Artanis [Homme-lézard / Sorcier]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Artanis [Homme-lézard / Sorcier]

Message  Athyl le Ven 8 Mai 2015 - 9:33

Prénom de votre personnage : Artanis (ne se souvient pas de sa famille donc sans nom )

Age de votre personnage : 25 ans

Race : Homme-lézard

Classe : Sorcier

Arme : Ses crocs, ses griffes, ses poings, vous avez compris ...

Armure : Ses écailles mais peut-on parler d'armure...

Capacité spéciale :

Transformation draconique :

   Des marques apparaissent peut a peut sur le visage puis sur tout le corps d'Artanis, produisant une lumière allant du bleu profond a des ton plus violacés elles finissent pas recouvrir tout sont corps et brûlent (en apparence) les vêtements de l'homme lézard et ses écailles apparraissent alors comme d'un bleu profond alors que les traces de magie disparraissent. Artanis se voit pousser progressivement deux ailes, puis tombe a quatre pattes, voit sa queue et son cou s'allonger, son corps grossir, ses écailles s’épaissir, ses griffes et ses crocs s'allonger. Enfin une série d'épine pousse sur son dos et des cornes se niches sur sa tête et vous voilà face a un dragon de la taille d'un poney ! Sous cette forme Artanis n'as plus accès a sa magie en compensation des avantages physiques de cette forme.

Compétence raciale : Combat à mains nues

Sorts ou compétences de votre personnage :

- magie du feu :

*Lance-flamme :D'abord une perle dans la paume d'Artanis, cette dernière grossit pour faire jaillir de cette dernière un jet de flamme continu de deux mètre, large comme sa main, et ce pendant près de cinq secondes. (2 fois maxi par combat)

*Serpent de feu : Un éclair de flamme brille du bout de son doigt, il en jaillit très vite un serpentin de flammes d'un demi mètre qu'il dirige par la pensée pendant cinq secondes avant que celui-ci ne perde sa consistance et repende ses flammèches autour de lui. (5 fois maxi par combat)

*Feu ailé : Chuchotant au creux de sa main, Artanis y fait naître un petit moineau de flammes qu'il peut diriger pendant trente secondes avant que celui-ci ne disparaisse dans une gerbe d'étincelles. Ci le sort est relâché avant son expiration, le moineau explosera en une gerbe de feu de la taille d'un ballon. (5 fois maxi par combat)

*Mains de flammes :Artanis entoure ses mains de flammes, qui ne lui font aucun mal, cette aura entoure ses membres sur deux centimètre et font rougeoyer ses griffes tel un fer près a être battu.En dehors du fait que les flammes ont un effet bien réel pour tout autre que lui, ses griffes peuvent alors percer le cuir comme du beurre et les métaux les plus mous en insistant bien (cuivre,or, étain etc...) pour autant elle gardes leur dureté relative (elles ne deviennent pas des épées d'acier en fusion...). (2 fois maxi par combat, dure 2 posts)

*Cercle élémentaire (feu) :Artanis incante pendant une dizaines de secondes en langage dryadique alors qu'un cercle fait de signes,formes et symboles cabalistique se forment a ses pieds. Une fois l'incantation achevé, le cercle fait d'un rouge sang se met a briller de reflets fauves tel une braise ardente et les sort de feu d'Artanis pratiqué a l'intérieur du cercle vois leur efficacité doublé (pas leur durée). Le cercle fait un mètre et demi de diamètre, reste actif pendant une trentaine de secondes sauf si quelque chose vient perturber le tracé du cercle auquel cas ce dernier se désactive immédiatement tout comme sont effet. Ce sort ne peut être actif qu'une fois par jour car pour l'utiliser Artanis doit emmagasiner l'énergie d'un soleil au zénith dans un tatouage magique recouvrant son avant-bras et qui se consume a l'utilisation. (dure 4 posts)

- magie de la foudre :

*Mains de foudre : Artanis plaque ses des paumes l'une contre l'autre et quand in les séparent des éclair se forme entre celles-ci, puis ses mains se vois parcourues d'éclair partant de ses griffes et remontant jusqu'à ses poignets dans des bruits de crissement, tels un millier d'oiseaux s'envolant devant la tempête. Les éclairs ne font rien a Artanis, mais pour chaque coups donné, une décharge électriques est asséné a l'adversaire (comme quand on se prend une châtaigne). Artanis peut disperser le sort en déchargeant l'énergie sur son adversaire qui voit le membre touché d'engourdissement pendant une dizaine de secondes. (2 fois maxi par combat, dure 2 posts)

- Grande agilité

- Grande vitesse


Compétences secondaires de votre personnage :

- Maîtrise de la langue des Dryades
- Orientation naturelle
- Lecture / écriture
- Lecture des textes anciens


Histoire de votre personnage :

   Orcande, une terre, ses montagnes, ses plaines, ses forêts, ses marais, ses peuples, ses nations ... Dans un de ces marais, loin au nord, un marais peuplé d'hommes lézard, un soir, bercé par la douce lueur de la lune, un groupe d'étrangers, des Humains, allaient entacher la pièce féerique d'une maison à l'écart d'un village, comme flottant seule sur l'eau sombre aux reflet d'argent, d'un acte cruel, un acte que seul ces humains pleins de vices, avides de pouvoirs, versé dans leur racisme, pourraient perpétré. Pourquoi étaient-il la ? Ce groupe de mercenaires ? Pour l'argent bien sur … mais qui les avaient envoyés ? Pourquoi ? Un groupe, plutôt une secte de mages du royaume de Tacomnal, avait eu une "brillante idée", une terrible idée.
Qu'est-ce qui est mieux qu'un soldat ? Un homme lézard à qui l'on promet le respect et une place auprès des hommes si il va au combat tête baissée sans poser de question. Qu'est-ce qui est plus fort qu'une homme lézard ? Plein de races, de bêtes et de personnages en fait... mais quelle est la chose, cultivant l'esprit et les légendes toujours plus grandiloquente, quelle est la créature la plus terrible, la plus crainte, faisant trembler toute les races depuis la création du monde, et inspirant l'esprit des magiciens depuis toujours ? Les dragons … mais aucun espoir de les asservir … en revanche les hommes lézards … les dragons sont des reptiles non ? Et certains Hommes peuvent bien se transformer en loup géant à la pleine lune alors des hommes lézards … Et nous revoilà devant cette maison de roseaux, sur pilotis, entourée partiellement de roseaux, un feu éclairant une fenêtre de sa lumière réconfortante, un foyer, une famille, y vivait tranquillement.

    Ils moururent, en silence, égorgés, pris par surprise, tombant du toit, par les fenêtre, des assassins partout, et le petit, d'à peine un ans, enlevé. Pourquoi ? Pour qu'il se retrouve sur une table d'expérimentation magique, pourquoi ? Pour que ce groupe de mages occulte le torture de sort plus complexes et inhumains les uns que les autres, mais de toute façon il n'était pas "humain" alors à quoi bon ce soucier de quoique ce soit? Pourquoi ? Pour faire naître chez lui le pouvoir, le pouvoir de se faire pousser des ailes, allonger sa queue et son cou, y faire jaillir des épines, des cornes, faire grossir son corps … en faire un dragon, ou du moins quelque chose qui y ressemble. Mais pourquoi ? Pour qu'il devienne une arme, le premier soldat homme-lézard, comme tous ceux au service du royaume, mais un soldat dragon … mais pourquoi ? Pourquoi après dix ans d’expérimentations cet enfant lézard souffre-t-il encore ? Pourquoi encore et toujours ses journées en intérieur, dans une salle sombre, au milieu de ce cercle magique pourquoi ? Pourquoi ? POURQUOI ?


-Calme toi, sujet, tout cela sera bientôt fini …

-J'en ai marre ! Les dix minutes dehors par jours ne me suffisent pas, j'en veux plus, je veux plus de temps avec le professeur pour apprendre des choses...sur ce qu'il y a dehors …

-Tu y seras bientôt … quand tu seras prêt …

-Et ça sera quand ?

-Bientôt...

   Un dernier ajout à l'arme ultime, que serait un dragon qui ne crache pas du feu ? Une dernière expérience, mais les hommes ont toujours tâtonnés en magie, et toute les expériences ne peuvent réussirent, trois ans qu'ils travaillaient sur ce dernier ajout, et cette fois … la fois de trop … le "sujet" tel qu'ils l'appelaient pour augmenter le détachement, réussit enfin à cracher du feu, enfin, c'est un bien grand mot, car aussitôt que les flammes jaillirent de sa bouche, elles lui brûlèrent la chair jusqu'aux os. Prix d'effrois, eh oui … même eux … ils arrêtèrent l’expérience...toute l’expérience, et ne souhaitant pas que leurs agissement fassent échos il promirent au jeune garçon mutilé, hurlant de douleur qu'il était enfin libre, et le jetèrent hors de la ville, sur les flanc des monts de Gruppelle. Une nuit, une nuit de douleur, tant physique que mentale, une nuit qui le changea au plus profond de lui, lui qui n'avait été jusque la que le "sujet" de l’expérience, le jeune garçon fasciné par le monde de dehors, par les histoires des légendes, par les histoires de dragons qu'on lui racontait pour lui donner comme une envie d'en devenir un … ce jeune garçon était mort ce soir la, toujours un jeune garçon, plus jamais un esclave, plus jamais une âme torturée à la merci de ceux qui s'en croyait capable de part leur pouvoir ou leur position, voilà ce qui était né ce soir la, au milieu des larmes et des cris.

    Ce a quoi le garçon ne s'attendait pas, c'était d'être recueillit le lendemain, par un être, inhabituel, une dryade de feu gardant une partie des montagnes, un être qui fut pour lui comme une mère pendant les quinze prochaines années, usant de sa magie pour le soigner, stabiliser les sortilèges maladroits des humains, l'élever, lui apprendre le langage des dryades, et la magie du feu, pour qu'il n'ait plus peur , plus peur des flammes l'ayant meurtri, mais aussi pour ne plus craindre ce pouvoir enfoui en lui et étant à la source de toute sa souffrance. Quinze années d’apprentissage, mais aussi de douceur, d'amour pour cette dryade voyant en le jeune homme lézard la seule personne qu'elle ai jamais rencontré. Quinze années à voyager, de plus en plus loin autour des monts, de revenir raconter ce qu'il a vu a cette mère enchaînée a son foyer, à apprendre à respecter la nature, la vie, à choisir les armes pour la défendre, sans jamais commencer par la violence.

-Tu es prêt, c'est ton 25eme anniversaire et je pense que tu es prêt, enfin, pour parcourir le monde, seul …

-Mais … mais ...et si mon pouvoir me dépasse ? Et si je suis trop faible ?

-Artanis Targaryen, tu as le nom d'un dragon, et un prénom sacré chez les dryades du feu … pourquoi crois-tu que je t'ai appelé ainsi ? Les hommes sont aveugles, ils n'ont pas su voir clair en toi, voir ta force …

-Que veux-tu dire ?

-Je veux dire que … quelle ironie … en voulant faire apparaître en toi les pouvoir d'un dragon, ils n'ont fait qu’accélérer l'apparition d'un pouvoir dormant chez toi … TON pouvoir, le pouvoir d'un dragon, un dragon de foudre … d’où te vient cette facilité à te transformer ? Et à te mouvoir une fois sous ta nouvelle forme ? D’où te vient cette facilité à la magie de la foudre alors que je ne t'en ai rien enseigné ? Tu as en toi le pouvoir...pas un pouvoir qu'on a forcé en toi, pas un que l'on t'as enseigné...un pouvoir que tu possède depuis ta naissance, qui est tien, qui est ce tu es et ce que tu veux en faire. Alors va, forge ton pouvoir, forge ton destin, fait que ta vie sois heureuse et efface les horreurs de ton enfance, trouve la force en toi de produire des acte dont je puisse être fière, et souvient toi que tu n'agis pas pour toi … mais pour ceux qui sont à la place de cet enfant enlevé a ses parents et torturé par des hommes imbus de leur pouvoir.


   Mais alors que les paroles coulait dans son cœur comme l'eau clair d'une cascade d'un matin d'été, son esprit lui, réanimait une bête il y a longtemps endormis par la douceur de la dryade. A peine vêtu, à la mode des hommes lézard donc sa mère adoptive lui avait compté quelques histoire, il marchait lentement vers le village humains, sa mémoire le guidant pas après pas à travers sa souffrance, vers le lieu de sa création. Une ville, ses égouts, un passage secret vers les sous sols de l’école de magie, et le "laboratoire", déserté, mais soudains, un bruit, une porte qui s'ouvre, et un homme à l'age très avancé qui se présente à la lueur d'un cierge.

-Je suis rentré... vous vouliez un dragon ? Oh … le dragon est la ...et il va tuer votre fils... il va tuer le « sujet », et il va vous tuer …

   Et avant même que la première syllabe du mot «impossible» ne s'échappe de la bouche de l'homme terrifié, une ombre changeante se jeta à son cou. La lumière vacillante, le bruit métallique du cierge tombant et roulant sur le sol, le goût du sang, horrible, le bruit des os qui se brisent sous la pression de sa mâchoire. Artanis répandit son sang dans toute la pièce, comme un message pour les autres, puis prenant les vêtements de culte de l'homme en morceau, ainsi que sa bourse, et il repartit d’où il était venu.

    Le sujet était bien mort, un homme était né, un homme-lézard, à l’esprit froid comme la glace, calculateur et à l'intelligence aiguisée par les années passées dans les grandes bibliothèques de la région en secret, au cœur de feu, prêt à porter secours a tous ceux ne pouvant se défendre, prêt a défendre toute vie menacée. Cet homme lézard qui était né a nouveaux la où il était mort il y a bien longtemps, un enfant prêt à affronter la vie, un jeune homme prêt à faire face à tout ce que le destin dresserait contre lui, mais il y avait plus que ça.

    Car pour protéger au mieux des enfant comme lui de subir le même sort il devrait s'en prendre à ceux qui perpètre ces actes, mais pourquoi le font-ils ? Parce qu'ils en ont le droit, pourquoi ? Parce que ceux qui dirigent les laissent faire, les encouragent parfois. Alors qui protéger ? Les hommes lézard ? Artanis ne les connaît même pas ... les esclaves, la veuve et l'orphelin ? Sauver quelques individus ne stoppera pas la souffrance et les injustices en ce monde. A cause extrême, mesures extrêmes, et cela il l'avait appris de la manière la plus abrupte. Il chercherait donc un moyen de faire trembler, tomber, contrôler les puissants, il se battrait pour que l'équilibre règne.


-Et voilà mon gars, toute rafistolée … comme neuve ! Mais dis-donc … tu as été la cherché ou cette belle robe d'étoffe ?

-Cela ne vous regarde pas … bien tenez voici votre du …

-Et comment vous avez fait pour la mettre dans cet état …


-Un voyage de plus d'un mois pour venir ici, à Telbara … ça use … tant le corps que l'esprit...

-Vous cherchez quoi ici si je peut me permettre ?


-Un moyen de combattre... une place ou être traité normalement... mais je sais déjà, au bout des deux semaines passées ici que je ne trouverais ni l'un ni l'autre.


-Bon … bah je ne vous embête pas plus longtemps …


-Merci.


   Artanis sortit de la boutique, les lambeaux déchiqueté de la robe noire aux symboles étranges du mage remis en ordre il put enfin repartir, il avait trouvé en ce royaume le moyen d'arriver à ses fin... désormais il voyagerait, Telbara lui avait montrée que tous les hommes ne partageait pas la vision des esclavagistes cruels de Tacomnal, il trouverais des combattant, espions, assassins, prêt a le suivre, à infiltrer les hautes sphères, et a les contrôler. Mais ce grand dessin viendrait après, pour le moment il était Artanis, un voyageur vêtu de noir, encapuchonné, parcourant les chemins et sentiers, aidant ceux qu'il pouvait, et de temps a autres, arpentant les bas fonds à la recherche d'alliés, car il savait que le chemins de sa mission vertueuse, devrais se faire parmi les ombres les plus profondes. Il était un sorcier,  Artanis, n'ayant plus de race et de nation, n'était pas un homme lézard mais plus que cela, un homme-dragon, et comme si ses sombres pensées avaient finies par s'estomper lentement, laissant place a son esprit d'enfant, ses pas le guidait de plus en plus moins vers la réalisation de son grand plan, et plus vers un des seul but d'espoir qu'il lui restait, rencontrer un véritable dragon.
avatar
Athyl
Membre du staff


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum