La vengeance est un plat glacial

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

La vengeance est un plat glacial

Message  Poledra le Ven 10 Juil 2015 - 21:27

Poledra était en vue des remparts d'Astune. Accroupie derrière un arbre, elle se tenait la tête entre les mains. Un peu plus de quatre décennies s'étaient écoulées depuis l'attaque et le monde qu'elle avait connu était... Chamboulé, changé au point d'en être méconnaissable à ses yeux. Les personnes qu'elle avait connu, son entourage, y compris les mages qui avaient quitté la communauté avant l'attaque, tous devaient avoir péri depuis, que ce soit de maladie, de vieillesse ou de mort violente.
Elle souhaitait tuer le baron d'Astune, mais qu'est-ce qui lui prouvait qu'il était toujours de ce monde ? Et dans le cas contraire, à quoi cela lui servirait-il de se venger sur ses descendants ?

Elle finit par se calmer et prit une décision. Si le baron était vivant, il était âgé et elle se ferait un plaisir de mettre fin à ses jours en faisant durer le supplice. S'il était décédé, elle désacraliserait sa tombe. C'était mesquin, certes, mais qu'avait-il fait ? Il avait attaqué les siens, qui ne représentaient aucun danger, et les avait fait tuer, massacrer, enfants compris. A cette pensée, elle se plia en deux, se tenant le ventre des mains, des larmes perlant à ses yeux, coulant sur ses joues. Ses enfants, ses chers petits... Tués par des bouchers, alors qu'ils n'avaient rien fait de mal. Leur seul crime était d'être enfantés par des magiciens.
Poledra serra les dents, une lueur de rage dans le regard. Elle se leva. Sa décision était prise.

Elle passa les portes de la ville alors que le soleil se couchait. Elle était aisément repérable, aussi grande que les Humains mâles et sans aucun doute aussi charpentée qu'un forgeron et ne se sentait en réalité guère à l'aise. Elle finit par se rendre dans une auberge de bonne réputation, sans pour autant être située dans les hauts-quartiers et passa commande d'une bière.

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Müss le Sam 11 Juil 2015 - 4:18

Cela faisait presque deux mois maintenant. Deux mois de marche en tête à tête avec la lune, ma seule et éternelle compagne à présent. Deux mois pour me retrouver là. Au beau milieu d’une stupide forêt abritant de stupides centaures qui vous agressaient pour un oui ou pour un non, dans cette stupide ville peuplée de ces pas-moins-stupides humains aux rires gras et aux plaisanteries douteuses.

Après avoir quitté la Forêt du Calme, j’avais choisi d’avancer vers des lieux peuplés d’Hommes. Ou plutôt avais-je simplement tenté de fuir les pensées qui me hantaient. Des pensées peuplées de minotaures et d’arachnéens. De stupides minotaures et d’encore plus stupides arachnéens qui vous abandonnaient au détour d’un chemin.

Pour être un peu plus honnête, j’essayais juste d’oublier Elazi et Jawbol en usant mon corps dans une marche sans fin. Ce qui s’avérait totalement inefficace. Ainsi je me retrouvais à Astune, dans la forêt d’Onor _le bout du monde_ mais je pensais encore à eux. Peut être qu’au fond de moi je savais que personne ne m’avait vraiment abandonnée, mais c’était vraiment très au fond. En surface, je préférais ressentir une colère, même infondée, plutôt qu’une tristesse qui m’aurait fait retomber à mon point de départ.

L’idée de trouver d’autres vampires me faisait avancer. Mais les rares personnes que j’avais rencontrées en voyageant de nuit n’en étaient pas. Je pouvais le deviner rien qu’à leur puanteur. Mais d’autres indices ne trompaient pas, comme leur teint hâlé, la chaleur de leur corps, le fait qu’ils étaient toujours en train de manger ou de boire… Bref, les vampires ne couraient pas les rues, et j’avais fini par me dire que ma technique d’approche n’était pas la bonne.

Voilà pourquoi ce soir là j’avais décidé d’aller en ville et de trouver une auberge comme celle-ci, remplie d’humains. C’était un endroit propice pour entendre parler de choses et d’autres, pour rencontrer des personnes qui auraient déjà voyagé de par le monde et qui auraient des renseignements intéressants à offrir. Ou bien juste pour rencontrer des gens tout simplement. La solitude commençait à me peser.

Les clients mangeaient et buvaient avec de grands bruits et, pour ne pas paraître étrange, je commandai une bière avant de chercher une place où m’asseoir. La plupart des tables étaient déjà prises, aussi me dirigeai-je au fond de la salle. La grande majorité des clients étaient en groupes et rares étaient les gens seuls comme moi. Je trouvais tout de même un homme seul qui roupillait non loin, abruti par l’alcool. Une femme aux cheveux blancs et à la peau... ah tiens, voilà qui attirait mon regard… avoir une peau si pâle n’était guère fréquent en ce moment. C’était l’été et les gens avaient pour la plupart un teint mât. J’étais à peu près certaine de faire erreur, encore une fois, mais je ne pouvais m’empêcher d’espérer avoir découvert une créature de la nuit.

Je m’approchais de cette femme attablée seule. Comme les autres tables étaient occupées, il me parut à peu près normal de l’aborder de la sorte : « Bonsoir, je peux m’asseoir ici ? »

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Poledra le Sam 11 Juil 2015 - 15:13

La jeune femme regardait son pichet de bière. Ce dernier avait été lavé récemment, signe que l'établissement était un tant soit peu sérieux. Les regards de la plupart des hommes se tournaient vers elle, que ce soit par pure curiosité ou bien parce qu'ils caressaient l'idée de lui demander quelques faveurs, une fois qu'elle aurait assez bu. Cette dernière ne faisait rien pour les inciter plus ou les dissuader, plongée dans ses pensées. Une partie de son plan requérait d'en apprendre au sujet du baron, sans éveiller l'attention, cela allait de soi.
Quelqu'un l'aborda. La personne avait la peau, pâle, tout comme elle, et était bien plus jeune, sans doute avait-il une vingtaine d'années. L'inconnu lui demanda si il pouvait s'asseoir à sa table.

"Bien entendu. Allez-y."

Sa voix était encore rauque, et sans doute le resterait-elle jusqu'à la fin de ses jours. Plusieurs hommes, dans la salle, soupirèrent de déception. Elle fit mine de ne pas les remarquer. Prenant le pichet, elle l'amena à ses lèvres et prit une gorgée de bière. Le liquide ambré coula le long de sa gorge et elle fit une légère grimace. Ce n'était pas une bière de qualité, ni réellement bien conservée, ce qui lui fit revoir son jugement quand à cette taverne. Elle leva ses yeux sans expression vers l'inconnu.

"J'espère que vous n'espérez pas de moi quelques faveurs, comme les autres clients de la taverne, car vous vous fourrez le doigt dans l'oeil en ce cas."

Mieux valait mettre les choses au clair dès le départ, histoire que son compagnon de table ne soit guère déçu dans le cas où elle aurait à repousser ses avances.

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Yawldaec le Sam 11 Juil 2015 - 16:21

DEBELONT – Je me fiche de tes manières, tant pis si tu n'es pas fait pour entrer dans une taverne, c'est justement ça qui va être amusant ! Tu vas mettre un peu le bazar là-dedans, tu renverses tout, tu frappes le tavernier et tu lui dis que c'est de ma part ! Et c'est tout !

Yawldaec fixait Debelont de son regard sombre et profond. Ces Humains avaient vraiment de drôles d'idées parfois. Alors plutôt que de venir frapper son ennemi lui-même, il préférait confier cela à un Centaure, qui n'avait rien à faire dans une taverne ! Encore, dans le Royaume de Telbara, beaucoup de tavernes étaient aménagées de sortes à être suffisamment spatieuses pour que les Centaures ne bousculent pas tout. Mais ici, nous étions dans le Royaume d'Estandre, et à part à Fort Hybride, on n'a pas prévu qu'un Centaure entre dans une taverne.

Astune était plantée en plein cœur de la forêt d'Onor. Yawldaec n'en revenait pas de traverser cette forêt, sa forêt natale, à la manière d'un Humain : en longeant les chemins, en allant de village en village et en craignant de se faire attaquer. Tout ça pour quoi ? Pour essayer de s'intégrer ? Quelle drôle d'idée. Lui, s'intégrer aux Humains... Pourquoi pas vivre en ville, tiens ! Si encore il supportait la solitude, il pourrait se passer des Humains, de leurs villes sales et pestilentielles, et vivre sauvagement. Seulement, il ne se voyait pas errer en solitaire et ignorer tout de ce qui se passait dans le monde.

Le voilà dans Astune à devoir entrer dans une taverne et y foutre le bordel, tout ça pour “rendre service” et s'attirer les faveurs d'un homme méprisable qui pourrait lui éviter de se faire capturer par le premier esclavagiste venu. Hommes-lézards ou Tigrains, il en avait vus des esclaves dans ce royaume. Une fois, juste une seule fois, il avait eu l'occasion d'en libérer un, et avait réussi. Il comptait bien avoir d'autres occasions de ce genre, juste histoire d'avoir l'impression de servir un peu à quelque chose. Car il ne comptait pas frapper des taverniers toute sa vie.

Il en avait marre de tous ces Humains, dans les rues, qui le regardaient comme un monstre évadé d'un cirque. Avec son arc, ses flèches, son épée, sa gibecière et autres petits équipements de survie, il ne pouvait pas être pris pour un esclave. Alors les gens, empotés, se retournaient tous sur son passage en se demandant ce qu'un Centaure “libre” pouvait bien faire ici. Enfin, surtout, ils avaient envie de le dresser ou alors de le chasser hors de la ville.

Yawldaec poussa la porte de la taverne, qu'il avait pu reconnaître parmi les autres bâtiments grâce aux indications précises de Debelont. Quand le son de ses sabots résonna à l'intérieur de l'établissement, les gens durent se demander ce qui avait pris à quelqu'un de faire entrer son cheval, avant de s'apercevoir de leur erreur. Alors un silence temporaire pesa sur la salle, ponctué par des chuchotements. Un instant, le Centaure fronça le nez sous l'assaut des odeurs d'alcool et de nourriture, mais aussi de sueur et de tabac. Le soleil s'était couché depuis moins d'une heure et la taverne était bondée.

Un client – Hey, qu'est-ce tu fous là le canasson, tu t'es perdu ?! Wha ha ha ha ha !!

Son rire entraîna celui des autres clients autour de lui. Yawldaec braqua son regard sur lui et fronça légèrement les sourcils. Il se fraya difficilement un chemin jusqu'à l'homme qui venait de l'insulter de la façon la plus grave. Voyant le Centaure approcher, l'homme resta pétrifié, et aucun de ses amis n'osa le défendre. Pourtant, Yawldaec ne savait pas se battre sans arme, et il n'allait certainement pas dégainer son épée ici. Mais ça, l'homme qui venait de l'insulter ne le savait pas. L'Humain voyait juste un Centaure et avait bien conscience de l'infériorité de sa propre race. Yawldaec lui empoigna les cheveux de la main gauche et les tira en arrière au point de faire mal à l'homme.

YAWLDAEC – Retire ton insulte, je ne te le demande qu'une fois.
Client – D'accord d'accord d'accord ! Aïe, ça va, je retire ! C'est bon !

Sans lui lâcher les cheveux, Yawldaec frappa d'un coup sec du sabot un pied de son tabouret. Il ne le cassa même pas, mais tira plus fort les cheveux de l'homme en même temps, le faisant tomber du tabouret en arrière. L'homme se choqua le coccyx sur le sol de la taverne.

Sur ce, Yawldaec passa à autre chose, en se pointant au comptoir de la taverne. Bizarrement, les clients n'osèrent plus le regarder, et certains commencèrent même à reprendre leur discussion comme si de rien n'était. Même les deux musiciens, un hautboïste et un luthiste, reprirent leur morceau histoire de redonner une ambiance normale au lieu.

Le tavernier fit face à son indésirable client. Il manqua de fermeté pour lui dire :

Tavernier – Désolé, mais je ne sers pas les Centaures...

Yawldaec n'était pas là pour se faire servir, de toute façon. Il était là pour le frapper et ruiner les meubles de son établissement. Il n'avait juste pas envie de le faire. Aussi resta-t-il de longues secondes, planté là, à hésiter.

C'est alors qu'un autre client fit entendre bien fort sa voix.

Client – Hey regardez les amis, c'est pas deux jolies donzelles là qui vont me faire des gâteries jusqu'à l'aube ! Hahaha ! J'suis servi pour la nuit, et pas vous ! Hey patron ! C'est pas tes filles ou tes cousines au moins j'espère ! Hahahahaha !

Yawldaec tourna la tête. A trois tablées de sa position, deux femmes étaient assises ensemble. Yawldaec avait pu constater que, dans ce royaume, les femmes n'avaient pas du tout les mêmes droits que les hommes. C'était incompréhensible pour lui. Qu'elles n'aient pas les mêmes rôles qu'eux, encore, ça se comprenait facilement, c'était aussi un peu le cas chez les Centaures où mâles et femelles occupaient des fonctions souvent distinctes dans la tribu ; mais pourquoi les juger inférieures et les traiter avec autant de mépris comme si elles étaient les objets des hommes ?

Yawldaec eut le choix : il pouvait casser la tête du tavernier comme Debelont lui avait demandé, ou bien se rendre plus utile en cassant plutôt la tête de cet énergumène prêt à forcer ces deux femmes à des choses qu'elles n'avaient sans doute pas envie de faire. Sa décision était en fait déjà prise.

Il quitta le comptoir, sans avoir au final dit le moindre mot au tavernier. Il bouscula négligemment plusieurs clients jusqu'à arriver à la table occupée par les deux femmes. Puisque le Centaure s'était déjà montré en spectacle, le client n'attendit même pas de subir la même chose que l'autre.

Client – Ca va je m'en vais, tout doux !

Yawldaec, le corps tourné vers la table des deux femmes, observa le client retourner à sa table avec un air de chien battu ; puis il posa tour à tour son regard sur les deux femmes.

YAWLDAEC – Je n'ai pas vu : il ne vous a rien fait ?

•————————————•

Yawldaec, à cheval entre deux mondes...
avatar
Yawldaec
Champion
Champion

Race : Centaure
Classe : Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Müss le Lun 13 Juil 2015 - 4:12

« Bien entendu. Allez-y », me répondit-elle. Je m’assis en dévisageant cette femme aux cheveux blancs. Elle était plus grande, plus âgée que moi, et avait une marque tatouée sur son front dont la signification m’était inconnue. Sa main se tendit pour attraper sa bière et... elle bu. Il n’y avait aucun doute à cela : je la vit déglutir et la grimace qui se peignit sur son visage fut exactement la même que la mienne : une grimace de dégoût. Je m’étais encore une fois trompée de personne. Il ne s’agissait nullement d’un vampire qui, s’il buvait autre chose que du sang, serait déjà en train de cracher ses tripes sur la table.

Dès lors désintéressée par cette femme, je tournais la tête à côté pour observer les autres clients, quand sa voix rauque se fit à nouveau entendre. « J'espère que vous n'espérez pas de moi quelques faveurs, comme les autres clients de la taverne, car vous vous fourrez le doigt dans l'œil en ce cas », lâcha-t-elle à mon égard. Mais qu’est ce qu’elle racontait ? Peut-être se trompait-elle à mon sujet. En même temps, je ne pouvais lui en vouloir, j’avais voyagé tellement longtemps que mon apparence ne devait plus être bien plaisante à voir. J’étais couverte d’habits de la tête aux pieds (réflexe de vampire prévoyant) et ne les avais pas lavés depuis un sacré moment.

Je dévoilais donc mon visage en laissant retomber ma capuche, et d’un geste machinal, repoussais mes cheveux en arrière. Je n’eu même pas le temps de répondre qu’une énergumène s’approcha en louchant sur ma voisine. Derrière son œil torve ne brillait aucune intelligence et quand son regard se posa sur moi, le sentant près à faire des gestes déplacés, je me préparais à réagir.

Et c’est là qu’un bruit de sabot retentit, faisant tourner toutes les têtes vers la porte. Un centaure faisait son entrée dans l’établissement. L’auberge était totalement inadaptée pour ces personnes-là, mais il cherchait quand même à avancer. Un client dit tout haut ce que tout le monde devait penser, et le centaure n’appréciant guère le ton employé devint agressif. Il s’attaqua à l’auteur de la mauvaise plaisanterie jusqu’à ce que ce dernier retire son insulte. Les centaures... tous les mêmes.

Puis tout redevint normal. Un peu trop normal, en fait. Les musiciens se mirent à jouer un peu trop fort, les gens parlèrent avec un peu trop d’entrain, et l’homme recommença ses avances un peu trop audacieusement. Il commença par demander à s’asseoir à notre table et quand je refusai, il se mit à crier : « Hey regardez les amis, c'est pas deux jolies donzelles là qui vont me faire des gâteries jusqu'à l'aube ! Hahaha ! J'suis servi pour la nuit, et pas vous ! Hey patron ! C'est pas tes filles ou tes cousines au moins j'espère ! Hahahahaha ! ». Je soupirai... Comment pouvait-on être aussi stupide... ?

La situation commença sérieusement à dégénérer quand le centaure accouru avec ses grands sabots. Quelques clients volèrent sur son passage (j’avais bien dit que l’auberge n’était pas adaptée pour ces gens-là...) et l’audace de notre séducteur fondit immédiatement. Il disparu sans demander son reste. « Je n'ai pas vu : il ne vous a rien fait ? » demanda le centaure qui, une seconde auparavant, s’acharnait sur un faible humain pour une insulte mal digérée. Je l’observais sceptique.

J’haussais un sourcil, cherchant à comprendre le genre de personnage à qui j’avais affaire, puis répondit : « Non, il a juste bavé partout en nous reluquant. C’est le genre de personne à faire beaucoup de bruit, mais rien de plus ». Jamais je n’avais eu de vrais soucis avec ce genre d’hommes. Enfin, pas depuis que j’avais été transformée. Au contraire, c’était un style de personne que j’appréciais particulièrement : ils se saoulaient, pensaient me séduire, m’emmenaient dans des coins discrets et se réveillaient le lendemain avec une morsure au cou et plus aucun souvenir. Des proies faciles.

« J’ai dit pas de centaure ici ! Dehors ! ». Le jappement de l’aubergiste ressemblait plus à une supplique qu’à un ordre. Il avait l’air désespéré face à la situation. Un objet menaçait d’être détruit à chaque mouvement du centaure et le pauvre homme en avait presque les larmes aux yeux. Il semblait au bord de la crise de nerf. « Je vais appeler les garde, je vais les appeler ! », gémissait-il en continu. Certains clients s’étaient levés pour partir, et je conseillai au centaure d'en faire autant : « C’était... heu... galant de votre part d’être intervenu. Merci bien. Par contre maintenant je pense qu’il vaudrait mieux que vous sortiez avant qu’ils ne débarquent ». Tous les yeux étaient tournés vers le centaure et nous deux, les femmes qu’il avait défendues. Je repoussais la bière (que je ne pouvais pas boire de toute façon) et me dirigeai également vers la sortie car la tension devenait insupportable et disparaître me semblait être la meilleure façon de calmer le jeu.

« File canasson ! La queue entre les pattes, bien dressé par nos deux femelles ! » s’écria quelqu’un.  Pourquoi fallait-il qu’il y ai toujours un imbécile pour verser de l’huile sur les flammes ?! La fierté blessée du centaure allait mettre l'auberge en pièce avant même que les gardes ne débarquent...

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Poledra le Lun 13 Juil 2015 - 14:56

La personne assise à sa table retira son capuchon et Poledra s'aperçut qu'il s'agissait non pas d'un homme, mais d'une femme. Elle s'excusa pour sa méprise. La taverne entière se retourna alors qu'un Centaure entrait. La jeune femme s'étonna qu'on laisse seulement entrer un Centaure en ville. On était certes dans la région d'Onor, mais pour autant, il s'agissait du Royaume d'Estandre. Elle-même, sans être exempte de préjugés envers eux, les voyait comme des brutes qui cherchaient toutes les occasions possibles et imaginables pour assouvir leur soif de violence. Son préjugé fut confirmé alors que le nouvel arrivant tabassait un des clients qui lui avait poliment parlé à la façon estanole. Un homme s'approcha et, avec une voix graveleuse, fit quelques propositions aux deux femmes. Le Centaure arriva au triple galop, c'est le cas de le dire, et s'occupa de l'importun.

L'inconnue le remerciait pour son intervention quand l'aubergiste menaça d'appeler la garde. Une lueur s'alluma dans les yeux de Poledra. Elle regarda le fond de sa chope. Il devait bien rester dedans deux gorgées de bière, largement assez pour mettre en branle le plan qui germait dans son esprit. La jeune femme à la peau pâle en face d'elle incita le Centaure à partir, histoire de ne pas causer plus d'ennuis que cela. Elle se leva et poussait pratiquement l'hybride créature en direction de la porte quand un client se moqua à nouveau de lui. Poledra se leva. Sa haute stature emplit la salle. Prenant sa chope, elle projeta le contenu en direction du visage de l'importun, le défiant de répliquer. Elle se tourna vers le Centaure et la jeune inconnue et sortit de la taverne, laissant derrière elle, sur la table qu'elle quittait, deux pièces d'argent pour sa bière.

Elle sortit de la taverne, les poings serrés. Elle s'adossa au mur de la taverne, les yeux fermés, respirant profondément, calmant progressivement la colère qui bouillonnait en elle.

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Yawldaec le Mar 14 Juil 2015 - 10:36

Les deux femmes mirent un petit temps de latence à répondre. Yawldaec mit cela sur le compte de sa race : elles devaient être aussi surprises que les autres clients de voir un Centaure ici, et surtout maintenant qu'il s'adressait à elles. Heureusement, il ne se douta pas que la raison était légèrement différente, et dans l'état où il était, mieux valait qu'il n'entende pas les préjugés racistes des deux femmes sur les Centaures et qui expliquaient pourquoi le comportement de Yawldaec les rendaient sceptiques. Ce dernier n'avait pas hésité à s'en prendre physiquement à un client et venait maintenant s'assurer que deux autres clientes allaient bien. D'un côté, le rustre, et de l'autre, le chevalier ; il fallait être dans la tête de Yawldaec pour comprendre la cohérence.

En tout cas, l'une des deux femmes lui répondit que l'homme n'avait fait que « baver partout » mais qu'il n'avait pas été bien méchant. La femme assura que ce genre de bonhommes faisait beaucoup de bruit pour pas grand-chose et qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter. Yawldaec n'était pas convaincu. Il savait de quoi les Humains étaient capables. En fait, les Centaures étaient capables de la même chose, surtout un mâle sauvage tel que Yawldaec dont le caractère très animal est facilement titillé par les phéromones et les pulsions d'étalon. La différence, c'est que Yawldaec, comme beaucoup de Centaures, ne considérait pas le genre féminin comme un objet à satisfaire ses pulsions, ce qui était le cas chez les Humains. Chez ces derniers, les hommes se laissaient aller à leur lubricité de façon dégradante pour les femmes. Oh, ce serait mentir que de dire qu'aucun mâle Centaure ne fonctionnait comme ça, mais ce n'était pas le cas de Yawldaec, toujours.

Derrière, le tavernier supplia avec un semblant d'autorité le Centaure de sortir de son établissement, le menaçant d'appeler la garde. Yawldaec n'avait aucun doute que l'homme mettrait cette menace à exécution, et il ne fut pas aveugle à l'urgence de sortir d'ici. Tant pis pour Debelont : ce crétin avait compté sur le Centaure pour faire le sale boulot à sa place et ainsi le laisser se faire arrêter par la garde à sa place. L'instinct de Yawldaec lui ordonnait maintenant de se sortir de cette situation et de chercher un autre moyen d'avoir le droit de séjourner parmi les Humains.

La femme qui avait répondu à Yawldaec appuya ses pensées, lui disant qu'il vaudrait mieux qu'il sorte avant que les gardes ne débarquent. Yawldaec ne se le fit pas dire deux fois puisque telle était déjà son intention. Il se fraya un passage entre les tables en direction de la porte de sortie ; et c'est alors qu'il entendit un autre client l'insulter de plus belle. Le sang du Centaure ne fit qu'un tour, mais il lui fallait faire demi-tour s'il voulait punir l'homme, or il devait quitter la taverne sans perdre une seconde.

Heureusement, l'autre femme, restée muette jusqu'à présent, soulagea Yawldaec de sa frustration en jetant un reste de bière au visage de l'homme. Il y eut un face-à-face entre les deux personnes alors que Yawldaec reprit le mouvement vers la porte de sortir, talonné par la première femme. Quelques secondes après, la seconde femme, aux cheveux blancs, sortit à son tour. Elle s'adossa au mur de la taverne et serra les poings. Le Centaure, lui, agitait la queue et laissa s'échapper un grondement équin tout en frottant nerveusement le sol d'un sabot antérieur.

Même si le tavernier n'avait pas encore appelé la garde, un Centaure dans une taverne, ça fait en général un peu de bruit, et deux gardes de passage le virent en sortir, ce qui ne manqua pas de les intriguer. Ils s'approchèrent de lui tout en posant leur regard sur la femme aux cheveux corbeau, juste à côté de lui. Un garde demanda à la femme en plissant les yeux pour se donner un air autoritaire :

Garde – C'est votre esclave ?

•————————————•

Yawldaec, à cheval entre deux mondes...
avatar
Yawldaec
Champion
Champion

Race : Centaure
Classe : Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Müss le Mar 14 Juil 2015 - 14:55

Le centaure n’eut pas à mettre l’auberge à feu et à sang car la femme aux cheveux blancs se chargea de l’humain. Elle envoya le reste de sa bière dans son visage, le laissant là, plus surpris qu’offusqué. Je lui adressais un petit signe de tête admiratif avant de filer dehors.  Le centaure était déjà sorti, il agitait nerveusement la queue et la femme nous rejoignit bientôt, toujours aussi silencieuse.

Deux gardes vinrent à passer et me demandèrent si le centaure était mon esclave. Ils n’avaient pas l’air sûr d’eux, ce devait être la première fois qu’ils voyaient un tel personnage sortir d’une auberge. Une réponse positive de ma part et la situation s’éclaircirait pour eux. C’était la façon la plus aisée de les faire partir même si je craignais que l’autre rustre se mette à m’attaquer pour laver l’insulte, ou me contredise devant eux, nous mettant dans une situation embarrassante. Mes à priori sur les centaures venaient des rares rencontres que j’avais faits sur ma route et qui s’étaient toutes mal déroulées. J’en avais déduis qu’ils étaient plus colériques que raisonnables.

J’adressais un bref regard au centaure avant de répondre par l’affirmative : « Oui, il était juste entré m’apporter quelque chose ». Il nous regarda dubitatif, puis s’adressa cette fois-ci à la femme aux cheveux blancs : « Et vous, qu’est ce que vous faites ici ? ».

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Poledra le Mer 15 Juil 2015 - 0:04

Un garde s'approcha de l'inconnue, lui demandant, en désignant le Centaure, s'il s'agissait de son esclave. Elle répondit par l'affirmative. Pieux mensonge, que le garde goba comme un oeuf. Puis, il désigna l'Argilite et lui demanda ce qu'elle faisait ici céans. Elle releva une mèche de cheveux qui tombait sur son visage et regarda le garde. Le nez de ce dernier était un peu gonflé et légèrement rougeoyant, signe que ce dernier devait sans aucun doute boire pour tenir le coup durant son service.

"J'avais rendez-vous avec mon amie, ici présente." Elle désigna, d'un mouvement de tête, l'inconnue. Satisfait de cette explication, le garde s'en fut, avec un salut négligent à l'intention des deux femmes et un grognement sans guère de signification à l'adresse du Centaure.
Poledra, d'un mouvement d'épaule, se dégagea du mur. Elle passa sa main sur sa nuque, regardant les deux inconnus, la femme à la peau pâle et le Centaure. Puis, elle s'avança en tendant la main à la jeune femme. Mieux valait ne pas faire de même avec un Centaure, il y avait encore un peu de monde dans la rue et il venait d'être désigné comme esclave.

"Bien le bonsoir. Mon nom est Poledra."

Elle lâcha la main de la femme, étonnée qu'elle ai la peau si froide. L'Argilite réajusta le petit chapelet pendant à sa ceinture. La nuit tombait et elle n'avait toujours pas avancé dans sa quête de vengeance.

"Dites-moi, savez-vous si le baron d'Astune est âgé ou non ?"

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Yawldaec le Mer 15 Juil 2015 - 8:52

Comment osait-il poser cette question, ce garde ? L'espace d'un instant, Yawldaec oublia qu'il se trouvait dans un royaume où l'esclavage était monnaie courante. Dans les Vinèles, l'on évitait de trop montrer que les Centaures aussi étaient asservis, afin de ne pas briser les relations avec les tribus de la Forêt de la Vanille, mais ici, dans la Forêt d'Onor, on ne se gênait pas de rappeler aux Centaures comment on les considérait vraiment. Yawldaec ne put s'empêcher de lâcher un nouveau grondement, sa queue fouettant l'air, mais il essaya aussitôt de se calmer et d'avoir l'air impassible autant que faire se peut. En fait, toute l'ironie était que sa tranquillité ne pouvait être temporairement assurée que s'il se faisait passer pour un esclave. Une situation absolument insupportable pour lui, mais s'il ne voulait pas s'attirer d'ennuis inutiles, il était bien obligéde faire un gros effort pour donner le change. Tout reposait maintenant sur la réponse de la femme.

Allait-elle avoir suffisamment de lucidité mais aussi suffisamment d'égard pour le Centaure ? La lucidité sur la situation ne lui manquerait sûrement pas : qu'elle réponde oui, et les gardes laisseraient le Centaure tranquille, mais qu'elle réponde non et le Centaure serait chassé à coups de lances. C'était aussi simple que ça. Mais qu'en était-il de son égard pour le Centaure ? C'était là le paramètre hasardeux. Yawldaec avait défendu les deux femmes dans la taverne, mais cela suffirait-il à changer le regard de deux femmes estanoles ? Rien de moins sûr.

Et pourtant, miracle, la femme couvrit Yawldaec en “expliquant” que cet esclave était juste venu lui apporter quelque chose, d'où le fait que les gardes l'avaient vu sortir de la taverne. Yawldaec la remercia tacitement. Les gardes interrogèrent l'autre femme qui se présenta comme une amie venue à un rendez-vous, ce qui était sans doute vrai. Le garde adressa un dernier mot à celle s'étant fait passer pour la maîtresse du Centaure :

Garde – Vous devriez savoir que les bêtes n'ont pas à entrer dans les tavernes. La prochaine fois, allez chercher votre objet vous-mêmes et laissez votre Centaure aux écuries.

Yawldaec serra les poings, ce fut plus fort que lui. Son sang bouillonnait au plus haut. Il dut faire un effort surhumain pour ne pas frapper le garde à mort en hurlant. Heureusement, les deux gardes s'en allèrent aussitôt, non sans lâcher de façon audible :

Garde – Ah, les femmes et leurs tocades, je te jure...

La femme aux cheveux blancs se présenta à l'autre : Poledra, tel était son nom. Si elle faisait cela, c'est qu'en fait, sa réponse au garde avait été un mensonge, et que bien qu'ayant été assise à la même table, elle ne connaissait pas l'autre femme. Elle posa une question sur le baron d'Astune.

Yawldaec écouta d'une oreille bien distraite. Il devait défouler sa rage. Il ne supportait tellement pas de voir comment les Centaures étaient considérés ici ! Des esclaves, des montures... Les Humains voulaient les ranger dans des écuries comme des chevaux ! Raaaaaah !
Pendant que les deux femmes discutaient, le Centaure claqua du sabot, plusieurs fois, en lâchant des grondements équins, les narines dilatées et les oreilles plaquées en arrière. Et dire qu'il fallait qu'il remercie la femme aux cheveux corbeau pour ça...

•————————————•

Yawldaec, à cheval entre deux mondes...
avatar
Yawldaec
Champion
Champion

Race : Centaure
Classe : Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Müss le Jeu 16 Juil 2015 - 2:48

La femme répondit qu’elle était une de mes amies. Je me retins d’hausser les sourcils et hochai la tête d’un air convaincu. L’un des gardes me fit remarquer qu’il ne fallait pas laisser traîner mes esclaves n’importe où tandis que l’autre critiqua les femmes et leurs lubies. Nous les laissâmes s’en aller sans rien dire, trop heureux de les voir disparaître.  

« Bien le bonsoir. Mon nom est Poledra », dit alors la femme en me tendant la main. Je la serrais en lui répondant « Moi c’est Müss, enchantée ». Sa main était chaude. Je savais déjà qu’elle n’était pas un vampire, mais cela me désappointa tout de même. Le centaure quand à lui continuait de piétiner sur place et grognait des sons indistincts. Je m’écartai discrètement de lui, cherchant à éviter le probable coup de sabot qu’il me destinait pour l’avoir traité d’esclave.

« Dites-moi, savez-vous si le baron d'Astune est âgé ou non ? » nous demanda Poldera. Cette fois-ci, j’haussai les sourcils sans retenue. Mais (encore une fois) qu’est ce qu’elle racontait ? Je lançai un coup d’œil au centaure pour voir s’il savait de quoi elle parlait, mais son air menaçant me poussa juste à m’éloigner encore un peu de lui. Ses narines étaient dilatées sous l’effet de la colère et il avait les oreilles plaquées en arrière. Effrayant... Après avoir fait deux pas sur le côté, je répondis : « Je ne sais pas qui est ce baron, je viens de Telbara. Enfin, du coin. C’est un noble d’Astune ? Pourquoi cette question ? ». C’était étrange. Obsédée que j’étais par mes recherches, je fis immédiatement le parallèle avec ma quête de vampire. Cette femme cherchait quelqu’un qui ne vieillissait pas. Ou en tout cas, elle cherchait à savoir s’il vieillissait. Le baron d’Astune était peut-être un vampire ! Voilà ma conclusion. Je repris donc : « Le mieux à faire est de poser la question dans une... heu... une autre auberge », dis-je en désignant la route du doigt, prête à y aller avec elle.

Et puis mon regard croisa à nouveau celui du centaure. Il était en plein milieu du chemin. Je déglutis difficilement pour lâcher : « Veuillez m’excuser pour tout à l’heure... je ne voulais pas vous offenser. Je voulais juste... heu... mais... ne me regardez pas comme ça, je vous assure que ce n’était pas par mauvaises intentions... ». La fin de ma phrase était un peu trop aigüe pour que je puisse prétendre ne pas être apeurée.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Poledra le Jeu 16 Juil 2015 - 19:28

La femme à la peau pâle répliqua qu'elle ne savait pas si le baron était âgé ou non, étant d'origine telbarane, elle ne connaissait guère la noblesse de la région. Elle proposa donc de poser cette question dans une autre auberge. Poledra acquiesça avec un hochement de tête. La telbarane se tourna vers le Centaure pour s'excuser auprès de lui, pour l'avoir appelé "son esclave". A la surprise de l'Argilite, ce dernier répondit avec "Je devrais vous remercier, en fait. Vous m'avez évité des ennuis."

Poledra regarda alentour. La nuit avait étendu son voile d'ombre sur la ville et des lanterniers allumaient les torches qui illumineraient les rues durant toute la nuit, au son des cloches sonnant la fin de la journée. Elle s'écarta pour laisser passer l'un d'entre eux. Son affaire n'avançait pas, loin de là. Elle soupira et se passa la main sur le visage. Le lanternier repassa auprès d'elle et elle l'arrêta en le prenant par le bras.

"Dites-moi, qui est le Baron d'Astune actuel et quel âge a-t'il, je vous prie ?"

L'Humain, un peu surpris, leva les yeux vers le visage de son interlocutrice, descendit subrepticement vers sa poitrine avant de faire la moue en se rendant compte qu'elle n'en n'était guère pourvue, puis gratta sa barbe, produisant un bruit assez désagréable et, malgré elle, Poledra recula. Son interlocuteur ne devait guère connaître le minimum de l'hygiène, ce qui était confirmé par les quelques poux qui tombèrent au sol.

"Et ben, ma bonne dame, le Baron ben c'est l'Seigneur Androsian et il doit bien avoir une trentaine de printemps..."

Une goutte de sueur coula le long de la tempe de Poledra et elle palit. Elle déglutit et posa sa seconde question.

"Et... Son père... Est-il encore en vie ?"

Le lanternier eut une expression de surprise, vite remplacée par une moue d'incompréhension.

"Alors ça... Aucune idée, ma bonne dame... Il est possible qu'il ai été enterré, vous savez..."

Il salua et s'en fut. Poledra grimaça de douleur et des larmes chaudes et amères coulèrent sur ses joues. Elle s'accroupit et serra ses bras contre sa poitrine. Même si elle avait pensé, au départ, désacraliser la tombe du Baron dans le cas où ce dernier était mort, à quoi cela servirait-il ? Elle souhaitait laisser un message, mais c'était inutile s'il était incompréhensible...

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Yawldaec le Sam 18 Juil 2015 - 21:32

Yawldaec laissait aller sa rage, mais au bout d'un court instant, il prit conscience qu'il valait mieux essayer de se calmer afin d'éviter d'attirer l'attention. Il n'avait vraiment pas besoin de subir d'autres affronts de ce genre, alors autant se faire petit, si tant est que cela est possible pour un Centaure. Pendant ce temps, les deux femmes s'étaient présentées l'une à l'autre et celle aux cheveux corbeau répondit à la question de celle aux cheveux blancs, lui demandant en retour pourquoi cette question, et suggérant de se renseigner dans une autre taverne.

Comment Yawldaec espérait-il s'intégrer aux Humains s'il n'était pas capable de supporter de rester une minute dans une taverne ? Mais en même temps, comment un Centaure pouvait-il supporter tous ces regards odieusement racistes et ces réflexions du même acabit ? Yawldaec pouvait-il seulement se mentir en espérant y parvenir ? Il croisa à deux reprises, dans ses pensées, le regard de la femme aux cheveux corbeau, et vit qu'il lui faisait peur. Alors voilà, c'était ça, quand il n'inspirait pas le dégoût ou le mépris le plus profond, il inspirait la crainte. Etait-ce une vie ? Comment éviter la solitude dans des conditions pareilles ?

Pourtant, cette femme avait trouvé le moyen de lui éviter des ennuis, certes un moyen des plus déplaisants, mais efficaces et sans alternative imaginable. Alors qu'elle s'était entendu avec l'autre femme d'aller se renseigner ailleurs sur le Baron d'Astune, elle dut contourner Yawldaec pour marcher, et resta immobile en fait, pour lui dire avec la crainte rendant son articulation pénible :

MUSS – Veuillez m'excuser pour tout à l'heure... Je ne voulais pas vous offenser. Je voulais juste... euh... mais... ne me regardez pas comme ça, je vous assure que ce n'était pas par mauvaises intentions...

Yawldaec rabaissa un peu ses oreilles, prenant cette fois une expression désolée plus que colérique. Il ne voulait pas intimider cette femme et savait même au fond de lui qu'il devait la remercier. La remercier de l'avoir fait passer pour un esclave... Quelle ironie, et quel dilemme ! Tout aussi péniblement, il parvint à prononcer :

YAWLDAEC – Je devrais vous remercier, en fait. Vous m'avez évité des ennuis.

La femme aux cheveux blancs prit l'initiative d'aborder un agent de la voie publique, qui allumait les lanternes de rues, pour lui poser les mêmes questions sur le Baron d'Astune. Yawldaec ne savait pas ce qu'elle avait comme histoire avec ce baron, et à vrai dire il s'en moquait éperdument. En tout cas, la réponse de l'homme déçut la femme, à tel point qu'elle s'écroula en pleurs.

Yawldaec redressa les oreilles, surpris. Il ne sut que dire et laissa plutôt l'autre femme faire, se disant qu'elle trouverait mieux les mots puisqu'elle devait savoir pourquoi elle posait ces questions sur le Baron d'Astune.

•————————————•

Yawldaec, à cheval entre deux mondes...
avatar
Yawldaec
Champion
Champion

Race : Centaure
Classe : Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Müss le Lun 20 Juil 2015 - 9:56

"Je devrais vous remercier, en fait. Vous m'avez évité des ennuis."

Je le regardai avec des yeux ronds sans remarquer qu'articuler ces mots semblait lui écorcher la bouche. Un centaure me remerciait, j'aurais tout vu dans ma vie ! Je lui souris. Un petit sourire qui tirait sur la gauche, un peu de travers, un peu gêné, mais sincère.

Poledra, elle, ne pris pas le temps qu'il se pousse du chemin et le contourna pour se précipiter vers un petit homme qui allumait un lampadaire. Elle réitéra sa question avec fougue, et l'humain lui donna l'âge et le nom du baron qu'elle cherchait. La réponse ne parut pas lui convenir et elle chercha à obtenir des informations sur le père du seigneur Androsian, apparemment actuel baron d'Astune. Quand le lanternier lui expliqua ne pas connaître cet homme, Poledra s'accroupit et serra sa poitrine entre ses bras. Cette femme était décidément bien étrange.

Le lanternier la regarda mal à l'aise, se tortilla sur lui-même un instant avant de tourner les talons. C'est alors seulement que je remarquai qu'elle s'était mise à pleurer en plein milieu du chemin. Je croisai le regard du centaure dont les oreilles s'étaient dressées de surprise. Mais il ne fit aucun geste. Un vrai centaure... Un vrai mâle... Un vrai... Bref, il ne ferait rien.

Je le contournai, parcourus les quelques mètres qui me séparaient d'elle et m'accroupi à mon tour à ses côtés, sans la toucher. Je ne prononçais aucun mot en attendant qu'elle se calme. Je ne lui offrit que ma présence. Poledra était envahie par une tristesse immense, il suffisait de voir cette femme recroquevillée sur elle-même pour comprendre qu'elle portait quelque chose de bien lourd sur ses épaules. Même si elle m'était incompréhensible, je respectai sa peine en silence, la laissant l'exprimer en supposant que cela lui ferait du bien.

Quand j'estimai que l'espacement entre deux sanglots fut assez longs pour la considérée comme calmée, je murmurais tout en continuant à fixer le lampadaire face à nous: "Qui était ce baron d'Astune pour toi ?"

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Poledra le Lun 20 Juil 2015 - 21:12

Poledra releva la tête, alors que Müss lui demandait ce qu'était le Baron d'Astune pour elle. Ses larmes avaient tracé des sillons sur ses joues et, même si elle s'était calmée, une grimace de douleur marquait son visage. Elle renifla une fois, deux fois, avant d'essuyer ses yeux humides d'un revers de la main. La colosse se releva et s'adossa au mur, avant de tituber et de se rattraper à la femme à la peau glaciale. Instinctivement, cherchant du réconfort. Puis, avec une voix faible, à peine audible pour le Centaure, elle murmura à l'oreille de la femme :

"Il a ordonné le massacre des miens, il y a quarante années."

Elle accrut sa pression sur les épaules de Müss, alors que sa voix s'affaiblissait. Elle déglutit péniblement et grimaça, alors qu'elle sentait une boule dans sa gorge. Ses doigts se crispèrent douloureusement, alors que les larmes coulaient à nouveau. Toujours s'accrochant désespérement à la femme à la peau pâle, elle tomba à genoux. Cela faisait une quarantaine d'années pour les Humains, mais pour elle... Ce n'étaient que quelques heures...
Elle fit une crise de panique, gémissante de peur, ses yeux exorbités regardant en tout sens, alors qu'elle se demandait si elle était recherchée, si un soldat portant une lourde lame allait sortir de la foule, l'arracher aux bras de la femme à la peau froide, la projeter contre un mur, appuyer sa botte contre sa poitrine et lui enfoncer son épée dans la gorge.

"Je..."

Elle s'effondra de tout son poids sur le côté, en proie à une crise d'epilepsie. Ses yeux étaient dans le vague, alors que son corps s'agitait de soubresauts. De la bave coula de sa bouche, alors qu'elle convulsait dans les bras de Müss.

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Yawldaec le Mar 21 Juil 2015 - 20:25

Un instant plus tôt, Yawldaec avait sut lire l'expression de surprise sur le visage de la femme qu'il avait remerciée, de même que son sourire gêné. Il s'était dit qu'elle devait avoir de mauvais préjugés sur les Centaures. Les pensait-elle incapables de remerciements ? Les Humains ne connaissaient rien aux Centaures de toute façon. Yawldaec avait bien envie de leur faire comprendre leur culture, c'était même une partie de son but, mais il savait quelque part au fond de lui que c'était peine perdue. Cette femme... comprenait-elle au moins comment la fierté du Centaure avait pu être blessée par la situation ? Et si oui, le pensait-elle assez stupide pour ne pas comprendre que malgré tout, cette situation avait mieux valu qu'une autre ? Elle devait penser, comme tant d'autres imbéciles Humains, que les Centaures n'étaient pas plus intelligents que des chevaux. Yawldaec se demandait parfois si les chevaux n'étaient pas plus intelligents que les Humains.

En tout cas, la femme aux cheveux corbeau se montra en effet concernée par le chagrin de sa congénère. Yawldaec l'observa afin d'apprendre comment les Humains se consolaient entre eux. Finalement, il n'y avait rien de très surprenant là-dedans. Un simple contact tactile pouvait suffire. Une main sur l'épaule, par exemple.
Elle lui demanda qui était le Baron d'Astune pour elle. L'autre répondit qu'il avait ordonné le massacre de ses proches. Cela datait de quarante ans.

Quarante ans ?! Yawldaec ne connaissait malgré tout pas suffisamment bien l'organisme biologique des Humains pour estimer leur âge à leur visage, il savait que leur vie était presque dix fois plus courte que celle d'un Centaure, mais il ne saurait dire si la femme aux cheveux blancs avait quinze, vingt, trente ou quarante ans. Mais quarante années représentaient une période extrêmement importante de la vie d'un Humain ! Se pouvait-il que cette femme ait quarante-cinq ans ? Mais comment pouvait-elle alors garder une telle rancœur pour un événement s'étant déroulé à ses cinq ans d'âge ? Quand on perd sa famille à cinq ans, alors quarante ans plus tard, au pire on éprouve un manque, une tristesse indélébile, éventuellement peut-on jalouser ceux qui ont toujours une famille ; mais l'on n'est normalement pas atteint d'une rancœur pareille. Le cas de cette femme perturba Yawldaec qui se dit qu'il avait encore beaucoup de choses à apprendre des Humains.

C'est alors qu'il était un peu dans ses pensées, que la femme aux cheveux blancs eut les yeux qui se révulsèrent, les muscles qui se tétanisèrent avant d'être pris de spasmes, et se mit à écumer une bave épaisse comme un Minotaure exténué.

Yawldaec, n'ayant jamais vu de Centaure faire de crise d'épilepsie, et ne connaissant même pas ce syndrome de toute façon, ne comprit pas ce qui arrivait à la femme. L'homme qui allumait les lanternes et qui avait répondu un peu plus tôt à ses questions, déclenchant son chagrin, tourna la tête vers elle. Il prit un air horrifié, laissa tomber ses outils et partit en courant et en criant : « Cette femme est une sorcière ! Elle est possédée par les démons ! ».

Quel crétin.

Un peu malgré elle, la femme aux cheveux corbeau se retrouva à retenir le corps de sa congénère en pleine crise. Elle n'avait donc pas les bras libres pour réagir, à moins de déposer la femme au sol. Yawldaec, ne sachant pas les causes de cette crise – mais sachant très bien que les démons n'étaient pour rien là-dedans – eut pour seule idée de lui verser de l'eau sur le visage. Il en versa également dans sa bouche en espérant déclencher un réflexe de déglutissement afin qu'elle boive. En même temps, il récita une prière en centaurique à Elasgol. Que le Dieu de la Quiétude vienne calmer les tensions de cette Humaine et lui faire reprendre ses esprits.

•————————————•

Yawldaec, à cheval entre deux mondes...
avatar
Yawldaec
Champion
Champion

Race : Centaure
Classe : Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Müss le Mer 22 Juil 2015 - 9:08

Poledra m'expliqua alors que ce baron était à l'origine du massacre des siens. Elle précisa que cela s'était passé il y a... une quarantaine d'années ?! Mais quel âge avait-elle donc ? Je n'eu pas le temps de me poser plus de question car elle s'accrocha plus fortement à moi. Ses doigts s'enfoncèrent dans mon épaule. J'allais la soutenir pour l'aider à se relever quand sa respiration se fit haletante et ses yeux se révulsèrent. Elle commençait à paniquer, n'arrivait plus à respirer correctement et tremblait de tout son corps. Puis elle perdit connaissance. Elle se retrouva dans mes bras lorsque je tentai d'amortir sa chute.

Ce fut à mon tour de paniquer : Poledra faisait une crise étrange. Elle convulsait. Ses yeux étaient blancs. De la bave mousseuse s'échappait d'entre ses lèvres. Je ne savais que faire, alors je l'agrippais plus fortement pour éviter qu'elle ne se cogne la tête en remuant, et finalement ce fut moi qui me pris des coups car ses membres me heurtaient avec violence. Je n'avais encore jamais vu ça. J'entendis vaguement les cris du lanternier qui s'enfuyait horrifié, mais n'y fit guère attention.

Tout occupée à la tenir, je ne m'étais pas préparée à ce qui suivit : une douche froide me tomba dessus. Je sursautai et me relevai brutalement. Le centaure était en train d'arroser Poledra d'eau, tout en prononçant une litanie incompréhensible. D'ailleurs, cette dernière s'était violemment cogné la tête au sol lorsque je l'avais lâchée par réflexe.

Désormais debout et les mains libres, je remarquai ce qui se passait autour de nous. Les cris du lanternier avaient ameuté deux passants qui observaient la scène avec curiosité. Mon regard noir en fit fuir un, mais l'autre ne bougea pas. Il s'agissait d'un humain d'une trentaine d'années, au regard pétillant. Ses grands yeux observaient chaque mouvement de Poledra avec un intérêt bizarre. Il s'approcha d'elle sans prêter aucune attention au centaure.

"C'est vraiment une sorcière ?", bredouilla-t-il en m'agrippant l'épaule. Comme je ne répondais pas, il murmura avec grand sérieux : "dis moi d'où elle vient et je te donne ça". Sous mon nez s'agitait une poignée de pièces d'argent. Je ne comprenais pas et lui proposai de disparaître d'ici le plus vite possible, mais il chercha à m'attirer plus loin. Comme je le repoussai d'un mouvement sec, il lança un regard au centaure puis, considérant probablement qu'il n'y avait aucune raison de se méfier d'une telle créature, il reprit sans hausser le ton : "écoute, par ici, depuis des générations, il y a des nobles en croisade contre le Mal. Les sorciers et autres démons... On peut tous se battre à notre niveau pour faire reculer le pouvoir de Méphiti. En plus, ils récompensent ceux qui ont des informations. On va collaborer, c'est dans notre avantage à tous les deux. Dis moi juste d'où elle vient".

Une chasse aux démons... Une chasse aux monstres et à tout ce qui n'était pas tout à fait conventionnel. Pas normal. Différent. On les surveillait de partout, et il fallait croire que dans ce royaume, chaque citoyen était devenu un potentiel espion œuvrant pour cette grandiose quête. Dans quel endroit étrange étais-je tombé ?

Je haïssais cet homme, sa moustache brune, ses yeux trop petits et trop enfoncés dans leurs orbites, je haïssais son regard cupide et son chapeau marron, ses chaussures trop propres et ses habits aux tissus passés par le temps. Tout. Je haïssais absolument tout chez lui.

Je ne put retenir mon coup. Mon poing se retrouva à là où était son nez une seconde plus tôt. Sous le choc, il tomba au sol, juste à côté de Poledra. Il releva la tête, le nez en sang, pour la dévisager avec effroi.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Poledra le Mer 22 Juil 2015 - 18:02

La crise d'épilepsie cessa aussi soudainement qu'elle s'était produite. Les yeux de Poledra roulèrent et reprirent leur place. Elle était épuisée, éreintée et certains de ses muscles étaient endoloris. Elle tenta de faire le point. D'une, elle était trempée et au sol. Elle tenta de se relever, mais n'y parvint pas. Au-dessus d'elle, Müss faisait face à un Humain aux petits yeux de porc stupide et cupide, qui lui tendait une bourse de pièces. Ses vêtements étaient vieux, mais ses chaussures ne l'étaient pas. La femme aux cheveux blancs entendit la fin de sa phrase : il demandait à Müss d'où provenait Poledra. La réaction de la femme fut équivoque : elle lui envoya son poing dans le visage. Le nez éclaté, l'Humain tomba au sol, avant de regarder avec effroi celle qui venait de le frapper.

Le Centaure menaçait l'Humain quand il remarqua la jeune femme au sol. Elle levait péniblement un bras et il l'aida à se relever. Poledra s'accrocha désespérément à lui, lui passant un bras autour de la taille pour assurer son équilibre. De ses yeux à demi-vitreux, elle tentait de comprendre ce qu'il se passait. Elle se rendit compte que sa bouche était entrouverte et qu'un fin filet de bave en tombait.

"Que... Qu'est-ce qu'il se passe, ici ?"

L'Humain se retourna vers elle et vociféra, l'air furieux d'avoir été humilié, non seulement par une femme, mais aussi par un Centaure. Il pointa du doigt la jeune femme, le visage rougeoyant de colère.

"Toi, femelle ! Sorcière ! Tu finiras sur les bûchers !"

Sa voix était partie dans les aigües et il partit dans la foule des curieux. Poledra luttait de toutes ses forces pour ne pas s'endormir sur place et s'accrochait au Centaure, se sentant aussi faible qu'une enfant, ne comprenant pas ce qu'il venait de se passer, n'ayant aucune mémoire de ce qui était arrivé entre son instant de panique et son éveil au sol.

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Yawldaec le Dim 26 Juil 2015 - 11:36

La femme aux cheveux corbeau laissa le Centaure faire, et bien vite, l'homme témoin de la scène la prit à parti, lui posant des questions sur la prétendue « sorcière » en agitant une petite bourse remplie de plusieurs pièces. Yawldaec ne maîtrisait pas encore bien les fondements de la culture humaine, par exemple l'utilité de la monnaie, mais il avait déjà pu voir que tous les Humains cherchaient à amasser le plus de monnaie. Alors pourquoi cet homme agitait-il de la monnaie devant la femme aux cheveux corbeau ? Etait-il prêt à lui en donner ? Pourquoi ? Pourquoi lui donner de la monnaie ? Il y avait encore beaucoup de choses floues voire opaques pour Yawldaec dans la culture des Humains.

Il vit les yeux de la femme aux cheveux blancs s'entrouvrir faiblement. Ses spasmes s'étaient arrêtés et elle ne bavait plus. Bien, sa crise était finie. Elasgol avait entendu la prière de Yawldaec. Grâce soit louée au Dieu-Gardien.
Seulement, le Centaure fut sensible aussi à l'agacement de l'autre femme face à l'insistance de ce crétin d'homme qui traitait encore de Démon et de sorcière celle qui venait de faire son étrange crise. Le sang du mâle Centaure s'échauffa vite, d'autant plus facilement que la situation le rendait stressé depuis l'incident dans la taverne. Il allongea proprement la femme aux cheveux blancs au sol, et se tourna vers l'homme en piaffant d'un air menaçant, échappant même un grondement équin.

Il sursauta presque quand la femme aux cheveux corbeau alla encore plus loin en écrasant un poing sur le nez de l'homme. C'était mérité. L'homme perdit l'équilibre, sonné par la douleur, mais se releva en se tenant son nez en sang. Il vit que la femme aux cheveux blancs avait repris conscience, et l'insulta encore une fois de sorcière. Yawldaec vint se cabrer juste devant lui, agitant ses sabots à hauteur de son visage, et hennit carrément. L'homme, comprenant la menace du Centaure sauvage, fuit. C'était déjà la deuxième fois que le Centaure lui lançait une menace, il savait donc que s'il restait là, ce ne serait pas une femme mais un mâle Centaure qui le frapperait, et ce serait autre chose.

Yawldaec se retourna vers la femme aux cheveux blancs en agitant la queue de façon saccadée. La femme tendit le bras, et le mâle se pencha pour l'attraper et le tirer, aidant ainsi la femme à se mettre debout. Cette dernière, sans force, enlaça le torse du Centaure et se reposa contre lui.
Yawldaec se pencha encore, mais pour placer la femme sur sa gauche et lui attraper le poignet droit en faisant passer le bras derrière sa nuque. Ce n'était pas pratique de devoir se pencher à ce point. Quand il passait le bras d'un Centaure derrière sa nuque, au moins il pouvait resté dressé debout. Et encore, cette femme Humaine faisait la taille d'un homme, mais elle restait petite pour le beau Centaure sauvage qu'était Yawldaec et ses deux mètres trente-six – il était donc lui-même grand pour sa race. Il s'adressa à la femme aux cheveux corbeau :

YAWLDAEC – Connaissez-vous un endroit où la mettre au calme ?

•————————————•

Yawldaec, à cheval entre deux mondes...
avatar
Yawldaec
Champion
Champion

Race : Centaure
Classe : Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Müss le Mar 28 Juil 2015 - 9:45

Le centaure menaça l'homme à son tour, si bien qu'il finit par s'enfuir en insultant Poledra. Cette dernière avait repris ses esprits et, aidée par le mâle, se relevait avec difficulté. Au final, ce dernier prenait la situation en main. Je les observais s'éloigner quand le centaure me demanda si je connaissais un lieu calme où l'emmener. Je ne connaissais pas cette ville, je venais d'y arriver. Il ne me vint pas grand chose en tête. Nous venions de supprimer nos chances de passer la nuit à l'auberge devant laquelle nous nous trouvions. Chercher un guérisseur était inutile puisque Poledra avait l'air d'aller mieux. Aller dans une autre auberge ne me semblait pas être une bonne idée, mais je n'en avais pas d'autre. Plusieurs personnes venaient de la traiter de sorcière, et, dans une ville où on les chassait si farouchement, il aurait mieux valu ne pas aller dans un lieu trop fréquenté. En lançant un coup d'œil à la ronde, je remarquai que certaines personnes continuaient à nous observer de loin, avec méfiance. Il fallait s'éloigner d'ici. "Je ne connais pas cette ville, mais on peut chercher une autre auberge, attendez-moi...", dis-je avec hésitation.

Dans un souffle, je disparu. A l'aise dans mon élément, j'avançais avec la discrétion d'un vampire flottant dans une nuit sans lune. J'interrogeais une personne au hasard. L'humain sursauta en me remarquant à ses côtés, puis m'indiqua la route à suivre.

Je revins ensuite près du centaure et de Poledra pour leur montrer le chemin du doigt.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Poledra le Dim 2 Aoû 2015 - 23:10

Poledra clignait des yeux en essayant de comprendre ce qu'il se passait. Elle avait paniqué, c'était sûr... Ensuite, rien. Le néant, jusqu'à son réveil, où cet étrange homme parlait à Müss et au Centaure, agitant une bourse, avant de finir par partir en promettant à l'Argilite de finir au bûcher. Pourquoi ? Et maintenant, ses deux "compagnons" parlaient de la mettre quelque part, au calme, sans doute pour qu'elle se repose ? Il était vrai qu'elle était épuisée, sans savoir pourquoi. Elle avait de la bave sur sa bouche à son "réveil" et elle s'était éveillée au sol. Müss s'était absentée et avait apparemment trouvé une auberge dans laquelle Poledra pourrait se reposer. Et pourquoi il y avait tant de personnes qui la regardaient ? Elle ne comprenait pas.

"Une auberge ne me semble pas le meilleur endroit pour la mettre au calme." répliqua le Centaure.
L'Argilite était d'accord et le fit savoir en hochant doucement la tête. Toujours se tenant au Centaure, elle réfléchit, essayant de se souvenir des plans de la ville, y étant allé à quelques reprises... Une quarantaine d'années plus tôt.

"Les... Les Jardins du Temple d'Elasgol... Ils sont calmes et bien des gens s'y rendent en quête de quiétude... Du moins, à mon époque."

Ses deux compagnons acquiescèrent et, lentement, se mirent en route en direction des jardins du Dieu de la Quiétude.
Ils étaient peu fréquentés en ce début de soirée et la jeune femme s'affala sur un banc, pratiquement désarticulée, comme une poupée de chiffon abandonnée dans un coin. Se passant la main dans les cheveux, elle cherchait quelque chose à dire.
Autour d'eux, quelques priants ou visiteurs s'asseyaient sur les bancs de pierre, traversaient le jardin ou bien, comme le couple qu'elle aperçut du coin de l'oeil, se cachaient quelques instants pour s'embrasser. Cette scène noua la gorge de Poledra, qui se souvint des moments ainsi partagés avec son... Son feu époux.
Elle avala une goulée d'air en refoulant les larmes qui perlaient à ses yeux, avant de se tourner vers Müss.

"Je ne sais plus où j'en suis... Pourriez-vous m'aider ? Qui est le roi d'Estandre ? Qui êtes-vous ?"

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Yawldaec le Mer 12 Aoû 2015 - 8:46

La femme lança un coup d'œil à la ronde, imitée par Yawldaec : d'autres badauds, se tenant à l'écart, les jugeaient de loin. Cela ne fut pas pour atténuer le stress du Centaure. Et encore, il ne réalisait pas vraiment qu'en restant là, d'autres gardes finiraient par être attirés par cet attroupement et accuser les deux femmes et le Centaure de faire encore du grabuge. Peut-être même le trio serait-il prié de quitter la ville. S'il avait dû penser à cela, Yawldaec aurait été encore plus anxieux. Il voulait que les choses se calment. Il n'était même pas allé au bout de ce que Debelont lui avait demandé de faire dans la taverne. Maintenant, ces deux femmes étaient devenues sa chance de ne pas se faire capturer par n'importe quel esclavagiste. Il espérait qu'elles ne décideraient pas d'aller n'importe où, maintenant qu'il avait besoin de rester avec elles.

MUSS – Je ne connais pas cette ville, mais on peut chercher une autre auberge, attendez-moi...

Il ne voulait pas d'une idée comme ça, par exemple... Aller dans une autre taverne, c'est précisément ce que Yawldaec voulait éviter ! Ils engendreraient le même grabuge. Yawldaec ne voulait pas se faire encore insulter et il ne voulait pas que la femme aux cheveux blancs fassent une seconde crise de spasmophilie.
Par réflexe, il posa justement les yeux sur la femme toujours enlacée à sa jonction, et quand il voulut émettre une objection à l'idée de l'autre femme, cette dernière avait déjà disparu. Stupéfiant.

Heureusement, elle ne mit pas plus de quelques petits instants à revenir. Elle pointa du doigt la direction d'une auberge.

YAWLDAEC – Une auberge ne me semble pas le meilleur endroit pour la mettre au calme.

C'était même typiquement le genre d'endroits où ils ne seraient pas au calme. Le problème, c'est que Yawldaec n'avait aucune alternative à proposer puisque les villes n'étaient pas son habitat.

POLEDRA – Les... Les Jardins du Temple d'Elasgol... Ils sont calmes et bien des gens s'y rendent en quête de quiétude. Du moins, à mon époque...

Elle voulait dire : il y a quarante ans ? Peu importe, l'idée plaisait beaucoup plus à Yawldaec que celle d'entrer dans une auberge. Elasgol... Yawldaec venait de lui adresser une prière et cela avait soulagé la crise de la femme aux cheveux blancs. Le trio suivit donc cette idée.

Yawldaec soutint la femme, Poledra de son nom, pendant la marche, se laissant orienter par elle qui connaissait la direction à prendre. Ils arrivèrent effectivement devant un temple dédié au culte d'Elasgol, et des jardins étaient aménagés autour. Il y avait quelques arbres, quelques fontaines aussi, avec un tout petit cours d'eau artificiel qui cheminait. Bien sûr, quelques statues représentaient le dieu. Yawldaec était surpris de trouver un tel espace vert en pleine ville, mais le temple d'Elasgol était excentré et l'on voyait l'enveloppe verte d'Onor depuis les jardins du temple.

Poledra s'affala sur un banc. Yawldaec s'écarta de quelques pas des deux femmes, ferma les yeux et inspira un grand coup. Il agitait toujours la queue, mais cet endroit lui semblait propice à la détente et au recueillement. Il allait pouvoir évacuer son stress ici.
Son oreille s'orienta vers Poledra quand cette dernière entama la conversation avec la femme aux cheveux corbeau. Le Centaure se rapprocha lentement d'elles, sa queue était moins agitée.

•————————————•

Yawldaec, à cheval entre deux mondes...
avatar
Yawldaec
Champion
Champion

Race : Centaure
Classe : Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Müss le Ven 14 Aoû 2015 - 10:37

Le centaure répliqua : « Une auberge ne me semble pas le meilleur endroit pour la mettre au calme ». Poledra proposa d’aller aux jardins du Temple d’Elasgol. Guidés par la femme aux cheveux blancs, nous nous mimes donc en route vers ce lieu dédié au dieu songeur.

Un petit muret entourait les jardins, mais c’était les grands arbres qui l’isolaient de la ville. En y entrant, j’eus l’impression de ne plus être à Astune, mais dans un coin reculé du monde humain. Les bruits et les odeurs y étaient différents. Le vent faisait chanter les feuilles, les oiseaux de la nuit poussaient par moment quelques cris, et l’odeur de sève, de terre et d’herbe humide montait dans l’air. Des limaces et des escargots avaient laissé de longs traits de bave qui brillaient à la lumière de la lune. Très à propos pour un lieu dédié à Elasgol.

Poledra se mit à parler, me coupant dans mes pensées bucoliques. « Je ne sais plus où j'en suis... Pourriez-vous m'aider ? Qui est le roi d'Estandre ? Qui êtes-vous ? ». Ses questions en amenaient bien d’autres, mais je commençais par lui répondre : « Le roi d’Estandre c’est Mobiar Ier. Mais je ne sais pas grand-chose de plus, je ne suis pas d’ici. J’ai grandi dans un petit village perdu quelque part dans le royaume de Telbara. Là bas, je travaillais les champs, puis j’ai été cuisinière dans une taverne. Maintenant je voyage ». A la recherche de vampire, mais ça, il était inutile de le préciser.

Je la regardais. Allongée sur le banc de pierre, ses cheveux argentés formaient une auréole autour de son visage rongé par la tristesse. Elle avait dit quarante ans. C'était bizarre, je ne lui en aurait même pas donné trente... Elle glissa ses doigts entre ses cheveux, et les rayons de la lune se mirent à y danser. De la même façon qu'ils le faisaient, jadis, dans ceux d'un certain arachnéen. Dire que j'étais venue jusqu'ici pour oublier tout ça. Méphiti devait jouer avec moi. Je me re-concentrai sur le présent et glissai mes yeux dans ceux de Poledra. « Par contre, je n’ai pas bien compris… le baron d’Astune est à l’origine de la mort de tes parents c’est ça ? Pourquoi ? Et pourquoi revenir ici après tant d'années ? », lui demandai-je.

Le centaure quand à lui semblait s’être calmé. A sa droite se trouvait une statue de pierre représentant l’habituelle limace sur sa feuille. Il s’approcha de nous. Je l'observais quelques secondes avant de l'interroger : « Et tu… heu… vous-êtes ? ».

Il faut dire qu’un centaure libre (et agité) en pleine ville Estanole, cela ne galope pas les rues.

•————————————•
avatar
Müss
Elite
Elite

Race : Vampire
Classe : Maître des lames

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Poledra le Ven 14 Aoû 2015 - 17:30

La femme à la peau froide expliqua à Poledra que le Roi était Mobiar, Ier du nom. Cela ne disait rien à l'Argilite. A son époque, le Roi se nommait Aervan IV et était monté sur le trône une quinzaine d'année avant l'attaque sur la communauté. Son fils aîné se nommait aussi Aervan et était destiné à devenir le cinquième du nom, mais... L'héritier présomptif du trône avait à peine une dizaine d'années à l'époque... Müss expliqua qu'elle n'en savait pas plus, étant d'origine telbarane.
Poledra se passa les doigts dans les cheveux. De sa main libre, elle égrenait son petit chapelet de bois, priant intérieurement Elasgol de l'aider à se calmer alors qu'elle déroulait dans sa tête le fil des événements. Son interlocutrice lui demanda pourquoi le père du baron actuel avait massacré les siens et pourquoi elle revenait ici après tout ce temps, avant de se tourner vers le Centaure et de lui demander qui il était. Ce dernier répondit :

"Mon nom est Yawldaec."

Poledra se redressa légèrement, en essayant de trouver ses mots. Elle se passa la main sur son annulaire gauche, regrettant d'y sentir la présence de l'anneau que lui avait offert son époux, des décénnies auparavant, à l'occasion de son mariage. Elle ne le portait pas lors de ses travaux et donc, durant l'attaque, et il était à parier qu'il avait été volé par un des soudards.
Elle serra ses doigts sur son annulaire, souhaitant pratiquement l'arracher. Enfin, elle soupira et répondit, avec la voix basse pour n'être entendue que de ses deux interlocuteurs seulement :

"Voilà... Je viens d'une petite communauté recluse, pratiquant, en secret, certains arts secrets. cela a finit par se savoir et le baron de l'époque, apprenant cela, monta une armée et donna l'assaut. Il tua mes enfants, mon époux, mes proches... Quand à moi... Je fus transformé en un golem d'argile par un sort et fut... Dispersée durant la bataille. Le temps que l'argile se reforme et me redonne ma forme humaine, j'avais sombré dans l'inconscience et près d'une quarantaine d'année avait passé. Je... Je voulais me venger... Juste permettre aux miens de reposer en paix..."

Elle passa les bras autour du cou de Müss et l'enlaça longuement, cherchant ainsi un certain réconfort. C'était un geste qu'elle appréciait autrefois, qui la rassurait, lui donnait une impression de sûreté.

•————————————•
Poledra aux cheveux argentés
avatar
Poledra
Elite
Elite

Race : Argilite
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Yawldaec le Sam 15 Aoû 2015 - 10:16

Yawldaec écouta la conversation dans un but : en apprendre plus sur les Humains et avoir de meilleures capacités d'intégration. Il ne comprendrait jamais complètement cette race, et n'adhèrerait jamais à plusieurs éléments de son mode de vie et de sa culture ; mais mieux la connaître, c'est être mieux capable de s'intégrer à elle.
Le Roi d'Estandre était Mobiar Ier. Yawldaec avait déjà entendu ce nom du temps où il avait exercé la fonction de soldat à Fort Hybride, mais il aurait été incapable de le ressortir si on lui avait posé la question. La femme aux cheveux corbeau ne sut en dire plus, expliquant qu'elle n'était pas originaire de ce pays, mais du Royaume de Telbara. Elle voyageait, dit-elle.

En retour, elle interrogea Poledra sur son vécu avec le baron d'Astune. Yawldaec prêta une oreille plus attentive, de curiosité, car il voulait comprendre comment cette Humaine avait pu parler d'un événement datant de quarante ans alors qu'elle ne paraissait pas si vieille pour une Humaine. Poledra mit longtemps à chercher ses mots, si bien que la femme aux cheveux corbeau profita de cet instant pour demander à Yawldaec :

MUSS – Et tu... euh... vous êtes ?

Il est vrai qu'elle s'était subitement mise à tutoyer Poledra, mais n'osa pas cette marque de familiarité avec le Centaure. En centaurique, il y avait un équivalent au vouvoiement ; et de toute manière, Yawldaec avait certes un accent à couper au couteau quand il parlait en langue commune, mais tout ce temps passé au contact des Humains lui avait donné une maîtrise suffisamment solide de la langue pour être parfaitement au point sur les nuances entre le vouvoiement et le tutoiement.

YAWLDAEC – Mon nom est Yawldaec.

On ne lui demanda pas de parler de son histoire, aussi ne fit-il que se présenter le plus simplement du monde.
Enfin Poledra répondit à la femme, qui était au demeurant maintenant la seule à ne pas s'être présentée. Elle venait d'une petite communauté recluse qui pratiquait certains arts – magiques ? – en secret, mais cela avait fini par être su par le baron de l'époque, qui avait engagé des soldats à venir exterminer cette communauté. Poledra avait été transformée en golem d'argile par un sort. Pourquoi ? Elle ne le détailla pas. Une façon peut-être de lui faire subir des tourments, ce qui avait manifestement réussi. Elle avait été dispersée durant la bataille, et l'argile avait mis quarante ans à se reformer pour que le sort eût enfin pu prendre fin.

Les Centaures avaient beau avoir une espérance de vie cinq fois supérieure à celle des Humains, Yawldaec avait grand-peine à imaginer ce que cela pouvait faire d'être inconscient pendant quarante ans. Ce devait être un traumatisme incroyable. Poledra se réconforta en enlaçant l'autre femme.

YAWLDAEC – Je ne sais imaginer ce que ce doit être de rester inconscient pendant quarante ans. Je suis désolé pour votre famille.

Yawldaec posa ensuite ses yeux sombres, ses yeux de cheval, sur la femme aux cheveux corbeau. Il était l'un des seuls Centaures d'Orcande à ne pas avoir des yeux humains mais des yeux de cheval, ce qui lui conférait un regard vraiment particulier mais qui s'accordait avec le teint de sa peau, qui était le même que celui de la robe d'un cheval bai. Yawldaec portait même une liste blanche en losange partant du haut de son front jusqu'à l'arête haute de son nez épais et plat aux narines presque aussi larges que des naseaux. Ce n'était pas tout : sa peau prenait même une teinte noire autour de ses yeux, de ses “naseaux” et de sa bouche, tout comme le bout du museau d'un cheval bai. Plus que chez n'importe quel autre Centaure, la partie humaine de son corps se rapprochait du cheval, car il en avait même la couleur de peau, ce qui ne marquait aucun contraste entre son torse humain et son vrai corps de cheval, et il en avait même les yeux. Cela participait à cette aura si sauvage et bestiale dégagée par le mâle Centaure ; et que dire de son odeur, forte et si chevaline, musquée et rappelant les bois et les forêts.

YAWLDAEC – Et vous, quel est votre nom ?

•————————————•

Yawldaec, à cheval entre deux mondes...
avatar
Yawldaec
Champion
Champion

Race : Centaure
Classe : Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vengeance est un plat glacial

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum