empêche, les arachnéens sont les êtres les plus fourbes au monde, Elazi le premier.
 
De toute ma vie, une seule et unique personne m’avait offert son sang. Il s’agissait d’une femme aux cheveux d’argent nommée Poledra. Elle s’était elle-même blessé le bras pour que j’aspire le liquide rouge. Je ne l’avais donc pas mordue. Elazi lui, proposais justement cela. Sans être sincère évidement, il ne faisait que se rire de moi.
 
Je dégageais ses cheveux du bout des doigts et une fois que son cou fut dénudé j’y apposais mes lèvres. Ce n’était que pour le provoquer, juste pour qu’il réagisse et que disparaisse de son visage cette impassibilité, cette indifférence qui me contrariait tant. Mais à jouer avec le feu, on finit toujours par se bruler. Ce qui devait arriver arriva forcément, je commençais déjà à perdre mes moyens. Mon visage était au creux de son cou, et son odeur m’enivrait. La chaleur de sa peau contre ma joue était grisante. Entre mes lèvres entrouvertes, elle avait la douceur de celle d’un nouveau né, une peau si douce, d’une provocante délicatesse, qui ne demandait qu’à se faire sauvagement déchirer.
 
Il se passait deux choses contradictoires dans ma tête. D’un côté il y avait l’instinct qu’on n’arrive pas à maîtriser, la voix de la soif qui m’intimait de transpercer sa peau, seul obstacle entre mon repas et mes lèvres. Et de l’autre, il y avait la voix de la jeune fille que j’avais été qui me hurlait de me contenir.
 
Je ne voulais pas le blesser. A mes yeux, Elazi n’était pas une « proie ». Il représentait bien plus que ça, et je ne voulais pas me comporter avec lui comme l’autre s’était comporté avec moi. Je l’aimais bien trop pour me contenter de l’utiliser afin de parvenir à mes… faims. Je baissais la tête et appuyais fortement mon visage contre son épaule en me mordant les lèvres. « Non, je ne veux pas vous faire ça... » J’enfonçais mes ongles dans la chaire de mon bras, commençant à me blesser toute seule. Il fallait que je me calme. Il fallait que je m’éloigne de son corps, de son odeur…
 
Ce que je fis d'un mouvement brusque.

Je me heurtais à Mirko qui n'avait pas bougé. Ce n'est qu'à ce moment que je me souvins de où je me trouvais et avec qui. Après avoir senti si fortement la chaleur d'Elazi, la peau glacée de mon congénère me donnait l'impression d'une douche froide, ce qui me calma rapidement.

J'étais un vampire.
J'étais le froid de l'hiver.
Loin de moi, chaleur de vie et feux des passions !
Ne troublez pas le sommeil de ces mots qui hibernent dans les tréfonds de ma mémoire !
La glace était notre demeure et deviendrait notre armure.

Je lançais un regard au vampire dont la peau blanche semblait briller dans la nuit tombante.

« Ça y est, peut y aller... » dis-je en désignant l’entrebâillement de la porte. Le soleil avait disparu. L'obscurité nous attendais dehors. Même si j'avais l'impression qu'elle était déjà à l'intérieur de moi.

Je me levais, un peu chancelante, et marchais vers la sortie. Vers le néant. Puis, prise d'un sentiment de panique, je me retournais brusquement pour tomber dans un océan bleu. Immergée dans l'azur des yeux d'Elazi je murmurais avec angoisse : « Vous n'allez pas disparaître quand on aura le dos tourné ? »

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Mirko le Lun 21 Sep 2015 - 20:46

Je vis Müss se rapprocher encore, et je commençais à craindre qu’elle ne passe vraiment à l’acte. En plus, elle semblait presque l’embrasser dans le cou, mon cœur se serra. Je ne savais pas pourquoi je ressentais soudainement ces choses-là, mais voir Müss se comporter ainsi avec Elazi me décevait, et pas seulement parce qu’elle semblait ne pas savoir contrôler sa soif. Elle resta un moment dans le cou de l’arachnéen, comme si elle allait le mordre vraiment. J’observais les réactions, Elazi restait incroyablement impassible, et Jawbol ne bougeait pas non plus. Et moi non plus je ne bougeais pas, je restais là à observer la scène.

Au bout d’un moment, elle finit par brusquement reculer, et j’en fus soulagé. Elle me heurta et je stoppais son élan en douceur, l’attrapant par les épaules. Sa peau était toujours aussi glacée, comme la mienne. Elle sembla se calmer, et reprendre ses esprits. Nous étions ainsi faits, nous autres vampires, capables ne nous attaquer même à nos amis quand l’occasion se présentait, si notre soif était trop grande.

Elle me regarda, et sentir son regard doucement rosé sur moi me troubla, elle avait un visage de porcelaine, blême, comme celui de tout vampire, et pourtant ce visage me troublait d’une manière inexplicable. Ses longs cheveux noirs tombaient autour de son visage jusque ses épaules.

"Ça y est, peut y aller..."
"O-Oui, allons-y."

Elle s’éloigna vers la porte, et j’attendis un moment avant de lui emboiter le pas, toujours un peu troublé. Elle se retourna, et regarda Elazi, de nouveau mon cœur se serra. De sa voix pointait de l’angoisse, elle semblait apeurée, ce qui ne lui ressemblait pas.

"Vous n'allez pas disparaître quand on aura le dos tourné ?"

Elle attendit une réponse qui semblait ne pas venir, puis se retourna pour passer la porte. Elazi bougea rapidement, sur ses huit pattes, et passa ses pattes entre ses jambes pour lui caresser les mollets. Il la regardait, le visage à quelques centimètres du sien, et la serra soudainement contre lui, avec douceur, plaçant le visage de Müss dans le creux de son cou.

"Regarde-toi, tu es faible à cause de la soif, femme-chiroptère. Je t'ai dit de boire. Tu es un monstre, ne réfléchis pas : bois !"

D’un côté, j’eus envie de frapper l’arachnéen, car il nous traitait de monstres. Oui, nous étions différents, mais cela ne changeait rien au fait que nous n’avions pas choisi cette voie, et que nous essayions du mieux que l’on pouvait de nous contrôler et de paraitre bons. D’un autre côté, je me sentis affreusement mal devant la réaction soudaine de Elazi, je ne comprenais pas ce qu’il tentait de faire avec Müss. Jawbol ne réagissait toujours pas, semblant observer la scène, moi, je courus dehors, seul, je ne pouvais plus supporter tout ça, et je pris la fuite, vers la nuit, vers l’extérieur. J’attendrai que cela me passe avant de retrouver Müss, si elle m’attendait toujours.

•————————————•
Mirko, brisé par le destin
avatar
Mirko
Expert
Expert

Race : Vampire
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Jawbol le Mer 23 Sep 2015 - 11:04

Jawbol ne sut si c'était du beurre ou du fromage. Il était parfois difficile, vraiment difficile, de savoir ce qui se passait dans la tête d'Elazi. Il était capable d'adopter une attitude tout en ayant des pensées contraires. Il pouvait chercher à provoquer certaines réactions, en ayant des idées derrière la tête. Jawbol savait cependant qu'au fond, ce n'était pas quelqu'un de mauvais. Il pouvait se montrer fourbe ou menaçant, mais il avait un bon fond. Sans quoi, il ne le considèrerait pas comme un ami en dépit même de l'estime qu'il avait pour lui. Jawbol était conscient aussi qu'il se passait quelque chose entre Elazi et Müss, même s'il ne savait pas quoi exactement. Ca ne pouvait pas être de l'amour selon lui, car de l'amour entre un Arachnéen et une Vampire n'avait aucun sens. En tout cas, Jawbol savait qu'Elazi ne se moquerait pas de façon si mesquine de la nature de Müss. Alors pourquoi faisait-il cela ? Etait-il vraiment prêt à se laisser mordre par Müss pour lui offrir de son sang ? Ferait-il pareil avec Mirko ?

Müss donna l'impression de se laisser tenter, collant ses lèvres dans le creux du cou d'Elazi après avoir dégagé ses cheveux si soyeux d'un blanc immaculé. Mais elle n'alla pas au bout de son geste. Elle fit un mouvement de recul et appuya son front contre l'épaule de l'Arachnéen.

MUSS – Non, je ne veux pas vous faire ça...

Elazi lui caressa les cheveux comme s'il était désolé pour elle, ou comme s'il voulait la réconforter. Encore une fois, Jawbol ne sut pas exactement comment interpréter ce geste. Elazi était un Arachnéen si... troublant, presque ténébreux. Cela contribuait aussi à son charme immense. Jawbol n'avait jamais rencontré quelqu'un comme Elazi avant.

Müss recula brusquement, bousculant même Mirko qui la retint sans perdre l'équilibre. Müss se retourna vers le Vampire, manifestement troublée par Elazi. Elle désigna la porte, par le jour de laquelle l'on pouvait deviner que la nuit était tombée. Elle engagea Mirko à sortir dehors. C'est en fait Mirko qui marcha devant et ouvrit la porte. Müss s'arrêta à mi-chemin, se retournant face à Elazi, se noyant dans l'opale de ses yeux.

MUSS – Vous n'allez pas disparaître quand on aura le dos tourné ?

Jawbol se sentit blessé par cette question. Il ne pouvait s'en vouloir qu'à lui-même. Elazi et lui avaient déjà abandonné Müss une fois. Il n'y avait peut-être pas de rancœur, mais le sentiment d'abandon qu'avait dû ressentir Müss ressurgissait maintenant comme une angoisse et Jawbol s'en voulait pour cela. Il avait essayé d'être clair dès le début : ils les accompagneraient jusqu'à Telbara, mais une fois là-bas, ils ne pouvaient pas promettre de rester avec eux, et se sépareraient d'eux plus probablement.

Elazi n'eut aucun sourire, aucune réponse. Du moins, aucune réponse orale. Son regard était plongé dans celui de Müss. Cette dernière se retourna vers la porte, s'apprêtant à sortir, mais l'Arachnéen se déplaça rapidement sur ses huit pattes d'araignée géante et l'intercepta en douceur. Il la fit encore se retourner face à lui. Ses deux premières pattes antérieures enlacèrent les jambes de Müss, et l'Arachnéen lui caressa même les mollets du bout des pattes. Avec toujours autant de délicatesse, qui paraissait pour ainsi dire pour de la tendresse, il poussa le visage de Müss dans le creux de son cou, et lui glissa :

ELAZI – Regarde-toi, tu es faible à cause de la soif, femme-chiroptère. Je t'ai dit de boire. Tu es un monstre, ne réfléchis pas : bois !

Il était donc bien sérieux, il voulait offrir son sang à Müss. Elle était affaiblie par sa soif et Elazi voulait sans doute éviter qu'elle s'en prenne à des innocents. S'il voulait qu'elle assume d'être un monstre, pourquoi faisait-il en sorte d'éviter qu'elle passe pour un monstre aux yeux des villageois en ne la laissant pas se nourrir sur eux ? C'était si contradictoire. Mais cela ne faisait que montrer qu'Elazi avait bien un bon fond.

Jawbol se sentit gêné, comme un peu extérieur à la scène. Mirko partit soudain dehors en courant. Etait-il pris de panique ? Que lui arrivait-il ? Jawbol, de toute façon, eut envie de laisser à Müss et à Elazi une certaine intimité maintenant. Discrètement – autant que sa taille et ses sabots le lui permettaient – il quitta également la maison et ferma la porte, laissant Müss et Elazi seuls à l'intérieur. Le Minotaure renifla l'air de la nuit, écarquillant ses naseaux bovins. Ce bol d'air frais lui fit du bien pour se remettre de l'étrange scène dont il venait d'être témoin. Il aperçut Mirko plus loin, et trottina pour le rattraper.

JAWBOL – Mirko ! Quelque chose ne va pas ?

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Jawbol
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Müss le Mer 23 Sep 2015 - 21:38

Personne ne me répondit… Je finis par me retourner pour suivre Mirko vers la sortie, mais je fus surprise par la tristesse que je lisais dans le regard du vampire. Il y avait également autre chose, quelque chose de troublant. Du désappointement ? Non, pire… de la déception.

"Mais je ne l’ai pas mordu !" m’apprêtais-je à lui dire. Parce qu’il se trompait sur mon compte. Il avait dû mal voir et penser que j’avais bu le sang d’un ami. Cependant, je retins ma phrase sur le bord de mes lèvres : et si je l’avais vraiment mordu, aurait-il pour autant le droit de m’en vouloir ? Elazi m’avait lui-même dit de boire. Alors Mirko ne devait pas me regarder comme ça…

Et pourtant c’était le cas. Il y avait bien de la déception dans ses yeux gris…

J’étais un échec à ses yeux. Ce n’était pas seulement l’idée de lui avoir déplu qui me froissait. C'était plutôt que... pour être déçu par quelqu'un, il fallait attendre quelque chose de l’autre. Mirko m’avait-il idéalisée ? Il faut dire qu’en sa compagnie je m’étais plutôt bien comportée, mais en réalité, je savais bien que je n’étais pas comme lui. Ni gentille, ni brillante, ni quoi que ce soit. Je détestais qu’on attende quoi que ce soit de moi, et face à ce regard qui me blessait, je préférais lui en vouloir plutôt que de me remettre en question.

Le nez froncé, je le suivi. Ce n’était pas seulement la soif qui me mettait dans cet état de contrariété. J’avançai en grinçant des dents quand mon corps fut bloqué sur place. On me fit tourner de 180° pour m’enfoncer la tête dans un nid de douceur et de chaleur.

Elazi était tout contre moi. Dans un souffle, il me murmura à l’oreille : « Regarde-toi, tu es faible à cause de la soif, femme-chiroptère. »

Faux. Je n’étais pas faible. Je n’étais jamais faible. Et puis de toute façon je n’avais pas besoin de lui.

Et pourtant je ne réagissais pas et restais plantée là.

« Je t'ai dit de boire. Tu es un monstre, ne réfléchis pas : bois ! » m’assena-t-il.

Du coin de l’œil, je vis Mirko tourner les talons. Il quittait la pièce en courant suivi de près par Jawbol. Mirko… Si je le dégoûtais parce que je mordais mes amis, il n’en avait pas fini d’être écœuré. Cours donc. Tu n’arriveras jamais aux bouts de tes peines avec quelqu’un comme moi sur ton chemin.

Enfin… j’essayais de ne pas y penser, d’oublier tout ça, son regard déçu et tout le reste. Et avec cette entêtante odeur de sang qui m’entourait, j’y parvins assez facilement. Sans crier gare, je me mis à mordre sa chaire avec sauvagerie, transperçant violemment sa peau et sa veine. Puis, j’aspirais goulument son sang.

Qui aurait pu deviner que le sang de cette créature, qui semblait être le mélange d’un drow et d’une araignée, aurait ce goût là ? Je n’avais jamais bu un sang au goût si métallique. Et il y avait une certaine amertume aussi. C’était fort, puissant. J’avais l’impression d’être une humaine qui avait passé sa vie à se nourrir de légume et qui mangeait pour la première fois du gibier.

Quand j’eu fini, je retirais mes crocs de son cou et léchais le sang qui continuait de couler. Je m’en voulu quand je vis les blessures que je lui avais infligées.

« Pourquoi est ce que tu fais ça ? » lui demandais-je en le tutoyant pour la première fois (parce que partager du sang avec quelqu’un, ça rapproche).

Ses yeux me sourirent. Il glissa une main derrière ma tête pour caresser mes cheveux, tandis que ses pattes antérieures enlaçaient mes jambes. Gorgée de sang comme je l’étais, je suis certaine que je me mis à rougir.

« Je te protège de toi-même. » dit-il doucement.

Je ne savais pas très bien si j’aurais dû être vexée ou attendrie. Ça n’avait pas d’importance, de toute façon, j’étais en train de me noyer. Plonger dans ses yeux, c’était comme plonger dans l’océan, ça coupait le souffle (même si je n’avais pas besoin de respirer) et ça immergeait dans un univers différent où on aurait beau plisser les yeux, tout ce qu’on verrait serait déformé. Et tout était vraiment déformé, surtout mes pensées. Je ne sais pas vraiment à quoi je pensais d’ailleurs, quand, comme dans un rêve, (ou était-ce un cauchemar ?) je me vis approcher mon visage du sien pour y déposer mes lèvres.

Oh non…
N’importe quoi…
Non, non, non, pas ça !

...

Trop tard.

On dit souvent que ceux qu’on aime nous font du mal. Je crois que pour moi c’était l'inverse, je devais aimer ceux qui me faisaient du mal…

Parce qu'embrasser un arachnéen, quand même… Oh non, tout mais pas ça !

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Mirko le Mer 23 Sep 2015 - 22:31

Je me trouvais seul à l’orée des bois qui bordaient le village. Seul, déprimé, et abattu. Elazi avait raison, j’étais un monstre, et pourtant je vivais toujours. Il y avait aussi autre chose, une chose en rapport avec Müss. Que m’arrivait-il donc ? J’avais pris avec moi, comme toujours, violon et épée. Je posais la seconde au sol et entrepris de sortir le premier de sa mallette. Des pas lourds attirèrent mon attention, Jawbol arrivait près de moi, le minotaure, c’était bien la dernière personne que je m’attendais à voir ici.

"Mirko ! Quelque chose ne va pas ?"

Comment pourrait-il comprendre, lui qui n’était pas un vampire, et qui n’était pas condamné à vivre éternellement comme un monstre ? Bien sûr que quelque chose n’allait pas, quelque chose que je n’arrivais même pas à identifier, quelque chose de difficile à accepter. Je ne comprenais plus rien, et en parler n’y changerait rien. Je me mis à jouer, des notes lourdes, emplies de ma peine et de mon chagrin. Mais rien n’y faisait, malgré la musique, je n’arrivais pas à me calmer. Quelque chose n’allait vraiment pas. Je me tournais finalement vers le puissant minotaure.

"Je ne sais pas ce qui ne va pas… Une prise de conscience peut-être. Je suis un monstre, voilà tout, et peu importe la noblesse avec laquelle je me comporte, je le resterai. C’est toutes mes convictions qui s’effondrent…"

Je m’assis contre un tronc, toujours face à Jawbol. Je n’en pouvais plus de me battre contre une chose qui ne partirait jamais. De toute façon, c’en était fini de moi, avec Müss, j’avais oublié cet état de fait, mais il se rappela trop brusquement à moi. Nahak, attiré par le bruit, arriva et s’allongea à mes côtés. Il posa sa tête sur mes jambes. Lui non plus ne pouvait pas comprendre ce que je ressentais, déjà que je ne comprenais pas moi-même…

"Jawbol, je vais attendre l’aube ici. Je peux te laisser le soin de le dire à Müss une fois l’heure passée ? Je ne voudrais pas qu’elle me voit comme ça…"

Je sentais le besoin d’une ultime confession, pour finir d’achever tout ce en quoi j’ai cru, pour effacer le doux visage de Müss de ma mémoire, ne serait-ce qu’un moment, pour lâcher prise…

"Vivre en tant que vampire… C’est vivre comme un monstre, certaines choses sont inéluctables. On ne changera pas ce qu’on est par nos actes, cette existence n’a pas de sens, c’est inutile. Il faut bien que cela finisse un jour, et personne ne regrettera ma mort… Je n’ai plus rien à cause de ça, j’ai cru… Mais je n’ai rien. On m’a tout pris, c’est terminé, on a achevé mes espoirs."

Sur ces derniers mots, je fermai les yeux, décidé à attendre le temps qu’il faudrait jusqu’à la fin.

•————————————•
Mirko, brisé par le destin
avatar
Mirko
Expert
Expert

Race : Vampire
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Jawbol le Lun 28 Sep 2015 - 10:50

La dernière chose que Jawbol s'attendait à voir Mirko faire, c'était bien de sortir un violon et se mettre à jouer un air. Le Minotaure s'arrêta, assez stupéfait. Il agita les oreilles alors que la mélancolie triste le traversait. C'était beau, mais c'était... inattendu. Jawbol s'approcha un peu plus et Mirko s'arrêta de jouer. Il jouait bien et Jawbol avait trouvé une certaine beauté dans l'air de violon. Mais ça avait été un air triste. Une façon pour Mirko d'exprimer ce qu'il avait sur le cœur ? Qu'est-ce qui pouvait si soudainement le rendre triste ? Müss lui aurait-elle dit quelque chose avant que Jawbol et Elazi ne les rejoignissent dans la pièce principale de la maison ?

MIRKO – Je ne sais pas ce qui ne va pas... Une prise de conscience peut-être. Je suis un monstre, voilà tout, et peu importe la noblesse avec laquelle je me comporte, je le resterai. C'est toutes mes convictions qui s'effondrent...

Mince, voilà qu'il se mettait à déprimer à cause des propos d'Elazi. Jawbol savait que son ami risquait à chaque fois de blesser les gens. Müss avait eu l'air d'accepter l'optique d'Elazi ; mais Mirko avait été vexé, et au lieu de se dire simplement qu'Elazi n'avait pas à dire des choses comme ça, il se remettait en question et se dévalorisait.

Mirko s'assit contre un tronc. Jawbol vint s'asseoir juste à côté de lui plutôt que de rester debout. Il sentait que Mirko avait besoin de confier ses sentiments et il était prêt à les écouter, même s'il ne connaissait pas encore bien cet homme. Il n'aimait pas voir les gens tristes, surtout à cause d'Elazi. Nahak, le kul'tak, peut-être sensible à la détresse de celui qu'il avait choisi pour maître, vint se coucher à son autre côté et posa sa tête sur les jambes de l'homme.

MIRKO – Jawbol, je vais attendre l'aube ici. Je peux te laisser le soin de le dire à Müss une fois l'heure passée ? Je ne voudrais pas qu'elle me voit comme ça...

Le Minotaure dressa les oreilles, effaré et inquiet. Mirko voulait se suicider ? Il avait bien compris ? Jawbol ne connaissait pas bien Mirko mais il ne pouvait pas le laisser dire des choses comme ça. En même temps, il essaya de comprendre ce qui pouvait pousser Mirko à déprimer ainsi et à avoir envie de se laisser mourir au soleil. C'était en fait assez facile à comprendre. Jawbol lui-même ne pouvait pas envier le sort des Vampires : ils ne pouvaient plus jamais voir la lumière du jour, ils étaient traités comme des lépreux sinon pire, en somme ils n'avaient plus de vie.

MIRKO – Vivre en tant que Vampire... c'est vivre comme un monstre, certaines choses sont inéluctables. On ne changera pas ce qu'on est par nos actes, cette existence n'a pas de sens, c'est inutile. Il faut bien que cela finisse un jour, et personne ne regrettera ma mort... Je n'ai plus rien à cause de ça, j'ai cru... Mais je n'ai rien. On m'a tout pris, c'est terminé, on a achevé mes espoirs.

C'était tellement triste d'entendre Mirko parler ainsi. Le Minotaure plia les oreilles vers le bas. Il en avait presque les larmes aux yeux. Jawbol avait une certaine sensibilité. Les notes de la mélodie que Mirko venait de jouer avant de parler, lui revinrent. Tout était si triste : la musique, les propos. Le regard de Mirko était éteint, et finalement ce dernier ferma les yeux.

JAWBOL – Je...

Jawbol essaya de commencer une phrase, mais aucun mot ne lui vint. Ce n'était pas facile de remonter le moral à quelqu'un qui était prêt à se suicider, surtout quand il avait de très bonnes raisons de détester la vie qu'il menait. A quoi pouvait-il se raccrocher ?
Bon sang, mais qu'est-ce que Jawbol pouvait lui dire ?
Rien ne lui vint. Il chercha, mais rien ne lui vint.
Ou alors...
Il lui fallait décrédibiliser Elazi. Si c'est à cause de lui que Mirko se mettait dans cet état, alors il fallait lui faire entendre les propos d'Elazi autrement.

JAWBOL – Vous savez, Mirko, Elazi... c'est quelqu'un de bien, je le sais. Il est devenu un ami parce que... comment dire... en-dessous de ce qu'il affiche, c'est vraiment quelqu'un de bien. Mais c'est quelqu'un de blessé. C'est un Arachnéen, et lui aussi est traité de monstre par les gens en général. Les Arachnéens ne sont pas vus comme des personnes mais comme des monstres. Elazi a décidé de prendre cela au pied de la lettre, ainsi il se moque de tout ce que les gens peuvent dire sur lui. Je ne pense pas que ce soit la bonne solution, mais il est comme ça, et ça lui fait dire des choses qu'il ne pense pas vraiment. Il a dit que Müss était un monstre parce qu'elle est Vampire, mais vous l'entendrez dire qu'il est lui-même aussi un monstre. Tout ça est évidemment faux. Ce n'est pas parce que les gens vous voient comme un monstre, que vous en êtes un. Et si vous regardez Elazi, il s'est convaincu d'être un monstre, et pourtant il est toujours là. Il pourrait dire la même chose que vous, qu'il est un monstre et que personne ne regrettera sa mort, et pourtant il est toujours là, il vit toujours et je ne l'ai jamais entendu avoir une pensée de suicide. Et il a fini par me trouver, quelqu'un qui voit en lui une personne et non un monstre, et le fait qu'il m'apprécie pour ça est la preuve qu'au fond de lui, il sait qu'il n'est pas un monstre.

Jawbol posa une main sur l'épaule de Mirko.

JAWBOL – Au fond de vous, vous savez aussi que vous n'êtes pas un monstre. Il ne vous reste qu'à trouver les personnes qui vous en feront prendre conscience. Moi, je vous le dis, en tout cas. Vous êtes juste malade, mais votre existence n'a pour autant pas moins de sens que la mienne ou que celle d'Elazi.

******

Elazi pencha la tête en arrière et échappa un petit râle quand Müss fit enfin pénétrer ses canines dans la chair de son cou. L'Arachnéen sentit la Vampire lui sucer le sang à bonnes gorgées. Il lui agrippa les épaules, les yeux levés vers le plafond, et la laissa faire. Il ferma les yeux et attendit que ça se passe. Enfin, il sentit les crocs se retirer. Il sentit ensuite la langue de Müss sur sa plaie. Müss lui lécha le cou, et l'Arachnéen reçut des frissons. Il y avait presque quelque chose de sensuel là-dedans.

Il rebaissa la tête et retrouva le regard de Müss qu'il emprisonna dans le sien.

MUSS – Pourquoi est-ce que tu fais ça ?

Elle le tutoyait à son tour pour la première fois. Elazi sourit. Elle avait l'air fâchée. C'était amusant de la voir ainsi. Fâchée, et en même temps perplexe. Elle ne comprenait réellement pas pourquoi Elazi venait de lui offrir son sang. L'Arachnéen se remit à lui caresser les mollets du bout de ses premières pattes antérieures, et sa main droite se plongea dans les cheveux de la femme Vampire. Pourquoi l'avait-il empêchée d'aller se nourrir sur un villageois dans son sommeil ?

ELAZI – Je te protège de toi-même.

Elazi voulait faire comprendre à Müss qu'elle était un monstre, mais il ne voulait pas que les gens continuent d'avoir ce même point de vue sur elle. Il ne voulait pas que Müss se réduise malgré elle à réellement se comporter comme un monstre. Elazi vit le visage de Müss s'approcher du sien. Avait-elle encore envie de sang ? Non, elle n'eut aucune fuite de regard vers son cou. Elle était toujours prisonnière de ses yeux opales si profond et perçants. Les cheveux blancs de l'Arachnéen, immaculés, lisses et souples comme la soie, furent comme un dais encadrant leurs deux visages. Leurs lèvres finirent par entrer en contact.

Elazi se raidit.
Müss venait de l'embrasser. Sur la bouche.
Pour la première fois, Müss put lire la perplexité sur le visage d'Elazi. L'Arachnéen était perdu, il ne savait pas quoi penser de ce baiser. A son tour, il voulut demander à Müss pourquoi elle faisait ça. Mais il ne dit rien, cherchant à comprendre par lui-même. Mais aucune réponse ne lui vint spontanément.

ELAZI – Tu... viens de m'embrasser ?

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Jawbol
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Müss le Mar 29 Sep 2015 - 0:37

Tellement centrée sur ma misérable existence, je ne m’étais rendue compte de rien. Je n’avais pas remarqué que la personne avec qui j’avais partagé la plus grande partie de ma vie de Vampire souffrait. Cette pensée n’avait pas effleuré mon étroite cervelle de pikillon. Pire encore, j’aurais été incapable de concevoir que j’étais en partie la cause des tourments de Mirko.

Et moi… perdue dans mon propre monde, égoïste et égocentré, tout ce que je trouvais à faire à ce moment… ce moment où mon ami prévoyait de mettre fin à ses jours… c’était de partager de voler un baiser ensanglanté à un… un… enfin… Elazi quoi.

J’essuyais mes lèvres d’un revers de la main, y laissant une traînée rouge.

« Tu... viens de m'embrasser ? »

Ah tiens, je n’étais pas la seule à poser des questions complètement stupides.

« Non. »

En tout cas, je battais tous les records en matière de réponse stupide…

Mais réfléchis avant de parler, Müss m’intimais-je. Pour une fois dans ta vie, dis quelque chose d’intelligent… Mais bon, les choses intelligentes, ça n’avait jamais été mon fort. La preuve : « En fait, si, peut-être, je sais pas trop… », balbutiais-je.

Je sais pas trop, de mieux en mieux… Pourquoi fallait-il que j’ai toujours l’air aussi bête quand je me trouvais devant lui ? Je baissais les yeux, morte de honte. Une goutte de sang perlait entre ses lèvres et absorbait toutes mes pensées.

Je mordillais ma lèvre inférieure, légèrement paniquée. Qu’est ce qu’on était sensé dire dans ces moments là ? S’excuser ? Disparaître, mourir, revenir en arrière pour n’avoir jamais existé… ? Je baissais la tête, de plus en plus bas, et en même temps, je m’agrippais à ses bras pour ne pas mourir submergée par la honte.

« Je n’aurais pas dû… Je suis vraiment désolée. Je croyais… Enfin, non, je sais bien où est ma place, oui, je sais, je suis un monstre, j’en suis bien consciente. D’ailleurs toi aussi tu en es un », murmurais-je d'un ton accusateur.

Pour sûr, c'était un monstre. Il avait tissé autour de moi une toile d’araignée de laquelle je n’arrivais pas à me dépêtrer. J'étais prisonnière de son stupide mais si tendre sourire. De ses yeux aussi. Et de ses mots et de tout le reste avec.

 « Je sais tout ça, et pourtant, il semblerait que je… t’aime ? »

Par tous les dieux, que le soleil me crame sur place. Je venais de faire une déclaration à un arachnéen.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Mirko le Jeu 1 Oct 2015 - 15:40

Je restais là, un peu surpris quand le minotaure s’assit à côté de moi,  mais je ne bougeais pas. De toute façon, j’étais découragé, et je devais certainement lui paraître stupide de penser des choses pareilles, mais il ne pouvait pas comprendre, il n’était pas comme moi. J’attendrai patiemment qui le soleil se lève, que je puisse le voir une ultime fois, quelques secondes, sentir sa chaleur…

Jawbol prit la parole, je l’écoutai d’une oreille distraite. Il partit d’une longue tirade, tentant de rattraper les propos de Elazi, mais au fond de moi, je savais qu’il n’y avait pas que ça qui me gênait, seulement je ne voulais pas me l’avouer. Pendant ce temps, Jawbol continuait de dire que Elazi ne pensait ça que parce qu’il se voyait comme un monstre, mais en revanche, ses derniers mots touchèrent juste.

"Au fond de vous, vous savez aussi que vous n'êtes pas un monstre. Il ne vous reste qu'à trouver les personnes qui vous en feront prendre conscience. Moi, je vous le dis, en tout cas. Vous êtes juste malade, mais votre existence n'a pour autant pas moins de sens que la mienne ou que celle d'Elazi."

Il parlait bien, je devais l’admettre, et il avait en partie raison. Pourtant, cela ne suffisait pas à me résoudre à rester. Parce qu’il y avait toujours cette autre chose, gênante, et que je ne pouvais accepter. Je ne savais plus que faire, car d’un côté il me restait tant de choses à voir dans ce monde… Et de l’autre je me disais qu’il valait mieux en finir maintenant, tant que j’avais une raison de le penser.

Je regardais l’horizon, plutôt que de supporter le regard du minotaure, je me fichais de ce qu’il pensait de moi, j’avais tenté de bâtir quelque chose sur des ruines, et tout s’écroulait à présent. Je ne savais que dire à Jawbol maintenant, aucun mot ne me venait. J’attendais un long moment avant de réussir à nouveau à briser le silence de la nuit.

"Je ne pense pas qu’il n’y ait que ça… Je ne sais pas trop ce que je devrai faire maintenant. Tu sais, quand la vie n’a plus vraiment de sens… Je devrai essayer de lui en trouver un, mais au vu de ce que je suis, je ne pense pas être capable de trouver si facilement une certaine stabilité. Je suis forcé de mener une vie de vagabond. Je commence à être las, vois-tu ?"

•————————————•
Mirko, brisé par le destin
avatar
Mirko
Expert
Expert

Race : Vampire
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Jawbol le Ven 2 Oct 2015 - 11:45

Jawbol avait fait une longue tirade et espérait ne pas avoir été plus ennuyeux qu'autre chose, mais il se dit que dans ce genre de moments, l'on attendait juste à être réconforté et l'on faisait peu cas de longues tirades tant que le fond était plaisant à entendre. Alors, Jawbol avait-il réussi à remonter le moral de Mirko ? La réponse ne vint pas tout de suite. Le Vampire avait le regard perdu vers l'horizon. Ca devait se bousculer dans sa tête, à moins qu'au contraire il ne soit déjà résolu. En tout cas, il ne dit rien, et ne coula même pas le moindre regard vers Jawbol. Ce dernier, toujours assis à côté de lui, retira sa main de son épaule et regarda également l'horizon à travers les maisons du village, n'ajoutant plus un mot. Il prit une petite inspiration. Pui, enfin, Mirko parla :

MIRKO – Je ne pense pas qu'il n'y ait que ça... Je ne sais pas trop ce que je devrai faire maintenant. Tu sais, quand la vie n'a plus vraiment de sens... Je devrais essayer de lui en trouver un, mais au vu de ce que je suis, je ne pense pas être capable de trouver si facilement une certaine stabilité. Je suis forcé de mener une vie de vagabond. Je commence à être las, vois-tu ?

Las de ne vivre que la nuit sans pouvoir voir la lumière du jour, las d'être un monstre aux yeux des gens, las de devoir cacher sa véritable nature, las de ne se nourrir que de sang... Ce devait vraiment être horrible. Jawbol compatissait. Mais compatir, ce serait encourager Mirko à se suicider. Jawbol ne savait vraiment plus quoi dire. Il était face à une impasse. Il était face à quelqu'un qui avait toutes les bonnes raisons de vouloir se suicider, et il devait le convaincre du contraire. Mission impossible. Alors quoi ? Lui dire simplement « tu as raison, vas-y, suicide-toi » serait proprement indigne. Comment sauver Mirko ? Etait-ce seulement possible à ce stade de la sauver ? Jawbol ne le connaissait même pas, il ne savait rien de lui. Mirko était encore un inconnu pour lui. Mais lorsque vous voyez quelqu'un chercher à se suicider, restez-vous de marbre sous prétexte que cette personne vous est inconnue ?

JAWBOL – Je comprends...

Jawbol mit plus de profondeur dans ces mots qu'il ne l'eut voulu. Il se sentait impuissant.

JAWBOL – Je suis désolé, mais je ne peux pas aller voir Müss et lui annoncer que vous allez vous suicider au lever du soleil.

******

MUSS – Non.

Il y avait de quoi éclater de rire. C'était le déni le plus incongru du siècle. Elazi était troublé, très troublé, et pourtant il esquissa un rictus. Il ne lâcha pas Müss du regard. A cet instant, il la trouva belle. Elle venait de s'essuyer la bouche d'un revers de main en laissant une traînée de sang sur le dos de sa main, mais elle était belle à cet instant. Elle venait d'agir spontanément, et... ce baiser était un compliment, pour l'Arachnéen. Quoique ce dernier se dit : après tout, qui d'autre pour embrasser un monstre qu'un autre monstre ?

MUSS – En fait, si, peut-être, je sais pas trop...

Elazi lui caressa tendrement les cheveux. Müss baissait le regard, la tête même, comme si elle se sentait honteuse. Il faut dire que c'était assez saugrenu d'embrasser un Arachnéen. Elazi n'avait jamais connu ça. Combien d'Arachnéens avaient connu ça ? Combien d'Arachnéens s'étaient jamais fait embrasser par quelqu'un d'autre qu'un Arachnéen ? Elazi sentait Müss se retenir à ses bras, sans quoi elle se serait écroulée de honte peut-être.

MUSS – Je n'aurais pas dû... Je suis vraiment désolée. Je croyais... Enfin, non, je sais bien où est ma place, oui, je sais, je suis un monstre, j'en suis bien consciente. D'ailleurs toi aussi tu en es un.

Elazi essaya de comprendre ce qu'elle essayait de dire. Müss ne savait plus comment penser. Elle n'y voyait plus clair.

MUSS – Je sais tout ça, et pourtant, il semblerait que je... t'aime ?

C'était la suite logique, et pourtant, Elazi ne l'avait toujours pas vue venir, celle-là.
Il resta un instant stupéfait.
D'abord Müss l'embrassait. Et maintenant elle lui déclarait qu'elle l'aimait.

ELAZI – Tu m'aimes ?

C'était si bouleversant. Elazi, lui, l'Arachnéen lassé d'être vu comme un monstre au point qu'il ne cherchait plus à se comporter de sorte à changer l'opinion des gens sur lui et sur sa race, lui, il était aimé par quelqu'un. Pas une amitié, non, pas ce lien pourtant assez fort qui se construisait jour après jour entre Jawbol et lui, car oui, Jawbol était un vrai ami, Elazi pouvait le dire maintenant... Non, de l'amour. Müss était amoureuse de lui. Incroyable.

ELAZI – Allons, tu n'as pas à être désolée.

Elazi prit tendrement Müss dans ses bras, et recommença à lui caresser les mollets avec le bout de ses premières pattes antérieures.

ELAZI – Tu me fais le plus beau cadeau en me déclarant cela. C'est juste... inattendu. Je ne suis pas très à l'aise avec l'idée d'être aimé par quelqu'un d'autre qu'une Arachnéenne. Mais surtout, ne sois pas désolée.

Tout en parlant, il continuait de la caresser. De caresser ses mollets avec ses longues pattes d'araignée, de lui caresser le dos et les cheveux avec les mains.

ELAZI – Pourquoi un monstre n'aurait-il pas le droit d'embrasser quelqu'un, et même d'aimer quelqu'un ? Tu as tous les droits, Müss. Ta place est là où tu veux qu'elle soit. Tu me surprends, mais... tu me réchauffes le cœur aussi. Pour cela, ne soit pas désolée. Je te dis même merci.

Il lui prit tendrement les tempes, et lui déposa une bise sur le front. Il n'osait pas encore faire comme elle, l'embrasser sur la bouche. C'était quelque chose qu'il n'avait jamais imaginée, et, comme il l'avait dit, il n'était pas encore à l'aise avec cette idée. Etre aimé par quelqu'un d'autre qu'un Arachnéen le rendait un peu farouche. Il avait besoin que Müss l'habitue, qu'elle lui fasse découvrir des sensations, qu'elle l'apprivoise.
Il recula le torse en la lâchant de ses mains, sans faire de pas en arrière.

ELAZI – Ainsi donc, tu m'aimes... Tu aimes ce que je suis ? Tu aimes mon corps ?

Ce corps d'araignée géante, si monstrueux aux yeux de tout le monde. Müss aimait ça, aussi ?

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Jawbol
Bon
Bon

Race : Minotaure
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Müss le Dim 4 Oct 2015 - 2:10

Le rictus qui planait sur le visage de l’arachnéen fut remplacé par de la stupéfaction. « Tu m'aimes ? » demanda-t-il effaré. Il me dévisageait avec des yeux ronds. Ça lui paraissait si aberrant… ? « Allons, tu n'as pas à être désolée » reprit-il en me prenant dans ses bras. Il affirma que je lui faisais le plus beau des cadeaux. Peut-être voulait-il adoucir ma prise de conscience et me faire comprendre ma sottise sans brusquerie. Protégée par ses bras autour de moi, j’essayais de ne pas entendre la suite, de m’immerger simplement dans ce cocon tout chaud. Mais ses mots parvenaient distinctement à mes oreilles sans que je puisse les ignorer. Il affirma que c’était inattendu et qu’il n’était pas à l’aise à l’idée d’être aimé par autre chose qu’un arachnéen. Il avait beau me tenir contre lui, j’avais l’impression de chuter. Qu’est-ce que ça signifiait ? Ses doigts glissaient entre mes cheveux et finirent par se poser au creux de mon dos. Contrairement à ses mains, la caresse de ses pattes contre mes mollets était plus rugueuse, plus animale. C’était une sensation déroutante. Et puis, il recommença à parler. Il pensait que même les monstres avaient le droit d’aimer. « Ta place est là où tu veux qu'elle soit. » affirma-t-il. Et puis il me remercia mais je ne savais pas trop pourquoi. Je sentis ensuite son souffle sur mon visage. Il déposa un baiser sur mon front avant de me lâcher et de reculer son torse.

Il s’éloigna de moi, ce qui m'angoissa. J’ébauchais un mouvement pour le retenir. Mais c’est ma main que je retins, au dernier moment.

« Ainsi donc, tu m'aimes... Tu aimes ce que je suis ? Tu aimes mon corps ? » Voulait-il me prouver le ridicule de la situation ? Sans même le regarder, je lui donnais la réponse qu’il attendait. C’étaient les mots du livre que Mirko m’avait lu dans la bibliothèque de Port Barbe : « Les arachnéens sont des drows qui ont subi la pire des malédiction possible. Pire que d’être tués, on les a transformés en créatures hideuses. Abjectes… » Je m’arrêtais là en poussant un soupir. Je levais progressivement les yeux vers ses fines et longues pattes, son corps d’araignée géante, sa taille où le changement opérait, son torse d’elfe, son visage, pour finir par croiser ses yeux. Je détournais le regard, gênée. « Je sais bien que je suis sensée être dégoûtée. Mais ce corps, c’est le tiens, alors… je n’y arrive pas. Il est magnifique. » J’avais l’impression d’être brulante. Je me convainquais que c’était à cause du sang que je venais de boire et non pas à cause de ce baiser qui continuait à irradier mon front d'une douce chaleur. Et paradoxalement, j’étais glacée par la distance qu’il avait mise entre nous en s’éloignant. J’aurais fait n’importe quoi pour qu’il se rapproche.

J’avais déjà vécu ça. J’avais aimé l'autre à en faire n’importe quoi, à me perdre et m’offrir, à me damner et me transformer en vampire. Je frissonnais.

« J'ai déjà aimé. J'ai eu peur d’être seule, j'ai laissé faire des choses que je n'aurais pas dû laisser faire et j'ai fait des choses que je n'aurais pas dû faire. Et on a transformé mon corps, on l'a salis. Je suis tellement stupide. » J’inspirais une grande bouffée d’air. « Je n'ai plus rien à offrir. »

L’effet secondaire du vampirisme revenait à l’assaut. Coup de blues et grosse déprime. Je l’observais derrière les mèches de cheveux qui cachaient mon visage. C’est vrai qu’il était beau. Le mélange drow-araignée était inhabituel mais j’avais fini par trouver ça harmonieux. J’offris un pâle sourire à Elazi en l’imaginant aux bras et aux pattes d’une stupide arachnéenne.

Je n’avais pas le droit de me plaindre. Ma situation de vampire, je l’avais provoquée et c’était tout ce que je méritais. Mais…

« J’aurais aimer t’aimer. Tu sais, tu peux tout avoir de moi. Je sais bien qu'il n'y a plus qu’un cœur déchiré, un esprit tourmenté et un corps de vampire qui ne m’appartient plus, c’est lamentable… Tu pourrais aimer une arachnéenne. Ça, ce serait de l’Amour. Alors que moi je ne peux pas t'offrir ça, mais… je ferais n’importe quoi. Dis moi ce que tu veux, je le ferais, absolument tout ce que tu veux, mais s'il te plaît… ne t'éloignes pas comme ça… » murmurais-je d'une voix brisée et suppliante.

Je posais mes mains sur ses épaules et mon front sur son torse. Je n’avais pas le droit de faire ça, mais si ça le gênait, il me repousserait, tout simplement. Je n’allais pas en mourir. Enfin, peut-être que si. De toute façon ça avait toujours été un peu compliqué entre la vie et moi.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Mirko le Mer 7 Oct 2015 - 14:02

"Je suis désolé, mais je ne peux pas aller voir Müss et lui annoncer que vous allez vous suicider au lever du soleil."

Je ne savais pas quoi répondre, mais je comprenais que Jawbol ne veuille pas jouer ce rôle. C’était ma propre faiblesse, mais je ne voulais pas avoir à l’assumer devant la vampire, de peur de lui faire du mal. Peut-être aussi s’en ficherait-elle, ce qui finirait de m’achever, non je ne voulais pas aller lui dire moi-même. Tant pis, de toute façon, elle finirait par le voir… Mais au fond de lui, je voulais me raccrocher à la vie, seulement je ne savais plus à quel but me rattacher, il n’y avait plus rien qui ne me fasse envie. Aller à Telbara avec Müss, pourquoi ? Cela me paraissait vide de sens maintenant.

Nahak restait contre moi, il attendait sans bouger, il ne devait rien comprendre. Que faire vis-à-vis de Jawbol et de Müss ? je tournai mon regard vers le minotaure, qui était venu essayer de me remonter le moral malgré qu’on se connaisse à peine. C’était quelqu’un de bien, je m’en voulais d’avoir pensé qu’il était mauvais parcequ’il avait abandonné Müss.

"Jawbol, Que feriez-vous à ma place, si plus rien ne vous semblait avoir de sens ? Je ne sais pas quoi faire voyez-vous, je ne sais pas si je devrais vraiment rester avec Müss et aller jusque Telbara, ou continuer mon voyage seul… Avec Nahak."

Le kul’tak sembla répondre à son nom, et releva la tête vers moi. Je me doutais que Jawbol n’aurait aucune réponse à me fournir, mais j’avais tout de même envie de lui parler de ça.

•————————————•
Mirko, brisé par le destin
avatar
Mirko
Expert
Expert

Race : Vampire
Classe : Guerrier-mage

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du sang sur la route de Telbara

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum