Un sujet écailleux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un sujet écailleux

Message  Schizae le Mer 13 Mai 2015 - 0:03

Au centre du continent, dans la Vallée des Rois, un dragon se pose. Une jeune humaine, l'air en colère, saute du dos de la bête pour atterrir au sol.

SCHIZÆ - Pourquoi atterrir ici, il n'y a rien d'autre que quelques tanières d'halfelin et de l'herbe à perte de vue ! Où sommes nous ? Dans le centre historique ? A la vallée des Rois ? On baigne dans la crotte de gnome et la bave de gupile, regarde ça !

La fille désigne ses bottes pleines de terre et la matière visqueuse scintillant sur les longues herbes. Le dragon lui lance un regard agacé.

SCHIZÆ - Quoi ? Pourquoi me regardes-tu ainsi, Dragon ? Ne me dis pas encore une fois que je ne dois pas parler de la sorte. (elle prend un ton précieux : ) "Schizæ, tu fais honte à tes ancêtres ! ", mais qui, de feu-tous-mes-ancêtres ou de moi, devrait éprouver le plus de honte ? Tu sais très bien qu'ils sont morts en traitres. Quelle éducation n'ai je pas reçu !

De longues minutes se succèdent tandis que l'humaine et le dragon regardent chacun dans deux directions opposées.

SCHIZÆ -  Et tes ancêtres à toi ? C'est pour les retrouver que vous nous a abandonnées ? Les as-tu rencontrés ? (un temps) Pourquoi fais-tu cette tête, cela te vexe ? Ou serais-tu attristé ? Eux aussi sont morts ? Comme... Shelzæ ? Oh d'ailleurs, te souviens-tu d'elle ? Tu sais, celle que vous avez tuée.
DRAGON - Personne n'a tué Shelzæ.
SCHIZÆ - Et vous n'avez rien à voir avec sa mort, toi et ton jumeau ? (un temps) Pourquoi ne réponds-tu pas ? Tu sais très bien qu'elle s'est jetée de la Tour du Veuf deux jours après votre disparition. (un temps) Tu continues à jouer les dragons muets. Comme toujours... Elle était la seule à savoir que vous parliez. Et tu l'as abandonnée.

L'humaine recule de quelques pas en continuant à fixer le dragon.

SCHIZÆ - Le jour de ma naissance tu as essayé de me bruler vivante. Ensuite vous vous enfuyez, provoquant le suicide de ma jumelle puis le renversement des miens. Te venges-tu pour ce que Vallya et mon père vous ont fait endurer ? Alors sois satisfait : ils sont tous morts après avoir subi bien pire. Mais tu as fait une erreur en me sauvant moi : je ne suis pas ma douce et gentille sœur. Je ne suis pas emplie d'empathie pour les animaux, mais juste pour les morts.
DRAGON - Tu n'as aucune empathie pour les morts, tu les profanes.
SCHIZÆ - Et pourquoi d'après toi ? Sais-tu depuis quand je fais joujou avec eux ? Qui aurais-je bien pu vouloir ressusciter à ce point ? Ah ça y est, j'ai réussi à capter ton attention on dirait. Il n'y a donc qu'elle qui t'intéresse ? Et bien saches que j'ai réussi à la faire revivre. Ou du moins son corps. Mais même s'il bougeait, il a finit par pourrir. Alors j'ai cherché son âme. Il m'a fallu des années pour parvenir à la repérer. Elle m'attendait. Elle n'avait pas pu trouver la paix. (un temps) Quoi ? Ne joue pas les âmes sensibles. Jamais je ne l'ai abandonné, moi. Je l'aimais bien plus que toi, c'est pour ça que je l'ai tant cherchée.
DRAGON - Qu'a-t-elle dit ?
SCHIZÆ - Qu'elle vous haïssait !
DRAGON - (il baisse la tête, comme attristé) Schizæ... Ce n'est pas ta sœur que je suis venu sauver, c'est toi.
SCHIZÆ - (murmure pour elle même : ) Tu es arrivé trop tard.
DRAGON - Nous sommes liés.
SCHIZÆ - Par le feu et le sang (elle montre son bras brulé), j'ai toujours vu cette marque comme une malédiction. Si tu n'étais pas né à mes côtés, personne ne m'aurait surnommée "le petit-rôti", mes parents n'auraient pas pu trahir leur royaume, et je serais déjà promise à un garçon de bonne famille.
DRAGON - Tu n'as jamais été vouée à cela Schizæ. Et ce n'est pas ce que tu veux.
SCHIZÆ - Oh vraiment ! Et que veux-je ?
DRAGON - Nous nous reverrons quand tu le sauras.

Et il s'envole.

SCHIZÆ - HÉ ! Ne me laisse pas comme ça ! Je ne sais même pas où je suis ! Attends moi !

La jeune humaine court dans l'ombre du dragon qui finit par la dépasser puis disparaître. A court de souffle, elle finit par s'arrêter. Elle reste de longues secondes debout à observer le ciel. Au bout d'une éternité, elle finit par contempler le paysage dans lequel elle se trouve et choisit de se diriger vers le Sud-Est. Sans le savoir, elle avance vers Luvet.

Cela fait une dizaine de minutes qu'elle marche, et tout à coup elle se retourne et scrute l'horizon.

SCHIZÆ - Qui est là ? Montrez-vous !

•————————————•


avatar
Schizae
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Artanis le Jeu 14 Mai 2015 - 16:38

Une magnifique fin de matinée dans la plaine des rois, D'où était Artanis l'on ne pouvait déjà  plus discerner que les pics des montagnes dominantes tant la proximité avec la forêt des rois s'était faite depuis la veille. "Le voyage de retour", comme il l’appelait, avait été jusque la dénué d'intérêt mais au moins moins éreintant et moins pénible que l'aller. Enfin habitué aux longues marches, solidement équipé pour le voyage, ou du moins plus objectivement "relativement bien", Artanis allongeait le pas a environs un kilomètre de la lisière de la forêt et regardant le ciel, l'herbe battue par le vent, bref, en rêvassant gaiement, ce qui n'était pas a son habitude. S'étant laisser prendre par la douceur du climat et tous ses problèmes étant parti loin, loin d'ailleurs était également ses préoccupations puisqu'elle ne reprendrait l'emprise de son esprit qu'a la prochaine ville, Luvet.

Inspirant profondément, fermant les yeux, il eu une pensée pour ces moments de paix, tout autres que la dernière fois qu'ils avait foulé ses lieux. Bête qu'il se sentait de n'avoir pas su voir la beauté de l'endroit il s'imposa a l'avenir de savoir regarder au delà des apparences, et faire fit de ses premières impressions souvent portées sans le recul approprié. Il savait la route encore longue mais au fond de lui il aurais souhaité rester ainsi, entre deux lieux, sans attaches, une âme errante. Mais une âme plus libre que jamais, libre de profiter de ce que ce monde avait a offrir de plus beau, ses canopées a midi telles des cathédrales, l'odeur de la rosée encore en train de disparaître, ses ciels d'azur parcouru d'oiseaux chantants, ses montagnes mystérieuses et ses plaines inspirant la liberté a quiconque les embrasserait du regard avant d'en fouler le premier pas, ses dragon aussi … ses ...DRAGON !? Artanis se campa sur ses positions, plissa les yeux, plus sur de ce qu'il avait vu, se plongea dans ses pensées en soupirant profondément :


*Un dragon qui s'élève de cette forêt … oui, y a pas moyens il faut toujours que le destin s'en mêle... un signe que je ne suis pas fait pour ce genre de pensées...ce genre de vie …suis-je condamné a ce destin si morne ….mais en même temps ...un dragon ! Il faut que j'y aille ...*

Et son regard se fit plus profond, et ses arcades se joignirent, de ses mains naquirent des poings, et d'un pas endiablé il prit la directions du dragon. Ce dernier échappa bientôt a sa vu dès qu'il eu rejoins la lisière de la forêt, alors il décida de voir d'où il avait décollé pour commencer la traque et se rendit également compte de son erreur de jugement car il semblait avoir atterrit en lisière de forêt, qui lui paraissait d'un coup beaucoup plus magistrale. Encore quelques pas et le voilà devant un sorte de clairière, du moins ce qui l'en voyait, s'étant quelques peut empêtré dans les taillis dans son empressement, et de cette clairière jailli une voix, une voix aiguë, d'un soupçon d'innocence mais surtout pleine d’assurance :

- Qui est là ? Montrez-vous !

*Feu ? Non non voyons on va tout faire cramer et faire fuir cette personne qui aura peut être vu ou est parti le dragon … aller... le pied ici, la mains la et … *

-AIE ! Euh oui ! Une minute ! Ne partez pas !


Puis enfin s'extirpant des doigts crochus de la broussaille en friche bordant le lieux, Artanis surgi d'un bond et se figea a la vue de son interlocutrice, a peine âgée d'une dizaine d'année a vue d’œil.

*Non attend... une fillette toute seule dans la foret... est-ce que le dragon l'aurait pas...non...non trop de coïncidence … on se détend  … la mine calme, accueillante, et … *

-Excusez moi mademoiselle de vous avoir fait peur, je ne suis qu'un voyageur en route pour Luvet … je me nomme Artanis, la route est longue et, pour être honnête peut sure pour une personne de votre.... comme vous. Vous semblez emprunter le même chemin que moi, accepteriez vous ma compagnie pour le voyage ?
avatar
Artanis
Novice
Novice

Race : Homme-Lézard
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Schizae le Jeu 14 Mai 2015 - 17:58

ARTANIS - AIE ! Euh oui ! Une minute ! Ne partez pas !

Un Séladien apparaît d'un bond devant la fillette et se fige en la découvrant.

ARTANIS - Excusez moi mademoiselle de vous avoir fait peur, je ne suis qu'un voyageur en route pour Luvet … je me nomme Artanis.
SCHIZÆ - Et vous avez des écailles bleues sur tout le corps...
ARTANIS - La route est longue et, pour être honnête peu sure pour une personne de votre.... comme vous. Vous semblez emprunter le même chemin que moi, accepteriez vous ma compagnie pour le voyage ?
SCHIZÆ - Ne pensez vous pas qu'une "personne comme moi" devrait se sentir plus en sureté seule qu'avec une personne de votre... comme vous ! Mais je vous pardonne votre erreur car il est vrai que, me voyant vêtue de la sorte, vous ne pouviez deviner qui je suis.

D'un geste elle désigne ses habits sales, brulés et déchirés par endroit.

SCHIZÆ -  Je me nomme Schizæ, je suis la survivante de Triant, sœur du dragon que vous avez dû apercevoir en arrivant. Il est fort possible que les gens comme vous n'entendent pas parler des gens comme moi, cependant sachez que le roi ne saurait tolérer une atteinte à ma personne. Sans parler du fait que je suis tout à fait capable de me défendre seule et que mon frère veille sur moi.

L'humaine lève un doigt en désignant la direction vers laquelle le dragon s'en est allé, puis elle dévisage son interlocuteur de haut en bas.

SCHIZÆ - Sauriez vous où nous sommes ? Je dois me rendre à Tacomnal pour parler au roi. Est ce que ce heu... "Luvet", dont vous avez parlé, se trouve sur la route pour s'y rendre ? Et sauriez vous s'il s'y trouve là bas des personnes en lien avec le roi ? Ou juste un comte, un duc, ou je ne sais quel autre noble qui pourrait m'aider à le contacter ?

Elle croise les bras sur sa poitrine et attend un instant.

SCHIZÆ - Bon... heu... Bien. En fait, je vous accorde que je suis quelque peu perdue et que la compagnie d'une personne connaissant le chemin jusqu'à la ville ne serait pas de refus.

•————————————•


avatar
Schizae
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Artanis le Ven 15 Mai 2015 - 4:59

Devant l'assurance de la jeune fille, Artanis ne put empêcher son arcade de se soulever et du se faire violence pour réprimer un pouffement. D'abord observant plus attentivement la situation une première idée lui vint a l'esprit, ses yeux allant de son interlocutrice a une zone fictive perdue a côté de lui :

*Perdue dans le trou du monde et elle fanfaronne sur son titre...n'as-t-elle jamais rencontrer de vrais bandits ? Je la kidnappe ? Non non ...ce n'est vraiment pas moi je ne pourrais plus me regarder … *

Puis s'avançant lentement vers elle et lui tendant la mains il continua sur son ton amical mais courtois qu'il ne put faire sans y ajouter une pointe sarcastique :


-Eh bien princesse marché conclut ! Je vous accompagne jusqu'à Luvet, je vous indique la route a suivre pour Tacomal, je ne sais si vous trouverez ce que vous chercher la bas, mais vous ne trouverez aucuns noble ici si profondément dans les terres, en échange tenez moi compagnie et … parlez moi un peut de ce dragon que vous connaissez …

*Ok on va la jouer inoffensif … elle a l'air gentille, mais son numéro de princesse va me peser sur le système si elle continue a faire sa fine avec moi … aller on se détend... au moins on aura quelqu'un a qui parler ...et pour le dragon ...ouai ...c'est mort *


Le Sélacien ne put empêcher un long soupir alors que la jeune file prenait sa main et s’apprêtait a lui répondre, ce pour quoi il s'empressa de couper, gêner :


-Oh ce n'est pas pour vous, j'ai la fâcheuse habitude a me perdre dans mes pensées et je me rappelait justement une déception passée... qui prend fin a notre rencontre bien sur, continuez je vous en prie vous alliez dire … ?

Artanis força un léger sourire, et les premiers pas d'une longue marche furent posés, tout comme les premiers mots d'une longue conversation. Le soleil s'élevait alors lentement a son zénith, le vent ballayant la plaine se calmait doucement et la marche ne s'en fut que plus agréable, au dépend de nos deux voyageurs.

•————————————•
Je frappe depuis les ombres
Fiche d'Artanis
avatar
Artanis
Novice
Novice

Race : Homme-Lézard
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Schizae le Ven 15 Mai 2015 - 23:47

La jeune fille pouffe en entendant la réponse du Séladien

SCHIZÆ – Oh, je ne suis pas une princesse, juste une Baronne Estanole !

Elle s’approche d’Artanis et lui attrape la main en le dévisageant étrangement. Celui-ci pousse un long soupir.

ARTANIS - Oh ce n'est pas pour vous, j'ai la fâcheuse habitude à me perdre dans mes pensées et je me rappelais justement une déception passée... qui prend fin a notre rencontre bien sur, continuez je vous en prie vous alliez dire … ?
SCHIZÆ – J’allais parler de ma famille. Et du dragon, puisque vous semblez vous y intéresser. Il est né en même temps que moi et nous sommes liés, c’est pour ça qu’il m’a sauvée quand nous étions attaqués. Avec ma sœur jumelle nous allions souvent le voir, lui et son frère. Ce dernier a les écailles de la même couleur que les vôtres et il était gentil avec elle, alors elle l’aimait bien, et quand il est parti, elle a sauté d’une tour et elle est morte. L’autre est noir, vous l’avez vu, mais même s’il m’a sauvée quand nous étions attaqués, il n’est pas très gentil. Ah, oui, parce que je ne vous avais pas dit qu'après leur départ, ma famille a été décimée par les Estanols car nous avions décidé de servir le roi de Tacomnal. C’est pour cela que je dois le voir à présent. Maman… heu, je veux dire ma défunte mère, disait que les rois étaient charitables et justes.

La fillette hésite un instant, puis reprend.

SCHIZÆ –  Je pense donc qu’il sera juste avec moi et me redonnera un titre. Les Hommes-lézards comme vous ont-ils quelques connaissances sur ce monde là ? Mon cousin Louain dit que vous n’êtes pas une espèce pensante. A Estandre, les autres races sont inférieures aux humains, mais quand je cherche à comprendre les raisons, on me dit que je suis agaçante. C’est la première fois que je vois un Homme-lézard en vrai, alors veuillez m’excuser si je me montre irrespectueuse, mais qu’en est-il vraiment ?

Elle se tait en attendant une réponse, puis reprend.

SCHIZÆ – Je ne veux pas vous importuner, mais il parait que je parle beaucoup. Cousin Louain disait qu’à notre naissance Shelzæ avait acquis beauté et gentillesse, ne me laissant qu’une langue bien pendue. Il n’était pas très gentil. D'ailleurs c’est sûrement pour cela que les dragons se sont enfuis. Il les dressait à la guerre et leur faisait beaucoup de mal. Et vous, vous a-t-on fait du mal ? Parce que chez moi les gens ne se montrent guère charitables avec ceux qui ne sont pas Humains. En plus vous avez l’air du genre à ne pas vous méfier du danger...

•————————————•


avatar
Schizae
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Artanis le Sam 16 Mai 2015 - 17:29


Le regard d'Artanis se perdit dans les profondeurs de la forêt un instant alors qu'ils pensait aux paroles de la jeune fille, puis lui offrant un regard presque paternel il lui répondit d'une voie qu'il essaya de faire la plus douce :

-On n'est "charitable et juste" qu'avec les personnes sur lesquels on a une emprise, sur lesquelles on exerce un pouvoir. Et pour exercer un pouvoir sur ces semblables il faut tout mettre en œuvre pour le garder, ainsi l'on est charitable et juste que si cela peut nous rapporter quelque chose, ne l'oublie pas ...princesse, car c'est ce que tu es, une petite fille, avec des droits, peut de devoirs, et qui pense d'abord a ses droit quand elle doit se présenter aux autres n'est-ce pas princesse ?

Haussant une arcade il termina sur un ton amusé avec le sourire en coin, avant de reprendre sur un ton qu'il fit plus dur, pédagogue :

-Moi, je n'ai jamais connu ma famille, lorsque j'avais ton age … et même bien après cela, durant toute mon enfance j'ai connu la souffrance, une souffrance due a des personnes qui, comme toi, pensait que leur rang leur donnait des droits sur moi, un "pouvoir" sur moi.

Soupirant profondément il ralentit un peut le pas avant de continuer :


-Je t'aime bien ...princesse ...et j'aime bien ce surnom ! Mais ne te méprend pas, tout comme chaque personnes foulant ce continent, je ne fait rien par pure charité, je t'accompagne car je m’ennuie sur les routes … et j'ai un intérêt ... tout particulier pour les dragons, toi tu m'accompagne car tu es perdue …


Artanis se raidi d'un coup, scruta la pénombre, qu'avait-il sentit tout a coup ? Il sentait bien quelque chose d'étrange en la petite fille mais sa il comptait bien en démêler les fils par sa conversation non, il y avait quelque chose d'anormal dans l'air tout d'un coup. Pourtant rien ne s'offrait a aucun de ses sens, juste un très mauvais pressentiment, aussi continua-t-il sur son ton alerte :

-...et tu devrais, toi, te méfier des apparences, je n'ai pas peur du danger car je n'ai pas a en avoir peur, je ne suis pas un homme lézard car je n'ai pas grandi parmi eux, je n'ai pas grandi parmi les hommes mais on m'as inculqué un bon nombre de leurs coutumes. J'ai été élevé par la nature, et j'en respecte tout ses habitants, toute vie, aussi je condamne les actions de ses nations esclavagistes et racistes. Je revient de Telbara, tu as comprit pourquoi maintenant, mais je n'y suis pas resté car j'ai en vue un système bien plus … efficace.

* * *

-T'es sur que c'est une bonne idée ?

-Mais oui face de pet … et c'est moi je le chef, c'est moi qui décide !

-Oui enfin bon un dragon …

-Un NID de dragon … vide maintenant …. et tu sais ce que l'on dit sur les nid de dragon ?

-Oui bon enfin piller les tombes c'est bien aussi … les morts ils vont pas se relever et nous carboniser …

-Ok … moi je te suis boss !


Un vent d'approbation s'en suivit, parcourant le petit groupe de six pilleurs venu dans la vallée dans l'espoir de faire un raid sur quelques trésors perdus.

-Messieurs... qui m'aime me suive …

-Oui on t'aime bien boss m'enfin en fait pas trop …


* * *

-... Ainsi je ne suis d'aucune nation, d'aucun peuple, mais tel que le monde des hommes est, j'en condamne chaque gouvernements. Je vais de villes en ville désormais, a la recherche d'une solution pour que plus jam...

-BON ! Chef ?! Ça va faire trois heures qu'on marche et toujours pas de … oh ! Mais qu'avons-nous la ?

-Une seigneur et sa petite... oh mais monseigneur on ne s’ennuie pas a ce que je vois, il fait froid la nuit et la couche est bien vide pendant le trajet eh ?

-mais non voyons comment veux-tu qu'une saleté d'homme-lézard comme ça possède de si beau effets...il les as volé, avec la petite

-Ah ! Mais oui suis-je bête … mais tu vas voir le siffleur, on va te montrer comment sa se fait un enlèvement … a moins que tu ne soit plus conscient quand on commencera avec la gamine !

-Aller...excite moi, tu as combien dans ta bourse ?

*les lézards n'ont pas la langue des serpent … deux espèces de reptiles complètement différents … la vache ...*


Soupirant profondément d’exaspération, laissant tomber son bagage au sol, posant deux doigts entre ses yeux pour se masser alors qu'ils intimait a Schizae :

-Reste en arrière princesse, laisse moi faire et refait toi donc ta coiffure …

S'avançant de quelques pas calculé le groupe de bandits commença a former, pouffant de rire encore du trait de leur camarade, un demi cercle alors qu'Artanis s'adressait a celui du milieux, probablement le chef, puisque possédant la plus grosse arme, une hallebarde en l’occurrence :

-Alors premièrement, je ne suis pas un seigneur, la petite fille l'es pas contre c'est pas de chance … mais vous allez voir à quel point vous vous êtes trompés sur les apparences... Ces vêtement sont a moi, je les ai mérités et vous...ne méritez pas même la vie, laissez moi vous montrer pourquoi j'ai reçu ses vêtements

Portant le creux d'une de ses mains à sa bouche il entama son incantation alors qu'en un éclair il pointa d'un doigt le premier bandit le plus a sa gauche aussitôt assaillit par un serpent de feu volant un instant dans les airs avant d’atterrir sur son visage. Hurlant de douleur le pauvre homme s’enflammait lentement alors que le serpent incandescent disparaissait dans ses vêtements. Hurlement rapidement suivit par ceux de celui qui reçu le petit oiseaux de flammes que le Selacien projeta a son visage.Ce dernier s'en remis néanmoins rapidement, s'étant relativement protégé, et chargea Artanis accompagné d'un de ses camarade plein d'ardeur. Le sorcier n'eut qu'a lever la main devant lui et les engouffra dans les flammes de son sort jaillissant de sa paume. Tétanisés par l'horreur de la chair de leur camarades maintenant a vif les bandits restant tenait leur positions désormais ce qui laissa à Artanis le tant de lancer a Schizae par dessus sont épaule :

-Comme tu le vois les routes sont pleines de danger... et je ne parle pas de ces attardés congénitaux devant moi …

-Hey ! De qui tu parle la ?


Reportant son attention, le regard dansant dans les flammes encore crépitantes sur le sol calciné par les corps incandescents, le sorcier reprit d'un ton caverneux, alors que des formes lumineuses recouvrais progressivement son visage :

-Dernière et plus grande erreur … je ne suis pas un Homme-lezard, je n'ai pas été élevé, je n'ai pas grandit dans les marais … mais laisser moi vous montrer a quelle race je me sent appartenir … et pourquoi des brebis égarées telles que vous ne devrait pas courir après le premier dragon que vous voyer dans le ciel.

Artanis tomba au sol, le souffle court, le visage et les mains sortant de son habit maintenant recouvert de magie, ses vêtement disparurent dans les flammes et en un flash son changement, qu'il maîtrisait maintenant, était complet. Devant le dragon, même miniature, les hommes ne purent s’empêcher de déglutir, mais l'homme attaqué par le serpent de feu, s'étant dissipé, avait fini de se tortiller de douleur et plein de hargne remonta le moral des autres :

-Hey les gars, CHEF ! Non mais vous avez vu cette figurine , ce jouet pour faire peur aux gamins ? Vous imaginer combien on va se faire avec une tête de dragon ? Si c'est moi qui le tue c'est moi le chef !

Trois d'entre eux chargèrent, Artanis bondit au cou du premier et lui arracha le gorge de ses crocs, balayant le second de sa queue et enroulant cette derniere autour de la jambe du troisième pour le traîner à lui, l’attraper dans ses griffes et hurler de toute sa rage à quelques centimètres de son visage qui se décomposa. C'est alors que le chef du groupe rejoint enfin la mêlée, chargeant le dragon qu'il croyait occupé. Artanis souleva le pauvre homme entre ses griffes qui absorba le tranchant de la hallebarde avec son épaule. Le craquement des os se fit plus fort que le cri du pauvre homme qui cessèrent d'ailleurs bien vite alors que la patte d'Artanis lui transperçait le corp. Les yeux du dragon fixèrent alors le chef du groupe d'inconscient alors qu'il reprenait lentement sa forme normale. Ce dernier ne semblait pouvoir choisir entre la rage et l'horreur aussi le Selacien décida pour lui :

-Toujours fuir le danger, c'est un réflexe de survie, son regard passa, théâtralement, avec une note de fascination, entre l'homme mort pendant sur son bras et celui encore vivant derrière ce dernier, toujours fuir … les dragons ne sont pas a la porté des mortels !

Et du corps jailli un autre jet de flamme, ôtant la vie au malheureux poussé par l'avarice. Mais alors que le sorcier s'attendait à entendre le silence retomber sur le lieu, un dernier son retentit parmi les arbres, tirant le rideau sur la violence s'y étant déroulé. Le bruit du métal tranchant le cuir, la chair, et les os, un gémissement, puis un dernier soupir. Alors que le dernier homme se tenant derrière Artanis à l'insu de ce dernier s’écroulait au sol le sorcier se retourna et tomba nez à nez avec un squelette...VIVANT !

Ses yeux s'élargissant un instant par surprise, il serra fortement les dents pour garder sa constance, il se pencha un peut de côté et lança a Schizae, non loin :


-Eh bien princesse...c'est donc cela que je sentait de différent en toi … peut être bien que tu peux te défendre seule après tout.

S'essuyant la mains ensanglanté sur le cuir de l'homme à ses pieds, il lui déchira la manche pour, se relevant et marchant calmement, s’essuyer la bouche encore tacheté de gouttes vermeilles. Un dernier regard et une profonde inspiration pour ne pas perdre sa contenance devant le squelette le suivant de ses orbites vides et il reprit pour Schizae :

-Laisse moi te préciser un peut... définitivement dégeu votre sang a vous les humains … mon ressentiment à l'égard de ceux qui usent de leur pouvoir pour mettre en chaînes d'autres êtres vivants. Alors que toi tu batifolais à dos de dragon en gouttant, même si tu ne t'en rendais pas compte, à ta liberté, moi, cela faisait neufs ans que j'étais enfermé dans un cachot, et cela dura encore six longues années...

L'invitant d'un geste à reprendre la route il tourna les talon mais ne cessa de parler :

-Ils m'ont torturer d'abord, de telle sorte que je n'ai pas même un seul souvenir de ma maison … de ma famille … puis ils ont commencer les expériences pour me transformer en ...ça, Artanis désigna le corps de celui qu'il avait égorgé de ses dents et dont l'artère répandait encore sur l'herbe son sang chaud, et quand enfin, après quinze années de calvaire, d'expériences, en ne voyant la lumière qu'a peine deux heures par jour, ils me jetèrent dehors tant mon corps avait été rendu inutilisable par les abominations qui lui avait été faites. Je suis un dragon maintenant...mais à quel prix, à quel prix la liberté ? Et quelle liberté ? Celle de fouler le sol de gens comme eux ?

Il désigna à nouveau un cadavre qu'il enjambait en quittant le lieux, continuant, d'un ton agacé :

-Voila pourquoi je ne supporte pas ceux qui pense que leur droits leurs sont dut, que leurs pouvoirs servent à asservir d'autres … ceux qui privent les enfant de leur familles et de leur vie... c'est pour cela que j'ai un travail a faire à Luvet … a Tacomnal ...et si tu le vus, que je t'aiderais si tu souhaite un jour rendre visite aux Estanols … qu'en penses-tu ?

Le Selacien se retourna vers la jeunes fille a quelques pas de lui, la laissant l'approcher en reprenant ses trait plus décontracté, le nuage de la colère sommeillant en lui disparaissant maintenant au loin dans la profondeur de ses yeux.

•————————————•
Je frappe depuis les ombres
Fiche d'Artanis
avatar
Artanis
Novice
Novice

Race : Homme-Lézard
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Schizae le Dim 17 Mai 2015 - 4:01

Dans un silence religieux, Schizæ écoute Artanis répondre à ses questions. Un groupe de quatre Humains apparaît alors et s'apprête à attaquer la fillette et son compagnon Séladien après les avoir arrosé d'insultes.

ARTANIS - Reste en arrière princesse, laisse moi faire et refais toi donc ta coiffure …

Schizæ le regarde en fronçant les sourcils, puis recule. Artanis lance des incantations et la fillette l'observe, comptant sur ses doigts les sorts qu'il lance les uns après les autres : il fait apparaître un dragon de feu, puis des oiseaux incandescents suivi d'un impressionnant jet de flamme.

ARTANIS - Comme tu le vois les routes sont pleines de danger... et je ne parle pas de ces attardés congénitaux devant moi …

La fillette lève un quatrième doigt quand le Séladien se transforme en dragon. Artanis continue son combat et met à terre les trois hommes sans se rendre compte que le quatrième se trouve derrière lui, près à l'attaquer.

SCHIZÆ - Surge osseus... Ossssssssssseus !

L'incantation lancée modifie la consistance de l'air qui entoure le brigand pour former progressivement un épais brouillard. Effrayé, il regarde autour de lui et découvre un Homme-squelette. D'un geste vif, l'invocation plante son coutelât dans le ventre de l'Humain, traversant d'un seul coup cuir, peau et organes. La lame sort du corps tout aussi rapidement, emportant avec elle un morceau d'intestin. Le brigand tombe dans un bruit sourd, mort.

ARTANIS - Eh bien princesse... c'est donc cela que je sentais de différent en toi … peut-être bien que tu peux te défendre seule après tout.
SCHIZÆ - Complevit !

Et le squelette disparaît dans un nuage de poussière.

ARTANIS - Laisse moi te préciser un peu... définitivement dégueu votre sang à vous les humains … mon ressentiment à l'égard de ceux qui usent de leur pouvoir pour mettre en chaînes d'autres êtres vivants.

Tout en parlant, l'Homme-lézard fait signe à Schizæ de reprendre la route. La jeune fille le regarde avec étonnement, avant de balayer la scène des yeux. Après quelques secondes d'hésitation, la fillette se met à le suivre. Elle l'écoute jusqu'à ce qu'il finisse de parler.

ARTANIS - Je t'aiderais si tu souhaites un jour rendre visite aux Estanols … qu'en penses-tu ?
SCHIZÆ - Tout ce que je veux pour le moment, c'est parler au roi pour que tout redevienne normal.

Elle recommence à marcher droit devant elle avec détermination.

SCHIZÆ - Tu dis que maintenant tu es libre ? Tu n'as pourtant pas l'air de t'être libéré de ton passé... Tu parles avec plein de colère, c'est effrayant. Et tu les as tué tellement violemment. Tu n'as pas l'air de quelqu'un de gentil.

Elle se tait un instant.

SCHIZÆ - Ma mère aurait dit que c'est parce que tu es triste. C'est comme mon dragon, il est méchant parce que Vallya et cousin Louain lui faisaient du mal.

Pendant plus d'une heure le duo continue sa route jusqu'à ce que Schizæ reprenne la parole.

SCHIZÆ - Tu veux te venger parce qu'ils ont été vraiment mauvais avec toi ? Parce qu'ils t'ont transformé en quelque chose que tu n'as pas envie d'être ? Qu'est ce que tu veux leur faire ? Comment pourrais-tu changer les choses ? Et puis c'est quoi ton travail à Luvet ?

•————————————•


avatar
Schizae
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Artanis le Dim 17 Mai 2015 - 13:29

La marche continua un moment, Artanis laissait son regard se perdre dans le lointain alors qu'il pensait a ce qu'il devait répondre :

*Ce n'est qu'une enfant après tout … elle n'a pas a alourdir son esprit de préoccupations si sérieuses … *

Quand la forêt fut derrière les deux voyageurs, et que l'étendue de la plaine s'offrait dans toute sa splendeur devant eux, Artanis, le soleil lui frappant les yeux, revint a lui et répondit enfin calmement :


-Je me suis libéré de mon passé quand je suis parti, et ce faisant, me suis vengé des principaux responsables de mon malheur. J'ai utilisé la violence et la cruauté car je voulait survivre, à cinq contre un peut de choix s'offre à part la fuite si l'on tien à la vie. Je ne suis pas cruel, je n'ai aucune colère en moi, tout ce que je souhaite, c'est que la justice soit apportée à ceux qui y échappe constamment, et pour se faire j’utiliserai absolument … tout les moyens nécessaires.

Ayant appuyé sur son dernier mot, Artanis s'accroupit et posa ses affaires, alors qu'il sortait ses provisions il continuait :

-La plaine est grande, nous devrions nous poser ici pour la nuit et franchirons en une fois la distance qui nous sépare de Luvet … demain... tu dois bien comprendre que la vengeance est toujours mauvaise et fait prendre de mauvaises décisions, je ne tue pas parce qu'on m'a fait du mal, je ne châtie pas parce qu’on a été mauvais avec moi … je fait tout cela  pour que la paix et l'équilibre puisse êtres rétablie. Le bien et le mal ne sont que des bouclier pour justifier ...cacher nos défauts, nos échecs, la seule chose qui importe est de trouver sa place dans le monde... et d'y rester … moi … je n'ai pas envie de me faire une place de CE monde. Alors je fait mon possible pour qu'il soit prêt a m’accueillir.


S’asseyant enfin il rassembla ses affaire contre un tronc d'arbre et commença à se faire de la place en écartant les feuilles et branchages tombé au sol :


-Comme ici vois-tu ? Le monde est bon et accueillant, ce sont les gens qui le peuple qui transforme la paix et l'harmonie en haine et chaos. J'aime chaque êtres vivant également, je respecte toute forme de vie... et parce que je porte la même importance à un lapin qu'as un homme on me prête la colère, la haine, la cruauté … est-ce cruel que de chasser un lapin qui ne vous voit pas ? Ne vous entend pas ? Et pourtant qui va recevoir une mort certaine ? Cette mort n'est-elle pas injuste ? Ce qui va s'en suivre... la consommation de sa chair, n'est-ce pas cruel ? Bien sur que non, c'est dans la nature des choses, c'est le cycle de la vie et il faut savoir l'embrasser...mais ou est le respect à s'attaquer à deux voyageur perdu ? Quel est le gain ? A six contre un ? Ou est le respect ? S'attaquer a un enfant … les races intelligentes valent mieux que cela, notre supériorité sur l'animale nous permet d'agir pour embellir la nature … pas pour exercer la haine et déverser notre colère sur ce monde …

S'asseyant et remuant un instant pour rendre sa place plus confortable a l'ombre du chêne contre lequel il était adossé, Artanis regarda Schizae, l'invitant a s’asseoir également :


-Je chasserai pour ce soir … prend donc dans mon sac un peut de pain, pour le moment je vais me reposer un peut … toute cette colère en plus n'est que de la frustration...la peur de la mort … est-ce que le lapin à peur de la mort ? Est-ce que le loup va se délecter de la peur de sa proie ? Le loup ne va même pas chercher à faire souffrir le lapin … ni a en manger plus que ce qu'il doit...pfiuuu je vais prendre du lapin pour ce soir je ne sais pas ce que j'ai avec sa...

Prenant compte du sérieux de son monologue dithyrambique, Artanis reprit un air plus jovial et, esquissant un sourire, mordit a pleine dents dans son quignon de pain avant d'ajouter pour la jeune fille :


-Et toi tu aimes le lapin ?

•————————————•
Je frappe depuis les ombres
Fiche d'Artanis
avatar
Artanis
Novice
Novice

Race : Homme-Lézard
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Schizae le Dim 17 Mai 2015 - 20:34

Après qu’Artanis se soit exprimé, le duo se pose dans une petite clairière. Le soleil couchant perce encore à travers les feuilles de l’arbre contre lequel s’appuie le Séladien.

SCHIZÆ – Pour que l’équilibre et la paix soit rétablit ? Les moyens nécessaires sont le pouvoir, l'argent, une grande armée… il faut être roi pour cela. Les rois rendent justice. Je suis certaine qu’on te récompensera pour m’avoir aidée et tu n’auras qu’à lui parler, au roi de Tacomnal.

L’hésitation dans son ton laisse penser que Schizæ doute de la véracité de ses dires. Artanis sort ses provisions et sourit en croquant un morceau de pain.

ARTANIS – Et toi tu aimes le lapin ?
SCHIZÆ – Oui, j’aime le lapin ! Comment vas-tu en chasser ? Avec tes sorts ? Dis, tu m’apprendras faire pareil ? J’aimerais faire apparaître des oiseaux de feu rien qu’en bougeant les doigts comme toi !

La conversation devient alors moins solennelle et Schizæ se détend. La journée de marche l’a épuisée, aussi tombe-t-elle rapidement endormie sans même faire attention à ce que son compagnon de voyage fait.

Le lendemain, ils reprennent la route. La jeune fille n'est pas encore habituée à tant marcher, aussi demande-t-elle régulièrement des pauses pour manger ou se reposer. Quand ils arrivent enfin à Luvet, l'après midi est terminé depuis longtemps. Schizæ se met à avancer plus rapidement, et finit par se mettre à courir. Quand elle arrive au village, des personnes bavardent de ci de là, et elle les observe avec un grand sourire. Elle se précipite vers un couple.

SCHIZÆ - Bonsoir Madame, Monsieur, je viens d'arriver au village, je me nomme Schizæ.

Les deux jeune gens la regarde avec étonnement, puis la dame lui offre un chaleureux sourire.

HUMAINE - Bonsoir, tu es seule ? D'où viens-tu ?
SCHIZÆ - Je viens d'Estandre et je suis venue avec cette personne.

Elle désigne Artanis du doigt.

SCHIZÆ - Je ne connaîs pas encore le village. Nous sommes à la recherche de quelqu'un d'éminent, un comte par exemple...

La femme se tourne vers son ami en haussant les épaules, celui-ci semble aussi perdu qu'elle.

HUMAINE - Il n'y a pas de comte, juste un baron qui se trouve au Sud du village. Et il faut demander une audience pour espérer pouvoir lui parler. Mais pourquoi voulez-vous voir un comte ?
SCHIZÆ - Je suis la fille du Baron de Triant, mon père été allié au roi de Tacomnal.
HUMAINE - Oui ?
SCHIZÆ - Vous ne connaissez pas ?
HUMAINE - Je n'ai pas entendu parler...

Elle se tourne vers son ami en haussant les sourcils. Ils ont tous les deux un regard sceptique et ne croient probablement pas un mot de ce que Schizæ leur a dit.

HUMAIN - Non, moi non plus je ne connais pas. Mais peut être devrais-tu parler à Monsieur Marnin, il connaît bien ces choses là.

Il sourit étrangement et sa compagne lui donne un coup de coude

HUMAINE - Arrête ça...
SCHIZÆ - Où puis-je le trouver ?
HUMAIN - Dans la taverne du tonneau rouge, juste là bas.

L'homme désigne une auberge située non loin de là tandis que son amie fronce les sourcils en disant quelque chose, mais Schizæ a déjà filé vers l'endroit indiqué.

Elle entre dans la bâtisse sans aucune hésitation et se retrouve dans une salle bruyante et enfumée. A cette heure ci, il n'y a pas encore énormément de monde, mais de joyeux groupe d'Humains parlent avec animation. Personne ne semble faire attention à elle, sauf un homme rond qui fronce les sourcils :

AUBERGISTE - Tu t'es perdu petite, qu'est ce que tu fais toute seule ici ?
SCHIZÆ - Je ne suis pas seule, je suis avec lui.

Elle désigne Artanis qui entre dans la salle. L'Humain semble encore plus mécontent quand il se retrouve face au Séladien.

AUBERGISTE - Qu'est ce que vous voulez ?

SCHIZÆ - Je cherche Monsieur Marnin !

Une voix ébrieuse se fait entendre au fond de la salle.

MARNIN - On m'appelle ?

Schizæ n'écoute pas ce que dit l'aubergiste et s'approche déjà de l'Humain au nez rouge. Il est assis à une table, une bière à la main, et dévisage la jeune fille avec un œil torve. A sa droite se trouve un autre Homme, saoul. La jeune fille paraît effrayée et s'avance désormais avec timidité.

MARNIN - Qu'est ce que tu veux gamine ? On se connaît ?
SCHIZÆ - Non, je me nomme Schizæ de Triant...
MARNIN - Ouais ?
SCHIZÆ - Ce nom ne vous dit rien ? Gabrialin de Triant ?
MARNIN - De Triant, de Triant... Huuuuum...
SCHIZÆ - Notre armée devait se battre pour le roi de Tacomnal.
MARNIN - Une armée... Huuuuum...
SCHIZÆ - Et nos deux dragons aussi.
MARNIN - Deux dragons... Oh... deux dragons, ça me dit quelque chose, y a pas une histoire de dragons enfuis ?
SCHIZÆ - Oui ! Ils sont partis et ensuite les Estanols nous ont trahis !
MARNIN - Ah ouais, je me souviens de cette histoire.
SCHIZÆ - On m'a dit que vous pourriez m'aider. Qui êtes-vous ?
MARNIN - J'suis un des conseillers du Baron, ou plutôt de la Baronne ! Ha ha ha ha !
HUMAIN SAOUL - Tu l'étais avant de te faire renvoyer, ivrogne !

Les deux hommes s'esclaffent, et Schizæ attend qu'ils se calment.

SCHIZÆ - Je suis la fille du Baron de Triant.
MARNIN - Mensonge, ils sont tous morts !
SCHIZÆ - J'ai survécu, mon dragon m'a sauvé !
MARNIN - Si tu l'dis, en tout cas c'était bien joué de notre part hein Gros Jiji ?!
HOMME SAOUL - Ha ha ha !
MARNIN - Aider les Estanols à s'entre-tuer, un bon moyen de gagner des batailles sans pertes !
SCHIZÆ - Que dites vous ?
MARNIN - Ben ouais petite, j'ai vaguement entendu parler de cette histoire. En ce moment la mode chez les petits nobles de Tacomnal c'est de réussir à soudoyer des Barons d'l'aut' côté. Parfois c'est des trop petites baronnies, d'aucune utilité ! Alors ils les dénoncent aux leurs et ça crée des tueries intestines qui nous arrangent pas mal. S'qui sont cons ces Estanols !
SCHIZÆ - Le roi ne peut être en accord avec cela !
MARNIN - Oh calme toi petite ! Le roi ne se soucie pas de ce qu'il se passe chez les petits nobliaux.
SCHIZÆ - Nous étions des sujets fidèles, il écoutera ma requête.
HOMME SAOUL - Quelle requête ?
SCHIZÆ - Il me redonnera un titre ? Des terres ? Ou au moins un mariage ?
HOMME SAOUL - AAAAAAAAAAAH ! AHAHAH !
MARNIN - Non mais je rêve ! Le sang de traitre ET d'Estanol coule dans tes veines ! Sans dire que les époux veulent des vierges, pas une gamine qui s'est faite passé dessus par une centaine d'Estanols !
SCHIZÆ - C'EST FAUX !
MARNIN - Les rumeurs suffisent à transformer le faux en vrai, aucun Baron ne se mariera avec une fille pouvant avoir cette réputation, même si le roi le couvrait d'or. Quand à t'accorder des terres... Il n'en accorde déjà pas à ses hommes, alors en offrir à une gamine Estanole inconnue, n'y rêve pas. Il ne t'accordera même pas une audience. Qu'est ce qui prouve que tu es celle que tu prétends ? Bon, t'as compris la leçon ? T'as de la chance que je sois complètement bourré, ça me rend honnête.
HOMME SAOUL – Mais t’es toujours bourré Marnin ! Mais mais... AAAAAAAAH ! Mais qu'est ce que c'est ?!

Un Zombie regarde les deux Humain attablés et s'approche d'eux à pas lents, tandis que Schizæ s'éloigne discrètement. Elle se mêle aux autres personnes qui, effrayées, s'éloignent de la scène en hurlant.

•————————————•


avatar
Schizae
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Artanis le Lun 18 Mai 2015 - 14:45

Artanis appréciait les conversations légères qu'il avait pu avoir avec Schizae, d'une manière générale il commençait a apprécier la jeune fille, peut être trop ?

Ils arrivèrent au terme de leur voyage a Luvet et avant de vaquer aux occupations qu'il s'était fixé, le sorcier décida d'accompagner encore un moment la jeune fille. Jusque dans une taverne il la suivie, étant parfaitement conscient de l'attention qu'il pourrait apporter sur lui il s'écarta de la conversation bien vite alla disparaître dans l'ombre d'une table a un coin de la salle. Et quand il put discerner la conversation tant l'ivrogne qui y participait haussait son ton, il ne lui fallu pas longtemps pour comprendre comment cette dernière allait finir. A sa surprise, une bagarre n'éclata pas, mais la jeune fille pleine de rage appella un revenant et disparu dans la foule. C'est alors qu'Artanis se leva, profita du chaos pour ne pas payer sa consommation, vola la bourse d'un homme beaucoup trop subjugué par le spectacle et posant fermement sa main sur l'épaule de la jeune fille qu'il retrouva dans la foule, entraîna cette dernière en dehors. Une fois a l'extérieur il la vit inspirer et ouvrir la bouche mais avant qu'un seul mot ne franchisse ses lèvres il coupa :


-SHHH ! Pas de suite, suit moi, faire dans le théâtral en ville c'est amusant mais dangereux, on ne doit pas te retrouver maintenant …

Et la relâchant il marcha d'un pas rapide dans une ruelle adjacente ou Schizae ne tarda pas a le rejoindre, la il put continuer :


-Écoute, tu es une fille plein de qualité, mais l'innocence n'en ai pas une, et je pense qu'a tes dépend tu as du bien l'apprendre aujourd'hui. Le monde n'est pas blanc, mais il n'est pas tout a fait noir …


Inspirant profondément et plongeant son regard dans celui de son interlocutrice il reprit d'un ton qu'il ne put empêcher solennel :

-... vient avec moi, et je t'aiderais a faire de ce monde ce que tu veut, je t'aiderais a accepter les injustices mais aussi a les réparer si le cœur t'en dit … le choix est toujours le tien, tu es libre, tu l'as toujours été, tu es libre de chacun de tes choix … alors brise ses chaînes qui te lient a ton passé et forge toi un destin dont tu sera fier … faire ses propres choix est un pouvoir que nous possédons tous, mais il faut savoir assumer ses choix par la suite et c'est généralement cela qui nous retient … alors que décides-tu ?


D'un ton amusé il haussa une arcade et avec son iconique sourire en coin lui lança :

-Veux-tu apprendre a faire cela ?

Et une flamme dansante brilla dans ses yeux alors qu'un petit oiseaux de feu naissait dans sa paume, ébrouant ses ailes et prenant son envol, décrivis des cercle autour du duo.

•————————————•
Je frappe depuis les ombres
Fiche d'Artanis
avatar
Artanis
Novice
Novice

Race : Homme-Lézard
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Schizae le Mar 19 Mai 2015 - 3:21

Schizæ n’a pas l’habitude de se retrouver au milieu des gens. La petite se sent emportée par la foule qui, terrorisée par le Zombie, ne la remarque pas. Tout à coup une main ferme se pose sur son épaule et la guide vers l’extérieur. Une fois dehors, Artanis lui intime de se montrer discrète. Il s’avance vers une ruelle lugubre tandis que des personnes courent en hurlant.

AUBERGISTE -  Kaluni sauve nous !
HUMAIN 1 – Mais faites quelque chose !
HUMAIN 2 – Dieux ! Ah mais regardez ! Il lui a tranché la gorge !

Schizæ est dressée sur la pointe des pieds pour voir ce qu’il se passe à travers la fenêtre. Un instant plus tard, elle se retourne satisfaite et rejoint Artanis.

D’un ton solennel, le séladien lui propose de se joindre à lui pour changer le monde et la jeune fille l’écoute tout en jetant un regard à la ruelle sordide dans laquelle ils se trouvent. Ses traits ne reflètent qu’écœurement.

ARTANIS - Alors, que décides-tu ?

Schizæ plonge ses yeux verts dans les iris jaunes du Séladien.

SCHIZÆ – Nous utiliserons tous les moyens à notre portée.

Son ton est sec et catégorique. Elle croise les bras sur sa poitrine et se mure dans un long silence. Son visage est refermé, sombre… et tout à coup se met à luire d’une lumière ambrée. Des oiseaux de feu volètent gaiement autour de son visage. Elle ouvre de grands yeux étonnés qui se mettent immédiatement à pétiller. Ses lèvres s’entrouvrent pour laisser passer un petit rire. Artanis l’observe, soulève un sourcil et lui lance un sourire en coin.

ARTANIS – Veux-tu apprendre à faire cela ?

La fille lève les mains et tente de les attraper sans se méfier du risque de brulure. A croire que vivre avec un dragon modifie les comportements…

SCHIZÆ – Oh oui ! C’est vraiment …


La fillette se fige. Son regard devient vitreux, puis elle se tourne en tout sens, comme à la recherche de quelque chose.

SCHIZÆ – Artanis… il y a eu des morts par ici. Des meurtres louches ayant laissé des esprits insatisfaits.

La fillette s’enfonce plus profondément dans la ruelle sombre qui se finit en impasse. Des flaques de liquides malodorants jonchent le sol. Elle les contourne et arrive au pied du mur. Il est enduit de tâches sombres.

SCHIZÆ – Oui, par ici, oui… où es-tu…

Son corps se raidit puis est pris de soubresauts. La fille tombe à genou, la tête levée vers le ciel, les yeux révulsés. Elle pousse un cri strident. Atroce. Tremblante, elle se lève et s’avance vers le Séladien en trainant les pieds puis lève lentement un doigt vers lui. Puis elle se met à parler d’une voix caverneuse. Une voix venant d’outre-tombe.

SCHIZÆ – Venge les ! Vengeance…

La fille tombe sur le sol.

SCHIZÆ – Ils ont tué mon fils, mon mari, ils ont tué tout le monde ! Je me suis réfugiée ici, à Luvet, mais ils m’ont trouvée. Et ils m’ont tuée.

Son débit verbal s'accélère, comme si elle sent que le temps lui manque pour exprimer ce qu’elle désire transmettre.

SCHIZÆ – Je me nomme Grysna. Ma famille et moi travaillions pour Sir Beydark, à Olderve. Notre Seigneur était connu pour son commerce d’Hommes-lézards avec Azgalban. Un jour mon mari qui était son maître d’Arme a tout découvert ! Le Seigneur attrapait également des enfants Humains. Il était secondé de golemanciens qui utilisaient l’énergie d’enfant des rues pour animer des golems, utilisant leurs cerveaux, comme s’il s’agissait de Granl. Sir Beydark a voulu tuer mon époux pour préserver son secret. Mais mon mari a réussi à revenir à la maison nous prévenir. Les hommes du Seigneur sont venus nous chercher, je suis la seule à avoir pu fuir jusqu’ici. Malheureusement, ils ont fini par me retrouver. Ils m’ont tuée, mais je ne peux trouver le repos ! Ce monstre possède toute une armée de golems, d’hommes-lézards et d’autres créatures. Il les vend et sa puissance économique ne cesse d’augmenter. Il étend son pouvoir, capturant de plus en plus d’enfant dans les quatre coins du pays. Je vous en prie, dénoncez-le au roi ! Je vous en prie ! Kof kof !

La fille se met à tousser puis crache au sol. Elle se frotte la bouche et le visage, inspirant de grandes bouffées d’air. Sa voix retourne à la normale.

SCHIZÆ – Sottise ! Elle croit encore que le roi nous écoutera… Oh, Artanis, j’avais oublié de préciser qu’il m’arrive de donner la parole aux morts.

Les sourcils froncés, elle plante son regard dans celui du Séladin.

SCHIZÆ – Ce cher monsieur cherche des enfants des rues ? Il va en trouver. D’après ce dont je me souviens des cartes qu’on m’a fait apprendre par cœur quand j’étais encore une Baronne, Olderve se trouve sur la route pour aller à Tacomnal. Alors on pourrait peut-être y faire une pause en passant ?

•————————————•


avatar
Schizae
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Artanis le Mer 20 Mai 2015 - 14:52

Artanis euh un mouvement de recul quand l'esprit commença a parler par les lèvres de la jeune fille, content qu'il était quelques secondes auparavant qu'elle décide de le suivre il se demanda alors s'il n'avait pas fait une erreur.

– Sottise ! Elle croit encore que le roi nous écoutera… Oh, Artanis, j’avais oublié de préciser qu’il m’arrive de donner la parole aux morts.

Reprenant sa constance, le sorcier toussotta et la laissa terminer avant de répondre :

– Ce cher monsieur cherche des enfants des rues ? Il va en trouver. D’après ce dont je me souviens des cartes qu’on m’a fait apprendre par cœur quand j’étais encore une Baronne, Olderve se trouve sur la route pour aller à Tacomnal. Alors on pourrait peut-être y faire une pause en passant ?

-Merci de me prévenir maintenant ...enfin ce n'est pas grave, nous avons chacun notre petit secret,
il ponctua la parole d'un clin d’œil malicieux avant de reprendre un air plus grave, cela fera une bonne entrée en matière … Olderve … je finirais mes affaires ici plus tard, un autre jour. Mais fait bien attention a ce ton déterminé que tu as, nous ne faisons pas cela pour sauver la veuve et l'orphelin ou pour venger une mort. Le cycle de la vengeance, un œil pour un œil … une vie pour une vie... est destructeur tant pour l’équilibre que pour l'esprit qui le perpétue. Nous irons dans ce lieux, trouver cette personne, et lui ferons cesser ces activités et ce … même si je pense qu'effectivement impossible … sans plus de violence que nécessaire.


S'avançant désormais a l'entrée de la ruelle, scrutant la place et al taverne pour voir ou en était rendu l'action de ce côte. La garde de la ville semblait avoir fait une descente dans l’établissement, songeur, un peut contrarié, Artanis lança par dessus son épaule a Schizae :

-Bien, il faut quand même passer la nuit quelque part, et la taverne n'est plus une option … je connais un endroit … oui cela fera l'affaire, mais avant il nous faut manger … et quelque chose de substantiel …


Le seladien se retourna vers son interlocutrice, songeur, avant que, son regard tombant sur la petite fille comme un marteau sur une enclume, ne brille d'une nouvelle lumière alors qu'il continuait, a nouveau plein de malices :

-Dis-moi princesse, tu pourrais faire ton numéro de petite fille a un marchand … pour le captiver … pendant dix minutes … mmmmvois-tu ?

Le visage de Schizae s'éclaira alors qu'elle comprenait l'idée d'Artanis et c'est ainsi qu'il passèrent le reste de la journée, elle jouant théâtralement le petite fille de noble perdue a des marchands de nourriture qui, l'esprit confus et occupé, ne voyait pas le sorcier voler dans leur charrette d'arrière boutique. Une fois ils faillirent se faire attraper, mais c'est riant de cette aventure qu'ils arrivèrent tout deux dans cette pièce peut éclairée, a des mètres sous la surface de la ville, circulaire, pavée, pleine de poussière et de toiles d'araignées. Des caisses a l'image de leur contenant maintenant devenu cendres leur serviraient de chaises, un petit oiseau de feu vint rallumer la lampe a huile ornementant le plafond et alors qu'il déposait sa part des provisions, Artanis dit a sa comparse a demi ton, lui qui pensait que la nostalgie ne l'atteindrais plus cette fois :

-Si tu entres en contact avec un esprit meurtri avide de vengeance en ces lieux, ignore le veux-tu ? J'espère que le passage par les égouts ne t'ont pas incommodé … c'est ici … ici que j'ai été … que je suis devenu …


Artanis ne put terminer sa phrase, cherchant a chasser ses idées noirs il s'assit et entama immédiatement et sans transition son repas. Une fois celui-ce terminé il se fit une place en mettant une des draperies a l’effigie de sa tunique sur le sol, pour lui et pour Schizae et dormi dessus. Ayant besoin d'être seul, besoin de sortir le plus vite possible de ce lieu, il pris sa place loin dans un coins, loin de la jeune fille, loin des restes de copeaux de la table d'opération, loin de ses souvenirs il s'enferma dans son mutisme jusqu'au lendemain.

•————————————•
Je frappe depuis les ombres
Fiche d'Artanis
avatar
Artanis
Novice
Novice

Race : Homme-Lézard
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Schizae le Jeu 21 Mai 2015 - 3:37

ARTANIS - Mais fait bien attention a ce ton déterminé que tu as, nous ne faisons pas cela pour sauver la veuve et l'orphelin ou pour venger une mort. Le cycle de la vengeance, un œil pour un œil … une vie pour une vie... est destructeur tant pour l’équilibre que pour l'esprit qui le perpétue.

Schizæ lui lance un regard mauvais mais ne dit rien.

ARTANIS - Dis-moi princesse, tu pourrais faire ton numéro de petite fille a un marchand … pour le captiver … pendant dix minutes … mmmmvois-tu ?

Le visage de la fille s'illumine et elle se précipite à la suite d'Artanis pour jouer ce jeu dans lequel elle excelle. Sans aucune méfiance, Schizæ se laisse entraîner par son compagnon de route et rit de bon cœur quand celui-ci manque de se faire attraper par un marchand de fruits. Durant la soirée, ils amassent assez de provisions pour tenir une bonne partie du voyage qu'ils prévoient de faire.

SCHIZÆ - Artanis ! Je suis sûre que tu n'as jamais couru aussi vite de ta vie ! Il t'as coursé sur trois rues de suite ! [elle rit] J'ai l'impression d'être revenue au temps où ma jumelle Shelzæ était encore en vie. On s'amusait bien. Et on faisait aussi pas mal de bêtises quand on était petites. Le majordome nous poursuivait tout le temps. Ça nous a apprit à courir vite ! C'est la première fois que je peux rire autant depuis qu'elle est morte. Ma gouvernante disait [voix nasillarde] "une demoiselle de votre naissance ne peut rire à gorge déployée de la sorte, veuillez vous tenir ma Dame". Mais maintenant c'est fini les bonnes manières ! Je n'ai plus à me soucier ni de mon langage, ni de mon port. Quel soulagement ! On est libres !


Elle plisse tout à coup les yeux et regarde les alentours avec un air sournois.

SCHIZÆ - Mortecouille  ! Sachez bande de fots-en-cul et de puterelles de Sappho que me voilà !

Elle place immédiatement ses mains sur sa bouche et lève les yeux vers Artanis avec son air d'enfant pris en faute.

Quand la nuit tombe, ils finissent par entrer dans un lieu qu'Artanis connaît bien, et pour cause, il y a passé de nombreuses années de sa vie enfermé. Schizæ observe la pièce sous-terraine mal éclairée. Le plafond est haut et elle est toute petite. Elle y avance lentement, à petits pas, en observant les alentours avec des regards suspicieux. Le sol est couvert de poussière et des toiles d'araignée envahissent ce lieu abandonné. Artanis s'assoit sur une caisse de bois vermoulue et la fille l'imite. Elle l'observe fixement lorsqu'il fait apparaître des oiseaux de feu et reproduit ses mouvements et son air concentré sans rien obtenir.

ARTANIS - Si tu entres en contact avec un esprit meurtri avide de vengeance en ces lieux, ignore le veux-tu ? J'espère que le passage par les égouts ne t'ont pas incommodé …

SCHIZÆ - Je n'ai pas l'habitude de faire ce genre de choses, mais même si ça puire et que l'odeur reste collée à mes habits, c'était amusant. Regardes ça, mes chaussures ne s'en remettront jamais ! Ni ma robe, mais elle était déjà irrécupérable. Et de toute façon, ces choses n'ont plus aucune importance. C'était une plaisante soirée.
ARTANIS - C'est ici … ici que j'ai été … que je suis devenu …

La fille le fixe sans prononcer un seul mot, mais Artanis s'arrête là. Il se met à manger. Encore une fois, Schizæ l'imite et goûte une des tourtes qu'ils ont volé. Une fois son repas terminé, elle suce consciencieusement ses doigts les uns après les autres et commence à avoir les yeux qui papillonnent et brillent de fatigue. Le Séladien prépare une couchette et s'éloigne pour aller dormir. La fille continue de le regarder sans dire un mot, puis s'allonge à son tour sur le drap qu'il a installé au sol.

Durant toute la nuit, elle n'a de cesse de se tourner et de se retourner sur son lit improvisé.

Le jour n'est pas encore levé qu'elle se redresse déjà et se masse le dos en grimaçant.

SCHIZÆ - Il y a des choses qui ne peuvent changer du jour au lendemain. Je parle, dors, mange et respire comme une princesse. Education de chiabrena !

Elle regarde le paquet de drap que forme le Séladien enroulé sur lui même dans un coin. Il dort encore. Schizæ explore alors les lieux, allant de ci ce là telle une mouche. Ses mains se posent sur les restes d'une table en décomposition. Il n'en reste quasiment que des copeaux de bois. Elle s'assoit sur ce qu'il reste de la table, et y passe et repasse le bout de ses doigts en fronçant les sourcils. Pendant quelques secondes, elle se met à trembler et de la buée sort de sa bouche alors que la température de la pièce n'a pas bougé. Elle se relève en sautillant pour s'approcher de l'Homme-lézard encore allongé au sol. Elle lui plante son index dans les côtes.

SCHIZÆ - Artanis, tu dors ? Hé ! Tu dors ? Je n'ai pas réussi à bien dormir. Je crois que c'est parce qu'il y a eu trop de mort ici. Ou alors c'est parce que le sol est trop dur, ça fait mal.

Elle le regarde un long moment.

SCHIZÆ - Pourquoi est ce que t'es revenu ici si c'est là que tu as été torturé ? Et pourquoi c'est tout cassé ? T'as vraiment tué tout le monde pour te venger ?


Plus tard, la fille s'assoit face à lui et exécute les mêmes mouvements de main que ceux qu'il réalisait pour faire apparaître les oiseaux de feu. Elle lui offre même le regard concentré et les lèvres pincées qu'il avait à ce moment là. Mais rien ne se produit. Elle recommence en fronçant les sourcils et devenant toute rouge. Et tout à coup une nuée de mouche apparait. D'un mouvement de bras accompagné d'un juron, elle les fait toutes tomber, tapissant le sol d'un épais tapis de cadavre de mouche.

SCHIZÆ - Tu vois, je fais comme toi, mais je n'arrive pas à appeler d'oiseaux. Je ne peux faire qu'apparaître plein de mouches, ou alors un zombie... Ce n'est pas une incantation ce que tu fais ? Comment est ce que ça marche ?


Elle passe la matinée entière à s'entraîner après avoir écouté ses explications. Cependant, rien n'y fait. Au bout de plus de quatre heures d'essai, sa concentration chute doucement.

SCHIZÆ - Là ! Tu entends ? Je suis certaine d'avoir entendu pépier mes oiseaux de feu ! Ils arrivent ça y est, j'ai réussi !

Et deux moineaux entrent dans la salle en chantant. Sauf qu'ils ne sont pas en feu, et passent juste, comme pour se moquer des inaptitudes de Schizæ en matière de magie de feu. La fille pousse un soupir d'exaspération.

SCHIZÆ - Je n'en peux plus, on n'a qu'à continuer en convoyant vers Olderve. Allez...

Et elle range les affaires et se dirige vers la sortie.

La route pour aller à Olderve est longue. S'ils se dépêchent, ils peuvent espérer la faire en six jours.

•————————————•


avatar
Schizae
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Artanis le Lun 25 Mai 2015 - 0:53

- Je n'en peux plus, on n'a qu'à continuer en convoyant vers Olderve. Allez...

Ce furent les premier mots qu'Artanis entendit alors qu'il soulevait sa lourde tête de sa main plaquée contre le sol en guise d’oreiller. Un léger filet de bave se détachant de ses babine il papillonna des yeux un instant, piaffa en raclant sa langue sur son palais trois ou quatre fois avant de réaliser, se levant d'un bon :

-Oui euh, allons-y, plus vite et plus loin on part d'ici …


Et c'est encore titubant, cherchant son équilibre, que le sorcier parti accompagné de Schizae, sur la route menant a Olderve. C'est sur cette dernière, une fois l'air frais du matin l'ayant revigoré, qu'Artanis ralentit un peut le pas et s'adressa plus sérieusement, pédagogue, a sa compagne de route :

-Bien, tu sembles très motivée a apprendre ce petit tour et nous sommes assez loin de la ville pour que l'on puisse commencer …

Inspirant profondément, jetant un regard vers le soleil franchissant encore l'horizon il reprit, appuyant la parole par des gestes :

-En premier lieu tu doit bien comprendre que la magie est unie, une seule, et ce que tu vois ne sont que des manifestations de celle-ci. La magie est un fluide circulant partout, dans la terre, le ciel, chaque êtres vivants, c'est en quelque sorte un cinquième élément reliant tous les autres … et le mage doit apprendre à puiser dans son don a concentrer en lui cet élément … pour le modeler tel l'argile et en faire ce qu'il désire. Tout de fois, la magie est sauvage et e se laisse dompter si aisément, aussi pour la plupart des mages, seul une seule forme s'offrira a eux, une forme lié a leur sensibilité. Il est toutefois possible aux plus habile, et surtout comprenant la vraie nature de la magie, de modeler cette énergie a leur guise, et lui donner la forme qu'ils désirent … tu comprendra que dans ton cas, tu devra d'abord apprendre a changer la nature de "ta" magie, pour qu'elle prenne la forme de cet élément si dangereux …

Artanis lança un regard a Schizae pour vérifier qu'elle n'était pas trop perdue puis enchaîna :

-Bien … passons a du plus concret, la magie du feu n'est pas ma magie naturelle a moi non plus, et mon éducation remonte a longtemps … j’essayerais de te transmettre mon savoir du mieux que je pourrais … hmmm … bien, le feu est l'élément de la vie, il est chaud, sauvage, incontrôlable … c'est l'élément de la colère comme de l'amour … tu l'aura comprit il est l'élément du paradoxe, et un pyromancien doit apprendre a contrôler ses émotions, ou éventuellement a se servir d'elles pour faire appel au feu, sans jamais toutefois se laisser déborder … une seconde d’inattention et une boule de feu peut faire naître un incendie, voire même se servir de toi comme combustible .

Artanis termina sur un ton amuser, il lança un regard malicieux a Schizae avant de continuer :

-Bref...contrôle, mais pas trop, et beaucoup de précautions … bien, pour commencer, comment ça marche dans les fait ? Chaque magie élémentaire peut tirer ses sortilège de deux sources, la source élémentaire préexistante, c'est l'avantage de cette école de magie ... ou matérialiser l'élément de la magie elle même … tu ne sais changer ta magie en feu nous allons donc commencer par un source feu, il n'y en a pas ? Faux ! Le soleil est la … c'est la plus grande source de feu existante, beaucoup trop de mages ne sachant pas regarder plus loin que le bout de leur nez oublie d'observer le monde … enfin … le feu est vivant ..il respire … alors pour invoquer le feu, concentre toi, inspire … expire ...sent la magie en toi, sent la magie circulant autour de toi … et sent le soleil, sa chaleur sur ton corps, ce feu qu'il te donne … il ne te suffit que de tendre la main pour le saisir …


Artanis observa la jeune fille qu'il sentait très enthousiaste ce qui l'obligea a retenir un rire amuser de toutes ses forces avant de continuer :

-Ne tend pas la main bien sur, et n’espèrent pas faire de boules de feu aujourd'hui … inspire ...expire ...ouvre tes sens . ..voila ...continue ...continue … bien fait cela jusqu'à demain, il sentit venir la déception de la jeune fille et la coupa avant qu'elle ne put objecter, ah … c'est comme ça … il m'as fallu beaucoup de temps a moi aussi alors montre moi ta discipline, cette discipline a même de dompter la plus dangereuse des créatures, et travaille ton souffle, demain également, et ce jusqu'à ce que j'en décide autrement.

Avec un petit sourire sadique, Artanis accéléra légèrement le pas pour se retrouver a quelques mètres en tête de la marche et pensa a sa fierté d'être enfin le maître et non plus l'élève.

*Mais ne sommes-nous pas tous des élèves … elle a un grand potentiel en elle... elle y arrivera, je serais fier, et j'apprendrais même quelque chose de cet enseignement si cela ce trouve … *

•————————————•
Je frappe depuis les ombres
Fiche d'Artanis
avatar
Artanis
Novice
Novice

Race : Homme-Lézard
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Schizae le Lun 25 Mai 2015 - 20:32

Sur la route, Artanis parle de la magie à Schizæ. Il lui explique la nature de la magie du feu, tout en évoquant ses propres expériences. La fille boit ses paroles et au fur et à mesure des explications, les émotions que le Séladien décrit se peignent sur le visage de l'Humaine. Quand il lui parle du soleil, elle lève les yeux vers l'astre par réflexe et les ferme, lève les mains pour mieux  s'imprégner de la chaleur de ses rayons.

ARTANIS - Ne tend pas la main bien sur, et n’espère pas faire de boules de feu aujourd'hui … inspire ...expire ...ouvre tes sens.

La fille obéit. Quand il lui intime de travailler son souffle jusqu'au lendemain, elle s'apprête à le couper.

ARTANIS - Il m'a fallu beaucoup de temps a moi aussi alors montre moi ta discipline.

Elle ne prononce donc pas un mot et le suit en gardant les paumes tournées vers le ciel et en respirant profondément. Au bout de quelques minutes de marche, elle relâche ses muscles et se met à retrouver son souffle habituel. Artanis lui lance par moment quelques regards en coin, sur quoi elle se remet immédiatement à prendre de lentes et profondes respirations pour souffler tout aussi méticuleusement.

Durant le trajet, elle reste bien au soleil, l'air concentré sur la chaleur qui inonde sa tête, glisse entre ses mèches blondes et y reste coincée. Au bout de quelques heures, elle se remet à parler.

SCHIZÆ - Je commence à avoir sacrément chaud. Je sens tout le feu du soleil en moi.

Le visage de la fille est aussi rouge que le chapeau d'un champiz. Coup de soleil...

SCHIZÆ - La magie du feu donne mal à la tête.

Elle sort une gourde de son sac et boit à grande gorgée puis choisit de continuer la journée de marche à l'ombre. Quand le soir tombe, ils suivent le chant d'un ruisseau et tombe devant un cours d'eau clair. Ils s'arrêtent un peu plus en aval dans une petite clairière.
Ils font du feu. Ou plutôt Artanis fait du feu, apprenant à son apprenti comment donner naissance cet élément sans avoir recours à la magie.

La fille attrape un bâton enflammé et se concentre dessus pendant un long moment. La flamme recule et avance au fil de sa respiration, aspirée par l'appel d'air, plus repoussée par son souffle. Elle se met à parler, comme si elle continue une conversation qu'elle aurait débuté dans sa tête.

SCHIZÆ - Pourtant toi tu ne tires pas forcément tes sortilèges de sources préexistantes puisque tu as fait apparaître les oiseaux dans la pièce où il faisait nuit.

Elle se replonge dans sa conversation silencieuse, les yeux fixés sur le feu et les lèvres closes. Puis elle reprend un bâton enflammé.

SCHIZÆ - Le feu des passions, la colère et l'amour... Et matérialiser l'élément lui-même... Changer ma magie...

Elle maugrée ainsi une bonne partie de la soirée avant de s'allonger sur son manteau, la tête posée sur un sac de provision, les yeux plongés dans le ciel étoilé.

Le lendemain, le Séladien et la fille reprennent la route, ponctuant leur voyage de discussions théoriques à propos de sorts et de feu. Parfois ils s’arrêtent pour observer la nature, Artanis tentant de faire comprendre à son élève des notions diverses sur la magie. Il lui explique des façons d’être à l’écoute de son corps pour mieux se comprendre et ressentir la source de sa magie qui coule en elle et la lie à ce qui l’entoure.

Le surlendemain et les suivants se ressemblent, Schizæ se concentre pour mettre en pratique ce qu’Artanis lui apprend, passe la journée à réaliser tel ou tel exercice et s’endort d’un bloc le soir venu car elle n’a pas l’habitude de se concentrer autant et aussi longtemps.

Les jours passent et Olderve se rapproche. Si bien qu’un soir enfin, la ville est à portée de vue. Le soleil se couche et ils décident d’établir leur dernier campement avant d’arriver à destination.

SCHIZÆ – En fait, dans la nécromancie aussi, il faut être à l’écoute de tout ce qui nous entoure, réussir à ressentir ce petit quelque chose de différent dans l’air. Ou le créer. Par exemple je cherche mon énergie, ou celle de l’autre, sa santé, ce… fluide vital qui le maintien en vie. Et quand je me concentre sur toi, ou sur moi, je le sens, là, tout au fond. C’est ça ta « vie ». Je peux même l’aspirer en partie, le déplacer. Et le mien, je peux le sortir de moi. Je peux sentir cette énergie tout autour de nous et la déplacer, la faire entrer dans les cadavres pour les animer. Mais la magie du feu est différente.


La fille s’assoit au sol et assemble les petites brindilles pour faire du feu, comme Artanis le lui a appris. Quelques étincelles apparaissent, et progressivement, la flamme grandit. Quand le feu prend, elle ajoute des branches plus épaisses.

SCHIZÆ – Je crois que je commence à sentir comme une sorte de feu intérieur. En fait, c’est un peu comme d’être animé par des émotions incandescentes, mais qu’au lieu de me bruler, j’arrivais à laisser bouillir ces sentiments et les faire grandir en moi. Mais après, je ne sais pas quoi en faire et ils se transforment en colère ou disparaissent…

La fille pousse un long soupir avant de sortir le peu de nourriture qu'il leur reste. Demain, ils arriveront enfin à Olderve.


Vers le Royaume de Tacomnal.

•————————————•


avatar
Schizae
Elite
Elite

Race : Humain
Classe : Nécromancien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un sujet écailleux

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum