Yawldaec [Centaure / Rôdeur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Yawldaec [Centaure / Rôdeur]

Message  Athyl le Sam 11 Juil 2015 - 8:10

Nom de votre personnage : Yawldaec

Age de votre personnage : 80 ans

Race : Centaure

Classe : Rôdeur

Arme : Arc et épée longue

Armure : aucune

Taille : 2m17 – dont 1m43 à la jonction (équivalent du garrot du corps de cheval)

Robe : bai

Capacité spéciale : Régénération

Compétence raciale (Centaure) : Précision

Sorts ou compétences de votre personnage :

- Maniement de l'arc
- Pistage
- Pose et désamorçage de pièges
- Bon odorat
- Maniement de l'épée
- Grande endurance
- Grande endurance ×2
- Grande vitesse

Compétences secondaires de votre personnage :

- Orientation naturelle
- Connaissance de la faune
- Connaissance de la flore

Physique de votre personnage :

La première chose que l'on peut dire, c'est que Yawldaec dégage une pureté animale, bestiale, quelque chose de sauvage, assez saisissant. Il inspire une force vive, une flamme en mouvement. Son corps de cheval est digne des plus beaux pur-sang, tel un étalon vif que l'on rêverait en reproducteur : la finesse de ses muscles, le galbe de sa croupe, l'élégance et la noblesse de son allure, le port de son cou, le soin de ses sabots, la sculpture de ses cuisses, la douceur de ses crins, tout dans son physique force l'admiration. Yawldaec est un Centaure gâté par la Nature dès sa naissance. Son odeur, forte, très chevaline, mêle le musc et l'arôme d'écorce.

Yawldaec se démarque aussi par son torse humain, en parfaite harmonie avec son corps de cheval, dégageant bestialité et fougue, mais aussi noblesse et sagesse. Ses yeux... Quels yeux ! Les Centaures ont d'ordinaire des yeux plutôt humains : blancs, à l'exception d'un iris coloré entourant une pupille ronde. Chez Yawldaec, les yeux sont beaucoup plus proches de ceux d'un cheval : nullement blancs, ils sont entièrement d'un marron profond sur lequel on discerne, en regardant de près, une pupille noire plus grosse que chez un Humain. Quant à la peau de Yawldaec, elle est d'une pilosité faible, sa couleur marron s'accorde avec sa robe équine baie. Comme un vrai cheval, Yawldaec porte même sur le visage une liste blanche, partant du haut du front jusqu'en haut de l'arête de son nez plat aux très larges narines, telle une tache de naissance, en forme de losange. Tout autour de ses yeux, de sa bouche et de ses narines, sa peau vire sur le noir tel le bout du museau d'un cheval. Les longs cheveux noirs passent derrière ses oreilles larges et pointues animées par ses émotions ; ils se fondent ensuite dans une crinière longue, fine et raide tout le long de son échine humaine jusqu'à sa jonction équine. Quand il parle en langue commune, vous entendez un fort accent centaure dont il semble incapable de se défaire.

Caractère de votre personnage :

Le physique de Yawldaec est en fait à l'image de son caractère : animal, instinctif, impulsif, farouche, susceptible, vif, indomptable, et en même temps empreint d'une certaine sagesse. Yawldaec se livre volontiers à la discussion pour peu qu'il se sente en confiance. Le moindre bruit, le moindre mouvement suspect, l'alerte. Il est facile de le faire sursauter, et si vous passez derrière lui en le surprenant, attention à la ruade.

Comme tout Centaure, c'est un être extrêmement fier, qui déteste plus que tout être rabaissé, dégradé. Pour autant, “fier” ne signifie pas “orgueilleux”, et Yawldaec n'a aucun problème à mettre son orgueil de côté quand c'est pour une juste cause, et il n'est pas du tout du genre à se vanter de ce qu'il a accompli. Il ne cherche ni la gloire ni l'admiration, et le flatter ne fera que vous attirer sa méfiance et son antipathie. En revanche, au moindre mot qui lui déplaît, il réagit au quart de tour. Il se montre alors sanguin et belliqueux, n'hésitant pas à répondre aux provocations de combat. Se faire battre ne l'empêchera pas de réagir exactement de la même manière la fois suivante.

Il a le sens de l'honneur et ne trahira jamais une parole ; s'il se sent incapable de tenir une promesse, alors il préfèrera ne rien promettre, et s'il a déjà promis et échoue, il se sentira obligé de racheter son honneur.
Il a tendance à mépriser ceux qui n'agissent que par apas de l'argent et du pouvoir.

Il prie régulièrement, que ce soit Theno, Elasgol, Ezor ou Sercanth. Il ne supporte pas le meurtre et s'enrage envers ceux qui chassent les animaux par plaisir pour s'en faire des trophées. Quand lui-même chasse, c'est toujours dans le respect de sa proie à qui il évite toute souffrance et à l'âme de laquelle il adresse une prière une fois celle-ci tuée. Il pense que même les végétaux ont une âme et un esprit. Il n'a jamais rencontré de Dryades mais a déjà entendu parler de ces êtres, et s'il en rencontrait une, il lui vouerait le plus profond respect.

De par leur culture si différente, Yawldaec se méfie beaucoup des Humains et des Nains. En fait, il méprise leur culture, leurs villes, qui sont au dépens de la Nature. Pourtant, il se contient car il n'a plus d'autre choix que de se faire accepter par eux s'il veut pouvoir influencer leurs décisions à son échelle. Il soutient les Centaures qui se rebellent contre les expansions humaines, mais pas ceux qui se livrent à la barbarie. Il pense que le dialogue et la diplomatie valent mieux qu'un carnage, mais tuer ne l'a jamais dégoûté.

Histoire de votre personnage :

L'environnement social et culturel de Yawldaec est assez banal pour un Centaure. Né dans la forêt d'Onor, sa tribu, les Okaewaun, était animée par une haine farouche des Humains à qui ils reprochaient tous les maux de la forêt. Yawldaec est rapidement devenu l'un des meilleurs chasseurs de sa tribu, mais paradoxalement l'un des moins bons guerriers. Se battre était dans son caractère mais il ne pouvait en faire sa vocation. Peut-être plus sage que sa famille, il nourrissait l'espoir que le dialogue avec les Humains puisse apporter les mêmes résultats avec moins d'affres que les batailles enchaînées.

C'est malheureusement cet espoir qui a valu sa perte. Il a bien voulu s'opposer d'abord au chef de sa tribu par une reiko, mais il s'est fait battre à plates coutures. Ridiculisé par les siens, il n'en a fait qu'à sa tête et a voulu entrer en contact direct avec les Humains. N'allez pas croire, il les méprise comme le reste de sa tribu, mais les conflits perpétuels ne l'ont jamais excité, voilà tout. Seulement, ses agissements ont été perçus comme une traîtrise par sa tribu.

Déjà mauvais guerrier, il a été insulté de “bête de somme des Humains” et autres sobriquets du genre. Sa tribu, refusant de comprendre ses intentions, a estimé qu'il s'est allié aux Humains, qu'il s'est rabaissé à les servir. Yawldaec s'est senti blessé d'être ainsi traité, meurtri par l'ironie injuste d'être pris pour l'allié servile d'une race avec laquelle il ne partage rien en commun, et d'être pris pour le traître d'une famille et d'un peuple qu'il a toujours souhaité servir du mieux qu'il peut. Il n'a pas eu le pouvoir de se justifier : il a été banni à vie de la tribu Okaewaun et condamné à l'exil.

N'ayant plus sa place dans la forêt d'Onor, il est parti pour le Royaume de Telbara afin de voir comment les Centaures, là-bas, réussissaient à vivre en bonne intelligence avec les Humains et les autres races. Dans la Forêt du Calme, il a trouvé des tribus prêtes à exploser à la moindre surenchère des Humains. Les Telbarans avaient l'intelligence de respecter leur parole... pour le moment, et la Forêt du Calme restait majoritairement sous la protection des Centaures. Cependant, Yawldaec a aussi trouvé des Centaures qu'il n'a pas reconnu comme tels : ils vivaient en ville, parmi les Humains, avaient presque oublié la langue de leur peuple d'origine, parfois depuis plusieurs générations, ils s'abritaient dans des bâtiments de bois comme si les sacrifices d'arbres soufferts au nom du mode de vie citadin n'avaient pas d'importance pour eux, ils supportaient la pestilence des villes et vivaient pour le profit de l'argent ; bref, ils n'avaient plus de Centaures que le physique mais toute la mentalité d'un Humain.

En cela, même le Royaume de Telbara est devenu insoutenable pour Yawldaec, qui a décidé de revenir dans son pays d'origine. Puisqu'il n'avait plus de compte à rendre à la tribu qui l'avait exilé, il a essayé de se faire accepter des Humains pour changer les mentalités de l'intérieur comme il avait espéré le faire depuis le début. Sans se rendre compte de la lente tournure des choses, il s'est retrouvé enrôlé dans la garde de Fort Hybride, avec d'autres Centaures qui, pour la plupart, ne cherchaient qu'à améliorer leurs armes et à se couvrir d'armures aux frais des Humains, en somme à ne leur prendre que ce qu'ils voulaient bien.

Yawldaec a ainsi appris tout ce qu'il y avait à savoir sur la guerre entre les Royaumes d'Estandre et de Tacomnal, en essayant de garder un recul pour ne pas se laisser influencer par le seul point de vue partagé par son environnement. Il se doutait que les tacomans avaient autant de choses à reprocher aux estanols que réciproquement, et se moquait de savoir qui avait raison. Il n'était pas là pour prendre parti dans une guerre qui ne concernait les Centaures en rien, cela ne ferait pas avancer sa cause.

Sauf qu'il a fini par comprendre qu'en fait, on l'avait posté à Fort Hybride précisément pour cette guerre, et que les Estanols se moquent bien du sort des Centaures tant que ces derniers se laissent manipuler. Yawldaec s'est à son tour senti trahi. Il a compris que son message ne passerait pas, que les Humains d'Estandre resteraient insensibles à la cause des Centaures, qu'ils ne s'alliaient à eux que dans leur unique intérêt.

Il a alors tout abandonné, ne gardant que le bénéfice des entraînements à l'épée qui lui avaient été prodigués par les Humains et parfois même par des Centaures.

Voilà Yawldaec avec un arc et des flèches de sa propre confection dans la pure tradition centaure, et une épée longue de pure manufacture humaine. Il ne se sent proche ni des Centaures qu'il rencontre, ni des Humains. Un peu comme un Demi-sang, il ne se sent chez lui nulle part. Il espère qu'un jour, les dieux lui donneront une place, un rôle à jouer quelque part. Il sait cependant que jamais il ne changera le monde dans lequel il vit, un monde dans lequel finalement les animaux sont les plus heureux à ne pas se poser de questions.
avatar
Athyl
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum