Le règne des assassins

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le règne des assassins

Message  Harzhan le Ven 14 Aoû 2015 - 2:08

Harzhan regardait l’homme qui approchait de lui. Depuis son arrivée dans le village, dont il n’avait même pas pris la peine de retenir le nom, il avait traité deux fois avec cet homme. Ses deux premiers contrats revenaient à tuer d’autres assassins, ce qui l’arrangeait aussi car cela lui permettait d’asseoir sa domination en tant qu’assassin ici. Les motivations de l’homme ne l’intéressaient pas, la première règle de Harzhan étant de ne pas faire de fioritures. L’homme passa à côté de lui sans s’arrêter et lui lâcha simplement le nom de sa prochaine cible : un dénommé Ssyxlat'h. Il lui faudrait des renseignements sur lui, il savait où en trouver.

Les enfants des rues savent toujours tout, ils voient des choses que personne d’autre ne voit en ville. Harzhan attendait son informateur, qui ne savait pas qu’il allait être interrogé. Alors qu’il passait près d’une étroite ruelle, Harzhan l’y attira sans se faire remarquer par les rares passants. Il tenait une dague dans la main, pas menaçante, mais le gamin savait à quoi s’en tenir, sa vie contre les infos, c’était toujours le même marché. Les langues se délient sous la pression de la mort imminente, et l’enfant savait que si la réponse satisfaisait l’assassin, il aurait même une pièce en récompense. Mais Harzhan fut déçu de l’information. L’enfant ne put que lui apprendre que sa cible était un naga assassin qui vivait en bordure de la ville, mais il n’avait pas de lieu précis à fournir. Cette fois, l’enfant s’en alla sans pièce.

Harzhan, discret comme à son habitude, lança la chasse au naga une fois la nuit tombée. Il se rendit dans le quartier indiqué, évoluant d’ombre en ombre, glissant de l’une à l’autre naturellement. Il ne souhaitait pas être repéré, et ne le serait pas. Il allait encore gagner pas mal d’argent sur ce contrat, il était certain de son coup, il n’échouerait pas, il n’échouait jamais.

Pourtant, son instinct lui cria que quelque chose d’anormal allait arriver, que cette situation était trop étrange. Pour commencer, le quartier semblait vide, comme si tout le monde se terrait chez soi. Il se demanda si son informateur ne s’était pas trompé, mais cela lui semblait impossible, comme cela lui semblait impossible que quiconque l’ait vu, car il était tout bonnement invisible. Par sécurité, car son instinct ne l’avait jamais trahi, il tira ses lames de ses fourreaux, maintenant ses armes sous sa cape pour ne pas être trahi par l’éclat des lames sous la lune.

Quelque chose allait se produire, et pour la première fois, il avait l’impression d’être pris au piège. Il avait l’impression que tout ne se passait pas comme cela devrait. Il avait l’impression que pour la première fois, le chasseur pourrait devenir la proie…

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Ven 14 Aoû 2015 - 11:18

Lorsque Ssyxlat'h se retrouvait dans le Royaume de Tacomnal, ou dans le Royaume d'Estandre, ce n'était jamais pour le tourisme. Les Nagas là-bas y étaient des esclaves précieux car rares et chers. Ssyxlat'h ne comptait pas se laisser capturer par n'importe qui. Chez Sire Janus, il s'était fait passer pour un serviteur ; il n'avait aucune envie d'en devenir un vrai. La vie d'assassin n'était pas forcément une bonne raison de vivre, et Ssyxlat'h ne devait qu'à son fidèle et cher ami, Namaï, de ne pas avoir le cœur indélébilement noir ; mais c'était toujours préférable à une vie d'esclave.

Sire Janus, justement, était mort. Les choses ne s'étaient pas passées pour le mieux. Ssyxlat'h avait été emprisonné avec un autre assassin qui, lui aussi, avait reçu pour mission d'éliminer le riche propriétaire d'un manoir isolé comme un château. Sire Janus s'était noyé dans le trafic d'esclaves avec les royaumes du Nord. Après avoir réussi à s'évader des cachots avec l'autre assassin, Ssyxlat'h avait pris l'initiative de remonter la filière. Il avait obtenu une information : Sire Janus avait un contact à Tombulie, un village d'apparence sans importance perdu quelque part dans la Plaine des Rois, à quelques jours de marche des terres des Halfelins. L'homme répondait au nom d'Ilaque. Ssyxlat'h comptait bien lui rendre une petite visite.

Ssyxlat'h avait emprunté la voie aquatique pour voyager jusqu'à Tombulie. Il n'y avait aucun grand fleuve qui passait par le centre historique, mais il y avait malgré tout toute une nervure de cours d'eau divers et variés. Le centre historique n'était pas un désert, et les Halfelins vivant dans la Vallée des Rois avaient toujours au moins un ruisseau à proximité de chez eux. Le Naga et son ami Sirène avaient nagé ensemble jusqu'à destination. Le village de Tombulie avait lui-même été bâti près d'une rivière. C'est par cette rivière que Ssyxlat'h et Namaï arrivèrent.

Ssyxlat'h ne doutait pas d'effrayer les villageois, mais il s'en moquait. Namaï l'attendrait dans la rivière ; il ne doutait pas que certains villageois remarqueraient aussi sa présence, mais il avait la curiosité de rencontrer les Humains et les autres races et n'avait ainsi pas peur. Peu de gens trouvaient l'utilité d'une Sirène esclave. Les Sirènes, contrairement aux Nagas, étaient plus vus, et à juste titre, comme des êtres mystiques que comme des animaux.

Tombulie était un grand village, l'on pouvait même parler d'un petit bourg, avec un peu plus de mille habitants. Ssyxlat'h s'éloigna en définissant avec Namaï un point de rendez-vous près d'un moulin à eau. C'est sûr que, près de ce moulin à eau, la Sirène se ferait remarquer. Non seulement Namaï ne redoutait pas de se faire remarquer, mais c'était même ce qu'il cherchait, de par sa curiosité insatiable vers les “gens du monde du sol”.

Comme prévu, l'arrivée d'un Naga à Tombulie fit du bruit dans la bourgade, mais Ssyxlat'h n'eut pas plus d'ennuis que cela. La criminalité était si faible que la garde était peu présente. Du moins, ça, c'était la version officielle. La théorie de Ssyxlat'h, c'est plutôt qu'Ilaque avait su protéger son trafic par quelques pots-de-vins, réduisant la présence de gardes dans le petit bourg. Ssyxlat'h partait avec un plan absolument pas élaboré, et risqué : servir d'appât pour rencontrer Ilaque. Les choses se passèrent différemment, car Ssyxlat'h rencontra un homme qui le prévint du danger. Ssyxlat'h essaya de lui tirer des informations sur Ilaque, mais l'homme marchanda : il devinait bien que le Naga n'était pas là par hasard et que ses intentions envers Ilaque n'étaient pas courtoises, aussi lui confia-t-il une mission en échange des informations. Pour l'assassin, c'était honnête.

La cible était un homme du nom de Harzhan. Il traînait apparemment dans certaines ruelles peu fréquentées du bourg. Ssyxlat'h devrait pouvoir l'y trouver seul de nuit, sans risque de se tromper de personne. C'était presque trop facile.

Ssyxlat'h passa deux heures avant le crépuscule à étudier toutes les rues de la bourgade. La nuit tombée, il savait où se placer pour tendre une attaque surprise sur sa cible, et par où cette dernière s'échapperait et comment lui couper la course si l'attaque échouait.
Le Naga prit position, et patienta.
Au bout d'une demi-heure, il perçut des vibrations lui indiquant que quelqu'un approchait. Sa cible, à n'en point douter. Le Naga darda sa langue pour capter l'odeur de la personne qui approchait. Ce n'était pas un paysan. Cette odeur, le Naga l'analysa facilement car il la connaissait bien : celle d'un homme armé, vêtu d'une armure de cuir, rompu aux voyages.

Le dénommé Harzhan arriva par où Ssyxlat'h avait prévu. Quand le Naga le vit, il était dans son dos. Il rampa vers lui avec la discrétion d'un serpent, propre à sa race. Seulement voilà, sa cible devait se savoir menacée, car elle tourna l'œil dans sa direction au mauvais moment.

Ssyxlat'h se prépara à parer un coup d'épée avec ses saïs. Il se porta au contact de l'Humain, et déploya sa queue vers l'avant pour l'enrouler autour des mollets de sa cible et l'empêcher de se déplacer. Il ouvrit les mâchoires, dévoilant ses deux crochets venimeux.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Ven 14 Aoû 2015 - 12:02

Cette situation était bien trop étrange, rien ne bougeait, comme si le monde entier avait arrêté de respirer. A n’en pas douter, la cible confiée par l’homme était bien plus intelligente et maligne qu’il ne l’avait cru, ce n’était pas un assassin ordinaire. Cette situation sentait mauvais, comment se faisait-il qu’il ne puisse pas trouver sa cible, qui n’aurait dû se douter de rien ? Comment se faisait-il qu’il se sente ainsi en danger alors qu’il était le chasseur, et non la proie ? Où donc se trouvait sa cible si bien cachée ? Il devrait tirer cela au clair, plus tard…

Un détail attira alors son attention et le fit sortir de ses pensées, un détail sans importance pour quiconque n’était pas un assassin expérimenté, pour quiconque voulait mourir. Son ombre… Sa propre ombre… était légèrement trop grosse. Il se retourna, sachant que son instinct ne l’avait pas trompé, prêt à se battre. Ses lames jaillirent de sous sa cape, brillantes au clair de lune, prêtes à parer. Sa cible, ce Ssyxlat'h, se trouvait derrière lui. L’espace d’un instant, il se demanda comment ce naga avait découvert sa position, et comment il savait qu’il viendrait pour lui. Mais il n’avait pas le temps d’y réfléchir, ça lui serait fatal, d’autant que le Naga se préparait à frapper.

Son adversaire avait l’avantage, sa queue approcha pour se saisir des jambes de Harzhan alors qu’il s’apprêtait à porter un coup de ses crochets, certainement empoisonnés. Vif dans sa réaction, Harzhan réagit pour éviter la pire menace, la queue. S’il était immobilisé, il mourrait sans aucun doute. Pour avoir déjà affronté des nagas, il connaissait la force de leur constriction. Il plongea de l’avant, car reculer l’aurait trop exposé à un coup de crochets, juste avant que la queue ne se resserre. Ses lames se mirent en mouvement alors qu’il pirouettait pour tenter de passer derrière son adversaire, l’une détourna la tête du serpent et ses crochets mortels, l’autre para un saï, et tenta une riposte rapide vers le corps du serpent, faute de pouvoir toucher un meilleur endroit.

Mais il n’avait que deux armes pour éviter quatre menaces, et il ressentit une douleur dans le dos, là où l’autre lame du naga avait entamé sa chair. La vitesse de sa réaction l’avait certainement sauvé, car le naga avait presque manqué sa cible, n’infligeant qu’une blessure a priori superficielle au lieu de traverser son corps. Continuant son mouvement de dépassement, et une fois sa deuxième arme séparé des crochets, il tenta une seconde riposte rapide, peu après la première de son autre arme. Il devait à tout prix reprendre l’avantage sur l’échange.

Sa manœuvre le menait toujours vers le dos du serpent. En ripostant de sa seconde arme, celle du bras gauche, il ressentit une douleur néanmoins supportable due à une blessure reçue plus d’une semaine plus tôt, alors qu’il aidait un homme-lézard à échapper à un marchand d’esclaves. Son épaule gauche ne s’était pas encore tout à fait remise, bien que la cicatrisation fût bien avancée. Il n’était pas en mesure de penser à la douleur, d’autant que l’adrénaline générée par le combat l’empêchait de la ressentir sérieusement. Il ne pensait qu’au coup qui suivrait le précédent, aux failles dans la défense adverse et dans la sienne, son visage affichait une concentration intense, et son regard glacial était rivé sur son adversaire. Le visage d’un tueur froid et sans merci.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Ven 14 Aoû 2015 - 16:46

Trahi par ce coup d'œil de sa cible, un coup d'œil qu'il pensait innocent, un coup de pas-de-chance, Ssyxlat'h dut attaquer précipitemment. Son premier réflexe fut donc de tenter d'immobiliser les membres inférieurs de l'Humain, malheureusement ce dernier bondit en avant comme s'il avait anticipé une telle attaque. Etonnant. En fait, bon nombre d'Humains se faisaient facilement surprendre par la queue de l'homme-serpent, tout simplement parce qu'ils ne connaissaient pas suffisamment bien les Nagas et n'avaient pas l'habitude de voir une attaque venir du niveau du sol. Cet homme, ce dénommé Harzhan, avait déjà dû rencontrer des Nagas pour avoir anticipé cela de si belle manière.

Ssyxlat'h dut improviser un combat. Pour ne rien arranger, sa cible était elle aussi ambidextre et se battait avec deux armes. Heureusement, les saïs sont justement parfaits pour contrer une épée. Ils offraient bien sûr une allonge réduite, mais étaient idéaux pour parer les coups d'épée.
Le Naga tenta de venir mordre sa cible mais ses crochets ne firent que passer tout près de la lame d'une épée. Il siffla d'un air menaçant, en fait, il siffla d'agacement. Il allait garder son sang-froid pour mener à bien ce combat et tuer sa cible. Pour la discrétion, c'était raté, mais il n'allait pas abandonner.

Il para l'autre épée avec un saï, et son saï libre fendit l'air tout droit dans le but de perforer le dos de l'Humain. Ce dernier effectua une pirouette, s'en tirant avec une simple éraflure dans le dos. Son épée libre s'éloigna de la tête de l'homme-cobra. L'Humain contournait le Naga pour se positionner dans son dos. Cependant, avec sa queue vers l'avant, l'homme-serpent n'eut qu'à pivoter le torse pour finir de faire volte-face et éviter ainsi de tourner le dos à son ennemi.

Harzhan portait des attaques enchaînées. Les coups de son épée gauche étaient cependant moins vifs, comme s'il avait une gêne à son épaule gauche, et heureusement : cet Humain était sacrément agile et l'homme-cobra devait maintenir une concentration de tous les instants, à défaut de quoi il serait facilement débordé. Les coups pleuvaient, mais en contrepartie de la dangereuse agilité de son ennemi, le Naga avait aussi ses avantages : ses saïs étaient idéaux pour parer les épées et sa queue lui offrait un troisième moyen d'attaquer.

Il fit exprès de ne pas se précipiter dans une seconde tentative d'étreindre les jambes de l'Humain. C'était risqué, car il eut du mal à suivre le rythme des attaques qui pleuvaient sur lui.
Il arriva cependant un moment où il réussit à piéger simultanément les lames des deux épées de son ennemi entre les branches de ses saïs. C'était l'ouverture qu'il attendait.
Il inclina ses saïs à l'horizontale et les rapprocha l'un de l'autre, puis effectua une torsion des poignets : ainsi, il croisa les deux épées de l'Humain tout en resserrant le piège sur les lames : l'épéiste ne pouvait plus retirer ses épées en les tirant vers soi, il devait les tirer vers le bas pour les glisser hors des saïs, ce qui ouvrirait considérablement sa garde l'espace d'un instant.

C'est le moment que choisit Ssyxlat'h pour attaquer avec sa queue, maintenant que toute l'attention de l'Humain était concentrée sur ses épées et sur le moyen d'en recouvrer le maniement sans trop s'exposer à une contre-attaque mortelle. Sa queue s'enroula autour des mollets de l'Humain, empêchant tout mouvement de ses jambes. Ses saïs étaient toujours occupés à piéger les épées, l'assassin ne pouvait donc pas s'en servir immédiatement pour porter un coup fatal.

SSYXLAT'H – Tu te bats bien, mais j'ai pour mission de te tuer. Lâche tes épées, et je t'offre une mort rapide et sans douleur ; résiste, et tu souffriras lentement dans ma constriction.

Pour illustrer sa menace, le Naga fit glisser son corps de serpent pour enrouler sa queue plus haut, jusqu'au bassin de l'Humain, ainsi ses jambes étaient enserrées sur toute leur longueur ; en même temps, il dévoila ses crochets et émit un léger sifflement.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Ven 14 Aoû 2015 - 18:22

Aucune des deux ripostes amorcées ne parvint jusqu'à sa cible. Son adversaire était d'un tout autre acabit que les assassins qu'il avait éliminés plus tôt. Sa rapidité était pour le moins impressionnante. Qui plus est, les saïs de son ennemi lui offraient un grand avantage tactique, et il pouvait aisément parer ses attaques. Bien sur les tactiques de contournement ne fonctionnaient pas non plus, son adversaire tourna ses anneaux vers lui pour se retrouver de face, le plus simplement du monde. Ses deux lames continuaient de vrombir autour du naga, pour ne pas lui laisser l'initiative, car la lui laisser revenait a mourir a coup sûr.

Puis vient le moment redouté. Harzhan frappa de ses armes, un coup descendant placé juste au moment opportun. Il y avait une ouverture, infime, mais suffisante. Son acte arriva trop tard, l'ouverture se referma, bloquant ses deux épées dans les crans des saïs de son adversaire. Il lui fallait ses lames. Il aurait pu lâcher ses armes et se battre avec ses petites lames de jet, mais ce n'était pas envisageable. Ssyxlat'h fit un mouvement ingénieux des poignets, forçant Harzhan à se baisser, et il en profita bien évidemment pour retenter sa chance avec sa queue.

Harzhan, déséquilibré, ne put cette fois rien faire quand la queue se referma avec fermeté sur son mollet. Il imaginait déjà bien la suite, serré à mort entre les anneaux du naga. Son corps reptilien était une arme bien plus efficace que sa carcasse humaine, et Harzhan se dit qu'il ne pourrait pas le battre, pas dans ces conditions. Avec l'effet de surprise il aurait pu... Peut-être.

"Tu te bats bien, mais j'ai pour mission de te tuer. Lâche tes épées, et je t'offre une mort rapide et sans douleur ; résiste, et tu souffriras lentement dans ma constriction."
"On m'a donné la même mission."

Ce détail n'échappa pas à Harzhan, habitué aux calculs et aux manipulations. Les anneaux constricteurs se resserraient autour de son bassin, il n'avait nulle échappatoire. Il aurait pu utiliser ses armes de jet, mais dans quel but? même en blessant la queue du naga pour se désengager, il doutait pouvoir récupérer ses armes, et l'issue du combat deviendrait évidente. Il lui fallait jouer le tout pour le tout, une dernière carte a abattre, si il parvenait a amener Ssyxlat'h dans son raisonnement, peut-être y trouverait-il une issue. Il espérait juste que ce naga ne serait pas stupide au point de ne pas écouter. Il prit un air des plus sérieux, mais moins agressif

"Ecoute moi, et décide ensuite comment tout cela finira. On nous a manifestement donnés la même mission, tuer l'autre. Il doit y avoir un but derrière cela, on veut nous éliminer. L'homme avec qui je traite m'a déjà donné de tels contrats, des assassins de bas étage a éliminer. Là, on en est loin, tu es sans conteste un assassin de talent, mais certainement pas dénué d'intelligence. Réfléchis, si nous devons nous entre tuer, c'est que notre employeur se fiche du vainqueur. Que fera-t-il de lui alors? A mon avis, même si tu me tues ici, tu ne ressortiras pas de ce village vivant."

Il espérait que cela fonctionnerait, il avait tout mis dans ces paroles: conviction, logique, hypothèses, et flatterie. Harzhan n'était pas sociable, mais pour autant, il savait manier les mots aussi bien que ses armes. Si Ssyxlat'h ne le croyait pas, c'en serait fini de lui.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Sam 15 Aoû 2015 - 9:40

HARZHAN – On m'a donné la même mission.

De quoi ?! Qu'est-ce qu'il chantait là ? Ce devait être une technique désespérée pour faire hésiter le Naga et gagner du temps, avec peut-être même l'espoir d'obtenir la vie sauve. Cela ressemblait à un mensonge improvisé juste avant la mise à mort. Seulement voilà, Ssyxlat'h était un assassin de parole : peu importe les justifications ou les excuses de ses cibles, il avait accepté de les tuer par un contrat oral, contre rétribution, alors il le faisait. Bien sûr, cette phrase de l'Humain le fit tiquer. Il croyait au mensonge, mais comment en être sûr ? Le dénommé Harzhan détailla son histoire :

HARZHAN – Ecoute-moi, et décide ensuite comment tout cela finira. On nous a manifestement donné la même mission : tuer l'autre. Il doit y avoir un but derrière cela, on veut nous éliminer. L'homme avec qui je traite m'a déjà donné de tels contrats, des assassins de bas étage à éliminer. Là, on en est loin, tu es sans conteste un assassin de talent, mais certainement pas dénué d'intelligence.

Voilà qu'il usait de flatterie, maintenant. En tant normal, cela aurait senti la duperie à plein nez. Ssyxlat'h n'aimait pas trop se faire flatter gratuitement car il avait l'habitude qu'une mauvaise intention se cache derrière. Il avait donc appris à se méfier des flatteurs. Seulement, comment Ssyxlat'h pouvait-il se résoudre à tuer cet Humain sans s'être assuré que ce qu'il prétendait était vrai ? Une chose corroborait : Harzhan avait eu l'air sur ses gardes quand Ssyxlat'h s'était jeté sur lui pour le tuer, comme s'il avait été averti d'un danger. C'était un maigre indice, et plein de choses pouvaient expliquer l'attitude de l'Humain à ce moment-là. Alors, comment le croire ?

HARZHAN – Réfléchis, si nous devons nous entretuer, c'est que notre employeur se fiche du vainqueur. Que fera-t-il de lui alors ? A mon avis, même si tu me tues ici, tu ne ressortiras pas de ce village vivant.

Il fallait trouver un moyen de forcer Harzhan à prouver ses dires sans le libérer, sans prendre le risque qu'il prenne la fuite. Les deux assassins étaient toujours dans la même position : les armes croisées, les lames des épées piégées par les saïs, et le corps de serpent du Naga enserrant les jambes de l'Humain jusqu'au bassin.

SSYXLAT'H – Tu n'as pas intérêt à me duper. Décris-moi ton employeur dans les moindres détails, ainsi je verrai si c'est bien le même homme qui m'a demandé de te tuer.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Sam 15 Aoû 2015 - 11:01

Il sentit que les anneaux autour de lui cessaient leur progression, sans pour autant se déserrer. Au moins, il avait capté son attention, même si cela ne le sauverait peut être pas. Il avait retardé la mort. Sa situation ne s'était pas améliorée pour autant, sa vie dépendait de sa capacité à convaincre son interlocuteur que son raisonnement était correct, alors qu'il n'en était même pas certain lui-même. Il réfléchissait à toute allure, tendant d’emboîter les pièces du puzzle les une dans les autres. Ce raisonnement lui paraissait plausible, bien que monté rapidement pour retarder l'échéance, mais comment prouver clairement ce qu'il supposait à ce naga? Il fut presque surpris lorsque Ssyxlat'h lui apporta une ouverture évidente, à laquelle il fut étonné de ne pas avoir pensé lui-même.

"Tu n'as pas intérêt à me duper. Décris-moi ton employeur dans les moindres détails, ainsi je verrai si c'est bien le même homme qui m'a demandé de te tuer."
"Un mètre soixante-cinq environ, cheveux bruns sombres assez courts, barbe de trois jours, a priori il ne la rase que rarement de près, vêtements sombres, assez large d'épaules..."

Il chercha autre chose, comme à son habitude, il n'avait pas fait de fioritures, mais cette description, pourtant précise, ressemblait a la description type des hommes de la quarantaine. Il doutait que Ssyxlat'h puisse identifier un homme précis avec ces éléments, du moins pas avec la certitude qu'il s'agissait du même homme, et alors la situation n'évoluerait pas. Harzhan se força a réfléchir à un détail plus marquant qui premettrait, si Ssyxlat'h avait remarqué ce détail, permettrait a coup sur d'identifier l'homme. Un détail, vu lors de leur première rencontre, revint soudainement à sa mémoire, un détail atypique.

"Il porte une croix en métal sombre en pendentif, pas une croix comme les autres, une croix étrange, gravée de symboles, quelque chose que je n'avais jamais observé avant. Et il y a un petit rubis qui en orne le centre!"

Il espérait que ce détail avait aussi été repéré par le naga, que le pendentif n'avait pas été sous la chemise de l'homme quand il avait vu Ssyxlat'h. Sinon il n'était pas certain de s'en sortir. Puis autre chose capta son attention, dans sa vue périphérique. Il avait cru, l'espace d'un moment, voir une ombre se mouvoir sur un toit. Si sa théorie était exacte, alors cela semblait logique que d'autres assassins soient envoyés pour la curée. L'homme avait certainement espéré que le vainqueur serait trop affaibli pour résister à ses propres assassins. Du moins c'est ce qu'il pensait, mais au vu de l'urgence de la situation il s'était peut-être emballé. Une autre idée lui vint: si le naga avait su le repérer dans sa cachette d'ombres, malgré, pensait-il, la perfection de son camouflage, peut-être pourrait-il en faire autant en ce moment. Il parla doucement, remuant à peine les lèvres pour ne pas donner l'alerte.

"Crois-moi, je ne veux pas t'embrouiller, mais je crois qu'on est observés."

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Dim 16 Aoû 2015 - 9:23

Harzhan commença par établir une description sommaire : cheveux bruns sombres, assez courts, barbe de trois jours, rarement rasée de près sans doute, vêtements sombres, assez large d'épaules. En même temps, Ssyxlat'h visualisait son employeur. Effectivement, la description correspondait, sauf que cette même description pouvait aussi bien correspondre à des dizaines et des dizaines d'autres personnes. Il n'y avait rien de très distinctif là-dedans. Ssyxlat'h n'avait donc pas encore la preuve de ce que Harzhan avançait pour se sauver la vie ; néanmoins, il patienta, voyant bien que l'Humain cherchait d'autres détails à donner.

Il en trouva un : un pendentif, en forme de croix métallique gravée de symbole et ornée d'un rubis en son centre. Voilà qui était précis ! Ssyxlat'h réfléchit. Oui, il avait bien vu ce pendentif. Fugacement, sans trop y faire attention, mais maintenant que Harzhan en parlait, Ssyxlat'h se souvenait bien. Il n'aurait lui-même pas été si précis dans la description du pendentif, mais une croix avec un rubis au centre, c'était bien ça.

Harzhan ne mentait donc pas. Ssyxlat'h en était sûr, maintenant. Les deux assassins avaient le même employeur, qui leur avait chacun ordonné de tuer l'autre. Cela paraissait tellement stupide ! Harzhan avait dû commettre quelque chose ayant fortement déçu l'homme, mais alors pourquoi il ordonner d'aller tuer Ssyxlat'h ? Pour se jeter dans la gueule du loup ? Mais ce serait prendre le risque qu'Harzhan tue Ssyxlat'h, et donc de ne pas être débarrassé de lui. Il n'y avait aucune logique à cela. Ssyxlat'h ne comprit qu'une chose : Harzhan et lui avaient été abusés par cet homme. Lui, loyal en temps normal, comprit qu'il ne pouvait pas faire confiance à cet employeur. Ce dernier avait voulu sa perte. Et pour cette bonne raison, l'assassin n'allait pas accomplir sa mission. Mieux que ça : il allait assassiner son employeur. C'était la seule chose intelligente à faire. Son employeur l'avait trompé, il était donc devenu l'ennemi de Ssyxlat'h.

Et Harzhan ? Que faire de lui ? Pas le tuer, cela n'avait plus aucun sens de le faire.
De toute façon, Ssyxlat'h n'eut pas le temps de se poser la question.

HARZHAN – Crois-moi, je ne veux pas t'embrouiller, mais je crois qu'on est observés.

Le Naga tourna très légèrement la tête, et darda répétitivement sa langue bifide de serpent à travers la petite fente entre ses lèvres prévue à cet effet comme chez les vrais serpents. C'était ainsi que les serpents ainsi que les Nagas dotés d'une telle langue captaient les odeurs pour ensuite les analyser – d'autres Nagas n'avaient pas une langue de serpent, mais une langue semblable à celle d'un Humain ou d'un Homme-lézard, et reniflaient les odeurs avec leurs narines comme les Hommes-lézards.

Il n'y avait presque pas de vent dans cette ruelle et les odeurs se propageaient très bien. L'homme-serpent capta facilement une odeur intruse, celle d'un Humain, apparemment immobile, situé en hauteur. Un homme les observait depuis un toit. Réagir précipitemment l'alerterait et le ferait fuir. Ssyxlat'h eut une autre idée : faire comme si de rien n'était, faire semblant de tuer Harzhan et de ne se méfier de rien. Avec un peu de chance, si l'homme qui les observait était tacoman d'origine, il connaissait mal les Nagas et ne se doutait pas que son odeur le trahissait. Ssyxlat'h murmura à Harzhan :

SSYXLAT'H – Tu as raison. Je vais faire semblant de te mordre, fait semblant de tomber inconscient.

Ssyxlat'h n'attendit aucun acquiescement, il ouvrit la gueule et fusa sur le cou de Harzhan. Seulement, il fit en sorte de ne pas complètement ouvrir les mâchoires, de sorte que ses crochets venimeux ne se déploient pas complètement. Ainsi, ses crochets ne firent que toucher la peau du cou de l'Humain par la longueur, et au lieu de se planter dedans, furent poussés vers l'intérieur de la mâchoire.

Comme espéré, Harzhan joua la comédie, se relâchant complèrement et faisant mine de s'endormir, ou de mourir, peu importe. Ssyxlat'h déroula ses anneaux lentement et en articulant sa queue de sorte à accompagner le corps de Harzhan pour l'allonger au sol sans bruit sans le laisser tomber. Le Naga jeta un œil aux deux bouts de la ruelle, et rampa dans une direction au hasard en faisant mine de ranger ses saïs.

Le piège fonctionna à merveille. Ssyxlat'h sentit l'odeur se déplacer, et bien vite, perçut des pas se rapprocher de lui. Non seulement l'Humain ne savait pas que son odeur avait déjà été repérée par l'homme-serpent, mais il ne se doutait pas non plus que ses pas, aussi discrets qu'ils fussent, produisaient une vibration suffisante pour être détectée par le corps de serpent étalé au sol du Naga.

Ssyxlat'h laissa l'ombre s'approcher, et au dernier moment, tourna la tête et vint enrouler sa queue autour des jambes de son potentiel agresseur. Il rengaina ses saïs, et lui agrippa les poignets pour l'empêcher de porter une attaque.

SSYXLAT'H – Tu pousses un cri, tu es mort.

Il enroula ses anneaux jusqu'au bassin de l'homme de la même manière qu'il l'avait fait à Harzhan.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Dim 16 Aoû 2015 - 12:13

Harzhan espérait que le naga ne pense pas qu'il se moquait de lui, il avait bien vu quelqu'un les observer. Ne connaissant pas l'utilité de la langue reptilienne de Ssyxlat'h, il craignait qu'elle ne témoigne de son agacement, ou encore qu'il se prépare à mordre. Il espérait qu'elle serve à détecter des choses, ce qui expliquerait comment il l'avait trouvé. Si le naga pensait qu'il se moquait de lui, il mourrait sans aucun doute. Le naga prononça alors une phrase que Harzhan eut un peu de mal à comprendre sur le coup.

"Tu as raison. Je vais faire semblant de te mordre, fait semblant de tomber inconscient."

Puis il le mordit au niveau du cou, une foule de sensations de bouscula alors dans la tête de Harzhan: surprise, résignation, puis espoir... Il n'avait pas senti les crochets entrer dans sa chair. Alors il comprit la phrase du naga qu’il n’avait pas comprise, et il comprit qu’il s’était trouvé un allié de choix. Ne sachant pas comment mimer un empoisonnement par un naga, il fit monter le sang à sa tête pour devenir rouge, écarquilla les yeux, et fit semblant de frapper la tête de Ssyxlat'h pour le faire lâcher prise. Les autres personnes ne devaient pas savoir l’effet que faisait réellement le poison non plus.  Puis il détendit ses muscles et feignit la mort. Le naga le déposa alors en douceur au sol, et il attendit que celui-ci parte, ce qui ferait partir l’autre personne, avant de bouger à nouveau.

Le naga avait eu la présence d’esprit de laisser les épées non loin de son cadavre supposé. Une fois certain de ne pas être vu, Harzhan se redressa et prit ses armes. En utilisant de nombreuses prises faciles, il monta sur les toits. Il lui fallait retrouver la trace de Ssyxlat'h, alors il évoluait de toit en toit à sa recherche, camouflé dans sa cape, capuchon rabattu sur son visage. Il était redevenu l’ombre. Il ne lui fallut pas longtemps pour retrouver le naga, qui était aux prises avec un homme. Il semblait maitriser la situation, mais un détail gênait Harzhan. Un seul homme, si leur employeur connaissait la valeur des deux assassins qui devaient s’entre-tuer, n’était pas suffisant. Il jeta un œil aux alentours et comprit.

Quatre autres assassins se trouvaient autour de la scène, plutôt bien camouflés. Un archer et trois hommes armés d’armes diverses de corps-à-corps. L’archer et un autre homme se trouvaient eux aussi sur des toits, alors que les deux derniers étaient dans des ruelles adjacentes. Harzhan vit l’archer prendre position sur un toit incliné, alors que l’autre homme tentait de trouver une position favorable pour bondir sur le naga. Ce dernier ne les avait probablement pas sentis à cause de l’odeur de l’homme devant lui. Harzhan devait agir vite, il changea de position et se mit en mouvement.

L’archer bandait son arc, prêt à tirer, lorsque l’assassin arriva dans son dos, sur la partie haute du toit. L’homme en face l’avait vu arriver, et il voulut prévenir son allié quand un couteau acéré se planta dans son œil, lui arrachant un cri horrible. L’homme tomba du toit et les cris cessèrent, la chute lui avait été fatale. L’archer se retourna alors que Harzhan bondissait sur lui, lames tirées. La flèche le manqua de peu, certainement à cause du manque de sang-froid de son adversaire, et l’homme désarmé ne fit pas long feu avec son seul arc pour défense. Une lame traversa son corps et son cœur, le tuant sur le coup.

C’est alors que Harzhan chuta… A cause du saut de Harzhan, des tuiles s’étaient détachées et tombèrent. De plus en plus d’autres suivirent, emportant Harzhan et sa victime avec elles. Dans un grand bruit, une vingtaine de tuiles tombèrent dans la ruelle, non loin du naga, suivies par un corps inanimé qui ne fit qu’un son mat en heurtant le sol, puis par une silhouette encapuchonnée. Harzhan ne contrôlait pas sa chute, il était pris au dépourvu, et ne pouvait pas se réceptionner sur ses jambes. Il heurta le sol sur le côté, et poussa un grognement de douleur à l’impact. Heureusement pour lui, rien ne semblait cassé, il était seulement sonné et aurait certainement un bel hématome. Pendant ce temps, les deux assassins restants sortirent de leur cachette, prêts à en découdre.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Lun 17 Aoû 2015 - 10:11

L'homme pris au piège dans les anneaux du Naga parut paniquer. Il n'était pas très âgé et devait manquer d'expérience. Ssyxlat'h le désarma tout en commençant à l'interroger :

SSYXLAT'H – Es-tu seul ?
Homme – Pitié, ne me tuez pas...
SSYXLAT'H – Ca dépend de toi. Réponds : es-tu seul ?
Homme – Non... Il y en a d'autres, sur les toits...
SSYXLAT'H – Combien ?
Homme – Euh... y'a... quatre, on est cinq... Pitié...

Cela n'avait vraiment aucun sens. Tout d'abord, l'employeur de Ssyxlat'h envoyait ce dernier s'entretuer avec un autre assassin dans une ruelle, et il envoyait en plus cinq autres assassins sur le même lieu pour tuer le vainqueur ? A quoi tout cela rimait ?
Ssyxlat'h darda sa langue, et en effet, il perçut d'autres odeurs. Les quatre camarades de son interlocuteur avaient dû être en retrait au début, car le Naga n'avait capté que l'odeur de celui-ci. Il capta aussi l'odeur de Harzhan.

Soudain, Ssyxlat'h se demanda s'il n'avait pas été seul pris au piège. Son employeur aurait voulu se débarrasser de lui et l'aurait envoyé dans la gueule du loup. Peut-être que ces cinq autres assassins étaient des camarades de Harzhan, ce dernier avait juste joué le rôle d'appât.
Non, un élément ne collait pas : Harzhan n'aurait pas alerté Ssyxlat'h de la présence d'autres assassins s'il avait été avec eux.

Ssyxlat'h avait beau retourner la situation dans tous les sens, il ne comprenait rien. Il espérait que Harzhan ne jouait pas un double-jeu et qu'il s'occuperait des quatre assassins sur les toits. Ssyxlat'h leva la tête pour s'assurer de ne pas être visé par un archer. Seulement, la nuit l'empêcha de bien discerner la silhouette d'un archer.

SSYXLAT'H – Pourquoi vouloir nous tuer ?
Homme – Vous tuer ?! Mais non... Il n'y a que vous... que nous devons...
SSYXLAT'H – Que vous devez quoi ?... Parle vite.
Homme – Nous devons vous capturer vivant pour... eh bien... pour... vous savez, être esclave... L'homme que vous avez tué ne nous intéresse pas.

Quoi ?! Serait-il possible que ces cinq assassins n'aient en fait aucun lien avec l'employeur de Ssyxlat'h et de Harzhan ? Quelque part, cela rendrait les choses moins illogiques. Ssyxlat'h ne comprenait toujours pas pourquoi un homme avait voulu que Ssyxlat'h et Harzhan cherchent à s'entretuer, mais si ces cinq hommes à l'allure d'assassins n'étaient pas là pour les tuer mais juste pour capturer vivant le Naga pour le compte d'un esclavagiste, alors il pouvait encore y avoir une explication plus ou moins logique à laquelle Ssyxlat'h ne pensait pas.

SSYXLAT'H – Comment s'appelle celui qui veut ma capture ?

Ssyxlat'h était quasi certain qu'il s'agissait d'Ilaque. Il voulait entendre la confirmation.
Il n'en eut pas le temps.

Un cri retentit, venant des toits. Un homme chuta, tête la première, se brisant la nuque sur le coup. Une dague était en plus plantée dans l'un de ses yeux. Harzhan était entré en action, ce qui confirmait qu'il n'avait pas encore trahi Ssyxlat'h.
Seulement, le Naga ne fut pas très satisfait par ce cri horrible : cela risquait d'alerter des gardes.
D'autant que ce ne fut pas tout : histoire d'aggraver les choses, des tuiles glissèrent d'un autre toit, et tombèrent les unes après les autres, causant un grand bruit de fracas bien que peu se brisèrent en fait. Un autre corps, déjà mort, tomba avec les tuiles, suivi par la silhouette de quelqu'un de bien vivant, encapuchonné. Sûrement Harzhan. Ssyxlat'h tira sa langue bifide pour sentir, et eut confirmation que c'était lui.

Bon, là, c'était certain, entre le cri et les tuiles, tout ce bruit avait forcément alerté des gens.

SSYXLAT'H – Donne-moi le nom de celui qui veut ma capture !

L'homme dans les anneaux du Naga perdait ses moyens. Ses deux camarades morts, la pression, le stress, le faisait trembler de panique. Son regard s'agitait dans tous les sens, et il n'écoutait même plus les questions de Ssyxlat'h.
Ce dernier se dit qu'il ne tirerait plus rien de lui. De toute façon, à quoi bon ? Il savait très bien que c'était Ilaque qui voulait sa capture.

Ssyxlat'h perçut des vibrations au sol provenant d'une ruelle perpendiculaire au bout de celle où il se trouvait. Seulement, ce n'étaient pas des pas humains. Ni des chevaux. Ce pouvaient être ceux d'un Xolon, éventuellement, mais c'était peu crédible. Ssyxlat'h se rappela alors qu'il se trouvait dans le Royaume de Tacomnal et sut à qui appartenaient ces pas : un golem.
Il ne voulait pas que l'homme qu'il maintenait dans ses anneaux puisse dénoncer le Naga comme étant un meurtrier, cela ne ferait que rendre pratiquement impossible une rencontre avec son employeur ou avec Ilaque.
Il n'eut pas le choix : il plongea un saï en plein cœur de l'homme, essuya la lame sur ses vêtements et déroula ses anneaux.

SSYXLAT'H – Quittons cette ruelle maintenant, Harzhan ! Par là !

L'homme-serpent rampa en vitesse dans la direction opposée à celle d'où provenaient les vibrations de pas. Il bifurqua dans une autre ruelle pile au moment où un golem de cire arriva sur les lieux de l'incident, découvrant trois cadavres et un amas de tuiles.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Lun 17 Aoû 2015 - 11:20

Harzhan était sonné, Ses oreilles sifflaient sous le coup de la douleur, il essayait tant bien que mal de retrouver ses repères, sachant qu’il restait deux personnes et que, au vu du fracas de la chute, des villageois allaient certainement accourir. Et bien sûr il ne comptait pas se faire prendre. Il réussit finalement à se relever, avec une douleur dans les côtes. Il prit un moment pour remarquer la situation dans laquelle ils étaient, qui semblait étonnamment sous contrôle. Le naga était toujours aux prises avec l’humain, et le questionnait. Il n’entendait pas encore très bien, ses oreilles sifflaient toujours. Il maudit intérieurement les couvreurs qui avaient bâclé leur travail sur le toit, même si à vrai dire ça n’était pas surprenant.

Les deux assassins restants s’approchaient rapidement de lui, alors il ramassa ses lames pour les affronter. Ils échangèrent des coups pendant quelques instants, Harzhan réussit même à obtenir de blesser un de ses adversaires. Puis, soudain, les assassins se désengagèrent et coururent dans les ruelles sans aucune raison. Peut-être avaient-ils simplement compris qu’ils ne pouvaient le battre, au vu de leur manque d’expérience risible. Il vit aussi le naga tuer sa proie d’un coup droit au cœur, efficace. C’est alors qu’il remarqua des bruits répétés et sourds, comme des pas lourds, pesants, mais se demanda si ce n’était pas ses oreilles qui lui jouaient des tours. La réponse vint de Ssyxlat'h.

"Quittons cette ruelle maintenant, Harzhan ! Par là !"

Il se rendit alors compte que ses oreilles n’avaient plus aucun problème, puisqu’il avait bien entendu le naga parler, c’étaient bien des pas qui s’approchaient se dit-il. Il suivit Ssyxlat'h immédiatement, sachant l’importance de ne pas être repéré dans de telles circonstances. C’était un golem Tacoman qui entra dans la ruelle juste alors qu’il en sortait. Les pas s’arrêtèrent derrière eux, il n’y aurait pas de poursuite. Par précaution, ils coururent jusqu’à un endroit plus calme, loin du tumulte des combats. Alors Harzhan regarda Ssyxlat'h, ils avaient agi de concert, mais combien de temps cela durerait ? Le naga était très fort, un redoutable adversaire, et il n’était pas sûr d’avoir le dessus en cas d’un autre affrontement. Malgré ce qu’il s’était passé, il avait du mal à voir en lui un allié de confiance, Harzhan ne faisait confiance à personne.

"Il y a plusieurs choses que je dois savoir, premièrement, tu sembles avoir des idées sur la personne qui a orchestré tout ça, je ne suis pas bête au point de croire que l’imbécile qui nous a confié ces missions soit un fin stratège. Et pour l’aspect pratique, as-tu un endroit où nous cacher ? Les étrangers seront les premiers soupçonnés, surtout si notre employeur est véritablement influent ici."

Il gardait précautionneusement ses mains près de ses armes, au cas où le naga tenterait une attaque éclair. Il ne pouvait pas encore se prononcer sur sa valeur, mais il le respectait pour son habileté. Ici, la nuit était calme, et le ciel s’éclaircissait à mesure que se rapprochait le lever du soleil. Harzhan se rendit compte que dans sa fuite il avait oublié de ramasser son couteau, dommage, il devrait en racheter un autre, et se contenter des deux qui restaient attachés sur leur lanière de cuir en attendant. Il pensait a autre chose, le naga semblait avoir tué l’humain presque à contrecœur, ou plutôt l’avait-il tué par dépit plutôt que par envie. Se pouvait-il que Ssyxlat'h soit un assassin dépourvu d’instinct meurtrier ? Si tel était le cas, peut-être aurait-il un avantage en cas de confrontation.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mar 18 Aoû 2015 - 9:54

Une fois cachés, les deux assassins s'arrêtèrent, et Ssyxlat'h se concentra, non pas pour entendre ce que faisait le golem – les Nagas ont une bien mauvaise ouïe – mais pour surveiller ses déplacements. Le golem de cire ne les poursuivait pas, c'était une chose certaine. Il ne les avait ni vus ni entendus. Ssyxlat'h devina qu'il observait les cadavres et la ruelle. Il n'y avait pas de témoin, ce golem de cire ne pourrait jamais apprendre ce qui s'était passé ici. Ssyxlat'h et Harzhan décidèrent de bouger de là, ne prenant pas le risque tout de même de rester trop longtemps si près de la scène de l'incident.

Ssyxlat'h avait analysé l'agencement de la bourgade et sut par où passer pour rester dans le noir sans rencontrer personne. Bien sûr, l'on n'était jamais à l'abri d'un voleur ou d'un coupe-gorge, d'autant qu'aucune rue sauf une ou deux n'était éclairée. Il s'arrêta avec Hazrhan à un endroit qu'ils jugèrent tranquille. Ils avaient à parler. Par ailleurs, il leur faudrait bientôt trouver un endroit où dormir, la fatigue se faisant sentir.

HARZHAN – Il y a plusieurs choses que je dois savoir. Premièrement, tu sembles avoir des idées sur la personne qui a orchestré tout ça, je ne suis pas bête au point de croire que l'imbécile qui nous a confié ces missions soit un fin stratège. Et pour l'aspect pratique, as-tu un endroit où nous cacher ? Les étrangers seront les premiers soupçonnés, surtout si notre employeur est véritablement influent ici.

Ssyxlat'h ne se prononçait pas sur le stratagème de leur employeur. Pour cela, encore aurait-il fallu qu'il l'eût compris lui-même, alors il aurait pu se faire un avis. Envoyer deux assassins avec pour chacun la mission de tuer l'autre, cela n'avait pas beaucoup de sens pour Ssyxlat'h. Tout ce qu'il savait, c'est que leur employeur les avait dupés et avait espéré la mort d'au moins l'un des deux ; et aussi que les cinq assassins arrivés en suivant n'avaient rien à voir avec cette histoire.

SSYXLAT'H – Je peux te dire que les hommes qui nous ont observés et attaqués n'ont rien à voir avec notre employeur. Je pense savoir qui les a envoyés. Un certain Ilaque. Il est la raison de ma présence ici.

Ssyxlat'h se garda bien de préciser que ces cinq hommes avaient voulu capturer Ssyxlat'h pour le réduire en esclavage ; c'était un détail dont Harzhan pouvait se passer. Ssyxlat'h devait apparaître comme un assassin, pas comme une victime. Il en allait de sa crédibilité. Harzhan n'était pas stupide et Ssyxlat'h n'espérait pas lui faire croire que personne ici n'était intéressé à l'idée de capturer un Naga pour en faire un esclave. D'ailleurs, Ssyxlat'h n'aurait aucun problème à se faire passer pour un esclave si cela pouvait servir ses desseins. Il pensait même devoir certainement user de cette ruse pour rester ici le temps d'atteindre Ilaque. Restait à savoir s'il pouvait faire suffisamment confiance à Harzhan pour se faire passer pour son esclave. Ssyxlat'h ne pouvait pas être encore bien sûr que Harzhan était honnête – un “honnête assassin”...

SSYXLAT'H – Quant à ce qui s'est passé, ne sois pas bête, tu es aussi bien placé que moi pour savoir qu'une enquête n'est pas menée pour chaque crime commis la nuit. Nous n'avons laissé aucun témoin, et le golem va analyser la scène comme un banal règlement de compte. Les trois personnes mortes n'ont pas l'allure d'honnêtes artisans, personne ne va se soucier d'eux. Je n'ai pas à t'apprendre ça.

Le Naga prit un instant pour renifler Harzhan avec sa langue, et aussi s'assurer que personne n'approchait, usant de son sens de l'odorat et de la perception d'ondes au sol. Aucun danger à signaler.

SSYXLAT'H – Pour l'heure, il nous faut dormir. Je dois retrouver notre employeur demain soir, à la Buse Grise. Et je suppose que toi aussi. Je veux le confronter, alors nous irons ensemble.

La Buse Grise était la taverne où Ssyxlat'h avait rencontré son employeur. Celui-ci devait s'y trouver tous les soirs, deux heures avant le crépuscule, et c'était là que Ssyxlat'h devait le retrouver une fois son acte accompli. Y aller avec Harzhan serait non seulement un moyen de mettre l'homme face à son intention malveillante avec les deux assassins, mais aussi de s'assurer des intentions de Harzhan. S'il était de mèche avec l'employeur de Ssyxlat'h, la confrontation devrait mettre cela au clair.

SSYXLAT'H – Dans la journée, je chercherai des renseignements sur Ilaque. Ca ne devrait pas être difficile, je me suis laissé dire que c'était un homme de notoriété à Tombulie.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Mar 18 Aoû 2015 - 12:24

Harzhan se doutait que le naga n’en savait pas plus que lui, ou bien il cachait bien son jeu, et si il était impliqué dans ce complot, il le découvrirait bien assez tôt. Il ne faisait pas confiance Ssyxlat'h, c’était un autre assassin, donc une personne peu fiable. Il essayait surtout de comprendre leur situation épineuse. Les hommes envoyés pour les tuer étaient sans doute des sbires de leur employeur commun. Mais Ssyxlat'h lui apporta un autre élément.

"Je peux te dire que les hommes qui nous ont observés et attaqués n'ont rien à voir avec notre employeur. Je pense savoir qui les a envoyés. Un certain Ilaque. Il est la raison de ma présence ici."

Si les hommes n’avaient rien à voir avec sa propre théorie, que faisaient-ils là alors ? Visiblement il n’en dirait pas plus, ce qui n’aidait pas à améliorer la confiance que Harzhan portait au naga. Il gardait ses secrets, et il respectait cela, il faisait de même en général, mais là, il s’agissait de coopération, d’informations capitales. Il craignait ne pas pouvoir avoir confiance dans le naga, de toute façon, ça lui était égal. Mais alors, il devrait toujours rester sur ses gardes pour ne pas risquer de mourir, un saï planté dans le dos.

"Quant à ce qui s'est passé, ne sois pas bête, tu es aussi bien placé que moi pour savoir qu'une enquête n'est pas menée pour chaque crime commis la nuit. Nous n'avons laissé aucun témoin, et le golem va analyser la scène comme un banal règlement de compte. Les trois personnes mortes n'ont pas l'allure d'honnêtes artisans, personne ne va se soucier d'eux. Je n'ai pas à t'apprendre ça."

Là le naga venait de l’énerver, même si il n’en laissait rien paraître extérieurement, à part le fait que ses mains se crispèrent. Pour qui le prenait-il ? Il savait très bien que ce n’était pas pratique courante, mais l’excès de précaution n’avait jamais tué personne, mieux, cela lui avait souvent sauvé la vie. Soit le naga était un imbécile, soit il était trop confiant. L’ennemi, cet Ilaque, dont il connaissait le nom vaguement, celui d’un homme influent dans la région, avait sans doute plus d’un tour dans son sac. Le naga laissa alors échapper sa langue bifide une nouvelle fois. Il n’était tout de même pas confiant, il cherchait à savoir si on l’avait suivi.

"Pour l'heure, il nous faut dormir. Je dois retrouver notre employeur demain soir, à la Buse Grise. Et je suppose que toi aussi. Je veux le confronter, alors nous irons ensemble."
"Quand je dois rencontrer mon employeur, je le trouve dans les rues. La Buse Grise, je n’y ai jamais mis les pieds."

Au moins lui avait un lieu de rendez-vous, ça rendrait les choses plus faciles, même si cela pouvait laisser supposer un guet-apens. Le naga agissait trop imprudemment à son goût, mais pour le moment il n’avait pas d’autre choix que de le suivre si il voulait maximiser ses chances. Simple question de logique. Pour ce qui est de dormir, hors de question que ça soit avec lui, car assassiner quelqu’un dans son sommeil est bien trop aisé.

"Je saurai te retrouver demain, dans la journée."

Il commençait à partir, l’auberge où il dormait se trouvait plus loin, La chope sans fond, un nom dû au service de bière qui y était fait tous les soirs jusque très tard. Il lui faudrait prendre des détours, semer des fausses pistes, tout cela pour s’assurer que le naga ne le suivrait pas. Mais une fois arrivé, il put entrer dans sa chambre sans encombres, verrouilla la porte, et s’allongea, ne dormant cependant que sur une oreille. Le lendemain, il devrait lui aussi rassembler des informations sur leur employeur et sur de Ilaque.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mar 18 Aoû 2015 - 15:42

Ssyxlat'h se trompait : quand Harzhan devait rencontrer leur employeur, cela se faisait dans les rues. Harzhan prétendit n'avoir jamais poussé la porte de la Buse Grise. Si c'était vrai, leur employeur prenait donc la précaution de ne jamais rencontrer deux assassins différents au même endroit. Peut-être justement parce qu'il voulait éviter d'être vu avec un assassin par un autre assassin qu'il avait employé. Cela n'expliquait toujours pas pourquoi il avait envoyé deux assassins s'entretuer, mais cela en apprenait un peu plus sur son mode opératoire.

HARZHAN – Je saurai te retrouver demain, dans la journée.

Là-dessus, les deux mâles – à partir du moment où l'un des deux est un Naga, l'on ne peut plus dire “les deux hommes” – se séparèrent. Harzhan partit dans son coin, et Ssyxlat'h... fit semblant de faire de même avant de rebrousser chemin pour le prendre en filature. Il devait récolter le plus d'indices possibles pour savoir s'il pouvait faire confiance à Harzhan. Il était pratiquement impossible pour un Humain d'entendre un Naga se déplacer, la reptation étant un moyen de locomotion naturellement très discret. Du moins, pour un Naga cherchant à être discret. Evidemment, un Naga se déplaçant négligemment pouvait laissait entendre un bruit de glissement de ses écailles sur le sol. Ssyxlat'h maîtrisait les mouvements de son corps pour ramper sans bruit. Ce n'était pas la première fois qu'il prenait quelqu'un en filature.

Et ce n'était pas la première fois qu'Harzhan était pris en filature ! Ssyxlat'h reconnut les déplacements de quelqu'un qui cherche à brouiller ses pistes ; à tel point qu'il se demanda si Harzhan ne l'avait pas repéré, mais il n'en avait pas l'impression. Il ne pouvait être sûr de rien, les bons assassins avaient souvent ce sixième sens qui les faisait frisonner lorsqu'ils étaient suivis ou observés. Ssyxlat'h réussit malgré les efforts de Harzhan à filer ce dernier jusqu'à une auberge, la Chope Sans Fond. Ssyxlat'h retint le nom et l'emplacement de l'établissement, et se rendit au moulin à eau.

Il retrouva Namaï au fond de la rivière à une centaine de mètres en amont du moulin, à l'écart de toute habitation, dans un coin désert de la ville. Son ami dormait paisiblement. Les Sirènes avaient beau être des créatures mystiques, elles avaient besoin de manger et de dormir. Ssyxlat'h s'allongea en bordure du cours d'eau, le dos sur la berge, la queue dans l'eau, et s'endormit lui aussi.
Il se réveilla en sentant des caresse sur sa poitrine. C'était Namaï, allongé perpendiculairement à lui, qui passait le bout de ses doigts sur ses écailles, comme un amoureux caressant son compagnon au réveil. Il n'y avait pas d'amour sentimental entre Namaï et Ssyxlat'h bien évidemment, uniquement un lien très fort d'amitié. Ssyxlat'h tenait énormément à Namaï sans qui il n'aurait plus d'âme. Il savait son ami très tacile et ne fut pas surpris. Ce n'était pas la première fois que Namaï lui caressait les écailles. Le mâle Sirène avait, pour sa part, des écailles magnifiques d'une couleur vert clair majoritaire alliée à du cyan, et aussi un petit peu de jaune par endroits, dont les bords de sa nageoire caudale.

NAMAI – Bonjour, mon beau serpent.

Ssyxlat'h détestait être appelé “serpent”, mais Namaï l'avait habitué et le Naga ne l'acceptait plus que par lui.

SSYXLAT'H – Bonjour, mon beau poisson.

L'on aurait vraiment pu croire à un couple d'amoureux. C'était très ambigu. Ssyxlat'h était extrêmement attaché à Namaï, mais ce n'était pas de l'amour sensuel. L'on pouvait en revanche parler de coup de foudre amical.

NAMAI – Ta mission avance ?
SSYXLAT'H – Les choses ne sont pas si simples. L'Humain qui devait me donner des informations sur Ilaque m'a dupé. Il m'a demandé d'assassiner quelqu'un qui s'est avéré être lui-même un assassin employé par le même homme pour me tuer.
NAMAI – Ah ? Et qu'as-tu fait ?
SSYXLAT'H – J'ai réussi à maîtriser ma cible avant qu'elle ne révèle cela. Je ne sais pas si je peux lui faire confiance, mais je l'ai laissé en vie, pour pouvoir le confronter à mon employeur. J'espère avoir bien fait.
NAMAI – Si c'est vrai, peut-être que ton employeur voulait te piéger parce que tu es un Naga.
SSYXLAT'H – Nous sommes deux à avoir été dupés. L'autre est un Humain.
NAMAI – Alors c'est peut-être votre condition d'assassins à laquelle il veut s'en prendre.

Cet homme détesterait les assassins, donc il en emploierait ? Cela n'avait pas beaucoup de sens, mais peut-être que Namaï avait raison. Il avait peut-être trouvé le moyen de débarrasser la ville des assassins en retournant leur activité contre eux. En fait, ça se tenait.

SSYXLAT'H – Tu as peut-être raison. J'espère en apprendre plus aujourd'hui. Et toi ?
NAMAI – Oh, moi, tu sais... J'ai sympathisé avec le meunier. Il m'a parlé de toi. « Vous vous rendez compte qu'on a un serpent en ville ?! », qu'il m'a dit. Il m'a parlé d'Ilaque. Il a déjà pensé à s'acheter un esclave, mais les prix d'Ilaque étaient trop élevés.
SSYXLAT'H – Mmmh... Il l'a déjà rencontré en personne ?
NAMAI – C'est ce que j'ai compris.
SSYXLAT'H – Bien. J'espère que nous pourrons trouver une ruse pour p...

Une vibration. Des pas. Ssyxlat'h se redressa, prit sa sarbacane et une flèchette et rampa sur la berge. Un Humain approchait. Le Naga tira la langue : c'était Harzhan.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Mar 18 Aoû 2015 - 17:20

Harzhan avait dormi correctement, même si il restait toujours aux aguets en cas d’effraction. Tout le chemin qu’il avait emprunté la veille, il avait eu l’étrange impression qu’on l’observait, mais il pensait avoir fini par semer son poursuivant, si poursuivant il y avait. Aujourd’hui, il devait retrouver le naga, mieux, il devait trouver le lieu où il dormait, pour bénéficier d’un avantage tactique sur Ssyxlat'h en cas de différend. Il savait tout à fait à qui s’adresser pour cela, comme toujours, les gamins des rues lui apprendraient ce qu’il voulait savoir. Ils voyaient beaucoup de choses dans les ruelles, et étaient toujours au courant de tout ce qu’il se disait. La différence entre un bon assassin et un amateur, c’est que le bon assassin possède son propre réseau secret lui permettant de savoir tout ce qu’il pourrait demander. Et justement, un de ces enfants approchait de lui, sans savoir encore qu’il allait devoir fournir des informations. Quand le petit le vit, il eut un mouvement de recul, mais il savait certainement que fuir cet homme n’était pas une bonne idée.

J’ai besoin de savoir où se trouve le naga répondant au nom de Ssyxlat'h.
J’en sais rien m’sire…
Je ne suis pas un sire.
M’sieur, je sais pas.

Harzhan tira une de ses dagues de lancer, qu’il tenait dans une main, et une pièce de monnaie dans l’autre, ce qui fit écarquiller les yeux à l’enfant.

Allons, vous savez toujours tout. Si tu ne sais pas, alors dis-moi qui sait ça. Si je suis satisfait, la pièce est à toi, sinon…
Oui ! Oui m’sire ! Enfin m’sieur, je m’rappelle d’une discussion. L’meunier doit savoir j’crois !
Bien… Bien, le meunier.

Harzhan mit la pièce dans la main du petit et le laissa partir, maintenant, il devait trouver le meunier. Ce ne fut pas difficile, car celui-ci se trouvait souvent au centre de la ville à discuter et à colporter des ragots plus ou moins véridiques. Il s’approcha tranquillement, il y avait du monde, et il ne voulait pas paraître étrange. Une fois à portée de voix, sans qu’il lui fût nécessaire de crier pour se faire entendre, il prit la parole, imitant approximativement le patois local.

Parait qu’y a un truc bizarre qui s’trouve en ville ?
Pour sûr ! Même qu’il est à côté d’mon moulin !

Il avait eu ce qu’il voulait, il se retourna et partit, ignorant le meunier qui voulait continuer son histoire. Il ne le savait pas, mais le meunier parlait de la sirène et non du naga, qu’il n’avait jamais vu. Il marcha jusqu’au moulin hors de la ville, et chercha le naga le long de la rivière. Il marchait prudemment, ne voulant pas être repéré, et essayait de faire le moins de bruit possible en rendant son pas plus léger. Le clapotis de l'eau, le vent soufflant dans l'herbe, et le grincement du moulin au loin, masqueraient les sons déjà faibles de sa progression. Il marchait d'un pas souple, ses armes à la main, tout en se demandant ce qui pourrait pousser un naga a venir dans un lieu pareil pour dormir. Certes certains nagas aimaient le contact de l'eau, mais tout de même il s'agissait d'une rivière.

Il se figea, il lui avait semblé, l'espace d'un instant, entendre des murmures. Il ne parvenait pas a bien distinguer la conversation, alors il entreprit de se rapprocher, et il reconnut la voix aux accents sifflants de Ssyxlat'h, même si les mots restaient presque incompréhensibles. Il rangea ses lames, certain que cela envenimerait la situation si il était découvert, mais garda les mains prêtes a dégainer, simple précaution. Il s'approcha encore quand les murmures se turent. Était-il repéré ? Il se figea et attendit la suite des événements, sans sortir ses lames, qu'il savait pouvoir dégainer à une vitesse fulgurante au besoin.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mer 19 Aoû 2015 - 9:17

L'homme s'approchait, et après avoir reconnu son odeur, Ssyxlat'h reconnut son visage, de même que ses habits. Le Naga se concentra sur son odorat et sur les vibrations du sol : Harzhan était seul. Il n'avait pas de démarche hostile. Ses armes étaient dans leurs fourreaux, il marchait d'un pas léger. Peut-être avait-il voulu se rendre discret, seulement, ce n'est pas le bruit qu'il faut étouffer lorsqu'on veut ne pas se faire détecter par un Naga. Les Nagas ont de toute manière une bien mauvaise ouïe et ce n'est pas avec ce sens qu'ils vont chercher à détecter un danger.

Ssyxlat'h rampa vers lui plutôt que de rester planté là à attendre que Harzhan soit à un mètre de lui pour discuter. A tous les coups, Harzhan l'avait entendu discuter avec Namaï. Ce n'était pas très grave, il n'avait dû entendre que la fin de leur conversation, et encore, s'il avait réussi à discerner mieux que des sons de voix. Quant à l'existence de Namaï, Ssyxlat'h savait que son ami était capable de se défendre aussi bien que lui, et de plus, dans une rivière, il pouvait semer n'importe quel agresseur terrestre.

SSYXLAT'H – Je vois en effet que tu as su me retrouver, et tu n'as pas attendu la journée pour cela. Viens.

Le Naga revint à la rivière, gardant Harzhan du coin de l'œil. Namaï était étalé sur la berge, seul le bout de sa queue de poisson était encore dans l'eau et l'on pouvait voir la partie supérieure de sa nageoire caudale. La Sirène avait des écailles magnifiques d'une couleur vert clair majoritaire alliée à du cyan, et aussi un petit peu de jaune par endroits, dont les bords de sa nageoire caudale. Quelques écailles remplaçaient sa peau sur ses épaules, ses omoplates, ses coudes, ses avant-bras, ses tempes et sa nuque. Il possédait de longs cheveux blond vénitien qui lui descendaient jusqu'au milieu du dos.

SSYXLAT'H – Je te présente Namaï. Namaï, je te présente Harzhan, la cible que j'aurais tuée dans un cas ordinaire.

Namaï lui sourit, ondulant légèrement le bout de sa queue dans l'eau.

NAMAI – Bonjour à vous.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Mer 19 Aoû 2015 - 9:49

L’attente se faisait interminable, et les secondes semblaient des minutes, puis les minutes des heures. Finalement, le naga apparut devant Harzhan, qui se doutait avoir été repéré. Mais Harzhan se demandait avec qui il pouvait bien parler, car Ssyxlat'h n’avait pas encore sa confiance, et il pouvait très bien être en train de comploter contre lui. Il regardait le naga de son éternel regard glacial, non pas comme si c’était une marque d’hostilité, mais simplement parce que son regard était comme ça naturellement.

Je vois en effet que tu as su me retrouver, et tu n'as pas attendu la journée pour cela. Viens.

Sans dire un mot, Harzhan suivit Ssyxlat'h plus près de la rivière, toujours aux aguets car il ne savait pas qui d’autre il verrait à ce moment. A première vue, il n’y avait personne là où ils se trouvaient, et Harzhan se demanda vraiment s’il avait été dupé. Puis il vit un mouvement dans l’eau et y porta son regard. Une sirène se trouvait là, allongée, qui le regardait. Harzhan arqua un sourcil, non pas parce qu’il se fichait de la sirène, mais parce qu’il était surpris que Ssyxlat'h ait un tel allié. Son visage restait toujours dépourvu d’expression, et lui faire lever un sourcil était déjà une preuve de sa grande surprise.

"Je te présente Namaï. Namaï, je te présente Harzhan, la cible que j'aurais tuée dans un cas ordinaire."
"Bonjour à vous."
"Bonjour. C’est la première fois que je rencontre une sirène."

Il faisait voyager son regard de Ssyxlat'h à Namaï, pour tenter de déterminer s’il était en danger. Apparemment non, mais il restait tout de même sur ses gardes car il ignorait tout de la sirène, qui était visiblement un homme. Il reporta son regard sur le naga, il avait plusieurs questions en tête pour comprendre le lien entre lui et la sirène. Pour lui, il était impensable d’avoir des amis non assassins, et même impossible d’avoir de vrais amis dans ce milieu. Il avait toujours vécu seul sans que cela lui manque.

"Alors comme ça… Tu voyages avec cette sirène ? Elle est quoi pour toi ?"

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Mer 19 Aoû 2015 - 10:33

Harzhan n'afficha aucune expression jusqu'à la rivière, tout juste un haussement de sourcil en découvrant la Sirène. Pour sûr, il ne devait pas s'attendre à ce que l'assassin Naga fût accompagné d'une Sirène. Il ne se montra pas impoli malgré sa surprise :

HARZHAN – Bonjour. C'est la première fois que je rencontre une Sirène.

Sa surprise devait être double, alors : celle de rencontrer une Sirène pour la première fois, et celle due à la relation entre Ssyxlat'h et elle. Une relation qui n'était pas de nature évidente pour un œil externe.
Ssyxlat'h savait que Harzhan avait des questions, mais allait-il les poser ? Etait-il du genre à se montrer curieux, ou était-il de ces Humains à ne poser que des questions pouvait les aider à remplir leur prochain objectif ? Par sa culture naga, Ssyxlat'h considérait la curiosité comme la plus importante des qualités, quand nombre d'Humains y voyaient un défaut. Le danger, c'est que Ssyxlat'h devait faire la part des choses avec son activité d'assassin qui exigeait, pour des questions de survie, de ne pas satisfaire la curiosité de tous ses interlocuteurs. C'était là toujours un conflit entre ce que sa culture lui permettait d'accepter et ce que son activité nécessitait de refuser.

HARZHAN – Alors comme ça... tu voyages avec cette Sirène ? Elle est quoi pour toi ?

Là, par exemple, c'était un cas typique : Harzhan était curieux de connaître la relation entre Ssyxlat'h et Namaï. En tant que Naga, Ssyxlat'h comprenait cette question, ne pouvait reprocher à Harzhan de la poser, il trouvait même normal qu'il la posât et il était naturel d'y répondre. Mais en tant qu'assassin, Ssyxlat'h savait qu'il ne fallait jamais dévoiler ses failles, or l'amitié et l'amour sont des failles, un assassin ne doit pas avoir d'attache, personne à qui il tiendrait trop, car n'importe qui voulant le faire chanter ou le torturer n'aurait qu'à s'en prendre à ces personnes.
Seulement, Ssyxlat'h n'était pas assassin par vocation. Il l'était parce qu'il ne parviendrait jamais à effacer cette culpabilité qui le rongeait depuis que la famille de Namaï avait été tuée. Cette culpabilité avait fait de lui une ombre. Heureusement, Namaï avait fait son deuil et ne lui en avait jamais voulu pour cet événement tragique. La Sirène était donc la source de lumière qui évitait à Ssyxlat'h de finir ombre à jamais.

SSYXLAT'H – Namaï est un ami d'enfance, je l'ai connu à douze ans. Il y a sept ans déjà. Je sais ce que tu penses.

Il savait qu'Harzhan se disait que Ssyxlat'h était stupide de dévoiler son amitié aussi facilement.

SSYXLAT'H – Namaï sait parfaitement se défendre et pourrait te tuer s'il en avait envie ; et de toute façon, celui qui ose gratter la moindre de ses écailles aura déjà la lame de mon saï plantée dans le cœur d'avoir d'avoir pu prononcer un mot.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Mer 19 Aoû 2015 - 12:12

Le naga marqua un temps d’arrêt après sa question. Bien sûr, Harzhan s’attendait à une réponse fausse ou évasive, le cas contraire pourrait lui révéler une faiblesse de plus à exploiter. Mais il était intrigué de savoir ce qui liait Ssyxlat'h et la sirène, comme il avait souvent entendu : le savoir c’est le pouvoir. Et la sirène aussi l’intriguait, il n’en avait jamais rencontrées et il n’accordait que peu de crédit aux légendes humaines. Mais il ne savait toujours pas si il devait les considérer comme des amis ou des ennemis.

Namaï est un ami d'enfance, je l'ai connu à douze ans. Il y a sept ans déjà. Je sais ce que tu penses. Namaï sait parfaitement se défendre et pourrait te tuer s'il en avait envie ; et de toute façon, celui qui ose gratter la moindre de ses écailles aura déjà la lame de mon saï plantée dans le cœur avant d'avoir pu prononcer un mot.
Pas besoin de me menacer pour ça, je n’ai pas l’intention de lui faire de mal.

Il disait la vérité, du moins tant qu’elle ne lui donnait pas de raison de le faire. Mais il lui avait révélé comme ça une nouvelle faiblesse. S’il était meilleur sur le plan physique, Harzhan le serait sur le plan psychologique. Bien sûr, tout cela n’avait pas lieu d’arriver s’il ne le dupait pas, mais on n’est jamais trop prudent, et si un conflit arrivait, il aurait besoin de toutes les cartes en sa possession. Dans un sens, il se dit qu’une discussion avec la sirène pourrait être intéressante, tant pour sa curiosité personnelle que pour essayer d’en apprendre plus sur Ssyxlat'h. Il s’approcha un peu plus de la sirène , toujours en gardant le naga dans son champ de vision. Il ne regardait pas Ssyxlat'h, mais c’est à lui qu’il s’adressa en premier lieu.

Tu as une suite pour le plan ? Plus vite nous règlerons cette histoire, plus vite nous serons réellement en sécurité, quelle que soit la menace personnelle qui pèse sur toi.

Bien sûr il se doutait que le naga avait d’autres ennuis, avec cet Ilaque visiblement. S’il tenait à garder le secret, libre à lui. Par égards pour le fait qu’il l’ait cru, il pourrait l’aider à se débarrasser de ses problèmes. Ensuite Harzhan s’adressa à Namaï, le regard éternellement dur, malgré le fait qu’il ne soit pas dans cet état d’esprit en ce moment.

Un jour peut-être pourrions-nous discuter toi et moi, je suis curieux de savoir ce qu’une sirène à a m’apprendre.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Ven 21 Aoû 2015 - 12:11

Harzhan se défendit d'avoir l'intention de faire du mal à la Sirène, affirmant donc que Ssyxlat'h n'avait pas besoin de le menacer comme ça. Il pouvait dire ce qu'il voulait. Ssyxlat'h savait ce qu'il venait de faire en parlant de son amitié avec Namaï et il voulait dissuader Harzhan de penser à mal. Il n'était pas dans sa tête et ne lui faisait pas confiance. Harzhan ne devait pas se méprendre.

Harzhan fit quelques pas vers la Sirène en la dévisageant. Ssyxlat'h se tendit un peu, faisant nerveusement glisser son corps de serpent sur l'herbe, se tenant prêt à réagir au moindre faux geste de l'Humain. Namaï lui-même se dressa un peu, car il avait beau être quelqu'un des plus amicaux, il ne voulait pas non plus s'exposer à quelqu'un en qui il ne savait pas s'il pouvait avoir confiance. Harzhan était un assassin, Ssyxlat'h le lui avait dit. Harzhan parla, mais bien qu'il se tînt juste devant Namaï et baissait la tête pour regarder la Sirène dont le corps de poisson était étalé au sol, ses mots s'adressaient à Ssyxlat'h :

HARZHAN – Tu as une suite pour le plan ? Plus vite nous règlerons cette histoire, plus vite nous serons réellement en sécurité, quelle que soit la menace personnelle qui pèse sur toi.

De quoi parlait-il par une « menace personnelle » pesant sur Ssyxlat'h ? Ce dernier ne lui avait pas dit que les cinq hommes d'Ilaque ayant attaqué dans la ruelle n'avaient eu que lui pour cible. Il lui avait simplement révélé qu'Ilaque était la raison de sa présence ici, rien de plus. Harzhan avait peut-être fait une déduction un peu rapide en pensant que les cinq personnes dans la ruelles étaient des assassins qui avaient Ssyxlat'h pour cible.

SSYXLAT'H – Le propriétaire de ce moulin a déjà rencontré Ilaque en personne. Nous allons donc l'interroger.

Harzhan ne quittait pas la Sirène des yeux. Namaï était beau. Bien sûr, il fallait faire abstraction des quelques parcelles de peau sur ses épaules, ses omoplates, ses coudes, ses avant-bras, ses tempes et sa nuque, qui étaient faites d'écailles de poisson. Il avait le visage d'un éphèbe au visage pur. Une gueule d'ange. Les couleurs des écailles de son corps de poisson étaient magnifiques. Enfin Harzhan s'adressa à lui :

HARZHAN – Un jour peut-être pourrions-nous discuter toi et moi, je suis curieux de savoir ce qu'une sirène a à m'apprendre.

Namaï jeta un regard à Ssyxlat'h un bref instant, puis répondit avec le sourire :

NAMAI – Quand vous voudrez.

Il leva la queue, emportant un peu d'eau avec sa nageoire caudale et s'aspergea le haut du dos et les cheveux.

SSYXLAT'H – Le meunier va sans doute nous donner une idée de plan pour atteindre Ilaque, nous avons la journée pour y réfléchir. Le soir venu, nous retrouverons notre employeur à la Buse Grise.

Le Naga rampa vers Harzhan, profitant que ce dernier eût le regard posé sur Namaï pour enrouler sa queue en un anneau autour de ses mollets, captant ainsi son attention.

SSYXLAT'H – Si tu cherches à me tendre un piège, je te tue. Tu m'as bien entendu ?

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Ven 21 Aoû 2015 - 13:38

Namaï lui répondit gentiment, malgré le fait évident qu’il le mettait mal à l’aise, tout comme Ssyxlat'h qui s’était tendu derrière lui. Ce qui surprenait le plus Harzhan, c’était le calme apparent de la sirène devant un danger si proche. Il n’avait pas l’intention de le frapper, ou de s’en prendre à lui, mais Namaï était-il vraiment si insouciant ?

Le meunier va sans doute nous donner une idée de plan pour atteindre Ilaque, nous avons la journée pour y réfléchir. Le soir venu, nous retrouverons notre employeur à la Buse Grise.

Bien, de toute façon, il n’avait pas de meilleur plan, et ne connaissait pas assez Ilaque pour pouvoir tenter quoi que ce soit contre lui dès maintenant. Il sentit le mouvement du naga, mais ne fit rien. En fait, Harzhan savait bien que le naga ne le tuerait pas comme ça devant son ami. Il sentit le naga enrouler ses anneaux autour de ses mollets sans bouger pour autant, il tourna simplement vers lui son regard glacial. Le naga siffla une menace.

"Si tu cherches à me tendre un piège, je te tue. Tu m'as bien entendu ?"
"Je mourrais certainement oui, mais je ne serai pas le seul. C’est la même chose pour toi, ne pêche pas par excès de confiance, tu risques d’être déçu."

S’il voulait jouer au jeu des menaces, Harzhan ne serait pas en reste. Il avait imaginé de nombreuses possibilités d’affrontement. Bien sûr le naga ne lui faisait pas confiance, pas plus qu’il ne lui faisait confiance. Les associations d’assassins se passaient toujours dans cette ambiance tendue à laquelle Harzhan était habitué. C’était en partie cette ambiance, ces morts, ces cris, qui avaient tari le cœur de Harzhan plus jeune. Il était certes un tueur, mais il restait accroché à certains principes d’honneur, principes pouvant aussi vite être balayés si sa vie était menacée.

"Je peux interroger le meunier, je sais m’y prendre pour délier les langues."

Il porta à la fois son regard sur la sirène puis sur le naga, alternant de l’un à l’autre. Travailler en équipe ne l’enchantait guère, il avait toujours agi seul, et cet isolement avait fini par le rendre assez associable. Mais il savait se comporter dans toutes les situations, même si en général il se cachait derrière des fausses réactions. Mais Ssyxlat'h en savait plus qu’il ne voulait bien le dire sur cette personne, il en était persuadé, et quels que soient les liens le liant à Ilaque, Harzhan devrait faire avec. Chacun ses secrets, mais il ne manquerait pas de forcer le naga à les lui révéler si leur survie s’en voyait menacée.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Sam 22 Aoû 2015 - 10:10

HARZHAN – Je mourrai certainement oui, mais je ne serai pas le seul. C'est la même chose pour toi, ne pêche pas par excès de confiance, tu risques d'être déçu.

Harzhan se la jouait dur-à-cuire, et il avait raison, il ne voulait montrer aucune faiblesse en ne se laissant pas intimider par les menaces. Namaï lui-même, n'ayant pourtant rien d'un assassin, avait fait l'effort de ne pas montrer de crainte devant Harzhan. Il savait que Ssyxlat'h voulait qu'il se montre fort afin de ne pas tenter qui que ce soit de s'en prendre à lui. La Sirène savait certes se défendre, mais hors de l'eau, elle était quand même handicapée.
Maintenant, en quoi cela avancerait qui que ce soit que Harzhan et Ssyxlat'h meurent tous les deux ? Ssyxlat'h ne répondit rien, ne cherchant pas à batailler vainement pour avoir le dernier mot. Son avertissement était prononcé et sérieux. Si Harzhan tendait un piège à Ssyxlat'h, il le paierait de sa vie, même si Ssyxlat'h mourait.
Ssyxlat'h relâcha les jambes d'Harzhan et fit glisser son corps de serpent en arrière, se reculant d'un demi-mètre.

HARZHAN – Je peux interroger le meunier, je sais m’y prendre pour délier les langues.

Le regard d'Harzhan passait alternativement sur Ssyxlat'h et sur Namaï, comme s'il attendait leur accord à tous les deux. Namaï n'allait pourtant pas se prononcer. Il avait déjà assisté Ssyxlat'h, et ce dernier lui demandait parfois son avis sur une démarche ou sur un plan, mais la Sirène suivait en général les instructions de son ami assassin, estimant qu'elle n'était pas en mesure de se faire un avis contradictoire. C'est Ssyxlat'h, l'assassin, pas Namaï.
Cependant, le meunier avait déjà échangé avec Namaï et ce dernier avait dit à Ssyxlat'h avoir sympathisé avec lui.

SSYXLAT'H – Namaï, quand tu m'as dit avoir sympathisé avec le meunier, étais-tu ironique ou sérieux ?
NAMAI – Plus sérieux qu'ironique. Avoir « sympathisé » est peut-être exagéré, mais il a eu l'air d'apprécier de pouvoir discuter avec moi.

Ssyxlat'h présenta son alternative à Harzhan :

SSYXLAT'H – Cela signifie que nous avons deux options pour faire parler le meunier. Soit la manière forte comme tu le proposes, nous lui arrachons les informations utiles en le menaçant de le tuer s'il bave auprès d'Ilaque ou des gardes. Soit la manière douce, tu lui dis être l'ami de Namaï, Namaï est là pour confirmer, et nous avons une simple discussion. Le meunier voulait un esclave, Ilaque est un marchand d'esclaves qui fait jouer ses relations dans d'autres villes jusque dans le Royaume de Telbara. Le meunier a trouvé ses prix trop chers. Nous pouvons jouer là-dessus. Nous pouvons convaincre le meunier que s'il nous permet de menacer Ilaque, nous ferons baisser les prix de ses ventes, et le meunier pourra alors s'acheter un esclave.

Ssyxlat'h marqua une pause.

SSYXLAT'H – Alors, préfères-tu la manière forte ou la manière douce ?

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Sam 22 Aoû 2015 - 11:49

"Cela signifie que nous avons deux options pour faire parler le meunier. Soit la manière forte comme tu le proposes, nous lui arrachons les informations utiles en le menaçant de le tuer s'il bave auprès d'Ilaque ou des gardes. Soit la manière douce, tu lui dis être l'ami de Namaï, Namaï est là pour confirmer, et nous avons une simple discussion. Le meunier voulait un esclave, Ilaque est un marchand d'esclaves qui fait jouer ses relations dans d'autres villes jusque dans le Royaume de Telbara. Le meunier a trouvé ses prix trop chers. Nous pouvons jouer là-dessus. Nous pouvons convaincre le meunier que s'il nous permet de menacer Ilaque, nous ferons baisser les prix de ses ventes, et le meunier pourra alors s'acheter un esclave."

Ssyxlat'h proposait une alternative, une manière plus subtile. Mais Harzhan le savait, les gens mentent, et seule la vie permet d’acheter des réponses honnêtes. Mais cette méthode déplairait sans doute à ses alliés. En plus, le naga lui laissait le choix, donc soit il attendait de voir sa réaction, soit il se fichait de son choix. Harzhan prit un temps pour réfléchir, le meunier l’avait déjà vu, il pourrait éventuellement le reconnaitre, ce qui n’était pas un problème en soi. Il se savait capable de soutirer des informations par des moyens détournés.

"Très bien, je vais aller lui parler, gentiment."

Il aurait préféré faire à sa manière, mais les suivre lui permettrait peut-être de gagner un peu plus la confiance de ses compagnons du moment. De toute façon, l’une ou l’autre méthode donnerait le même résultat, et il pourrait passer à la sienne si le meunier ne se montrait pas assez coopératif. Il serait bientôt midi, et s’ils avaient rendez-vous le soir avec leur employeur à la Buse-Grise, il fallait agir vite avec le meunier.

Ilaque était donc marchand d’esclaves… Voilà une raison de plus de le tuer, simplement pour le plaisir de la chose, et pour débarrasser le monde d’une de ces ordures. Harzhan sourit à cette idée, que lui, un assassin tuant pour l’argent, puisse qualifier une autre personne d’ordure l’amusait.

Bon, donc quand le meunier arrive, je l’aborde et lui demande des informations sur Ilaque en lui promettant une baisse des prix des esclaves. Mais je vous préviens, si il se montre réticent, ou que je sens qu’il risque d’en parler à Ilaque, je passe à ma méthode. Ensuite on va à la Buse-Grise.

Justement, au loin, une silhouette se détachait de l’horizon et venait du village. Après une matinée bien remplie, le meunier devait surement s’occuper de son moulin, et sa route le menait à proximité des assassins. Harzhan avait hâte de voir ce qu’il pourrait extorquer en toute discrétion à l’homme qui se rapprochait.

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Ssyxlat'h le Dim 23 Aoû 2015 - 18:38

Peu importe le choix d'Harzhan, Ssyxlat'h ferait avec. En fait, cette idée lui était venue pour éviter de trop faire parler d'eux : agresser le meunier, c'était prendre le risque qu'il vienne ensuite se plaindre à la garde en dénonçant le Naga. Il valait donc mieux le caresser dans le sens du poil afin de lui soutirer les informations, et ils en avaient le moyen. Maintenant, si Harzhan choisissait la manière forte, Ssyxlat'h ne s'en plaindrait pas ; mais lui laisser le choix était en fait une manière de le tester. Ce choix en apprendrait un petit peu plus à Ssyxlat'h sur son compagnon inattendu.

HARZHAN – Très bien, je vais aller lui parler, gentiment.

Il dit cela d'un ton peu enjoué, agacé, comme s'il faisait ce choix à contre-cœur. Craignait-il de contrarier Ssyxlat'h ? Voilà qui était intéressant, car dans ce cas, cela signifiait qu'Harzhan était apte au travail en équipe et n'était pas un pur solitaire égoïste et têtu. Attention à ne pas trop en faire non plus, car Ssyxlat'h n'aimait pas la complaisance. Mais il découvrait une facette de la personnalité d'Harzhan, et c'était le but recherché.

HARZHAN – Bon, donc quand le meunier arrive, je l'aborde et lui demande des informations sur Ilaque en lui promettant une baisse des prix des esclaves. Mais je vous préviens, s'il se montre réticent, ou que je sens qu'il risque d'en parler à Ilaque, je passe à ma méthode. Ensuite on va à la Buse Grise.

Ssyxlat'h hocha la tête. C'est alors que, de la même manière que l'air lui avait apporté l'odeur d'Harzhan pendant qu'il discutait avec Namaï, l'odeur d'un autre Humain lui parvint et il s'agissait sans doute du meunier. Une silhouette se détachait à une centaine de mètres, quittant la bourgade en s'approchant du moulin.

SSYXLAT'H – Pour que j'assiste à votre échange, fais-moi passer pour ton esclave, ça évitera au meunier d'avoir peur de moi. Raconte ce que tu veux, que je suis un esclave très docile que tu as acheté à un concurrent et que tu te rends compte qu'Ilaque vend des esclaves moins bien dressés mais plus chers et que ça te révolte, par exemple. N'oublie pas de dire que Namaï est ton ami, aussi, ça peut amadouer le meunier.

•————————————•

Fiche de personnage

Ssyxlat'h
Expert
Expert

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Harzhan le Dim 23 Aoû 2015 - 21:06

Le meunier approchait alors que Ssyxlat'h donnait ses dernières recommandations à Harzhan, lui suggérant notamment de le faire passer pour un esclave. Harzhan savait parfaitement jouer de rôles, mais il prévint Ssyxlat'h de ne pas prendre pour lui ce qu’il pourrait dire pour amadouer le meunier. L’homme était non loin, et Harzhan put finalement l’appeler, ce qui le fit venir plus près. Il paraissait un peu surpris par leur présence, mais ne dit rien d’autre et attendit que Harzhan lui dise ce qu’il avait à dire.

"Bonjour monsieur, dites-moi, mon ami Namaï la sirène allongé là m’a parlé de votre problème avec un certain Ilaque pour acheter un esclave. Regardez là, mon naga vient d’un autre homme, un marchand du nom de Rorick, et je l’ai eu pour un prix très abordable."

Il avait usé d’un nom qu’il connaissait, un marchand Tacoman assez méconnu. Le but étant de faire en sorte que le meunier croie à son histoire pour lui donner un endroit où trouver Ilaque. Il espérait se montrer assez convainquant. Le meunier écoutait toujours attentivement.

"Voyez comme il est bien dressé, il a appris à baisser la tête devant les humains, et à obéir aux moindre de mes ordres. C’est un jouet bien pratique."
"M’ouais, mais v’voyez m’sieur, Ilaque me d’mande bien plus que j’peux me l’permettre. Vot’ homme, Rorick, il les vend moins cher oui, mais est-ce qu’il vend des esclaves humains ?"

Harzhan serra les poings en entendant cela, il haïssait déjà les marchands d’esclaves, mais celui-ci vendait aussi des humains ? Il faillit tuer le meunier sur le champ pour avoir eu l’envie d’avoir un autre humain soumis à sa volonté, mais se contint. Que pensait Ssyxlat'h de cela ? Lui qui croyait que le commerce d’humains n’avait court qu’en Estandre, il fallait croire que ce commerce échappait totalement aux contrôles Tacomans.

"Mais bien sûr ! Mais écoutez, je peux vous faire une fleur. Dites-moi où trouver Ilaque, et je verrai avec lui une baisse des prix en faisant jouer la concurrence."
"J’ferais pas ça si j’étais vous ! Ilaque est pas du genre à discuter…"
"Ne vous inquiétez pas pour moi, mais vous savez où le trouver ?"
"Bah… J’sais juste qu’son marché est dans une maison d’la ville, mais il y est pas toujours…"

Le meunier expliqua aux assassins quelle maison ils devaient chercher. L’entrée était gardée par un homme derrière un soupirail. Il y avait, dedans, des vendeurs, des gardes, et nombre d’esclaves de nombreuses races. Mais bien sur ce n’était qu’une branche du réseau d’Ilaque et il ne s’y trouvait pas chaque jour. Une fois le meunier parti, Harzhan regarda Ssyxlat'h.

"Alors ? satisfait ?"

•————————————•
Fiche de personnage

Harzhan
Champion
Champion

Race : Humain
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le règne des assassins

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum