Le règne des assassins

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Dim 23 Aoû 2015 - 18:38

Peu importe le choix d'Harzhan, Ssyxlat'h ferait avec. En fait, cette idée lui était venue pour éviter de trop faire parler d'eux : agresser le meunier, c'était prendre le risque qu'il vienne ensuite se plaindre à la garde en dénonçant le Naga. Il valait donc mieux le caresser dans le sens du poil afin de lui soutirer les informations, et ils en avaient le moyen. Maintenant, si Harzhan choisissait la manière forte, Ssyxlat'h ne s'en plaindrait pas ; mais lui laisser le choix était en fait une manière de le tester. Ce choix en apprendrait un petit peu plus à Ssyxlat'h sur son compagnon inattendu.

HARZHAN – Très bien, je vais aller lui parler, gentiment.

Il dit cela d'un ton peu enjoué, agacé, comme s'il faisait ce choix à contre-cœur. Craignait-il de contrarier Ssyxlat'h ? Voilà qui était intéressant, car dans ce cas, cela signifiait qu'Harzhan était apte au travail en équipe et n'était pas un pur solitaire égoïste et têtu. Attention à ne pas trop en faire non plus, car Ssyxlat'h n'aimait pas la complaisance. Mais il découvrait une facette de la personnalité d'Harzhan, et c'était le but recherché.

HARZHAN – Bon, donc quand le meunier arrive, je l'aborde et lui demande des informations sur Ilaque en lui promettant une baisse des prix des esclaves. Mais je vous préviens, s'il se montre réticent, ou que je sens qu'il risque d'en parler à Ilaque, je passe à ma méthode. Ensuite on va à la Buse Grise.

Ssyxlat'h hocha la tête. C'est alors que, de la même manière que l'air lui avait apporté l'odeur d'Harzhan pendant qu'il discutait avec Namaï, l'odeur d'un autre Humain lui parvint et il s'agissait sans doute du meunier. Une silhouette se détachait à une centaine de mètres, quittant la bourgade en s'approchant du moulin.

SSYXLAT'H – Pour que j'assiste à votre échange, fais-moi passer pour ton esclave, ça évitera au meunier d'avoir peur de moi. Raconte ce que tu veux, que je suis un esclave très docile que tu as acheté à un concurrent et que tu te rends compte qu'Ilaque vend des esclaves moins bien dressés mais plus chers et que ça te révolte, par exemple. N'oublie pas de dire que Namaï est ton ami, aussi, ça peut amadouer le meunier.

Ssyxlat'h
Expert
Expert


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Dim 23 Aoû 2015 - 21:06

Le meunier approchait alors que Ssyxlat'h donnait ses dernières recommandations à Harzhan, lui suggérant notamment de le faire passer pour un esclave. Harzhan savait parfaitement jouer de rôles, mais il prévint Ssyxlat'h de ne pas prendre pour lui ce qu’il pourrait dire pour amadouer le meunier. L’homme était non loin, et Harzhan put finalement l’appeler, ce qui le fit venir plus près. Il paraissait un peu surpris par leur présence, mais ne dit rien d’autre et attendit que Harzhan lui dise ce qu’il avait à dire.

"Bonjour monsieur, dites-moi, mon ami Namaï la sirène allongé là m’a parlé de votre problème avec un certain Ilaque pour acheter un esclave. Regardez là, mon naga vient d’un autre homme, un marchand du nom de Rorick, et je l’ai eu pour un prix très abordable."

Il avait usé d’un nom qu’il connaissait, un marchand Tacoman assez méconnu. Le but étant de faire en sorte que le meunier croie à son histoire pour lui donner un endroit où trouver Ilaque. Il espérait se montrer assez convainquant. Le meunier écoutait toujours attentivement.

"Voyez comme il est bien dressé, il a appris à baisser la tête devant les humains, et à obéir aux moindre de mes ordres. C’est un jouet bien pratique."
"M’ouais, mais v’voyez m’sieur, Ilaque me d’mande bien plus que j’peux me l’permettre. Vot’ homme, Rorick, il les vend moins cher oui, mais est-ce qu’il vend des esclaves humains ?"

Harzhan serra les poings en entendant cela, il haïssait déjà les marchands d’esclaves, mais celui-ci vendait aussi des humains ? Il faillit tuer le meunier sur le champ pour avoir eu l’envie d’avoir un autre humain soumis à sa volonté, mais se contint. Que pensait Ssyxlat'h de cela ? Lui qui croyait que le commerce d’humains n’avait court qu’en Estandre, il fallait croire que ce commerce échappait totalement aux contrôles Tacomans.

"Mais bien sûr ! Mais écoutez, je peux vous faire une fleur. Dites-moi où trouver Ilaque, et je verrai avec lui une baisse des prix en faisant jouer la concurrence."
"J’ferais pas ça si j’étais vous ! Ilaque est pas du genre à discuter…"
"Ne vous inquiétez pas pour moi, mais vous savez où le trouver ?"
"Bah… J’sais juste qu’son marché est dans une maison d’la ville, mais il y est pas toujours…"

Le meunier expliqua aux assassins quelle maison ils devaient chercher. L’entrée était gardée par un homme derrière un soupirail. Il y avait, dedans, des vendeurs, des gardes, et nombre d’esclaves de nombreuses races. Mais bien sur ce n’était qu’une branche du réseau d’Ilaque et il ne s’y trouvait pas chaque jour. Une fois le meunier parti, Harzhan regarda Ssyxlat'h.

"Alors ? satisfait ?"

Harzhan
Champion
Champion


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Lun 24 Aoû 2015 - 21:05

Ssyxlat'h ne doutait pas qu'Harzhan prendrait un malin plaisir à le faire passer pour son esclave. Il fut étonné de le voir prendre la chose avec tact : Harzhan le prévint de ne pas prendre personnellement ce qu'il pourrait dire au meunier à son sujet en jouant son rôle de maître. Ca, pour le coup, Ssyxlat'h ne s'y attendait pas. Qu'est-ce que ça cachait ? Avait-il envie de se mettre Ssyxlat'h dans sa poche ? Cela paraissait presque pas naturel. Ssyxlat'h se faisait peut-être des idées, mais il trouvait quand même bizarre l'attitude si prévenante d'Harzhan à son égard. En temps normal, c'était appréciable, mais Ssyxlat'h resta méfiant. Harzhan était un assassin, sans doute rusé, et l'on ne pouvait savoir exactement ce qu'il avait derrière la tête ou s'il était honnête.

Le meunier arriva et Harzhan le salua :

HARZHAN – Bonjour monsieur, dites-moi, mon ami Namaï la Sirène allongée là m'a parlé de votre problème avec un certain Ilaque pour acheter un esclave. Regardez là, mon Naga vient d'un autre homme, un marchand du nom de Rorick, et je l'ai eu pour un prix très abordable.

Tout cela sans le moindre accroc dans la voix. Un ton assuré, même le nom de Rorick fut prononcé sans le moindre temps de réflexion comme s'il avait été préparé à l'avance. Harzhan mentait très bien – ce qui à la fois était estimable pour un assassin et digne de méfiance – et savait très bien jouer un rôle. Ssyxlat'h n'en attendait pas moins de lui. Lui-même savait également très bien jouer un rôle. Pour atteindre Sire Janus, il avait dû se mettre dans la peau d'un serviteur. Maintenant, il devait se mettre dans la peau d'un esclave, un statut encore plus bas – il n'y avait probablement pas plus bas que ça – et cela ne lui posait aucun souci.

Ainsi, respectueusement et aussi naturellement que faire se peut, Ssyxlat'h inclina la tête pour ne pas regarder le meunier dans les yeux. Il ne put s'empêcher de tirer la langue pour renifler l'homme, mais c'était si naturel chez un Naga à langue bifide qu'il y avait bien peu de risques que cela soit mal perçu – mais puisque certains Nagas n'ont pas de langue bifide mais une langue plate comme celle d'un Homme-lézard, quelqu'un qui ne connaissait rien aux Nagas pouvait se demander pourquoi l'esclave tirait sa langue fine et souple par la minuscule fente au centre de ses lèvres.

HARZHAN – Voyez comme il est bien dressé, il a appris à baisser la tête devant les Humains, et à obéir au moindre de mes ordres. C'est un jouet bien pratique.

C'était parfait. Harzhan rebondissait sur l'attitude de Ssyxlat'h, le flattant en tant qu'esclave et employant même des mots qui le rabaissaient au rang d'objet ou d'outil. Le meunier ne pouvait que tomber dans l'illusion.

Meunier – M'ouais, mais v'voyez m'sieur, Ilaque me d'mande bien plus que j'peux me l'permettre. Vot' homme, Rorick, il les vend moins cher oui, mais est-ce qu'il vend des esclaves Humains ?

Voilà qui était inattendu. Ssyxlat'h avait suffisamment voyagé et écouté aux murs pour savoir que l'esclavagisme d'Humains, courant dans le Royaume d'Estandre, était très mal perçu dans le Royaume de Tacomnal. En théorie, l'on n'avait pas à craindre une verbalisation pour un commerce d'Humains car la loi du royaume ne l'interdisait pas, mais les mœurs le réprouvaient. Du coin de l'œil, Ssyxlat'h vit Harzhan serrer le poing. Haha, alors pour jouer le maître d'un esclave Naga, il s'y donnait à cœur-joie, mais quand on parlait d'esclave d'Humain, là, comme par hasard, ça devenait déplaisant !
Toutefois, Ssyxlat'h cacha sa surprise sans difficulté – les Nagas et les Hommes-lézards, étant des reptiles, étaient bien moins expressifs que les autres races – et il pria pour qu'Harzhan ne se laisse pas trop troubler, car pour amadouer le meunier, il fallait maintenant lui faire croire qu'Ilaque vendait des esclaves Humains. Ssyxlat'h ne savait pas si c'était le cas mais c'était improbable.

Harzhan répondit comme il fallait. Vint le moment de présenter au meunier l'avantage qu'il aurait à indiquer comment trouver Ilaque. Les deux assassins obtinrent une information utile : Ilaque recelait ses esclaves dans une maison dont le meunier décrivit l'emplacement. Harzhan prit congé du meunier. Quand ce dernier s'en fut allé à son moulin, Harzhan demanda fièrement à Ssyxlat'h s'il était satisfait.

SSYXLAT'H – Oui. Nous n'aurons plus qu'à préparer un plan pour pouvoir assassiner Ilaque sans craindre la riposte de ses acolytes. Puisqu'ils se réunissent dans une maison privée, j'ai une petite idée. Je pense qu'il sera plus prudent de nous en occuper demain, après que nous aurons confronté notre employeur ce soir à l'échec de son propre plan pour nous faire nous entretuer.

Il s'adressa ensuite à Namaï :

SSYXLAT'H – Namaï, grâce à Harzhan, le meunier croit maintenant que tu lui as rendu service en parlant de son problème. Tu n'as qu'à passer la journée à discuter avec lui, vois si tu peux en apprendre un peu plus sur Ilaque que ce qu'il nous a dit.
NAMAI – D'accord.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Lun 24 Aoû 2015 - 23:19

Harzhan pensait avoir bien agi avec le meunier, mais cette histoire de commerce d’esclaves humains le répugnait. Au royaume d’Estandre, cela aurait pu se produire, et c’était même monnaie courante, mais dans celui de Tacomnal… Il se tournait vers le naga, il était prêt à en découdre. Ilaque ne méritait que la mort, et le meunier… Quelles pouvaient bien être ses raisons ? Etait-il perverti, ou bien venait-il d’Estandre ? Quoi qu’il en soit, Harzhan retiendrait son nom pour plus tard. Une visite opportune qui sait ? Ssyxlat'h le tira de ses pensées.

"Oui. Nous n'aurons plus qu'à préparer un plan pour pouvoir assassiner Ilaque sans craindre la riposte de ses acolytes. Puisqu'ils se réunissent dans une maison privée, j'ai une petite idée. Je pense qu'il sera plus prudent de nous en occuper demain, après que nous aurons confronté notre employeur ce soir à l'échec de son propre plan pour nous faire nous entretuer."

Il avait raison, il y aurait de meilleurs moments pour aller chercher Ilaque, et il avait bien envie de rencontrer d’abord son employeur pour « s’expliquer » avec lui. Il laissa Ssyxlat'h s’entretenir un instant avec Namaï. Silencieux, il s'éclipsa pour aller régler ses propres affaires. Après tout, il n'allait pas mettre en pause sa carrière si facilement, et il avait justement une cible...

Il revint quelques heures plus tard, Alors que le milieu de l'après-midi approchait. Arrivant sur le lieu où il avait laissé Ssyxlat'h, il ne vit pas le naga. En s'approchant de la rivière, il vit en revanche que Namaï était toujours là à se prélasser sur la berge. Il s'approcha sans masquer sa présence, pour être vu de la sirène. C'était l'occasion de satisfaire sa curiosité avant que Ssyxlat'h ne revienne. A moins qu'il ne soit déjà dans les parages, à l'observer?

"Je suis revenu Namaï, tu sais où est Ssyxlat'h? Je le cherche pour que l'on décide du plan à suivre à la Buse Grise."

Il s'assit près de l'eau pour regarder la sirène, son corps avait tout d'humain, hormis ces quelques écailles ici et là. Puis il y avait cette queue de poisson, qui lui paraissait assez impressionnante. Il avait des questions pour lui, mais il ne lui demanderait par exemple pas comment il avait rencontré Ssyxlat'h.

"Dis-moi, comment se fait-il que tu suives ton ami jusqu'ici ? Je veux dire, tu dois beaucoup tenir à lui... Et comment les sirènes se battent-t-elles ? Ce qu'on raconte sur vous, par rapport au chant, c'est vrai ?"

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mar 25 Aoû 2015 - 11:47

A sa réaction, il était évident qu'Harzhan réprouvait lui aussi l'esclavage d'Humains. Ssyxlat'h ne savait pas que cela allait au-delà, qu'Harzhan réprouvait en fait l'esclavage dans son entièreté, mais il se disait une chose : le meunier avait l'air de penser qu'Ilaque vendait des esclaves Humains – ce dont Ssyxlat'h doutait fortement, car un homme comme Ilaque ne pouvait pas risquer de salir sa réputation en vendant des Humains dans le Royaume de Tacomnal, Sire Janus et Ilaque étaient du genre à vouloir se donner une image d'hommes respectables – et si Harzhan pouvait lui aussi croire qu'Ilaque vendait des Humains, alors cela lui ferait une bonne raison personnelle de vouloir sa mort. Ce serait parfait : ainsi, Ssyxlat'h et Harzhan auraient tous deux la même cible, chacun pour sa raison.

Harzhan retourna en ville s'occuper de ses affaires. Ssyxlat'h finit de discuter un peu avec Namaï, divaguant sur des sujets anodins. Cela lui fit du bien de discuter avec son ami, il put ainsi se changer les idées avant de revenir à sa mission. Il retourna lui aussi en ville. Il avait déjà repéré toutes les rues de la petite bourgade qu'était Tombulie, mais il avait surtout étudié un quartier. Il alla donc étudier les rues autour de la maison d'Ilaque, celle désignée par le meunier comme étant son entrepôt d'esclaves. La difficulté fut de ne pas attirer les soupçons des sbires d'Ilaque qui pourraient noter qu'un Naga rôdait un peu trop longtemps dans le périmètre. Ssyxlat'h y passa plusieurs heures, sans se douter qu'Harzhan discutait avec Namaï.

La Sirène avait nagé le long de la rivière, mais à un moment de l'après-midi, Harzhan vint la trouver au même lieu que le matin, à une centaine de mètres du moulin, à l'écart des habitations. La Sirène était allongée sur la berge et sourit à l'Humain en le voyant s'approcher d'elle.

HARZHAN – Je suis revenu, Namaï, tu sais où est Ssyxlat'h? Je le cherche pour que l'on décide du plan à suivre à la Buse Grise.
NAMAI – A mon avis, vous le trouverez en repérage, le connaissant. Ou dans une taverne, à écouter les ragots sur Ilaque.

Harzhan s'assit sur la berge, à deux mètres de la Sirène qui le laissa l'observer de la tête aux nageoires.

HARZHAN – Dis-moi, comment se fait-il que tu suives ton ami jusqu'ici ? Je veux dire, tu dois beaucoup tenir à lui...

Namaï était assez naïf, du moins comparé à Ssyxlat'h. Il n'était pas très craintif, il parlait facilement avec les « gens du monde du sol », pour qui il avait une certaine fascination. Il rêvait de pouvoir à volonté métamorphoser sa queue en jambes pour marcher sur le sol ferme et aller lui-même à la rencontre de toutes les races terrestres plutôt que d'attendre qu'on vienne à sa rencontre. Ssyxlat'h savait qu'il n'était pas bon d'exposer une amitié, ou un amour, mais Namaï n'avait pas ce genre de considérations. Il n'avait rien d'un assassin, et c'étaient justement sa gentillesse et sa naïveté qui faisaient du bien à Ssyxlat'h. Namaï savait, de son côté, qu'un vrai cœur battait dans la poitrine du Naga assassin. Il savait que Ssyxkat'h tenait à lui, et il tenait énormément à Ssyxlat'h en retour. C'était une amitié très forte à tel point que l'on pouvait parfois les croire amants dans leur comportement l'un envers l'autre. Une idée stupide, bien sûr, d'une part parce que Ssyxlat'h était hétérosexuel, et d'autre part car il n'avait pas d'attirance physique pour une créature au visage humain. Il pouvait trouver belle une Femme-lézard, oui, et éventuellement ressentir quelque chose pour elle, mais pas une Sirène. Par contre, aux yeux d'un Humain – ou d'une Humaine – Namaï était beau, oui. Comme tout, bien sûr, c'était subjectif, et puis il fallait faire abstraction de ses écailles et de sa queue de poisson.

NAMAI – J'aime voyager, aller à la rencontre des gens du monde du sol, comme vous, comme lui. Ssyxlat'h est un grand ami, le meilleur que j'ai, et il aime voyager lui aussi. Je le suivrai partout.

Namaï rampa plus près de la rivière et y plongea la tête une seconde, la relevant ensuite avec ses cheveux mouillés. Il se tourna et immergea sa queue de poisson en regardant Harzhan.

HARZHAN – Et comment les Sirènes se battent-elles ? Ce qu'on raconte sur vous, par rapport au chant, c'est vrai ?

Namaï eut un tendre rictus.

NAMAI – Ce n'est pas à moi de le dire, mais de ce que j'observe, oui, c'est plutôt vrai.

Namaï parlait avec modestie. Ssyxlat'h adorait l'écouter chanter. La Sirène avait le pouvoir d'hypnotiser l'homme-serpent avec son chant, et jamais personne d'autre n'avait mal apprécié son chant. Ce n'était pas « plutôt » vrai, c'était absolument vrai.

NAMAI – Voudriez-vous vous baigner avec moi ?

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Mar 25 Aoû 2015 - 12:39

La sirène lui indiqua que le naga devait se trouver quelque part en repérage, une attitude que Harzhan ne pouvait que respecter, lui qui préparait toujours tout méticuleusement. Lui aussi avait essayé d’en apprendre plus, sans grand succès. Ilaque semblait être aussi un homme minutieux, et très secret. S’il n’avait pas trafiqué d’esclaves, Harzhan aurait peut-être pu l’apprécier. Peut-être… Il restait assis sur la berge, à contempler Namaï de son regard de glace. Lui semblait plus amical, curieux et naïf que Ssyxlat'h, donc, pour Harzhan, il était plus faible. Il retiendrait ça, même si il n’avait pas l’intention de s’en prendre à lui. Il était aussi indéniablement beau, enfin si l’on faisait abstraction des écailles irisées de sa queue et qu’on retrouvait aussi sur son corps à certains endroits.

"J'aime voyager, aller à la rencontre des gens du monde du sol, comme vous, comme lui. Ssyxlat'h est un grand ami, le meilleur que j'ai, et il aime voyager lui aussi. Je le suivrai partout."

Harzhan ne comprenait pas comment pouvait se former une telle amitié, lui qui vivait toujours en solitaire. Il ne comprenait pas qu’un assassin, de par sa profession, puisse embarquer une personne innocente avec lui. Et surtout, il ne comprenait pas comment la sirène faisait pour ne pas être répugné par leurs professions. Une amitié à toute épreuve avec un assassin, ça lui paraissait impossible, mais il n’en dit rien. Il se contenta d’écouter la réponse avec son calme habituel.

Pour le chant, il disait que c’était plutôt vrai. Donc les sirènes attiraient bien les hommes dans l’eau jusqu’à ce qu’ils se noient ? Il notait bien cela, qu’il devait prendre garde à son chant. D’un côté sa curiosité lui dictait d’écouter si il se mettait à chanter, de l’autre la prudence lui ordonnait de rester sur ses gardes. Harzhan avait toujours été plus prudent que curieux. Il ne laissait pas sa curiosité prendre le pas sur ses chances de survie. Puis Namaï le prit au dépourvu avec une question des plus inattendues.

"Voudriez-vous vous baigner avec moi ?"
"Pas question."

Il s’était montré un peu sec sur sa réponse, mais il s’y tiendrait. Dans l’eau, il se sentait vulnérable. Il détestait aussi avoir ses vêtements trempés, et il était hors de question qu’il les retire, car il devrait enlever ses armes de ses hanches. Aucun assassin digne de ce nom ne se séparerait de ses armes face à qui que ce soit. Mais la sirène ne semblait pourvue de mauvaises intentions, c’était peut-être juste sa manière de faire avec les humains. Cela dit, Harzhan était de toute façon un piètre nageur. Il savait se tenir dans l’eau et même nager un peu, mais il ne le faisait qu’en cas d’urgence, car il était ridicule quand il nageait.

"Désolé, mais je n’aime pas nager, et je n’aime pas être mouillé autrement que pour me laver. Et en plus je…"

Un bruit l’alerta, et il se releva vivement, se tournant dos à Namaï, et sortant à demi ses lames de leurs fourreaux. Quelqu’un ou quelque chose approchait, qu’il ne voyait pas. Etais-ce son imagination ? Un simple bruissement du vent dans l’herbe ? Il n’était jamais trop prudent.

Qui est là ?

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mer 26 Aoû 2015 - 17:38

HARZHAN – Pas question.

Namaï ne comprit pas le ton sec d'Harzhan. Il se demanda un instant si c'est parce qu'il dégoûtait ou déplaisait à l'Humain, avant de réfléchir à d'autres hypothèses. Il n'eut pas à réfléchir bien longtemps, Harzhan s'expliqua :

HARZHAN – Désolé, mais je n'aime pas nager, et je n'aime pas être mouillé autrement que pour me laver. Et en plus je...

L'assassin se coupa net, fit volte-face et mit les mains sur ses armes. Namaï n'était pas plus idiot qu'un autre et comprit qu'il avait entendu quelque chose, peut-être détecté une menace. Namaï resta muet, oubliant complètement le sujet de leur conversation et ce que venait de dire Harzhan sur son refus de venir se baigner. Il ne pensa à rien, ouvrant juste ses sens aux aguets pour savoir ce qu'Harzhan avait entendu. Il espéra que ce soit Ssyxlat'h, mais... il se doutait bien que ça ne pouvait être lui. Les Nagas étaient aussi discrets que les serpents quand ils se déplaçaient, car la reptation ne produisait pas de bruits de pas. Harzhan n'aurait donc pas pu entendre Ssyxlat'h approcher, encore moins pendant qu'il parlait à Namaï. Il n'avait pas non plus un corps de serpent étalé au sol et sensible aux vibrations.

NAMAI – Là !

La silhouette se détacha d'une butte à juste quelques dizaines de mètres : un cyclope. Il s'approchait de Tombulie et du moulin. Namaï échangea un regard avec Harzhan. Il n'avait encore jamais affronté de cyclopes, et devait l'empêcher d'atteindre la bourgade où il pourrait faire un petit massacre avant d'être enfin tué.

NAMAI – J'ai une idée. Ils ont bien des oreilles ? Je vais le distraire, attaquez-le quand il relâche sa vigilance.

Le cyclope approchait toujours. La Sirène se tira complètement dans la rivière et nagea sur quelques mètres pour être plus près de la direction que prenait le cyclope, tout en restant à portée de vue et de voix d'Harzhan. Namaï lui jeta d'ailleurs un regard, comme pour se donner confiance. Il espérait que son idée était bonne.

La Sirène se posa sur un rocher dont la pointe seulement faisait saillie hors de la surface de la rivière, étalant son corps de poisson pour se sentir confortablement posée. Elle prit une grande inspiration, puis commença à chanter. Puisque tout était improvisé, Namaï ne prononça pas de parole, il ne fit qu'improviser une mélodie avec sa voix comme s'il jouait d'un instrument de musique. Il avait beau être un mâle, il disposait comme toute Sirène d'une tessiture inhumaine. Des graves aux aigus, toutes les notes étaient parfaites, cristallines, harmonieuses, envoûtantes.

Comme espéré, le cyclope entendit le chant et tourna la tête vers la Sirène en lâchant bêtement un « Huh ? ». Gourdin en main, le géant à œil unique fit quelques pas vers la Sirène. Namaï avait peur mais rien ne transparut dans son chant magnifique. Distrait, le cyclope écouta le chant, et Harzhan devait absolument profiter de cet espace de temps pendant lequel le cyclope ne ressentait plus d'agressivité, pour l'attaquer par surprise.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Mer 26 Aoû 2015 - 19:42

Harzhan restait aux aguets, des pas lourds se rapprochaient, ce qui excluait que Ssyxlat'h soit l’inconnu. Il cherchait aux alentours, et c’est en entendant le cri d’alerte de Namaï qu’il vit, surgissant de derrière le moulin, un cyclope. Le grand humanoïde mesurait au bas mot trois mètres, et Harzhan se demandait ce qu’il allait bien pouvoir faire contre une telle chose. Bien sûr, il allait battre en retraite, car il n’avait aucune chance de le vaincre. Mais cela le dégoutait d’être impuissant, le cyclope allait sans doute causer de gros dommages à Tombulie. Mais la sirène avait une autre idée en tête, qu’elle lui exposa.

"J'ai une idée. Ils ont bien des oreilles ? Je vais le distraire, attaquez-le quand il relâche sa vigilance."

De toute façon, il n’avait pas mieux. Il signala son accord à Namaï par un bref hochement de tête et se baissa avant de partir vers le cyclope dans une discrétion totale. Puis il entendit la sirène chanter, une voix mélodieuse qui touchait directement l’âme des gens en usant d’accords et de tonalités inédites. Le son qui s’élevait dans l’air était si beau que Harzhan envisagea de s’asseoir et d’attendre en écoutant la mélodie. Mais il y pensa seulement un instant. Il était un tueur, et il ne tomberait pas dans un tel piège. Namaï risquait sa vie pour lui offrir une ouverture.

Il regarda le moulin où se trouvait le cyclope, lequel semblait écouter Namaï à présent, et donc focaliser son attention sur lui. L’assassin pourrait monter dans le moulin, et sauter par une ouverture qui servait de fenêtre directement sur le dos du cyclope. Il s’approcha doucement, sans être repéré par le cyclope, et arriva bien vite près du moulin. Il allait y entrer quand le cyclope se mit en mouvement pour aller vers Namaï, s’éloignant de l’édifice. Harzhan jura, son plan tombait à l’eau et il était désormais derrière le cyclope. Il devait l’attaquer directement.

Il se jeta donc sur lui, mais il ne pouvait atteindre aucun point vital. Mais il se lança à l’assaut du cyclope toujours inconscient de sa présence. Une lame entra profondément dans la chair de la cuisse du colosse qui poussa un beuglement avec un mélange de douleur et de surprise. Se servant de la lame profondément enfoncée dans le cyclope comme prise, il atteint l’abdomen de celui-ci pour sa seconde attaque, juste sous sa cage thoracique. Deux coups non mortels, mais infligeant des blessures graves. Le cyclope fit un balayage de la main, et Harzhan dut se désengager. Or, l’une de ses lames resta coincée dans le corps du cyclope, et par manque de temps, il dut la lacher.

Il se retrouva couché au sol avec une seule arme en main, et le cyclope baissa son œil unique vers lui, le regardant avec fureur.

"Toi blesser Gromok ! Gromok casser crane de toi !"

Il balança son énorme massue vers Harzhan, mais une roulade arrière lui permit de se mettre hors de portée, le cyclope avait visé trop court. Il se remit debout, mais avec une seule arme et sans effet de surprise, il doutait de sa victoire.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Jeu 27 Aoû 2015 - 15:23

Harzhan voulut tout d'abord attaquer par le moulin, peut-être pour se donner de la hauteur sur cet ennemi grand de trois mètres. Le cyclope fit quelques pas vers Namaï, qui encore une fois dut lutter pour ne pas laisser transparaître sa peur dans son chant ; car il avait peur, oui, non seulement parce que le cyclope s'approchait un peu plus et qu'il se demandait si son chant ne faisait déjà plus effet, et parce qu'Harzhan n'allait plus pouvoir mettre son idée à exécution. Namaï reprit ses esprits en voyant bien que le cyclope étant encore sous le charme de son chant. Il s'efforça de sourire en poursuivant sa mélodie improvisée.

Harzhan aurait pu lui aussi se laisser distraire par cette mélodie vocale d'une beauté à étreindre directement le cœur comme seule une Sirène sait le faire avec sa seule voix. Heureusement, l'assassin resta concentré sur sa cible autant qu'il put, et porta ses attaques, plongeant une lame dans la cuisse gauche du cyclope puis sa seconde lame dans son ventre. Le cyclope hurla d'une force que toute la bourgade de Tombulie dut l'entendre. Namaï s'arrêta de chanter lorsqu'Harzhan fut balayé par un geste du bras du cyclope, ne réussissant à garder en main qu'une seule de ses deux épées, l'autre restant plantée dans le ventre du monstre humanoïde.

***

Comme pour se rappeler à ceux qui les auraient oubliées, une nouvelle averse arrosa Tombulie et toute la région. Depuis le début de l'été, il n'avait pas cessé de pleuvoir sur le Nord-Ouest de l'Orcande dans une succession d'averses plus ou moins longues mais jamais très espacées. Le sol de certaines grandes villes devait être inondé, mais ce n'était pas la préoccupation de Ssyxlat'h que l'averse n'interrompit pas dans sa tâche de repérage. L'assassin avait maintenant l'impression de connaître Tombulie sur le bout des doigts. Alors qu'il s'apprêtait à quitter la bourgade pour aller demander à Namaï s'il n'avait pas vu Harzhan par hasard, il entendit un cri puissant qui ne venait pas d'un Humain, ou alors d'un très très gros Humain. Le Naga serpenta à toute allure dans les rues en direction du bruit car il s'agissait aussi de la direction du moulin, et il avait peur qu'un monstre soit en train d'attaquer Namaï.

Quand il arriva sur les lieux, il put voir que sa peur était à moitié vraie. Il y avait bien un monstre mais il n'attaquait pas Namaï. Il y avait Harzhan aussi, au moins Ssyxlat'h n'aurait pas à le chercher. A condition que l'assassin Humain reste en vie, car c'était lui que le cyclope attaquait. Ce dernier avait une des épées d'Harzhan plantée dans le ventre, et saignait également de la cuisse.

Cyclope – Toi blesser Gromok ! Gromok casser crâne de toi !

Le temps pour Ssyxlat'h d'attraper sa sarbacane et de tremper une fléchette dans sa fiole de venin, le cyclope abattit son lourd gourdin sur Harzhan. Heureusement, le coup fut esquivé par une roulade arrière, et Harzhan se remit debout. Ssyxlat'h arma sa sarbacane et souffla. La flèchette vint se planter dans l'épaule droite du cyclope, celle de son bras armé.

Cyclope – Huh ? Etre quoi, ça ?

Le cyclope regarda la fléchette, qu'il retira de sa main gauche.

Cyclope – Hey... Sensation bizarre dans le bras...

Ssyxlat'h savait que sur un cyclope, son venin n'endormirait pas dans la seconde. Il avait donc visé l'épaule pour engourdir rapidement le bras armé du cyclope en créant une sensation de “fourmis” et ainsi couvrir Harzhan. Sans attendre une seconde, il trempa une seconde fléchette dans la fiole contenant son propre venin. Le cyclope, lui, se tourna vers Namaï et lui dit :

Cyclope – Toi chanter bien, Gromok aimer toi, toi ami ! Toi protéger Gromok ami, Gromok saigner et avoir mal !

Une fléchette empoisonnée se planta cette fois dans le cou du cyclope. Le venin put commencer à faire effet sur le cyclope en lui montant à la tête, car c'est en atteignant le cerveau qu'il endormait la cible. Ce n'était pas un venin paralysant, juste un venin somnifère, efficace en étant bu ou injecté dans le sang. Namaï, lui, resta tétanisé devant le cyclope, car il commençait à avoir presque des regrets pour cet être qu'il venait de trahir en chantant.

Cyclope – Pourquoi toi pas aider Gromok ? Gromok avoir mal... Gromok... av... avoir... besoin... d...

Voilà, le cyclope s'assoupissait, et finalement il s'écroula, endormi. Ssyxlat'h rangea sa fiole et sa sarbacane et se précipita vers Namaï, rampant dans la rivière pour aller tenir son ami par les épaules, puisque la Sirène s'était posée sur un rocher au milieu du cours d'eau.

SSYXLAT'H – Tout va bien, Namaï ?

Encore un peu perturbé par l'émotion, Namaï ne quitta pas le cyclope du regard en balbutiant :

NAMAI – Oui... Je...

Ssyxlat'h avait entendu les mots du cyclope adressés à Namaï. Apparemment, ce dernier avait chanté pour faire baisser la garde au cyclope et permettre à Harzhan d'attaquer en traître. C'était une tactique intelligente et Namaï n'avait pas à s'en vouloir.

SSYXLAT'H – Ce n'est qu'un cyclope, tu n'as pas à t'en vouloir, si tu n'avais pas eu cette idée, il t'aurais attaqué ou aurait attaqué les villageois. Tu as bien fait.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Jeu 27 Aoû 2015 - 16:39

Harzhan se savait en bien mauvaise posture, avec une seule arme contre un ennemi si massif. Pour ne rien arranger, il se mit à pleuvoir, et il détestait être mouillé. Le cyclope avança dans sa direction, un pas après l’autre. Il devait gagner du temps. Mais gagner du temps pour quoi ? Il devrait certainement se battre seul jusqu’au bout. Bien sûr il ne le ferait pas, il fuirait, comme il faisait quand il ne pouvait pas gagner un combat. Il laisserait Namaï aux mains du cyclope, certes il le regretterait peut-être, mais sa sécurité passait avant tout le reste. Le cyclope releva sa grosse massue, prêt à frapper, quand il sembla hésiter, visiblement gêné par quelque chose.

"Huh ? Etre quoi, ça ? Hey... Sensation bizarre dans le bras..."

Harzhan vit que le cyclope tenait dans ses énormes doigts un petit projectile, comme une fléchette. Harzhan ne connaissait qu’une personne qui usait de ce genre d’arme. Ssyxlat'h. Pour une fois, il se sentait soulagé de savoir le naga à ses côtés. Cela rendrait le combat plus facile. Le cyclope se tourna alors vers la sirène, un air suppliant au visage.

"Toi chanter bien, Gromok aimer toi, toi ami ! Toi protéger Gromok ami, Gromok saigner et avoir mal !"

Une seconde piqure vint frapper le cyclope qui semblait de plus en plus faible. Harzhan savait de quoi il retournait : du poison. Une vraie arme d’assassin, même si Harzhan préférait compter sur ses propres aptitudes plutôt que sur ça. Mais il devait bien avouer que c’était diablement efficace.

"Pourquoi toi pas aider Gromok ? Gromok avoir mal... Gromok... av... avoir... besoin... d..."

Le colosse s’effondra, provoquant une secousse qui manqua de faire tomber Harzhan. Il était endormi, le poison était donc un somnifère. Ssyxlat'h s’approcha alors, et alla discuter avec Namaï, qui semblait un peu choqué par la dernière réaction du cyclope. Harzhan n’avait pas de tels sentiments, si cela ne tenait qu’à lui, il tuerait immédiatement le cyclope sans défense, mais la sirène, elle, semblait éprouver de la compassion. Il les laissa discuter un long moment, puis, un peu ennuyé d’attendre, rejoignit les deux personnes.

"Bon, Ssyxlat'h, tu as pu apprendre des choses sur Ilaque ? Il faudra bientôt qu’on aille à la Buse Grise…"

Il essuya la pluie de son visage, décidément, il détestait ça.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Sam 29 Aoû 2015 - 10:19

HARZHAN – Bon, Ssyxlat'h, tu as pu apprendre des choses sur Ilaque ? Il faudra bientôt qu'on aille à la Buse Grise...

Ssyxlat'h tourna la tête. Harzhan s'était approché, sans doute lassé de regarder les deux amis bavarder alors qu'un cyclope était là, endormi, et qu'il y avait d'autres choses à faire. Harzhan avait le manque de compassion d'un assassin froid et solitaire. Ssyxlat'h connaissait bien cela, et pourrait facilement devenir comme lui, mais il n'en avait pas envie, et c'est grâce à Namaï qu'il ne sombrait pas. Le Naga quitta le ruisseau, et rampa jusqu'au cyclope sans répondre immédiatement à Harzhan.

Le cyclope respirait encore et aucune nouvelle blessure n'était visible. Harzhan ne l'avait même pas achevé, et cela surprit Ssyxlat'h. Bien sûr, même si le cyclope se réveillait, il ne serait plus une menace : il perdait beaucoup trop de sang par la cuisse et par le ventre. Il aurait sans doute du mal à se remettre debout et mourrait lentement d'hémorragie. Namaï était troublé par les derniers mots du cyclope, et la dernière chose qu'il fallait à la Sirène, c'était bien de le voir agoniser. Par respect pour son ami, à qui il adressa un regard indéchiffrable sur sa tête reptilienne de cobra, il planta la lame d'un saï en pleine nuque du cyclope, le tuant sur le coup.

SSYXLAT'H – Il ne souffrira pas.

Après tout, Ssyxlat'h ne prenait pas de plaisir dans la souffrance d'autrui, pas même de ses cibles, sauf lorsque cela devenait personnel – et justement, un bon assassin se devait d'éviter que ses actes deviennent personnels. Ssyxlat'h aimait l'efficacité et la netteté, pas la boucherie. Il n'était pas sadique. Harzhan prenait peut-être plus de plaisir à jouer avec ses victimes, Ssyxlat'h ne le connaissait pas encore assez pour dire. En tout cas, Harzhan avait posé une question et attendait une réponse.

SSYXLAT'H – J'ai repéré les lieux, et je sais que tous les soirs, Ilaque et ses sbires se fournissent deux demi-tonneaux d'hydromel à la Chope Sans Fond, une auberge. Je pense que l'aubergiste ne déclare pas tout son commerce d'alcool, mais c'est un autre sujet. Deux sbires d'Ilaque viennent chercher les demi-tonneaux et les portent à la maison dont nous a parlé le meunier. C'est ce qui va nous permettre de les neutraliser.

Ssyxlat'h avait un plan très simple en tête.

SSYXLAT'H – Dans une heure, nous nous rendons à la Buse Grise. As-tu quelque chose à faire ?

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Sam 29 Aoû 2015 - 11:40

Harzhan ne comprenait pas ce qui les retenait si longtemps, ils en avaient fini avec le cyclope et il allait certainement se vider de son sang et mourir d’hémorragie peu après son réveil, le problème était réglé. Ils avaient d’autres choses plus intéressantes à faire, et surtout plus importantes. Ssyxlat'h lui jeta alors un regard, et ignora temporairement sa question pour aller vers le cyclope endormi. Namaï, lui, semblait toujours aussi attristé et choqué par les derniers mots du cyclope.

Harzhan comprit alors que c’était par égards pour lui que Ssyxlat'h allait faire ce qu’il fit, c’est-à-dire achever le cyclope d’un coup dans la nuque, en précisant bien à l’attention de la sirène qu’il abrégeait ses souffrances. Encore un coup pour rien se dit Harzhan, c’était inutile et superflu, mais il faisait ça par amitié, voilà donc où une trop grande proximité pouvait mener, à des faiblesses. Au moins le coup avait été efficace, il devait bien reconnaître ça. Le laisser souffrir n’aurait pas dérangé Harzhan, même si il n’était pas profondément sadique, il pouvait parfois y trouver un certain plaisir.

Ssyxlat'h se tourna enfin vers lui pour lui répondre.

"J'ai repéré les lieux, et je sais que tous les soirs, Ilaque et ses sbires se fournissent deux demi-tonneaux d'hydromel à la Chope Sans Fond, une auberge. Je pense que l'aubergiste ne déclare pas tout son commerce d'alcool, mais c'est un autre sujet. Deux sbires d'Ilaque viennent chercher les demi-tonneaux et les portent à la maison dont nous a parlé le meunier. C'est ce qui va nous permettre de les neutraliser."
"Bien, c’est en effet une précision intéressante. Donc on s’infiltrera par les tonneaux."

Il savait que le naga avait un plan, mais cela ne lui plaisait donc pas, car il devrait se contenter de se laisser conduire. Harzhan préférait diriger les opérations lorsqu’il devait assassiner quelqu’un plutôt que suivre un plan établi par un autre. Si Ssyxlat'h avait commis une erreur, il ne pourrait pas le savoir avant de devoir payer pour sa négligence. Mais il n’avait pas le choix, et au besoin, il pourrait laisser Ssyxlat'h à son sort et s’enfuir, du moins il l’espérait.

"Dans une heure, nous nous rendons à la Buse Grise. As-tu quelque chose à faire ?"
"Rien qu’il soit important de faire, mais je voudrais que tu m’en dises plus sur la marche à suivre une fois là-bas. Pas question que cet homme nous prenne au dépourvu une seconde fois. Je pensais l’enlever d’une façon ou d’une autre puis le torturer pour lui extorquer des informations, c’est la manière la plus efficace pour qu’il ne mente pas. On pourrait lui faire croire qu’on lui a posé un lapin, puis lui tendre une embuscade."

Connaissant Ssyxlat'h, il refuserait cette proposition, il ne semblait pas être du genre à torturer, ou tuer pour le plaisir. Il était le genre d’assassin qui pouvait se laisser avoir par un élan de compassion, surtout à cause de Namaï, et cela constituait sa plus grande faiblesse.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Lun 31 Aoû 2015 - 12:00

Harzhan dut mal comprendre un détail, car il suggéra de s'infiltrer chez Ilaque par les tonneaux. Or, ses sbires se servaient deux demi-tonneaux chaque soir. Pas de grands tonneaux, juste des demi-tonneaux, des tonnelets pour ainsi dire, plus facile à transporter à la main sans nécessiter de charrette, mais dans lequel nul n'avait la place pour s'insérer en entier, à moins d'avoir de sérieuses anomalies du squelette. Ssyxlat'h avait donc en tête un autre plan que de celui de s'infiltrer, car par les demi-tonneaux c'était physiquement impossible. Les Nagas avaient certes une extrême souplesse dans leur corps de serpent, mais celui-ci était également trop long et trop épais pour rentrer dans de petits tonnelets de 50cm de haut où l'on ne peut même pas rentrer le torse.

En tout cas, ça, c'était pour le lendemain. Pour le soir même, ils allaient se rendre à la Buse Grise, et Harzhan affirma n'avoir rien de particulier à faire pendant l'heure qui restait. Il voulut cependant savoir ce que Ssyxlat'h avait prévu comme plan une fois dans la taverne face à leur employeur.

HARZHAN – Pas question que cet homme nous prenne au dépourvu une seconde fois. Je pensais l'enlever d'une façon ou d'une autre puis le torturer pour lui extorquer des informations, c'est la manière la plus efficace pour qu'il ne mente pas. On pourrait lui faire croire qu'on lui a posé un lapin, puis lui tendre une embuscade.

Ssyxlat'h était assez d'accord. Quand il s'agissait de tuer quelqu'un, Ssyxlat'h était du genre efficace. Il ne prenait pas de plaisir à faire souffrir, il frappait directement de façon mortelle et ne prenait pas de trophée. C'était valable aussi quand il avait à se battre de façon générale. Par exemple, même si Namaï n'avait pas été là, il n'aurait pas aimé laisser le cyclope à l'agonie, mourir d'hémorragie. En revanche, quand il s'agissait d'extorquer des informations, Ssyxlat'h savait les vertus de la manière forte. Il était un Naga, et il ne comptait pas le nombre de fois où il avait fait parler des cibles en les broyant lentement dans ses anneaux.

SSYXLAT'H – Bien. Seulement, je n'ai pas rendez-vous avec lui, il vient juste s'asseoir chaque soir à la Buse Grise et je dois l'y retrouver le jour où j'ai accompli ma mission. Nous devrons donc attendre qu'il sorte, ou le faire sortir par nous-mêmes. As-tu une petite fiole sur toi ?

Ssyxlat'h avait une idée pour faire sortir leur employeur de la taverne. Seulement, il ne voulait pas donner sa propre fiole de venin à Harzhan, et ce dernier lui répondit qu'il n'en avait pas sur lui. De toute façon, réflexion faite, l'idée de Ssyxlat'h était risquée, car cela laisserait des témoins à la taverne qui pourraient affirmer avoir vu Harzhan et Ssyxlat'h à la table de l'homme. Harzhan avait un meilleur plan, il fallait le reconnaître.

SSYXLAT'H – Bien, nous allons donc faire comme tu as dit : une embuscade dans les rues. Seulement, je ne sais pas au bout de combien de temps il quitte la taverne, ni quelles rues il emprunte ensuite. Il faudra le filer discrètement jusqu'à un endroit où nous pourrons lui tomber dessus.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Lun 31 Aoû 2015 - 15:54

"Bien. Seulement, je n'ai pas rendez-vous avec lui, il vient juste s'asseoir chaque soir à la Buse Grise et je dois l'y retrouver le jour où j'ai accompli ma mission. Nous devrons donc attendre qu'il sorte, ou le faire sortir par nous-mêmes. As-tu une petite fiole sur toi ?"
"Non, je n’en ai pas l’utilité, je n’ai pas de récipient sur moi."

Harzhan ne portait jamais plus que nécessaire sur lui. Comme pour tout le reste, il ne portait rien de superflu sur lui. Ce qui le surprenait plus encore, c’était que Ssyxlat'h approuvait son plan. Il se demandait s’il ne s’était pas trompé sur son compte. La perspective de devoir attendre ne le dérangeait pas, c’était une vertu de l’assassin que de savoir patienter. Au moins, ils ne seraient pas repérés par quiconque dans l’auberge. Mais ils devaient donc filer leur employeur, ce qui ne serait pas difficile au vu des talents apparents du naga.

"Bien, nous allons donc faire comme tu as dit : une embuscade dans les rues. Seulement, je ne sais pas au bout de combien de temps il quitte la taverne, ni quelles rues il emprunte ensuite. Il faudra le filer discrètement jusqu'à un endroit où nous pourrons lui tomber dessus."

Harzhan hocha la tête pour marquer son approbation. Il leur fallait, donc, comme disait Ssyxlat'h, trouver un endroit ou tendre une embuscade. Ils se rendirent jusqu’au lieu indiqué, et se mirent en quête d’un bon endroit où attendre. Dans une ruelle dépeuplée, il grimpa aux murs pour se rendre sur les toits. Il se souvenait encore douloureusement qu’il était tombé d’un toit la veille, mais les circonstances étaient particulières, il ne sauterait plus sur un autre assassin comme ça. De son point de vue, il avait une vue dégagée sur la Buse Grise. Il regarda le naga et lui fit signe qu’il était en bonne position.

L’attente fut longue, Harzhan commençait à penser que l’employeur ne sortirait jamais de l’auberge, qu’il y couchait. La porte s’ouvrait et chaque fois Harzhan se tendait, prêt à passer à l’action avant de voir que ce n’était pas l’homme recherché. Au bout d’un long moment, il vit une énième fois la porte s’ouvrir, et cette fois, un homme semblant correspondre à leur employeur en sortit. La nuit était bien avancée, l’heure de l’assassin, il se leva et fit signe à Ssyxlat'h. Souple comme un chat, discret comme une ombre, il suivit l’homme. Il marchait paisiblement, pas effrayé visiblement. Il tournait dans les différentes ruelles sans se douter qu’il était suivi. Finalement, il arriva dans une ruelle où il s’arrêta, sa maison était là. Il en sortit les clés et allait ouvrir la porte. Ils devaient agir maintenant.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mer 2 Sep 2015 - 10:40

Puisque les deux assassins s'étaient facilement mis d'accord sur le plan à suivre pour confronter leur employeur, ils décidèrent de passer à l'action. Il leur restait un peu de temps dont Harzhan profita pour analyser l'agencement des rues comme Ssyxlat'h l'avait fait, puis l'Humain grimpa un mur pour se déplacer sur les toits, ce qu'un Naga pouvait faire beaucoup moins facilement sans que ce ne fût impossible non plus.
Harzhan sur les toits, Ssyxlat'h au sol, ils se postèrent chacun à un endroit d'où ils pouvaient surveiller la porte de la taverne en restant discrets. Il leur fallut alors attendre. Attendre... Attendre... Cela avait beau faire partie des vertues requises pour un assassin – et Ssyxlat'h et Harzhan n'y dérogeaient pas – leur employeur prenait bien son temps, à tel point que Ssyxlat'h eut peur à un moment que l'homme ne soit sorti par une porte dérobée dont il ignorait l'existence. Leur employeur devait sortir du bâtiment, de toute façon, il n'y dormirait pas, la Buse Grise était juste une taverne, pas une auberge, elle ne proposait pas de chambres.

Les clients sortaient les uns après les autres alors que la nuit enveloppait toute la ville. A ce rythme-là, l'employeur des deux assassins serait le tout dernier client à sortir, car en général, à cette heure, les gens n'étaient plus à la taverne mais déjà chez eux. Certes, Tombulie n'était qu'une bourgade d'environ mille habitants, étalée sur quinze hectares, il fallait quelque chose comme trois minutes seulement pour aller d'un bout à l'autre de la bourgade sans se presser ; donc, même sans éclairage dans les rues, il n'y avait pas à marcher longtemps en sortant d'une taverne pour se rendre chez soi.

Au grand soulagement de Ssyxlat'h, qui craignait vraiment l'existence d'une porte dérobée, leur employeur fit sa sortie de la taverne, et il était sans doute le dernier client comme l'avait supposé Ssyxlat'h. Il marcha dans quelques rues, d'un air décontracté. Il avait l'air de ne se doutait de rien alors que le Naga au sol et l'Humain sur les toits le filaient, jusqu'à sa maison où il sortit ses clés en s'arrêtant devant la porte.

C'était le moment. Jusque là, l'homme-serpent s'était montré souple et discret comme un vrai serpent. Il tira encore profit de ses capacités naturelles pour se rapprocher au plus près de son employeur pendant que ce dernier tournait la clé dans la serrure.

SSYXLAT'H – Bonsoir.

L'homme sursauta, et tourna la tête en retirant la clé de la serrure.

Employeur – Vous ! Qu'est-ce qu'il vous prend de m'approcher en rasant les murs comme ça ? Et nous ne devons pas nous rencontrer dans la rue ! Je vous ai attendu des heures à la Buse Grise !

Ssyxlat'h n'afficha aucune expression sur sa tête de serpent déjà peu expressive.

SSYXLAT'H – Je sais. Mais j'ai cru comprendre qu'il y a quelqu'un d'autre que vous devez rencontrer dans les ruelles.

Le Naga tirait sa langue répétitivement pour s'assurer à l'odorat qu'Harzhan n'était pas parti ; il fit aussi attention à la perception de sa queue de serpent au sol au cas où Harzhan s'approcherait derrière lui. Il ne lui faisait pas confiance et c'était le moment de vérité : soit Harzhan était avec lui, soit il était avec leur employeur.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Mer 2 Sep 2015 - 17:21

De sa position prédominante, il voyait le naga progresser tout aussi silencieusement que lui alors qu’ils suivaient leur cible. Puis s’approcher sans un bruit lorsque l’employeur commença à ouvrir la porte. Il finit par le surprendre, et à en juger par la tête de ce dernier, il ne s’attendait pas du tout à être repéré. Il retira vivement la clé de la serrure et regarda le naga avec frayeur, ce qui était louche. Harzhan profita de ce laps de temps pour descendre discrètement, telle une ombre, du toit et arriver à l’angle de la ruelle, hors de vue de l’homme. Il se contenta d’abord d’écouter la conversation entre Ssyxlat'h et l’employeur, craignant un guet-apens de la part de son soi-disant allié.

"Bonsoir."
"Vous ! Qu'est-ce qu'il vous prend de m'approcher en rasant les murs comme ça ? Et nous ne devons pas nous rencontrer dans la rue ! Je vous ai attendu des heures à la Buse Grise !
"Je sais. Mais j'ai cru comprendre qu'il y a quelqu'un d'autre que vous devez rencontrer dans les ruelles."

Harzhan sut qu’il devait se montrer maintenant. Il rabattit son capuchon et avança vers l’homme avec un air résolu que personne ne voyait derrière l’ombre projetée par le capuchon. En revanche, ses yeux glacés restaient bien visibles.

"Vous vous souvenez de moi ?"

Sans laisser le temps de répondre à l’homme, il le saisit par l’épaule et sortit une lame qu’il mit sous sa gorge.

"Ouvrez la porte, nous serons mieux à l’intérieur pour parler."

L’homme s’exécuta en poussant de petites plaintes, c’était presque trop facile. Une fois dedans, Harzhan le poussa au sol, lame sortie. D’une main, il força l’employeur à poser une main à plat sur le sol, et il y approcha la pointe de son couteau.

"Voilà où nous en sommes. Je veux des réponses, et des vraies réponses. Un mensonge ou une absence de réponse te coutera un doigt. Ça te convient ?"
"V-Vous êtes malade ?! Vous n’allez pas faire une chose pareille ? Vous êtes un fou, il faudrait vous enferm…"
"Mauvaise réponse."

La lame trancha net un doigt, arrachant des cris de douleur à l’homme. Harzhan se délecta de sa souffrance, de temps à autres, il aimait faire ce genre de choses aux gens qui le méritaient d’après lui. Il se rapprocha de l’oreille de l’homme pour lui souffler à l’oreille.

"Ça te convient ?"
"O-Oui ! Pitié je…"
"A la bonne heure ! Bien alors j’espère que tu sauras aussi nous expliquer à quoi rimait cette mascarade de nous faire entre-tuer ? Tu sais ce que tu as à perdre sinon…"

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Dim 6 Sep 2015 - 18:03

Le moment de vérité parla. C'était maintenant qu'Harzhan allait montrer à Ssyxlat'h s'il était avec lui ou s'il prévoyait de le trahir. Le Naga sentit les vibrations de ses pas, et tourna le regard sans bouger la tête. Harzhan parla depuis l'ombre, demandant à l'homme s'il se souvenait de lui. L'employeur des deux assassins tourna la tête, reconnaissant en effet la voix. Harzhan eut fini de s'approcher, saisit l'homme par l'épaule et lui plaqua une lame sous la gorge, lui intimant d'entrer dans la maison pour être plus tranquille.

Le Naga rampa à la suite des deux hommes et referma la porte derrière eux. Harzhan plaqua l'homme au sol, et plus particulièrement sa main droite, qu'il menaça avec un couteau. La phase de torture allait démarrer tout de suite. Ssyxlat'h surveilla la scène. L'homme commença à injurier Harzhan, qui n'en attendait pas plus pour prendre plaisir à trancher un doigt de sa victime. L'homme hurla comme un goret. Ssyxlat'h discerna une expression de plaisir sur le visage d'Harzhan. Quel sadique...

Employeur – J'avoue ! J'avoue ! J'ai voulu me débarrasser de vous ! Vous êtes des assassins ! Comme ceux qui ont tué toute ma famille ! Ma femme, ma fille, mon bébé ! Sans la moindre humanité ! Et vous n'avez pas plus d'humanité qu'eux ! Alors je fais en sorte d'attirer à moi les gens comme vous, et chaque fois qu'un nouveau se présente à moi, je lui demande de tuer le dernier que j'ai rencontré, à qui je demande de tuer le nouveau ! Voilà ! C'est tout ! J'utilise des assassins pour tuer des assassins ! Les gens comme vous ne méritent que de se tuer entre eux !

Alors c'était donc ça. Harzhan avait donc été piégé de la même manière que Ssyxlat'h. Il n'était donc pas complice, Ssyxlat'h en avait la preuve. Leur employeur était en pleurs et terrorrisé. Il était sincère, indubitablement. Son histoire était compréhensible, mais pas de chance pour lui, il s'en était pris à Ssyxlat'h, et Ssyxlat'h ne pardonnait pas. Harzhan et lui avaient les explications qu'ils voulaient. S'ils partaient maintenant, ils laisseraient derrière eux un homme qui les dénonceraient. Harzhan avait un physique commun et il ne serait pas facile pour les gardes de le reconnaître. Ssyxlat'h, lui, était un Naga, le seul à déambuler dans Tombulie ces jours-ci sans être un esclave.

Il ne pouvait pas laisser ce témoin porter plainte auprès des gardes. L'homme-serpent souleva la queue et la laissa retomber sur la nuque de l'homme. Sa queue s'enroula tout autour de son cou, et serra. Serra. Serra. L'homme porta ses mains sur les écailles, cherchant à les griffer, cherchant à tirer sur la queue du Naga pour obtenir du mou. Il n'eut pas le temps d'essayer plus de trois secondes : Ssyxlat'h sentit l'os de sa nuque craquer. L'homme devint soudainement inerte, et le Naga le relâcha.

SSYXLAT'H – Allons dormir. Tu sais où me retrouver demain matin, maintenant. Il nous reste à nous occuper d'Ilaque.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Dim 6 Sep 2015 - 21:14

L’homme avoua tout, ce qui déçut un peu Harzhan. Il aurait aimé jouer encore un peu avec lui. Le fait qu’il ait avoué si rapidement était presque risible, cet homme était bon pour la duperie, mais pas pour la masquer visiblement. Un esprit faible dans un corps faible, voilà tout, il avait cherché à se mêler d’un monde qui ne lui convenait pas, dans lequel il ne pourrait pas survivre. Il méritait son sort, et maintenant ils savaient son motif. Harzhan trouvait cet homme vraiment stupide, et carrément inconscient, et pourtant son plan avait failli marcher.

Harzhan voulait s’amuser sur le corps du malheureux, lui faire regretter jusqu’à son dernier souffle d’avoir cherché à le duper. Il comptait s’amuser, et prendre plaisir à sa souffrance, le tenir en vie le plus longtemps possible. Mais c’était sans compter sur Ssyxlat'h, qui se montra bien plus clément. Après avoir enroulé sa queue autour du cou de la victime, il serra jusqu’à faire craquer la nuque, tuant l’homme sur le coup, au grand dam de Harzhan.

Au moins, ils étaient d’accord sur le fait que l’homme ne pouvait pas vivre, pour ne pas qu’il les dénonce. Seulement, la manière de faire n’était pas la même. En temps normal, Harzhan aussi l’aurait tué sur le champ, mais là c’était différent, il avait tout son temps pour le torturer. Enfin, tant pis, le problème était réglé.

"Allons dormir. Tu sais où me retrouver demain matin, maintenant. Il nous reste à nous occuper d'Ilaque."

Il avait raison, et il s’en alla silencieusement, comme une ombre. Après moult détours, il arriva à son auberge, où il se coucha et s’endormit, toujours sur une seule oreille.

Le lendemain, il se leva et alla rapidement jusqu’à la rivière. Cette fois, il ne perdit pas de temps à masquer sa présence, il savait que Ssyxlat'h le repèrerait. Il alla jusqu’à l’eau, où il vit Namaï. Il avait des affaires à régler aussi, le meurtre d’Ilaque, d’abord, puis savoir ce qu’il ferait de Ssyxlat'h une fois tout cela terminé. Il leva une main, non armée, pour attirer l’attention de la sirène, sachant que le naga n’était pas loin.

"Bonjour à toi ! Ou à vous plutôt ?"

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Lun 7 Sep 2015 - 16:39

Harzhan quitta la maison, mais Ssyxlat'h ne fit pas de même tout de suite. Cet homme lui avait donné une mission, qui devait donner droit à une rétribution. Ssyxlat'h avait risqué sa vie pour découvrir que l'homme s'était joué de lui. Il ne voyait pas pourquoi il devait passer à côté de la somme d'argent qu'il aurait dû percevoir s'il ne s'était rendu compte de rien. Il fouilla le corps de l'homme et récupéra une quarantaine de pièces de cuivre. Cela ne lui suffit pas. Son odorat lui indiqua la présence d'une chandelle sur un meuble près de la porte. Il alla l'allumer à une lanterne de rue, et elle lui fut bien utile, car sans cela, il ne voyait rien du tout dans la bâtisse. Il fouilla les meubles et trouva une cassette, qui renfermait onze pièces d'argent. Voilà qui était beaucoup mieux. Satisfait, Ssyxlat'h éteignit la chandelle et sortit en fermant la porte sans la verrouiller, laissant la clé à l'intérieur.

Harzhan était déjà parti, impossible de le filer cette fois, mais de toute façon, Ssyxlat'h n'en avait pas envie. Il savait maintenant qu'Harzhan n'était pas un traître. Cela n'excluait pas une trahison plus tardive, mais Harzhan avait été la victime du même manège que lui. Ssyxlat'h retourna tranquillement à la rivière, et passa la nuit avec Namaï.

Au réveil, Ssyxlat'h ne bougea pas. Il n'avait qu'à attendre qu'Harzhan vienne le chercher.
Le Naga était lové, sur la berge. Namaï avait la tête posée sur ses anneaux et son corps de poisson dans l'eau de la rivière. C'est dans cette position qu'Harzhan les trouva. L'Humain leur dit bonjour.

NAMAI – Bonjour, Harzhan !

La Sirène lui sourit, et se redressa pour laisser son ami homme-serpent dérouler son corps et ramper jusqu'à Harzhan. Ce dernier, en les voyant, avait pu penser à deux amoureux, mais Ssyxlat'h ne chercha même pas à s'en défendre. Il savait qu'il n'y avait aucun sentiment amoureux entre lui et Namaï, mais une profonde tendresse et une indéfectible amitié.

SSYXLAT'H – Bonjour. Il est le moment que je te dise comment je compte attaquer Ilaque.

Personne ne les écoutait, personne ne les observait. Ssyxlat'h marqua un temps pour formuler son plan :

SSYXLAT'H – Même un Halfelin ne rentrerait pas dans les tonnelets d'hydromel que les acolytes d'Ilaque se servent à la Chope Sans Fond. Nous allons les empoisonner.

Le Naga à tête de cobra exposa ses crochets le temps d'une seconde pour illustrer son plan.

SSYXLAT'H – Mon venin n'est pas mortel, mais il endort. Il est plus efficace si inoculé par ma morsure, ou par une piqûre, comme les fléchettes de ma sarbacane que j'aurai enduites, mais il fait aussi effet si ingéré, même dilué dans une boisson. Il peut endormir un Humain comme toi pendant trois heures, un peu moins ou un peu plus. Je me ferai trop remarquer à la Chope Sans Fond, mais toi, tu te fonds dans la masse, ici. Tu verseras mon venin dans les deux demi-tonneaux destinés aux hommes d'Ilaque. Nous attendrons qu'ils aient bu et qu'ils dorment. Nous crochetons la serrure, nous entrons, nous tuons tout le monde dans le sommeil.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Lun 7 Sep 2015 - 18:28

Harzhan remarqua qu’en fait Ssyxlat'h se trouvait sous Namaï, une position bien curieuse qui pourrait le faire penser qu’il n’y avait pas que de l’amitié entre eux. Mais il se fichait bien des histoires de cœur du naga, ça n’était pas important, pas pour lui. En revanche cela le confortait dans le fait que la plus garnde faiblesse du naga était son ami. La sirène fut la première à lui répondre, puis Ssyxlat'h rampa jusqu’à lui.

"Bonjour. Il est le moment que je te dise comment je compte attaquer Ilaque.
Même un Halfelin ne rentrerait pas dans les tonnelets d'hydromel que les acolytes d'Ilaque se servent à la Chope Sans Fond. Nous allons les empoisonner."


Dommage, il aurait bien voulu se faufiler dans les tonneaux, mais ils étaient visiblement trop petits. Harzhan prenait garde à chaque partie du plan, car même s’il savait qu’ils étaient dans le même bateau, rien n’excluait une tentative de trahison de Ssyxlat'h, et suivre le plan fait par un autre pouvait se révéler dangereux, mais il n’en savait pas assez pour pouvoir proposer un meilleur plan. Il se contenta d’écouter attentivement, d’analyser son idée. L’empoisonnement n’était pas une mauvaise option, loin de là.

"Mon venin n'est pas mortel, mais il endort. Il est plus efficace si inoculé par ma morsure, ou par une piqûre, comme les fléchettes de ma sarbacane que j'aurai enduites, mais il fait aussi effet si ingéré, même dilué dans une boisson. Il peut endormir un Humain comme toi pendant trois heures, un peu moins ou un peu plus. Je me ferai trop remarquer à la Chope Sans Fond, mais toi, tu te fonds dans la masse, ici. Tu verseras mon venin dans les deux demi-tonneaux destinés aux hommes d'Ilaque. Nous attendrons qu'ils aient bu et qu'ils dorment. Nous crochetons la serrure, nous entrons, nous tuons tout le monde dans le sommeil."
"Et s’ils ne boivent pas ? D’abord il nous faut entrer, donc crocheter la serrure, j’espère que tu sais y faire. Ensuite, rien ne nous assure que tout le monde sera endormi. Cependant, je n’ai pas de meilleur plan pour le moment, on va devoir faire comme tu dis, et compter sur nos aptitudes pour pallier aux éventualités."

Il devait faire confiance au naga sur ce coup, mais si les choses tournaient mal, il n’hésiterait pas une seconde à prendre la fuite et à laisser le naga à son sort. Il tentait de trouver une autre option, mais Ilaque devait surement être bien défendu, aussi empoisonner la boisson n’était pas une mauvaise idée. Il n’aurait aucun mal à le faire, il pouvait marcher dans une foule sans même se faire remarquer, alors une auberge serait un jeu d’enfant. Il l’avait fait maintes fois, entrer et écouter sans jamais se faire repérer, empoisonner des tonneaux ne serait pas un problème.

"J’agirai à midi, l’auberge sera certainement bien remplie à cette heure, reste à s’assurer que les tonneaux y seront aussi. Tu as les récipients de poison ?"

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mar 8 Sep 2015 - 11:02

HARZHAN – Et s'ils ne boivent pas ?

S'ils se ramènent deux demi-tonneaux d'hydromel, c'est bien pour les boire, non ? Le doute d'Harzhan était un peu curieux, mais prudent : il fallait envisager toutes les possibilités, et notamment celle que plusieurs hommes d'Ilaque ne boivent pas d'hydromel ce soir-là. Ssyxlat'h misait sur l'idée qu'au moins une majorité des hommes buvraient l'hydromel. Si certains ne touchaient pas à l'alcool, ils verraient leurs camarades tomber de sommeil comme des mouches les uns après les autres. Ils se poseraient des questions, chercheraient à comprendre ce qui se passe. Ils chercheraient sans doute à réveiller leurs camarades. Harzhan pourrait de toute façon les entendre. Les deux assassins les élimineraient en premier et finiraient avec ceux endormis. Ce ne serait pas très grave si tous les hommes ne buvaient pas d'hydromel ce soir-là, tant qu'une majorité le faisait.

HARZHAN – D'abord il nous faut entrer, donc crocheter la serrure, j'espère que tu sais y faire. Ensuite, rien ne nous assure que tout le monde sera endormi. Cependant, je n'ai pas de meilleur plan pour le moment, on va devoir faire comme tu dis, et compter sur nos aptitudes pour pallier aux éventualités.
SSYXLAT'H – Ne t'en fais pas pour la serrure, j'en fais mon affaire. Et même si tout le monde ne dort pas, la plupart se seront empoisonnés. Ils ne seront au pire que deux ou trois à ne pas dormir.

Pour le coup, l'avantage d'ingérer le venin dilué dans de l'hydromel, est que l'effet soporifique ne serait pas instantané. Les hommes auraient donc le temps de tous boire en même temps sans se rendre compte que la boisson était empoisonnée.

HARZHAN – J'agirai à midi, l'auberge sera certainement bien remplie à cette heure, reste à s'assurer que les tonneaux y seront aussi. Tu as les récipients de poison ?

A quel moment aurait-il pu en acheter un ? Et pourquoi ce serait à lui de le faire ? Il en avait déjà une fiole, qu'il gardait pour son usage personnel. Harzhan en avait besoin d'une pour lui.
C'était le matin, tous les étals de la bourgade étaient ouverts.

SSYXLAT'H – Allons au marché pour t'acheter une fiole. N'oublie pas de me faire passer pour ton esclave.

C'était la seule couverture possible pour que personne ne se méfie du Naga.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Mar 8 Sep 2015 - 17:08

Au moins disait-il pouvoir s’occuper de la serrure, déjà un problème de réglé. Mais il était moins certain que lui sur le nombre de personnes qui boiront de l’hydromel empoisonné, les gardes pourraient très bien ne pas avoir le droit à la boisson en service. Mais de toute façon, c’était leur seul plan, donc il devrait faire avec.

Allons au marché pour t'acheter une fiole. N'oublie pas de me faire passer pour ton esclave.

Bien sûr, comme s’il n’avait pas de fiole de poison. Il devait forcément en avoir, mais ne voulait pas les lui fournir pour leur mission commune, il se méfiait toujours, il avait raison. Donc ils devraient acheter une fiole, et Ssyxlat'h voulait venir, alors même qu’il était sans doute le plus visible possible. Seul, il n’aurait eu aucun souci, mais là il devrait se faire passer pour un esclavagiste, et bien qu’il l’ait déjà fait, il n’aimait pas ça. Ssyxlat'h aurait tout aussi bien pu rester ici à attendre plutôt, mais le fait qu’il demande à venir, quitte à se faire passer pour un esclave, montrait qu’il ne voulait pas attendre.

"Bien, ne perdons pas de temps alors."

Ils allèrent jusqu’à la ville. En route, Harzhan trouva un bâton noueux, dont il pourrait se servir pour faire penser à une canne pour battre son « esclave ». Il entra dans la ville, Ssyxlat'h derrière lui, jouant son rôle d’esclave. Le marché n’était pas loin, mais bien sûr le naga attirait les regards. Plusieurs fois, on vint demander a Harzhan son prix pour le naga, et il dut éconduire chaque proposition sans paraître trop attaché à lui, car un esclave est censé rester un esclave, une sorte d’objet. Il profita d’un moment de calme pour glisser à Ssyxlat'h quelques mots avant d’étouffer un rire.

"J’aurais dû te vendre tiens, soixante-dix pièces d’argent, ça ne se refuse pas."

Le marché était bondé, ce qui arrangeait Harzhan, mais pas le naga qui attirait toujours les regards. Harzhan commençait à regretter de l’avoir amené avec lui. Il laissa Ssyxlat'h lui ouvrir la route, c’était le rôle d’un esclave après tout, et pour rendre la scène plus crédible, il donnait des faux coups quand le naga ralentissait. Seul, il aurait simplement pu se faufiler dans la foule, et serait allé bien plus vite.

Ils arrivèrent devant l’échoppe d’un alchimiste, où Harzhan fit arrêter Ssyxlat'h. Il demanda deux petites fioles à l’homme qui s’émerveillait devant le naga. Il les lui donna contre quelques pièces. Harzhan rechignait à dépenser son argent pour une chose dont il n’avait pas besoin, surtout que Ssyxlat'h en avait, lui, une fiole. Une fois ceci fait, il fit mine de frapper à nouveau Ssyxlat'h pour qu’il se remette en route, et il lui dit de prendre dans une ruelle.

"Voilà, on a les fioles, maintenant remplis les que je puisse aller tranquillement à l’auberge faire ce qui doit être fait. Seul."

Il avait bien insisté sur le mot seul, il ne prendrait pas le naga avec lui. Pour se faufiler dans l’arrière-boutique, ou dans la cave, où les tonneaux sont entreposés, il devrait être seul. Un naga ne passerait pas inaperçu, même comme esclave, et donc son maître serait surveillé aussi. Déjà que cette scène au marché lui avait fait perdre un temps fou, il ne laisserait pas Ssyxlat'h décider de tout.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mer 9 Sep 2015 - 10:06

Harzhan acquiesca, et sur le chemin de la ville, il ramassa un bâton assez épais pour faire croire à un outil de dressage. Comme tous les matins, le marché battait son plein. Ssyxlat'h reprit l'attitude d'un esclave, baissant les yeux dès qu'un Humain le regardait, ne disant pas un mot. Il fit semblant de grimacer quand Harzhan mima des coups de bâton. Plusieurs personnes, voyant le Naga, vinrent demander à Harzhan s'ils pouvaient le lui acheter. Ssyxlat'h prit sur lui mais il sentit Harzhan être plus agacé que lui. Il espérait que l'assassin Humain ne détruirait pas leur couverture par un accès de ras-le-bol.

HARZHAN – J'aurais dû te vendre tiens, soixante-dix pièces d'argent, ça ne se refuse pas.

Il y avait vraiment quelqu'un prêt à débourser soixante-dix pièces d'argent pour un esclave Naga. Les gens ne savaient vraiment plus quoi faire de leur argent. Il y avait des mendiants dans les rues qui peinaient à obtenir un bout de pain, et en face d'eux marchaient des gens prêts à payer sept mille pièces de cuivre simplement pour pouvoir se pavaner avec un esclave Naga. Ssyxlat'h sourit presque en se disant qu'il pouvait se sentir flatté de valoir aussi cher. Il savait que dans le Royaume d'Estandre, les esclaves étaient un signe ostentatoire de richesse : se montrer avec un esclave d'une race rare était prestigieux, et le noble qui se montrait avec un esclave Naga disait de cette manière qu'il était plus riche que son voisin qui n'avait qu'un esclave Minotaure. Dans le Royaume de Tacomnal, l'ostentation était plutôt dans les vêtements et les couleurs, l'esclavage était plus fonctionnel et pragmatique : un esclave valait cher parce que sa race présentait des avantages, comme un Centaure qui pouvait à la fois servir de monture, de bête de somme et de bête de trait, parce qu'il avait une bonne condition physique, ou parce qu'il était particulièrement bien dressé et ne présentait aucun risque de rebellion. Voilà parmi les critères pour le prix d'un esclave. Mais quand Ssyxlat'h entendait quelqu'un prêt à débourser soixante-dix pièces d'argent pour l'acheter, lui, il se dit que les choses n'étaient pas toujours si différentes avec le Royaume d'Estandre. Soixante-dix pièces d'argent, c'était le prix d'un Centaure, pas d'un Naga. Certains maîtres tacomans étaient même prêts à payer plus cher pour un Homme-lézard que pour un Naga, parce qu'au moins, l'Homme-lézard, il a des jambes – dans la tête de certains, cela permet de faire plus de choses. Il fallait de tout pour faire un monde.
Ssyxlat'h répondit avec ironie, à voix suffisamment basse pour être seulement entendu d'Harzhan :

SSYXLAT'H – Tu me flatterais à me vendre à ce prix-là, ce serait simplement dommage que ta vie ne soit pas assez longue pour te permettre de profiter d'autant d'argent.

Bien sûr, la fin de la phrase était beaucoup moins ironique. Le message se voulait clair : « ose me vendre, et je te tue quand tu crois terminer la transaction ».

Le petit tour au marché se termina après qu'Harzhan eut acheté une fiole à un alchimiste. Les deux assassins s'isolèrent dans une ruelle.

HARZHAN – Voilà, on a les fioles, maintenant remplis-les que je puisse aller tranquillement à l’auberge faire ce qui doit être fait. Seul.

Pourquoi prenait-il ce ton autoritaire ? Avait-il oublié qu'il avait été prévu dès le départ qu'il aille seul empoisonner l'hydromel ? Ssyxlat'h lui avait lui-même dit : « je me ferais trop remarquer à la Chope Sans Fond, mais toi, tu te fonds dans la masse, ici ».

SSYXLAT'H – C'est ainsi qu'est mon plan depuis le début.

Il se retint d'ajouter : « imbécile ». Il prit la fiole achetée par Harzhan. Il s'assura une dernière fois que personne ne passait par cette ruelle. Il ouvrit la bouche, et porta la fiole sous ses crochets en la tenant de la main gauche. Il enfonça son pouce droit dans son palais, et exerça une pression à un endroit précis, en apuuyant sur les écailles de son museau de l'autre côté du palais avec son index. Aussitôt, du venin commença à goutter de ses crochets. Ssyxlat'h maintint la pression de ses doigts sur ses glandes à la base de ses crochets le temps de récolter un ou deux centilitres de venin. Il retira ensuite sa main droite, laissa ses crochets se rétracter et ferma les mâchoires. Il tendit la fiole à Harzhan.

SSYXLAT'H – Tiens.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Mer 9 Sep 2015 - 14:45

"C'est ainsi qu'est mon plan depuis le début."

Harzhan faillit reprendre que le plan ne disait pas qu’il devait le suivre en ville, mais cela aurait été inutile, maintenant que c’était fait, et que tout s’était bien déroulé, rien ne servait de revenir là-dessus. Ssyxlat'h prit la fiole vide, et alla la placer sous un de ses crochets. Il fit pression à l’intérieur de sa bouche, et du venin commença à sortir goutte à goutte. Après un moment, il retira sa main et la fiole, remplie du liquide empoisonné, et la lui tendit. Harzhan la prit et la cacha dans une poche sous sa cape après l’avoir bouchonnée.

"Bien, je vais m’y attacher dès maintenant. Attends ici."
"Non, pas ici, à la rivière. Retrouve-moi là-bas."

Encore une fois le naga donnait ses instructions, ce qui déplut à Harzhan, mais le lieu de rendez-vous lui importait peu. Il se rendit jusqu’à la taverne, glissant telle une ombre à travers les rues. Il entra tel un client quelconque, et s’installa à une table quelconque. C’est ce qu’aurait pu dire une personne ne connaissant pas Harzhan. En réalité, sa table était non loin de l’arrière-boutique, et donc de la cave, et de l’angle de vu du tenancier, à son bar, il n’était presque pas visible, masqué par une poutre de soutènement. Il lui fallait maintenant savoir quels tonneaux contenaient la commande d’Ilaque dans la cave, il se doutait bien que sur ceux-ci, il ne serait pas écrit le nom de la commande. Des demi-tonneaux n’étaient pas fréquents, mais ils étaient souvent utilisés pour les commandes personnelles.

Personne ne lui portait d’attention, tant mieux. Il commanda un hydromel, bien sûr. Une fois sa commande venue, il sirota doucement, attendant le bon moment. Ce fut long à venir, mais il vint un instant où il semblait que tout le monde regardait ailleurs. Curieux, Harzhan regarda à son tour, et vit une très belle femme, certainement habituée à venir ici pour le plus grand plaisir des hommes qui peuplaient ce lieu. Elle portait une tenue délibérément courte, son but étant certainement de se faire payer quelque chose, mais cela n’intéressait guère l’assassin. Il agit vite pour se retrouver dans la cuisine, et descendit dans la cave.

Il y avait de nombreux tonneaux, mais les demi-tonneaux étaient entreposés plus loin, bien moins nombreux. Harzhan regarda chacun d’eux, les ouvrant et sentant leur contenu, se basant sur l’odeur de l’hydromel de la maison qu’il avait commandé. Il en trouva malheureusement quatre susceptibles de correspondre, et aucun moyen de les différencier, si ce n’est qu’ils étaient marqués différemment, ce qui devait permettre au tavernier de reconnaitre les commandes. Il se rappela alors que Ssyxlat'h lui avait dit qu’il y avait deux tonneaux pour Ilaque, et il chercha des symboles identiques. Il finit par trouver ceux qu’il supposait être les bons, et y versa une demi-fiole dans chaque. Il eut juste le temps de refermer les tonneaux quand quelqu’un descendit.

La femme qui aidait son mari venait remplir des cruches, Harzhan était caché derrière contre le mur de gauche, enroulé dans sa cape pour ne pas être visible aisément. La femme remaqua une chose et s’approcha du mur… de droite. Harzhan en profita pour remonter les marches en silence, tel une ombre, et sortit par l’arrière de la cuisine. Il y avait laissé une pièce de cuivre, mais au moins le leurre avait fonctionné. Il rejoignit Ssyxlat'h à la rivière, sans se faire suivre par quiconque.

"C’est fait."

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Lun 14 Sep 2015 - 10:50

HARZHAN – Bien, je vais m'y attacher dès maintenant. Attends ici.

Ici ?! Dans la ruelle ?! Certainement pas ! Ssyxlat'h avait déjà eu un peu de chance que personne ne passe par là pendant qu'il s'était extrait du venin dans la fiole. Les hommes d'Ilaque lui étaient tombés dessus une première fois, il n'avait pas du tout envie que n'importe qui le trouve seul ici, à attendre dans une ruelle. C'était la chose la plus imprudente à faire. Imprudente et louche : un certain nombre de personnes maintenant avaient vu le Naga en le croyant esclave de Harzhan, et s'étonneraient de le trouver seul et libre dans cette ruelle sans son maître.

SSYXLAT'H – Non, pas ici, à la rivière. Retrouve-moi là-bas.

Ce n'est donc pas par plaisir de contredire Harzhan et de jouer les meneurs mais par pure mesure de prudence et même par bon sens qu'il donna cette instruction. Les deux assassins se laissèrent, et Ssyxlat'h rampa jusqu'au moulin pendant qu'Harzhan se rendait à la Chope Sans Fond.
En chemin, le Naga sentit bien que des yeux intéressés se posaient sur lui. Il avait une mauvaise sensation. Celle que des ennuis allaient lui tomber dessus. Il eut l'impression qu'on le suivait, mais peut-être ne fut-ce qu'un accès de paranoïa. Aucun de ses sens ne lui confirma que quelqu'un le suivait bel et bien.

Il quitta la zone résidentielle de la bourgade et gagna la rivière, où il retrouva Namaï. Il ne parvint cependant pas à se détendre. Il savait que les gens venaient de le voir quitter la bourgade seul alors qu'ils étaient maintenant habitués à le voir avec un maître. Il commençait à lui tarder vraiment de finir sa mission ici pour se faire oublier. Lui, un assassin Naga, dans une bourgade tacomane peuplée donc uniquement d'Humains, cela faisait déjà trop longtemps qu'il était là. L'homme qui lui avait demandé d'assassiner Harzhan en échange d'informations sur Ilaque lui avait fait perdre du temps. Ssyxlat'h aurait en fait pu se passer de lui, mais il n'avait pas pu prévoir tout ce qui s'était passé ensuite, et n'avait donc pas à regretter sa décision d'accepter la mission de cet homme.

Trois hommes approchèrent en direction de Ssyxlat'h et de Namaï. Discrètement, à moitié caché derrière la pente de la berge, il empoisonna une fléchette qu'il inséra dans sa sarbacane, prête à l'usage.

Homme – Alors, le serpent, on a perdu son maître ?

Les trois hommes étaient encore trop loin pour les aligner assez rapidement pour ne pas leur permettre de s'enfuir. Ssyxlat'h joua donc le jeu pour leur tendre un piège. Il savait qu'il pouvait compter sur Namaï, ce dernier n'était pas idiot et comprenait la situation. La Sirène se tassa dans l'eau, se tenant prête à agir.

SSYXLAT'H – Il va revenir, il n'en a que pour une heure, mais s'il vous plaît, ne me faites pas de mal...

Sa voix de pauvre petit esclave apeuré trompa les trois hommes qui rirent. Ssyxlat'h n'avait pas choisi ses mots au hasard. En délivrant volontairement l'information que son maître en avait pour une heure, il amenait les trois hommes à penser qu'ils avaient le temps de capturer Ssyxlat'h et de l'emmener ailleurs. En les suppliant de ne pas lui faire de mal, il se montrait inoffensif et les encourageait à s'approcher en baissant leur garde.

C'est exactement ce qui se produisit. Quelle bande d'imbéciles.
Ssyxlat'h rampa soudainement vers le plus proche de lui et vint le mordre au cou en le prenant par surprise, plantant ses crochets venimeux dans la chair. Une morsure au cou était ce qu'il y avait de plus rapide pour que le venin fasse effet. L'homme tomba endormi instantanément. Le deuxième le plus proche recula d'un pas en s'exclamant, mais Ssyxlat'h porta la sarbacane à sa bouche : l'homme reçut la fléchette empoisonnée en pleine gorge. Quant au troisième, il fut empalée à distance par un javelot d'argent, matérialisé et lancé par Namaï et qui disparut tout seul au bout de trois secondes. Ssyxlat'h tua les deux hommes endormis d'un coup de saï en plein cœur, d'un geste froid et méthodique. Il balança ensuite les trois corps dans la rivière, le courant les éloignerait de la bourgade avec peu de risques que quelqu'un les voie.

SSYXLAT'H – Merci, Namaï. Tu es toujours aussi réactif et précis.

Namaï n'aimait pas tuer, Ssyxlat'h le savait et lui était d'autant plus reconnaissant à chaque fois. Seulement, la Sirène tenait suffisamment à son ami pour le défendre contre n'importe qui, d'autant qu'à ses yeux, ces trois hommes n'étaient que des pourritures. Namaï n'estimait pas qu'ils méritaient de mourir pour autant, mais il n'avait eu aucune réticence à défendre son ami en les tuant.

Il n'y eu aucun autre événement de ce genre avant qu'Harzhan ne revienne, objectif accompli. Les corps s'étaient déplacés d'une petite trentaine de mètres, et de là où il se tenait, Harzhan pouvait les apercevoir.

SSYXLAT'H – Parfait. Attendons deux heures après le crépuscule pour agir.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Lun 14 Sep 2015 - 17:44

En arrivant, Harzhan ne remarqua pas de suite les corps. Namaï et Ssyxlat'h étaient près de la rivière, et l’assassin se douta que quelque chose n’allait pas. En regardant plus attentivement, il vit les trois corps flottant sur l’eau. Le naga avait donc été suivi, ce qui amusa l’humain, cela montrait qu’il n’était pas si prudent que ça, ou bien qu’il pouvait être pris par surprise. Au moins, il se débarrassait des corps de manière intelligente. Mais il savait désormais qu’il n’était pas capable de sentir absolument tout autour de lui.

Ssyxlat'h parut satisfait du résultat, normal puisque ça avait été un succès. Il lui dit qu’ils devraient attendre deux heures après le crépuscule pour agir, ce qui devait correspondre avec la supposition que d’ici là tous auraient bu du poison. Il n’y avait donc pas le choix, ils devraient attendre. Il regarda les corps partir à la dérive.

"Des amis à toi ?"

Il rit un peu, puis reprit son sérieux, regardant tour à tour Namaï et Ssyxlat'h. Il devait occuper son temps jusqu’à l’heure de mettre leur plan en action, et réfléchissait à la meilleure manière d’exécuter leur projet. Il se doutait bien d’être capable de tuer n’importe qui s’il profitait de l’effet de surprise, mais là il n’en aurait certainement pas puisqu’ils rentreraient en force, il fallait espérer que tous seraient empoisonnés. Il pensait aussi à la suite des évènements, à ce qu’il se passerait une fois leur travail accompli. Leur accord tiendrait-il ? Se déchireraient-ils jusqu’à ce que mort s’en suive ?

"Bon, on entre après que tu aies crocheté la serrure, sans connaitre les lieux, et on fonce jusqu’à Ilaque à l’aveugle, sans savoir même si il sera là ? Ca va certainement être compliqué de le trouver, et si il n’est pas empoisonné… Bref, même si le plan est léger, c’est la seule option que nous avons."

Il s’assied devant eux et les regarda toujours de son regard de glace. Ils avaient encore un long moment à attendre, et ça l’ennuyait de ne rien faire. Il se tourna vers la sirène.

"Tu as aidé Ssyxlat'h ? Ou bien il t’a défendu ? Et toi Ssyxlat'h, tu as quelque chose à faire pour patienter ?"

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mar 15 Sep 2015 - 10:10

Avec un petit temps de retard, Harzhan détourna le regard et Ssyxlat'h devina qu'il venait de finir par apercevoir les trois corps portés par le doux courant de la rivière. L'assassin Humain eut l'air amusé. Ssyxlat'h pensa à tort que c'était à cause du penchant d'Harzhan à faire souffrir et à prendre plaisir à tuer.

HARZHAN – Des amis à toi ?
SSYXLAT'H – Des imbéciles qui ont cru qu'ils pouvaient me capturer pendant que mon maître était absent.

Ssyxlat'h n'eut pas honte de dire la vérité à Harzhan. Ils étaient dans le Royaume de Tacomnal et il serait absurde de sa part de nier un fait aussi connu de tous que celui de l'esclavage des races non Humaines. Après tout, Ssyxlat'h lui-même avait suggéré à Harzhan de le faire passer pour son esclave. En fait, la rencontre avec Harzhan, surtout le fait qu'il ne l'eût pas tué comme prévu, était une bonne chose puisqu'elle offrait une couverture au Naga. Cependant, malgré cela, il n'en restait pas moins la cible de tous les regards dans une bourgade comme Tombulie. D'un côté, il aimait commettre des assassinats dans les Royaumes d'Estandre et de Tacomnal parce qu'il faisait partie des races bien placées pour y détester les mœurs ; d'un autre côté, les missions d'assassinat dans ces royaumes étaient plus risqués que dans le Royaume de Telbara, car il passait beaucoup moins inaperçu. Dans une ville moyenne, cela allait encore, les esclaves foisonnaient ; dans un petit village où tout le monde se connaissait, c'était problématique, et Tombulie était une bourgade trop petite et Ssyxlat'h s'y sentait étranger comme dans un village.

HARZHAN – Bon, on entre après que tu aies crocheté la serrure, sans connaître les lieux, et on fonce jusqu'à Ilaque à l'aveugle, sans savoir même s'il sera là ? Ca va certainement être compliqué de le trouver, et s'il n'est pas empoisonné... Bref, même si le plan est léger, c'est la seule option que nous avons.

Au moins, Harzhan eut l'honnêteté de reconnaître qu'il n'avait pas mieux comme plan, et cela lui évita une réplique verbale de Ssyxlat'h. Le Naga lui dit calmement :

SSYXLAT'H – Nous tuerons tous les Humains à l'intérieur, sans distinction. Je sais que nous aurons Ilaque. De plus, il y aura sans doute quelques esclaves à l'intérieur, l'un d'entre eux saura forcément nous dire si Ilaque fait partie de nos victimes.

Harzhan s'assit pendant que Ssyxlat'h parlait. Il allait falloir tuer le temps. Les Nagas avaient souvent la patience des animaux à sang froid, Ssyxlat'h ne faisait pas exception. Harzhan devait moins apprécier d'attendre sans rien faire. Il chercha la conversation auprès de Namaï. Il était sûr de la trouver.

HARZHAN – Tu as aidé Ssyxlat'h ? Ou bien il t'a défendu ?

Il parlait sans doute des trois hommes morts. Ssyxlat'h tourna la tête vers son ami, dont le corps de poisson baignait toujours dans la rivière alors qu'il était accoudé sur la berge.

NAMAI – Il a porté les premières attaques, j'ai tué le troisième.

A force de passer son temps avec Ssyxlat'h, Namaï réussissait à parler de tuer des gens sans trembler d'émotion. Cela ne signifiait pas pour autant qu'il avait cessé de ne pas aimer ça et de préférer la diplomatie au meurtre, mais il avait appris à se blinder. L'épisode du cyclope était déjà sorti de son esprit.

HARZHAN – Et toi Ssyxlat'h, tu as quelque chose à faire pour patienter ?
SSYXLAT'H – Pas plus que toi, je pense. Ce soir, au crépuscule, puisque tu sais grimper sur les toits, tu pisteras l'entrée du repaire d'Ilaque pendant les deux heures avant que nous entrions ; ainsi, si quelqu'un s'enfuit parce qu'il n'a pas bu l'hydromel empoisonné et s'alerte de voir tous ses camarades tomber, nous pourrons l'intercepter.

Namaï se hissa sur la berge, rampant à la force des bras pour se rapprocher d'Harzhan et discuter plus facilement. Ssyxlat'h tourna la tête vers lui, il n'aimait pas trop voir la Sirène hors de l'eau avec quelqu'un comme Harzhan face à qui elle se rendait vulnérable, mais il ne dit rien ; son ami était curieux, comme toutes les Sirènes, et il ne voulait pas l'empêcher de se déplacer sur la berge de temps en temps pour voir les “gens du monde du sol” de plus près.

NAMAI – Connaissez-vous un jeu, Harzhan, pour nous occuper ?

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum